Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

« Cette mélodie m’avait jeté un sort » : des états musicaux de la pensée chez Theodor Reik

Carine Trévisan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la différence de Freud qui, tout en mettant au centre de l’analyse un dispositif d’écoute, dit être insensible à la musique ou résister à son pouvoir émotionnel (« […] je suis pratiquement incapable d’apprécier une œuvre musicale. Il y a en moi un élément rationnel, ou peut-être analytique, qui s’oppose à ce que je sois affecté »1), Theodor Reik se présente comme un « auditif » : « […] j’étais ce que les psychologues français appellent un auditif. Aveugle comme une taupe, c’est par l’oreille que j’enregistrais la plupart de mes impressions et de mes souvenirs. »2 Reik est non seulement un auditif mais un mélomane. Sa spécificité parmi les analystes de son temps est qu’il est l’un des rares à s’intéresser à la qualité matérielle de la musique, à sa substance, indépendamment des paroles – Freud, lui, renvoyant presque systématiquement, dans ses allusions à des mélodies, au texte qui les accompagne, réduisant ainsi l’acoustique au verbal.

Notons d’emblée que la démarche de Reik reste ...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540