Version classiqueVersion mobile

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

Faste et violence dans l’espace public : représentations historiques et romanesques des carrousels à l’âge classique

Florence Ferran

Texte intégral

Place du Carrousel
Vers la fin d’un beau jour d’été
Le sang d’un cheval
Accidenté et dételé
Ruisselait sur le pavé […] (J. Prévert)

  • 1 A.-R. Lesage, Le Diable boiteux [1726], Paris, Gallimard, 1960, chap. i, p. 271.
  • 2 J.-J. Rousseau, Lettre à M. D’Alembert sur les spectacles, Genève, Droz, 1948, p. 21.

1« C’est moi qui ai introduit dans le monde le luxe, la débauche, les jeux de hasard et la chimie. Je suis l’inventeur des carrousels, de la danse, de la musique, de la comédie et de toutes les modes nouvelles de France. En un mot, je m’appelle Asmodée, surnommé le Diable boîteux. »1 Pourquoi, dans la bouche du démon, cette mention du carrousel, spectacle équestre donné dans l’espace public par la noblesse d’Ancien Régime ? L’énumération d’Asmodée rappelle que les jeux du cirque auxquels se rattache historiquement le carrousel ont toujours inquiété l’Occident chrétien. À l’appui de sa condamnation du théâtre, Rousseau cite une anecdote de saint Jean Chrysostôme : « La nature même a dicté la réponse de ce barbare à qui l’on vantait les magnificences du cirque et des jeux établis à Rome. Les romains, demanda ce bonhomme, n’ont-ils ni femmes ni enfants ? Le barbare avait raison ».2 Dans sa Vie d’Hilarion, saint Jérôme mentionne déjà, entre autres visions tentatrices, un combat de gladiateur : il « n’était attiré ni par la frénésie du cirque, ni par la violence sanguinaire des jeux de l’arène, ni par la lascivité des spectacles du théâtre : mais […] » :

  • 3 Saint Jérôme, Vie d’Hilarion, dans Trois vies de moines (Paul, Machus, Hilarion), P. Leclerc et E. (...)

3. 11 Que de fois quand il était couché lui apparurent des femmes nues, que de fois quand il avait faim, les plus somptueux banquets. Parfois, pendant qu’il priait, sautèrent au-dessus de lui un loup hurlant et un renard glapissant ; pendant qu’il chantait les psaumes, un combat de gladiateurs s’offrit à ses yeux et l’un deux, s’écroulant presque mort à ses pieds, lui demanda une sépulture.3

  • 4 C.-F. Ménestrier, Traité des tournois, joustes, carrousels, et autres spectacles publics, Lyon, J. (...)

2L’article « Carrousel » de l’Encyclopédie se place, comme le dictionnaire Furetière, sous l’autorité de Ménestrier4, pour attribuer à Tertullien la paternité de cet anathème :

  • 5 Mallet, « Carrousel », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des mé (...)

Ce mot vient de l’italien carrosello, diminutif de carro, charriot. Tertullien en son livre des spectacles attribue à Circé l’invention des carrousels, il prétend qu’elle les institua en l’honneur du soleil, dont les Poètes l’ont fait fille ; de sorte que quelques uns croyent que ce mot vient de carrus solis.5

3Dans Les Spectacles, Tertullien reproche en effet aux jeux du cirque d’inspirer des passions violentes et d’encourager l’idolâtrie :

  • 6 Tertullien, Les Spectacles (De spectaculis), VII, 2-VIII 7, M. Turcan trad. et éd., Paris, Éd. du (...)

Chaque ornement du cirque est un temple […]. Considère, ô chrétien, le nombre de noms impurs qui possèdent le cirque. Tu n’as rien à voir avec un endroit que tiennent tant d’esprits diaboliques.6

4Tous les spectacles sont coupables, pour le moraliste chrétien. Mais plus encore diabolise-t-il le cirque pour son faste bigarré renvoyant à l’identité composite de Circé, d’ascendance aussi brillante (Helios) que crépusculaire (Hecate).

  • 7 P. Veyne, « Païens et charité chrétienne devant les gladiateurs », dans L’empire gréco-romain, Par (...)

5En situant son apparition à la mort de Patrocle, le chant XXIII de l’Iliade fait de la gladiature un rite de deuil, qui se serait répandu et normalisé sous l’Empire romain pour servir les intérêts de l’oligarchie : les grands soignaient leur réputation en offrant au peuple des combats dispendieux. D’après Paul Veyne, elle se serait éteinte avec l’appui du christianisme et par désintérêt du public, lorsque les empereurs auraient voulu se réapproprier la violence légitime.7 L’époque féodale réveille pourtant ce goût du faste et de la violence au cœur de l’espace public avec l’organisation de tournois dont il ne restera plus à leur disparition qu’un simulacre : les carrousels, étudiés ici à travers leurs représentations historiques et romanesques. Avatar d’un spectacle guerrier interdit de cité en France à la mort en lice d’Henri II, le carrousel déploie sa pompe à l’âge classique pour disparaître à son tour dans la seconde moitié du xviiie siècle. Il chorégraphie les derniers jours de la noblesse d’épée en une mise en scène sans danger, tandis que dans les textes est entretenu un imaginaire anachronique de la chevalerie, nourri d’une fascination psychologique et esthétique pour l’antique gladiature.

  • 8 Ibid., p. 554-555 : « Dans n’importe quelle société un individu sur cent ou sur mille est prêt à r (...)

6Sombre mystère que ces combattants acceptant par contrat de courir à la mort. Mourir en lice, comme dans l’arène, n’est pas un châtiment : les gladiateurs romains, comme le seront les nobles chevaliers, étaient en majorité volontaires. Il y a dans la pratique de la gladiature comme des tournois, du duel ou du hooliganisme un ressort psychologique individuel, l’attrait pour la violence et l’autodestruction, une forme de « virilité suicidaire », dont Paul Veyne a souligné l’opacité psychologique.8 Dans De l’usage de l’histoire, Saint-Real s’interrogeait déjà en 1671 sur le goût des « jeux dangereux » comme une des manifestations les plus spectaculaires de la folie humaine :

  • 9 Saint-Real, De l’usage de l’histoire [1671], R. Démoris et C. Meurillon éd., Lille, CERL 17-18, 19 (...)

