Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

2. Signes et marqueurs

Consommation d’alcool et culture masculine dans l’Europe de l’époque moderne

B. Ann Tlusty

Texte intégral

  • 1 Matthias Abele von und zu Lilienberg, Metamorphosis telae iudiciariae, d. i. Seltsame Gerichts-Hän (...)

1Pourquoi les gens buvaient-ils à l’époque moderne ? Mathias von Abele, un juriste allemand du XVIIe siècle, relève au moins quarante-cinq bonnes raisons de le faire, au nombre desquelles on peut citer l’amitié, l’honneur, la vertu, la bravoure, la virilité, les affaires et le commerce, sans oublier le plaisir de la dégustation et une agréable compagnie ; la rancœur et la mauvaise humeur, l’envie, la défiance, l’ennui et l’oisiveté sont également des motifs tout aussi impérieux. Le vocabulaire employé par Abele est résolument masculin : la virilité et les affaires, l’esprit chevaleresque et la camaraderie constituaient autant de raisons de boire1. Abele n’était pas le seul à envisager la consommation d’alcool sous de multiples facettes. Le sujet a beaucoup intéressé ses contemporains qui ont produit un vaste corpus littéraire traitant de ce problème. Pendant que les prédicateurs lançaient des anathèmes contre l’alcool, les autorités urbaines et rurales publiaient des arrêtés pour en restreindre la consommation, tandis que les satiristes en chantaient les louanges. Mais parallèlement, le débit de boisson était une institution essentielle à la vie sociale, culturelle et professionnelle de la majeure partie de la population masculine en Europe.

2Pour les hommes, boire en société faisait partie de leur identité sociale. Bien que la consommation immodérée d’alcool soit source de nombreux problèmes, et ce quelle que soit l’époque, les campagnes de sobriété de l’époque moderne ne ciblaient jamais la consommation d’alcool en soi, mais seulement l’excès. Le défi consistait, bien entendu, à définir la limite entre une consommation modérée et une coupable ébriété. Ce que l’on considérait comme convenable variait, au reste, considérablement selon plusieurs critères – âge, tempérament, statut social et économique, sans oublier le sexe.

3Le stéréotype selon lequel la consommation d’alcool convient mieux aux hommes qu’aux femmes est ancien et comporte de nombreux aspects. Pour les Européens de l’époque moderne, l’idée était logique, car ancrée dans une vision du monde déterminant la représentation qu’ils se faisaient de la différence entre les sexes. Les historiens qui étudient la culture de la boisson conviennent depuis longtemps qu’un débit de boisson est un microcosme qui reproduit les comportements et les relations sociales existant à une plus large échelle. Dans toute société, les comportements en matière d’alcool reflètent des schémas de sociabilité différents selon le sexe et qui éclairent en retour des questions plus générales de statut social et d’identité. Dans l’Europe moderne, les attitudes et les convictions en matière d’alcool avaient un rôle crucial : elles soulignaient les frontières qui séparent les identités sexuelles. Ce bref exposé se limitera à esquisser les principaux domaines dans lesquels la consommation d’alcool et la culture masculine coïncidaient, en se concentrant sur quatre angles d’étude importants pour les spécialistes des rapports hommes-femmes : l’anatomie, l’économie domestique, la sociabilité et l’espace, sans oublier la question des troubles liés à la consommation d’alcool qui les recoupe tous.

Anatomie

  • 2 Lorenz Fries, Spiegel der Arzney, Strasbourg, 1546, p. 6-7 ; Achilles Pirminius Gasser, « Warnungs (...)

4En l’État des connaissances anatomiques jusqu’au XVIIe siècle, encore largement inspirées des théories d’Aristote et de Galien, le tempérament féminin était considéré comme généralement plus froid et plus humide que celui des hommes. La tradition galéniste définissait l’anatomie humaine selon quatre qualités essentielles : le chaud, le froid, l’humide et le sec, à leur tour associées aux quatre fluides cardinaux, ou humeurs, qui déterminaient le tempérament. Le colérique, sous l’emprise de la colère ou bile jaune, incarnait les qualités du feu (chaud et sec), qui le rendaient belliqueux, maigre et agité. Le sanguin était régi par le sang, doté des qualités de l’air (chaud et humide), d’où un tempérament noble, enjoué et amical. Le flegmatique, sous l’influence du flegme et incarnant les qualités de l’eau (froide et humide), était lent, lourd et mou, cependant que le mélancolique, sous l’emprise de la bile noire et doté des qualités de la terre (sèche et froide), était sensible, craintif et déprimé2. Le feu, avec ses qualités de chaleur, de sécheresse et sa capacité à purifier, occupant une position supérieure dans le monde physique à celle des éléments plus froids que sont l’eau et la terre, ce système plaçait les femmes dans une position inférieure dans l’ordre naturel.

  • 3 B. C. Daniels, Puritans at Play. Leisure and Recreation in Colonial New England, New York, Palgrav (...)
  • 4 Walter Ryff, Spiegel und Regiment der Gesundheit, Francfort-sur-le-Main, 1544, p. 64; Erhard Schoe (...)

5La nature plus froide de la femme constituait aussi un terrain favorable à leur présumée sensibilité à l’alcool, le caractère fougueux que l’on prêtait généralement aux boissons alcoolisées n’étant pas jugé compatible avec le tempérament féminin. Le vin, en particulier, semblait exalter la nature sanguine de l’homme, purgeant les humeurs flegmatiques associées aux caractères féminins. Il en était de même pour les eaux-de-vie distillées : l’intervention du feu dans le processus de distillation en accroissait la chaleur, et donc les qualités intensément masculines3. Dans cette optique, les hommes, en buvant, devenaient plus virils, plus sensuels, plus grivois et spirituels, caractéristiques jugées totalement inappropriées pour des femmes4.

