Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

2. Signes et marqueurs

Préhistoire et masculinité. La construction du guerrier au Néolithique et à l’Âge du bronze

Jean Guilaine

Texte intégral

1L’archéologie des périodes antérieures à toute trace écrite peut-elle livrer des informations sur le genre et les codes sociaux entre masculin et féminin ? Ma réponse est affirmative et je voudrais l’illustrer en prenant l’exemple du Néolithique avec des cas de figure puisés dans le cadre européen. Je rappelle seulement que ce système émerge dans quelques foyers créatifs de la planète (Proche-Orient, Chine, Mexique, Andes, Nouvelle-Guinée et, plus tardivement, Afrique), voit la constitution des premières sociétés villageoises sédentaires dont l’économie repose désormais sur l’agriculture et/ou l’élevage. Au fil du temps, ces populations connaîtront une progressive complexité, caractérisée notamment par le développement d’inégalités et une pyramide sociale toujours plus accentuée. Hors d’Europe, le terme ultime en est marqué en Mésopotamie et en Égypte par la constitution des premières villes (vers 3500 avant J.-C. à Uruk), de l’écriture (3300 avant J.-C. à Uruk), de l’état (vers 3000 avant J.-C. en Égypte). À ces époques, l’occident en est encore au stade d’un néolithique final. Il existe donc un fort dénivelé entre l’orient égypto-mésopotamien, entré conventionnellement dans l’Histoire dès la fin du IVe millénaire, et l’Occident qui poursuivra dans un style de vie néolithique jusque vers 2000 avant J.-C. Lui succède alors l’Âge du bronze lequel jusque vers 800 avant J.-C., se déroulera encore dans un contexte exclusivement rural, exception faite, s’agissant du continent européen, de la sphère crétoise et mycénienne qui, au IIe millénaire, a intégré le monde urbanisé des palais et de l’écriture.

2Comment, dès les premières communautés villageoises européennes, l’archéologue peut-il lire les découpages liés au genre et quelle image peut-il se faire de la masculinité ? Je prendrai pour cela trois sources documentaires : les données du funéraire, l’art rupestre, la statuaire. J’en tirerai certaines indications ; je poursuivrai en évoquant les évolutions perceptibles lors de la période suivante, l’Âge du bronze, en gros entre 2000 et 800 avant notre ère.

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais rappeler qu’avant le Néolithique, au temps des chasseurs du Paléolithique supérieur ou du Mésolithique, l’homme se battait, des communautés entraient en conflit comme l’attestent les dépouilles criblées de dards des fosses du Djebel Sahaba au Soudan (vers 12000 avant J.-C.) ou, en Europe, les sujets tués par flèches reconnus dans diverses nécropoles épipaléolithiques d’Ukraine (Vasilevka) ou des bords du Danube roumain (Schela Cladovei). Rien d’étonnant à ce que dans la plus ancienne culture néolithique d’Europe tempérée, autour de 5000 avant J.-C., soient constatés des massacres de plusieurs familles (Talheim, Allemagne), des confrontations s’étant soldées par l’élimination de nombreux sujets (Asparn-Schletz, Autriche ; Herxeim, Allemagne), parfois accompagnés de possibles rapts de femmes ou de pratiques cannibales. Évidemment nous ignorons si ces heurts étaient fréquents, épisodiques ou exceptionnels. Des conflits entre communautés existaient bel et bien. Mais que dire du personnage du guerrier ? Examinons les sources.

L’archéologie funéraire néolithique

  • 1 C. Jeunesse, « Pratiques funéraires et sociétés danubiennes au Néolithique ancien », Sépultures d’ (...)
  • 2 C. Jeunesse, « Les pratiques funéraires du Néolithique ancien danubien et l’identité rubanée : déc (...)
  • 3 I. Sidéra, « Animaux domestiques, bêtes sauvages et objets en matières animales du Rubané au Miche (...)

