Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

Tombeaux de Rousseau. Germaine de Staël, un passage de l’ancien au nouveau

Florence Lotterie

Full text

  • 1 G. de Staël, Œuvres complètes, t. I, 1, F. Lotterie éd., Lettres sur Rousseau. De l’influence des (...)

1Les ouvrages dont le bonheur du genre humain est le but, placent leurs auteurs au rang de ceux que leurs actions immortalisent ; et quand on n’a pas vécu de leur temps, on peut être impatient de s’acquitter envers leur ombre, et de déposer sur leur tombe l’hommage que le sentiment de sa faiblesse même ne doit pas empêcher d’offrir.1

*

  • 2 Ibid., p. 38.

2Le seuil des Lettres sur les ouvrages et le caractère de J.-J. Rousseau, en 1788, associe, de manière classique, l’éloge du grand homme à l’image du recueillement sur le lieu où il repose et au souci de restitution d’une dette. Le livre est un autre tombeau, mais s’il inscrit alors sa célébration dans l’appel à un temps qui presse, ce n’est pas celui d’une voix mélancolique elle-même saisie dans une mort à venir. « Mais qui sait si le temps ne nous ôte pas plus qu’il ne nous donne ? Qui peut oser prévoir les progrès de son esprit ? Comment consentir à s’attendre, et renvoyer à l’époque d’un avenir incertain l’expression d’un sentiment qui nous presse ? »2 La tombe rencontre ici l’élan assumé de la jeunesse : dans les Lettres, Rousseau, chantre de la passion et écrivain sensible de l’éloquence qui emporte, est l’homme galvanisant, dont l’ombre tutélaire accompagne la promesse régénératrice de l’ouverture des États généraux, le sacre du père adoré, Necker, et le sentiment bouillant de soi, de ses facultés, à l’âge de tous les possibles. Temps intérieur, temps familial, temps historique convergent sur une même ligne ascendante, dont les promesses viennent chercher leur certitude intime dans l’enthousiasme pour Rousseau. Et cependant, l’avenir demeure « incertain » ; les forces de la jeunesse anticipent sur leur épuisement ; inversement, elles regrettent d’être venues trop tard, et de ne pouvoir soutenir le grand homme disparu que dans la distance de la mémoire. Le seuil radieux se tient toujours dans l’ombre portée des ruines du passé, comme attentif à ne pas trop accorder à l’espérance : à l’orée du monde bientôt révolutionné, faut-il déjà saisir, dans cette prudence, la marque de la libérale modérée, et l’intelligence politique d’une histoire des progrès de l’esprit humain à travers laquelle le nouveau ne renonce pas à marcher dans les traces de l’ancien ?

  • 3 Voir en particulier : S. Balayé, « Le système critique de Madame de Staël : théorie et sensibilité (...)
  • 4 Il s’agit bien, écrit-elle dans la première préface, de « me retracer à moi-même le souvenir et l’ (...)

3On sait que la critique de sympathie qu’invente, avec ce texte, Germaine de Staël3, repose sur un principe d’identification par remontée aux sources émotionnelles de la lecture des œuvres de Rousseau. Ce qui se donne à voir, c’est le cheminement à rebours vers ses propres impressions premières d’un sujet que cela contribue à faire aller de l’avant ; la pensée de l’autre se reconstitue au prisme d’une histoire personnelle de l’enthousiasme qu’elle a suscité, mais qui, ce faisant, s’examine lui-même, se met à distance, à partir d’un présent de la conscience critique. L’éloge, en sens inverse, consiste à repartir de la flamme initiale, mais en cherchant à en saisir l’intensité et le cheminement à l’aide de la réflexion, sans pour autant que sa chaleur se perde dans la sécheresse de l’analyse : les Lettres sur Rousseau sont aussi la généalogie d’une passion littéraire.4 Par cette ambition, que les contemporains n’ont pas toujours su reconnaître à sa juste valeur, le texte tranche avec la plupart des ouvrages apologétiques qui se bousculent un peu en cette période prérévolutionnaire. Germaine de Staël ne veut pas seulement, comme elle le dit d’emblée dans sa première préface, exprimer son admiration, elle veut la comprendre, au sens plein du terme. C’est aussi pourquoi elle use, de manière parfois impérieuse, du « je », instance d’un jugement qui se proclame indépendant des opinions reçues. On le lui reprochera, et la version de 1814, comme on s’en aperçoit en travaillant sur les variantes, expurgera certains de ces passages à modalité trop personnelle. Il n’en demeure pas moins qu’elle a posé là un geste d’autonomie qui permet à la « disciple » de ne pas se maintenir sous l’emprise infantilisante de la fascination pour le maître, tout en préservant, du genre de l’éloge, la fonction symbolique de réhabilitation.

