Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Emprise et possession dans l’œuvre de Henri Michaux

Marie-Annick Gervais-Zaninger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Qui pourrait échapper ? » Cette question que pose Henri Michaux dans la préface du recueil Ailleurs1 rend bien compte d’une préoccupation récurrente chez lui : le rejet obstiné de toute forme d’emprise qui l’aliénerait à l’autre, la volonté de résistance aux pressions extérieures2 – mais, tout aussi bien, le refus de toute fixation dans une posture ou une identité. Se fait jour l’angoisse d’être possédé par une instance extérieure ou intérieure, qu’exacerbe l’expérience des hallucinogènes.

L’ambiguïté de la notion de « possession » réside dans l’indécidable coupure entre réalité et fantasme : ne suffit-il pas de croire être possédé pour l’être ? Le violent sentiment d’aliénation qu’engendre cette forme d’emprise paroxystique, vécue comme totale, envahissant corps et âme, ne peut se concevoir que comme une interprétation du réel, dont les signes sont déchiffrés comme preuve d’un état de domination privant le sujet ainsi destitué de toute souveraineté : la possession, en ce sens, rel...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540