Version classiqueVersion mobile

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

L’auctorialité dans les Provinciales

Delphine Reguig

Texte intégral

  • 1 « Énonciation individuelle et énonciation collective I : la position auctoriale dans Les Provincia (...)

1En 2001 paraissaient aux Presses de l’université de Saint-Étienne les actes du colloque organisé par Nicole Jacques-Lefèvre à l’ENS en 2000 et intitulé Une histoire de la « fonction-auteur » est-elle possible ? Présentant les enjeux de ce recueil collectif, qui explore les propositions de Michel Foucault, Nicole Jacques-Lefèvre souligne l’existence, dès le Moyen Âge, d’une conscience, souvent critique, chez les auteurs, de l’influence de leur propre posture et situation d’auteur dans la relation qui s’instaure entre le lecteur et le texte. La « fonction-auteur », écrit-elle, comme effet que le texte produit, en devient « l’un des matériaux de l’écriture ». Cette question trouve elle-même une acuité particulière dans un texte comme celui des Provinciales dont la genèse implique plusieurs acteurs et instrumentalise des phénomènes d’intertextualité à des fins polémiques. La fabrique des Provinciales est marquée par la fragmentation et par une certaine improvisation – Pascal ajustant, dans une certaine mesure, son propos aux réactions suscitées par la parution individuelle de chaque lettre –, et la série épistolaire aggrave son hybridité de celle de son auteur masqué sous le pseudonyme. Le dispositif ne cesse de susciter l’intérêt des chercheurs. Récemment, Alain Cantillon situait l’œuvre au sein d’une campagne de libelles, s’interrogeant sur ce qui fait que le massif des Provinciales se distingue dans la masse des écrits polémiques échangés et attribuant le phénomène à l’émergence progressive d’un auteur dans la série des Petites Lettres.1 Il formule l’hypothèse selon laquelle :

[…] cette position auctoriale, telle qu’elle se définit peu à peu, au fur et à mesure de la succession des lettres, c’est-à-dire aussi de la succession des libelles qui s’opposent aux Provinciales, non seulement produit la représentation d’une prise de parole, mais effectue pratiquement cette prise de parole dans l’énonciation concrète elle-même : un particulier théologien surgit, qui revendique une position auctoriale proprement exorbitante. 

  • 2 Ibid., p. 167.
  • 3 Ibid., p. 175.

2Le « mouvement de désignation et de l’apparition de l’auteur des dix-huit lettres »2 est le suivant : pendant dix lettres, un « ami » écrit à un « provincial » ; la conversion à la position auctoriale se produit à la onzième provinciale : l’énonciateur y devient ouvertement « auteur d’imprimés polémiques », devient l’« auteur des lettres au provincial » et produit désormais « les signes de son autorité et de son droit à la parole. » La position auctoriale conquise, qualifiée d’« exorbitante », possède l’étrangeté d’être celle d’un « particulier théologien » : « un homme du monde ou du peuple a pu imprimer de la théologie sans privilège ni approbations et lui donner une large diffusion. »3

  • 4 Le pseudonyme sert à esquiver les risques liés à la responsabilité pénale impliquée par la publica (...)
  • 5 Dix-septième lettre, dans Les Provinciales, L. Cognet et G. Ferreyrolles éd., Paris, Livre de poch (...)
  • 6 Voir notamment « Vers l’invention d’une rhétorique », dans Port-Royal et la littérature, t. I, Par (...)

