Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

2. Signes et marqueurs

Clergé, mariage et masculinité au Moyen Âge

Ruth Mazo Karras

Texte intégral

  • 1 L’analyse la plus récente à ce sujet est celle de Jacqueline Murray, « One flesh, two sexes, three (...)
  • 2 R. N. Swanson, « Angels incarnate. Clergy and masculinity from gregorian reform to Reformation », (...)
  • 3 R. M. Karras, « Thomas Aquinas’s chastity belt. Clerical masculinity in medieval Europe », Gender (...)

1Ces dernières années, l’un des principaux débats sur les masculinités au Moyen Âge a porté sur le clergé. Dans la mesure où les ecclésiastiques n’étaient pas censés être concernés par deux des attributs traditionnels de la masculinité médiévale, à savoir l’activité sexuelle et le port d’armes, certains ont vu en eux une sorte de troisième sexe, à l’écart de la masculinité. Ainsi, le rejet du comportement masculin traditionnel a fait qu’on a considéré les moines en quelque sorte comme un genre indifférencié, un non-genre. Au XIe siècle, cette attitude a été étendue à l’ensemble du clergé par le mouvement de réforme, qui a tenté d’assimiler aux moines le clergé séculier. Quoique ces conclusions aient été tout d’abord avancées par Robert Swanson, Jo Ann McNamara a suggéré des choses similaires, que ce soit la neutralisation du genre chez les femmes célibataires à la fin de l’Antiquité ou celle des hommes à l’époque de la réforme1. Robert Swanson considère que la réforme grégorienne a donné naissance à une nouvelle catégorie de genre et a forgé le terme d’emasculinity, pour évoquer la masculinité de ceux dont le corps masculin n’était pas censé remplir de fonctions masculines. Il reconnaît toutefois que, à l’instar de la masculinité et de la féminité, l’emasculinity créait des tensions entre « l’angélisme auquel aspiraient les prêtres et leur désir profond d’être hommes »2. J’ai déjà exposé dans un article précédent3 que suite au mouvement de réforme du xie et du début du XIIe siècle, les membres du clergé étaient devenus, non pas des non-hommes, mais des hommes d’une espèce différente : ils ont substitué au modèle traditionnel une nouvelle forme de masculinité où la prouesse consistait à résister à la tentation.

  • 4 J. Thibodeaux, « Man of the church, or man of the village? Gender and the parish clergy in medieva (...)
  • 5 « Fighting and fornication [which] were the two major markers of lay masculinity », P. H. Cullum, (...)
  • 6 D. Neal, The Masculine Self in Late Medieval England, Chicago, University of Chicago Press, 2008, (...)
  • 7 K. Lochrie, Heterosyncrasies: Female Sexuality When Normal Wasn’t, Minneapolis, University of Minn (...)
  • 8 R. M. Karras, From Boys to Men: Formations of Masculinity in Later Medieval Europe, Philadelphie, (...)

2D’autres analyses, notamment celles qui se sont penchées sur l’aspect social de la construction de l’identité de genre, ont cherché à identifier dans l’activité sexuelle violente – et en particulier hétérosexuelle – du clergé une tentative de reconquérir la masculinité propre à la culture dans laquelle ils avaient grandi. En France, Jennifer Thibodeaux suggère que les errements cléricaux décrits dans le registre de l’évêque Eudes Rigaud (Odo Rigaldus) au XIIIe siècle correspondent chez les jeunes ecclésiastiques à une tentative de revendiquer une masculinité laïque, à l’opposé non pas de la féminité, mais de cette masculinité cléricale prêchée par Eudes et d’autres clercs4. Dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge, Patricia Cullum met l’accent sur la réussite de l’intégration dans l’environnement laïc des membres du clergé séculier (à la différence des moines). Les membres des ordres mineurs avaient, en effet, le droit de se marier, et il était rare, par ailleurs, qu’on entre dans les ordres majeurs avant 25 ans environ. Cet état de fait avait pour conséquence d’amenuiser la claire différenciation entre ecclésiastiques et laïcs que l’Église souhaitait instaurer. Les membres du clergé s’inquiétaient qu’on mît en doute leur masculinité et pratiquaient donc « la lutte et la fornication [qui] constituaient les deux principaux symboles de la masculinité dans le monde civil » afin de s’affirmer en tant qu’hommes5. Derek Neal insiste lui aussi sur le fait que curés et pasteurs faisaient partie intégrante de la communauté locale et que leur comportement masculin était peu ou prou le même que celui des laïcs6. Bon nombre de ces études ont considéré la sexualité comme une importante composante de la masculinité, sans prendre en compte le fait que l’acception du terme n’est pas la même au Moyen Âge et de nos jours. Si la vitalité sexuelle d’un homme affichant de nombreuses conquêtes était tout aussi susceptible qu’aujourd’hui d’accroître son prestige dans le cadre de sa rivalité avec d’autres hommes, on ne peut éluder le lien très fort qui associait activité hétérosexuelle et reproduction au Moyen Âge. S’abstenir de toute sexualité signifiait non seulement renoncer à l’un des plaisirs de la vie et sortir perdant de la compétition avec les autres hommes, mais aussi renoncer à l’idée de fonder une famille. Karma Lochrie avance que l’hétérosexualité n’a jamais été la norme au Moyen Âge, et qu’il faut considérer la sexualité médiévale sous un angle beaucoup plus complexe et ambivalent7. Elle se concentre sur la sexualité féminine, mais ses arguments peuvent aussi s’appliquer aux hommes : le Moyen Âge, selon elle, ne connaissait pas le concept de « norme » (dérivé des statistiques modernes), non plus que d’« hétérosexualité ». Ces deux affirmations sont incontestables. Mais si on ne peut dire que l’« hétérosexualité était la norme », on peut affirmer que « la société attendait des hommes qu’ils se reproduisent ». Comme je l’ai dit ailleurs, être un homme vers la fin du Moyen Âge signifiait, entre autres, être indépendant des autres hommes. Et faute d’indépendance totale, celle-ci était tout de même largement confirmée par le fait d’avoir son propre foyer, ce qui impliquait généralement le mariage et les enfants8.

