Version classiqueVersion mobile

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

La physique sorcière de Cyrano de Bergerac

Michèle Rosellini

Texte intégral

1Dans ses travaux pionniers sur les ouvrages de démonologie et les procès de sorcellerie et de possession, Nicole Jacques-Lefèvre a mis en évidence les formes littéraires que spontanément ont adoptées les théologiens et les juges pour traquer le diable : la théâtralité de la possession et la narrativité de l’aveu ont servi devant les tribunaux à prouver l’emprise diabolique sur les sujets incriminés. Ce processus de littérarisation de l’action démoniaque a rendu disponible aux écrivains de l’âge classique une abondante matière fictionnelle qu’ils ont pu mettre diversement en œuvre, soit – comme les auteurs d’histoires tragiques – à des fins d’édification voire de conversion, soit, tout au contraire, à des fins critiques en les déployant sur le registre burlesque : c’est le cas des auteurs libertins.

2Je voudrais ici apporter ma contribution au domaine de recherche que Nicole a fondé – et incarné un temps dans l’équipe LIDISA (Littérature et discours du savoir) à laquelle j’ai appartenu –, en observant l’appropriation des savoirs démonologiques par les fictions satiriques de Cyrano de Bergerac.

3Au milieu du xviie siècle, quand Cyrano écrit ses œuvres, le crime de sorcellerie est en voie de disparition. Pourtant démonter par la fiction comique l’ascendant qu’exerce sur les esprits faibles cette « fausse science » qu’est la démonologie garde toute son actualité dans la perspective libertine de critique de l’imposture politique des religions. Aussi les formes littéraires facétieuses – discours satirique et narration comique – qu’adopte Cyrano n’atténuent-elles ni l’importance de la cible ni la violence de l’attaque. L’écriture comique ne le conduit pas à simplifier son objet ; elle lui permet au contraire d’explorer la complexité du phénomène social et religieux qu’est la sorcellerie en l’abordant sous deux angles apparemment incompatibles : comme paradigme de la superstition et comme cas exemplaire de persécution.

Les lettres « pour » et « contre » les sorciers : dispositif critique contre la crédulité

  • 1 Les Œuvres diverses de Mr de Cyrano Bergerac, Paris, C. de Sercy, 1654 ; le livre comporte deux pa (...)
  • 2 L’unique tragédie de Cyrano, La Mort d’Agrippine, a été interdite pour athéisme après cinq représe (...)
  • 3 L’efficacité polémique du dispositif a été analysée par P. Ronzeaud dans un article éclairant : «  (...)

4Cyrano s’attaque frontalement à la sorcellerie dans deux des « lettres satiriques » qui paraissent l’année précédant sa mort.1 En opposant une première lettre Pour les sorciers à une seconde Contre les sorciers, il feint d’adopter le dispositif sceptique de suspension de l’assentiment, mais, de fait, il prend secrètement parti. La question porte sur l’existence même de la sorcellerie : peut-on croire aux pouvoirs des sorciers ? La prudence s’impose à qui veut traiter d’un sujet aussi délicat, d’autant que le recueil qui paraît après le scandale de La Mort d’Agrippine s’expose tout particulièrement à la censure.2 Mais cette prudence n’est qu’un faux-semblant pour Cyrano, qui retourne en insolence l’apparente orthodoxie de son discours.3

  • 4 « Aussitôt que nous fûmes entrés, vante-toi, me dit-il (en se tournant vers moi), d’avoir contempl (...)
  • 5 « Avec des dernières paroles le magicien disparut, les couleurs des objets s’éloignèrent, une larg (...)

5En effet le scénario sous-jacent à l’échange épistolaire dément la neutralité apparente du dispositif. Dans la première lettre, Pour les sorciers, l’épistolier raconte à un ami sa rencontre avec un sorcier après la lecture d’un traité de démonologie que celui-ci lui a recommandé. Son récit porte des traces évidentes de sa lecture : enlevé de force sur un « manche de balai », transporté par les airs dans un désert affreux, il s’est trouvé devant un homme noir à la chevelure en désordre et au costume extravagant qui s’est livré sous ses yeux à une série de rites plus cocasses qu’effrayants, avant de débiter la liste de ses pouvoirs maléfiques. En dépit de son nom inquiétant, Agrippa – souvenir du philosophe occultiste, Cornelius Agrippa de Nettesheim – et de sa prétention à réincarner le fameux Zoroastre, ce personnage n’est qu’un matamore de la sorcellerie et son discours, saturé de marques de la première personne, ridiculise la magie noire, devenue un bric-à-brac de méchancetés gratuites et d’espiègleries sans conséquences.4 La chute du récit en dévoile le statut : il ne s’agissait que d’un songe.5 Cette circonstance, si elle prouve le pouvoir de suggestion des fantasmagories démonologiques, annule purement et simplement la prétention de la lettre à démontrer l’existence des sorciers.

  • 6 « Je suis pourtant fâché de la fièvre qu’on m’a écrit que cet horrible tableau vous a causée ; mai (...)
  • 7 « Imaginez-vous donc qu’encore que par tout le monde on ait brûlé tant de sorciers, convaincus d’a (...)
  • 8 Montaigne, « Des boiteux », dans Essais, III, xi, J. Balsamo, M. Magnien et C. Magnien-Simonin éd. (...)
  • 9 « C’est pourquoi on ne doit croire d’un homme que ce qui est humain, c’est-à-dire possible et ordi (...)