  • 5 Sebastian Franck, Von dem greüwlichen Laster der Trunckenheyt, [Justenfelden], vers 1531, H2v; M. (...)

6Naturellement, les hommes qui, en buvant trop, se salissaient et altéraient leurs capacités intellectuelles, pouvaient aussi temporairement affaiblir leur position dans l’ordre naturel en se rabaissant au niveau de la bête, de l’enfant ou de l’idiot. Les ivrognes étaient souvent dépeints métaphoriquement sous les traits d’animaux représentant la paresse, la bêtise, la gloutonnerie ou l’esprit querelleur. Ceux qui perdaient le contrôle de leurs fonctions corporelles, se laissant aller à l’incontinence, vomissant ou tombant le nez dans leur verre, pouvaient s’attendre à être tournés en ridicule par leurs compagnons5.

  • 6 Fries, Spiegel, p. 6-7.
  • 7 J. Scodel, Excess and the Mean in Early Modern English Literature, Princeton, 2002, Princeton Univ (...)

7Mais les hommes qui parvenaient à se contrôler lorsqu’ils buvaient étaient décrits de façon positive, même s’ils consommaient beaucoup d’alcool. Ceux qui étaient de nature sanguine conservaient théoriquement leur noblesse, même saouls. Les gravures sur bois et les chansons à boire de l’époque moderne les montrent enjoués, bons vivants, la chanson à la bouche et doux comme des agneaux. Les ivrognes colériques pouvaient eux aussi être perçus sous un jour favorable, malgré leur esprit querelleur. Ils étaient typiquement dépeints l’épée brandie et vêtus en soldats, chez qui une nature belliqueuse ne pouvait être qu’une vertu. L’ébriété même pouvait passer pour une prise de risque, dans la mesure où être prêt à exposer ainsi sa nature profonde créait un lien étroit de fraternité avec ses compagnons de beuverie6. Les poètes anglais ont, dans certains cas, prôné la consommation excessive d’alcool en compagnie d’autres hommes comme une forme d’union divine, pouvant inspirer de suprêmes élans de créativité, notamment parmi ceux qui jouissaient d’une position sociale élevée7.

  • 8 B. A. Tlusty, Bacchus and Civic Order: The Culture of Drink in Early Modern Germany, Charlottesvil (...)
  • 9 B. A. Tlusty, « Crossing gender boundaries. Women as drunkards in early modern Germany », Ehrkonze (...)

8En revanche, les femmes ivres, en s’échauffant et en devenant plus sanguines, étaient coupables, non seulement de se livrer à une activité masculine, mais aussi d’inverser l’ordre naturel du monde physique. Les femmes qui buvaient trop étaient, au mieux, considérées comme des débauchées, dépensières et mauvaises mères. Pire encore, les femmes ivres apparaissaient dans les représentations de la perversion féminine suprême, le sabbat des sorcières8. Alors que l’ivresse chez les hommes était souvent tolérée, voire célébrée, l’imagerie de l’art et de la littérature de l’époque moderne, comme les dépositions des voisins et des familles, glanées dans les archives judiciaires, suggèrent une attitude très hostile envers la femme qui s’enivre9.

Économie

9Non seulement l’alcool au féminin était jugé inapproprié pour des raisons physiques, mais les dépenses en boisson pouvaient saper l’autorité financière du foyer et dilapider les ressources du ménage. Hommes et femmes pouvaient essuyer des critiques pour l’argent gaspillé en consommation excessive d’alcool. Mais il y avait une différence essentielle dans la manière dont leurs dépenses étaient qualifiées ou passaient pour excessives. La relation entre masculinité et consommation d’alcool dans le monde de l’époque moderne était intimement liée, en effet, aux questions économiques.

10Tout d’abord, trinquer ensemble était une nécessité dans la plupart des professions, et la consommation d’alcool était directement liée à l’entretien du ménage. Tous les contrats de l’époque moderne étaient conclus autour d’un verre, et très souvent prétextes à beuverie. Les hommes accusés de passer trop de temps dans des débits de boisson avaient souvent recours à cet argument pour se disculper, ces établissements faisant office de lieux de rencontre pour conclure toutes sortes d’affaires. Les artisans achetaient leurs fournitures, prenaient les commandes et livraient les produits finis dans les cabarets ; les compagnons y signaient leur contrat avec de nouveaux maîtres ; les paysans s’y engageaient pour les travaux des champs ; les colporteurs y vendaient des articles de mercerie, des livres bon marché et transmettaient les dernières nouvelles. Les beuveries étaient également un aspect important du rituel des réseaux d’artisans et des confréries, essentiel à l’époque moderne pour associer l’identité masculine à un métier honorable. Tout en haut de l’échelle sociale, marchands et patriciens scellaient contrats commerciaux et traités politiques par une tournée dans leur salon privé.

  • 10 A. E. Crawley, « Drinks, drinking », Encyclopaedia of Religion and Ethics, J. Hastings dir., New Y (...)