Le dérèglement de l’esprit des hommes est si grand, qu’il n’est pas même nécessaire qu’on soit exempt du danger où on voit les autres, pour y prendre plaisir. L’expérience l’a fait voir dans les combats de barrière, les joutes et les tournois, qui étaient encore au siècle passé en si grande estime & où ceux qui étaient prêts d’entrer en lice ne laissaient pas de prendre plaisir à voir porter les autres par terre à coups de lance, leur enfoncer la visière & froisser les os, quoiqu’ils fussent exposés aux mêmes dangers […]. D’où venaient donc ce prodigieux attachement, & du Peuple, et des Grands, pour ces exercices si dangereux, toujours souillés de sang ? Quel plaisir des hommes pouvaient-ils en voir d’autres se faire du mal ?9

  • 10 P. Veyne, L’empire gréco-romain, ouvr. cité, p. 624.

7Pour Saint-Real, qui s’écarte du topos du suave, mari magno, le plaisir pris au spectacle de la mort violente ne tient pas seulement au soulagement, par contraste, d’être soi-même hors de danger. De même que Saint-Real y voit le signe d’une cruauté constitutive en l’homme, Paul Veyne invoquera « des traits humains sans date ni lieu (l’indifférence à autrui, le goût de la violence, l’autorité de la coutume ou du pouvoir) [qui] ont suffi à rendre possible la gladiature, sa réalité étant due à une concaténation de causes banales, à partir de la condition initiale que fut un non moins banal rituel de deuil. Peu d’années nous séparent de la gladiature : l’interdit de voir par plaisir couler le sang est un fait de haute culture et d’une éducation, mais on ne peut surestimer l’épaisseur et la solidité de ce vernis. »10 Étrange mais puissante, donc, la tentation pour un public ordinaire comme lettré de jouir du spectacle du meurtre et de la souffrance, éveillant une curiosité mêlée d’horreur.

8Lorsque l’abbé Du Bos évoque les spectacles propres à exciter des passions violentes au début des Réflexions critiques sur la poésie et la peinture en 1719, il cite immédiatement la gladiature. Les gladiateurs se blessaient accidentellement en lice, mais mouraient rarement sur le coup. Le supplice du vaincu était l’objet d’une décision et d’une mise en scène, pour garantir jusqu’au bout la qualité et l’intensité du spectacle :

  • 11 Du Bos, abbé, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture [1719], D. Désirat éd., Paris, Éco (...)

Il fallait que les maîtres d’escrime qui instruisaient les gladiateurs leur montrassent non seulement à se bien servir de leurs armes ; mais il fallait encore qu’ils enseignassent à ces malheureuses victimes dans quelle attitude il fallait se coucher, et quel maintien il fallait tenir lorsqu’on était blessé mortellement. Ces maîtres leur apprenaient, pour ainsi dire, à expirer de bonne grâce.11

9L’intérêt de Du Bos pour le Gladiateur mourant tient autant au moment représenté par le célèbre marbre romain qu’à la grâce paradoxale de sa pose :

  • 12 Ibid., p. 128.

Ce malheureux, blessé à mort d’un coup d’épée à travers le corps, est assis à terre et il a encore la force de se soutenir sur le bras droit. Quoiqu’il aille expirer, on voit qu’il ne veut pas s’abandonner à sa douleur ni à sa défaillance et qu’il a encore l’attention de sa contenance, que les gladiateurs se piquaient de conserver dans ce funeste moment.12

  • 13 D. Diderot, Réfutation d’Helvetius, dans Œuvres, t. I, Philosophie, L. Versini éd., Paris, R. Laff (...)
  • 14 Lettre à Sophie Volland, dans ibid., 1762.

10Diderot partage cette fascination esthétique pour la belle mort. Certes, il condamne moralement la gladiature dans la Réfutation d’Helvetius : « Les spectacles sanglants et les supplices publics finissent par rendre atroce tout une nation, témoin les femmes romaines qui condamnaient à la mort un mauvais gladiateur. »13 Mais il a reconnu dans une Lettre à Sophie Volland de 1762 : « Quant à moi, ce ne sont point ces gentillesses qu’il me faut mais l’Antinoüs, la Venus Médicis, le Milon du Puget, les lutteurs, les gladiateurs, l’autre gladiateur mourant. Si jamais vous allez à Versailles, faites-vous montrer ce dernier morceau, et vous me direz si jamais aucune situation tragique vous aura aussi violemment affectée… »14 Le gladiateur fait même figure de modèle dans Le Paradoxe sur le comédien :

  • 15 D. Diderot, Paradoxe sur le comédien, dans Œuvres esthétiques, P. Vernière éd., Paris, Classiques (...)

Nous voulons que cette femme tombe avec décence, avec mollesse, et que ce héros meure comme le gladiateur ancien au milieu de l’arène, aux applaudissements du cirque, avec grâce, avec noblesse, dans une attitude élégante et pittoresque. […] Le gladiateur ancien, comme un grand comédien, un grand comédien ainsi que le gladiateur ancien, ne meurent pas comme on meurt sur un lit, mais sont tenus de nous jouer une autre mort pour nous plaire…15

11L’interprète de tragédie s’inspirera des mises en scène de gladiateurs pour incarner de sang-froid les émotions les plus fortes.

12À la fin du chapitre qui leur est consacré, Du Bos reconnaît aux tournois, aux duels, à la corrida, et aux jeux de hasard le même pouvoir d’excitation qu’aux spectacles de gladiateurs. Le lien qu’il établit ici, comme Lesage dans Le Diable boiteux, entre ces différentes activités, tient sans doute à l’idée selon laquelle elles se seraient conjointement développées dans l’Espagne des rois maures. Voltaire relaiera cette hypothèse dans son Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs et sur l’esprit des nations de 1757 :

  • 16 Voltaire, Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs et sur l’esprit des nations [1756], R. Po (...)