6Cette stratégie déceptive se confirme dans la seconde lettre. Son auteur entend malicieusement dissiper l’effroi que sa lettre précédente n’a pas manqué de susciter chez son correspondant6 en détruisant les raisons de croire à l’existence des sorciers. Il relève donc toutes les inconséquences de la démonologie à l’aune de la vraisemblance, allié privilégié de la raison critique dans l’épistémologie libertine. Ses remarques s’articulent autour de deux objections principales. La première est d’ordre psychologique : les sorciers étant le plus souvent des bergers solitaires, des vieilles femmes et des jeunes filles recluses, comment croire que les esprits, s’ils aspirent à se faire entendre des humains, aient choisi pour interprètes les êtres les plus frustes, les plus faibles, les plus impressionnables ? Il est donc probable que leurs apparitions soient un effet de l’imagination, exploitée au besoin par les prêtres et les magistrats qui font de l’exorcisme et de la répression des instruments de pouvoir. La seconde objection relève d’une théologie élémentaire : le diable est-il si impuissant qu’il ne puisse sauver ses serviteurs du bûcher, et si bienveillant envers la foi chrétienne qu’il collabore aussi volontiers avec les exorcistes ? Tout le cérémonial de la persécution des sorciers est ainsi tourné en ridicule. Mais la dérision n’est pas incompatible chez Cyrano avec l’indignation et la compassion. Le sort pitoyable des sorciers envoyés au bûcher sur des indices imaginaires est un sujet de scandale autant qu’une preuve de l’inanité de l’enquête démonologique.7 Cyrano fait écho à Montaigne opposant la cruauté du châtiment infligé aux prétendues sorcières et la légèreté des soi-disant savants qui leur ont inculqué l’idée du diable : « Les sorcières de mon voisinage, courent hasard de leur vie, sur l’avis de chaque auteur, qui vient donner corps à leurs songes. »8 Cette référence implicite soutient ses propres réflexions sur la fragilité de la parole humaine – où cependant censeurs et enquêteurs s’acharnent à trouver des marques de vérité ou des preuves de crimes –, ses doutes à l’égard des croyances partagées et son exigence de rationalité.9 Appuyée sur le scepticisme montaignien, la critique acquiert une valeur philosophique qui lui permet de surplomber son objet – la sorcellerie – pour l’englober dans le processus universel de fabrique de l’erreur et de la superstition.

  • 10 « Car de m’imaginer que cette pénitente de Goffridy, cette religieuse de Loudun, cette fille d’Évr (...)
  • 11 « En toutes les possessions modernes, il n’y a jamais que des femmes ou filles : des bigotes ou de (...)
  • 12 « Je trouve en premier lieu, qu’il se rencontre dix mille femmes pour un homme. Le diable serait-i (...)
  • 13 « Après le dîner, nous assistâmes à l’exorcisme de la même veuve aux jésuites. […] La veuve fit di (...)
  • 14 « Cela m’étonna de voir que les démons prennent tant de peine pour instruire les méchants et pour (...)
  • 15 Lettres satiriques…, ouvr. cité, p. 92.

7Ce n’est pas toutefois au prix d’une désertion du champ actuel de la polémique. L’épistolier évoque en raillant les affaires de sorcellerie marquantes de la première moitié du siècle10, et, plus discrètement, il fait écho aux observations critiques de ses contemporains. Il se sert, par exemple, du diagnostic de Guy Patin sur les causes psycho-physiologiques des visions des possédées et des sorcières11 pour expliquer que cet état concerne surtout les femmes.12 Il rejoint également le bon sens critique de l’abbé d’Aubignac dans sa Relation sur les possédées de Loudun de 1637, en remarquant que leurs contorsions et acrobaties n’ont rien d’impossible pour un corps humain13, que le concours des démons n’y est donc pas nécessaire, et qu’en outre ces prétendus démons se montrent bien complaisants envers les exorcistes en les aidant à convertir le public.14 Sur cette base déjà fort ironique, l’épistolier lance au diable un défi blasphématoire : s’il veut vraiment prouver sa capacité à intervenir dans le monde et convaincre les incrédules de son existence, qu’il fasse un vrai miracle, en déplaçant, par exemple, les tours de Notre-Dame !15

  • 16 Ibid., p. 93.

8L’audace polémique de Cyrano est extrême dans ce diptyque épistolaire où il s’emploie, sous le masque de la bouffonnerie, à réfuter la démonologie en elle-même, comme doctrine sans fondement, et en tant que paradigme du dogmatisme de l’Église. Aussi se met-il à l’abri des conséquences de cette audace en déclarant, pour conclure, qu’il croira sans examiner ce que l’Église lui ordonnera de croire : « […] mais à moins d’être convaincu par l’autorité de l’Église, à qui nous devons donner aveuglément les mains, je nommerai tous ces grands effets de magie, la gazette des sots, ou le credo de ceux qui ont trop de foi »16. Certes, cette profession de docilité dévote est peu compatible avec l’exigence de rationalité qui anime l’épistolier. Le lecteur avisé doit l’entendre comme un ironique surcroît de provocation. Mais du moins est-elle assumée à la première personne, ce qui, du point de vue de la censure, suffit à mettre l’auteur à l’abri des poursuites.

  • 17 T. de Viau, Première journée, dans Œuvres complètes, G. Saba éd., Paris, H. Champion, 1999, t. II, (...)
  • 18 F. Lachèvre, Le Procès du poète Théophile de Viau (1er juillet 1623-1er septembre 1625). Publicati (...)

9En effet, le procès de Théophile de Viau a démontré que tout récit qui s’énonce à la première personne, quand bien même il se prétend fictif, est susceptible de fournir une preuve de la culpabilité de son auteur : dans l’interrogatoire du poète, les juges du parlement de Paris avaient particulièrement sollicité l’épisode de la Première journée où le narrateur, examinant une fille supposée « démoniaque », désabusaitles témoins impressionnables de leur « superstitieuse crédulité ».17 La première personne établissant à leurs yeux l’identité du narrateur et de l’auteur, il ne pouvait s’agir que d’un fait biographique prouvant l’impiété du prévenu.18

  • 19 Histoire comique de Francion [1623], Y. Giraud éd., Paris, Flammarion (GF), 1973 p. 53-57. La vers (...)
  • 20 Ibid., p. 54.
  • 21 Cette tradition remonte aux fabliaux du Moyen Âge, se retrouve dans le Décaméron et les recueils d (...)

