Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Logique, mathématiques, langue universelle

 | 
Louis Couturat

Troisième partie: 1906-1917

ARTICLE 34

Sur la structure logique du langage

Bulletin de la Société française de philosophie, 1912, séance du 25 janvier, p. 47-84.

Note de l’éditeur

L’occasion d’une présentation de ses thèses sur le langage en général et sur la formation d’une langue auxiliaire internationale a été donnée à Couturat par cette séance de la Société française de philosophie. La richesse de la discussion, à laquelle ont participé les plus éminents linguistes de l’époque, Antoine Meillet et Joseph Vendryes, atteste l’intérêt qui était porté au sujet.

Couturat, dans le texte d’annonce de la séance, a donc pu donner une formulation particulièrement claire de ses trois thèses principales : existence d’une grammaire générale, correspondance entre catégories grammaticales, à ce niveau de généralité, et catégories logiques, possibilité d’exploiter cette correspondance comme base de la construction d’une langue artificielle. Au principe de ces trois thèses, on retrouve la caractérisation essentielle de la fonction du langage : « Le langage est, somme toute, l’expression la plus usuelle et la plus complète de la pensée ». À partir de là, Couturat avait beau jeu de rappeler l’esprit originel de la création tant de la Société française de philosophie que de la Revue de Métaphysique et de morale : « Le rapprochement de la philosophie et des sciences, de quelque manière que l’on conçoive ce rapprochement, et quelles que soient les conclusions doctrinales qui puissent en résulter. » L’importance philosophique de la question du langage, qui appelle pour lui donner sa juste place une réforme des programmes d’enseignement de la philosophie [Article 37], doit être désormais approchée à la lumière qu’apporte ces deux nouvelles sciences que sont la linguistique avec la réhabilitation de la grammaire générale, et la logique renouvelée par la logistique.

Texte intégral

1M. COUTURAT, se référant à un article publié sous le même titre dans la Revue de Métaphysique et de Morale de janvier 1912 [Article 33], désire appeler l’attention de la Société sur la concordance des résultats obtenus : 1par l’étude comparée des langues humaines, au point de vue de leur morphologie et des catégories grammaticales (cours de M. Meillet au Collège de France) ; 2par les recherches de logique moderne ou logistique sur les formes des propositions ; 3par les « travaux pratiques » effectués en vue de l’élaboration d’une langue internationale auxiliaire (l’Ido) répondant aux besoins de la science et de la logique.

2Il est impossible de résumer ici ces résultats, déjà très sommairement exposés dans l’article cité. Mais (une fois qu’ils seront bien établis et acceptés d’un commun accord par les linguistes et les logiciens) on pourra en tirer des conséquences d’un grand intérêt.

31° Il existe une grammaire générale, dont les « catégories » fondamentales sont communes à toutes les langues humaines, et se dégagent de leur étude objective et comparative ; elles diffèrent entre elles par les degrés divers d’évolution auxquels elles sont respectivement parvenues, et par les procédés matériels qu’elles emploient pour exprimer les dites catégories.

42° Il est probable que ces catégories grammaticales, en vertu de leur généralité même, correspondent en quelque mesure aux catégories logiques, de sorte que toute recherche positive de celles-ci doit désormais s’appuyer sur les données de la linguistique, c’est-à-dire sur la grammaire générale susdite.

53° Il est possible de constituer, sur la base de cette grammaire générale, une langue artificielle infiniment plus simple et plus régulière que les langues naturelles, en appliquant systématiquement le principe d’uniformité, qui se manifeste dans l’évolution de nos langues, mais dont l’application y est troublée ou retardée par une foule d’influences conservatrices ou perturbatrices. Une telle langue n’est pas contraire à l’esprit des langues naturelles ; elle ne fait que réaliser et pousser à bout une de leurs tendances fondamentales, celle qu’on peut qualifier de logique par excellence. Elle a non seulement l’avantage pratique d’être « la plus facile pour le plus grand nombre d’hommes » (Jespersen), et par suite de servir d’interprète international à toutes les classes sociales ; mais encore l’avantage théorique de fournir à la pensée scientifique (et même philosophique) une expression plus pure, plus précise et plus parfaite qu’aucune langue naturelle.

