Version classiqueVersion mobile

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Fragments d’un discours séditieux. Satire politique et iconoclasme sous la monarchie de Juillet

Catherine Nesci

Texte intégral

  • 1 F. Cusset, French Theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectue (...)
  • 2 Voir notamment les trois Cahiers de Fontenay, nos 11-12, La sorcellerie, 1978 ; Villes / pouvoirs,(...)

1L’allusion à l’essai de Roland Barthes sur le discours amoureux est loin d’être gratuite ; elle fait revenir les années 1970 durant lesquelles j’ai découvert ce que les universitaires nord-américains nommeront plus tard la French Theory, terme qui regroupe sous une appellation quelque peu trompeuse des philosophes, intellectuels et écrivains français aussi différents que Jacques Lacan, Gilles Deleuze, Michel Foucault, Jacques Derrida, Hélène Cixous, Luce Irigaray et Julia Kristeva, selon une liste non exhaustive.1 Cet apprentissage de savoirs et de questionnements fondés sur les rapports entre littérature et psychanalyse, comme sur la pensée de Derrida et la médiation des sciences du langage, je l’ai poursuivi non seulement dans les cours suivis à la section des études littéraires de l’Université de Paris VII (qui s’appelait à l’époque Science des textes et documents), mais surtout grâce aux séminaires de recherche que conduisait Nicole Jacques-Lefèvre à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses. Ces séminaires (en particulier sur le sujet et l’écriture dans la pensée contemporaine, sur psychanalyse et féminisme) ainsi que les travaux collectifs qu’elle a dirigés, dont ceux sur la sorcellerie, l’écriture de la ville et le xixe siècle par lui-même2, ont orienté mes recherches sur l’approche culturelle des genres sexués, la ville écrite et le flâneur chez Walter Benjamin.

  • 3 J. Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je », dans Écrits, Paris, Seuil, (...)
  • 4 N. Jacques-Lefèvre, « Le xixe siècle au miroir », Aspects du xixe siècle par lui-même, déjà cité, (...)
  • 5 Ibid., p. 14.

2Dans son introduction au numéro des Cahiers de Fontenay sur le xixe siècle par lui-même, en 1986, Nicole Jacques-Lefèvre suggérait que la généalogie constitue l’un des domaines privilégiés du savoir. Pour mieux comprendre les quêtes inlassablement réitérées de filiations personnelles et/ou collectives qui hantent le siècle, elle proposait le recours au stade du miroir lacanien. La scène imaginaire du miroir, chez Lacan, désigne cette reconnaissance qui se réalise par l’image dans la forme du corps anticipée comme totalité. Pour l’enfant pris dans l’image morcelée du corps, la captation dans le reflet médiatise une identification primaire, au sens plein du terme « identification » : c’est-à-dire la « transformation produite chez le sujet quand il assume une image »3. Par le biais d’une interrogation sur l’origine, de nombreux textes du xixe siècle abordent ainsi le problème de l’identification : « Comme si l’appréhension d’un moment originaire permettait de conjurer l’impossibilité de la cohérence, la difficulté de la représentation d’une histoire qui ne répond plus à aucun critère, d’une société dont les signes, en raison du brouillage des codes opéré par la Révolution et l’Empire, sont devenus illisibles. »4 Si, dans un siècle en proie au morcellement et au secret, le miroir est d’emblée brisé, certains types d’écriture tels l’énigme, l’esquisse, l’ellipse ou le fragment « introduisent à une conception de la connaissance mettant en cause aussi bien le statut du sujet – l’écrivain-herméneute du siècle-livre – que de l’objet, enfin le statut du lecteur […] »5.

  • 6 L. Benoît, jardinier, Physiologie de la poire, Paris, Libraires de la place de la Bourse, 1832. Je (...)
  • 7 À ce propos, je renvoie aux analyses de T. Bouchet, Le roi et les barricades : une histoire des 5 (...)

3Pour rendre hommage au travail d’initiation intellectuelle de Nicole Jacques-Lefèvre sur le xixe siècle, le sujet et ses modes d’identification, j’ai choisi de me pencher sur un texte peu étudié, appartenant à la catégorie des livres excentriques qui accompagnent le romantisme français de Nodier à Nerval. Il s’agit de la Physiologie de la poire, pamphlet satirique qu’un journaliste républicain, Sébastien-Benoît Peytel, publie en 1832 sous le pseudonyme anodin de « Louis Benoît, jardinier », dans un « médiocre format in-trente-deux » (p. xv).6 Le très petit format, typique de la littérature de colportage et des éditions populaires, redouble l’année de publication et met ainsi en valeur l’année même où les républicains se soulevèrent contre la monarchie et furent sévèrement réprimés.7 Les divagations du pseudo-botaniste tissent une toile de commentaires mordants sur Louis-Philippe, son entourage familial et le régime politique de la monarchie de Juillet. Nouée à la sédition contre le pouvoir royal, la mystification excentrique à laquelle se livre Peytel constitue une énorme blague qui pointe néanmoins une double crise au niveau de la représentation esthétique et politique. Exploitant tous les effets fantasmagoriques de l’identification du roi à une poire, le texte de Peytel se fait également iconoclaste et remet en cause l’imaginaire sacerdotal.

  • 8 Je fais allusion ici à la théorie des deux corps du roi, c’est-à-dire son corps charnel, matériel (...)

4Dans sa Physiologie, l’auteur brode à l’infini sur le roi-poire, que Charles Philipon et son équipe de caricaturistes républicains croquaient à toutes les sauces dans les petits journaux satiriques illustrés, tels La Caricature, fondée en novembre 1830, et Le Charivari, fondé en décembre 1832 et affichant le fou Triboulet pour enseigne. Si la Révolution de 1789 avait mis à exécution la destruction des deux corps du roi, la caricature politique des années 1830 rejoue à son tour la perte du corps symbolique et sacré du roi et élève le simulacre trivial de la poire au rang d’emblème de tout un régime et de toute une époque.8

1. Charles Philipon, « Croquades faites à l’audience du 14 nov. (cour d’Assises) », La Caricature, vol. III, no 56, 21 novembre 1831. Collection privée.