  • 5 G. de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, A. Bla (...)
  • 6 F. Lotterie, « Une revanche de la “femme auteur ” ? Madame de Staël disciple de Rousseau », Romant (...)

4Rousseau a lui-même donné le modèle de cette « passion réfléchissante »5 : c’est encore lui rendre hommage que de l’appliquer à son œuvre et à son « caractère ». Et c’est aussi se donner le rôle de la puissance de résurrection du mort. Dans le chapitre VI consacré à l’homme Rousseau, la jeune disciple se mue ainsi en Orphée allant rechercher, à la force de sa jeunesse pleine d’allant, une Eurydice murée dans sa mélancolie, rêvant d’une remontée commune à la lumière : « Ah ! Rousseau, qu’il eût été doux de te rattacher à la vie, d’accompagner tes pas dans tes promenades solitaires, de suivre tes pensées, et de les ramener par degrés sur des espérances plus riantes ! » (p. 104). On a évoqué ailleurs6 la posture de la consolatrice, susceptible de renverser la relation maître/disciple à la faveur d’un double scénario de fantasme (l’épouse substituée à la « mauvaise » Thérèse, d’une part, la guide parvenue à maturité relevant les douleurs d’un quasi « enfant », d’autre part). On soulignera ici le mouvement par lequel l’accompagnatrice s’insinue dans la conscience de l’autre, s’attache à sa rythmique propre, à ses opérations intellectuelles, à son climat sentimental, pour en dévier le cours. L’allusion aux Rêveries indique l’essentiel : la confusion imaginaire des deux esprits, par le recueillement sur la tombe, a aussi pour enjeu la correction symbolique d’un tempérament créateur par un autre, d’une œuvre par une autre. Des Lettres sur Rousseau, on souligne généralement qu’elles sont un exercice d’admiration tempéré par la réflexivité critique ; mais il est également possible d’y percevoir le travail d’une captation, au double sens du détournement d’héritage et de la confiscation d’une voix. Symboliquement, celle-ci passe par l’immersion avide dans les inscriptions laissées par Rousseau sur les arbres d’Ermenonville :

On s’empresse de montrer aux étrangers qui se promènent dans ces bois, les sites que Rousseau préférait, les lieux où il se reposait longtemps, les inscriptions de ses ouvrages, d’Héloïse surtout, qu’il avait gravées sur les arbres ou sur les rochers. […] Dans ce séjour qu’il a habité, dans ce séjour qui lui est consacré, on dérobe à la mort tout ce que la mémoire peut lui arracher ; mais l’impression de la perte d’un tel homme n’en est que plus terrible : on le voit presque, on l’appelle, et les abîmes répondent (tous les italiques sont les nôtres, p. 105-106).

  • 7 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 220. « Le cimetière de Gray, l’épître sur le collège (...)
  • 8 Staël elle-même a, dans De l’Allemagne, imaginé une adresse à Rousseau où elle lui reproche, en un (...)

5Cette expérience fétichiste n’est certes pas propre à Staël : d’autres pèlerins ont pu en dire autant, et elle est caractéristique du culte du grand homme. Mais si on a pu se disputer le cœur de Voltaire, on s’efforce ici de retrouver le maître dans la matière gravée de ses mots, de chercher à l’y entendre, de saisir l’accent même de la solitude désemparée. Il faut faire comme lui, se plonger par là en lui, pour substituer son propre chant de douleur au sien, l’envelopper dans sa propre éloquence. « Je n’ai point jeté des fleurs sur cette triste tombe ; je l’ai longtemps considérée les yeux baignés de pleurs : je l’ai quittée en silence, et je suis restée plongée dans la profondeur de la rêverie ! » (p. 105). Se muant en promeneuse solitaire, la pèlerine d’Ermenonville est d’abord dans l’acte mimétique. On pourrait dire, aujourd’hui, qu’elle se met en condition rousseauiste, ce qui suppose aussi de récuser la fermeture définitive de la tombe (qu’attesterait, en revanche, le geste d’y placer des fleurs) : le regard fixe, le travail même de la rêverie, cherchent au contraire à s’imprégner de la présence perdue dans une épreuve pathétique dont les larmes et le silence sont les signes. Encore s’agit-il d’une émotion sans excès démonstratif, inscrite dans l’immobilité mélancolique et la réflexion rêveuse. C’est, en somme, une élégie dans un cimetière, et une « tristesse philosophique »7 plutôt qu’hystérisée. Parler doucement, n’est-ce pas faire pièce à l’éclat d’un désespoir scandaleux, que le public n’a pas pardonné à Rousseau ?8