Les arts y fleurissaient, les plaisirs recherchés, la magnificence, la galanterie régnaient à la cour des rois maures. Les tournois, les combats à la barrière, sont peut-être de l’invention des Arabes. Ils avaient des spectacles, des théâtres, qui tout grossiers qu’ils étaient, montraient du moins que les autres peuples étaient moins polis que ces mahométans. Cordoue était le seul pays de l’occident où la géométrie, l’astronomie, la chimie, la médecine fussent cultivées […]. Que connaissait-on en Allemagne, en France, en Angleterre, en Espagne, et dans la Lombardie septentrionale ? Les coutumes barbares et féodales aussi incertaines que tumultueuses, les duels, les tournois, la théologie scolastique et les sortilèges.16

  • 17 J.-P. Sermain, Métafictions (1670-1730). La réflexivité dans la littérature d’imagination, Paris, (...)
  • 18 C. Perrault, Grisélidis, nouvelle avec le conte de Peau d’Ane et celui des souhaits ridicules, 169 (...)

13Le regard historique et critique de Voltaire renvoie le lecteur moderne à un âge reculé dont la mémoire ambiguë, entre fascination et rejet, est entretenue par les romans et les contes de fée : « […] inquiétante proximité avec ce dont il a appris à se méfier, l’univers des Dark Ages, un âge mental, pourrait-on dire ».17 Jean-Paul Sermain rejoint ici Paul Veyne pour qui chaque époque inventerait ses conditions d’accès à des mondes primaires, où il soit possible de déroger à la morale ordinaire. La cruauté du Prince dans le conte de Perrault, Grisélidis, s’exerce ainsi dans un cadre renvoyant à cet âge fantasmé de la chevalerie, où les tournois, associés aux célébrations de mariage qui ouvrent et ferment le récit, participent de l’effet général d’inquiétante étrangeté : les joutes canalisent provisoirement la violence latente, en la ritualisant dans l’espace public.18

14Dans l’article qu’il leur consacre dans l’Encyclopédie, Jaucourt met dans un premier temps la disparition définitive des tournois et leur remplacement provisoire par les carrousels sur le compte du traumatisme collectif provoqué par l’accident mortel du roi Henri II au cours d’une joute en 1559, suivie d’une chute de cheval fatale du prince Henri de Bourbon-Montpensier dans les mêmes circonstances l’année suivante :

  • 19 Jaucourt, s. v. « Tournois », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et (...)

Les tournois cessèrent alors absolument en France ; ainsi leur abolition est de l’année 1560. Avec eux périt l’ancien esprit de chevalerie qui ne parut guère que dans les romans. Les jeux qu’on continua depuis d’appeler des tournois ne furent que des carrousels, & ces mêmes carrousels sont entièrement passés de mode dans toutes les cours de l’Europe.19

15L’univers des tournois, dont la violence est désormais jugée insupportable, subit à l’âge classique deux déplacements : dans l’espace public, il prend la forme de combats simulés, les carrousels ; et dans celui de la fiction, il persiste dans des contes et romans emprunts d’une imagerie chevaleresque édulcorée, où les rapports de violence passent au second plan derrière les rapports amoureux.

  • 20 La Curne de Sainte-Palaye, Mémoire sur l’Ancienne chevalerie considérée comme un établissement pol (...)
  • 21 Ibid., p. 121-123 (Épilogue, Des causes qui produisirent la décadence et la chute de la chevalerie(...)
  • 22 S. v. « Tournois », art. cité, p. 488-489.
  • 23 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985 [1re éd. fr., Calmann-Lévy, 1974].

16Dans L’Ancienne Chevalerie que Jaucourt désigne comme la source principale de son article, La Curne de Sainte-Palaye n’explique pas la disparition des tournois par le seul scandale de la mort accidentelle d’Henri II. Il parle également d’une lente décadence de cette institution conçue à l’origine comme un exercice d’entraînement et qui, « après avoir brillé d’un éclat sans pareil, s’éteignit obscurément sous le ridicule, vers le temps de François Ier ».20 En effet, pour La Curne de Sainte-Palaye, les valeurs et les vertus des chevaliers auraient peu à peu laissé la place à l’« ignorance », la « décadence de leurs mœurs », la « galanterie ». Ils se seraient vu finalement confisquer leur rôle de justicier par des « armées permanentes »21 qui, en se réappropriant la violence légitime, auraient poussé l’aristocratie guerrière à une démilitarisation progressive. Jaucourt ajoute à cette analyse une donnée économique.22 Extrêmement coûteux, voire ruineux, les combats à cheval ne pouvaient être que la prérogative d’une élite. Ces dépenses inquiétèrent tout autant qu’elles servirent politiquement les monarques et les rapports ambivalents de ces derniers avec leur noblesse d’épée. La culture chevaleresque se perpétue à travers l’organisation de carrousels, le déplacement de ces spectacles fastueux du centre de Paris vers Versailles apparaissant comme une des manifestations du processus de curialisation décrit par Norbert Elias.23

  • 24 Nouvelles extraordinaires de divers endroits du jeudi 4 juin 1685, cit. par J. de La Gorce, « Le p (...)
  • 25 Voir J. Le Goff, Préface, dans La ville et la cour. Des bonnes et des mauvaises manières, D. Romag (...)

17À l’occasion du fameux carrousel des galants maures donné à Versailles en 1685, « d’après un périodique de l’époque, les Nouvelles extraordinaires de divers endroits », rapporte Jérôme de La Gorce, « les trois quarts des carrosses de Paris y étaient allés, en sorte que la ville était presque déserte ».24 L’image a sans doute une portée symbolique : l’organisation de carrousels dans Paris témoignait à la fois de l’attachement de la noblesse à la culture chevaleresque et de sa volonté, en la perpétuant dans l’espace public, de manifester avec faste sa présence dans la ville. Le carrousel de 1685 vide la capitale de sa noblesse, une façon pour le monarque d’affirmer à la fois le pouvoir d’attraction de la cour et de marquer néanmoins sa propre emprise par défaut sur la ville. L’anecdote témoigne-t-elle de l’apogée ou de l’agonie du système de cour ? Pour Jacques Le Goff, « Norbert Elias a eu tort de voir en Versailles l’apogée du système de cour. Versailles était une cour qui n’avait plus d’attache avec la société et plus de prise sur elle. Elle s’était fermée sur elle-même et se suicidait à terme. On peut seulement dire à sa décharge qu’un apogée est souvent une fin au sens de mort. » 25

  • 26 J. de La Gorce, « Le premier grand spectacle équestre donné à Versailles », art. cité, p. 277-285.
  • 27 S. v. « Carroussel », dans Encyclopédie, ouvr. cité, p. 706.