4La fouille des tombes néolithiques permet assez souvent de déterminer anthropologiquement le sexe du défunt étudié. Dans les tombes individuelles, le mobilier associé (équipement personnel ou, plus accessoirement, offrandes ou dotations funéraires) peut livrer des renseignements sur la fonction du disparu, ses activités, la qualité des biens qui l’accompagnent, son positionnement social, etc. Dès le Néolithique ancien de l’Europe tempérée (5500-4900 avant J.-C.), les tombes d’hommes peuvent recéler des armes ou des outils relevant de la sphère masculine : il s’agit de lèches dont seules subsistent les armatures de silex, d’herminettes, outil de déboisement mais accessoirement arme servant, comme à Talheim, à fracasser le crâne des adversaires, ou de coquilles de spondyle à échancrure en V, dont la signification symbolique est moins nette1. Dans la zone occidentale d’extension de ce complexe, la plus tardive, la portée de ces vestiges comme marqueurs du genre s’atténuera, voire disparaîtra2. Dans le Bassin parisien, vers la fin du Néolithique ancien et au début du. Néolithique moyen (culture de Cerny), les tombes font clairement référence à la chasse : certains individus sont affectés de parures fabriquées à partir d’animaux sauvages abattus (craches de cerf, canines de gros sangliers) ou possèdent des carquois emplis de lèches. Ceci ne concerne pas tous les morts mais seulement certains sujets. Faut-il y voir une façon de différencier socialement ces individus comme chasseurs (et/ou guerriers) dans un contexte économique où l’acquisition de viande repose toutefois largement sur l’élevage ? Doit-on y reconnaître une référence aux valeurs de la chasse, perçue comme une idéologie de la confrontation avec des bêtes parfois redoutables ? Il reste que quel que soit le sexe des inhumés, des instruments comme l’arc et les lèches, eux, sont sexués et relèvent de la sphère masculine3.

  • 4 M. Vander Linden, Le phénomène campaniforme dans l’Europe du IIIe millénaire avant notre ère, Oxfo (...)

5Si les interprétations sont encore ambiguës au Ve millénaire, on assiste peu à peu, dans le courant des IVe et IIIe millénaires, au cours du Néolithique final, à un renforcement de la dichotomie entre sphère masculine et sphère féminine. L’équipement d’Ötzi, l’homme des glaces (vers 3200 avant J.-C.), en témoigne : il comporte un arc, un carquois, une hache, un poignard. Dans les tombes sous tertre de la civilisation à céramique cordée de l’Europe du Nord et du Centre (3000-2500 avant J.-C.), la différenciation sexuelle est tout particulièrement marquée. Les hommes sont inhumés sur le côté droit selon un axe ouest/est, tête à l’Ouest, les femmes sur le côté gauche, tête à l’Est. Les hommes sont gratifiés d’un gobelet et d’armes (haches de bataille, lèches, poignards parfois taillés dans le silex tourangeau du Grand-Pressigny) tandis que les femmes se voient attribuer des céramiques et des parures. Rien ne dit que cet équipement soit toujours fonctionnel ; il peut n’être qu’un code pour typer les individus de chaque sexe. On observera toutefois que cette société attribue exclusivement les armes aux hommes. Et le phénomène se poursuit dans la seconde moitié du IIIe millénaire avec un vaste complexe qui couvre la moitié occidentale de l’Europe, de l’Écosse à la Sicile, du Portugal à la Hongrie : la culture des gobelets campaniformes. Dans les sépultures individuelles de cet horizon culturel, on constate que les hommes emportent des armes dans la tombe : lèches, brassards d’archers, lames de poignards en cuivre4.

6On tirera donc de ces observations qu’au Néolithique européen, les hommes sont gratifiés (ou se gratifient) d’armes c’est-à-dire d’instruments de chasse et/ou de guerre. Il existe donc une idéologie du mâle en armes d’autant plus intéressante que, dans ces sociétés qui vivent d’agriculture et d’élevage, les instruments typiques de ces aspects économiques ne sont guère mis en avant dans le funéraire. Ce sont des activités plus valorisantes, à même de servir de tremplin social – la chasse et la guerre – qui sont louées.

7Chasse ou guerre ? Il semble que si les outils masculins, vers les débuts du néolithique, semblent plutôt être emblématiques de la chasse, on ne peut exclure, dès les IVe et IIIe millénaires, un glissement vers l’aspect plutôt guerrier. Semblent l’attester : l’apparition du poignard, en silex puis en cuivre, qui pourrait se juxtaposer à l’arc pour le combat rapproché ; la montée numérique des sujets tués ou blessés par lèches (peut-être imputable à la pression démographique ?).

L’art rupestre

  • 5 Voir P. Graziozi, Le pitture preistoriche della grotta di Porto Badisco, Florence, Istituto italia (...)

