Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Wenders et Hawthorne : le diable est dans la couleur. Notes sur La Lettre écarlate

Denis Mellier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un carton noir, des lettres rouge sang plus qu’écarlates : tel un seuil, les couleurs du diable s’imposent au générique.1 Le lettrage évoque les caractères de bois du Western. Le plan d’ouverture renverse pourtant l’évidence figurative : le monde puritain de Wenders est marin, la côte ensoleillée déroule une plage de sable clair, les rochers sont blancs, les eaux, les cieux déclinent des nuances de bleu qui desserrent d’emblée tout un imaginaire du lieu attaché à la réputation sombre et gothique du classique de Hawthorne. Car il s’agit d’un classique, le premier de la littérature américaine2, un classique qui, selon le mot de Henry James, « est toujours derrière, si ce n’est pas devant ». À être ainsi entre deux temps, origine et devenir, terreau et horizon, entre deux lieux, on n’est nulle part, mais aussi partout à la fois. À l’œuvre même, en son lieu.

*

Aux yeux de Wenders, son adaptation du roman d’Hawthorne est un échec.3 Rétrospectivement, il y voit tout ce qu’il ne fallait pas ...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540