Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Marches et manifestations chez Aragon. Écrit de circonstance

Mireille Hilsum

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a bien des manifestations et des rassemblements dans l’œuvre d’Aragon, romancier et poète. De Front rouge à Blanche ou l’oubli. De Jaurès en 1911 au Pré-Saint-Gervais, au 6 février, et plus encore au 9 février 1934. De la manifestation contre l’exécution de Sacco et Vanzetti en 1925 à celle de mai 1952 pour protester contre la venue du général Ridgway, promu à la tête de l’OTAN, ou encore à celle du 1er juin 1958 contre de Gaulle. Bien des évocations à chaud, dans la presse communiste : de Commune à Ce soir. Bien des retours à froid dans l’œuvre romanesque ou poétique.

Si l’on excepte la guerre froide, c’est Paris qui manifeste, Paris qui mobilise un imaginaire de la dépense et de l’excès, de la débauche poétique et de la mort ouvrière. « Paris qui n’est Paris qu’arrachant ses pavés. »1 Chez l’Aragon des années 1930 comme chez tant d’autres, la manifestation est d’essence barricadière.2 Elle a peut-être perdu cette charge érotique que le poète surréaliste lui conférait dans les ...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540