Discussion1

  • 1 Présents à cette séance MM. Beaulavon, Brunschvicg, Couturat, Cresson, Delacroix, Delbos, Drouin, H (...)

6M. COUTURAT. — Je m’efforcerai d’être bref, pour réserver le plus de temps possible à la discussion ; car nous ne devons pas oublier que nos séances ne sont pas des conférences, mais des discussions. Je n’ai pas, je pense, à justifier le choix du sujet, ni à expliquer la présence de linguistes parmi nous. L’une des fins principales de la Société, comme de la Revue de Métaphysique, est le rapprochement de la philosophie et des sciences, de quelque manière que l’on conçoive ce rapprochement, et quelles que soient les conclusions doctrinales qui puissent en résulter. Nous avons déjà eu l’occasion d’entendre ici des savants éminents de divers ordres ; nous serons heureux d’écouter des représentants de l’école linguistique française, et nous les remercions d’avoir bien voulu répondre à notre invitation. Nous voudrions établir une confrontation et une liaison entre la linguistique et la logique. Personne ne peut s’en étonner. Le langage figure dans nos programmes ; mais il n’y occupe qu’une place infime, et pour ainsi dire sacrifiée ; c’est là un fait étrange et bien regrettable. Car le langage est, somme toute, l’expression la plus usuelle et la plus complète de la pensée. On ne saurait exagérer la relation intime qui existe entre la pensée et son expression verbale ; il est donc nécessaire de faire une grande place à la théorie du langage dans nos cours et de la mettre en harmonie avec la logique. La logistique a renouvelé nos théories logiques ; il faut de même mettre notre théorie du langage au courant de la science ; et pour cela, il faut évidemment faire appel à la linguistique, et mettre notre logique d’accord avec les enseignements de la linguistique. Outre cet intérêt purement théorique et philosophique, nous avons à cela un intérêt pédagogique. Nos élèves ont fait six ou sept ans d’études de langues et de grammaire. N’est-il pas évident que notre enseignement doit se relier et s’harmoniser avec les connaissances élémentaires de philologie qu’ils ont ainsi acquises, et ne serait-il pas fâcheux qu’il reste étranger, ou même contraire, à toute leur éducation antérieure ? Il importe donc beaucoup, à ce point de vue pratique, que les philosophes mettent leurs théories et leur terminologie d’accord avec celles des grammairiens : car il ne saurait y avoir conflit entre la grammaire et la logique. En esquissant les rudiments d’une grammaire générale, mon ambition a été surtout de fournir à nos collègues la matière d’une ou deux leçons, ou du moins, de les inviter à chercher cette matière dans les travaux des linguistes. Je serais amplement satisfait, si la séance d’aujourd’hui pouvait donner une impulsion à ces recherches et à cet enseignement.

  • 2 [Otto Jespersen (1860-1943) était professeur d’anglais à l’université de Copenhague. Engagé dans la (...)
  • 3 [Voir Article 32, note 8.]