8Une autre source nous est fournie par l’art rupestre. Ainsi l’art schématique de la grotte de Porto Badisco, dans les Pouilles, attribué au Ve millénaire, figure des hommes et des femmes. Les hommes sont reconnaissables de trois manières : à leur pénis, à leur pénis et à leur arc, ou simplement à leur arc. Les femmes sont identifiées par leur attitude, un bras levé, l’autre prenant appui sur leur hanche. Leur sexe est parfois souligné par une tache noire. Elles n’ont jamais d’attribut. Dans deux cas sur trois, les hommes sont associés à un arc et à la chasse, cette activité étant ici valorisée5.

  • 6 L. Dams, Les peintures rupestres du Levant espagnol, Paris, Picard, 1984.

9Dans la péninsule Ibérique existe un art rupestre figuratif très expressif, baptisé « Art du Levant espagnol » en raison de sa localisation géographique dans les sierras de la partie orientale de l’Espagne, depuis les Pyrénées aragonaises jusqu’aux Monts Bétiques6. Longtemps considéré comme un art de chasseurs en raison de la fréquence des scènes de chasse, on l’a rajeuni, au cours de ces vingt dernières années, et daté du Néolithique moyen-final (en gros IVe-IIIe millénaires). Ici encore les pratiques économiques de ces populations (agriculture, élevage) étant socialement peu valorisantes, ce sont d’autres activités, la chasse et la guerre, qui sont mises au premier plan car elles permettent aux jeunes hommes de se construire un statut, les exploits en ce domaine prenant parfois, dans l’histoire de ces groupes, une dimension légendaire. Pour autant que la précision, souvent relative, des personnages figurés permette d’identifier leur sexe, ce sont les hommes qui semblent seuls impliqués dans ces chasses ou ces affrontements. Le problème du genre a été posé pour certains sujets non sexués mais on peut penser que, dans ce cas, c’est l’outil lui-même – l’arc – qui est sexué masculin et qui donne indirectement le genre de l’individu qui le possède.

Illustration 1 – Scène d’art rupestre de Los Dogues (Espagne) figurant une bataille d’archers (vers les IVe-IIIe millénaires avant notre ère)

La statuaire

  • 7 J. Guilaine et J. Zammit, Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, Paris, Se (...)

10La statuaire du Néolithique final ou de l’Âge du cuivre est un excellent marqueur du genre. Dès 3500 avant J.-C. Et jusque vers 2000 avant J.-C., divers groupes culturels dispersés de la Crimée jusqu’à la péninsule Ibérique ont donné naissance à une statuaire originale, bien que traitée souvent de façon gauche, avec exagération de certains caractères alors que d’autres sont totalement délaissés. Ces stèles anthropomorphes représentent des personnages, vraisemblablement des ancêtres ou des sujets héroïsés, masculins ou féminins. Ces vestiges sont donc, en quelque sorte, une « photographie » de la façon dont ces sociétés se voyaient en fonction des codes et des règles de l’époque. Les sexes ne sont quasiment jamais figurés. Les femmes sont désignées par leurs seins, c’est-à-dire par un caractère anatomique, « naturel ». Les hommes sont connotés par un trait « culturel », le port d’armes : haches, hallebardes, lèches, arc et, surtout, poignard. Au début, celui-ci est probablement à lame de silex, enfermé dans son fourreau (Midi de la France) ; au IIIe millénaire, il est à lame de cuivre (par exemple sur les stèles du Trentino, du groupe Sion-Aoste, de la Lunigiana ou de Sardaigne). Je rappelle que la métallurgie du cuivre est alors la technique la plus « moderne » de l’époque. Elle implique des savoirs spécifiques pour transformer la roche en métal : réduction des minerais, fusion, etc. Or, cette nouveauté technique va, notamment, servir à faire des armes, portées exclusivement par des hommes. Quand on veut représenter un personnage masculin, on le figure en armes, en guerrier, autant avec des armes de jet (l’arc) que des armes de contact (le poignard). Ce dernier est essentiel ; il est souvent seul figuré (illustration 2). Il se répand donc une idéologie du mâle armé, alors même que le guerrier à plein temps n’existe pas7. L’Europe n’est encore qu’un espace de villages et de fermes. À la même époque, en Mésopotamie, les guerres entre cités ont, en revanche, généré des armées (voir l’étendard d’Ur). De même, le souverain égyptien a des gardes, des milices, lève des armées en temps de guerre. En Occident, le guerrier n’est qu’un combattant d’occasion. En cas d’escarmouches ou d’affrontements entre deux localités, on doit penser que ce sont les jeunes mâles qui sont en première ligne. Mais une sorte de « proto-guerrier » existe, idéologiquement. Il est figuré sur les statues-menhirs. Parfois même le personnage représenté cumule les armes, peut-être pour accentuer son grade ou son poids social (illustration 3).