1. Charles Philipon, « Croquades faites à l’audience du 14 nov. (cour d’Assises) », La Caricature, vol. III, no 56, 21 novembre 1831. Collection privée.

5La figure 1 renseigne sur la date à laquelle est apparue pour la première fois l’icône dérisoire : « Croquades faites à l’audience du 14 nov. (cour d’Assises) » (1831). Comme on le voit dans le coin droit, ces quatre dessins étaient signés par Charles Philipon, qui devait répondre d’une planche parue dans La Caricature du 30 juin 1831 (Je tiens à remercier chaleureusement toute l’équipe de la maison de Balzac pour le soutien accordé à mes recherches, en particulier Claire Scamaroni, Laure Doumens et François Brulé. Je remercie également Nathalie Preiss d’avoir partagé avec moi sa précieuse collection de « Mayeux »).

2. Charles Philipon, « Le replâtrage », La Caricature, vol. II, no 35, 30 juin 1831, planche no 70. Collection privée.

2. Charles Philipon, « Le replâtrage », La Caricature, vol. II, no 35, 30 juin 1831, planche no 70. Collection privée.
  • 9 À ce propos, voir S. Petrey, « Pears in history », Representations, no 35, été 1991, p. 52 ; et so (...)

6Le roi Louis-Philippe y était représenté « en maçon occupé à replâtrer un mur qui porte encore les traces des trois journées », c’est-à-dire les Trois Glorieuses des 27, 28 et 29 juillet 1830, qui mirent fin à la Restauration, à laquelle succéda le régime orléaniste de Juillet. Durant son audience en cour d’assises, Philipon aurait dessiné ces quatre poires, dont il fait le cœur de sa défense, afin de démontrer par l’absurde que seuls les insignes, le nom et les titres peuvent désigner le roi, et non pas la ressemblance ou les apparences.9 La série des poires, qui commence par la plus ressemblante au roi, se termine par une poire-visage, qui affiche cette fois des similitudes lointaines avec le portrait du roi ; elle est ainsi légendée par Philipon : « Et enfin, si vous êtres conséquens, nous ne sauriez absoudre cette poire qui ressemble aux croquis précédens. » Dans sa conclusion, l’accusé dénonce l’arbitraire de sa condamnation et critique la censure qui pèse sur l’expression textuelle et picturale des opinions :

Ainsi, pour une poire, pour une brioche, et pour toutes les têtes grotesques dans lesquelles le hazard [sic] ou la malice aura placé cette triste ressemblance, vous pourrez infliger à l’auteur cinq ans de prison et cinq mille francs d’amende ??
Avouez, Messieurs, que c’est là une singulière liberté de la presse !!

  • 10 Pour une analyse des utilisations politiques de la poire dans la presse illustrée, voir la thèse d (...)

7Mais la dénégation de Philipon, qui semble dire par ses croquades « Ceci n’est pas le roi, ceci est une poire », allait contre le but même des portraits-charges, dont la diffusion dans les petits journaux illustrés favorisa l’association collective du roi et de la poire.10

  • 11 J.-P. Bacot, La presse illustrée en France au xixe siècle, une histoire oubliée, Limoges, PULIM (M (...)

8Au-delà de la nature satirique du texte de Peytel et de son message politique, c’est l’investissement de l’énonciateur dans l’image qui attire l’attention. En effet, le recours à l’image est d’autant plus révélateur que ce texte paraît dans une période de crise pour la librairie, une période du livre malade, dans laquelle naît justement la presse illustrée. Et c’est l’essor de la gravure qui sauvera l’économie paralysée de la littérature, comme l’a clairement démontré Jean-Pierre Bacot.11 Dans le paratexte de la Physiologie de la poire, formé par la correspondance fictive entre le jeune botaniste et son « gros éditeur » en quête de profit, le jeune auteur cite une source antérieure en rendant hommage au travail de La Caricature, dont il compare la portée et la rigueur scientifique aux publications sérieuses de la science médicale, assimilant ainsi politique (l’imagé) et naturalisme (l’imageant), et le règne politique au règne végétal :

Je déclare avec plaisir que je me suis quelquefois aidé, ou, du moins, fort souvent inspiré, pour parfaire ce livre, de la lecture d’un Recueil scientifique hebdomadaire qui paraît de nos jours […] qui se fait lire assidument [sic] de tout le monde sans distinction aucune d’aptitudes et de capacités. Ce Recueil, auprès duquel le Journal des Savans est une publication des plus frivoles et la Gazette médicale une revue des plus anacréontiques, s’appelle la Caricature. […] Les rédacteurs de cet important recueil sont évidemment de grands naturalistes. Ils se sont occupés bien avant nous de la culture du Poirier et de l´histoire physiologique de la Poire. Ils ont constamment accompagné leur texte de planches noires ou coloriées, toutes démonstratives, expressives, explicatives. (p. xxii-xxiv)