3Une telle transgression a pu avoir lieu précisément parce qu’elle dépend d’un dispositif de délégation auctoriale redoublée qui garantit précisément l’indépendance d’où l’auteur des Provinciales tire sa force. Pascal intervient en effet dans une querelle enracinée dans un contexte historique particulier, celui d’une longue guerre ouverte entre les jésuites et les partisans de Port-Royal, dont le héraut est devenu Antoine Arnauld. La querelle personnelle entre ce dernier et les membres de la Compagnie de Jésus est devenue publique, en particulier à la faveur de la prise de parole de Pascal, comme auteur, mais comme auteur masqué sous le pseudonyme de Louis de Montalte.4 Grâce au pseudonyme, l’argumentation de Pascal revendique une ambition théorique universelle : le texte montre en effet que la condition du processus qui mène de la querelle individuelle au discours philosophiquement probant est la dissociation entre une énonciation d’auteur singulière et une argumentation. Le statut de l’auctorialité dans les Provinciales est donc particulièrement complexe : se substituant à Arnauld comme auteur, Pascal délègue son autorité à Montalte, auteur fictif d’une série de lettres adressées à un « provincial » qui cache un public beaucoup plus vaste. À l’individu auteur, prenant voix pour le chef de file d’une communauté, se substitue une fiction d’auteur singulier et indépendant (« je ne suis point de Port-Royal »)5 s’adressant à un individu lui-même masquant un public collectif. Le travail de Pascal sur l’auctorialité dans les Provinciales conduit à donner figure aux acteurs du débat, à densifier les rapports entre eux et à assurer ainsi plus d’efficacité pragmatique au texte même. Ce travail reflète toute la complexité des rapports de dépendance et d’indépendance que le « particulier » entretient avec le « théologien ». Pascal se conforme d’abord à la stratégie hostile aux jésuites et épouse la cause d’Arnauld. Les œuvres de ce dernier lui ont ensuite fourni le matériau de la polémique, les ressources argumentatives auxquelles Pascal confère unité, clarté, et publicité dans une sorte de manifeste où, comme l’écrit Philippe Sellier, Pascal a acquis la théologie à la légèreté.6 C’est ainsi qu’Arnauld habite les Provinciales : comme cause, il s’agit de le défendre, comme source principale et comme fournisseur de sources, enfin comme bénéficiaire. Arnauld, par son exemple, fournit à Pascal des éléments à la fois formels et argumentatifs qui font des Provinciales, à maints égards, un texte palimpseste qui constitue les œuvres d’Arnauld en préhistoire des Petites Lettres, montrant comment elles ont été préparées et accompagnées. Cette pratique de l’intertextualité garantit précisément une complexité énonciative qui contribue à pourvoir le texte de la fonction-auteur, à lui conférer l’auctorialité : afin de répondre au mieux aux exigences de la communication lectrice, Arnauld et Pascal échangent la théologie contre l’effet textuel. La transformation du texte théologique en texte littéraire tient à cette évolution vers l’auctorialité.

  • 7 M. Le Guern situe la rencontre entre Arnauld et Pascal au mois de janvier 1655 et décrit la répart (...)
  • 8 Première Provinciale, éd. citée, p. 269.

4Une tradition issue d’un récit légendaire de Marguerite Périer, la nièce de Pascal, veut que, devant la gravité des menaces qui pesaient sur Port-Royal et sur son éloquent défenseur, Arnauld, on chercha à porter le scandale des menées jésuites devant le public par un écrit qui puisse l’atteindre. Arnauld, après un essai infructueux, se serait révélé incapable d’écrire le texte et aurait donc demandé à Pascal de se prêter à un jeu d’écrivain pour établir un pacte de lecture efficace avec un public pour une défense publique. À une ambition pragmatique répond la mobilisation d’un particulier se substituant au théologien dont la plume serait dénuée du pouvoir de constituer un public. La fiction auctoriale aurait pour objectif de réunir deux compétences en une double autorité : autorité savante, théologique et autorité rhétorique, littéraire.7 Un partage schématique entre les deux aspects est sans doute artificiel et cela d’autant plus que la collaboration entre les deux auteurs réels se complique encore du fait que le dispositif épistolaire est attribué à Montalte, auteur fictif des lettres mis en scène comme un personnage. Une telle superposition participe de la stratégie de brouillage de l’identité de l’auteur des Provinciales : sa multiplicité rend la voix encore plus difficilement assignable. Il est pourtant possible d’éclairer les lieux d’articulation textuelle entre la lecture d’Arnauld et son utilisation par Pascal qui délègue à Montalte la déclaration suivante : « Je suis devenu grand théologien en peu de temps, et vous en allez voir des marques ».8 Forgé pour prendre la défense d’Arnauld, l’argumentaire des Provinciales aborde ainsi trois grandes questions déjà largement traitées par le théologien dont les textes sont utilisés par Pascal : les implications sémantiques de l’expression « sens de Jansénius » instrumentalisée pour énoncer la condamnation d’Arnauld en Sorbonne ; le scandale de la morale des jésuites ; l’usage légitime de la raillerie lorsque la vérité doit être défendue. S’il n’est pas possible, dans le cadre de cet article, de préciser l’ampleur de ces emprunts textuels de Pascal aux écrits d’Arnauld, on peut tenter de montrer comment la prise de parole théologique par le particulier Montalte repose sur la reprise et l’amplification d’une position énonciative particulière.

5Les emprunts à Arnauld sont en effet d’abord manifestes dans la constitution d’un système d’adresse et de représentation : comme lui, l’auteur des Provinciales recourt au procédé de la relation des faits qui constitue l’auteur en simple narrateur-témoin ; il confère à la citation la même fonction qui est de conduire l’erreur à se dénoncer d’elle-même ; il structure enfin son argumentation en usant du manichéisme polémique de l’opposition entre la vérité et la violence. La figure du narrateur est ainsi, dans les Provinciales, tributaire de la lecture des œuvres du théologien.