3En quoi les ecclésiastiques différaient-ils des civils de ce point de vue ? Le comportement masculin actif des membres des ordres inférieurs, notamment dans les villes universitaires où beaucoup d’entre eux étaient concentrés, ne se différenciait peut-être pas tant que ça de celui des laïcs, puisqu’ils étaient autorisés à se marier. Je ne m’attarderai pas ici sur le cas des universitaires, développé par Antoine Destemberg plus loin dans cet ouvrage. Mais je me concentrerai sur le cas des ordres majeurs et du rapport entre leur comportement sexuel et le concept de masculinité.

  • 9 R. M. Karras, « The latin vocabulary of illicit sex in english ecclesiastical court records », Jou (...)
  • 10 M. Armstrong-Partida, « Priestly marriage : the tradition of clerical concubinage in the spanish c (...)

4À partir de 1139, le mariage avec un ecclésiastique fut interdit et considéré comme nul ; toute union avec un ecclésiastique au-delà du rang de sous-diacre devenait techniquement un concubinage. Mais l’étude de sources émanant de différentes époques et pays européens montre que le concubinage clérical était extrêmement courant. Bien entendu, il variait selon les coutumes locales mais aussi selon la façon dont ces faits étaient enregistrés. En Angleterre, par exemple, le terme de « concubine » était rarement utilisé. Aussi peut-il être difficile de distinguer dans les archives de l’Église, des tribunaux et des visites épiscopales, un prêtre ayant eu des relations sexuelles avec une prostituée ou une brève liaison avec l’une de ses paroissiennes, d’un prêtre vivant depuis longtemps avec une femme9. Dans le royaume d’Aragon, comme vient de le démontrer Michelle Armstrong-Partida, le concubinage des prêtres était très répandu et on ne faisait pas réellement d’efforts pour l’éradiquer, les efforts déployés ailleurs pour réformer le clergé, suggère-t-elle, ayant été en Espagne dirigés de préférence vers la conversion des non-chrétiens10.

  • 11 Le locus classicus est Peter Damian, Lettre 61, Die Briefe des Petrus Damiani, K. Reindel éd., Mun (...)
  • 12 H. E. J. Cowdrey, Pope Gregory VII, 1073-1085, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 543-546, p. 550-5 (...)
  • 13 Bonne présentation de ce consensus dans M. Frasseto dir., Medieval Purity and Piety. Essays on Med (...)
  • 14 A. Remensnyder, « Pollution, purity, and peace », art. cité, p. 294.
  • 15 C. Leyser, « Custsom, truth, and gender in eleventh century Reform », Gender and Christian Religio (...)

5On constate aussi une évolution dans la manière dont théologiens et moralistes percevaient cette question. Le mouvement de réforme du milieu du Moyen Âge s’était concentré sur la souillure que représentait l’activité sexuelle des prêtres : la main qui touche l’eucharistie ne doit pas toucher une femme11. La sexualité n’était évidemment pas le seul souci des réformateurs de l’Église ; la simonie et l’usage de la violence par les ecclésiastiques étaient aussi au premier plan de leurs préoccupations. Grégoire VII était au moins autant opposé à la simonie (c’est-à-dire l’achat et la vente de charges ecclésiastiques) qu’aux mœurs dissolues du clergé12. Mais on ne peut faire abstraction des liens entre les différentes pollutions susceptibles d’affecter l’Église. Le consensus universitaire au sujet du célibat des prêtres dans les débuts du mouvement de la réforme est basé sur la pureté rituelle qui sépare le clergé des laïcs13. Politiquement, l’Église affirmait son indépendance par rapport à l’autorité laïque, et ce faisant, demandait également que les ecclésiastiques n’aient pas d’ayants droit ou d’héritiers qui déposséderaient l’Église de leurs biens. C’est pourquoi le mariage des prêtres était associé à la violence et au pillage14. Théologiquement, mettre l’accent sur l’eucharistie élevait le rôle du prêtre et lui imposait d’être en état de manipuler le corps de Dieu. Il y avait donc de multiples raisons de creuser l’écart entre laïcs et clercs : une étude récente a insisté sur le rôle du pouvoir et de la propriété, plus que sur la dimension théologique, mais l’important est que ces deux raisons étaient formulées dans une rhétorique de pureté et de séparation. La séparation impliquait souvent la séparation d’avec les femmes : comme le précise Conrad Leyser, même la critique de la simonie était souvent formulée dans un langage sexuel15.

