Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

2. Signes et marqueurs

Pandore au masculin : la virilité incertaine des gendarmes du XIXe siècle

Arnaud-Dominique Houte

Texte intégral

  • 1 G. Delesalle, Dictionnaire argot-français, Paris, Ollendorf, 1896.
  • 2 A. Lignereux, « Du mythe de Pandore au Pandore. La gendarmerie du XIXe siècle à l’ombre de Nadaud  (...)

1La virilité des gendarmes est une fausse évidence lexicale. En parcourant le Larousse, on découvre que le mot « gendarme » peut s’appliquer à des femmes « de grande taille, à l’air viril ». Les répertoires d’argot associent, de leur côté, à l’article « sansonnet », le militaire de la gendarmerie et le « membre viril »1. Ce voisinage est peut-être plus suggestif qu’instructif, mais il montre à coup sûr que le bicorne de pandore et les attributs de virilité ont partie liée dans l’imaginaire populaire. Ce surnom de pandore, couramment attribué aux gendarmes dans la seconde moitié du XIXe siècle, introduit cependant une ambiguïté. On sait que le mot provient de la chanson de Gustave Nadaud, Pandore ou les Deux Gendarmes. On sait moins pourquoi Nadaud a choisi ce nom et pourquoi celui-ci s’est imposé dans la société : si une première interprétation renvoie au mot hongrois pandour et à l’image on ne peut plus virile du soudard, une seconde hypothèse, non moins convaincante, invoque le personnage mythologique de Pandore, incarnation féminine de la curiosité et allusion discrète à la réputation inquisitrice de la gendarmerie2 : Pandore se cache derrière le pandour…

  • 3 G. d’Esparbès, « Les Gendarmes », Annales politiques et littéraires, 15 janvier 1905.

2Quelle sorte d’homme est donc le gendarme ? Inscrite dans la tradition des éloges militaires, la réponse que propose l’écrivain Georges d’Esparbès au début du XXe siècle reste conventionnelle : les gendarmes, explique-t-il, appartiennent au « type de ces anciens guerroyeurs de la vieille France, souples et membrus à l’air martial, qui faisaient résonner le terrain comme s’ils portaient la tempête »3. Le bruit, la force, la brutalité – autant d’attributs traditionnels du soldat qui définissent un type de masculinité. Mais l’article se prolonge, au risque de la contradiction : « Le gendarme fait la guerre continuellement, contre nos ennemis les plus redoutables, les mauvaises passions. Dans cette guerre, il n’a pas une foule pour l’admirer. […] Sans le secours des excitants extérieurs ni de cette électrisation psychologique connue du soldat, il fait froidement, simplement et obscurément son devoir, en homme conscient de son devoir. » et c’est un tout autre registre de valeurs qui s’impose : la patience, la retenue, la modération – tout ce qui construit un modèle de masculinité alternatif, plus moderne et mieux adapté à la nouvelle donne sociale et culturelle.

  • 4 A.-M. Sohn, « Sois un homme ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 200 (...)

3Anne-Marie Sohn a montré comment s’opère, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce « passage d’une masculinité offensive à une masculinité maîtrisée »4. Acteurs parmi d’autres de ce lent mouvement, les gendarmes constituent un observatoire particulièrement digne d’intérêt en ceci que leur virilité semble tout à la fois plus évidente et plus contestée – et donc mieux expliquée et mise en scène. Qu’elle soit évidente, voilà qui se comprend facilement : militaires de profession et dépositaires de la puissance publique, les gendarmes incarnent un modèle de masculinité triomphante. Mais leur statut excite les oppositions et les jalousies. Figures de l’autorité par excellence, ils sont des cibles de choix. Cette ambivalence entre une rhétorique d’affirmation de la virilité et un discours satirique permet d’interroger les caractéristiques de la virilité dans la France du XIXe siècle.

De la moustache aux bottes : l’évidence virile

  • 5 U. Frevert, « Service militaire et histoire du genre en Allemagne au XIXe siècle », L’histoire san (...)
  • 6 Romain (capitaine), Pour nos soldats. Essai d’éducation morale, Paris, Berger-Levrault, 1906, p. 1 (...)
  • 7 Gardel-Hervé fils, Amour et gendarmerie, Paris, Le Bailly, 1886, p. 6.

4La virilité du gendarme tient d’abord à cet uniforme dont Ute Frevert rappelle qu’il « rend visible la masculinité dans sa forme la plus pure »5. Il faut en effet rappeler que la gendarmerie recrute exclusivement des soldats dotés de solides états de services, enorgueillis par leurs années de caserne. « L’armée vous a reçus, pauvres gens gauches et timides, elle a fait de vous de beaux gaillards bien campés », explique ainsi le capitaine Romain6. Ce certificat de virilité est tout autant garanti par l’apparence physique des gendarmes. Choisis en fonction de leur taille, ils se distinguent par leur stature imposante d’une population civile où les gabarits chétifs restent fréquents. C’est d’ailleurs la carrure qui trahit la jeune femme déguisée en gendarme, dans le vaudeville Amour et gendarmerie créé en 1886 : « comme taille, je ne suis peut-être pas la hauteur »7.

