Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

1. Histoire des limites et savoirs des frontières, du Moyen Âge aux Lumières

Amour, poésie, savoir, une alliance conflictuelle ? Du Roman de la Rose au Livre des échecs amoureux moralisés (xiiie-xve siècles)

Michèle Gally

En souvenir nostalgique du LIDISA et en hommage à Nicole, sa fondatrice et son animatrice

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Somme à la fois poétique et savante au travers de la bipartition entre ses deux auteurs, Le Roman de la Rose est de diverses manières un texte double. Jean de Meun, continuateur critique de Guillaume de Lorris, prétend dépasser, aux deux sens du terme – se montrer supérieur et aller au-delà –, à la fois la tradition élégiaque latine et la tradition troubadouresque médiévale portée par son prédécesseur. Quand Amour s’adresse à ses troupes qui vont assaillir le château de Jalousie qui garde la Rose, il mentionne la mort des poètes latins et celle de Guillaume de Lorris, inconnu jusqu’à ces vers, mais la naissance de Jean Chopinel, c’est-à-dire du second auteur, Jean de Meun. Le deuxième Roman de la Rose, plus que continuation d’une œuvre inachevée, signe la mort de l’énonciation poétique ancienne nécessaire pour que s’édifie un nouveau discours qui sera conclusif :

Puis voudra si la chose espondre (expliquer)
Que riens ne s’i porra repondre (ne pourra rester caché)1

La nouvelle manière s...

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540