  • 16 An Alphabet of Tales. An English 15th Century Translation of the Alphabetum Narrationum of Étienne (...)
  • 17 « It was a great step away from the ideals of an ascetic world toward those of a society inhabited (...)
  • 18 P. H. Stump, The Reforms of the Council of Constance (1414-18), Leyde, Brill, 1994, p. 140-141 et (...)
  • 19 H. Köller dir., Reformation Kaiser Siegmunds, Stutgart, Anton Hiersemann, 1964, p. 148-152 ; L. Gr (...)
  • 20 J’en discuterai plus en détail ailleurs, mais voir par exemple J. Eberlin von Günzberg, Wie gar ge (...)
  • 21 Handlung des Bischofs von Merseburg mit den zwei Pfarren von Schönbach und Buch, Flugschriften aus (...)
  • 22 M. Luther, « An den christlichen Adel deutscher Nation », Luthers Werke, Weimar, Böhlau, 1883, vol (...)
  • 23 La Reformatio Sigismundi, ouvr. cité, suppose que les concubines des prêtres ne sont pas censées l (...)

6L’association entre pureté et célibat des prêtres persista durant les XIIIe et XIVe siècles, pendant lesquels elle se manifesta par des tentatives répétées, mais sans grande conviction, de faire respecter la position de l’Église ainsi que par le recours aux exempla, où l’on voyait apparaître le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe saisissant l’eucharistie des mains d’un prêtre pécheur16. Pourtant, dès le XVe siècle, le discours changea pour adopter la forme qu’il allait avoir durant les réformes du XVIe siècle. La nature corruptrice des femmes recula par rapport à des considérations d’ordre social. On le constate dans les écrits de Guillaume Durant le Jeune au XIVe siècle : s’il demandait que certains prêtres « souillés » par des femmes fussent déchargés de leur office, il suggérait aussi que le célibat des prêtres était impossible et constituait un échec patent. L’Église d’occident devait donc autoriser les prêtres à se marier, comme c’était le cas en orient. Selon la description de Constantin Fasolt, « c’était un grand pas vers une société constituée de citoyens actifs et mariés en s’éloignant de l’idéal d’un monde d’ascètes »17. Au concile de Constance (1414-1418) et au concile de Bâle (1431-1445), les discussions sur la suppression du concubinage amenèrent de nouvelles attaques contre le célibat des prêtres, fondées sur son échec pratique18. Le texte Reformatio Sigismundi, écrit par un réformateur allemand, ainsi que les Lollards en Angleterre suggérèrent que l’obligation de célibat des prêtres entraînait la sodomie19. Au début du XVIe siècle, des réformateurs allemands et anglais exposèrent que l’impossibilité pour les prêtres de se marier pouvait menacer l’ordre social, car ces prêtres séduisaient les femmes et les filles de leurs paroissiens, ébranlant ainsi la mainmise patriarcale sur les femmes du foyer20. Même les défenseurs du célibat des prêtres durant la Réforme insistèrent sur le fait que la séparation entre clergé et laïcs n’était pas une question de pureté des sacrements mais plutôt de bon ordre social, le prêtre étant censé mieux se conduire que le laïc, afin de donner l’exemple et de préserver la sainteté de ses vœux21. Ni l’une ni l’autre des parties en cause n’affirma que les concubines des prêtres de l’époque devaient être considérées comme leurs épouses, même si Luther fut très près de le faire22. Au lieu de cela, même ceux qui étaient favorables au mariage des prêtres pensaient que le concubinage attirait des femmes plutôt corrompues23.

  • 24 M. Armstrong-Partida, « Priestly wives: The role and acceptance of clerics’ concubines in the pari (...)

7Pour les deux parties, l’idée d’ordre social était étroitement liée au fait que les prêtres devaient montrer l’exemple aux laïcs – un exemple de mariage sanctifié ou un exemple de continence. Cette notion d’exemple avait un lien direct avec l’insatisfaction que beaucoup ressentaient par rapport à de nombreux aspects de l’Église institutionnelle dans l’Europe du XVe siècle, insatisfaction qui déboucha sur de nouveaux mouvements de piété laïque. Au XVe siècle, je maintiens que, si l’Église se souciait de la sexualité du clergé, ce n’est pas pour des raisons de pureté, ni en raison d’une nouvelle définition de la masculinité impliquant la lutte contre la tentation. C’est par crainte de voir ternie la réputation de l’Église, ou par peur du scandale. Une étude de cas précise sur paris entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle, suffit à démontrer la similarité entre la masculinité du clergé et celle des autres hommes en termes de comportement sexuel quotidien. Leurs paroissiens et voisins, et de fait le représentant de l’archidiacre qui veillait au respect du droit canon, n’émettaient des objections que lorsque le comportement du clergé dérangeait ou « scandalisait ». Depuis ma première présentation de cette analyse au colloque de Lyon, Michelle Armstrong-Partida a publié un article qui affirme peu ou prou la même chose au sujet de l’Espagne – une similarité qui suggère l’action des attitudes culturelles au sens large, aussi bien que des conditions et des mœurs locales24.

  • 25 Sur les pratiques des tribunaux cléricaux en ce qui concerne les concubines des prêtres, voir O. V (...)
  • 26 Archives Nationales, Z/10/18, 19, 20 et 21.
  • 27 L. Pommeray, L’officialité archidiaconale de Paris aux XVe-XVIe siècles. Sa composition et sa comp (...)