  • 8 La moustache est portée par tous les militaires, « sans exception », à partir de la circulaire du (...)

5La moustache est un accessoire tout aussi indispensable au gendarme de la seconde moitié du siècle. On sait moins qu’elle était interdite à leurs prédécesseurs de la Monarchie de Juillet. Pour des raisons mal éclaircies – s’agit-il d’une brimade ou d’une négligence administrative, les sources ne permettent pas de conclure –, la gendarmerie se voit retirer le droit au port de la moustache entre 1832 et 18418. L’affaire est suffisamment importante pour que le Journal de la Gendarmerie lui consacre un long article, signé d’un officier supérieur, en décembre 1840 :

La moustache, c’est l’objet de coquetterie du soldat, il la montre avec orgueil, il la caresse avec complaisance, il ne la coupe qu’avec douleur […]. Ce n’est point un hochet que l’on refuse à la gendarmerie, c’est une cruelle atteinte qu’on porte à sa dignité […]. Ainsi voit-on chaque jour les répugnances se multiplier et, par suite, les difficultés du recrutement s’accroître. Et si quelques-uns s’y décident, le premier sacrifice que nous leur demandons est celui de cette moustache dont la veille ils étaient si jaloux ; le premier déboire qui les attend, c’est l’obligation de montrer à leurs anciens camarades le visage dépouillé de l’ornement du soldat.

6La vigueur de la réaction et la solennité du propos permettent de mieux mesurer l’importance symbolique d’une moustache qui accompagne toutes les représentations de la gendarmerie.

  • 9 A. Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, (...)
  • 10 Ce topos des « bottes qui résonnent » apparaît dans trois romans différents d’Émile Gaboriau, au m (...)

7Les bottes noires constituent l’ultime attribut dont aucun caricaturiste n’oserait se priver. Par métonymie, elles définissent le gendarme et nourrissent un imaginaire olfactif qui a, d’une certaine manière, partie liée avec la virilité. Si l’odeur des pieds accompagne, en effet, la plupart des mises en scène satiriques de l’institution, c’est certainement parce qu’il s’agit d’un moyen de rappeler au gendarme la modestie de sa condition sociale – loin de l’univers désodorisé des élites9. Mais l’effet obtenu est plus subtil. En mettant l’accent sur la trivialité des odeurs, on offre également l’image d’un corps exubérant et on replace sur le devant de la scène la masculinité du gendarme. Le bruit des bottes, dont on précise à tout bout de champ qu’elles « résonnent sur les dalles »10, ajoute une note complémentaire – occuper le paysage sonore est une autre preuve de virilité.

  • 11 Service historique de la Défense – Gendarmerie nationale [désormais SHD-GN], 2E 45, note du comman (...)

8À cela s’ajoute un ensemble d’attitudes qui achèvent de composer le portrait du gendarme. La voix d’abord, qui doit nécessairement être forte et assurée. Les sources n’accordent pratiquement aucune place à cet univers de l’oralité, mais on sait au moins que les sous-officiers de gendarmerie sont jugés, lors des opérations de maintien de l’ordre, en fonction de la puissance de leur organe. De la même manière, les candidats à l’avancement incapables de se faire entendre lors des manœuvres sont impitoyablement rayés des listes de proposition11. Obéissant à des codes comparables, la posture corporelle doit manifester des qualités d’assurance, de fermeté et de rectitude. Autant dire qu’il s’agit de se tenir droit, en particulier lors des services protocolaires, sous peine d’être puni.

  • 12 SHD-GN, 5E 31, note du commandant de la compagnie des Hautes-Alpes, 12 juillet 1913.
  • 13 Alfred Jarry, Le Surmâle, Paris, POL, 1993 [1902], p. 79.

9La silhouette du gendarme ne manque pas de cohérence. En uniforme, le visage barré d’une épaisse moustache, grand et solide, fermement campé sur ses bottes, il répond en principe à tous les canons de la masculinité. Et pourtant, les officiers de la fin du siècle regrettent que « la gendarmerie [ait] peu de beaux hommes à présenter dans les défilés »12. L’âge aidant, l’embonpoint remplace la stature, et la masculinité triomphante s’empâte. En sens inverse, l’arme accueille de plus en plus de recrues juvéniles, les « élèves-gendarmes », dont on souligne l’inexpérience, à l’image de ce gendarme décrit par Alfred Jarry, « imberbe en petite tenue, en tenue si petite qu’on aurait dit à peine un facteur »13. Indiscutable au début du XIXe siècle, la virilité du gendarme ne va plus tout à fait de soi un siècle plus tard.