9La Physiologie de la poire aurait donc comme origine le petit journal illustré qui a consacré l’identification du roi à une poire de manière toute pédagogique, alliant le texte et l’image. Toutefois, la comparaison entre le feuillet corrosif et les publications savantes n’est pas dépourvue de pertinence. D’une part, La Caricature inclut effectivement le dessin comme véhicule de la pensée politique et complément du texte ; d’autre part, à la fin du xviie siècle, sous l’ordre de Colbert, les premiers ouvrages des académiciens qui eurent recours à la fois au texte et à l’image afin de préserver et diffuser les connaissances portaient justement sur les espèces zoologiques et botaniques : Mémoires pour servir à l’histoire des animaux, Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des plantes (1676). C’est en se référant à la tradition naturaliste que le physiologiste va servir de mémoire à son époque et en raconter les origines politiques. À sa manière, il contribue donc à la destruction du charisme royal que l’équipe de Philipon mena avec une inexorable témérité jusqu’aux lois de septembre 1835, contre les vents et marées des saisies, amendes et emprisonnements. Faux traité de botanique et livre blague, la Physiologie de la poire est un ouvrage à la fois excentrique et politique. Le rire carnavalesque et charivarique parcourt en effet ce texte « autotélique » et fragmentaire, dans lequel les faits de l’histoire politique récente (les Trois Glorieuses de 1830, le retour à la royauté, les promesses trahies et l’escamotage du mouvement républicain) sont en même temps cachés et théâtralisés, voilés et exhibés. En bref, la politique y fait l’objet de dissimulations et de cryptages, d’un côté, et de mises en scène et en images, de l’autre.

  • 12 D. Sangsue, Le récit excentrique (Gautier, De Maistre, Nerval, Nodier), Paris, J. Corti, 1987 ; et (...)

10La Physiologie de la poire affiche de plusieurs manières son appartenance à la catégorie du récit excentrique : tout d’abord, par ses références constantes à Rabelais, Sterne, Balzac et Nodier comme au mime Deburau ; ensuite, par l’hypertrophie du discours auctorial et de la parabase ; enfin, par la multiplication de digressions et d’écarts qui cassent la continuité linéaire du discours et l’effet de réel, comme dans l’Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux de Nodier (1830) – intertexte cité à plusieurs reprises. On retrouve de plus dans la Physiologie de Peytel les autres paradigmes de l’excentricité bien étudiés par Daniel Sangsue : le jeu envahissant des métalepses et des dispositifs métatextuels ; la remise en question de l’appareil démarcatif, interne et externe, du texte.12 Allant contre le format réduit de l’in-trente-deux, ces caractéristiques sous-tendent la constitution du livre comme spectacle et comme bel objet, ce qui apparaît dans la disposition typographique du texte, l’usage ludique de différents parangons et le jeu des illustrations, notamment en cul de lampe. Pourtant, l’excentricité, loin d’être un jeu simplement formel, est également une réponse à la désillusion politique qui a suivi les Trois Glorieuses de juillet 1830.

  • 13 « Ce fut pour mon âme un jour de fête, un jour faste, comme disaient les anciens, que le jour où i (...)

11Le jeune auteur de la Physiologie de la poire ne cesse d’expliquer la genèse de son ouvrage politico-botanique. Déjà brûlé par le soleil des Trois Glorieuses, l’émeutier républicain, emprisonné après les émeutes de juin 1832, a souhaité, écrit-il, devenir jardinier afin de faire de la botanique et ne plus parler de politique (p. 26-28).13 L’auteur fait de son traité un spécimen de l’école du désenchantement, adressant un clin d’œil à Balzac et à son texte blague, La Peau de chagrin, dont les protagonistes reconnaissent l’inanité de tout discours et projet politiques. Dans le récit balzacien, la jeune génération, brisée par l’escamotage de la révolution de 1830, est ainsi décrite par un narrateur qui compare avec nostalgie les usages du rire au xvie siècle et au xixe siècle :

  • 14 H. de Balzac, La Peau de chagrin [1831], P. Barbéris éd., Paris, Livre de poche, 1972, p. 76. La P (...)

[…] entre les tristes plaisanteries, dites par ces enfans de la révolution, et les propos des buveurs tenus à la naissance de Pantagruel, il y avait tout l’abîme qui sépare le xixe siècle du xvie. Celui-ci apprêtait une destruction en riant, et le nôtre riait au milieu des ruines […].14

  • 15 Voir N. Preiss, Pour de rire ! La blague au xixe siècle, Paris, PUF, 2002, p. 78. Le jeune Balzac (...)

12Le festin de l’amphitryon Taillefer, célébrant la naissance d’un journal, met en scène une danse macabre placée sous l’égide de la blague politique, comme l’a montré Nathalie Preiss dans son ouvrage sur la blague dix-neuviémiste. Le pouvoir, dans La Peau de chagrin, se manifeste ainsi sous toutes les formes possibles d’impuissance : politique, sexuelle, esthétique, poétique, scientifique.15

13Et le roi de ce monde désenchanté, les journalistes et caricaturistes, républicains pour la plupart et défenseurs de la liberté, le charivarisent et le figurent comme un blagueur, un prestidigitateur, un faiseur de promesses qui ne sont que du vent ou… du savon, comme le montrait en février 1831 une planche de Philipon, qui représentait Louis-Philippe jouant nonchalamment à faire des bulles de savon avec les promesses de Juillet, telle la liberté de la presse. Au tournant de 1830, les enfants du siècle et de la révolution vivent une crise quasi œpidienne et ridiculisent le monarque censé représenter l’autorité et la justice, lequel monarque est au vrai, à leurs yeux, un vil escamoteur de la révolution et un assassin de la liberté : Louis-Philippe ou le roi des épiciers, comme le déclare le physiologiste (p. 16).

  • 16 La planche représente une immense poire sur un socle démesuré. La statue grotesque s’élève sur la (...)