11Que les libations pour signer un contrat aient rarement été limitées à un seul verre procédait d’une autre obligation masculine de l’époque moderne, à savoir faire montre publiquement de largesse. Le partage et la réciprocité, surtout lorsqu’il s’agit de subvenir à des besoins essentiels tels que la nourriture et la boisson, sont décrits par les psychosociologues comme les principes fondamentaux de la société. Selon ce rite, l’hôte donne quelque chose qui lui appartient et dans le cas des débits de boisson, c’est un verre d’alcool. Dans de nombreuses sociétés, selon les anthropologues, l’alcool a une valeur symbolique bien supérieure à sa valeur économique ou à ses propriétés physiques, valeur imputable à son statut de liquide sacré10. C’est manifestement le cas de la culture chrétienne durant l’époque moderne, dans laquelle la thématique associant le vin au sang du Christ, dans le corps d’un homme, était omniprésente.

12À tous les échelons de la société, la démonstration publique d’hospitalité comme expression du statut social prenait sa forme la plus somptueuse à l’occasion des noces, qui avaient aussi une fonction de contrat, tant économique que spirituel, et étaient invariablement célébrées avec des boissons alcoolisées.

  • 11 Selon Lyndal Roper, c’est une « métaphore pour le bien vivre », L. Roper, The Holy Household. Wome (...)
  • 12 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 122-125

13Les gens du commun, tout comme les élites, prenaient part à la traditionnelle compétition économique autour du faste des noces, chacun rivalisant avec son voisin pour démontrer son sens de l’hospitalité. Mais l’obligation faite aux hommes d’afficher publiquement leur richesse – ou pour l’homme ordinaire, tout au moins sa prospérité économique – ne se limitait pas aux événements exceptionnels. L’honneur et le statut n’étaient pas des ressources statiques qui, une fois acquises, devenaient un élément permanent de l’identité d’un individu. C’étaient plutôt des variables qui devaient constamment être réaffirmées. La compétition économique qui se jouait aux tables des auberges et des tavernes était, par conséquent, un événement quotidien. Les hommes d’honneur qui appartenaient à la société des débits de boisson étaient censés régler leur part de l’addition et avoir les moyens de « payer sa tournée » était une condition essentielle de la sociabilité dans ces lieux11. Un artisan qui laissait l’ardoise à ses compagnons de beuverie s’exposait à des insultes et pouvait même se voir accusé de déshonorer la confrérie tout entière. Faire allusion à une dette laissée impayée dans une taverne pouvait servir à discréditer un témoignage devant un tribunal12. Bref, l’argent dépensé en alcool par les hommes signifiait bien plus que le simple coût d’un divertissement. Il était intrinsèquement lié à la réputation morale et sociale du buveur.

Sociabilité masculine

  • 13 Montaigne raconte avoir été invité par des Allemands à se joindre à un de leur « concours de tourn (...)
  • 14 Cité dans O. D. Potthoff et G. Kossenhaschen, Kulturgeschichte der deutschen Gaststätte, Berlin, G (...)
  • 15 Franck, Von dem greüwlichen laster, B2, Anhang; F. Blanke, « Reformation und Alkoholismus », Zwing (...)
  • 16 J. Scodel, Excess, ouvr. cité, p. 215; Blasius Multibibus [pseud.], Jus Potandi oder Zechrecht (16 (...)

14Les règles de la sociabilité masculine exigeaient non seulement la réciprocité dans le paiement des tournées, mais aussi qu’on y prît part. C’est là que se croisent les questions de contrôle corporel et la culture économique des tournées. C’était particulièrement le cas au sommet de l’échelle sociale, où payer des boissons alcoolisées représentait un moindre sacrifice, la consommation elle-même revêtant alors une signification plus grande que la dépense qu’elle représentait. Les hommes aisés étaient souvent soumis à une forte pression, les contraignant à trinquer encore et encore. La tradition qui voulait que l’on vidât son verre à chaque toast porté (Zutrinken en allemand), au cours de ce qui équivalait à un concours de consommation d’alcool, était particulièrement forte en Allemagne et en Angleterre13. Au point que les critiques contemporains des habitudes allemandes de consommation d’alcool immodérée déploraient que le dieu du vin fût en passe de remplacer le dieu de la guerre comme symbole de la virilité allemande : « Les Allemands étaient jadis une nation de guerriers » se lamentait l’humaniste italien Giovanni Francesco Poggio Bracciolini au XVe siècle. « De nos jours, ils recherchent leur bravoure virile, non pas dans les armes, mais dans des duels au vin, le plus grand héros étant celui qui peut en absorber le plus. »14 Martin Luther et le théologien Sebastian Franck voyaient dans cette triste évolution un signe annonciateur de la fin du monde15. Au-delà des frontières de l’Allemagne, cette coutume fut aussi la cible des attaques des calvinistes suisses autant que des puritains anglais, généralement moins tolérants vis-à-vis de la culture de l’alcoolisme que leurs homologues allemands. Les réponses anglaises et allemandes à ces critiques, qui sont en partie seulement à prendre au second degré, faisaient valoir que les concours de boisson créaient des liens de camaraderie masculine et assimilaient le risque lié au comportement alcoolique au courage dans la bataille16.

  • 17 M. Steidel, Die Zecher- und Schlemmerlieder im deutschen Volksliede bis zum Dreisigjährigen Krieg, (...)
  • 18 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 125-126.