6Arnauld, dans ses œuvres de polémique antérieures aux Provinciales ou contemporaines à ce texte, a fréquemment recours à la structure narrative pour asseoir son entreprise de réfutation et de justification : ce procédé contamine la stratégie des premières Provinciales où l’on raconte ce qui se produit en Sorbonne de telle sorte que le scandale de la succession aberrante de ces faits apparaisse avec évidence. La comparaison est instructive avec les Lettres apologétiques à un évêque rédigées par Arnauld. La narration, la relation des événements produits en Sorbonne y a pour fonction de créer une position de locuteur distancié, animé d’exigences d’exhaustivité, d’objectivité. Se constituant en narrateur, Arnauld a coutume de se dédoubler pour distinguer en lui l’énonciateur polémique et la victime d’injustices et d’iniquités, la voix éloquemment jugeante et la voix condamnée au silence :

  • 9 A. Arnauld, Œuvres, Paris/Lausanne, Sigismond d’Arnay, 1775-1783, t. XX, p. 131.

Un docteur de Sorbonne est accusé d’avoir avancé une impiété & une hérésie : il représente qu’il n’a fait que rapporter les paroles des SS. Pères : il publie des Ecrits pour sa défense, où il justifie sa sincerité […]. Après un si grand éclat, après tant de pratiques, on a vu paroître une Censure, où, sans dire un seul mot des Peres, & sans m’accuser de la moindre altération de leurs paroles ou de leur sens, on les enveloppe avec moi dans une même condamnation.9

7Le procédé narratif, qui fait une large place à la dramatisation, est celui que la troisième Provinciale mobilise :

  • 10 Les Provinciales, éd. citée, p. 297-298.

Ensuite, de tant d’accusations si surprenantes, on a pris le dessein d’examiner leurs livres pour en faire le jugement. On a choisi la Seconde lettre de M. Arnauld qu’on disait être remplie des plus grandes erreurs. On lui donne pour examinateurs ses plus déclarés ennemis. Ils emploient toute leur étude à rechercher ce qu’ils y pourraient reprendre ; et ils en rapportent une proposition touchant la doctrine, qu’ils exposent à la censure.10 

8Il s’agit de ne pas laisser l’éclat opaque de la censure étouffer la vérité des faits. Le procédé assure la crédibilité du locuteur qui semble échapper au cœur de la querelle pour n’en être que le témoin.

  • 11 Théologie morale des jésuites, extraite fidèlement de leurs livres, dans A. Arnauld, Œuvres, éd. c (...)
  • 12 Défense de la Censure de Mgr l’Archevêque de Paris […] [1652], dans ibid., p. 542.
  • 13 Lettre d’un théologien à Polémarque, dans ibid., t. XXIX, p. 171.
  • 14 Les Provinciales, éd. citée, p. 308.
  • 15 L’Innocence et la vérité défendues contre les calomnies & les faussetés que les Jésuites ont emplo (...)

9Pourvu d’un tel ethos, le narrateur accumule les citations comme autant de pièces à conviction, de preuves irréfutables par lesquelles on donne à lire l’erreur qui se détruit d’elle-même. Un texte d’Arnauld est particulièrement représentatif de cette technique : la Théologie morale des jésuites consiste en une succession brute de citations d’ouvrages jésuites, exposition lourde et grave du scandale, sans aucune médiation argumentative : « Ces mauvaises maximes nous ont paru si contraires au sens commun de la foi, que nous n’avons pas cru qu’elles eussent besoin d’être réfutées. »11 À l’encontre d’un autre adversaire diffamant Port-Royal, Arnauld produit « un extrait des principales injures, impostures & calomnies » dont son livre est rempli, se justifiant ainsi : « Parce qu’il n’y avoit point de voie pour le faire, ni plus abrégée, ni moins suspecte, que de représenter simplement une partie des excès prodigieux & incroyables qui sont répandus par tout ce Livre, on en a fait un Extrait fidelle, qui ne contient que les propres paroles de cet Auteur. »12 C’est précisément cette méthode, qui consiste à « conférer les propositions citées avec les textes mêmes »13 qui nourrit la prolixité d’Arnauld, de son propre aveu : « C’est trop Monsieur, pour une lettre, je vous en dirai davantage à notre première entrevue. » À ces libelles excédant les soixante-dix pages, Pascal substitue une conférence efficacement synthétique mais reposant sur le même procédé. Ainsi en est-il de la troisième Provinciale qui établit la conformité entre Arnauld et les Pères de l’Église, Augustin et Jean Chrysostome. Arnauld, accusé d’hérésie, se trouve justifié par une comparaison de ses écrits avec les passages des Pères. Pascal cite la Seconde lettre à un duc et pair qui fait l’objet de l’examen des adversaires du théologien pour faire « admirer » « les machines du Molinisme, qui font dans l’Église de si prodigieux renversements, que ce qui est catholique dans les Pères devient hérétique dans M. Arnauld ».14 Enfin, la disposition textuelle alternée est très systématique chez Arnauld qui prend à partie ses adversaires, les interpelle, les cite, les provoque dans une structure d’interlocution fictive : l’adresse directe pratiquée par Montalte dans ses lettres dialoguées destinées aux pères jésuites est un procédé commun chez le polémiste Arnauld. Un texte comme L’Innocence et la vérité défendues […]15 repose sur l’adresse directe à l’adversaire, la structure d’interlocution propre à la controverse adaptée en dialogue : le genre de la lettre comme authentique genre polémique y est déjà en préparation mais Pascal, sans doute influencé par le procédé, atténue la violence des accusations et manie une ironie plus subtile au bénéfice de la réfutation.