L’évolution au cours de l’Âge du bronze (IIe millénaire avant notre ère)

  • 8 J. Briard, Les tumulus d’Armorique, Paris, Picard, 1984.
  • 9 G. Ugas, La tomba dei guerrieri di Decimoputzu, Cagliari, Norax, Edizioni della Torre, 1990.

11Pendant la plus grande partie du Néolithique, le combattant semble être resté prioritairement un archer, privilégiant le combat à distance. Or, dès le IVe millénaire, le poignard, successivement en silex, en cuivre et bientôt en bronze, prend une place grandissante. Parfois même, dès l’époque campaniforme (2500-2200 avant J.-C.), ce poignard s’allonge jusqu’à devenir une sorte d’épée courte (Pyrénées, péninsule Ibérique). Le phénomène s’accentuera au Bronze ancien (2200-1700 avant J.-C.). Parmi les mobiliers funéraires des tumulus armoricains de l’Âge du bronze (dont l’équipement – pointes de flèches, brassards d’archers – souligne le caractère « guerrier ») on voit apparaître les premières épées (tumulus de Lothéa à Quimperlé, Finistère ; tumulus de Rumédon à Ploumilliau, Côtes d’Armor)8. C’est également vers les XVIe-XVIIe siècles avant notre ère que l’épée apparaît en Sardaigne. Ainsi l’hypogée de Sant’Iroxi à Decimoputzu a livré, parmi les nombreuses dépouilles des deux sexes, une vingtaine de sujets nantis, pour treize d’entre eux, d’une épée. Le fouilleur pense que les épées courtes (lame de 30 à 40 centimètres) ou moyennes (lame de 40 à 50 centimètres) étaient fonctionnelles et servaient au combat. Par contre les modèles longs (de 60 à 72 centimètres), peu maniables en raison de leur poids, ne pouvaient être que des pièces de parade et/ou de statut9. Les tombes collectives, on doit le souligner, reçoivent des sujets qui n’occupent pas tous la même position sociale.

Illustration 2 – Statue-menhir de Lunigiana (Italie), IIIe millénaire avant notre ère. Sujet masculin connoté par le port du poignard de cuivre

Illustration 3 – Statue-menhir d’Arco (Italie), IIIe millénaire avant notre ère. Sujet masculin doté de nombreuses armes (haches, poignards, hallebardes)

12L’épée de bronze se généralise donc autour de 1500 avant notre ère en divers points d’Europe de l’Ouest sans doute en liaison avec les progrès de la métallurgie et la pratique des alliages. Elle est souvent accompagnée de la pointe de lance, alors que l’arc connaît un tassement. Il semble donc que l’on passe d’un combat d’archer à un combat rapproché, dans lequel la pique et l’épée jouent un rôle essentiel. L’affrontement est donc celui de fantassins mais, contrairement au combat collectif qui sera plus tard, en Grèce, celui de la phalange d’hoplites, c’est un affrontement individuel, une sorte de duel (voir la fresque d’un combat entre Mycéniens et barbares à Pylos). Ce type d’engagement est évoqué pour mettre en valeur les qualités personnelles du guerrier et en faire potentiellement un héros. La notion d’honneur s’en trouve renforcée. La guerre devient donc un tremplin social : elle permet de distinguer certains individus.

13Ce goût pour la confrontation directe entre combattants entraîne alors la « disgrâce » de l’arc et de ses tireurs, ceux-ci perçus comme embusqués, sournois, peu courageux, car refusant de guerroyer « à visage découvert ». L’instrument changerait-il de genre en se « féminisant » ? Son usage légendaire par des femmes – les amazones – ne contredit pas l’hypothèse.

  • 10 L. Salzani éd., La necropoli dell’età del bronzo all’Ollmo di Nogara, Memorie del Museo civico di (...)

