Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

2. Histoire, mémoire, identité. xixe-xxie siècle

Les Burgraves de Victor Hugo. Ou comment régler le sort d’une sorcière (et de la misère par la même occasion)

Claude Millet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Burgraves sont une pièce assez ahurissante. Ahurissante par son primitivisme qu’on dirait plutôt hard que « dur »1 – peaux de bêtes, onomastique râpeuse, mœurs barbares –, son côté Augustin Thierry mâtiné d’Eschyle, Eschyle qu’on redécouvre alors dans la nouvelle traduction de Pierron, et dont plus tard, dans William Shakespeare, Hugo dira qu’il appartient à l’Inde, ce passé plus que passé de l’Humanité.2 Ahurissante par les délabrements qu’elle met en scène – délabrements des corps et des esprits (c’est une pièce du quatrième âge), des costumes, des décors (c’est une pièce sur la décadence, conjurée, donc, par de grands vieillards). Ahurissante par son irréalité, dans la scénographie et dans l’action comme dans la psychologie des personnages, avec cette façon qu’a Hugo, plus nettement encore que dans les drames précédents, du fait de l’absorption de l’Histoire par la Fable, de forcer le (bon) sens littéral à se soumettre au symbolique. Ahurissante enfin par sa signification pol...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540