  • 16 Ibid., p. 192.
  • 17 Remontrances aux pères jésuites, touchant un libelle, qu’ils ont fait courir dans Paris, sous ce f (...)
  • 18 Seconde lettre, éd. citée, p. 281-282. Voir sur ce point J. Plainemaison, « Pascal et la “politiqu (...)
  • 19 Considérations sur ce qui s’est passé en l’assemblée de la faculté de théologie de Paris, tenue en (...)

10La campagne des Provinciales représente ainsi comme le terme de la « guerre ouverte »16, déclarée selon Arnauld par les Jésuites au monastère de Port-Royal. La polémique y est structurée par le recours à une opposition manichéenne entre le parti de la vérité et celui de l’intérêt, celui de la fidélité à la Tradition et celui de la violence. En opposant usage politique et usage religieux de la théologie, Arnauld accuse les Jésuites de régner par la pression et la menace : « Nous savons que vous menacez de proscrire & de bannir ceux d’entre les Religieux, dont l’esprit & la suffisance vous est redoutable ; & que vous intimidez même des Ordres entiers, afin d’extorquer par la crainte ce que vous ne pouvez emporter par la raison. »17 Les Provinciales reprennent l’accusation et présentent continûment la stratégie des Jésuites comme une stratégie de pouvoir, de domination sur les consciences : « La Société est trop politique pour agir autrement ».18 L’action des Jésuites est régulièrement présentée par Arnauld comme une sédition, un désordre bruyant, un « tumulte ».19 Dès la Première apologie pour Jansénius, au début de sa carrière de polémiste, Arnauld pose deux principes qui marqueront toutes ses démarches futures : le soupçon qui frappe tout « bruit » et la nécessité de prévenir l’erreur dans les esprits les plus vulnérables. Ces principes trouvent un écho net dans la dénonciation par Montalte de l’instrumentalisation du public par les jésuites. L’entreprise des Provinciales est de détruire l’illusion de sens produite par l’évidence de la proclamation de la condamnation d’Arnauld. Cette structuration manichéenne du champ polémique est nécessaire pour situer les adversaires par rapport au regard de Dieu. La proximité de la péroraison de la douzième Provinciale et de celle de la Seconde lettre à un duc et pair d’Arnauld est frappante sur ce point ; Arnauld écrit :

  • 20 Seconde lettre de M. Arnauld docteur de Sorbonne, à un duc et pair de France […] [1655], dans ibid (...)

Ils peuvent nous décrier comme des méchans & des heretiques : mais ils ne peuvent nous rendre ny méchans ny heretiques. Ils peuvent surprendre les hommes : mais ils ne peuvent tromper le maistre des hommes. Ils peuvent nous ravir la bien-veillance des Grands du monde : mais ils ne peuvent nous ravir celle de Dieu. Ils peuvent flestrir nostre reputation qui est exposée aux attaintes de leurs calomnies : mais ils ne peuvent nous arracher le témoignage de nostre propre conscience, qui est inaccessible à tous leurs efforts.20

11Et Pascal :

  • 21 Les Provinciales, éd. citée, p. 480.

Vous croyez avoir la force et l’impunité, mais je crois avoir la vérité et l’innocence. C’est une étrange et longue guerre que celle où la violence essaie d’opprimer la vérité. Tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu’à la relever davantage. Toutes les lumières de la vérité ne peuvent rien pour arrêter la violence, et ne font que l’irriter encore plus. Quand la force combat la force, la plus puissante détruit la moindre : quand l’on oppose les discours aux discours, ceux qui sont véritables et convaincants confondent et dissipent ceux qui n’ont que la vanité et le mensonge : mais la violence et la vérité ne peuvent rien l’une sur l’autre. Qu’on ne prétende pas de là néanmoins que les choses soient égales : car il y a cette extrême différence, que la violence n’a qu’un cours borné par l’ordre de Dieu, qui en conduit les effets à la gloire de la vérité qu’elle attaque : au lieu que la vérité subsiste éternellement, et triomphe enfin de ses ennemis, parce qu’elle est éternelle et puissante comme Dieu même.21

  • 22 Seconde lettre à un duc et pair, éd. citée, p. 120.