15Si la littérature décrivant ces duels au vin visait essentiellement les mœurs de cour, les gens du peuple participaient, eux aussi, au rituel des tournées. Même si leurs moyens financiers ne leur permettaient pas de se livrer à des excès comparables à ceux des grands banquets de la haute société, ils étaient néanmoins l’objet de pressions pour suivre le rythme de leurs compagnons de beuverie. Les chansons à boire populaires dénigraient les hommes qui ne trinquaient pas à chaque tournée offerte, menaçaient d’exclure les buveurs trop lents de l’assemblée et leur refusaient donc la compagnie de leurs comparses17. Les artisans étaient moins enclins à employer l’expression « porter un toast », privilégiée par les élites et qui se traduisait par des beuveries excessives. Pour les classes supérieures, aux yeux desquelles la valeur monétaire de l’alcool était souvent insignifiante, c’est la consommation même d’alcool qui créait le lien social. Parmi les artisans, par contre, la valeur économique de la boisson alcoolisée pouvait également jouer : le refus de consommer une boisson offerte par autrui impliquait une volonté de maintenir une distance sociale, et dépréciait en outre le sacrifice de l’acheteur. Les gens du peuple parlaient donc d’offrir un « verre d’honneur » ou de « fraternité ». Cependant, comme leurs homologues de l’élite, ils formulaient le caractère de réciprocité de la boisson sous le terme « faire honneur »18.

  • 19 Ibid., p. 147-157.
  • 20 K. Stuart, Defiled Trades and Social Outcast. Honor and Ritual Pollution in Early Modern Germany, (...)

16En raison de l’importance de ces rituels informels dans la construction des identités sociales, ne pas « faire honneur » à celui qui offrait une boisson en refusant de boire ou en la laissant trop longtemps dans son verre constituait une insulte, car refuser un verre équivalait à un refus symbolique du contact social. Un tel geste pouvait être pris très au sérieux dans la société de l’époque moderne où, entre hommes, les questions d’honneur étaient intimement liées au statut aux yeux de ses pairs. Les hommes de l’époque moderne utilisaient l’espace public de la taverne et leur propre participation ou non-participation aux beuveries pour établir et confirmer leur statut et leur identité sociale. Aussi les buveurs étaient-ils souvent très circonspects dans le choix de leurs compagnons de beuverie ; leur description des événements ayant conduit à une altercation précisait régulièrement avec qui ils trinquaient et avec qui ils ne trinquaient pas. Ils hésitaient à boire avec des individus dont le comportement n’était pas conforme aux règles de la société des cabarets, par exemple, avec ceux qui étaient trop bruyants, agressifs ou incapables de payer leur addition. Trinquer avec des personnes de statut médiocre ou jugées peu honorables pouvait aussi rabaisser le statut social d’un homme aux yeux de ses pairs19. En Allemagne, trinquer avec les membres de certaines professions considérés comme des parias, tels que les bourreaux et les équarrisseurs, pouvait conduire à l’ostracisme social, voire à l’expulsion d’une confrérie. Trinquer ensemble pouvait aussi être une tactique délibérée pour créer un lien social ou juridique20.

17Ces règles exerçaient une forte pression sur les hommes de l’époque moderne afin qu’ils participassent à des beuveries, car refuser un verre offert pouvait être perçu comme une humiliation publique, voire une accusation de déshonneur. Le refus d’accepter un verre offert dans un esprit fraternel était régulièrement avancé pour justifier coups de poing, combats à l’épée et même duels et coups de couteau à l’issue fatale. Ne pas respecter les règles de la culture de la consommation d’alcool pouvait s’avérer un choix dangereux, à tous les échelons de la société.

Espace

18En raison de l’association entre alcool et virilité évoquée plus haut, les débits de boisson de l’époque moderne étaient en majorité des espaces masculins. Selon de nombreuses femmes, ces lieux étaient par conséquent les adversaires naturels des obligations domestiques du maître de maison. Les femmes se plaignant de l’habitude qu’avait leur mari de faire la tournée des bars suggéraient souvent une relation à somme nulle entre le débit de boisson et le foyer, la consommation d’alcool se faisant nécessairement aux dépens de l’entretien du ménage. Éviter carrément le débit de boisson était néanmoins impossible pour la plupart des hommes qui en dépendaient, non seulement pour leurs relations d’affaires, mais aussi pour réaffirmer leur réputation aux yeux du public. Si les tavernes étaient des lieux propices aux distractions et à une agréable sociabilité, la pression les contraignant à prouver leur virilité ne se relâchait pas entre leurs murs. Elle y était même plus intense encore. Quel que soit le statut de l’établissement, l’espace où les hommes se réunissaient pour boire était une scène publique sur laquelle ils devaient briller. Ils y réaffirmaient les valeurs populaires de générosité, de réciprocité et de sociabilité, qui impliquaient non seulement amitié et camaraderie, mais aussi rivalité et compétition. Beuveries et jeux de carte se terminaient souvent par des échanges d’insultes qui, selon les normes d’honneur masculin de l’époque, exigeaient normalement une réponse physique.

  • 21 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 126-133; A. Tlusty, « Violence and urban identity. Communicatio (...)

19La violence était par conséquent un phénomène courant, mais rarement incontrôlé. D’un côté, la présence de témoins poussait l’homme à ne pas céder, car l’honneur contesté ne pouvait être lavé qu’en public. Insultes, gestes et bagarres n’auraient eu que peu de portée sans témoins. D’un autre côté, l’espace public du débit de boisson contribuait aussi à limiter les dégâts dans les situations explosives, les personnes présentes garantissant l’adhésion des protagonistes aux règles admises du combat loyal et empêchant souvent que les choses ne dégénèrent21.