14La Physiologie de la poire prend ainsi le relais de La Caricature républicaine en profanant le double corps du roi, son corps matériel comme son corps immortel, chargé d’incarner le pouvoir de droit divin et la continuité généalogique du principe monarchique. Comme dans les planches et les textes de La Caricature, la tête et le corps du roi sont de prime abord identifiés à une poire. Par le biais de cette identification, l’auteur met en scène de violents épisodes sadiques et sacrilèges : orgie « poirivoire », corps démembré, chair dévoré, sans oublier les allusions au célèbre bûcher dit « expiapoire » – citation directe d’une planche de Philipon publiée dans La Caricature du 7 juin 1832.16

3. Anonyme, d’après Charles Philipon, « Projet du monument expia-poire à élever sur la place de la Révolution, précisément à l’endroit où fut guillotiné Louis XVI », La Caricature, vol. IV, no 84, 7 juin 1832, planche no 169. Collection privée.

3. Anonyme, d’après Charles Philipon, « Projet du monument expia-poire à élever sur la place de la Révolution, précisément à l’endroit où fut guillotiné Louis XVI », La Caricature, vol. IV, no 84, 7 juin 1832, planche no 169. Collection privée.
  • 17 Le meilleur exemple de dégustation de la poire est celui de son ingestion par le Roi-Soleil : « Lo (...)

15Dans le faux traité d’horticulture, l’un des savants naturalistes, qui reçoit l’auguste mission de communiquer son savoir au néophyte, jette brusquement ses poires au feu : « Ce sont des poires à cuire, me dit-il avec le plus grand sérieux : de véritables chats-brûlés » (p. 52) – variété qui existe, souligne Nathalie Preiss dans son édition ! À son tour, l’auteur du traité dissèque et dévore les poires de toute variété « – pour vous enseigner la manière de la greffer, de la cultiver, de la faire cuire et de la manger », avoue-t-il doctement (p. 60-61). Derrière ce mode d’emploi de la poire, c’est tout un programme de consommation et de manipulation du corps royal17 qui s’écrit de manière à la fois fantaisiste et réaliste : d’un côté, la substitution de la poire au roi permet de tenir un discours apparemment détaché de toute référence politique ; de l’autre, ce sont précisément les références à la prise du pouvoir par Louis-Philippe et aux émeutes de juin 1832 qui organisent le texte.

  • 18 Le chap. xii porte même en épigraphe : « Prenez et mangez. / J.-C. » (p. 227).

16Cette oralité dévorante, qui parodie à plusieurs reprises le sacrement de l’eucharistie et les épisodes de la vie du Christ, s’accompagne d’une rhétorique anti-cléricale par laquelle le pseudo-botaniste s’attaque à l’orthodoxie politique et religieuse d’un monde désenchanté.18 Alors que l’ingestion de l’eucharistie, chez le croyant, doit provoquer l’amour, le plaisir et l’unité des cœurs et des corps, les allusions à la dévoration de la poire suscitent le plus souvent chez l’apprenti horticulteur le déplaisir des sens comme le plus profond dégoût (voir par exemple p. 133-134). Dans le chapitre IV traitant les poires de Sainte-Lésine, Epargne et Martin-Sec, l’auteur satirise l’avarice légendaire de Louis-Philippe et laisse libre cours à ses élans blasphématoires. Ayant déjà utilisé les mystères de l’eucharistie et de la transsubstantiation pour ridiculiser la transformation du duc d’Orléans en Louis-Philippe roi des Français, l’auteur se moque cette fois du dogme de la trinité divine. Des trois espèces de poires susmentionnées, il écrit : « Trois poires qui n’en font qu’une ! – L’image de la Sainte-Trinité, sauf les pépins ! » (p. 111). Détournant savoir théologique et dogme catholique, le physiologiste rend le pouvoir du roi poire ou de la poire « roi-Louis » parfaitement immoral et illégitime, comme si le monarque aux pantoufles, parapluie et chapeau gris ne pouvait plus incarner aucune transcendance : roi du juste milieu pour « un temps de quasi-légitimité » (p. 200).

17L’imaginaire sacerdotal hante curieusement ce livre blague qui fait appel à la symbolique du Christ flagellé, couronné d’épines, couvert de plaies, et ce pour railler à nouveau le corps si peu royal de Lapoire. L’un des premiers élans blasphématoires apparaît dès le deuxième chapitre, intitulé « Signalement de la poire », dans lequel l’auteur fait référence de manière détournée aux stigmates de Jésus-Christ. Parodiant le discours physiognomonique, le savant consulté par le botaniste néophyte énumère d’abord les « mille signes extérieurs » qui permettent de reconnaître la poire. Le chiffre cinq sert de signalement technique : calice de la fleur composé de cinq divisions ouvertes ; corolle composée de cinq pétales, boursouflure qui a cinq styles à soi. L’analogie politique, à valeur argumentative, relie ensuite directement, en miroir l’une de l’autre, administration monarchique et science botanique : « […] le calice de la poire en fleur est un calice essentiellement persistant, à cinq divisions ouvertes, comme qui dirait cinq ministères. Et je ne me sers de cette comparaison qu’afin de rendre ma démonstration plus sensible » (p. 68). Après une digression qui éclaire la comparaison politique, le savant précise : « […] je m’en tiens aux cinq actes du drame monarchique, aux cinq pans de l’étoile souveraine, aux cinq branches du candélabre royal ; et je vous les montre existant tous cinq dans cette poire, fidèle image, vous en conviendrez, de notre système gouvernemental » (p. 70). Les insignes de la monarchie sont ici transformés en accessoires d’une triple performance d’ordre dramatique, politique et religieuse, à laquelle la poire sert de germe et de preuve imagée.