18De somptueux spectacles d’équitation militaire perpétuent ainsi au xviie siècle, sans danger de mort, les fastes équestres aristocratiques. Des carrousels sont organisés en province (par exemple dans les carrières de Nancy, en 1627) comme en plein cœur de Paris : en 1612, place Royale, pour célébrer l’union de l’Espagne et de la France ; ou en 1662, aux Tuileries, pour la naissance du Dauphin, le spectacle ayant tellement marqué les esprits (plus de 10 000 spectateurs) qu’il donne son nom à la place qui l’a accueilli. Puis ils suivent la cour à Versailles. L’histoire retient notamment les courses de têtes données devant l’orangerie pendant le carnaval de 1667 ; et le carrousel des galants maures de Grenade, organisé avec la participation du Dauphin en 1685 derrière la grande écurie, objet de nombreux témoignages écrits et iconographiques.26 Les carrousels disparaissent à leur tour dans la seconde moitié du xviie siècle, sans que des documents ne permettent de dater précisément cette extinction : « Ces combats qui tenaient de l’ancienne chevalerie, furent introduits en France à la place des joutes & tournois sous le règne d’Henri IV : il y en a eu quelques-uns sous Louis XIV : mais ces divertissements ont cessé d’être à la mode », conclut vaguement la notice « Carrousel » de l’Encyclopédie27 en 1756. La même année Voltaire adhère à ce schéma de grandeur et de lente décadence :

  • 28 Voltaire, « Les tournois », dans Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs et sur l’esprit de (...)

À ces pas d’armes, aux combats à la barrière, à ces imitations des anciens tournois partout abolis, ont succédé les combats contre les taureaux en Espagne, et les carrousels en France, en Italie, en Allemagne. Il serait superflu de donner ici la description de ces jeux ; il suffira du grand carrousel dans Le siècle de Louis XIV. En 1750, le roi de Prusse donna dans Berlin un carrousel très brillant ; mais le plus magnifique et le plus singulier de tous a été celui de Saint Petersbourg, donné par l’impératrice : les dames coururent avec les seigneurs, et remportèrent des prix. Tous ces jeux militaires commencent à être abandonnés, et de tous les exercices qui rendaient autrefois les corps plus robustes et plus agiles, il n’est presque plus resté que la chasse : encore est-elle négligée par la plupart des Princes de l’Europe. Il s’est fait des révolutions dans les plaisirs comme dans tout le reste.28

  • 29 Ibid.
  • 30 S. v. « Carroussel », art. cité, p. 705-706.

19Respectant un programme arrêté d’avance, le carrousel est, d’après Voltaire, « une espèce de ballet guerrier ».29 L’Encyclopédie le définit comme un ensemble de « courses de chariots et de chevaux, ou fête magnifique que donnent des princes ou des grands seigneurs dans quelque réjouissance publique ; elle consiste en une cavalcade de plusieurs seigneurs superbement vêtus et équipés à la manière des anciens chevaliers ; on se divise en quadrilles ; on se rend à quelque place publique : là se font des joutes, des tournois, et autres exercices convenables à la noblesse ».30 L’Encyclopédie s’inspire nettement de la notice du Furetière dont elle supprime une autre énumération (« On y ajoute quelquefois des chariots de triomphe, des machines, des danses de chevaux, etc. ») et une remarque sur le manque de lisibilité des armoiries, ornées « avec plusieurs indications mystérieuses ». Est ajoutée en revanche une description détaillée du carrousel en ses « parties » (la lice, le sujet emprunté à la fable ou à l’histoire, les quadrilles de combattants se distinguant par les habits de couleur, leurs suites et les différents types de combat). Il s’agit là d’un effort analytique remarquable quand on sait qu’aujourd’hui encore la mémoire de ces manifestations reste floue, reconnaît Margaret McGowan à propos du carrousel de Nancy en 1627, pourtant immortalisé par dix estampes de Jacques Callot qui en avait réglé le spectacle :

  • 31 M. McGowan, « Le contexte politique et culturel du carrousel de 1627 », dans Jacques Callot (1592- (...)

La reconstitution de ces fêtes semble simple étant donné le grand nombre de sources qui nous restent – documents d’archives, tableaux, estampes, livrets, mémoires, dessins et partitions de musique. Il n’est pourtant pas toujours aisé de distinguer exactement la forme d’une fête à cette époque car les machines mobiles constituent l’élément de mise en scène commun à toutes les formes : au ballet, au tournois, au combat à la barrière et au carrousel.31

  • 32 H. de Morilhon, Le Pancastre d’Alcandre, ou Carrousel de Mgr le duc de la Vallette faict en présen (...)
  • 33 P. Veyne, L’empire gréco-romain, ouvr. cité, p. 406.

20Prenant l’exemple d’un autre carrousel donné en 1627 à Bordeaux, Margaret McGowan juge très confuse la description qu’en donne Hélie de Morilhon32, qui met sur le même plan tous les éléments du spectacle (machines, costumes, danses, combats). Que ce soit sous l’Empire romain ou notre Ancien Régime, les démonstrations de faste n’ont en réalité jamais cherché à se rendre lisibles. C’était même, pense Paul Veyne, une manifestation de pouvoir que d’occuper l’espace public en misant sur un effet global, « la force pragmatique des images, qui agit même lorsqu’elles sont mal comprises ou à peine entrevues ».33 L’Encyclopédie rend compte à sa manière de la « non-visibilité » des tournois en introduisant sa description par une série de prétéritions. Une façon paradoxale de donner une force d’évidence accrue à l’énumération qui fait défiler pour le lecteur, à travers le regard des vétérans et des écuyers, des images révolues mais entretenues par les romans :

  • 34 Ibid.