« L’audace de p’loter des nichons »

  • 14 G. Richard et C. Monselet, Les trois gendarmes, parodie en un acte, Paris, Causserouge, 1846, p. 1 (...)
  • 15 J. et B. Lebreton, Salade de gendarmes, Paris, Joubert, 1903, p. 3.
  • 16 Le mésestimé Monsieur le Gendarme de Clovis Hugues offre un bel exemple d’usage conscient du clich (...)
  • 17 Ainsi de ce curieux récit dans lequel il est fait grand cas « de la vigueur d’un ancien gendarme » (...)
  • 18 A.-R. Darval, Pandore, vaudeville en un acte, Paris, Joubert, 1913, p. 24.

10« Ami de l’homme et surtout de la femme »14, « plus occupé à courir après les filles qu’après les voleurs »15, « prenant femme plutôt que voleur » – le gendarme fait sans aucun doute partie des personnages privilégiés des récits galants du XIXe siècle. Des romans16 aux vaudevilles, en passant par toute une littérature plus ou moins teintée d’érotisme17, chaque lecteur sait que « la gendarmerie aime sourire au beau sexe »18. De la même manière, les chansons reprennent sans répit l’air du gendarme galant – « j’avais une folle maîtresse, pleine de mérite et d’appas », fredonne ainsi le brigadier de la célèbre chanson de Gustave Nadaud.

  • 19 Le thème du penis captivus apparaît déjà chez François Villon, et de nombreuses versions du « gend (...)

11Le stéréotype du gendarme séducteur est toutefois profondément ambivalent. S’il confirme à première vue la virilité conquérante de l’uniforme, il la met en péril à chaque rebuffade, quand ce n’est pas pire ! En témoigne la célèbre chanson du Gendarme de Redon qui se fixe dans sa version moderne au plus tard au début du XXe siècle19 :

Il était un gendarme, gendarme de Redon
Qui n’avait pas l’audace de p’loter des nichons.
Une belle lui dit : « Jean-foutre ! Commence par les talons.
Et tu remonteras de la cuisse au cuisson. »
Mais la garce, qu’était chaude, mit d’la poix à son con.
Et quand il la baisa, y s’y colla les roustons.
« Si tu veux les avoir, faut payer la rançon.
Cent écus pour ta pine, autant pour chaque rouston.
Et si tu ne les payes pas nous te les couperons.
Ils serviront d’enseigne à la porte d’un boxon.
Et les passants diront : voilà les couilles d’un con. »

  • 20 Composée en 1852 par Gustave Nadaud, la chanson des Deux Gendarmes rencontre un immense succès qui (...)

12Dans sa brutalité paillarde, la chanson a le mérite de la clarté. Comme beaucoup d’autres couplets mettant en scène la gendarmerie, depuis Nadaud jusqu’à Brassens, elle jette un doute sur la virilité des gendarmes – tout à la fois gaillards et promis à la castration20

  • 21 SHD-GN, 5E 2, note du commandant de la compagnie des Hautes-Alpes, septembre 1898.
  • 22 SHD-GN, 953 bis, dossier de punitions du gendarme Croix.
  • 23 Il s’agit de l’un des principaux sujets de débats au sein de la Caisse du gendarme, vaste organisa (...)

13Peut-être faut-il y voir une allusion symbolique au mariage, horizon imposé des gendarmes du XIXe siècle. Contrairement aux autres soldats, les gendarmes sont autorisés – et même incités – à prendre épouse et à fonder une famille. « Il faut se métier du gendarme célibataire », clame avec autorité le commandant des Hautes-Alpes, qui redoute que la liberté et la vigueur du jeune homme ne provoquent des excès incompatibles avec la dignité de l’uniforme21. De manière plus générale, les débordements de virilité font l’objet d’une surveillance rigoureuse. C’est ainsi qu’un gendarme de Romorantin finit par être révoqué, pour avoir trop fréquenté les maisons closes des environs22. Et les gendarmes eux-mêmes ne mâchent pas leurs mots quand ils découvrent qu’une – petite – partie des secours octroyés aux malades profitent « aux syphilitiques et aux dégénérés »23.

  • 24 GN-SHD, 35E 3, note du commandant de la compagnie de l’Ille-et-Vilaine, décembre 1903.
  • 25 Composée par Émile Carré et par Léopold Gangloff en 1890, la chanson des Gendarmes à pied est un g (...)