12Les deux auteurs recourent au même argument d’une transcendance irréductible de la vérité à la persécution immanente. La justification commune par l’absolu conduit Pascal à reprendre dans les Provinciales une distinction constante chez Arnauld, celle des deux cités, où deux langages distincts sont en usage. La condamnation d’un usage perverti du langage trouve ses racines dans la réflexion d’Arnauld qui ne va cesser de s’approfondir sur ce point. Le langage jésuite repose sur ce que la Seconde lettre à un duc et pair nomme « une veritable Magie, c’est à dire un art de Demon », qui consiste à « imposer si hardiment à leurs freres tout le contraire de ce qu’ils ont escrit, & de se fonder sur des impostures si grossieres la plus scandaleuse de toutes les diffamations, qui est celle de l’heresie ».22 Les deux camps se distinguent par un usage moralement contraire du langage. Cette distinction trouve un développement savoureux dans les Remontrances aux pères jésuites concernant un faux manifeste janséniste que les jésuites auraient eux-mêmes rédigé et fait circuler dans tout Paris. Arnauld leur y fait remarquer que leur style très reconnaissable a trahi leur corruption verbale. À la preuve VI « Du style ridicule de ce Manifeste, entièrement différent de celui de Port-Royal », Arnauld expose les indices de discordance manifeste entre les langages jésuite et port-royaliste et regrette que les jésuites n’aient pas jugé utile de recourir à un auteur qui aurait mieux feint l’auteur janséniste :

  • 23 Remontrances aux pères jésuites, éd. citée, p. 498-499.

Vous deviez donc travailler à y faire voir quelque apparence de leur style, & de leur maniere d’écrire, & emprunter pour cet effet le secours de quelque plume étrangere, qui fût d’autant plus semblable aux leurs, qu’elle seroit moins semblable aux vôtres. Vous deviez vous humilier un peu, & n’avoir point de honte dans votre stérilité, d’avoir recours à quelqu’un qui vous donnât le moyen de faire parler un Jésuite & un Moliniste, comme parlent ceux qui défendent contre vous la puissance de la grace, puisque vous vouliez les imiter & les contrefaire : au lieu que vous avez été contraints par la bassesse de votre style, ou les phébus, les galimatias et les barbarismes sont les lumières et les figures qui l’enrichissent, de faire parler au contraire les Augustiniens en Molinistes.23

  • 24 Ibid.

13La « singerie » échoue, faute d’un auteur à la hauteur de l’imitation à produire. Arnauld explique notamment qu’au contraire des jésuites, les disciples de saint Augustin « ne travaillent pas pour les vendeurs de gazettes » et que leur style diffère donc de celui des jésuites en ce qu’ils renoncent à l’emphase impropre, à l’hyperbole grossière, à la périphrase ampoulée, privilégiant la « discrétion ». À la « barbarie » et au « style ridicule » s’oppose la parole janséniste, simple et retenue tandis qu’Arnauld dispense un dernier conseil aux Jansénistes : « quand vous nous ferez parler, ne mêlez point dans vos fictions ces licences de jésuite », ces « fleurs d’une éloquence cynique ».24

  • 25 A. Arnauld et P. Nicole, La Logique ou l’art de penser […], P. Clair et F. Girbal éd., Paris, PUF, (...)

14Ce caractère immédiatement reconnaissable de la corruption verbale des jésuites est constamment mis en avant par Montalte. Il s’agit, dans les premières Provinciales, en travaillant sur les expressions de « pouvoir prochain » et de « grâce suffisante », de « faire la différence entre parler et parler ».25 La parole jésuite se complaît en particulier dans le vide parce qu’elle manie un objet chimérique. La stratégie s’applique dans l’exorde de la première Provinciale :

  • 26 Les Provinciales, éd. citée, p. 266.

Nous étions bien abusés. Je ne suis détrompé que d’hier ; jusque-là j’ai pensé que le sujet des disputes de Sorbonne était bien important, et d’une extrême conséquence pour la religion. […] Cependant, vous serez bien surpris quand vous apprendrez, par ce récit, à quoi se termine un si grand éclat ; et c’est ce que je vous dirai en peu de mots, après m’en être parfaitement instruit.26

15La Troisième lettre apologétique d’Arnauld ne disait pas autre chose :

  • 27 Troisième lettre apologétique, éd. citée, p. 146.

C’est pourquoi, Monseigneur, je suis assuré que tous ceux qui voudront prendre la peine de bien considérer cette affaire, reconnoîtront aisément, que, dans toute cette contestation il n’y a point de véritable sujet de dispute, que ce qui n’est point en dispute.27

  • 28 Ibid.

16Arnauld avait précédé Montalte dans le rôle de celui qui se trouve « obligé de combattre des personnes, […] qui filent, en quelque sorte, selon l’expression de l’Écriture, des toiles d’araignées, pour surprendre les âmes simples »28. Contre la censure qui se précise, Arnauld réclame l’éclaircissement de tous les points contestés « dans une conférence réglée » car, écrit-il,

  • 29 Considérations sur l’entreprise faite par Maître Nicolas Cornet, syndic de la Faculté de théologie (...)