8Si abondantes qu’elles soient, les informations que nous livrent les archives des tribunaux ecclésiastiques n’en sont pas moins hostiles : les amendes représentaient, en effet, un revenu non négligeable pour les autorités ecclésiastiques locales, qui avaient aussi intérêt à préserver la réputation de l’Église25. Si les archives font fréquemment mention de la sexualité des clercs, elles ne permettent pas de la quantifier. Les exposés sur l’activité sexuelle des membres du clergé, les dépositions de témoins et les accusations de diffamation des prêtres nous renseignent sur le regard que portaient les communautés au sein desquelles vivaient les prêtres et leurs partenaires. Une étude attentive des archives criminelles de l’archidiacre de Paris, intégralement conservées pour la période de 1483 à 1505, nous donne une idée de l’attitude adoptée vis-à-vis des prêtres et de leurs partenaires sexuelles et, dans une certaine mesure de l’opinion à leur égard26. Les archives ne contiennent pas que des délits sexuels et conjugaux. Nombre d’entre elles impliquent divers types d’inconduite des prêtres : célébration de messe en des lieux où ils n’étaient pas autorisés à le faire, vêtements inappropriés, jeux de hasards, violence, détournement de fonds appartenant à l’Église27. Sur un total de 1617 cas de délits sexuels ou conjugaux durant ces vingt-deux ans, 296 impliquaient des prêtres, dont 52 étaient signalés comme « entretenant une femme » ou « vivant en concubinage » ce qui supposait un soutien financier, mais pas nécessairement une cohabitation. Dans plusieurs autres cas, classés sous la rubrique « connaissance charnelle », il est signalé que la femme vivait avec le prêtre chez lui, sans doute le plus souvent comme domestique. La plus longue liaison mentionnée a duré vingt ans, la plus brève un mois, avec une moyenne d’un an. Si ce sont les partenaires des prêtres qui subissaient l’opprobre au milieu du Moyen Âge, on peut noter que les amendes pour concubinage affectaient davantage les prêtres que leurs compagnes ; il en va de même pour les laïcs. Le fait qu’une telle liaison puisse se poursuivre des années sans être signalée au représentant de l’archidiacre indique que la communauté ne la réprouvait pas.

  • 28 AN, Z/10/19, fol. 282v.
  • 29 AN, Z/10/20, 173r.

9Quels griefs les tribunaux ecclésiastiques soulevaient-ils à l’encontre de ces unions, et qu’est-ce que cela nous apprend sur le comportement masculin des membres du clergé ? Dans la plupart des cas, aucune information n’est donnée, si ce n’est que le prêtre et/ou la femme ont payé une amende, mais certains cas sont plus révélateurs. Jean Cibart, prêtre vivant dans la paroisse de Saint Paul, a ainsi payé une amende pour avoir entretenu Jacqueline la Puissanne dans sa maison « comme si elle était sa femme, buvant, mangeant et passant la nuit avec elle, la connaissant charnellement et commettant l’adultère »28. Si elle n’est guère habituelle, la phrase « comme si elle était sa femme » n’a rien d’unique ; ce cas fournit, par ailleurs, un inventaire de ce qui constituait un partenariat domestique. Le cas de Richard Lucas et de sa concubine Antoinette montre comment une concubine pouvait estimer avoir des droits, si ce n’est légaux, du moins moraux. D’après le procureur, Antoinette vivait depuis dix-huit ans en concubinage avec Lucas. Certains de ses paroissiens l’avaient surpris seul dans son étable avec Jeanne, la femme de Simon, un tailleur du pays. Antoinette se précipita alors dans l’étable en hurlant (en français dans les archives) : « Hé le prêtre, misérable que tu es, va monter ton ânesse ; je ne te suffis donc pas ? »29 Le jugement ne nous est pas parvenu, mais il est clair qu’une concubine attendait qu’on lui fût fidèle. Ce cas montre comment, en cas de problèmes, la communauté n’hésitait pas à porter les comportements sexuels à l’attention des autorités. Richard Lucas trompait sa concubine, de surcroît avec une femme mariée, ses paroissiens l’ont donc confondu ; mais ils ne l’avaient apparemment pas fait pendant ses dix-huit années de concubinage.

  • 30 AN, Z/10/21, fol. 351v.
  • 31 AN, Z/10/21, fol. 351v.

10Le plus étonnant est que l’amende visait plus souvent le scandale provoqué par les frasques sexuelles des prêtres que leur comportement en soi (ou en plus dudit comportement). Le délit était parfois minoré, si bien qu’un membre du clergé pouvait être amené à payer une amende pour le scandale provoqué par la rumeur d’adultère, et non pour lui-même. Mais lorsque Mathieu Borderelle fut accusé de provoquer « un scandale éclaboussant tout le clergé » (scandalum totius cleri) en ayant une liaison et en entretenant une femme du nom de Jeannette, cela voulait dire que sa honte retombait sur eux tous du fait de la nature publique de son délit30. Un prêtre fut accusé d’avoir provoqué un scandale en entretenant une femme « comme sa propre femme » (tanquam propriam uxorem) ; un autre nia tout commerce intime avec la femme qui vivait à ses côtés et se refusa à reconnaître l’avoir appelée sa femme, mais admit que quelqu’un d’autre avait pu penser qu’elle était sa femme31. Le tribunal s’inquiétait manifestement avant tout d’éventuelles perturbations de l’ordre ecclésiastique par des prêtres qui, non seulement avaient des rapports sexuels avec des femmes, mais bafouaient l’autorité de l’Église en les traitant en épouses. L’influence de l’Église s’en trouvait minée et discréditée aux yeux du public. Dans les cas où le prêtre ne niait pas le délit sexuel mais s’acquittait d’une amende, tant pour le délit que pour le scandale, le délit se trouvait aggravé par le scandale.