14Cette évolution génère-t-elle automatiquement des « spécialistes » de la guerre ? De fait, les indications des nécropoles sont ambiguës. Dans celle d’Ollmo di Nogara, de culture terramare, en Italie du Nord (Bronze moyen/récent), on observe qu’une petite partie de la population masculine est nantie d’épées10. Il serait tentant d’y voir une sorte d’aristocratie guerrière, une caste à part. Or, parallèlement, un petit nombre de tombes féminines possèdent des parures rares. Plutôt donc qu’une classe de guerriers, on aurait affaire à une élite dans laquelle l’épée signerait le rang social chez les hommes plus que la fonction guerrière, les parures jouant le même rôle chez certaines femmes.

  • 11 A. Boos, « La tombe du chef de guerre de Hagenau et autres tombes de guerrier de rang similaire »,(...)

15Il est vrai qu’à compter du XIIIe siècle, on trouve de plus en plus de sujets inhumés sous des tertres imposants (dont l’emphase a valeur symbolique). Ce sont des tombes masculines dans lesquelles les défunts sont enterrés avec tout leur équipement : lance, épée, poignard, hache, flèches, parures, instruments de toilette (voir la tombe de Hagenau, près de Ratisbonne, Haut Palatinat)11. C’est peut-être ici toute cette panoplie d’armes disponibles pour divers types de combats qui authentifie un vrai chef de guerre. Dans les grands tumulus princiers du Bronze final, les « seigneurs » se feront parfois accompagner également dans la mort de chars cérémoniels (Allemagne méridionale, Autriche, Europe nordique).

  • 12 A. Harding, « Warfare: a defining characteristic of Bronze Age Europe? », Ancient Warfare, Archaeo (...)

16Vers la fin de l’Âge du bronze, se divulguent les armes défensives en métal : casques, cuirasses, boucliers, jambières (illustration 4, page suivante). Les artisans bronziers se mettent au service du guerrier en lui fabricant ses armes12. Celui-ci devient donc quelque part un acteur économique. Totalement bardé de bronze, métal rutilant, le guerrier devait avoir fière allure et rien ne dit que l’affirmation et la prise de conscience de son poids social, les armes exprimant la domination, n’ait eu sur lui un impact psychologique (illustration 5, page suivante). Conscient de sa valeur, il se met aussi à soigner son esthétique. Son équipement s’enrichit d’une trousse à toilette avec pince à épiler, aiguille de tatouage, rasoir et, parfois, miroir. Il est puissant, il veut être beau. La virilité tente de se conjuguer avec l’apparence.

17Il reste pourtant aux archéologues à aller plus loin dans l’exploration de ce cheminement qui a conduit du chasseur, combattant d’occasion au néolithique, à un guerrier déjà entrevu idéellement aux IIIe-IVe millénaires, enfin à une sorte de sub-professionnel des armes au IIe millénaire. Les questions restent nombreuses : quand le guerrier a-t-il supplanté le chasseur dans la course au prestige ? Quand s’est dégagé réellement un guerrier à plein temps ? Un mercenaire se mettant à la disposition du plus offrant ? Où placer les seuils entre chefs et guerriers ?

  • 13 K. Kristiansen, Europe Before History, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, ainsi que K. K (...)

18On parle quelquefois d’« aristocraties guerrières »13. Mais on ne sait trop s’il s’agit de chefferies vivant de la guerre en razziant leurs voisins et en accumulant du butin par des actions offensives fréquentes ou s’il s’agit d’une classe supérieure plus pacifique, maîtrisant la production agricole et visant d’abord à protéger ses revenus en exhibant sa force. La documentation archéologique ne va pas jusqu’à préciser ces nuances. Au moins semble-t-elle nous dire que, dans ces sociétés de l’Âge du bronze, les armes constituent l’attribut identitaire de la sphère masculine et, qu’au sein de celles-ci, elles servent de plus à la hiérarchiser.

Illustration 4 – Évocation d’un guerrier de l’âge du Bronze final européen (autour de 1000 avant notre ère)
© Avec l’aimable autorisation de J. M. Coles et A. F. Harding.

Illustration 5 – Stèle de Solana de Cabanas, Caceres (Espagne) : lance, bouclier, fibule, épée, char. Fin de l’Âge de Bronze. D’après E. Galan Domingo.