10Après la mort de Théophile, Georges de Scudéry a réédité le récit sous un nouveau titre : Fragments d’une histoire comique. Il le rangeait ainsi prudemment dans une catégorie littéraire dont les conventions reconnues assuraient aux auteurs une plus grande impunité. Charles Sorel, par exemple, avait pu introduire l’Histoire comique de Francion par une scène de magie bouffonne19 : un vieillard plongé demi-nu dans un baquet s’emploie au cœur de la nuit à faire « des conjurations à toutes les puissances du monde »20 pour qu’elles restaurent sa virilité défaillante. Les invocations aux démons de la concupiscence accompagnent les ablutions du « pauvre zest plus ridé qu’un sifflet à cailles » et alternent avec les élans de gratitude envers le « pèlerin » Francion, dont le lecteur comprend vite qu’il a trouvé le moyen de retenir hors de chez lui le vieux concierge du château pour pouvoir se glisser dans son lit auprès de sa jeune épouse. À l’abri de la longue tradition du conte facétieux21, Sorel ouvrait ainsi à la fiction libertine la voie de la critique de la crédulité populaire et de son instrumentalisation politique. Les trompeurs qui exploitent à leur profit la crainte superstitieuse sont autant de figures dégradées des puissants qui, selon Lucrèce, l’ont introduite dans l’histoire de l’humanité à des fins de domination. En se multipliant, ces scènes bouffonnes animées par un personnel trivial participent à la réactivation libertine de la thèse de l’imposture politique des religions. Dans cette perspective, la sorcellerie n’est qu’un cas parmi d’autres de l’universelle imposture. Mais elle offre une démonstration exemplaire de l’emprise de l’imagination et de sa capacité à sécréter du pouvoir.

Les ressources du roman au service d’une histoire de la persécution

  • 22 Requête de Théophile au Roi, dans Œuvres de Théophile de Viau, éd. citée, t. II, p. 153-154, v. 71 (...)
  • 23 Les États et Empires du Soleil, éd. citée, p. 189. Cette croyance populaire au sujet des sorciers (...)

11Cyrano a utilisé à son tour les moyens de la fiction pour explorer et dénoncer ces mécanismes et leurs enjeux politiques. Mais alors que dans ses lettres satiriques il montrait un sorcier dans l’exercice de son activité pour en ruiner la crédibilité, dans le premier épisode des États et Empires du Soleil, il inverse le point de vue pour représenter le processus de persécution : le supposé sorcier se trouve pris dans un dispositif de pouvoir dont l’enjeu est la domination du peuple par la terreur. L’audace est plus forte, et c’est sans doute pour cette raison que Cyrano a confié cette critique à la fiction de L’Autre Monde, dont le cadre même – les mondes parallèles de la lune et du soleil – affirme l’invraisemblance. C’est toutefois sur la Terre que le héros narrateur, Dyrcona, fait l’expérience de la persécution : à Toulouse où il est venu se reposer des fatigues de son premier voyage dans la Lune, il rédige le récit de ses aventures, que son hôte, M. de Colignac, fait circuler en ville ; son « commerce avec la lune » le fait soupçonner de sorcellerie par le parlement, qui diligente une enquête. Dyrcona prend alors la fuite vers la résidence champêtre de son hôte, mais il est arrêté en chemin par une troupe de paysans fanatisés par leur curé. Le récit révèlera plus tard que ledit curé entendait se venger ainsi du comte de Colignac, seigneur de sa paroisse, pour l’avoir lésé d’un bénéfice escompté. Le cadre terrestre réintroduit la vraisemblance, et dote le lieu d’une valeur référentielle qui permet à la narration de jouer sur des effets d’échos. La fuite de Dyrcona menacé de poursuites par le parlement de Toulouse renvoie de manière transparente à celle de Théophile échappant à l’arrêt du parlement de Paris en se réfugiant à Chantilly chez son protecteur le duc de Montmorency, et finalement arrêté alors qu’il s’apprêtait à passer aux Pays-Bas. Les points d’intersection sont multiples entre l’histoire fictive écrite par Cyrano et les témoignages que Théophile a laissés de son expérience de l’incarcération. L’un d’eux a rapport à la sorcellerie : dans la Requête au roi écrite dans son cachot de la Conciergerie, Théophile se moque des prévôts « très dévots », qui croyaient que l’argent trouvé sur lui se changerait en feuilles de chêne parce qu’il était issu d’un pacte avec le diable22 ; de même, le geôlier de la prison du bourg des environs de Toulouse que Dyrcona soudoie pour le laisser sortir, le supplie d’attendre qu’il ait utilisé son argent pour le transformer en feuilles de chêne.23

  • 24 D. Foucault, Julio Cesare Vanini (1585-1619) : un philosophe libertin dans l’Europe baroque, Paris (...)
  • 25 Pour le détail de cette affaire, qui offre bien des points de rapprochements avec celle de Théophi (...)

