Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

La part de l’ombre : une diabolique équivoque

À propos de La Peseuse d’or, de David III Rijkaert, et de Scène de magie noire, de Louis Cretey

Marie Gautheron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

David III Rijckaert, La Peseuse d’or, dit aussi L’Avarice, huile sur bois, 36 x 30 cm, musée des Beaux-Arts de Lyon.

Image

Louis Cretey, Scène de magie noire ou Bacchanale, huile sur toile, 1886-1890, musée des Beaux-Arts de Lyon, Photo Alain Basset.

Image

Le drap rouge de son corsage attire d’emblée notre regard1 : vivement colorée, les traits précisément dessinés, une vieille femme sort de l’ombre, cadrée à mi-corps et légèrement penchée au-dessus de la planche qui barre le champ du tableau. Sa coiffe et son col blancs encadrent un visage marqué par l’âge : front dégarni et luisant, nez et paupières rougis, cou fripé. Au plus près de nous, elle ne nous regarde pas. Absorbée par sa tâche, elle tient de la main droite une légère balance dont le plateau chargé d’un poids s’élève, tandis que s’abaisse le plateau gauche où brille une pièce d’or, et que de l’autre main, elle manipule des pièces. À sa droite, une boîte de poids monétaires et, grand ouvert sur elle, un livre de compte ; à sa gauche, un...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540