6Alors convaincue par la thèse de son suicide, Staël construit une scénographie du rattrapage de la catastrophe, ou plutôt de l’acte regrettable et qu’il convient de condamner. Elle se rêve comme celle dont la propre parole éloquente aurait ainsi le pouvoir de reprendre Rousseau à un désespoir pour le coup déraisonnable, voire infantile : au double sens possible du verbe, le réintégrer au monde des hommes et le corriger de son excessive douleur. Cette opération régénératrice s’autorise de la solitude du parc d’Ermenonville, du silence de l’idylle funèbre, selon un mouvement caractéristique d’une part de l’esthétique du temps. Auprès de la tombe ou de la ruine, parmi les arbres et dans le bercement des eaux toutes proches, une vérité nue, libérée de la corruption du monde social, cherche à se redonner librement carrière à la faveur d’une immersion dans la simplicité de la nature, la rêverie et sa nostalgie.

7Mais on ne peut suivre jusqu’au bout Rousseau dans sa séparation radicale des autres hommes, à un moment où, précisément, ils semblent s’ouvrir d’eux-mêmes à une nouvelle ère, inscriptible dans une action politique où le « défenseur des faibles, ami des malheureux, amant passionné de la vertu » (p. 106), pourrait avoir une place éminente. Telle est l’impasse du moment idyllique de la méditation funèbre, naguère magnifiquement analysée par Jean Starobinski :

  • 9 J. Starobinski, L’invention de la liberté, 1700-1789, Paris, Gallimard, 2006, p. 140.

On s’est tourné vers la campagne […]. Et l’on a tenté, bien souvent, de s’abandonner à l’illusion d’un recommencement […]. On peut rêver par ce moyen de régénérer la société tout entière. En tout cas, l’individu espère sauver son âme en rompant avec l’humanité pervertie […]. Seulement, il se trouve que cette plénitude idyllique ne peut être atteinte qu’au prix d’une sécession : en tournant le dos aux cités et à leurs habitants.9

8Et c’est ici que la jeunesse staëlienne affronte pour son propre compte, dans l’ambivalence, à la fois soucieuse de s’arracher à la léthargie de la mort et inquiète, fascinée par la disparition de toutes choses, étonnamment consciente de sa précarité, l’image du renoncement au monde posé, en termes nettement platoniciens, dès la première Promenade :

  • 10 J.-J. Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, É. Leborgne éd., Paris, Flammarion (GF), 1997 (...)

Mais dans ce désœuvrement du corps mon âme est encore active, elle produit encore des sentiments, des pensées, et sa vie interne et morale semble encore s’être accrue par la mort de tout intérêt terrestre et temporel. Mon corps n’est plus pour moi qu’un embarras, qu’un obstacle, et je m’en dégage d’avance autant que je puis.10

  • 11 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 178.
  • 12 Ibid.

9Que Germaine de Staël, à 23 ans à peine, ait pu être sensible à la dimension testamentaire des dernières œuvres disponibles de Rousseau ne saurait surprendre. De sa propre énergie, de son élan vers l’avenir, elle a d’emblée une perception ossianique, au sens qu’elle donnera à la figure d’Ossian, fondatrice du principe de mélancolie associé à la littérature du Nord, dans De la littérature : portée par ce qui relève de « la brièveté de la vie, le respect pour les morts, l’illustration de leur mémoire, le culte de ceux qui restent envers ceux qui ne sont plus ».11 Celle qui reste : autant dire que le seuil fantastique d’espérances qu’est l’entrée dans la gloire littéraire et dans l’accompagnement politique du père adoré, en 1789, tient de l’élan bridé par le « sentiment douloureux de l’incomplet de sa destinée ».12 Une femme, si supérieure soit-elle, peut-elle vraiment entrer sans terreur, sans doute aucun, dans cette double carrière ? Les Lettres s’achèvent sur un souhait de transfert, en effet, d’un magistère du disparu sur celui d’une voix nouvelle qui ne parvient pas à se mettre au féminin :