12Le lieu de l’action n’est pas choisi au hasard. Toulouse, bastion catholique en pays protestant, a connu une relance de la chasse aux sorcières dans les années 1643-1645.24 Mais, c’est surtout, et de manière emblématique, la ville où le philosophe italien, Julio Cesare Vanini, a été jugé et condamné par le parlement, et brûlé le jour même (9 février 1619) sans avoir fait amende honorable ni consenti à se confesser.25 Dans ces deux affaires, qui ont marqué d’un traumatisme initial l’histoire du libertinage en France, le motif de la condamnation était l’athéisme, crime de lèse-majesté divine, qui conduisait au bûcher quand la sentence était appliquée dans toute sa rigueur. Or Cyrano transpose le motif de l’accusation : c’est comme sorcier que Dyrcona est arrêté. C’est là souligner davantage encore l’irrationalité de la persécution, mais aussi, au bénéfice du roman, se donner un motif plus propre à exciter la curiosité du lecteur.

  • 26 Ibid., p. 178.
  • 27 « Je tiraillais contre lui la bride de mon cheval ; mais les éclats de rire qui me suffoquaient m’ (...)
  • 28 « À peine un de ces marauds l’aperçut que je l’entendis s’égosiller que c’était là le crapaud qu’o (...)

13L’introduction de l’épisode prépare cet effet : « Mais écoutez une aventure qui vous surprendra. »26 La surprise vient de la rencontre du savoir et de l’ignorance, car les lignes qui précèdent ont décrit l’équipage de Dyrcona, accompagnant au pas sa « petite bibliothèque » transportée à dos de mulet. Curieusement, l’ignorance se pare aussi de livres, où plus exactement de leurs débris. Le « fantôme » apparu au milieu du chemin qui saisit par la bride le cheval du voyageur a voulu se protéger du contact diabolique en se couvrant le corps des pages arrachées à un livre de plain-chant et le visage d’un feuillet qui porte le premier verset de l’Évangile de Jean. Tout tremblant, il prononce maladroitement la formule d’exorcisme – « Satanus Diabolas ! » –, ce qui fait rire celui qui devrait trembler. Le rire le privant de sa combativité27, il succombe sous le nombre et subit mille vexations d’une foule dominée par la peur. Or, si l’usage bouffon des textes sacrés a déclenché le rire de l’homme éclairé, symétriquement, la découverte des livres de science qu’il transporte exacerbe la terreur populaire et fournit un nouvel aliment à la superstition. Ouvrant au hasard la Physique de Descartes, les villageois illettrés tombent sur deux schémas, l’un d’astronomie et l’autre de mécanique. Prévenus par leur conviction d’avoir affaire à un sorcier, ils prennent la représentation du système solaire pour des cernes magiques, et la figuration du champ magnétique pour un crapaud maléfique. L’image du crapaud leur rappelle le sort dont un villageois a été victime28, si bien que les livres de la « petite bibliothèque » portative sont considérés comme des manuels de maléfices – de « francs grimoires » – et abandonnés à l’errance du mulet, lui-même réputé créature de Satan. Le prisonnier arrivera dans sa geôle précédé de sa réputation de sorcier, d’où les constructions imaginaires du geôlier à son sujet.

  • 29 Lettres satiriques…, éd. citée, p. 83-84.

14Le crapaud fait trait d’union entre l’épisode de Toulouse et la lettre Pour les sorciers : Agrippa, le sorcier fanfaron, se vantait d’enseigner aux paysans, entre autres maléfices, « à mettre sous le seuil de la bergerie qu’ils veulent ruiner, une toupe de cheveux, ou un crapaud, avec trois maudissons, pour faire mourir étiques les moutons qui passent dessus ».29 Mais, plus subtilement, la transformation du crapaud en pièce à conviction, assimile l’arrestation de Dyrcona près de Toulouse, à celle de Pompeo Usciolio, alias Julio Cesare Vanini dans cette même ville. Le chroniqueur de l’affaire Vanini, Louis-Barthélémy de Gramond, fils d’un des juges du parlement de Toulouse, a rapporté la découverte d’un crapaud vivant parmi les affaires du philosophe au moment de son arrestation :

  • 30 L.-B. de Gramond, L. III de l’Historiae Galliae ab excessu Henrici IV, publiée à Toulouse (« apud (...)

Il recherchait fort pendant sa vie les secrets de la nature et faisait plutôt profession de médecine que de théologie, quoiqu’il aimât être appelé théologien. Lorsqu’on se saisit de ses meubles, on trouva un crapaud vivant, renfermé dans un vase de cristal rempli d’eau. Sur cela, on l’accusa de sortilège, mais il répondit que cet animal consumé au feu était un remède certain contre les maladies contagieuses.30

  • 31 G. Naudé, Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie [16 (...)

15Le récit, dans sa brièveté, reconstruit la logique de la fabrique du sorcier. L’intérêt de l’accusé pour les sciences de la nature éveille le soupçon de sorcellerie, dès lors susceptible de se conforter du moindre indice. Il en va de même pour Dyrcona, sur la base d’une confusion entre la physique et la magie. L’épisode – par son outrance bouffonne même – illustre efficacement la thèse exposée par Gabriel Naudé dans son Apologie pour les grands personnages faussement soupçonnés de magie. Le chapitre v s’intitule : « Que les mathématiques ont fait soupçonner comme magiciens beaucoup de ceux qui les ont pratiqués », mais porte en fait sur la confusion entretenue dans le peuple par les charlatans eux-mêmes qui en tirent profit, entre la « magie naturelle », qui n’est que l’application dévoyée des principes de la physique, et la magie noire ou diabolique. Naudé distingue deux sortes de magie naturelle. L’une produit par la chimie onguents et potions, l’autre utilise la mécanique pour fabriquer des automates et des machines merveilleuses. Rien de magique dans ces productions offertes à l’admiration de la foule : les hommes ingénieux qui ont produit ces prodigieux « effets » travaillaient « à l’envi de la Nature ». Ce sont les « esprits les moins subtils » qui, « ne pouvant découvrir ces ressorts que l’on s’efforçait de leur cacher », les ont attribués « à l’opération des démons plutôt qu’à l’industrie des hommes »31. Cette confusion initiale, entretenue à dessein par les pseudo-magiciens qui en ont fait leur fonds de commerce, s’est pérennisée au détriment des véritables savants : les esprits crédules l’ont emporté et ont « fait en sorte par leur ignorance, que les plus excellents mathématiciens ont toujours été soupçonnés de magie ».

