Version classiqueVersion mobile

« Raconter d’autres partages ». Littérature, anthropologie et histoire culturelle

Nicole Jacques-Lefèvre

Texte intégral

  • 1 En ce qui concerne les références bibliographiques, nous conservons le nom sous lequel Nicole Jacq (...)

1Née à Paris le 7 juin 1946, d’un père ouvrier du livre, tout juste revenu d’un camp de prisonniers, et d’une mère couturière, Nicole Jacques-Lefèvre fait ses études au lycée Edgar Quinet, avant de passer l’année 1963-1964 au lycée Fénelon en classe préparatoire, et d’intégrer l’ENS de Fontenay-aux-Roses, où elle est élève d’octobre 1964 à septembre 1969. Elle participe activement aux événements de mai 1968, et c’est la même année qu’elle obtient l’agrégation de Lettres modernes.1

2Elle épouse en 1969 Patrick Chaquin, chimiste cloutier qu’elle a connu au sein de la troupe théâtrale des ENS, l’Aquarium, où elle a interprété Ghelderode et Musset. Elle en divorce en 1977, et rencontre quelques années plus tard, lors d’un voyage à Cuba et au Mexique, Dominique Lefèvre, instituteur à Reims, dont elle a une fille en 1988, et qu’elle épouse en 1999.

3Elle est nommée en octobre 1969 assistante de littérature comparée à la Faculté des lettres de Dijon, avant de revenir à Fontenay, en littérature française du xviiie siècle, en octobre 1974. Elle continuera néanmoins à assurer les cours d’agrégation de littérature comparée jusqu’au départ de Michèle Duchet. Elle est inscrite en thèse avec Jean Fabre sur les théories du langage chez Louis-Claude de Saint-Martin, mais soutiendra sous la direction de Georges Benrekassa son doctorat d’État Le théosophe et la sorcière, deux imaginaires du monde des signes. Études sur l’illuminisme saint-martinien et sur la démonologie. Elle est nommée en 1985 maître de conférences puis, après sa soutenance, professeur en 1996.

4C’est que dans l’intervalle elle s’est passionnée, à la suite d’un séminaire sur la littérature fantastique, pour la « sorcière démoniaque », ce personnage étrange né, entre le xve et le xviiie siècle, des réflexions érudites et des élaborations fantasmatiques de savants théologiens et juristes. Il était tentant de redonner la parole ces « absents de l’histoire », dont Michel de Certeau signalait naguère la mise à l’écart des discours officiels du savoir.

5Elle anime donc sur ce thème un séminaire à Fontenay puis à l’EHESS, dirige un numéro des Cahiers de Fontenay. Et fonde enfin à l’ENS, en collaboration avec le seizièmiste Jean Céard et le spécialiste de l’image Maxime Préaud, une équipe de recherche pluridisciplinaire sur la sorcellerie et ses discours. L’équipe organisera en 1992 un colloque international sur le Sabbat des sorciers, et publiera des éditions critiques de nombreux textes.

6Elle a donc réuni dans sa thèse sorcellerie et illuminisme, ces deux « objets » déjà bien sûr identifiés dans le champ du discours littéraire, ou plus généralement de l’histoire des idées, mais qui n’en restaient pas moins l’un et l’autre largement insolites, mal connus, relégués depuis l’époque des Lumières du côté de l’obscurantisme, d’une bizarre hérésie, voire de la pathologie, selon l’origine du discours critique.

7Ces textes, parfois devenus illisibles, voire que d’aucuns, en France surtout, jugeaient encore peu sérieux, et ne méritant guère l’attention des chercheurs, lui semblent en effet particulièrement instructifs. Leur étroite implication avec les champs culturels de leurs époques, l’importance des débats qu’ils mettaient en jeu, en font des lieux d’étude passionnants, et susceptibles de permettre de nuancer certaines visions simplistes de l’histoire et de l’histoire littéraire traditionnelles. Leur point de vue particulier éclaire, comme de biais, certaines évidences ou au contraire certaines zones d’ombre, certains non-dits des discours officiels. Ils permettent de réfléchir à des configurations textuelles particulières, à la relation à l’imaginaire particulier ou collectif d’écritures qui se donnent comme théoriques. Au-delà d’un discours officiel de la littérature, il s’agit d’aller voir un peu ailleurs, du côté d’autres champs du savoir, sans pour autant négliger la réapparition, dans ces mêmes textes, de préoccupations d’écrivains, voire de créations poétiques ou fictionnelles.

8Sa réflexion sur ces ensembles de discours la conduit à fonder en 1998 à l’ENS le Centre de recherche LIDISA (Littérature et Discours du savoir), UPRES-EA, qu’elle dirigera jusqu’en 2000, et qui produira plusieurs publications.

9Ayant choisi alors de ne pas suivre l’ENS à Lyon, elle est élue à l’UPJV d’Amiens où elle reste trois ans. Elle y dirige des séminaires sur L’écriture et la représentation de l’histoire au xviiie siècle, ainsi que sur Rêve et rêverie de la Renaissance aux Lumières, et crée, avec la seiziémiste Anne-Pascale Pouey-Mounou, une préparation à l’agrégation de Lettres modernes. Avec la même collègue, et dans la continuité de la réflexion du centre LIDISA, elle organise et publie un colloque sur Sottise et ineptie de la Renaissance aux Lumières, qui trouvera une suite à Nanterre. Elle rejoint en effet en 2003 l’Université de Paris X-Nanterre. Elle y dirige entre autres un séminaire sur La représentation de l’écriture au xviiie siècle, et crée, en collaboration avec Marie Leca-Tsiomis, une équipe de recherches sur Écriture, identité, anonymat de la Renaissance au xviiie siècle, donnant lieu à deux colloques publiés. Elle prend sa retraite en 2007.

Notes

1 En ce qui concerne les références bibliographiques, nous conservons le nom sous lequel Nicole Jacques-Lefèvre a publié les articles et les volumes dont elle est l’auteur jusqu’en 1999.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search