Les larmes des malheureux effacent chaque jour les simples inscriptions que l’amitié fit graver sur la tombe de Rousseau. Je demande que la reconnaissance des hommes qu’il éclaira, des hommes dont le bonheur l’occupa toute sa vie, trouve enfin un interprète : que l’éloquence s’arme pour lui, qu’à son tour elle le serve. Quel est le grand homme qui pourrait dédaigner d’assurer la gloire du grand homme ? (p. 106)

  • 13 Sur le nouveau rapport du lecteur à l’auteur et à l’œuvre inauguré par le roman de Rousseau, la li (...)
  • 14 Dans De la littérature, II, 30, G. de Staël insiste sur l’ambivalence du « sentiment de l’égalité  (...)
  • 15 G. de Staël, Œuvres complètes, t. III, 1, L. Omacini éd., Des circonstances actuelles et autres es (...)
  • 16 Ibid., p. 288. C’est ce qui fonde le partage entre les « circonstances » (sanglantes et accidentel (...)
  • 17 Ibid., p. 272-273.

10La question de 1789 renvoyait Rousseau à l’interprète idéalement modéré et pragmatique de son œuvre que pouvait être Necker. Dix ans plus tard, ou presque, mais de cette décennie qui, de l’aveu de tous les contemporains, vaut un siècle, et alors que Necker lui-même est bien oublié, quelle sorte d’hommage rendre à Rousseau ? Peut-il demeurer, après le traumatisme de la Terreur, circonscrit à ce face-à-face imaginaire de deux consciences et de deux cœurs, sous les ombrages dorés d’Ermenonville ? Est-il possible de maintenir un entre soi d’individu à individu, liés par cet enthousiasme identificatoire tellement singulier, si propre à la réception des œuvres de Rousseau, et en particulier l’auteur de La Nouvelle Héloïse13, tandis que l’Histoire demande compte à la Révolution de ses réalisations et de ses errances pour l’ensemble du genre humain ? Il faudra arracher le génie à ses funestes disciples, ces Robespierre et ces Saint-Just inimaginables en 1789, même si les Lettres avaient déjà rangé Du contrat social au rayon des chimères démocratiques. En 1800, De la littérature s’y emploiera, tout en préservant la distance.14 En 1798, Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des principes qui peuvent fonder la République en France, grand ouvrage politique finalement non publié, confronte dramatiquement la modération républicaine à l’excès démocratique des révolutionnaires arrêtés par Thermidor. Le face-à-face est désormais celui de deux camps, de deux visions du monde et de deux qualités d’hommes : les uns, désintéressés, désireux d’universalité, investis dans le bien commun et l’idéal politique de la modération, composés essentiellement des « restes précieux de l’infortunée Gironde, [des] proscrits du 31 mai, [des] défenseurs de l’humanité depuis le 9 Thermidor »15 ; les autres, liés aux « crimes de la Révolution ».16 On laissera ici de côté les royalistes, qui constituent le camp des « vaincus », mais que les républicains se doivent, dans le refus de tout esprit de parti, d’appeler à la réconciliation, pour se concentrer sur un aspect particulier de la situation historique synthétisée en une concise formule par Bronislaw Baczko et que les Circonstances actuelles illustrent à leur manière : « La Révolution a appris à lire autrement les textes de Rousseau. Les lecteurs sollicitent son œuvre pour comprendre ce qui leur arrive et recherchent, sélectivement, des pages en rapport avec leurs nouvelles expériences. »17

  • 18 F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, M. Regard éd., Paris, G (...)

