Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

La princesse de Clèves, héroïne Nouvelle vague : à propos de La Belle Personne de Christophe Honoré

Sylvie Robic

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Celui qui appartient véritablement à son temps, le vrai contemporain, est celui qui ne coïncide pas parfaitement avec lui ni n’adhère à ses prétentions et se définit, en ce sens, comme inactuel ; mais précisément pour cette raison, précisément par cet écart et cet anachronisme, il est plus apte que les autres à percevoir et à saisir son temps.1

Cette définition que donne Giorgio Agamben du contemporain, au sein d’une plus large réflexion sur le nécessaire écho du passé dans notre présent, guide ici l’analyse que je souhaite mener de la lecture particulière faite aujourd’hui par le cinéaste Christophe Honoré, dans son film La Belle Personne2, d’une fiction littéraire « ancienne », La Princesse de Clèves.3 De quoi s’agit-il dans cette réinvention, sous une autre forme artistique, d’un roman d’autrefois ? Quels équivalents la grammaire cinématographique d’Honoré a-t-elle trouvé à l’écriture de Mme de La Fayette ? Des circulations s’ouvrent-elles, par le cinéma, entre le xviie et le xxie...

Auteur

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540