  • 32 Instruction à la France sur la vérité de l’histoire des Frères de la Roze-Croix, Paris, F. Julliot (...)
  • 33 « […] un saint homme de grand esprit, / Enfant du bienheureux Ignace, / Disait en chaire et par éc (...)
  • 34 P. Pomponazzi, De incantationibus, 1567 ; Les Causes des merveilles de la nature, ou Les enchantem (...)
  • 35 Isaaci Casauboni de rebus sacris et ecclesiasticis exercitationes XVI, Londres, s. n., 1614.
  • 36 « Vanini fut conduit à l’Audience, et étant sur la sellette, on l’interrogea sur ce qu’il pensait (...)

16Naudé publie cet ouvrage en 1625 en réponse au père Garasse qui, dans son Nouveau jugement de ce qui a été dit et écrit pour et contre le livre de la doctrine curieuse, étendait le soupçon de magie diabolique jusqu’à Virgile et Homère. Le procès de Théophile entre alors dans sa troisième année, l’accusé résiste à toutes les incriminations, et le père jésuite, ébranlé dans ses positions, entreprend par ce nouveau pamphlet de réactiver l’image de l’Antéchrist et du sorcier dans un vaste amalgame. L’hiver précédant le procès, Naudé avait dénoncé l’imposture et la manipulation dans l’affaire des « placards » des « frères de la Rose-Croix » qui avait alors plongé les Parisiens dans une panique de fin du monde.32 Selon la même logique, il s’abstient de polémiquer avec le père Garasse sur son implication actuelle dans l’affaire Théophile, mais remonte plus haut, aux sources de la confusion entre les fausses sciences et les vraies, qui entretient la superstition parmi le peuple et rend crédible aux yeux des paroissiens prêchés par les émules de Garasse le portrait de Théophile en Antéchrist et en magicien.33 La cible de l’Apologie est le Corpus hermeticus, traduit au xve siècle par Marcile Ficin, qui continue au début du xviie siècle à accréditer l’idée de l’action des démons dans le monde. Naudé reprend donc la réfutation des thèses de l’ouvrage administrée au siècle précédent par le philosophe aristotélicien de l’école de Padoue, Pomponazzi34, tout en s’appuyant sur l’analyse philologique de l’érudit protestant, Casaubon, qui démontrait le caractère compilatoire et frauduleux du recueil attribué à Hermès Trismégiste.35 Mais la cible n’est-elle même qu’un prétexte pour développer méthodiquement le thème lucrétien de l’imposture politique des religions. Il englobe ainsi dans une même analyse le vaste champ historique de la persécution des hommes de science et des poètes par les pouvoirs civils et religieux. Le supplice de Vanini est encore silencieusement présent à l’horizon de la démonstration. Si l’on considère la teneur de l’interrogatoire qui a précipité sa condamnation, dans lequel il démontrait l’existence de Dieu par le cycle du grain de blé36, on perçoit que c’est l’homme de science, le philosophe naturaliste qui a été condamné sous l’inculpation d’athéisme, mais aussi le poète méditant librement sur le monde.

  • 37 « Huit jours durant je charpentai, le rabotai, je collai, enfin je construisis la machine que je v (...)
  • 38 Lettres satiriques…, éd. citée, p. 79.

17La fiction offre au savant incarcéré une issue que la réalité a refusée à son double : Dyrcona s’évade par le moyen d’une machine qu’il a construite dans sa prison à l’aide des matériaux procurés par ses généreux protecteurs. La magie n’est pour rien dans cette évasion : il agit en bricoleur ingénieux, rassurant par son goût maniaque pour la mécanique ses gardiens qui le croient incapable de produire autre chose que des « curiosités » récréatives.37 Mais l’imagination technique ainsi associée à la ruse produit un mouvement ascendant dont le symbolisme est aussi puissant que la fécondité narrative, puisque la puissance élévatrice de la machine emporte son passager bien au-delà de la destination prévue, jusqu’au Soleil. Cet envol de Dyrcona vers l’astre solaire – dont il est ainsi prouvé qu’en dépit de la cosmologie ptoléméenne soutenue par l’Église il est bien le centre du système planétaire – est une image efficace de l’arrachement de l’esprit fort à l’emprise mortifère de la superstition et de la pensée vulgaire. L’icosaèdre, construit sur le principe de la physique cartésienne des tourbillons, est l’alternative offerte par la technologie moderne au mythique manche à balai que l’auteur de la lettre Pour les sorciers prétendait ironiquement avoir enfourché sous l’empire de sa lecture démonologique.38

18On peut se demander pourquoi Cyrano a choisi de représenter une affaire de sorcellerie s’il avait en vue les procès pour athéisme les plus marquants de son époque ? Certes, l’imaginaire de la sorcellerie offre de soi-même une matière romanesque qu’il est réjouissant de traiter par la dérision pour nourrir l’histoire comique. Mais, plus profondément, ce choix accuse davantage encore l’irrationalité qui régit le rapport de l’ordre politique à la pensée scientifique, quand il est soumis au dogmatisme religieux. En remplaçant le crime d’athéisme par le soupçon de sorcellerie, dont la validité est, au milieu du xviie siècle, contestée par les esprits éclairés, le romancier fait de son héros la victime manifeste d’un système politique et judiciaire obscurantiste. La connivence par le rire qu’il entend susciter chez ses lecteurs peut alors soutenir la revendication tacite de la liberté de penser. En cela, la fiction comique consonne avec les traités les plus audacieux, comme ceux que Gabriel Naudé a fait imprimer en nombre limité pour contrôler une publication risquée.