18En même temps, la poire devient le réel de référence et la royauté une simple copie dont le texte s’évertue à démontrer la fidélité au modèle. En fin de chapitre, le texte joue sur la polysémie du terme de stigmate, qui désigne en botanique la partie supérieure du pistil ; mais aussi une marque honteuse ; et enfin, au masculin pluriel, les cinq plaies de Jésus-Christ crucifié et reçu par les saints : « Quant aux stigmates qui surmontent les cinq styles du pistil de la poire, à l’état de fleur, il n’y a rien là que de tout simple. On sait que le sort de la poire est d’être ainsi stigmatisée » (p. 73). Stigmatisé comme le fut le mystique Saint-François d’Assise, qui portait les stigmates de Jésus-Christ en marque de son amour divin ? Ou bien stigmatisé, car destiné à être publiquement flétri ? L’hésitation quelque peu sacrilège entre acception mystique et honteuse flétrissure, sous couvert de dénomination naturaliste, promeut une double attaque anti-religieuse et anti-monarchique. Les insignes de la dignité et du pouvoir royaux (« un Roi couronné, portant sceptre et main de justice » [p. 121]) sont ainsi renvoyés de manière ambiguë au statut de stigmates : ou bien marques abjectes ou bien plaies sublimes d’un martyr pour sa foi. La contamination de l’histoire naturelle, de l’histoire sacrée et de l’histoire profane avilit finalement le corps royal, comme si ce dernier avait été créé à l’image non plus de Dieu, mais de la poire.

19L’angoisse que cherche à provoquer le botaniste néophyte chez le roi poire (il crée même une variété appelée la « poire d’angoisse ») ; l’extraordinaire agressivité qui court à travers ce texte excentrique ; la tonalité sado-masochiste du discours : autant de manifestations d’une violence qui appelle l’interprétation. Le contenu manifeste en est bien le rapport des sujets républicains au roi des Français. D’abord présentés comme victimes, les Jeunes-France et bousingots, les émeutiers et croyants révolutionnaires adoptent symboliquement, par la fausse conversion du républicain en horticulteur, un mécanisme de défense : le déplacement de la politique à la botanique peut ainsi se lire comme un travail de régression (p. 22-24). Les rapports fantasmatiques entre le physiologiste et l’administration monarchique révèlent une peur de l’agression chez les « enfants de la révolution », qui expliquerait l’agression inversée contre le roi. Une angoisse archaïque de type oral est de fait retournée par le physiologiste qui lavatérise, coupe, greffe, tape ou mange la poire, après avoir été dupé, brutalisé, arrêté et symboliquement mangé par le roi et ses fonctionnaires. La satire des procureurs du roi, d’inspiration rabelaisienne, est particulièrement éclairante à cet égard :

  • 19 La planche « Père-Scie », dessinée par Auguste Bouquet et publiée dans La Caricature du 14 juin 18 (...)

Les procureurs du Roi sont carnivores et poirivores tout-à-la-fois. Ils mangent indifféremment de la chair de Bergamotte [sic] et de la chair humaine. Ils s’abreuvent à longs traits du jus de la Mouille-Bouche et du sang de Bousingot, comme ils ont imaginé de baptiser le républicain. – Ce sont gens de proie, âpres à la curée, tondant sur tout, mordant sur tout. Eux et les avocats-généraux forment un peuple malfaisant dont je vous engage sincèrement à vous défier. – Persil est l’échantillon de l’espèce. (p. 239)19

4. Auguste Bouquet, lithographie de Becquet, « Père-Scie », La Caricature, vol. IV, no 85, 14 juin 1832, planche no 170. Collection privée.

4. Auguste Bouquet, lithographie de Becquet, « Père-Scie », La Caricature, vol. IV, no 85, 14 juin 1832, planche no 170. Collection privée.
  • 20 Il faut noter aussi que l’année 1832 est également celle de l’arrêt de publication de l’Encyclopéd (...)

20Reviennent ici, dans le texte et l’image, le refoulé de l’imagination phallique et l’angoisse de castration liée au schéma œdipien de la prise de pouvoir manquée des révolutionnaires, trahis de plus par un nouveau roi-père transformé en roi-poire. Le scénario œdipien apparaît dès la genèse de l’ouvrage où l’auteur affronte un gros libraire éditeur qui se dit Bonaparte de la librairie et refuse de publier son petit ouvrage, son médiocre « in-trente-deux ». L’auteur, quant à lui, reconnaît l’impossibilité de faire une grande œuvre et de rivaliser avec la Bible comme avec l’Encyclopédie dans un monde où règnent le petit, le réduit, l’abrégé, le coupé : « la politique en pamphlets, […] la littérature en satires hebdomadaires, […] la science en résumés » (p. xiv).20 Se réinventant enfant trouvé ou rené dans les choux, le physiologiste iconoclaste s’ingénie à défigurer les images de Dieu, du roi père et de la sainte ou royale famille pour les re-figurer à l’image de la poire.

  • 21 S. Le Men précise que la mode des Mayeux sera remplacée par celle des poires et des portraits-char (...)

21Le texte multiplie ainsi les images grotesques, toutefois coupées de ce sublime du terrible hugolien qui signe l’apparition de « l’homme qui rit » dans Chaos vaincu : on se rappelle en effet que le « masque bouffon et terrible » de Gwynplaine, frappé par la lumière, fait surgir un « soleil de rire ». C’est un tout autre travestissement que met en jeu la Physiologie de la poire, texte qui ne cesse de raconter l’éclipse du soleil de juillet. L’auteur blagueur, qui multiplie les images bouffonnes et agresse le corps du roi bourgeois, connaît de son côté une extraordinaire déflation narcissique : si le jeune émeutier a choisi l’horticulture, peut-il vraiment se reconnaître en la poire, qui dépersonnalise le roi, et s’identifier à une image qui symbolise la blague, le rien, le vide ? Le texte fait logiquement appel à un autre monstre qui rit, double figure de répulsion et d’identification, surtout dans ses incarnations de nabot grivois : le célèbre Mayeux, tué, nous dit le physiologiste, par les émeutes de juin 1832.21 Monsieur Mayeux, nain bossu et difforme, au faciès simiesque, création collective le plus souvent brossée par Traviès et Grandville, est le blagueur et jouisseur par excellence. Une planche publiée dans La Caricature en avril 1832 le montrait exécutant une poire phallique au cri de « Ah ! scélérate de poire, pourquoi n’es-tu pas une vérité ! » (fig. 5, et fig. 5, détail).