  • 22 B. Kümin, « Public houses and their patrons », The World of Tavern. Public Houses in Early Modern (...)

20Le fait que le débit de boisson ait une forte connotation masculine ne signifie pas que les femmes n’y étaient pas présentes. Non seulement elles y travaillaient comme patronnes ou servantes, mais elles y accompagnaient régulièrement leur mari et d’autres membres de la famille au titre de clientes. Les femmes pouvaient également se réunir dans un débit de boisson, en groupes exclusivement féminins, surtout à la campagne, pour célébrer les rites du carnaval ainsi que les coutumes associées à la naissance d’un enfant, notamment pour le vin d’honneur après la messe. Les femmes étaient aussi invitées à des noces et à des bals dans les auberges. Toutefois, une frontière séparait généralement ces activités respectables des incursions non réglementées de femmes, seules ou par deux, dans les débits de boisson. Pour une femme non accompagnée, s’asseoir ou ne serait-ce que pénétrer dans un tel lieu, pouvait l’exposer à des accusations de prostitution. C’était tout particulièrement le cas des femmes qui buvaient en compagnie d’hommes qui n’étaient pas des membres de leur famille, ce qui provoquait presque immanquablement des accusations d’inconduite sexuelle. Le stéréotype de la femme légère qui s’affiche en public pouvait s’étendre au personnel de la taverne, comme on le constate par exemple dans la description des patronnes, représentées dans la littérature anglaise comme lascives et indignes de confiance22.

  • 23 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 190-191; B. Kümin, Drinking Matters. Public Houses and Social E (...)
  • 24 P. Clark, The English Alehouse. A Social History, 1200-1830, Londres, Longman, 1983; T. Brennan, P (...)

21Les espaces où l’on buvait de l’alcool contribuaient à souligner, non seulement l’identité masculine, mais aussi les divers degrés du pouvoir et des privilèges masculins. La relation entre espace et richesse variait d’une région d’Europe à l’autre, mais le débit de boisson était toujours un élément de définition du statut social. Dans certaines villes allemandes où les mendiants n’avaient pas du tout le droit de consommer dans les débits de boisson, de pauvres hères risquaient le bannissement et la perte de leur seul moyen de subsistance pour offrir une tournée, tandis que les salons privés des classes dirigeantes devenaient des centres du pouvoir politique. Dans d’autres régions européennes, un pauvre « méritant » pouvait prétendre être servi aux frais de l’État dans les débits de boisson, quoique pas à la table de personnes d’un rang plus élevé23. En Angleterre, des tavernes bon marché accueillaient les hommes des classes défavorisées, alors qu’en France les classes moyennes se retrouvaient dans des guinguettes de banlieue tandis que les nantis consommaient dans des cafés plus chics. Une dynamique sociale similaire a été identifiée dans les auberges et tavernes de l’Amérique coloniale24. Bien que trinquer ensemble ait pu atténuer les écarts sociaux, la différentiation entre débits de boisson et les espaces distincts qui cloisonnaient ces lieux soulignaient le plus souvent les hiérarchies sociale, économique et sexuelle.

Désordre

22Bien qu’on retrouve dans l’Europe de l’époque moderne de nombreuses situations où s’exerce une énorme pression sur les hommes pour les inciter à boire – et bien qu’en réalité, même les beuveries excessives aient parfois rempli des fonctions culturelles positives – l’exigence de discipline et de contrôle était inhérente à l’image de ce que devait être une consommation virile d’alcool. Ne pas tenir l’alcool affaiblissait la puissance et la réputation masculines.

23La consommation d’alcool pouvait provoquer divers troubles. L’ivresse entraînait souvent, et comme aujourd’hui encore, des violences domestiques, détruisant l’harmonie du foyer ou mettant même en péril la vie de ses membres. Une ébriété excessive perturbait également les rythmes de travail et épuisait les ressources du ménage, débouchant sur des accusations d’oisiveté, d’épicurisme et de dilapidation. En Allemagne, ne pas tenir l’alcool pouvait entraîner la perte d’autres prérogatives masculines. Les hommes accusés d’avoir, sous l’emprise de l’alcool, exercé de mauvais traitements sur les membres de la famille ou d’avoir gaspillé leur argent, pouvaient non seulement se voir interdire l’accès aux débits de boisson, mais aussi perdre leurs permis de port d’armes et de circulation nocturne dans les rues, deux privilèges qui, tout comme celui de boire en société, étaient emblématiques de la vie publique masculine. Dans des cas critiques, les femmes des buveurs pouvaient même se voir confier le contrôle de tout ou partie des ressources du ménage, inversant de fait la hiérarchie traditionnelle du foyer.

  • 25 A. Tlusty, « Drinking, family relations and authority in early modern Germany », The Journal of Fa (...)

24La consommation d’alcool était également associée à la sexualité illicite. La tendance à atténuer les inhibitions sexuelles qu’induit l’alcool n’en était pas la seule raison. De même que les verres partagés par les mariés à leur noce symbolisaient leur union, pour des personnes de sexe opposé qui n’étaient pas mariées, trinquer ensemble pouvait symboliser un jeu sexuel inconvenant. La consommation d’alcool, fût-ce en très petite quantité, pouvait passer pour un trouble à l’ordre public si elle se faisait en compagnie de personnes inappropriées. C’était habituellement l’honneur de la femme qui était en jeu dans de telles situations, même si des hommes mariés buvant avec des femmes de réputation douteuse pouvaient aussi s’attirer des accusations d’adultère25.