14La norme sociale et la norme professionnelle se redoublent l’une l’autre : dans les deux ans qui suivent le recrutement, ce sont ainsi plus de 60 % des gendarmes qui convolent, seule une très étroite minorité (moins de 5 %) restant durablement célibataire. À l’imaginaire sexuel du soldat se substitue donc le modèle rassurant de l’époux et du chef de famille, dont l’autorité fait loi. Mais ce cliché fane bien vite et reste essentiellement cantonné aux récits édifiants publiés par la presse professionnelle. La société civile préfère en effet brouiller les cartes et remettre en question la virilité d’un gendarme berné par sa femme. Ainsi présente-t-on d’innombrables brigadiers commandés par leurs épouses. Cliché littéraire et médiatique, ce thème s’insinue même dans le discours institutionnel, et les officiers prennent soin de rappeler à leurs hommes « les dangers encourus quand l’homme ne sait pas se faire respecter de sa femme »24. D’innombrables motifs de punition répètent le même stéréotype de la femme indocile et du gendarme complaisant. En arrière-plan grivois, la figure du gendarme cocu rencontre également un certain succès. « Pas de concours de bêtes à cornes où je ne brille au premier rang », chantent ainsi plaisamment les « gendarmes à pied » d’une chanson à succès25.

15Mais la crise de virilité qui saisit le gendarme marié se lit encore plus clairement dans les éloges adressés au bon époux. En témoigne la chanson finale du vaudeville Amour et gendarmerie :

  • 26 Gardel-Hervé fils, ouvr. cité.

Quand il rentre dans sa famille
On voit s’effacer l’guerrier
Il lav’ le linge et tir’ l’aiguille
Il fait téter son p’tit dernier.26

  • 27 Selon L’Écho de la Gendarmerie, janvier 1898.
  • 28 SHD-GN, 34E 4, punition infligée au gendarme Demorand, juin 1903.
  • 29 Le Gendarme, février 1906.

16Le succès de cette représentation satirique est emblématique de la fin du XIXe siècle, quand chacun sait que les gendarmes, contraints d’arborer une tenue impeccable, doivent manier l’aiguille et le balai. La presse quotidienne agite volontiers l’image des « brigades ménagères » qui pourchassent moins les voleurs que la poussière27. En riposte, et par un significatif excès de susceptibilité, certains officiers sanctionnent ceux de leurs hommes « qui [font] les commissions du ménage prêtant ainsi le flanc aux quolibets »28. Cette crainte d’une inversion des sexes se nourrit sans doute de la situation curieuse du gendarme, citoyen diminué, privé du droit de vote et interdit d’expression publique au nom de son statut militaire. Comme l’explique un officier retraité à qui l’on interdit de solliciter les gendarmes en activité, il suffira de s’adresser à leurs épouses, celles-ci devenant les mandataires de leurs époux29… Ce radical renversement de situation montre la complexité des relations de pouvoir entre hommes et femmes dans la gendarmerie du XIXe siècle.

L’audace et le calme

17« Encyclopédie morale du XIXe siècle », la série des Français peints par eux-mêmes offre, en 1841, sous la plume d’Édouard Ourliac, un portrait du gendarme qui se veut flatteur, mais qui surprend l’institution. Au lieu de présenter le courage et la valeur des militaires, le texte insiste en effet sur leurs états d’âme. En témoigne cette scène, qui suit une exécution publique :

  • 30 Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle, t. 2, Paris, Curmer, 1841, (...)

Il s’essuie le visage, puis il s’en retourne, grave et pensif. Il embrasse sa femme en silence, il serre ses enfants contre sa poitrine, il caresse ces têtes blondes et frémit de ce qui s’est passé. Ce vieux brave a eu peur, ce vétéran de tant de batailles a horreur du sang ainsi répandu, il n’est plus qu’un bourgeois vieilli dans ses foyers, des visions sanglantes l’y poursuivent, des rêves hideux vont troubler son sommeil.30

  • 31 L.-M. de Cormenin, Le maire de village, Paris, Pagnerre, 1847, p. 21-22.

18Cette mise en relief des qualités d’humanité du gendarme choque. Aussi ne doit-on pas s’étonner de voir que les journaux professionnels préfèrent citer le texte concurrent de Cormenin : « Les gendarmes sont de vieux soldats, aguerris, disciplinés, porteurs d’armes et qui s’en servent […]. Ils ont pour eux l’autorité, la force, la vitesse, le procès-verbal, le cheval, les menottes, le sabre et le fusil. »31 Entre ces deux modèles de masculinité, la gendarmerie penche plus naturellement vers Cormenin.

