Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Le rêve dans Sous le soleil de Satan

Alain Schaffner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le rêve est une seconde vie » écrit Gérard de Nerval en ouverture d’Aurélia. Le lecteur attentif ne peut qu’être frappé par l’importance du motif du rêve dans Sous le soleil de Satan1, associé à celui, parallèle, de la nuit et des ténèbres. Satan, rappelons-le, est le « prince des ténèbres » dans les Écritures. Une recherche informatique révèle une soixantaine d’occurrences du mot « rêve » et des mots apparentés (« rêver », « rêveur ») – ainsi que quatre occurrences du mot « cauchemar » – dans le roman. Le mot « songe », quant à lui, dérivé de somnium et aux connotations plus bibliques, est employé de temps à autre comme synonyme de rêve, mais le verbe « songer » apparaît plus neutre dans le texte que « rêver » (il n’est souvent qu’un simple synonyme de « penser »). Le mot « sommeil » intervient également trois fois et on ne compte plus les occurrences des mots « nuit », « ténèbres », etc.2

À quoi correspond cette présence fortement marquée du rêve dans un roman catholique dont l’e...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540