Version classiqueVersion mobile

Une histoire sans les hommes est-elle possible ?

 | 
Anne-Marie Sohn

2. Signes et marqueurs

Introduction

Texte intégral

1Un homme se repère au premier coup d’œil. Quelle que soit l’époque, les contemporains savent décrypter les signes qui permettent à chacun, homme et femme, de savoir à quel homme on a affaire. Ils scrutent le corps, la taille et la musculature, les postures, le regard même, sûr et dominateur, de leur interlocuteur. La voix et la tessiture fortement clivées entre hommes et femmes, entre hommes et castrats ou eunuques, sont également de puissants marqueurs du genre. Quant à la pilosité qui a trouvé récemment de nouveaux historiens et qui tracasse tant les adolescents impubères, elle oppose l’homme « mâle » et moustachu à l’homme imberbe et efféminé. N’oublions pas le port et le maniement des armes qui font partie de l’habitus mais renvoient également aux privilèges et devoirs masculins, entrecroisant signes et fonctions. Il n’est jusqu’aux objets prolongeant le corps tels le bâton, l’épée ou le cigare, pour renforcer l’image qu’on se fait des hommes.

2Ces signes et marqueurs renvoient à des identités masculines qui ne semblent pas problématiques pour la société. Mieux, ils reposent sur des catégories pensées comme « naturelles », « allant de soi », et donc anhistoriques. En fait, ils sont l’objet d’un minutieux travail d’inculquation et d’acculturation qui vise à les naturaliser. Mais parce qu’elle est incorporée, c’est-à-dire inscrite dans l’exis corporelle, la dimension de genre est le plus souvent invisible aux yeux des observateurs. Il ne fait pas bon, néanmoins, de transgresser les apparences dites masculines. La dévirilisation se paye au prix fort face aux pairs mais également face aux femmes.

3Toutefois, certains de ces signes et marqueurs ne relèvent pas seulement de la différence des sexes. Ils ont d’autres fonctions sociales qu’il convient également d’interpréter pour en extraire la seule dimension de genre. Pensons au vêtement qui permet de repérer tout à la fois le métier, le rang, la fortune, l’âge et même l’origine régionale. La mode est ainsi à la fois codage social et codage sexué.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search