Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

Savoir de soi et discours du moi dans l’échange épistolaire : l’exemple de Mme de Sévigné

Myriam Dufour-Maître

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour poser la question des savoirs de soi et des discours du moi1, d’autres genres (essais, journaux et autobiographies) s’offrent sans doute avec plus d’évidence que la correspondance. Aussi paraît-il nécessaire d’essayer d’abord de cerner la façon dont le discours de la lettre-missive (envoyée et dont on reçoit ou espère une réponse) est travaillé par l’exigence d’un savoir de soi qui n’est pas son but premier ni explicite cependant, dans ce type de correspondances familiales du moins, à la différence des correspondances spirituelles. Je me propose de voir comment de telles lettres peuvent susciter, accueillir ou détourner un discours du moi, ouvrir à une connaissance de soi. C’est à la lumière de ces quelques réflexions liminaires que j’examinerai la correspondance de Mme de Sévigné et plus particulièrement le moment « critique » qui va du départ de Mme de Grignan en février 1671 à « l’été de la conversion », en 1680.

Le temps de la communication épistolaire est un présent brisé, ...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540