Je ne ferai point la description des lices pour le tournoi, ni des tentes & des pavillons dont la campagne était couverte aux environs, ni des hours, c’est à dire des échafauds dressés autour de la carrière où tant de nobles personnages devaient se signaler. Je ne distinguerai point les différentes espèces de combats qui s’y donnaient, joutes, castilles, pas d’armes & combats, il me suffit de faire remarquer que ces échafauds souvent construits en forme de tours, étaient partagés en loges & en gradins décorés de riches tapis, de pavillons, de bannières et de banderoles & d’écussons. Aussi les destinait-on à placer les rois, les reines, les princes & les princesses, & tout ce qui composait leur cour, les dames et demoiselles, enfin les anciens chevaliers qu’une longue expérience au maniement des armes avait rendu les juges plus compétents. Ces vieillards, à qui leur grand âge ne permettait plus de s’y distinguer encore, touchés d’une tendresse pleine d’estime pour cette jeunesse valeureuse, qui leur rappelait le souvenir de leurs propres exploits, voyaient avec plaisir leur ancienne valeur renaître dans ces essaims de jeunes guerriers […]. Une multitude de hérauts et de poursuivants d’armes, répandus de toutes parts, avaient les yeux fixés sur les combattants, pour faire un rapport fidèle des coups qui seraient portés et reçus.34

  • 35 Voir cabinet des Estampes, BNF, cote Pd, illustrations de « Tournois, carrousels, entrées triompha (...)
  • 36 N. de Blomac, « Équitation de cour, équitation de guerre », dans Les écuries royales du xvieau xvi (...)
  • 37 D. Reytier, « Un service de la Maison du roi : les écuries de Versailles (1682-1789) », dans ibid.(...)
  • 38 F. Robichon de La Guérinière, L’Art de la cavalerie [1733], Paris, cité par P. Salvadori, « Chasse (...)

21Les illustrations de ces festivités qui ont été conservées35 agencent quant à elles constructions, décorations, animations et processions de toutes sortes en des compositions auxquelles on peine à donner une cohérence, en dépit de l’explication allégorique apportée par les fables et les mythes qui les inspirent. De ces jeux, les documents à disposition nous rapportent surtout le soin apporté aux parures des chars et des costumes. La qualité militaire des participants est difficile à évaluer. Il semblerait qu’elle ait été en fait assez médiocre, à force que se distende le lien entre équitation de cour et équitation de guerre.36 Les écuries du roi prospèrent sous l’Ancien Régime37 mais avec la dispersion de leurs activités (manège, chasse, carrosse, guerre), la maîtrise corporelle nécessaire aux jeux d’adresse militaire s’amoindrit dans les élites.38 Si l’historiographie des Lumières se plaît à dater la disparition des tournois de la mort brutale d’Henri II, elle reste ainsi plus évasive sur l’éclipse des carrousels.

22Les jeux guerriers ont beau se transformer et s’éteindre peu à peu dans l’espace public, ils investissent pourtant en parallèle le champ du récit, mais ce qui demeure de la fascination pour les anciens tournois dans les contes et les romans de la fin xviie / première moitié du xviiie siècle, ce sont moins les joutes et leur violence, rarement évoquée, que les codes de la courtoisie qui y étaient associés.

  • 39 Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne [1691], M. Susana Seguin éd., Paris, Desjonquères, 2005, p. 5 (...)

23Dans sa Relation du voyage d’Espagne de 169139, Mme d’Aulnoy insère à plusieurs reprises dans son récit principal à la première personne des récits secondaires inspirés des romans de chevalerie. Un cavalier rencontré en chemin raconte comment un certain Dom Louis se signala à la marquise de Barbaran dont il était épris, au nez et à la barbe de son mari, en participant à une « course de canas à l’ancienne manière des Maures ». Le faste du spectacle qui captive le public n’est qu’un leurre. L’essentiel, l’échange de signes amoureux, se joue à la dérobée, entre les protagonistes :

  • 40 Ibid., p. 65-66.

[…] il se fit faire un habit d’un brocart vert et or, il avait des plumes vertes, et toute sa livrée était de la même couleur pour marquer ses nouvelles espérances. Lorsqu’il entra dans la lice où l’on devait courre, tout le monde attacha les yeux sur lui ; sa magnificence et son air donnèrent de l’émulation aux cavaliers, et beaucoup de curiosité aux dames. La marquise en sentit une émotion secrète dont elle ne put démêler la cause.40

  • 41 Ibid., p. 137.

24L’épisode qui a déjà un goût suranné en 1697 vient alimenter les rêveries ibériques de la voyageuse. Plus loin, faisant étape au château de Lerma, Mme d’Aulnoy recueille auprès de la comtesse de Lemos retirée au couvent attenant et « vêtue comme les Espagnoles étaient il y a cent ans »41 l’histoire du comte de Villamedia, qui s’exposa par imprudence à la colère du roi Philippe IV :

  • 42 Ibid., p. 145.

Il était jeune, beau, bien fait, brave, magnifique, galant et spirituel, personne n’ignore qu’il parut, pour son malheur, dans un carrousel qui se fit à Madrid, avec un habit brodé de pièces d’argent toutes neuves, que l’on nommait des reales, et qu’il portait pour devise : mis amores son reales, faisant une allusion au mot de reales, qui veut dire royales, avec la passion qu’il avait pour la reine ; cela est du plus fin espagnol et veut dire nos amours sont royales. Le comte Olivarez, favori du roi, et l’ennemi secret de la reine et du comte, fit remarquer à son maître la témérité d’un sujet qui osait jusqu’en sa présence déclarer les sentiments qu’il avait pour la reine, et dans ce moment même il persuada au roi de se venger.42

  • 43 Ibid.