  • 26 Ibid., p. 268.

25Bien que les effets de l’alcool sur l’organisme à l’époque moderne aient été perçus comme allant dans le sens de la stimulation de la virilité et de la fertilité, les effets négatifs de l’excès de consommation sur la procréation étaient bien connus. Les représentations d’hommes tournés en dérision pour leur incapacité sexuelle, ou s’endormant aux côtés de leur épouse frustrée, étaient légion dans la littérature des XVIe et XVIIe siècles. Les autorités prenaient ce problème au sérieux, l’impuissance compromettant la reproduction et affaiblissant les liens du mariage. Les maris impuissants pouvaient même se voir reprocher d’exposer leurs femmes à la tentation de l’adultère. Certains théologiens de la Réforme considéraient l’impuissance comme un motif de dissolution du mariage. Il faut toutefois noter que c’était aussi la seule circonstance dans laquelle l’ivresse pouvait atténuer la culpabilité en cas de crimes sexuels ; si un homme pouvait convaincre les autorités qu’il était trop saoul pour conclure un acte sexuel illicite, l’argument pouvait jouer en sa faveur26.

  • 27 L. Roper, Oedipus and the Devil. Witchcraft, Sexuality, and Religion in Early Modern Europe, Londr (...)

26Le désordre était aussi entendu au sens collectif. Pour les maîtres de maison, dont la place à la tête du foyer était une métaphore du pouvoir de l’État, des sens non-maîtrisés pouvaient renvoyer au microcosme d’une communauté incontrôlée. Non seulement les autorités craignaient que des achats inconsidérés d’alcool pussent mener le foyer à sa ruine et le réduire à la mendicité, mais les responsables civiques publiaient souvent des arrêtés dans des temps particulièrement troublés (tels que la guerre, la peste ou la famine) expliquant la colère divine par les péchés collectifs d’ivresse et de blasphème, qui incitaient Dieu à punir la communauté tout entière. Les hommes étaient plus susceptibles que les femmes d’être la cible de cette accusation spécifique. Alors que les femmes ivres pouvaient perdre le contrôle de leur corps et inviter à des relations sexuelles illicites, servant ainsi de réceptacle au péché, le corps plus actif et plus puissant de l’homme projetait son péché vers l’extérieur lorsqu’il était hors de contrôle, d’où un danger plus grand encore. D’innombrables descriptions et représentations donnent du corps masculin sous l’emprise de la boisson l’image d’un frêle esquif menaçant de rompre à tout instant ses amarres et de répandre son contenu dans l’environnement, dans une métaphore cosmique du chaos27.

27Le problème avec l’alcool dans ces cas n’était jamais attribué à la boisson même, mais à l’abus indiscipliné qu’on en faisait. Certains types de breuvages et certaines formes de violence (notamment domestiques) étaient, non seulement tolérés par la norme officielle, mais même encouragés dans un contexte adéquat. La consommation d’alcool, même jusqu’à l’ivresse, était nécessaire à la conduite des affaires et au maintien de la réputation masculine. L’aptitude à se battre, et par conséquent à défendre son foyer et sa communauté, était également capitale dans la conception du maître de maison à l’époque moderne, tout comme la capacité d’instaurer une réelle discipline chez soi, au besoin par la violence. C’est seulement lorsque la consommation d’alcool ou la violence constituaient une menace durable pour l’ordre communautaire qu’elles devenaient problématiques. Une simple soirée éméchée ou une scène de ménage mouvementée n’entrait pas en ligne de compte ; les bornes n’étaient franchies que lorsque le comportement d’un buveur menaçait de détruire définitivement le ménage ou pesait sur la communauté.

  • 28 W. Boelke, « “Die sanftmütige Accise”. Zur Bedeutung und Problematik der “indirekten Verbrauchsbes (...)

28Le rôle joué par l’alcool dans l’économie européenne compliquait, cependant, les efforts déployés pour en contrôler la consommation. Les taxes d’accise et autres revenus prélevés sur la vente de boissons alcoolisées étaient des sources capitales de revenu pour la plupart des gouvernements européens, représentant dans certains cas jusqu’à cinquante pour cent du revenu municipal28. Aussi, pour des raisons tant financières que culturelles, les nombreuses lois visant l’ivresse et les toasts, instaurées durant la période moralisatrice de la Réforme, ainsi que les « mesures de discipline sociale » de la période suivante ou les initiatives des Lumières contre l’« épidémie de gin » du XVIIIe siècle n’étaient-elles tout simplement pas appliquées. Les objectifs des moralistes et des tenants de la discipline entraient, en effet, directement en conflit, tant avec les exigences de sociabilité masculine qu’avec les nécessités fiscales de l’État.

Conclusion

  • 29 B. Daniels, Puritans at Play, ouvr. cité, p. 142; M. Kobelt-Groch, « Unter Zechern, Spielern, und (...)

29Durant l’époque moderne, tout le monde en Europe ou presque consommait des boissons alcoolisées. Les hommes et les femmes, les enfants et les personnes âgées, les clercs comme les laïcs, et même les habitants des plus misérables demeures ou les prisonniers enfermés dans des donjons, tous pouvaient prétendre à une ration quotidienne de vin ou de bière. C’était vrai pour les luthériens et les catholiques, mais également pour les puritains anglais, les anabaptistes et d’autres communautés religieuses plus radicales29. Le type de boisson et la quantité admise variaient cependant selon l’âge, le sexe et le statut. Les hommes adultes, en particulier dans les classes moyennes et supérieures, pouvaient faire l’objet d’énormes pressions les contraignant à boire, non seulement sans modération, mais aussi sans perdre leur contrôle. Tant qu’elle ne mettait pas en péril la santé de l’individu ou son foyer, la société tolérait l’ivresse comme un effet secondaire naturel de ces pressions.