11L’ouverture des Circonstances actuelles est un bilan et un hymne mélancolique pour une génération décimée et désorientée. Contrairement à celle de l’Essai sur les révolutions, un an plus tôt, où Chateaubriand privilégiait le « je », Staël inscrit, et c’est le premier geste politique du texte, la première personne de l’énonciation dans le pluriel pathétique du « nous ». L’Essai mettait en avant un « moi » rousseauiste blessé, privilégiant, dans l’inspiration du maître, le retrait hors du monde et la posture du défi sécessionniste : « Quant à ceux qui ne m’entendront pas, ils feront mieux de fermer le livre ; ce n’est pas pour eux que j’écris. »18 Staël ne se place pas dans ce cadre mimétique. Elle fabrique, au contraire, un protocole de lecture communautaire :

  • 19 G. de Staël, Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

Vous qui lisez, moi dont un vague espoir inspire en cet instant les pensées, une peine, un malheur sans ressources nous attend peut-être demain ; mais sans remords sur le passé, il nous reste assez de calme pour étendre dans la méditation et la pensée nos facultés intellectuelles.19

12L’avant-propos tente de poser, par l’éloquence républicaine, un baume sur les souffrances communes, en réaffirmant la perfectibilité, c’est-à-dire, aussi, le lien de transmission d’un passé à un présent, voire un futur. La place de Rousseau, tout indirecte, s’inscrit dans ce retour de la capacité à faire lien, d’une rive à l’autre de la Révolution, d’un siècle à l’autre. Tout cela s’aménage et se donne à lire à travers un dispositif péritextuel complexe, qui fait réagir, à partir du texte même de l’avant-propos, une épigraphe sur une épitaphe. Voici d’abord l’épigraphe :

  • 20 Ibid., p. 287. Traduction de Tacite, Vie d’Agricola.

Nous sommes un petit nombre, reste de nos amis et pour ainsi dire de nous-mêmes ; tant d’années ont été enlevées du milieu de la vie, tant d’années pendant lesquelles, à travers la douleur et le silence, les jeunes sont arrivés à la vieillesse et les vieillards au dernier terme de la vie.20

13La traduction est de Mme de Staël, qui donne d’abord le texte latin tiré de la Vie d’Agricola de Tacite. La citation exprime le désarroi générationnel devant une accélération inouïe du temps et les deuils. C’est précisément à ce texte latin que l’auteur associe une note :

  • 21 Ibid.

Rousseau a écrit : « La liberté d’une nation ne vaut pas la vie d’un homme innocent. » Il est permis, je dirais plus, il est ordonné à une femme de n’avoir pas un cœur plus audacieux qu’un philosophe. En allant à Ermenonville, j’ai choisi cette ligne des écrits de Rousseau pour l’écrire sur sa tombe. Il me semblait que dans le lieu qu’il habitait, c’était celle dont le souvenir devait lui être le plus doux.21

  • 22 Rousseau, comme nous l’apprend B. Bazcko dans sa préface à l’ouvrage staëlien, avait écrit que « l (...)
  • 23 Voir la fin du vibrant appel qui conclut le livre : « Eh bien ! usez de ces anciens secrets que le (...)

14La phrase, sortie de son contexte et du reste inexacte, est tirée d’un extrait de correspondance de Rousseau, publié dans l’édition des Œuvres complètes de 1779-1782.22 La jeune Germaine a donc tout à fait pu, sur cette tombe où elle s’est refusé à jeter des fleurs, la laisser en inscription, mais, comme le disaient les Lettres, celle-ci n’est-elle pas vouée à être effacée aussi par les « larmes des malheureux » ? Car si elle récupère là sa voix propre, passant au-dessus de l’« interprète » de Rousseau qu’était Necker en 1789, c’est bien pour dire, en femme, en républicaine, en membre de l’humanité souffrante qui a traversé les pires épreuves de la Révolution, une fidélité à un certain Rousseau qui est aussi fidélité à soi-même, c’est-à-dire à un certain sens de la tristesse élégiaque saisi au cœur du désir de régénération politique (puisqu’il s’agit toujours, bien que dans une dimension autre, de cela23) : pour aller de l’avant, il faut d’abord compter ses morts et peut-être, en un sens, se compter également parmi eux.