[…] les hommes sont maintenant trop instruits & trop capables de discerner le vrai d’avec le faux, pour se laisser persuader par des Censures & des Edits d’une puissance absolue, qui ne leur donnent aucune instruction, ni aucun éclaircissement pour les délivrer de leurs doutes. Il faut nécessairement les guérir par la lumiere de la vérité.29

  • 30 Les Provinciales, éd. citée, p. 619 et 617.

17Montalte reprend les termes d’Arnauld et réclame à son tour dans la querelle cet « éclaircissement » et cette « conférence réglée »30 à la fin de la dernière Provinciale.

  • 31 Voir sur ce point les développements de C. Nédelec, « Équivoques de l’auctorialité au xviie siècle (...)
  • 32 Dix-septième lettre, éd. citée, p. 572.
  • 33 Ibid., p. 573-574.
  • 34 Ibid., p. 571-572.
  • 35 G. Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, p. 8.
  • 36 A. Compagnon, Le démon de la théorie, Paris, Seuil, 1998, p. 51 et 55.

18Cette valeur discriminante accordée aux pratiques verbales conduit à isoler l’affirmation par Montalte de son « je », un « je » démystificateur qu’aucune censure ne peut atteindre et que la complexité énonciative qu’il recouvre ne rend pas équivoque31 : « Vous n’échapperez pas par ces fuites ; vous sentirez la force de la vérité que je vous oppose. »32 La conclusion du mouvement de la dix-septième lettre pose Montalte en locuteur modèle, en énonciateur revendiquant publiquement la responsabilité de ses écrits : « Et enfin je vous déclare hautement et nettement que personne ne répond de mes Lettres que moi, et que je ne réponds de rien que de mes Lettres. »33 Il parachève là le modèle de la controverse fourni par la réflexivité constante de la position d’Arnauld. L’énonciateur s’y trouve situé non pas au-dessus mais bel et bien au-delà de son adversaire : « une personne qui parle de cette sorte » se trouve inattaquable, en sûreté « dans l’obscurité qui [la] couvre », agissant comme « une main invisible, qui rend [les] égarements visibles à toute la terre ». Tel est le « je » de l’auteur qui n’a besoin « ni du bien, ni de l’autorité de personne »34, fort de la réalité de son discours et de la fiction de son énonciateur. L’intertextualité comme « présence effective d’un texte dans un autre »35, selon les mots de Gérard Genette, joue pleinement ici d’une interauctorialité qui permet que la théologie sorte de son domaine réservé pour entrer en régime littéraire. Ces effets de passation du texte d’un théologien à un auteur reposent sur l’attribution de ce transfert à Montalte. Cette double transgression de l’autorité traditionnelle du théologien s’accompagne de déplacements poétiques. En remettant ainsi en cause la transitivité du rapport entre le texte et son auteur, l’immédiateté de « la responsabilité de l’auteur sur le sens et la signification du texte »36, c’est la notion d’intention d’auteur que les Provinciales travaillent. L’auteur Arnauld délègue son texte à l’auteur Pascal qui lui-même met en scène l’énonciation d’auteur comme une fiction apte à rendre compte du caractère « exorbitant » et hybride de la transgression qui confère à un particulier la légitimité du débat théologique. L’auteur se refuse bien à être une personne pour laisser place au sujet de l’énonciation construit comme un personnage. La fonction-auteur naît dans les Provinciales d’un effacement des auteurs au sens biographique du terme et d’une exhibition de l’intentionnalité collective du texte. Cette construction est la condition même d’existence d’une communauté herméneutique de lecteurs qui prendront fait et cause pour Arnauld.

  • 37 G. Genette évoque un « effet-pseudonyme » et explique que « le pseudonyme est déjà une activité po (...)
  • 38 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », éd. citée, p. 803-804.
  • 39 Ibid., p. 802.
  • 40 Ibid.
  • 41 D. Ribard rattache ainsi l’anonymat du locuteur dans le texte pascalien à une tradition de « mécan (...)
  • 42 Voir sur ce point la définition de l’espace de publication dans l’Ancien Régime comme « l’“espace (...)