11Nous ignorons comment ces délits parvenaient au tribunal mais le bruit pouvait avoir couru, ou le couple avoir été dénoncé. Le cas de Lucas, comme d’autres du même type, tend à prouver que la communauté n’y voyait, dans sa grande majorité, aucune objection. Si les voisins ne s’en émouvaient guère, la hiérarchie ecclésiastique, en revanche, en était scandalisée. Peut-être est-ce le peu de cas qu’en faisaient les voisins qui était scandaleux en soi, l’Église s’opposant à la normalisation des relations du clergé avec les femmes. Boire et manger avec des femmes ou être seul avec l’une d’entre elles pouvait faire scandale, non pas pour l’atteinte à l’image de l’Église, mais parce que la démarcation entre laïcs et clercs s’en trouvait brouillée.

  • 32 AN, Z/10/19, fol. 237v.
  • 33 AN, Z/10/20, fol. 168v.
  • 34 AN, Z/10/20, fol. 74v.

12Les cas qui ont soulevé des objections de la part des laïcs sont ceux où le comportement du prêtre était avéré. Nicolas Paoul, vicaire d’Espiais, fut ainsi condamné à une amende pour scandale parce que « certains compagnons se rendirent dans son presbytère et placèrent une échelle contre le mur, et à travers la fenêtre, ils virent une certaine femme de mauvaise réputation, ce qui provoqua un scandale, il escorta alors immédiatement la femme hors de la maison par la porte de derrière »32. L’inconduite de Nicolas n’était pas vraiment publique, mais les voisins devaient avoir des doutes qui les incitèrent à poser une échelle contre la maison ; une fois la présence de la femme confirmée, la situation devint scandaleuse, bien que Nicolas n’ait apparemment pas été pris sur le fait et que l’amende n’ait porté ni sur l’acte sexuel, ni sur la fréquentation de la femme. Cinq ans plus tard, Nicolas Paoul fut à nouveau condamné à une amende pour scandale parce qu’une certaine Catherine se rendait souvent dans sa chambre, bien qu’il eût juré n’avoir jamais eu de relation sexuelle avec elle33. Apparemment, les voisins devaient aussi suspecter quelque chose lorsque Gervaise Cayet, vicaire de Montsoult, se rendit chez Pierre Prevost, un tailleur de pierre, pour coucher avec la femme de ce dernier. Lorsque Gervaise ôta sa tunique, des domestiques qui se trouvaient dans la maison le rouèrent de coups. Dans ce cas, Gervaise ne fut pas cité à comparaître devant le tribunal mais se présenta de lui-même, ce qui signifie qu’il avait probablement porté plainte contre Prevost pour la raclée et devait donc avouer les circonstances dans lesquelles cela s’était passé. Il écopa d’une amende de huit sous, une coquette somme34. On constate dans ce cas l’absence de tolérance de la communauté pour l’activité sexuelle cléricale lorsqu’elle implique des prostituées ou des femmes mariées, éléments de désordre social plutôt qu’imitation de la vie conjugale civile.

  • 35 AN, Z/10/18, fol. 161r.
  • 36 AN, Z/10/21, fol. 150v.

13Les termes employés indiquent que le problème résidait dans le caractère public de ces incidents. Guillaume de la Croix par exemple amena Jeanne la Boursière chez lui « au vu de nombreuses personnes »35, scandale qui lui valut une amende. Jean Chevalier fut lui aussi condamné à une amende pour son commerce avec une certaine Jeannette avec qui il aurait eu des rapports intimes, ce qui inspira des pamphlets (libelli famosi), la surnommant « La Chevalière, qui fleurirent sur les murs »36. La forme féminine du nom du mari avait parfois cours pour les femmes mariées ; en féminisant le nom du prêtre, les pamphlets visaient à rendre la liaison publique et à la railler. Le prêtre dut aussi payer une amende pour les rapports sexuels, mais en s’attachant à dénoncer le scandale résultant de son manque de discrétion, le tribunal montre, au-delà de l’atteinte à la moralité son souci des apparences et donc de l’ordre.

  • 37 AN, Z/10/19, 135v.
  • 38 AN, Z/10/21, fol. 319r.
  • 39 AN, Z/10/21, 58r-58v.