19Ce parallèle met en évidence l’intérêt du travail de Cyrano sur la sorcellerie. Dans ses lettres satiriques comme dans son roman, il s’empare des diverses questions que pose à la conscience critique le phénomène de la sorcellerie alimenté par la démonologie, et les réduit à un commun dénominateur comique et satirique, sans pour autant annuler leur complexité historique. Ses récits et ses discours convoquent, en effet, allusivement, des faits attestés et des livres connus. Il construit ainsi la sorcellerie comme un paradigme de la persécution propre à éveiller l’indignation des esprits éclairés. Il les alerte en effet sur le risque qu’encourt l’activité intellectuelle sous le contrôle ecclésiastique. Par contraste, la fiction fait se rencontrer sur le Soleil les âmes de Campanella et de Descartes, libérés par la mort du séjour terrestre. Dans la réalité de la République des lettres, il aurait été fort improbable que le moine calabrais jugé pour athéisme par l’Inquisition, prisonnier plus d’un quart de siècle des geôles du Saint-Office, et devenu à la fin de sa vie l’astrologue officiel de la cour de France, devînt le disciple du philosophe rationaliste français, correspondant des plus grands savants d’Europe et hôte de la reine Christine de Suède. Mais le Soleil rend possible un tel accord entre des esprits délivrés de la pesanteur corporelle et, avec elle, des intérêts et des passions terrestres. Il rend surtout nécessaire, parce qu’il est un laboratoire de la matière, la collaboration entre les systèmes physiques de toute sorte. En effet, l’intense irradiation solaire subtilise les composants de la matière, en active les réactions, et produit au grand jour et en grand format des opérations qui se font sur terre de manière invisible et impalpable : elle offre ainsi à l’observation scientifique un spectacle perpétuel et toujours renouvelé. Si bien que les voyageurs réchappés de la suspicion que leur avait attirée sur terre leur curiosité pour ces phénomènes doivent reconnaître que c’est la Nature, seule créatrice des formes à partir d’une matière éternelle, qui est véritablement sorcière. À une réserve près : c’est que les sortilèges qu’elle déploie n’ont pas pour but d’éblouir les esprits faibles, mais doivent exciter les esprits curieux à découvrir ses lois. Cette conviction conduit Cyrano à magnifier la physique en offrant à son investigation tout le champ du sensible dans un monde débarrassé de l’hypothèque théologique. Il s’appuie ainsi sur les contraintes que son époque fait peser sur la pensée pour développer les qualités critiques et visionnaires de la fiction.

Notes

1 Les Œuvres diverses de Mr de Cyrano Bergerac, Paris, C. de Sercy, 1654 ; le livre comporte deux parties en un volume (478 p. ; in-4) : la première contient Les Lettres satyriques et les lettres amoureuses ; la seconde a un titre propre, Le Pédant joué, comédie par Mr de Cyrano Bergerac, avec adresse et pagination particulières.

2 L’unique tragédie de Cyrano, La Mort d’Agrippine, a été interdite pour athéisme après cinq représentations à l’Hôtel de Bourgogne en décembre 1653. Quand, dans la même période, Cyrano sollicite un privilège pour la publication de ses Lettres, il soumet son texte à une sévère autocensure, dont M. Alcover reconstitue le détail dans Cyrano relu et corrigé (Genève, Droz, 1990, p. 1-27).

3 L’efficacité polémique du dispositif a été analysée par P. Ronzeaud dans un article éclairant : « Les Lettres de Cyrano sur les sorciers : montage et démontage d’une imposture culturelle », Papers on French Seventeeth Century Literature, no 86, Diversité, c’est ma devise, 1994. I. Moreau envisage ce dispositif comme l’une des « stratégies d’écriture » libertines qu’elle étudie dans sa thèse (« Guérir du sot » : les stratégies d’écriture des libertins à l’âge classique, Paris, H. Champion, 2007) en s’appuyant sur la théorie de la dissimulation élaborée par J.-P. Cavaillé (Dis-simulations : Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto : religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, H. Champion, 2002) dans « Pour un protocole de lecture libertine : Pour ou Contre les sorciers », La lettre clandestine, no 9, 2000, p. 314-327.

4 « Aussitôt que nous fûmes entrés, vante-toi, me dit-il (en se tournant vers moi), d’avoir contemplé face à face le sorcier Agrippa, dont l’âme (par métempsychose) est celle qui jadis animait le savant Zoroastre, prince des Bactriens. Depuis près d’un siècle que je disparus d’entre les hommes, je me conserve ici par le moyen de l’or potable, dans une santé, qu’aucune maladie n’a jamais interrompue. […] Au reste tu m’es bien obligé, puisqu’entre tous les mortels, je t’ai choisi pour assister à des mystères, que je ne célèbre qu’une fois en vingt ans. C’est par mes charmes que sont envoyés, quand il me plaît, les stérilités ou les abondances. Je suscite les guerres, en les allumant entre les génies qui gouvernent les rois. J’enseigne aux bergers la patrenôtre du loup. J’apprends aux devins, la façon de tourner le sens. Je fais courir les ardents sur les marais et sur les fleuves, pour noyer les voyageurs. J’excite les fées à danser au clair de lune. Je pousse les joueurs à chercher le trèfle à quatre sous les gibets. J’envoie à minuit les esprits hors du cimetières, entortillés d’un drap, demander à leurs héritiers, l’accomplissement des vœux qu’ils ont faits à la mort. » (Lettres satiriques et amoureuses, précédées de Lettres diverses, J.-C. Darmon éd., Paris, Desjonquères, 1999, p. 82).