  • 24 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 409.
  • 25 Id., Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

15Rousseau, par la grâce d’une épitaphe empruntée à ses propres œuvres, est arraché à ses sombres thuriféraires terroristes et reconduit au sentiment commun de l’humanité et du caractère sacré de la vie, contre un certain « fanatisme politique ».24 Il peut encore être le philosophe moderne, élu à la première personne – « j’ai choisi cette ligne » – en ce qu’il est invoqué en écho à l’historien antique, ce Tacite dont les Annales peuvent alors servir de modèle pour dire la crise révolutionnaire. Or, face au caractère inédit de celle-ci, les contemporains peuvent juger et que Rousseau a fait beaucoup de mal, et que les tableaux d’un historien romain, si terribles soient-ils, ne suffisent pas, car il faut, à réalité nouvelle, expression inouïe. Mais au seuil de l’ouvrage staëlien, la double référence se fait à front renversé. Le « j’ai choisi » de la note, en effet, renvoie le lecteur à la phrase d’incipit de l’avant-propos, qui, elle, renvoie à Tacite : « J’ai choisi ces lignes pour épigraphe. Où est-il le cœur auquel elles ne répondent pas ? Nous, jeunes, vous vieillards, nous faibles, vous tout-puissants, qui donc oserait se dire heureux ! »25 La communion du malheur et du deuil transcende donc le fossé des générations, égalise les âges et les époques. Le « je » de la jeune femme devenue vieille en dix ans, écrivant, avec les Circonstances actuelles, un ouvrage où elle prend d’ailleurs ses distances avec la pensée constitutionnelle de son père, plus proche qu’elle du modèle anglais, fait le lien, sur le mode d’une double élection exprimée dans les mêmes termes, entre l’ancien (Tacite) et le nouveau (Rousseau), également aptes à porter cette parole de réconfort civique qu’est, par excellence, pour Germaine de Staël, la mélancolie de la pitié.

*

  • 26 Une seule ligne, donc, mais plusieurs pour Tacite : manière de signifier, outre l’élection, le néc (...)

16De vita Julii Agricolae n’était pas à proprement parler un livre d’histoire, mais une biographie, dans laquelle Tacite entendait célébrer la mémoire de son beau-père. Le tombeau de la génération révolutionnaire est ainsi bâti à partir d’une double tombe à vénérer : celle, à distance lointaine, de la vertu romaine, et celle, plus proche, de la tendresse rousseauiste. Comment les réunir, opérer la synthèse, sinon à travers ce je-carrefour de l’écrivain politique qui accomplit un double geste : prélever dans la matière ancienne (« j’ai choisi ces lignes ») et dans la matière moderne (« j’ai choisi cette ligne »26) un matériau pour le présent, qui se présente comme la fusion possible d’une double tonalité (élégiaque et éloquemment républicaine) ?

17Les morts illustres nous parlent d’où qu’ils viennent ; le deuil que nous avons à faire d’eux nous apprend à inscrire l’action future dans le sens de la vanité des choses et de la conscience de notre précarité commune ; en ce sens, ils sont tous des écoles de magnanimité en des temps de cruauté. Mais ils sont aussi là pour que l’avenir, par la voix de celle qui, dans les Lettres de 1789 comme dans le livre de 1798, sait s’affranchir des paroles et des actions passées, apprenne à se signifier autrement, d’une façon inédite :

  • 27 G. de Staël, Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

Il n’existe point encore d’éloge de Rousseau : j’ai senti le besoin de voir mon admiration exprimée. (p. 37)
À travers tant d’écrits sur la politique, je n’ai point encore trouvé ce qui répond à mon système.27

  • 28 Citation bien connue de Corinne ou l’Italie (1807)…

18Le « nous » endeuillé, toujours, aura pour contrepoint le triomphe d’un « je » souverainement en possession de sa nouveauté. Le culot staëlien est peut-être mélancolique, puisque, l’a-t-on assez répété, « la gloire elle-même ne saurait être, pour une femme, qu’un deuil éclatant du bonheur »28 ; mais il est aussi magnifiquement tonique. On finit toujours par se lasser des cimetières.

19(Août 2011)

Notes

1 G. de Staël, Œuvres complètes, t. I, 1, F. Lotterie éd., Lettres sur Rousseau. De l’influence des passions et autres traités moraux, Paris, H. Champion, 2008, p. 37. Les paginations entre parenthèses renvoient à cette édition.