19L’exaltation des armes, la puissance combattante, autant de valeurs qui sont exaltées dans les rapports des officiers, nourris d’un imaginaire militaire traditionnel. Nommé à Charolles, en Saône-et-Loire, le lieutenant Laneyrie n’a pas renoncé au prestige de la bataille. Faisant face à une émeute frumentaire, en novembre 1846, il met en scène son action avec beaucoup de verve :

  • 32 SHD-AT (Armée de Terre), E5 159, rapport du lieutenant de Charolles au ministre de la Guerre, 26 n (...)

Impatient, je fis sous le feint prétexte d’exercer ma troupe exécuter rapidement quelques évolutions inoffensives dont le but réel était de dissiper l’attroupement ; devinant sans doute mon dessein, la foule se rua furieuse sur des tas de pierres […]. Je pris alors les devants et partis au galop, pour tâcher de lui en imposer à force d’audace et de calme.32

20L’annotation ministérielle est aussi cruelle qu’instructive : « c’est un bulletin d’Afrique ! Les éloges sont exagérés ». S’il prête à sourire, l’autoportrait du lieutenant en combattant témoigne de la force d’un modèle guerrier qui reste encore bien présent dans la gendarmerie du milieu du XIXe siècle. Il faut toutefois noter l’émergence discrète de valeurs concurrentes – le « calme » qui accompagne et contrebalance l’« audace », la ruse des « manœuvres inoffensives » – promises à un bel avenir.

  • 33 On peut rapprocher cette situation ambiguë du gendarme de celle des militaires envoyés rétablir l’ (...)
  • 34 Alexandre Dumas signale toutefois que l’on reconnaît les militaires déguisés à leur moustache. Voi (...)
  • 35 Mémorial de Rouen, 30 janvier 1841 ; Journal de la Gendarmerie, janvier 1841. Voir G. Mihaely, ouv (...)

21L’enthousiasme excessif du lieutenant Laneyrie doit aussi être compris à l’aune des critiques qui contestent parfois très vivement la valeur militaire d’une gendarmerie que l’on présente souvent, dans les années 1840, sous les traits d’une « carrière de retraite » ou d’une « troupe de vétérans ». Au reproche de vieillesse s’ajoute une mise en cause plus spécifiquement professionnelle : le gendarme, c’est le « mouchard », un policier obligé de se déguiser pour glaner des renseignements, l’antithèse du militaire33. L’interdiction du port de la moustache dans la gendarmerie est interprétée en ce sens par des journaux malintentionnés : c’est pour passer inaperçus dans la population que les gendarmes auraient reçu l’ordre de se raser. Peu crédible34, la rumeur est largement colportée, à tel point que le Journal de la Gendarmerie doit publier un solennel démenti35. Entre les discours professionnels et les représentations sociales, le choc est total.

  • 36 Directeur du Journal de la Gendarmerie et porte-parole officieux de l’institution, Cochet de Savig (...)
  • 37 Le Messager du Midi, 11 janvier 1852.
  • 38 E. Ténot, Paris en décembre 1851. Étude historique du coup d’état, Paris, Pagnerre, 1868, p. 120. (...)

22La répression des résistances au coup d’État de 1851 constitue à cet égard un moment de cristallisation. Engagée en première ligne dans la guerre civile, la gendarmerie y voit une occasion inespérée, quoique tragique, de prouver sa valeur combattante36. Cette résurgence d’une masculinité guerrière reste cependant confinée aux écrits des gendarmes eux-mêmes. Dans le reste de la société, les actes d’héroïsme du corps tiennent peu de place en regard du récit complaisant – et souvent fantasmé – des massacres commis par les insurgés. Relégués au rang de victimes passives, les gendarmes perdent la bataille des représentations. Prenons par exemple le meurtre du maréchal des logis Léotard, à Bédarieux, tel que le rapporte immédiatement le Messager du Midi : « L’un brûle les moustaches, l’autre urine dans sa bouche, un autre encore attente à l’honneur de sa femme. »37 « On a raconté d’affreux détails, on a parlé de mutilation obscène », explique plus sobrement Ténot, qui ne croit pas à l’émasculation38. Peu importe à vrai dire : l’essentiel est bien qu’une telle scène ait été jugée, sinon vraisemblable, du moins pensable.

  • 39 A. Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie, 1800-1859, Paris, PUR, 2 (...)
  • 40 C.-É. Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, E. Dentu, 1884, t. 1, p. 533.

23Et pour cause, les contestations violentes de l’autorité publique s’accomplissent souvent, au XIXe siècle, sur fond de mise en cause de la virilité. Le rôle des femmes lors des rébellions dirigées contre les gendarmes prend ainsi un relief tout particulier. Si leur participation reste sporadique, les récits leur accordent une place disproportionnée39. Témoin privilégié du Deux Décembre, Maupas s’inscrit dans cette tradition quand il explique, à propos de deux gendarmes tués dans des conditions incertaines, « que les femmes les percent en tout sens avec des fourches et des poignards »40. Si l’on y ajoute le recours au travestissement, notamment lors de la célèbre Guerre des Demoiselles, on comprend mieux la position ambiguë des gendarmes, régulièrement menacés et parfois défaits par des habits féminins.