25Épinglé par un rival pour son usage grossier des signes, le comte renchérit pourtant en donnant une fête à machines le jour anniversaire du roi. La reine participe au spectacle. Le comte profite d’un moment de panique dans un incendie qu’il a provoqué et dont il prétend sauver la reine, pour se ménager un moment d’intimité avec elle. Pris en flagrant délit, il est abattu un soir sur ordre du roi, dans un carrosse, d’une balle de pistolet. « Voilà une fin bien funeste, dis-je en l’interrompant »43 : l’exécution sommaire dans une voiture achève brutalement le récit inséré, tranchant avec le charme édulcoré de la romance chevaleresque.

  • 44 C.-A. Guérin de Tencin, Les Malheurs de l’amour [1747], S. Dencausse-Cler préf., Paris, Indigo & C (...)
  • 45 Ibid., p. 81.

26Cinquante ans plus tard, en 1747, Mme de Tencin sacrifie à son tour au lieu commun du tournois dans Les Malheurs de l’amour. L’épisode ne survient pas dans le récit principal brossant le portrait d’une roturière dont le narrateur note toutefois « l’esprit romanesque ».44 Il s’insère dans un récit secondaire, celui de la vie d’Eugénie, qui doit ses malheurs à un idéal en inadéquation avec son temps et sa condition. Fille d’un gentilhomme sans bien, élevée dans un couvent, Eugénie ignore les codes amoureux mais se retrouve rapidement courtisée par deux rivaux rencontrés dans des circonstances que l’on peut rattacher à deux univers romanesques concurrents. Alors qu’Eugénie accompagne Mme de Polignac à Paris pour les fêtes de mariage du roi, le comte de Blanchefort, victime d’un accident, se joint à leur équipage et tombe amoureux de la jeune héroïne : péripétie romanesque à la Marivaux. Lors du carrousel donné en l’honneur du monarque place Royale, le marquis de La Valette passe plusieurs fois devant la tribune d’Eugénie qui le suit également des yeux et prend parti pour lui45 : cette scène de reconnaissance sur toile de fond chevaleresque fait plus impression sur l’imagination d’Eugénie que sa rencontre de hasard dans un carrosse. Apprenant toutefois que le marquis est engagé avec une autre, l’héroïne accepte de se compromettre avec M. de Blanchefort qui, peu scrupuleux, l’abandonne lorsqu’elle tombe enceinte. Quand le marquis rompt finalement sa promesse de mariage et retrouve Eugénie, l’état de la jeune fille ne s’accorde plus avec l’univers de référence de leur rencontre. Une infraction aux codes de la courtoisie qui vaut à Eugénie de sortir de la narration : retraite au couvent et fin d’un récit construit sur des présupposés anachroniques.

  • 46 Jaucourt, s. v. « Roman », dans Encyclopédie, éd. citée, t. XIV, p. 341.

27À l’article « Roman » de l’Encyclopédie, Jaucourt est sévère pour la « grossièreté » des premiers romans de chevalerie, « l’abus des légendes et de la barbarie qui régnait alors ».46 Il se félicite de la désaffection pour l’invraisemblance et la violence des anciennes fictions chevaleresques, au profit de leur infléchissement contemporain du côté de la romance amoureuse :

  • 47 Ibid.

L’abolissement des tournois, les guerres civiles et étrangères, la défense des combats singuliers, l’extinction de la magie, du sort et des enchantements, le juste mépris des légendes, en un mot, une nouvelle face que prit la France et l’Europe sous le règne de Louis XIV changea la bravoure et la galanterie romanesque dans une galanterie plus spirituelle et tranquille. On en vint à ne plus goûter les faits inimitables d’Amadis.
Tant de châteaux forcés, de géants pourfendus,
De chevaliers occis, d’enchanteurs confondus…47

  • 48 Cazotte, Mille et une fadaises. Contes à dormir debout [1742], P. Koeppel éd., Paris, Sillages, 20 (...)

28C’est seulement sur un mode parodique qu’on trouve encore en 1742 des récits de joutes au chapitre VII des Mille et une fadaises. Contes à dormir debout de Cazotte. « Chevalier errant » ayant embrassé la « profession » par goût de la gloire et des aventures, Brillandor perd en lice un coussin qu’il avait fixé à ses jambes pour les galber et séduire la princesse chinoise Houhoukéké.48

29À l’article « Tournois » dont il est également l’auteur, Jaucourt met l’accent sur la tradition courtoise :

  • 49 S. v. « Tournois », art. cité, p. 486.

Tournois, f.m. pl. (Hist. De la Cheval.) exercice de guerre & de galanterie que faisaient les anciens chevaliers pour montrer leur adresse et leur bravoure. C’est l’usage des tournois qui unissant ensemble les droits de la valeur & de l’amour, vint à donner une grande importance à la galanterie, ce perpétuel mensonge de l’amour.49

30Rédigé intégralement à l’imparfait et au passé simple, l’article de Jaucourt tient autant de l’écriture de l’Histoire que du récit d’imagination, comme s’il était impossible d’évoquer la période médiévale sans déclencher un effet de fiction :

  • 50 Ibid., p. 487.

Il est aisé d’imaginer quel mouvement devait produire dans les esprits la proclamation de ces tournois solennels, annoncés longtemps à l’avance, et toujours dans les termes les plus fameux […]. Quelques-unes de ces circonstances ne sont prises à la vérité que des récits de nos romanciers ; mais l’accord de ces auteurs avec les relations historiques des tournois justifie la sincérité de leurs dépositions.50

  • 51 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, dans Œuvres historiques, R. Pomeau préf., Paris, Gallimard, 1977 (...)
  • 52 R. Démoris, « Saint-Real et l’histoire ou l’envers de la médaille », dans Saint-Real, De l’usage d (...)
  • 53 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, éd. citée, p. 906.
  • 54 R. Démoris, De l’usage de l’histoire, éd. citée, p. 51.

