Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

« Avait-elle un réel pouvoir de divination ? » La figure de la sorcière dans les romans de cape et d’épée

Matthieu Letourneux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme du temps de l’Inquisition, il est relativement facile de chasser la sorcière – pour peu qu’on se plonge dans les récits de cape et d’épée. Loin de se cacher, elle s’exhibe même, donnant son nom à des chapitres ou des parties entières, chez Zévaco (Nostradamus1), Gailhard (L’Auberge des trois pendus2), Thiéry (La Tour de Nesle3), Spitzmuller (Le Capitaine de la garde de Jarzac4), et de nombreux autres. Et quand les romans se déroulent durant certaines périodes de l’Histoire, il est exceptionnel de ne pas rencontrer une sorcière ou l’une de ses déclinaisons (diseuse de bonne aventure, jettatura, alchimiste, empoisonneur, astrologue). Ainsi la sorcière est-elle un type du roman historique ; plus qu’un type même, il s’agit d’un de ces « éléments d’attraction » (pour reprendre la notion développée par Hiroki Azuma), stéréotype particulièrement attendu, sur lequel se cristallise le plaisir du lecteur sériel. Elle prend alors place aux côtés du Gascon, du prêtre perverti, de l’auberg...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540