Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

« Cette mélodie m’avait jeté un sort » : des états musicaux de la pensée chez Theodor Reik

Carine Trévisan

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

À la différence de Freud qui, tout en mettant au centre de l’analyse un dispositif d’écoute, dit être insensible à la musique ou résister à son pouvoir émotionnel (« […] je suis pratiquement incapable d’apprécier une œuvre musicale. Il y a en moi un élément rationnel, ou peut-être analytique, qui s’oppose à ce que je sois affecté »1), Theodor Reik se présente comme un « auditif » : « […] j’étais ce que les psychologues français appellent un auditif. Aveugle comme une taupe, c’est par l’oreille que j’enregistrais la plupart de mes impressions et de mes souvenirs. »2 Reik est non seulement un auditif mais un mélomane. Sa spécificité parmi les analystes de son temps est qu’il est l’un des rares à s’intéresser à la qualité matérielle de la musique, à sa substance, indépendamment des paroles – Freud, lui, renvoyant presque systématiquement, dans ses allusions à des mélodies, au texte qui les accompagne, réduisant ainsi l’acoustique au verbal.

Notons d’emblée que la démarche de Reik reste ...

© ENS Éditions, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540