Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Tressaillir, de tante Léonie à tante Suzon

Nathalie Barberger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je tressaillis au premier son de sa voix. (J.-J. Rousseau, Confessions, livre III)

Or donc – cela est bien connu – un jour d’hiver, le hasard, ou mieux le caprice maternel, fit goûter la madeleine amollie dans un peu de thé. Le narrateur la porte à ses lèvres d’un geste « machinal » et las : « Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait en moi. »1

Tout commence par une rencontre de surprise : un tressaillement à l’instant furtif de cet « attouchement ». De tressaillement, il avait déjà été question peu avant à propos de la croyance celtique selon laquelle « les âmes de ceux que nous avons perdus sont captives dans quelque être inférieur […] » jusqu’au jour de leur délivrance : « Alors elles tressaillent […]. » Cette première occurrence joue déjà de l’équivoque. La vibration métaphorique des âmes se charge d’un sens littéral : les âmes bougent, les forces tremblent dans les formes où elles sont emprisonn...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540