14D’autres cas scandaleux, portés devant le tribunal en raison de comportements violents et tumultueux, soulignent que des relations durables étaient tolérées à condition de demeurer discrètes. Lorsque des scènes publiques empêchaient d’ignorer la liaison, cette dernière faisait l’objet de poursuites. Une femme du nom de Marguerite se rendit ainsi chez le prêtre Jean le Pelle et tambourina à sa porte en criant (les termes sont rapportés en français) « Ouvre, mauviette, je veux ma robe, » à quoi il répondit, « Je n’ouvrirai pas. Tiens, en voilà une de robe », et il en jeta une par la fenêtre37. Dans le cas de Georges, dénommé Tastevyn, et de sa concubine Pierrette, le scandale venait du fait qu’ils s’étaient disputés en public : « Après avoir échangé bien des mots, elle arracha ses testicules ou du moins les tira si fort que le sang coula. »38 Jean Testu paya, quant à lui, une amende pour avoir « fait la chose avec une certaine Guillemette qui fréquenta son habitation pendant une période de quatre ou cinq ans, ladite Guillemette ayant fréquemment dormi [dormivit] avec lui dans son propre lit, ou parfois dans un autre… alors que ladite Guillemette avait son propre lit dans l’habitation en question ». Testu fit aussi l’objet d’une amende pour avoir provoqué un scandale du fait que Guillemette l’avait bruyamment et publiquement traité de débauché et accusé de l’avoir gardée deux ans prisonnière dans sa chambre39. Ce qui aurait pu lui valoir la prison pour exploitation n’était vraisemblablement qu’une union qui avait mal tourné, faisant mauvaise impression et nuisant à sa réputation ; c’est la dispute qui attira l’attention du tribunal sur la liaison.

15La sexualité des clercs parisiens à la fin du XVe siècle, comme ailleurs dans l’Europe médiévale, était à la fois tolérée et condamnée. Si l’un ou l’autre des partenaires n’était pas en bons termes avec la paroisse, l’union pouvait être jugée perturbatrice et la femme privée de ses moyens de subsistance. Mais parmi les pratiques sexuelles des membres du clergé, les plus censurées étaient en grande majorité celles qui auraient aussi été jugées tout aussi transgressives chez les laïcs : l’adultère ou le commerce des femmes de mauvaise vie. Les prêtres revendiquant une masculinité « normale » en fondant leur propre foyer, et même s’ils avaient des enfants, pouvaient être tolérés par la communauté, sinon par la hiérarchie ecclésiastique dès lors qu’elle en était informée, mais afficher ostensiblement une masculinité excessive par un comportement agressif ou indiscipliné ne l’était pas.

16L’Église supportait, ou du moins n’essayait pas vraiment d’éradiquer, les comportements cléricaux proches de la masculinité laïque ordinaire, notamment le fait de fonder un foyer. Ce qui devenait scandaleux, c’était l’hyper-masculinité, l’étalage des conquêtes ou le trouble à l’ordre public. Le problème n’était pas tant la rupture du célibat que celle de l’ordre social au sens large. Au XVe siècle, à Paris, comme dans d’autres régions étudiées, les prêtres n’étaient pas si différents des autres hommes.

  • 40 Je ne cite pas de chiffres précis dans ce cas, car mes statistiques ne sont que préliminaires et n (...)
  • 41 AN, Z/10/18, fol. 169r, fol. 206r, fol. 20v.
  • 42 Il y a de nombreux cas de violence – au-delà de ceux qui impliquent des prêtres – dans lesquels au (...)

17Il faut toutefois noter que c’est le scandale lié au comportement sexuel qui menaçait l’ordre des choses. On le constate en le comparant avec un autre type de comportement hypermasculin, la violence ou la rixe (souvent présentée comme une réaction à l’insulte verbale). Les cas de violence cléricale – frapper un autre homme du poing ou avec une arme – sont presque quatre fois plus courants que les délits sexuels impliquant des prêtres40. Nombre des membres du clergé impliqués dans ces rixes appartenaient aux ordres mineurs ; certains sont signalés comme mariés, d’autres ont des professions annexes, énumérées à côté de « clericus, » notamment « manœuvre, » « batelier, » et « domestique d’un drapier »41. Bien que tous les délits sexuels relèvent du tribunal ecclésiastique, quel qu’en soit l’auteur, ce n’est que par privilège clérical, et non du fait de la nature du délit, que ce tribunal pouvait statuer sur les violences commises par le clergé42. Si l’on ne prend en compte que les prêtres accusés de tels comportements, ils sont moins nombreux que ceux qui sont accusés de délits sexuels. Les accusations de rixe sont, en outre, beaucoup plus directes. Elles sont parfois contestées, ou font état de circonstances atténuantes, par exemple le fait qu’un tiers a provoqué la bagarre ou que les coups faisaient suite à des insultes (à connotation sexuelle, notamment). Mais c’est la rixe même qui demeurait l’offense, et non le scandale qui s’ensuivait. Les rixes ne menaçaient pas autant la réputation de l’Église que les frasques sexuelles avérées. Un comportement clérical impliquant une masculinité normale était sans doute jugé délictueux, mais sans forcément tirer à conséquence. C’est quand l’hypermasculinité d’un membre du clergé menaçait le contrôle des autres hommes sur les femmes, ou provoquait des troubles évidents, qu’elle devenait sujet d’embarras pour l’Église et devait être réprimée.