L’homme de la mesure

  • 41 Laissons de côté une éphémère tentative de refonder l’identité professionnelles sur les exploits d (...)
  • 42 Le Petit Calaisien, 2 février 1887. Les cartes postales « Bon pour le service » qui se généralisen (...)

24La tentative de reconstitution d’une virilité offensive échoue en 1851, une fois pour toutes41. En prenant acte de leur position particulière de militaires non-combattants, les gendarmes renoncent au prestige facile des armes et privilégient d’autres modèles de masculinité, fondés sur la maîtrise de soi et sur le contrôle des pulsions violentes. En témoigne ce reportage du Journal de Calais, parti en 1887 à la rencontre des jeunes conscrits tout frais sortis du conseil de révision. À la fougue juvénile et brouillonne de ces grands gaillards enthousiastes s’opposent le calme bourru et la rigueur martiale de la brigade de gendarmerie locale : « Tout est fini. Les gendarmes remettent baïonnette au fourreau et s’en vont sur deux rangs, ayant l’air de dire aux conscrits : Hein ! Quand vous marcherez comme nous ! »42

25C’est donc une masculinité de la retenue et de la mesure qui s’impose progressivement dans la gendarmerie du XIXe siècle. Il faut dire que ce modèle correspond sans doute mieux à la réalité sociale et culturelle d’un corps composé d’anciens militaires peu désireux de prolonger le règne du sabre et plutôt soucieux de garantir leur tranquillité. Une bonne part d’entre eux ont exercé un autre métier avant de reprendre l’uniforme. Tous sont bien conscients, par ailleurs, de devoir côtoyer des collègues plus âgés, généralement mariés. Aussi évitent-ils des propos de caserne qui paraîtraient des plus déplacés.

  • 43 S. Plébins, Brigand de gendarme ! Vaudeville-opérette, Paris, Guétéville, 1896.

26La transition ne va pas sans difficulté. Toute une frange de la littérature satirique s’intéresse ainsi au désarroi des jeunes recrues pleines d’ardeur et plongées sans ménagement dans l’univers sclérosant de la caserne et des règlements de gendarmerie. En témoigne par exemple, le personnage vaudevillesque du gendarme Cruchman : multipliant les bruits en tout genre, rotant, enlevant ses bottes pendant le repas, parlant trop fort et employant un langage ordurier, ce « brigand de gendarme » incarne une figure alternative de la virilité qui ne correspond plus aux codes en vigueur dans l’institution43, mais qui persiste à caractériser le gendarme dans l’imaginaire populaire. Sur les planches des théâtres, et même dans les spectacles de marionnettes, il reste difficile de concevoir un gendarme poli et posé…

  • 44 A. D. Somme, KZ 894, rapport du sous-préfet d’Abbeville, 11 mars 1867.
  • 45 SHD-GN, 3804, punition infligée au gendarme Meynard, 10 juin 1911.

27L’arme ne ménage pourtant pas ses efforts d’acculturation. Dès le Second empire, de fortes sanctions frappent un brigadier coupable d’avoir employé en public un langage ordurier – « vous auriez mieux fait d’aller vous faire bourriquer derrière les haies comme vous le faites tous les jours, tas de vaches, chameaux et rosses que vous êtes »44. De telles punitions sont de plus en plus courantes et de plus en plus sévères à la fin du siècle – non pas que les gendarmes se montrent moins polis, au contraire : c’est bien l’institution qui élève son niveau d’exigence et qui se permet de sanctionner un gendarme « ayant la fâcheuse manie de tutoyer ses interlocuteurs »45. Les contraintes vont encore plus loin, puisque les gendarmes ont pour consigne de ne pas fréquenter les cabarets, dont on sait pourtant combien ils constituent un haut lieu de la masculinité populaire.

  • 46 C. Hugues, ouvr. cité, p. 26-29.