2 Ibid., p. 38.

3 Voir en particulier : S. Balayé, « Le système critique de Madame de Staël : théorie et sensibilité », dans Madame de Staël. Écrire, lutter, vivre, Genève, Droz, 1994, p. 307-320 ; G. Poulet, « La pensée critique de Madame de Staël », Preuves, no 190, 1966, p. 27-35 ; J. Starobinski, « Critique et principe d’autorité (Madame de Staël et Rousseau) », dans Le préromantisme, hypothèque ou hypothèse ?, P. Viallaneix dir., Paris, Klincksieck, 1975, p. 326-343.

4 Il s’agit bien, écrit-elle dans la première préface, de « me retracer à moi-même le souvenir et l’impression de mon enthousiasme » (p. 37).

5 G. de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, A. Blaeschke éd., Paris, Garnier, 1998, p. 241.

6 F. Lotterie, « Une revanche de la “femme auteur ” ? Madame de Staël disciple de Rousseau », Romantisme, vol. 33, 2003, p. 19-31.

7 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 220. « Le cimetière de Gray, l’épître sur le collège d’Eaton, le village abandonné de Goldsmith, sont remplis de cette noble mélancolie qui est la majesté du philosophe sensible » (ibid., p. 216).

8 Staël elle-même a, dans De l’Allemagne, imaginé une adresse à Rousseau où elle lui reproche, en un sens, de ne pas souffrir avec assez de philosophie (« De la douleur », IV, 6).

9 J. Starobinski, L’invention de la liberté, 1700-1789, Paris, Gallimard, 2006, p. 140.

10 J.-J. Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, É. Leborgne éd., Paris, Flammarion (GF), 1997, p. 61-62.

11 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 178.

12 Ibid.

13 Sur le nouveau rapport du lecteur à l’auteur et à l’œuvre inauguré par le roman de Rousseau, la littérature critique est, on le sait, abondante. Il faut évidemment renvoyer d’abord à l’étude classique de C. Labrosse, Lire au xviiie siècle. La Nouvelle Héloïse et ses lecteurs, Paris, PUF, 1988.

14 Dans De la littérature, II, 30, G. de Staël insiste sur l’ambivalence du « sentiment de l’égalité », auquel Rousseau aura donné un sens trop radical (éd. citée, p. 272-273).

15 G. de Staël, Œuvres complètes, t. III, 1, L. Omacini éd., Des circonstances actuelles et autres essais politiques sur la Révolution, Paris, H. Champion, 2009, p. 342.

16 Ibid., p. 288. C’est ce qui fonde le partage entre les « circonstances » (sanglantes et accidentelles, monstrueuses) et les « principes » (que ces circonstances ont pu dévoyer, mais non rendre caduques).

17 Ibid., p. 272-273.

18 F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, M. Regard éd., Paris, Gallimard (Pléiade), 1978, p. 42. Plus loin, quelques phrases manifesteront, avec le « nous », le sentiment générationnel dans des termes proches de ceux de G. de Staël. Mais en 1826, le vieux Chateaubriand retiendra encore la dominante d’une certaine influence rousseauiste dans les formules que nous citons ici, se gaussant de « l’imitation d’un jeune homme nourri de la lecture de J.-J. Rousseau, et reproduisant les défauts de son modèle » (ibid.).

19 G. de Staël, Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

20 Ibid., p. 287. Traduction de Tacite, Vie d’Agricola.

21 Ibid.

22 Rousseau, comme nous l’apprend B. Bazcko dans sa préface à l’ouvrage staëlien, avait écrit que « le sang d’un seul homme est d’un plus grand prix que la liberté de tout le genre humain » (ibid., p. 272).

23 Voir la fin du vibrant appel qui conclut le livre : « Eh bien ! usez de ces anciens secrets que les trésors des temps vous révèlent et vous ressusciterez l’esprit public et vous retrouverez de l’admiration, et il y aura là, près de vous, autour de vous, une nation libre, vivante. » (ibid., p. 502).

24 G. de Staël, De la littérature, éd. citée, p. 409.

25 Id., Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

26 Une seule ligne, donc, mais plusieurs pour Tacite : manière de signifier, outre l’élection, le nécessaire travail, concernant Rousseau, de sélection ?

27 G. de Staël, Des circonstances actuelles…, éd. citée, p. 288.

28 Citation bien connue de Corinne ou l’Italie (1807)…

© ENS Éditions, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site