31Évoquer l’âge de la chevalerie au milieu du xviiie siècle, c’est renouer avec une façon d’écrire l’histoire, celle de la nouvelle historique. Dans Le siècle de Louis XIV publié pour la première fois en 1751, Voltaire évoque un carrousel donné en 1664 à Versailles. Par l’extravagance des festivités qui l’entourent, la réalité semble dépasser la fiction : « Ces fêtes, si supérieures à celles qu’on invente dans les romans, durèrent sept jours. »51 On retrouve ici un trait de la nouvelle historique où ce qui intéresse, souligne René Démoris, c’est « ce qui excède l’imagination, ce qui, dans une fiction, passerait pour absurde ou fou ».52 Voltaire explique en effet la démesure du faste déployé, par la cour que fait le monarque à sa maîtresse du moment : « Le roi, parmi tous les regards attachés sur lui, ne distinguait que ceux de Mlle de La Vallière. La fête était pour elle seule, elle en jouissait confondue dans la foule. »53 On se retrouve bien dans l’univers de la nouvelle historique, où « la passion amoureuse explique l’événement historique ».54

*

32Ainsi à l’âge classique, la violence des anciens tournois, dont les carrousels ne sont qu’un simulacre, reste ancrée dans l’imaginaire collectif, exerçant la même fascination trouble que l’antique gladiature. Dans le champ romanesque, cet âge désormais fantasmé de la chevalerie est soit parodié, soit retenu en toile de fond seulement, d’intrigues amoureuses anachroniques, faisant revivre temporairement la courtoisie et ses codes. Les auteurs qui en écrivent l’Histoire, contaminés par ces représentations romanesques, adoptent les ressorts de la nouvelle historique. Quant aux carrousels, ils continuent à entretenir dans l’espace public, par leurs mises en scènes fastueuses, le prestige affaibli d’une classe guerrière. Ces combats sans danger sont l’occasion d’un déploiement de costumes et de machineries. C’est ce faste qui retient l’attention de l’historiographie, dont les descriptions ou illustrations cherchent à restituer l’effet.

  • 55 E. Fureix, « La ville coupable. L’effacement des traces de la capitale révolutionnaire dans le Par (...)
  • 56 Mme de Staël, « À M. de Narbonne, 26 [août] [1792] », Lettres inédites à Louis de Narbonne, dans C (...)

33Dans Paris, la place du Carrousel doit son nom au somptueux spectacle d’équitation militaire offert par Louis XIV devant les Tuileries en 1662. Elle aurait dû s’orner d’un opéra dessiné par Boullée en 1781, mais ce projet utopique visant à embellir un quartier resté vétuste est interrompu par la Révolution, dont le goût en matière d’urbanisation va plutôt aux espaces ouverts.55 Sous la Terreur, elle devient le théâtre d’exécutions publiques, son nom remplissant désormais d’épouvante. Le 10 août 1792, une émeute qui tourne mal y fait des centaines de morts, et le 21 août, on y installe la guillotine : « Ce qui est atroce, ce sont les exécutions. Tous les jours cet affreux spectacle se donne sur le Carrousel et je ne sais pas quand il s’arrêtera », témoigne Mme de Staël.56 La noblesse est exécutée sur les lieux mêmes d’une de ses plus belles parades. Comme les premiers jeux du cirque, les derniers carrousels font rétrospectivement figure de jeux funèbres.

Notes

1 A.-R. Lesage, Le Diable boiteux [1726], Paris, Gallimard, 1960, chap. i, p. 271.

2 J.-J. Rousseau, Lettre à M. D’Alembert sur les spectacles, Genève, Droz, 1948, p. 21.

3 Saint Jérôme, Vie d’Hilarion, dans Trois vies de moines (Paul, Machus, Hilarion), P. Leclerc et E. M. Morales intr., Paris, Éd. du Cerf (Sources chrétiennes), no 508, 2007.

4 C.-F. Ménestrier, Traité des tournois, joustes, carrousels, et autres spectacles publics, Lyon, J. Muguet, 1669.

5 Mallet, « Carrousel », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1756, t. II, p. 706.

6 Tertullien, Les Spectacles (De spectaculis), VII, 2-VIII 7, M. Turcan trad. et éd., Paris, Éd. du Cerf, 1986, p. 147-165. Voir. C. Rambaux, Tertullien face aux morales des trois premiers siècles, Paris, Les Belles Lettres, 1979.

7 P. Veyne, « Païens et charité chrétienne devant les gladiateurs », dans L’empire gréco-romain, Paris, Seuil, 2005, p. 545-631.

8 Ibid., p. 554-555 : « Dans n’importe quelle société un individu sur cent ou sur mille est prêt à risquer sa peau pour le plaisir d’exercer la violence. Georges Duby disait un jour qu’il pensait à ces chevaliers lorsqu’il voyait passer à toute vitesse un jeune motard en blouson noir. On a vu de ces adolescents fascinés par la violence et l’autodestruction. Gladiateurs, hooligans, chevaliers, même combat, si du moins j’ai raison de soupçonner une réalité humaine peu reluisante derrière les rencontres, bagarres, tournois, amours et viols que magnifie le Lancelot en prose. On m’a objecté que la vraie explication de la chevalerie errante était la société du temps, le droit d’aînesse, la crise de la noblesse ; je le crois mais l’histoire sociale n’explique pas tout, la psychologie individuelle joue aussi sa part, l’exclusion également ; ces jeunes nobles auraient pu se faire hommes d’Église. »

9 Saint-Real, De l’usage de l’histoire [1671], R. Démoris et C. Meurillon éd., Lille, CERL 17-18, 1980, p. 18 et 20.

10 P. Veyne, L’empire gréco-romain, ouvr. cité, p. 624.

11 Du Bos, abbé, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture [1719], D. Désirat éd., Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1993, p. 8.

12 Ibid., p. 128.

13 D. Diderot, Réfutation d’Helvetius, dans Œuvres, t. I, Philosophie, L. Versini éd., Paris, R. Laffont (Bouquins), 1994, p. 861.

14 Lettre à Sophie Volland, dans ibid., 1762.

15 D. Diderot, Paradoxe sur le comédien, dans Œuvres esthétiques, P. Vernière éd., Paris, Classiques Garnier, 1994, p. 318.

