Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Le rêve dans Sous le soleil de Satan

Alain Schaffner

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

« Le rêve est une seconde vie » écrit Gérard de Nerval en ouverture d’Aurélia. Le lecteur attentif ne peut qu’être frappé par l’importance du motif du rêve dans Sous le soleil de Satan1, associé à celui, parallèle, de la nuit et des ténèbres. Satan, rappelons-le, est le « prince des ténèbres » dans les Écritures. Une recherche informatique révèle une soixantaine d’occurrences du mot « rêve » et des mots apparentés (« rêver », « rêveur ») – ainsi que quatre occurrences du mot « cauchemar » – dans le roman. Le mot « songe », quant à lui, dérivé de somnium et aux connotations plus bibliques, est employé de temps à autre comme synonyme de rêve, mais le verbe « songer » apparaît plus neutre dans le texte que « rêver » (il n’est souvent qu’un simple synonyme de « penser »). Le mot « sommeil » intervient également trois fois et on ne compte plus les occurrences des mots « nuit », « ténèbres », etc.2

À quoi correspond cette présence fortement marquée du rêve dans un roman catholique dont l’e...

© ENS Éditions, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540