28L’incorporation des nouvelles normes de la masculinité provoque des conflits dont témoigne le beau roman de Clovis Hugues, Monsieur le Gendarme. Dans ce texte de 1891, le poète provençal met en scène l’affrontement entre un gendarme, Marius, et un paysan, Rouvet. Si les deux hommes se disputent les faveurs d’une femme, ils se querellent plus généralement sur tous les sujets. C’est d’abord le patriotisme empreint de sentimentalité de Marius qui excite l’hilarité du paysan : « Vous êtes un joli gendarme, vous ! s’exclama Rouvet, facétieux. Vous n’allez point, j’espère, pleurnicher comme une femmelette avec la paire de moustaches que vous avez ? » Le conflit s’envenime rapidement, et Rouvet s’en prend à l’uniforme : « Au lieu de peiner, comme nous autres, sur cette terre pour laquelle vous jaspinez si bien, vous vous êtes mis gendarme, un métier où l’on ne s’esquinte pas. Pourquoi ne vous êtes-vous pas mis curé, puisque vous étiez en train ? » Sensibilité, facilité à parler, paresse… autant d’attributs qui tendent à déviriliser le gendarme. Lequel ne s’y trompe pas : « On se levait de table. Marius alla au paysan, lui planta les yeux dans les yeux : d’abord je vous défends de blaguer, vous entendez ? Le Rouvet entendait, il balbutia deux ou trois phrases confuses […] et se retira. »46 Il n’est pas indifférent, à cet égard, que le mot de la fin – et la victoire symbolique – reviennent au gendarme, incarnation d’une masculinité moderne et civilisée.

29Le gendarme du XIXe siècle est, d’une certaine manière, un homme paradoxal. Sa virilité est un sujet littéraire et pictural : des moustaches aux bottes, en passant par le langage et par l’exercice de l’autorité, tout plaide en faveur d’une masculinité intimidante, sinon brutale. Mais cet homme est également enserré dans des liens matrimoniaux et dans une réglementation draconienne qui sape en profondeur les fondements de sa virilité. Ces incertitudes reflètent les mutations de la gendarmerie et, de manière plus générale, les transformations du rapport à l’autorité. Le temps n’est plus où l’on pouvait se contenter de gouverner les populations par la peur ; l’heure est plutôt aux négociations et à la construction d’un consentement. C’est aussi dans ce sens que se recomposent les modèles de la masculinité.

Notes

1 G. Delesalle, Dictionnaire argot-français, Paris, Ollendorf, 1896.

2 A. Lignereux, « Du mythe de Pandore au Pandore. La gendarmerie du XIXe siècle à l’ombre de Nadaud », Revue de la Gendarmerie nationale, no 1, 2004, p. 108-113.

3 G. d’Esparbès, « Les Gendarmes », Annales politiques et littéraires, 15 janvier 1905.

4 A.-M. Sohn, « Sois un homme ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009, p. 389.

5 U. Frevert, « Service militaire et histoire du genre en Allemagne au XIXe siècle », L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, A.-M. Sohn et F. Thélamon dir., Paris, Perrin, 1998, p. 260.

6 Romain (capitaine), Pour nos soldats. Essai d’éducation morale, Paris, Berger-Levrault, 1906, p. 180. Sur cette question et sur cet imaginaire, O. Roynette, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

7 Gardel-Hervé fils, Amour et gendarmerie, Paris, Le Bailly, 1886, p. 6.

8 La moustache est portée par tous les militaires, « sans exception », à partir de la circulaire du 20 mars 1832. Dix jours plus tard, une circulaire retire cette faculté à la gendarmerie. Il faut attendre la circulaire du 28 janvier 1841 pour que le ministère revienne sur cette décision. Sur ce débat, voir G. Mihaely, « L’émergence du modèle militaro-viril : pratiques et représentations masculines en France au XIXe siècle », doctorat, EHESS, direction C. Prochasson, 2004.

9 A. Corbin, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1986.

10 Ce topos des « bottes qui résonnent » apparaît dans trois romans différents d’Émile Gaboriau, au milieu du siècle.

11 Service historique de la Défense – Gendarmerie nationale [désormais SHD-GN], 2E 45, note du commandant de la compagnie de l’Aisne, mars 1898.

12 SHD-GN, 5E 31, note du commandant de la compagnie des Hautes-Alpes, 12 juillet 1913.

13 Alfred Jarry, Le Surmâle, Paris, POL, 1993 [1902], p. 79.

14 G. Richard et C. Monselet, Les trois gendarmes, parodie en un acte, Paris, Causserouge, 1846, p. 11.

15 J. et B. Lebreton, Salade de gendarmes, Paris, Joubert, 1903, p. 3.

16 Le mésestimé Monsieur le Gendarme de Clovis Hugues offre un bel exemple d’usage conscient du cliché. Tandis que le héros éponyme du roman boit « aux jolis yeux de mademoiselle » et redouble d’assauts maladroits, le narrateur convient en effet que « tout cela est sans doute un peu gendarme » ; C. Hugues, Monsieur le Gendarme. Roman villageois, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1891, p. 11.

17 Ainsi de ce curieux récit dans lequel il est fait grand cas « de la vigueur d’un ancien gendarme » ; Maîtres et domestiques fin de siècle, Paris, Librairie pour Tous, 1898, p. 80.