19C’est ainsi par les Provinciales que Pascal assure à Port-Royal sa première et plus retentissante lisibilité pour le monde. L’exemple de l’innutrition de ce texte par ceux du théologien Arnauld étonne le lecteur contemporain et exige de lui une adaptation culturelle certaine. Car c’est une conception de l’auteur toute différente de la nôtre que ce cas de collaboration textuelle met en jeu. Certes, la revendication du statut d’auteur et même sa conscience sont exclues dans le milieu de Port-Royal. Surtout, la question de l’auteur, de l’autorité écrivante, se subordonne à celle de l’énonciation de la vérité, transcendant tout texte. Mais Montalte faisant retentir la révolte arnaldienne, portant sa défense et le ridicule de ses ennemis, constitue une figure d’énonciateur si cohérente, si puissamment éloquente, qu’elle ne pouvait qu’imposer un auteur dans son rôle même de vecteur. Pascal a construit la persona singulière qui pouvait porter la voix d’Arnauld bien plus loin que tous les fidèles et minutieux extraits des ouvrages jésuites compilés par le théologien. La question de la littérature, notion évidemment anachronique, comme nous la comprenons nous-mêmes, en tant qu’elle est production de sens par le discours et production des conditions de la réception de ce sens, est d’emblée en jeu dans un tel projet d’écriture. Les Provinciales effacent paradoxalement le nom d’auteur mais exhibent la fonction-auteur, notamment dans le « je » qui assume l’écriture dans sa singularité, revendique la responsabilité du texte comme son appartenance au régime littéraire par le pseudonyme et la pratique intertextuelle.37 La distance interne à l’énonciation, ménagée par le recours au personnage de Montalte, empêche toute attribution spontanée et évidente du texte à un auteur qui le produirait : elle construit une « pluralité d’ego », et « renvoie à plusieurs positions-sujets »38 dans un mouvement particulièrement fidèle au mode de production du texte. En ce sens, le texte des Provinciales est bien un discours pourvu de la fonction-auteur comprise comme « le résultat d’une opération complexe qui construit un certain être de raison qu’on appelle l’auteur ».39 En tant qu’il « permet d’expliquer aussi bien la présence de certains événements dans une œuvre que leurs transformations, leurs déformations, leurs modifications diverses […] », en tant qu’il agit comme « le principe d’une certaine unité d’écriture », Pascal peut bien être désigné comme ce « foyer d’expression » que représente l’auteur pour Foucault.40 C’est pourquoi les Provinciales nous apparaissent comme un texte littéraire, alors que les textes d’Arnauld nous résistent. L’énonciateur s’y constitue notamment en figure, c’est-à-dire en support de l’attachement et de l’identification mimétique du lecteur. Les Provinciales se veulent dénuées d’auteur parce que c’est la vérité qui parle, comme elle entend parler chez Arnauld41, mais c’est une vérité littéraire qui creuse la distance irréductible qui sépare Pascal d’Arnauld, malgré leur collaboration textuelle, et la résistance finale de l’auteur Pascal derrière l’énonciateur des Petites Lettres. L’auctorialité dans les Provinciales naît bien de la non-adéquation du texte à son auteur, des relais de parole qui s’instituent du théologien jusqu’au public, par le biais de la figure de Montalte et du travail intertextuel de Pascal.42 Les Provinciales offrent une accessibilité toute nouvelle au discours de la théologie et participent bien de la définition proposée par Christian Jouhaud de la littérature « à ce moment de son histoire » comme

43

Notes

1 « Énonciation individuelle et énonciation collective I : la position auctoriale dans Les Provinciales », Chroniques de Port-Royal, no 58, La campagne des Provinciales 1656-1658, 2008, p. 166. Voir dans le même numéro D. Ribard, « Énonciation individuelle et énonciation collective II : agir en (quasi) corps par l’écriture », p. 177-188.

2 Ibid., p. 167.

3 Ibid., p. 175.

4 Le pseudonyme sert à esquiver les risques liés à la responsabilité pénale impliquée par la publication. C’est le premier indice de la « fonction-auteur » décrite par M. Foucault : « Les textes, les livres, les discours ont commencé à avoir réellement des auteurs (autres que des personnages mythiques, autres que de grandes figures sacralisées et sacralisantes) dans la mesure où l’auteur pouvait être puni, c’est-à-dire dans la mesure où les discours pouvaient être transgressifs. Le discours, dans notre culture […], n’était pas, à l’origine, un produit, une chose, un bien ; c’était essentiellement un acte – un acte qui était placé dans le champ bipolaire du sacré et du profane, du licite et de l’illicite, du religieux et du blasphématoire. Il a été historiquement un geste chargé de risques avant d’être un bien pris dans un circuit de propriétés. » (« Qu’est-ce qu’un auteur ? » [1969], dans Dits et écrits, t. I, Paris, Gallimard, 1994, p. 799).

5 Dix-septième lettre, dans Les Provinciales, L. Cognet et G. Ferreyrolles éd., Paris, Livre de poche/Classiques Garnier, 1999/2004, p. 570. Toutes nos références renverront désormais à cette édition.

6 Voir notamment « Vers l’invention d’une rhétorique », dans Port-Royal et la littérature, t. I, Paris, H. Champion, 1999, p. 169-183.

7 M. Le Guern situe la rencontre entre Arnauld et Pascal au mois de janvier 1655 et décrit la répartition des rôles entre eux dans son ouvrage Pascal et Arnauld, Paris, H. Champion, 2003, p. 66.