  • 30 A. Tlusty, « Crossing gender boundaries », art. cité, p. 192-195.

30L’ivresse chez les femmes était perçue, en revanche, de manière beaucoup plus négative. Assurément, les femmes buvaient, et certaines sans modération. Mais, alors qu’un homme ivre pouvait habituellement compter sur le soutien de ses camarades, et même bien souvent de sa femme, une femme ivre ne pouvait espérer aucun soutien de qui que ce soit. Les théoriciens de l’époque moderne prêtaient au vin et à la bière la faculté de stimuler les vertus masculines telles que le courage, l’esprit et la virilité ; chez les femmes, ces mêmes traits devenaient impudeur, logorrhée verbale et dévergondage. Les hommes affichaient leur prospérité en offrant des tournées et confirmaient leurs prouesses physiques en les consommant ; les femmes qui dépensaient de l’argent en boissons inversaient la hiérarchie du foyer30. Les rites masculins de consommation d’alcool étaient liés à la conclusion de contrats et à des engagements professionnels ; lorsqu’ils étaient pratiqués par des femmes, ils suggéraient invariablement une perversion de la norme et pouvaient exposer à des accusations de licence sexuelle. Le simple fait de pénétrer seule dans un débit de boisson ou de boire en compagnie masculine suffisait à compromettre la réputation d’une femme. En résumé, en matière de consommation d’alcool, les comportements qui renforçaient l’honneur masculin pouvaient ternir celui d’une femme. Si les fondements philosophiques des opinions de l’époque moderne sur l’alcool et les différences entre les sexes ont été dénoncés pendant les Lumières, nombre des stéréotypes auxquels ils ont donné naissance persistent pourtant dans la société contemporaine.

Notes

1 Matthias Abele von und zu Lilienberg, Metamorphosis telae iudiciariae, d. i. Seltsame Gerichts-Händel 2, Nuremberg, 1668, p. 676.

2 Lorenz Fries, Spiegel der Arzney, Strasbourg, 1546, p. 6-7 ; Achilles Pirminius Gasser, « Warnungs Schluss Reden von der Trunckenheit, 1570, an die beede Stubens geselschafft zu Augsburg, gestelt », manuscrit non publié, Staats und Stadtbibliothek Augsburg 2° Cod.S.112.

3 B. C. Daniels, Puritans at Play. Leisure and Recreation in Colonial New England, New York, Palgrave and Macmillan, 1995, p. 142-143; Hieronymus Brunschwig, Das Buch zu Distilieren die zusamen gethonen Ding, Strasbourg, 1521, p. 2; E. J. Rau, Ärtzliche Gutachten und Polizeivorschriften über den Branntwein im Mittelalter, thèse de médecine, Leipzig, 1914, p. 15.

4 Walter Ryff, Spiegel und Regiment der Gesundheit, Francfort-sur-le-Main, 1544, p. 64; Erhard Schoen, Die Vier Eygenschafften und Würckung des Weins, vers 1528, dans Der Deutsche Einblattholzschnitt in der ersten Hälfte des XVI. Jahrhunderts, M. Geisberg éd., Munich, 1923-1930, p. 30; Hyeronimus Brunschwig, Das Buch zu Distilieren, ouvr. cité, p. 41.

5 Sebastian Franck, Von dem greüwlichen Laster der Trunckenheyt, [Justenfelden], vers 1531, H2v; M. Suutala, Tier und Mensch im Denken der deutschen Renaissance, Helsinki, Suomen, 1990, p. 129 et 139; P. Withington, « Company and sociability in early modern England », Social History, no 3, 2007, p. 291-297.

6 Fries, Spiegel, p. 6-7.

7 J. Scodel, Excess and the Mean in Early Modern English Literature, Princeton, 2002, Princeton University Press, p. 213-216.

8 B. A. Tlusty, Bacchus and Civic Order: The Culture of Drink in Early Modern Germany, Charlottesville, University of Virginia Press, 2001, p. 137. Voir aussi W. Behringer dir., Hexen und Hexenprozesse in Deutschland, Munich, DTV, 1988, p. 290, 292, 281.

9 B. A. Tlusty, « Crossing gender boundaries. Women as drunkards in early modern Germany », Ehrkonzepte in der Frühen Neuzeit: Identitäten und Abgrenzungen, S. Backmann, H.-J. Künast, S. Ullmann, B. A. Tlusty dir., Berlin, Akademie Verlag, 1998, p. 185-198.

10 A. E. Crawley, « Drinks, drinking », Encyclopaedia of Religion and Ethics, J. Hastings dir., New York, Charles Scribner’s Sons, 1912, p. 72-82; S. Brandes, Power and Persuasion. Fiestas and Social Control in Rural Mexico, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1988, p. 176; K. Kircher, Die sakrale Bedeutung des Weines im Altertum, Giessen, Topelmann, 1910, p. 66-67, p. 82-90; M. Toussaint-Samat, Histoire naturelle et morale de la nourriture, Paris, Bordas, 1987, p. 253 et 258; F. Dillistone, Christianity and Symbolism, Londres, Collins, 1955, p. 224-227.