5. C. J. Traviès (Charles-Joseph de Villers, dit), « M. Mahieux poiricide : “Ah ! scélérate de poire pourquoi n’es-tu pas une vérité !” », La Caricature, no 76, 12 avril 1832, planche no 153. Collection privée.

5. C. J. Traviès (Charles-Joseph de Villers, dit), « M. Mahieux poiricide : “Ah ! scélérate de poire pourquoi n’es-tu pas une vérité !” », La Caricature, no 76, 12 avril 1832, planche no 153. Collection privée.
  • 22 S. Le Men, « Les images sociales du corps », art. cité, p. 125.

22Ce « poiricide » ressemble d’autant plus à une castration que le bossu lubrique était souvent doté d’une « surcharge d’énergie sexuelle », comme le note Ségolène Le Men, qui voit dans ce détail priapique « la marque d’un besoin vital pour faire face à l’épidémie de choléra qui en 1832 rend la mort omniprésente ».22

23Personnage éminemment polysémique, voire contradictoire, M. Mayeux personnifie tantôt le peuple des barricades, tantôt la bourgeoisie du juste milieu ; il incarnera parfois le petit caporal et prendra même la pose des portraits royaux officiels. Mais son habit, notons-le, sera presque toujours très élégant, mimant l’accoutrement du dandy. Une lithographie non signée de juin 1831 le montre, tel Narcisse, fasciné par sa propre image qui se reflète dans le miroir d’un lac ; la légende explicite d’ailleurs le rapport avec le héros amoureux de son propre reflet : « Ah ! Dieu ! je conçois maintenant l’histoire du beau Narcisse !… ».

6. Anonyme, lithographie de Delaunois, « Ah ! Dieu ! je conçois maintenant l’histoire du beau Narcisse !… », Histoire complette [sic] de M. Mayeux, 11 juin 1831, planche no 55. Collection privée.

6. Anonyme, lithographie de Delaunois, « Ah ! Dieu ! je conçois maintenant l’histoire du beau Narcisse !… », Histoire complette [sic] de M. Mayeux, 11 juin 1831, planche no 55. Collection privée.
  • 23 Voir à ce propos E. K. Menon, The Complete Mayeux. Use and Abuse of a French Icon, Berne, Peter La (...)

24L’allusion mythologique est renforcée par le livre entrouvert, dépassant du chapeau posé près de sa main gauche, comme si Mayeux venait de relire « l’histoire du beau Narcisse » et en répétait l’action. Trahissant une autosuffisance orgueilleuse, l’engouement et l’exaltation que le bossu éprouve pour son image difforme pointent son désir de satisfactions personnelles et son refus de considérer les autres et le monde extérieur, quoique sa main droite levée, près de son oreille, puisse également suggérer son attente de la parole d’Écho, redoublant ainsi l’intensité de son identification avec le « beau Narcisse ». On a pu interpréter la jouissance dans le repli narcissique comme un égoïsme bourgeois, chez le bossu figé dans une contemplation de soi voluptueuse et béate, et la trahison des idéaux égalitaires des Trois Glorieuses.23 L’apparition de Monsieur Mayeux, au sein même de la Physiologie de la poire, montre les deux versants du narcissisme : autosuffisance égoïste, d’un côté ; débordement, envahissement du monde et jouissance orgasmique, de l’autre. Faut-il s’en étonner dans un texte qui met en scène la satisfaction orale qu’apporte la dévoration obsessionnelle du mauvais objet persécuteur, en l’occurrence, le roi métamorphosé en poire ?

  • 24 Cet article a été rédigé en 2009, avant la parution de l’ouvrage de V. Stiénon, La littérature des (...)
  • 25 N. Preiss, Pour de rire !, ouvr. cité, p. 127 ; « De “POUFF” à “PSCHITT” ! – De la blague et de la (...)

25Texte excentrique, la Physiologie de la poire de Peytel met donc en jeu une double stratégie : illustrer l’identification du roi des Français à une poire ; permettre la dés-identification entre les enfants de la Révolution et toutes les figures d’autorité, qu’elle soit politique ou religieuse. Les dimensions ludiques, esthétiques et politiques de ce livre blague démontrent la fonction téléologique de l’œuvre artistique, qui donne de fait une existence à l’auteur blagueur omniprésent dans son texte.24 Texte politique et séditieux, la Physiologie de la poire s’inscrit bien dans la lignée des livres des Petits Romantiques et des livres excentriques, ces ouvrages qui « ont été composés par des fous », pour suivre la définition de Nodier. Crise de la mimésis, crise de la re-présentation, crise de la ressemblance, crise de la signification : le fou blagueur et bateleur du xixe siècle manifeste, selon Nathalie Preiss, la disparition de tout au-delà, de toute transcendance, religieuse ou laïque. Sur la blague, pas de fondation possible : « La blague ne compense ni ne masque le désenchantement du monde : elle l’exhibe en gloire. »25 Nés d’une désillusion politique dans une époque qui multiplie spéculations et exhibitions, les plaisirs du texte et de la blague ne vont donc pas sans ambiguïté ni ambivalence. Et Peytel lui-même y perdit la tête… Sept ans après sa Physiologie de la poire, devenu notaire en province, il fut guillotiné sur le champ de foire de Bourg en Bresse pour le double meurtre de son épouse et de leur domestique – amant supposé de celle-ci. Le juge et les jurés n’accordèrent aucun crédit aux plaidoyers de Balzac et de Lamartine en faveur de l’accusé. Quant au roi Louis-Philippe, décidément rancunier, il repoussa la requête en grâce que lui avait présentée Gavarni !