8 Première Provinciale, éd. citée, p. 269.

9 A. Arnauld, Œuvres, Paris/Lausanne, Sigismond d’Arnay, 1775-1783, t. XX, p. 131.

10 Les Provinciales, éd. citée, p. 297-298.

11 Théologie morale des jésuites, extraite fidèlement de leurs livres, dans A. Arnauld, Œuvres, éd. citée, t. XXIX, p. 93-94.

12 Défense de la Censure de Mgr l’Archevêque de Paris […] [1652], dans ibid., p. 542.

13 Lettre d’un théologien à Polémarque, dans ibid., t. XXIX, p. 171.

14 Les Provinciales, éd. citée, p. 308.

15 L’Innocence et la vérité défendues contre les calomnies & les faussetés que les Jésuites ont employées en divers libelles […] [1652], dans A. Arnauld, Œuvres, éd. citée, t. XXX, p. 13-430.

16 Ibid., p. 192.

17 Remontrances aux pères jésuites, touchant un libelle, qu’ils ont fait courir dans Paris, sous ce faux titre : Le manifeste de la véritable doctrine des Jansénistes, telle qu’on la doit exposer au peuple, composé par l’Assemblée du Port-Royal [1651], dans ibid., t. XXIX, p. 504.

18 Seconde lettre, éd. citée, p. 281-282. Voir sur ce point J. Plainemaison, « Pascal et la “politique” des Jésuites. Étude de la forme “politique” dans les Provinciales », dans Justice et force. Politiques au temps de Pascal, G. Ferreyrolles dir., Paris, Klincksieck, 1996, p. 255-266.

19 Considérations sur ce qui s’est passé en l’assemblée de la faculté de théologie de Paris, tenue en Sorbonne le 4 novembre 1655, sur le sujet de la seconde lettre de M. Arnauld, docteur de Sorbonne [1655], dans A. Arnauld, Œuvres, éd. citée, t. XIX, p. 602.

20 Seconde lettre de M. Arnauld docteur de Sorbonne, à un duc et pair de France […] [1655], dans ibid., p. 253.

21 Les Provinciales, éd. citée, p. 480.

22 Seconde lettre à un duc et pair, éd. citée, p. 120.

23 Remontrances aux pères jésuites, éd. citée, p. 498-499.

24 Ibid.

25 A. Arnauld et P. Nicole, La Logique ou l’art de penser […], P. Clair et F. Girbal éd., Paris, PUF, 1965, p. 16.

26 Les Provinciales, éd. citée, p. 266.

27 Troisième lettre apologétique, éd. citée, p. 146.

28 Ibid.

29 Considérations sur l’entreprise faite par Maître Nicolas Cornet, syndic de la Faculté de théologie de Paris, en l’assemblée du premier juillet 1649, dans A. Arnauld, Œuvres, éd. citée, t. XIX, p. 38-39.

30 Les Provinciales, éd. citée, p. 619 et 617.

31 Voir sur ce point les développements de C. Nédelec, « Équivoques de l’auctorialité au xviie siècle », Cahiers du Centre de recherches historiques, no 33, Stratégies de l’équivoque, J.-P. Cavaillé dir., avril 2004, p. 27-40.

32 Dix-septième lettre, éd. citée, p. 572.

33 Ibid., p. 573-574.

34 Ibid., p. 571-572.

35 G. Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982, p. 8.

36 A. Compagnon, Le démon de la théorie, Paris, Seuil, 1998, p. 51 et 55.

37 G. Genette évoque un « effet-pseudonyme » et explique que « le pseudonyme est déjà une activité poétique, et quelque chose comme une œuvre. Si vous savez changer de nom, vous savez écrire. » (Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 53). Voir l’analyse de L. Marin sur l’usage du pseudonyme par Pascal : « Dans cet effacement du moi de l’auteur par pseudonyme se dessine la notion d’un sujet qui n’est qu’une manière d’écrire, d’un sujet qui n’est pas un sujet ontologique, mais le sujet de l’énonciation. » (La critique du discours, Paris, Minuit, 1975, p. 335).

38 M. Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », éd. citée, p. 803-804.

39 Ibid., p. 802.

40 Ibid.

41 D. Ribard rattache ainsi l’anonymat du locuteur dans le texte pascalien à une tradition de « mécanismes de dépersonnalisation fondateurs d’une tradition de compréhension de l’activité philosophique comme discipline, au sens intellectuel, avant d’être scolaire, du terme : ce n’est pas un individu qui parle, c’est la raison. » (« Nom d’auteur et effets de lecture : l’Entretien de Pascal avec M. de Sacy, xviie-xxe siècle », Dix-septième siècle, no 219, 2003, p. 261-262).

42 Voir sur ce point la définition de l’espace de publication dans l’Ancien Régime comme « l’“espace mixte” de la confusion des intérêts », « l’espace des publicateurs-relais qui forment le premier public de leurs publications », dans l’introduction de C. Jouhaud et A. Viala au recueil du GRIHL, De la publication, entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002, p. 17-18.

43 Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, p. 20-21.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search