Notes

1 C. Jeunesse, « Pratiques funéraires et sociétés danubiennes au Néolithique ancien », Sépultures d’Occident et genèses des mégalithismes, J. Guilaine dir., Paris, Errance, 1998, p. 41-58.

2 C. Jeunesse, « Les pratiques funéraires du Néolithique ancien danubien et l’identité rubanée : découvertes récentes, nouvelles tendances de la recherche », Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 avant J.-C. En France et dans les régions limitrophes, P. Chambon et J. Leclerc dir., Rennes, Société préhistorique française, Mémoire XXXIII, 2003, p. 19-32.

3 I. Sidéra, « Animaux domestiques, bêtes sauvages et objets en matières animales du Rubané au Michelsberg : de l’économie aux symboles, des techniques à la culture », Gallia-Préhistoire, no 42, 2000, p. 107-194 ; « De l’usage des produits de la chasse pour différencier des hommes. Fonctions votive et sociale de la chasse au Néolithique ancien et moyen du Bassin parisien », P. Chambon et J. Leclerc, ouvr. cité, p. 91-98.

4 M. Vander Linden, Le phénomène campaniforme dans l’Europe du IIIe millénaire avant notre ère, Oxford, BAR, International Series, 1470, 2006.

5 Voir P. Graziozi, Le pitture preistoriche della grotta di Porto Badisco, Florence, Istituto italiano di preistoria e protostoria, 1980 ainsi que R. Whitehouse, Underground Religion. Cult and Culture in Prehistoric Italy, Londres, Accordia Research Center, University of London, 1992.

6 L. Dams, Les peintures rupestres du Levant espagnol, Paris, Picard, 1984.

7 J. Guilaine et J. Zammit, Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, Paris, Seuil, 2001.

8 J. Briard, Les tumulus d’Armorique, Paris, Picard, 1984.

9 G. Ugas, La tomba dei guerrieri di Decimoputzu, Cagliari, Norax, Edizioni della Torre, 1990.

10 L. Salzani éd., La necropoli dell’età del bronzo all’Ollmo di Nogara, Memorie del Museo civico di storia naturale di Verona, 2, 2005.

11 A. Boos, « La tombe du chef de guerre de Hagenau et autres tombes de guerrier de rang similaire », L’Europe au temps d’Ulysse, Réunion des musées nationaux, 1999, p. 106-107.

12 A. Harding, « Warfare: a defining characteristic of Bronze Age Europe? », Ancient Warfare, Archaeological Perspectives, J. Carman et A. Harding dir., Trowbridge, Sutton Publishing, 1999, p. 157-173. A. Lefèvre-Lehöerff, Par les armes. L’invention de la guerre et le métal en Europe du 45e au Ier siècle avant notre ère, Mémoire d’HDR, Université de Paris I, 2009.

13 K. Kristiansen, Europe Before History, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, ainsi que K. Kristiansen et T. B. Larsson, The Rise of Bronze Age Society, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Table des illustrations

Légende Illustration 1 – Scène d’art rupestre de Los Dogues (Espagne) figurant une bataille d’archers (vers les IVe-IIIe millénaires avant notre ère)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Illustration 2 – Statue-menhir de Lunigiana (Italie), IIIe millénaire avant notre ère. Sujet masculin connoté par le port du poignard de cuivre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Illustration 3 – Statue-menhir d’Arco (Italie), IIIe millénaire avant notre ère. Sujet masculin doté de nombreuses armes (haches, poignards, hallebardes)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Illustration 4 – Évocation d’un guerrier de l’âge du Bronze final européen (autour de 1000 avant notre ère)© Avec l’aimable autorisation de J. M. Coles et A. F. Harding.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Illustration 5 – Stèle de Solana de Cabanas, Caceres (Espagne) : lance, bouclier, fibule, épée, char. Fin de l’Âge de Bronze. D’après E. Galan Domingo.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8381/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Professeur émérite au Collège de France, est titulaire de la chaire des Civilisations du Néolithique et de l’Âge de bronze. Il a écrit près d’une quarantaine d’ouvrages et, entre autres, La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture, 7000-200 avant J.-C., Paris, Hachette, 1994 et 2005 ; Premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris, Errance, 2000 ; Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, avec Jean Zammitt, Paris, Seuil, 2001.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search