Notes

1 F. Cusset, French Theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

2 Voir notamment les trois Cahiers de Fontenay, nos 11-12, La sorcellerie, 1978 ; Villes / pouvoirs, nos 30-31, 1982 ; Aspects du xixe siècle par lui-même, nos 44-45, 1986. Mon premier article publié porte sur un conte drolatique de Balzac relatant le procès d’une femme orientale brûlée comme sorcière : « Le Succube ou l’itinéraire de Tours en Orient », L’année balzacienne, 1984, p. 263-295. Mon dernier livre porte sur l’écriture de la ville à l’époque romantique : Le flâneur et les flâneuses. Les femmes et la ville à l’époque romantique, Grenoble, ELLUG, 2007.

3 J. Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je », dans Écrits, Paris, Seuil, 1966, t. I, p. 90. Cette identification est la matrice de toutes les identifications futures du sujet : « L’assomption jubilatoire de son image spéculaire par l’être encore plongé dans l’impuissance motrice et la dépendance du nourrissage qu’est le petit homme à ce stade infans, nous paraîtra dès lors manifester en une situation exemplaire la matrice symbolique où le je se précipite en une forme primordiale, avant qu’il ne s’objective dans la dialectique de l’identification à l’autre et que le langage ne lui restitue dans l’universel sa fonction de sujet. »

4 N. Jacques-Lefèvre, « Le xixe siècle au miroir », Aspects du xixe siècle par lui-même, déjà cité, p. 10.

5 Ibid., p. 14.

6 L. Benoît, jardinier, Physiologie de la poire, Paris, Libraires de la place de la Bourse, 1832. Je citerai l’édition en fac-similé, De la Poire au parapluie. Physiologies politiques, N. Preiss éd., Paris, H. Champion, 1999. Les paginations entre parenthèses renvoient à cette édition. Né à Mâcon en 1804, Peytel était parti faire son droit à Paris en 1827 où il se lia avec Louis Desnoyers et devient actionnaire des petits journaux, tels Le Lutin, Le Trilby et Le Sylphe. Après les journées de juillet 1830, il collabora au Voleur et y rencontra Balzac et Henry Monnier. Mais dans sa Physiologie de la poire, Peytel s’inspire surtout de La Caricature, dont Desnoyers était devenu rédacteur en chef en mai 1832 (N. Preiss, « Introduction à la Physiologie de la poire », p. iii).

7 À ce propos, je renvoie aux analyses de T. Bouchet, Le roi et les barricades : une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2000 ; D. S. Kerr, Caricature and French Political Culture 1830-1848. Charles Philipon and the Illustrated Press, Oxford, Clarendon Press, 2000.

8 Je fais allusion ici à la théorie des deux corps du roi, c’est-à-dire son corps charnel, matériel et son corps symbolique, mystique, selon la thèse développée dans les années 1950 par E. Kantorowicz. En français : Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1983. Cet essai ayant été rédigé avant la parution du livre de Fabrice Erre, je n’ai pu profiter de ses analyses sur le juste milieu et sur la dégradation piriforme du corps royal qui incarne cette monstruosité. Je renvoie à son bel ouvrage, Le règne de la Poire. Caricatures de l’esprit bourgeois de Louis-Philippe à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

9 À ce propos, voir S. Petrey, « Pears in history », Representations, no 35, été 1991, p. 52 ; et son ouvrage : In the Court of the Pear King, French Culture and the Rise of Realism, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2005, p. 10-14.

10 Pour une analyse des utilisations politiques de la poire dans la presse illustrée, voir la thèse de doctorat de J. Bash Cuno, Charles Philipon and La Maison Aubert : the Business, Politics, and Public of Caricature in Paris, 1820-1840, Cambridge, Harvard University Press, 1985, p. 193-258

11 J.-P. Bacot, La presse illustrée en France au xixe siècle, une histoire oubliée, Limoges, PULIM (Médiatextes), 2005, p. 22.

12 D. Sangsue, Le récit excentrique (Gautier, De Maistre, Nerval, Nodier), Paris, J. Corti, 1987 ; et l’article, « Vous avez dit excentrique ? », Romantisme, no 59, 1988, p. 41-54. Sur la métalepse, comme « simulation de crédulité », voir G. Genette, Métalepse. De la figure à la fiction,

Paris, Seuil (Poétique), 2004, p. 25.

13 « Ce fut pour mon âme un jour de fête, un jour faste, comme disaient les anciens, que le jour où il me prit la fantaisie de quitter le domaine de la politique et de me mettre à herboriser » (p. 32) ; « Je veux étudier la botanique » (p. 34).

14 H. de Balzac, La Peau de chagrin [1831], P. Barbéris éd., Paris, Livre de poche, 1972, p. 76. La Physiologie de la poire fait allusion à La Peau de chagrin et au livre de Janin sur le mime Deburau, et ce au milieu d’une énumération d’exemples d’inanités politiques et scientifiques.

15 Voir N. Preiss, Pour de rire ! La blague au xixe siècle, Paris, PUF, 2002, p. 78. Le jeune Balzac fut étroitement associé à La Caricature et aux entreprises de Philipon. À ce propos : M. Contensu, Balzac et Philipon associés. Grands fabricateurs de caricatures en tous genres, catalogue de l’exposition à la maison de Balzac, 26 juin au 23 septembre 2001, Paris, Paris-Musées, 2001 ; R. Chollet, Balzac journaliste, le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983, chap. ix, p. 405-457.