Notes

1 L’analyse la plus récente à ce sujet est celle de Jacqueline Murray, « One flesh, two sexes, three genders », Gender and Christianity in Medieval Europe. New Perspectives, L. Bitel and Felice Lifshitz dir., Philadelphie, University of Pensylviana Press, 2008. J. A. McNamara a publié plusieurs articles importants, dont « Canossa and the ungendering of the public man », Render Unto Caesar. The Religious Sphere in World Politics, S. P. Ramet et D. W. Treadgold dir., Washington, American University Press, 1995; « An unresolved syllogism. The search for a Christian gender system », J. Murray dir., Conflicted Identities and Multiple Masculinities. Men in the Medieval West, New York, Garland, 1999; « Chastity as a third gender in the history and historiography of Gregory of Tours », The World of Gregory of Tours, K. Mitchell et I. Wood dir., Leyde, Brill, 2002.

2 R. N. Swanson, « Angels incarnate. Clergy and masculinity from gregorian reform to Reformation », Masculinity in Medieval Europe, D. M. Hadley dir., Harlow, Longman, 1999, p. 161.

3 R. M. Karras, « Thomas Aquinas’s chastity belt. Clerical masculinity in medieval Europe », Gender and Christianity, ouvr. cité.

4 J. Thibodeaux, « Man of the church, or man of the village? Gender and the parish clergy in medieval Normandy », Gender and History, vol. 18, no 2, 2006.

5 « Fighting and fornication [which] were the two major markers of lay masculinity », P. H. Cullum, « Clergy, masculinity and transgression in late medieval England » Hadley, art. cité, p. 186; D. E. Thiery, « Plowshares and swords. Clerical involvement in acts of violence and peacemaking in late medieval England, c. 1400-1536 », Albion, no 36, 2004.

6 D. Neal, The Masculine Self in Late Medieval England, Chicago, University of Chicago Press, 2008, p. 89-122.

7 K. Lochrie, Heterosyncrasies: Female Sexuality When Normal Wasn’t, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2005.

8 R. M. Karras, From Boys to Men: Formations of Masculinity in Later Medieval Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003, p. 109-150.

9 R. M. Karras, « The latin vocabulary of illicit sex in english ecclesiastical court records », Journal of Medieval Latin, no 2, 1992. Pour les exemples italiens, voir D. Bornstein, « Parish priests in late medieval Cortona. The urban and rural clergy », Quaderni di Storia Religiosa, no 4, 1997; pour les Pays-Bas, voir M. Vleeschouwers-van Melkebeek, « Mandatory celibacy and priestly ministry in the diocese of Tournai at the end of the Middle Ages », Peasants and Townsmen in Medieval Europe, Studia in honorem Adriaan Verhulst, J.-M. Duvosquel et E. Thoen dir., Gand, 1995, p. 681-692.

10 M. Armstrong-Partida, « Priestly marriage : the tradition of clerical concubinage in the spanish church », Viator, no 40, 2009, p. 221-253. Voir aussi « “Like man and wife”. Clerics’ concubines in the diocese of Barcelona », Journal of Medieval History, no 28, 2002.

11 Le locus classicus est Peter Damian, Lettre 61, Die Briefe des Petrus Damiani, K. Reindel éd., Munich, Monumenta Germanica Historica, 1983, 2, p. 214-216. Voir aussi Humbert of Silva Candida, « Responsio sive contradictio adversus Nicetai pectorai libellum » 21 et 26, Acta et scripta quae de controversiis ecclesiae Graecae et Latinae saeculo undecimo composita extant, C. Will éd., Lippe, G. Elmert, 1861, p. 137 et 147.

12 H. E. J. Cowdrey, Pope Gregory VII, 1073-1085, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 543-546, p. 550-554. Sur le lien entre la sexualité des prêtres, l’emploi des armes et la simonie dans « one complex of pollution fears », voir A. Remensnyder, « Pollution, purity, and peace. An aspect of social reform between the late tenth century and 1076 », The Peace of God. Social Violence and Religious Response in France Around the Year 1000, T. Head and R. Landes dir., Ithaca, Cornell University Press, 1992, p. 280-307.

13 Bonne présentation de ce consensus dans M. Frasseto dir., Medieval Purity and Piety. Essays on Medieval Clerical Celibacy and Religious Reform, New York, Routledge, 1998.

14 A. Remensnyder, « Pollution, purity, and peace », art. cité, p. 294.

15 C. Leyser, « Custsom, truth, and gender in eleventh century Reform », Gender and Christian Religion, R. N. Swanson dir., Woodbridge, Boydell Press, 1998, p. 77; H. Cowdrey, Pope Gregory VII, ouvr. cité, p. 545.

16 An Alphabet of Tales. An English 15th Century Translation of the Alphabetum Narrationum of Étienne de Besançon, 689, M. Macleod Banks éd., Londres, EETS, 1905, p. 462. Il existe beaucoup d’exempla similaires.

17 « It was a great step away from the ideals of an ascetic world toward those of a society inhabited by married, working citizen », C. Fasolt, Council and Hierarch. The Political Thought of William Durant the Younger, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 187 et 238.

18 P. H. Stump, The Reforms of the Council of Constance (1414-18), Leyde, Brill, 1994, p. 140-141 et 364-365 ; décret de Bâle, voir Alberigo, p. 485-487 ; J. Helmroth, Das Basler Konzil, 1431-1449. Forschungsstand und Probleme, Cologne, Böhlau, 1987, p. 336 ; Boelens, p. 613. Pour un des traités qui en ont résulté, voir G. Saignet, « Lamentacio humane nature adversis nicenam constitucionem », Célibat et nature, une controverse médiévale, N. Grevy-Pons dir., Paris, CNRS, 1975, p. 146 ; voir N. Grevy-Pons, ouvr. cité, pour l’ensemble de la discussion. Sur les relations sexuelles « naturelles », voir aussi H. White, Nature, Sex, and Goodness in a Medieval Literary Tradition, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 21-32, 56-64.