16 Voltaire, Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs et sur l’esprit des nations [1756], R. Pomeau éd., Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1990, p. 476.

17 J.-P. Sermain, Métafictions (1670-1730). La réflexivité dans la littérature d’imagination, Paris, H. Champion, 2002, p. 399. Voir aussi id., Le conte de fées du classicisme aux Lumières, Paris, Desjonquères, 2005.

18 C. Perrault, Grisélidis, nouvelle avec le conte de Peau d’Ane et celui des souhaits ridicules, 1697. Des textes de Perrault ont accompagné un livre illustré de 37 planches gravées par Sylvestre et mises en couleur par Bailly sur le carrousel de 1662.

19 Jaucourt, s. v. « Tournois », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. XVI, p. 487.

20 La Curne de Sainte-Palaye, Mémoire sur l’Ancienne chevalerie considérée comme un établissement politique et militaire [1759], A. de Solignac éd., Limoges, s. n., 1877, p. 57-58 : « Les tournois toujours dangereux, souvent ensanglantés et quelquefois mortels, n’avaient été imaginés que pour tenir continuellement en haleine les gens de guerre, surtout dans le temps où la paix ne laissait point d’autre exercice à leur courage. »

21 Ibid., p. 121-123 (Épilogue, Des causes qui produisirent la décadence et la chute de la chevalerie).

22 S. v. « Tournois », art. cité, p. 488-489.

23 N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985 [1re éd. fr., Calmann-Lévy, 1974].

24 Nouvelles extraordinaires de divers endroits du jeudi 4 juin 1685, cit. par J. de La Gorce, « Le premier grand spectacle équestre donné à Versailles : le Carrousel des galants maures », dans Les écuries royales du xvie au xviiie siècle, Versailles, Académie d’art équestre, 1998.

25 Voir J. Le Goff, Préface, dans La ville et la cour. Des bonnes et des mauvaises manières, D. Romagnoli dir., Paris, Fayard, 1995 [1re éd. Edizioni Angelo Guerini, 1991], p. 19.

26 J. de La Gorce, « Le premier grand spectacle équestre donné à Versailles », art. cité, p. 277-285.

27 S. v. « Carroussel », dans Encyclopédie, ouvr. cité, p. 706.

28 Voltaire, « Les tournois », dans Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs et sur l’esprit des nations, éd. citée, t. I, p. 39.

29 Ibid.

30 S. v. « Carroussel », art. cité, p. 705-706.

31 M. McGowan, « Le contexte politique et culturel du carrousel de 1627 », dans Jacques Callot (1592-1635), actes du colloque organisé par le Service culturel du Musée du Louvre et de la ville de Nancy à Paris et à Nancy les 25, 26 et 27 juin 1992, D. Ternois dir., Paris, Klincksieck, 1993, p. 335.

32 H. de Morilhon, Le Pancastre d’Alcandre, ou Carrousel de Mgr le duc de la Vallette faict en présence de Mgr le Duc d’Espernon. Desdié à leurs Grandeurs, par le sieur Morillon, Bordeaux, P. de la Court, 1627.

33 P. Veyne, L’empire gréco-romain, ouvr. cité, p. 406.

34 Ibid.

35 Voir cabinet des Estampes, BNF, cote Pd, illustrations de « Tournois, carrousels, entrées triomphales, sacres, fêtes publiques » : Pd1 Recueil de feux d’artifices et d’arcs de triomphe ; Pd2 Recueil de feux d’artifices et autres fêtes ; Pd3 Recueil de cérémonies triomphales et funèbres ; Pd4 Fêtes publiques et cérémonies : Pd4a Fêtes publiques, décorations, feux d’artifices ; Pd4b Recueil de fêtes, décorations et tournois, etc.

36 N. de Blomac, « Équitation de cour, équitation de guerre », dans Les écuries royales du xvie au xviiie siècle, ouvr. cité, p. 203-211.

37 D. Reytier, « Un service de la Maison du roi : les écuries de Versailles (1682-1789) », dans ibid., p. 61-95. Sous Louis XIV, les écuries royales comptent 700 chevaux, 1 700 sous Louis XVI et près de 2 200 en 1787.

38 F. Robichon de La Guérinière, L’Art de la cavalerie [1733], Paris, cité par P. Salvadori, « Chasse, équitation et représentations du roi aux xviie et xviiie siècles, dans Les écuries royales du xvie au xviiie siècle, ouvr. cité, p. 113.

39 Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne [1691], M. Susana Seguin éd., Paris, Desjonquères, 2005, p. 55.

40 Ibid., p. 65-66.

41 Ibid., p. 137.

42 Ibid., p. 145.

43 Ibid.

44 C.-A. Guérin de Tencin, Les Malheurs de l’amour [1747], S. Dencausse-Cler préf., Paris, Indigo & Coté femmes, 2000.

45 Ibid., p. 81.

46 Jaucourt, s. v. « Roman », dans Encyclopédie, éd. citée, t. XIV, p. 341.

47 Ibid.

48 Cazotte, Mille et une fadaises. Contes à dormir debout [1742], P. Koeppel éd., Paris, Sillages, 2002, p. 93.

49 S. v. « Tournois », art. cité, p. 486.

50 Ibid., p. 487.

51 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, dans Œuvres historiques, R. Pomeau préf., Paris, Gallimard, 1977, p. 907.

52 R. Démoris, « Saint-Real et l’histoire ou l’envers de la médaille », dans Saint-Real, De l’usage de l’histoire, éd. citée, p. 49.

53 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, éd. citée, p. 906.

54 R. Démoris, De l’usage de l’histoire, éd. citée, p. 51.

55 E. Fureix, « La ville coupable. L’effacement des traces de la capitale révolutionnaire dans le Paris de la Restauration, 1814-1830 », dans Capitales culturelles. Capitales symboliques, D. Roche et C. Charles dir., Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

56 Mme de Staël, « À M. de Narbonne, 26 [août] [1792] », Lettres inédites à Louis de Narbonne, dans Correspondance générale, t. II, 1re partie, B. W. Jasinski et J.-J. Pauvert éd., 1960, p. 4.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search