5 « Avec des dernières paroles le magicien disparut, les couleurs des objets s’éloignèrent, une large et noire fumée couvrit la face du climat, et je me trouvais sur mon lit le cœur encore palpitant, et le corps tout froissé du travail de l’âme. » (ibid., p. 84).

6 « Je suis pourtant fâché de la fièvre qu’on m’a écrit que cet horrible tableau vous a causée ; mais pour effacer ma faute, je le veux effacer à son tour et vous faire voir sur la même toile la tromperie de ses couleurs, de ses traits et de ses ombres. » (ibid., p. 85).

7 « Imaginez-vous donc qu’encore que par tout le monde on ait brûlé tant de sorciers, convaincus d’avoir fait pacte avec le diable, que tant de misérables aient avoué sur le bûcher avoir été au sabbat, et que même quelques-uns dans l’interrogation, aient confessé aux juges qu’ils avaient mangé à leurs festins des enfants qu’on a, depuis la mort des condamnés, trouvés pleins de vie et qui ne savaient ce qu’on leur voulait dire, quand on leur en parlait, on ne doit pas croire toutes ces choses d’un homme, parce qu’un homme peut dire toutes choses ? » (ibid.)

8 Montaigne, « Des boiteux », dans Essais, III, xi, J. Balsamo, M. Magnien et C. Magnien-Simonin éd., Paris, Gallimard (Pléiade), 2007, p. 1077.

9 « C’est pourquoi on ne doit croire d’un homme que ce qui est humain, c’est-à-dire possible et ordinaire ; enfin je n’admets point de sorciers à moins qu’on me le prouve. Si quelqu’un par des raisonnements plus forts et plus pressants que les miens me le peut démontrer, ne doutez point que je ne lui dise : soyez, Monsieur, le bienvenu, c’est vous que j’attendais, je renonce à mes opinions et j’embrasse les vôtres ; autrement qu’aurait l’habile par-dessus le sot, s’il pensait ce que pense le sot ? Il doit suffire au peuple qu’une grande âme fasse semblant d’acquiescer aux sentiments du plus grand nombre, pour ne pas résister au torrent, sans entreprendre de donner des menottes à sa raison : au contraire, un philosophe doit juger le vulgaire, et non pas juger comme le vulgaire. » (ibid., p. 86-87). On reconnaîtra dans l’enchaînement argumentatif la reprise de thèmes majeurs des Essais II, xii et III, xi.

10 « Car de m’imaginer que cette pénitente de Goffridy, cette religieuse de Loudun, cette fille d’Évreux soient endiablées, parce qu’elles font des culbutes, des grimaces, et des gambades, Scaramouche, Colle, et Cardelin les mettront à quia. Comment ! elles ne savent pas seulement parler latin. Lucifer a bien peu soin de ses diables, de ne les pas envoyer au collège. » (ibid., p. 90).

11 « En toutes les possessions modernes, il n’y a jamais que des femmes ou filles : des bigotes ou des religieuses […] ; de sorte que ce n’est point tant un diable d’Enfer qu’un diable de chair que le saint et sacré célibat a engendré ; c’est plutôt une hystéromanie qu’une vraie démonomanie. » (Guy Patin, lettre à Spon, nov. 1643, dans R. Mandrou, Possession et sorcellerie au xviie siècle. Textes inédits, Paris, Fayard, 1979, p. 291).

12 « Je trouve en premier lieu, qu’il se rencontre dix mille femmes pour un homme. Le diable serait-il un ribaud, de chercher avec tant d’ardeur l’accouplement des femmes ? Non, non, mais j’en devine la cause, une femme a l’esprit plus léger qu’un homme, et plus hardi par conséquent à résoudre des comédies de cette nature. » (Lettres satiriques…, ouvr. cité, p. 90).

13 « Après le dîner, nous assistâmes à l’exorcisme de la même veuve aux jésuites. […] La veuve fit divers cris et pencha son corps en arrière, la tête fort renversée, le visage noir et difforme, la langue fort épaisse, noire et hors de la bouche, les bras étendus et un peu contournés et les mains raides, non pas tant qu’il ne soit facile aux efforts de les faire plier quoi que disent les exorcistes, car j’en ai fait l’expérience plusieurs fois. En tous les mouvements de ce corps, je n’y vis rien que de possible et même facile naturellement, sinon la longueur du temps qu’il demeura dans cette même posture ; encore remarquai-je que parfois cette femme prenait quelque relâche et fit toutes ces grandes agitations à diverses reprises, ce que j’ai observé en toutes les autres possédées. » (Relation de M. Hédelin, abbé d’Aubignac, touchant les possédées de Loudun au mois de septembre 1637, dans R. Mandrou, Possession et sorcellerie au xviie siècle, ouvr. cité, p. 147-148 ; je modernise la graphie)

14 « Cela m’étonna de voir que les démons prennent tant de peine pour instruire les méchants et pour détruire l’athéisme et l’impiété, car N. S. lui-même sur un fait de possession indubitable disait que tout royaume, parlant même de celui d’enfer, étant divisé contre soi-même, est facilement ruiné. » (ibid., p. 168).

15 Lettres satiriques…, ouvr. cité, p. 92.

16 Ibid., p. 93.

17 T. de Viau, Première journée, dans Œuvres complètes, G. Saba éd., Paris, H. Champion, 1999, t. II, p. 18.

18 F. Lachèvre, Le Procès du poète Théophile de Viau (1er juillet 1623-1er septembre 1625). Publication intégrale des pièces inédites des Archives nationales [1909], Genève, Slatkine reprints, 1968, t. I, p. 387-391.