19 H. Köller dir., Reformation Kaiser Siegmunds, Stutgart, Anton Hiersemann, 1964, p. 148-152 ; L. Graf zu Dohna, Reformatio Sigismundi. Beiträge zum Verständnis einer Reformschrift des fünfzehnten Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1960, p. 127 ; H. Heimpel, « Reformatio Sigismundi, Priesterehe und Bernhard von Chartres », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, no 17, 1961, p. 527-537. Voir « Twelve conclusions of the Lollards », Selections From English Wycliffite writings, A. Hudson éd., Toronto, University of Toronto Press, 1997, p. 25.

20 J’en discuterai plus en détail ailleurs, mais voir par exemple J. Eberlin von Günzberg, Wie gar gefährlich sei, so ain Priester kain Eeweyb hat, fol. A3r, Flugschriften des frühen 16. Jahrhunderts, H.-J. Köhler, H. Hebenstreit-Wilfert et C. Weismann dir., Zug, Inter Documentation, 1978, fiche 363, no 122.

21 Handlung des Bischofs von Merseburg mit den zwei Pfarren von Schönbach und Buch, Flugschriften aus den ersten Jahren der Reformation, Otto Clemen éd., Leipzig, R. Haupt, 1907, vol. 1, p. 87.

22 M. Luther, « An den christlichen Adel deutscher Nation », Luthers Werke, Weimar, Böhlau, 1883, vol. 6, p. 442.

23 La Reformatio Sigismundi, ouvr. cité, suppose que les concubines des prêtres ne sont pas censées le rester longtemps. Pour une formulation catholique post-Réforme, voir T. Harding, Rejoindre to M. Jewel’s Replie, Anvers, Johannes Fouler, 1566, 168. STC 12760.

24 M. Armstrong-Partida, « Priestly wives: The role and acceptance of clerics’ concubines in the parishes of late medieval Catalunya », Speculum, vol. 88, no 1, 2013, p. 166-214.

25 Sur les pratiques des tribunaux cléricaux en ce qui concerne les concubines des prêtres, voir O. Vasella, « Das Konkubinat des Klerus im Spätmittelalter », Mélanges d’histoire et de littérature offerts à Monsieur Charles Galliard, Lausanne, F. Rouse, 1944, p. 269-283.

26 Archives Nationales, Z/10/18, 19, 20 et 21.

27 L. Pommeray, L’officialité archidiaconale de Paris aux XVe-XVIe siècles. Sa composition et sa compétence criminelle, Paris, Sirey, 1933, p. 235-276. J’ai l’intention de développer cette étude pour me pencher sur les manifestations violentes de la masculinité cléricale.

28 AN, Z/10/19, fol. 282v.

29 AN, Z/10/20, 173r.

30 AN, Z/10/21, fol. 351v.

31 AN, Z/10/21, fol. 351v.

32 AN, Z/10/19, fol. 237v.

33 AN, Z/10/20, fol. 168v.

34 AN, Z/10/20, fol. 74v.

35 AN, Z/10/18, fol. 161r.

36 AN, Z/10/21, fol. 150v.

37 AN, Z/10/19, 135v.

38 AN, Z/10/21, fol. 319r.

39 AN, Z/10/21, 58r-58v.

40 Je ne cite pas de chiffres précis dans ce cas, car mes statistiques ne sont que préliminaires et ne sont basées que sur un seul des quatre registres. Tiffany Vann Sprecher de l’université du Minnesota effectue des recherches sur la violence cléricale à partir des archives de ces tribunaux.

41 AN, Z/10/18, fol. 169r, fol. 206r, fol. 20v.

42 Il y a de nombreux cas de violence – au-delà de ceux qui impliquent des prêtres – dans lesquels aucune des parties n’est qualifiée d’ecclésiastique ou de religieux, mais il est probable qu’il s’agit d’une omission par inadvertance, dans la mesure où ce tribunal ne traitait pas les cas de violence entre laïcs. L’insertion interlinéaire du terme « clericus » après un nom est très courante (voir par exemple an, Z/10/18, fol. 197v). Il est possible que cela signifie que l’archive a été très soigneusement examinée et que ceux dont le statut n’est pas mentionné n’étaient pas des ecclésiastiques, mais il s’agit plus probablement d’une simple négligence, car les seuls cas de violence traités par ce tribunal étaient ceux qui impliquaient des ecclésiastiques. Le fait qu’une affaire donnée puisse apparaître deux fois dans le registre, la qualification d’ecclésiastique d’une des parties n’étant mentionnée que la seconde fois, (voir par exemple an, Z/10/18, fol. 22r et fol. 23r), indique que le statut clérical n’était pas toujours précisé.

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’université du Minnesota et directrice du Center of Medieval Studies, est une spécialiste de l’histoire de la sexualité et du genre. Elle a écrit, entre autres, Common Women. Prostitution and Sexuality in medieval England, Oxford, Oxford University Press, 1996; From Boys to Men: Formations of Masculinity in late medieval Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2003; Sexuality in Europe. Doing unto others, Londres, Routledge, 2005.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search