18 A.-R. Darval, Pandore, vaudeville en un acte, Paris, Joubert, 1913, p. 24.

19 Le thème du penis captivus apparaît déjà chez François Villon, et de nombreuses versions du « gendarme de Redon » circulaient déjà au début du XIXe siècle. Il faut toutefois attendre la Troisième République pour que la chanson se fige et se popularise. Y. Galera, « Quand Orphée rencontre Pandore : le gendarme en ballades », Sociétés et Représentations, no 16, septembre 2003, p. 128-129.

20 Composée en 1852 par Gustave Nadaud, la chanson des Deux Gendarmes rencontre un immense succès qui impose le poncif du gendarme « galant ». Enregistrée en 1952, Hécatombe de Georges Brassens couronne d’une certaine manière cette tradition.

21 SHD-GN, 5E 2, note du commandant de la compagnie des Hautes-Alpes, septembre 1898.

22 SHD-GN, 953 bis, dossier de punitions du gendarme Croix.

23 Il s’agit de l’un des principaux sujets de débats au sein de la Caisse du gendarme, vaste organisation mutualiste destinée à secourir les gendarmes malades. Le principe de l’exclusion des syphilitiques est voté à plusieurs reprises.

24 GN-SHD, 35E 3, note du commandant de la compagnie de l’Ille-et-Vilaine, décembre 1903.

25 Composée par Émile Carré et par Léopold Gangloff en 1890, la chanson des Gendarmes à pied est un grand succès de la Belle Époque ; citée par M. Pénet dir., Mémoire de la chanson. Mille cent chansons du Moyen Âge à 1919, Paris, Omnibus, 1998, p. 700.

26 Gardel-Hervé fils, ouvr. cité.

27 Selon L’Écho de la Gendarmerie, janvier 1898.

28 SHD-GN, 34E 4, punition infligée au gendarme Demorand, juin 1903.

29 Le Gendarme, février 1906.

30 Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle, t. 2, Paris, Curmer, 1841, p. 53.

31 L.-M. de Cormenin, Le maire de village, Paris, Pagnerre, 1847, p. 21-22.

32 SHD-AT (Armée de Terre), E5 159, rapport du lieutenant de Charolles au ministre de la Guerre, 26 novembre 1846.

33 On peut rapprocher cette situation ambiguë du gendarme de celle des militaires envoyés rétablir l’ordre en Algérie. Voir R. Branche, « La masculinité à l’épreuve de la guerre sans nom », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, no 20, 2004.

34 Alexandre Dumas signale toutefois que l’on reconnaît les militaires déguisés à leur moustache. Voir A. Dumas, Les Mohicans de Paris, Paris, Gallimard, 1998, t. 1, p. 1011.

35 Mémorial de Rouen, 30 janvier 1841 ; Journal de la Gendarmerie, janvier 1841. Voir G. Mihaely, ouvr. cité, p. 315.

36 Directeur du Journal de la Gendarmerie et porte-parole officieux de l’institution, Cochet de Savigny publie ainsi une éloquente Notice historique sur les événements de décembre 1851 qui met en relief les valeurs martiales de la gendarmerie.

37 Le Messager du Midi, 11 janvier 1852.

38 E. Ténot, Paris en décembre 1851. Étude historique du coup d’état, Paris, Pagnerre, 1868, p. 120. Partiale, l’enquête menée au début de l’année 1852 ne permet pas de conclure avec certitude. Si l’émasculation reste un sujet de débat, tous les témoins s’accordent au moins sur la tonte de la moustache ; A.D. Hérault, 7U5-21, dossiers des commissions mixtes.

39 A. Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie, 1800-1859, Paris, PUR, 2008, p. 40-41.

40 C.-É. Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, E. Dentu, 1884, t. 1, p. 533.

41 Laissons de côté une éphémère tentative de refonder l’identité professionnelles sur les exploits de la guerre de 1870 et sur les ruines fumantes de la Commune.

42 Le Petit Calaisien, 2 février 1887. Les cartes postales « Bon pour le service » qui se généralisent à cette époque accordent d’ailleurs souvent une place au gendarme, dont le pouce levé vaut reconnaissance de virilité.

43 S. Plébins, Brigand de gendarme ! Vaudeville-opérette, Paris, Guétéville, 1896.

44 A. D. Somme, KZ 894, rapport du sous-préfet d’Abbeville, 11 mars 1867.

45 SHD-GN, 3804, punition infligée au gendarme Meynard, 10 juin 1911.

46 C. Hugues, ouvr. cité, p. 26-29.

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris IV, a soutenu une thèse consacrée aux gendarmes et parue aux PUR en 2010, sous le titre suivant : Le métier de gendarme au XIXe siècle. Il a également publié Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), Paris, Phénix Éditions, 2000.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search