19 Histoire comique de Francion [1623], Y. Giraud éd., Paris, Flammarion (GF), 1973 p. 53-57. La version originale du roman est parue avant le premier procès et l’arrestation de Théophile ; mais l’épisode a survécu, purgé de sa crudité sexuelle, aux multiples coupures et réaménagements que Sorel a infligés à son récit dans ses versions ultérieures (1626 et 1633) pour le conformer aux exigences nouvelles de la censure.

20 Ibid., p. 54.

21 Cette tradition remonte aux fabliaux du Moyen Âge, se retrouve dans le Décaméron et les recueils de contes facétieux du xvie siècle, où Sorel puise une partie de ses matériaux narratifs.

22 Requête de Théophile au Roi, dans Œuvres de Théophile de Viau, éd. citée, t. II, p. 153-154, v. 71-80.

23 Les États et Empires du Soleil, éd. citée, p. 189. Cette croyance populaire au sujet des sorciers apparaît aussi dans la lettre Pour les Sorciers, où elle est énoncée par le nécromancien Agrippa : « Je donne de l’argent qui se trouve après feuilles de chêne. » (Lettres satiriques…, éd. citée, p. 84).

24 D. Foucault, Julio Cesare Vanini (1585-1619) : un philosophe libertin dans l’Europe baroque, Paris, H. Champion, 2003, p. 448, n. 3.

25 Pour le détail de cette affaire, qui offre bien des points de rapprochements avec celle de Théophile, notamment par la durée des interrogatoires et la transformation des œuvres de l’accusé en pièces à conviction, on se reportera à la thèse remarquable de Didier Foucault, mentionnée ci-dessus.

26 Ibid., p. 178.

27 « Je tiraillais contre lui la bride de mon cheval ; mais les éclats de rire qui me suffoquaient m’ôtèrent toute force. » (ibid., p. 179).

28 « À peine un de ces marauds l’aperçut que je l’entendis s’égosiller que c’était là le crapaud qu’on avait trouvé dans l’auge de l’écurie de son cousin Fiacre quand ses chevaux moururent. » (ibid., p. 183).

29 Lettres satiriques…, éd. citée, p. 83-84.

30 L.-B. de Gramond, L. III de l’Historiae Galliae ab excessu Henrici IV, publiée à Toulouse (« apud A. Colomerium ») en 1643, et traduit partiellement par D. Durand, La Vie et les sentiments de Lucilio Vanini, Rotterdam, 1717 [rééd. Elibron Classics, 2005, p. 195].

31 G. Naudé, Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie [1625], dans J. Prévot, Libertins du xviie siècle, Paris, Gallimard (Pléiade), t. I, 1999, p. 175.

32 Instruction à la France sur la vérité de l’histoire des Frères de la Roze-Croix, Paris, F. Julliot, 1623 [Paris, Gutenberg reprint, 1978]. Voir l’analyse de S. Houdard dans Les invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époque moderne, Paris, Les Belles Lettres, 2008, p. 27-44.

33 « […] un saint homme de grand esprit, / Enfant du bienheureux Ignace, / Disait en chaire et par écrit / Que j’étais mort par contumace, / Que je ne m’étais absenté / Que de peur d’être exécuté / Aussi bien que mon effigie, / Que je n’étais qu’un suborneur, / Et que j’enseignais la magie / Dedans les cabarets d’honneur. » (Requête de Théophile au Roy, éd. citée, v. 111-120, p. 154-155).

34 P. Pomponazzi, De incantationibus, 1567 ; Les Causes des merveilles de la nature, ou Les enchantements, H. Busson trad. et éd., Paris, Rieder, 1930.

35 Isaaci Casauboni de rebus sacris et ecclesiasticis exercitationes XVI, Londres, s. n., 1614.

36 « Vanini fut conduit à l’Audience, et étant sur la sellette, on l’interrogea sur ce qu’il pensait de l’Existence de Dieu ? Il répondit qu’il adorait avec l’Église un Dieu en trois personnes, et que la Nature démontrait évidemment l’existence de la Divinité. Ayant par hasard aperçu une paille à terre, il la ramassa, et, étendant la main, il parla à ses juges en ces termes : “Cette paille me force à croire qu’il y a un Dieu […]” et ayant fini son Discours sur la Providence, il ajouta : “le grain jeté en terre semble d’abord détruit et commence à blanchir ; il devient vert et sort de terre, il croît insensiblement ; les rosées l’aident à s’élever, la pluie lui donne encore plus de force ; il se garnit d’épis dont les pointes éloignent les oiseaux, le tuyau s’élève et se couvre de feuilles ; il jaunit et s’élève plus haut ; peu après il commence à baisser, jusqu’à ce qu’il meure : on le bat dans l’aire et la paille ayant été séparée du grain, celui-ci sert à la nourriture des hommes, celles-là est donnée aux animaux créés pour l’usage du genre humain.” Il concluait de tout ce Discours que Dieu était l’Auteur de toutes choses. » (L.-B. de Gramond, La Vie et les sentiments de Lucilio Vanini, éd. citée, p. 188-191 ; je modernise la grahie).

37 « Huit jours durant je charpentai, le rabotai, je collai, enfin je construisis la machine que je vais vous décrire. […] Le geôlier, ni ses guichetiers, ne montaient jamais à ma chambre, qu’ils ne me recontrassent occupé à ce travail ; mais ils ne s’en étonnaient point, à cause de toutes les gentillesses de mécanique qu’ils voyaient dans ma chambre, dont je me disais l’inventeur. » (Les États et Empires de la Lune et du Soleil, éd. citée, p. 203-205).

38 Lettres satiriques…, éd. citée, p. 79.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search