16 La planche représente une immense poire sur un socle démesuré. La statue grotesque s’élève sur la place de la Concorde, à l’endroit même où Louis XVI fut guillotiné, comme le spécifie la légende. Le dessin ayant été considéré comme un appel au régicide, Philipon fut poursuivi, mais il fut acquitté le 28 janvier 1833. À ce propos, voir R. J. Goldstein, Censorship of Political Caricature in Nineteenth-Century France, Kent/Londres, The Kent State University Press, 1989, p. 128-132 ; S. Petrey, « Pears in history », art. cité, p. 56 ; S. Petrey, In the Court of the Pear King, ouvr. cité, p. 15-16. Cette caricature paraît juste après les deux grandes journées du mouvement insurrectionnel qui fit de nombreux martyrs chez les républicains.

17 Le meilleur exemple de dégustation de la poire est celui de son ingestion par le Roi-Soleil : « Louis XIV, je suppose, ou avant lui quelque autre monarque de la chrétienté aura dit, un jour, en mangeant une poire aux contours dorés, aux formes engageantes, au fumet délicieux ; il se sera écrié, dis-je, en fouillant de ses royales incisives au plus profond du fruit royal : “Ah ! mon Dieu ! que cela est exquis !… Messieurs, vous enverrez de ces belles poires à madame la marquise de Montespan …” » (p. 139).

18 Le chap. xii porte même en épigraphe : « Prenez et mangez. / J.-C. » (p. 227).

19 La planche « Père-Scie », dessinée par Auguste Bouquet et publiée dans La Caricature du 14 juin 1832, représente un républicain ressemblant à Daumier, qui protège de son corps une énorme quantité de numéros de La Caricature contre les attaques de la censure dont le procureur Persil, au long nez, alias Père-Scie, se fait l’instrument (figure 4). La première partie de la citation fait directement référence à une gravure de J. J. Grandville et Forest, intitulée « Réception » et publiée dans La Caricature en septembre 1832. La légende énumérait ainsi les courtisans, reçus par le roi-poire et représentés eux-mêmes en poires, dans un décor semé de poires reproduites sur tapis et vitraux : « Duchesse de Mouille-Bouche, Marquis de Cuisse-Madame, Comte de Saint Germain, Baron de Guerré, Chevalier de Bergamotte, Abbé de Bon-Chrétien […] », suivis de la signature : « par les deux poirivores. JJ. Grand E. For ».

20 Il faut noter aussi que l’année 1832 est également celle de l’arrêt de publication de l’Encyclopédie, qui comportait alors 157 volumes in quarto de texte et 53 volumes de planches. La Physiologie de la poire est donc placée sous le signe de la mort non seulement physique (par le rappel constant du choléra dans Paris) et politique (par la suppression de l’insurrection républicaine et l’escamotage de la république), mais aussi de la mort du livre et l’inachèvement du grand monument de la pensée qu’est l’Encyclopédie méthodique, prolongement de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

21 S. Le Men précise que la mode des Mayeux sera remplacée par celle des poires et des portraits-charges politiques dans les journaux satiriques (« Les images sociales du corps », dans Histoire du corps, A. Corbin, J.-J. Courtine et G. Vigarello dir., t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, A. Corbin dir., Paris, Seuil, 2005, p. 122). Pour une étude détaillée du personnage de Mayeux, voir E. K. Menon, « The image that speaks : the significance of M. Mayeux in the art and literature of the July monarchy », dans The Popularization of Images. Visual Culture under the July Monarchy, P. Ten-Doesschate Chu et G. P. Weisberg dir., Princeton (USA), Princeton University Press, 1994, p. 37-57.

22 S. Le Men, « Les images sociales du corps », art. cité, p. 125.

23 Voir à ce propos E. K. Menon, The Complete Mayeux. Use and Abuse of a French Icon, Berne, Peter Lang, 1997, p. 48.

24 Cet article a été rédigé en 2009, avant la parution de l’ouvrage de V. Stiénon, La littérature des physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Paris, Classiques Garnier, 2012. Je renvoie à son excellent ouvrage pour la « constellation charivarique » (p. 48) et le rôle de Philipon (p. 102-103), sur le potential burlesque, et son chapitre sur le rire physiologique : « Les Physiologies thématisent certaines modalités du rire, en particulier celle de la “flouerie”, rouerie financière par ruse mystificatrice, et celle du folklore carnavalesque incarné dans certains types exprimant, par antonomase, une essence de la blague : Robert Macaire, Mayeux, Chicard. » (p. 218).

25 N. Preiss, Pour de rire !, ouvr. cité, p. 127 ; « De “POUFF” à “PSCHITT” ! – De la blague et de la caricature politique sans la monarchie de Juillet et après… », Romantisme, no 116, 2e trimestre 2002, p. 5-17.

Table des illustrations

Titre 1. Charles Philipon, « Croquades faites à l’audience du 14 nov. (cour d’Assises) », La Caricature, vol. III, no 56, 21 novembre 1831. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre 2. Charles Philipon, « Le replâtrage », La Caricature, vol. II, no 35, 30 juin 1831, planche no 70. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 3. Anonyme, d’après Charles Philipon, « Projet du monument expia-poire à élever sur la place de la Révolution, précisément à l’endroit où fut guillotiné Louis XVI », La Caricature, vol. IV, no 84, 7 juin 1832, planche no 169. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre 4. Auguste Bouquet, lithographie de Becquet, « Père-Scie », La Caricature, vol. IV, no 85, 14 juin 1832, planche no 170. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre 5. C. J. Traviès (Charles-Joseph de Villers, dit), « M. Mahieux poiricide : “Ah ! scélérate de poire pourquoi n’es-tu pas une vérité !” », La Caricature, no 76, 12 avril 1832, planche no 153. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre 6. Anonyme, lithographie de Delaunois, « Ah ! Dieu ! je conçois maintenant l’histoire du beau Narcisse !… », Histoire complette [sic] de M. Mayeux, 11 juin 1831, planche no 55. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/8329/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 769k

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search