11 Selon Lyndal Roper, c’est une « métaphore pour le bien vivre », L. Roper, The Holy Household. Women and Morals in Reformation Augsburg, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 116-117.

12 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 122-125

13 Montaigne raconte avoir été invité par des Allemands à se joindre à un de leur « concours de tournées » par pure courtoisie, sans y être obligé, car il était étranger. Michel de Montaigne, Complete Works : Essays, Travel Journal, Letters, D. Frame éd., Stanford, Every man’s Library, 1948, 1957, p. 892.

14 Cité dans O. D. Potthoff et G. Kossenhaschen, Kulturgeschichte der deutschen Gaststätte, Berlin, Glass, vers 1932, p. 142.

15 Franck, Von dem greüwlichen laster, B2, Anhang; F. Blanke, « Reformation und Alkoholismus », Zwingliana, no 9, 1953, p. 83.

16 J. Scodel, Excess, ouvr. cité, p. 215; Blasius Multibibus [pseud.], Jus Potandi oder Zechrecht (1616), A8; Johannes von Schwarzenberg, Der Zudrincker vnd Prasser Gesatze, Ordenung, vnd Instruction, Oppenheim, vers 1512.

17 M. Steidel, Die Zecher- und Schlemmerlieder im deutschen Volksliede bis zum Dreisigjährigen Krieg, Karlruhe, J. Liepmannssohn, 1914, p. 71.

18 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 125-126.

19 Ibid., p. 147-157.

20 K. Stuart, Defiled Trades and Social Outcast. Honor and Ritual Pollution in Early Modern Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 47 et p. 83; J. Fischart, Geschichtsklitterung (Gargantua), U. Nyssen éd., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgeselleschaft, 1967 [1608], p. 120; P. Withington, « Company », art. cité.

21 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 126-133; A. Tlusty, « Violence and urban identity. Communication strategies between authorities and citizens in the adjudication of fights », J. Van Horn Melton dir., Cultures of Communication from Reformation to Enlightenment. Constructing Publics in the Early Modern German Lands, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 10-23.

22 B. Kümin, « Public houses and their patrons », The World of Tavern. Public Houses in Early Modern Europe, B. Kümin et B. Ann Tlusty dir., Aldershot, Ashgate, 2002, p. 55-61; J. Bennett, « Misogyny, popular culture and women’s work », History Workshop Journal, no 31(1), 1991, p. 166-188.

23 A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité, p. 190-191; B. Kümin, Drinking Matters. Public Houses and Social Exchange in Early Modern Central Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, p. 66.

24 P. Clark, The English Alehouse. A Social History, 1200-1830, Londres, Longman, 1983; T. Brennan, Public Drinking and Popular Culture in Eighteenth-Century Paris, Princeton, Princeton University Press, 1988; S. Salinger, Taverns and Drinking in Early America, Baltimore, The John Hopkins University Press, 2004, p. 48-50 et 150.

25 A. Tlusty, « Drinking, family relations and authority in early modern Germany », The Journal of Family History, janvier 2004, p. 253-273.

26 Ibid., p. 268.

27 L. Roper, Oedipus and the Devil. Witchcraft, Sexuality, and Religion in Early Modern Europe, Londres, Routledge, 1994, p. 23-24; A. Tlusty, Bacchus, ouvr. cité., p. 63-65.

28 W. Boelke, « “Die sanftmütige Accise”. Zur Bedeutung und Problematik der “indirekten Verbrauchsbesteuerung” in der Finanzwirtschaft der deutschen Territorialstaaten während der frühen Neuzeit », Jahrbuch für die Geschichte Mittel-und Ostdeutschlands, no 21, 1972, p. 99-101; G. E. Snow, « Drink houses in early modern Russia », World of the Tavern, ouvr. cité, p. 195 et 201; P. Clark, The English Alehouse, ouvr. cité, p. 3, 45 et 178; R. Unger, Beer in the Middle Ages and the Renaissance, Philadelphie, The University of Pennsylvania Press, 2004, p. 195-198; M. Prak, The Dutch Republic in the Seventeenth Century. The Golden Age, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 78; B. Kümin, Drinking Matters, ouvr. cité, p. 79-80.

29 B. Daniels, Puritans at Play, ouvr. cité, p. 142; M. Kobelt-Groch, « Unter Zechern, Spielern, und Häschern: Täufer im Wirtshaus », Aussenseiter zwischen Mittelalter und Neuzeit, N. Fischer et M. Kobelt-Groch dir., Leyde, Brill, 1997, p. 119-120 et 126; C.-P. Clasen, Anabaptism. A Social History, 1525-1618. Switzerland, Austria, Moravia, and South and Central Germany, Ithaca, Cornell University Press, 1972, p. 142-143 et 148; K. D. Schmidt, Die Alkoholfrage in Orthodoxie, Pietismus, und Rationalismus, Berlin, Neuland Verlag, 1927, p. 12-17.

30 A. Tlusty, « Crossing gender boundaries », art. cité, p. 192-195.

Auteur

Professeur à l’université Bucknell (Pennsylvanie). Elle est spécialiste de l’histoire moderne de l’Allemagne et de la masculinité. Elle a publié, entre autres, Bacchus and civil Order. The Culture of Dring in Early Modern Germany, Charlotteville, Virginia University Press, 2001; The Martial Ethic in Early Modern Germany. Civic Duty and the Right of Arms, Basingstoke, Palgrave, 2010.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540