7Vous savez comment j’ai été amené à ce genre d’études : c’est par mes travaux relatifs à la Langue internationale de la Délégation, qu’on nomme l’Ido. Celte langue, destinée à faciliter les relations internationales entre hommes de toutes nations et de toutes classes, est dominée par une préoccupation toute pratique, que M. Jespersen2, notre savant collaborateur, a résumée dans la formule suivante : La meilleure langue internationale est celle qui offre le plus de facilité au plus grand nombre d’hommes. Cette recherche de la plus grande facilité a inspiré tous nos travaux, et aussi ceux de nos précurseurs : car l’Ido n’est que l’aboutissement d’une longue série de tâtonnements empiriques plus ou moins heureux, le fruit de l’étude comparative et critique de plus de cent projets anciens ou modernes. Pour le vocabulaire, le principe du maximum de facilité conduit immédiatement au principe du maximum d’internationalité : pour chaque idée on adopte la racine la plus internationale, c’est-à-dire, connue du plus grand nombre d’hommes (de civilisation européenne, car c’est dans ce domaine que la L.I. doit avant tout servir). Mais pour la grammaire, le maximum de facilité est moins aisé à définir : il ne consiste plus dans l’internationalité, qu’on peut évaluer par la statistique ; il implique des considérations de simplicité, de régularité, d’analogie, en un mot, des conditions logiques qu’on ne peut pas déterminer mathématiquement, et qui parfois se contrarient. Certains inventeurs, en poussant trop loin des vues théoriques trop unilatérales et a priori, ont complétement fait fausse route : tel est par exemple M. Peano, qui a fait à la L.I. une application tout à fait malencontreuse de ses théories logiques, en concevant le Latino sine flexione, et en formulant ce principe (dans son jargon) : Grammatica minimo es grammatica nullo3. Le peu que je sais de linguistique me permet de dire que c’est là une prétention absurde. Il n’y a pas, il ne peut pas y avoir de langue sans une grammaire, si simple, si rudimentaire qu’elle soit. Car il faut bien combiner les mots d’une manière quelconque pour former des phrases qui aient un sens : or l’ensemble des règles ou procédés par lesquels on combine les mots, ce n’est pas autre chose que la grammaire. Nous (Idistes) avons procédé plus prudemment, plus empiriquement : nous avons dégagé des langues européennes les catégories et relations qui nous ont paru essentielles, et nous leur avons assigné comme expression des formes absolument régulières (au total, une douzaine de flexions). Par exemple, nous avons un pluriel (avec un signe uniforme) ; trois temps principaux pour les verbes ; etc. (toutes choses que M. Peano voudrait supprimer, pour « simplifier »). Pratiquement, ce système grammatical est très satisfaisant, et a fait ses preuves : des ouvriers se l’assimilent très aisément et très vite, en n’importe quel pays, et s’entendent fort bien, d’un bout de l’Europe à l’autre. D’autre part, ce mécanisme grammatical, si simple qu’il soit, permet de traduire des textes même très ardus de n’importe quelle langue européenne avec une précision suffisante, et souvent supérieure à celle d’une autre langue vivante. Cela suffit, au point de vue de l’usage pratique de la L.I. Mais, pour le philosophe, une question subsiste : Quelle est la valeur logique de cette grammaire, et quel en est le degré de généralité ? Est-ce simplement une grammaire européenne, ou a-t-elle une valeur universelle ? Et cette question a même une portée pratique ; car on nous objecte : Votre langue réussit chez les Européens, c’est fort bien ; mais quand il s’agira de la faire apprendre aux Chinois et aux Japonais, qui vous dit qu’elle ne leur présentera pas des difficultés insurmontables, qu’elle ne sera pas absolument étrangère pour eux, contraire à leurs habitudes d’esprit et à la « logique » spéciale de leurs langues ? À de telles objections, seule la linguistique peut répondre.

  • 4 [Cf. Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 95sq.]

8Elle est aussi nécessaire pour répondre à d’autres objections, d’ordre intrinsèque. Car il faut savoir que (fait unique dans l’histoire de la L.I., où chaque auteur apportait sa langue comme un système complet, définitif, « intangible », comme une sorte de révélation ou de convention) l’Ido est soumis depuis quatre ans, dans notre revue Progreso, à la discussion la plus libérale et la plus approfondie, de la part des gens compétents… et même des autres. Or on nous a fait des questions ou des objections comme celles-ci : « Pourquoi avez-vous un article défini ? (on devine que cette objection vient des Russes, qui, n’ayant pas l’article dans leur langue, ne comprennent pas l’utilité de ce mot, et ont beaucoup de peine à en apprendre l’usage correct). Pourquoi n’avez-vous pas de distinction grammaticale des genres, comme presque toutes nos langues ? Pourquoi formez-vous synthétiquement les temps passés, au lieu d’employer l’auxiliaire avoir, comme toutes les langues germaniques et romanes ? » Etc., etc. : je ne cite ces questions qu’à titre d’exemples. Eh bien ! pour y répondre, il faut s’adresser à la linguistique ; et je m’empresse d’ajouter que la linguistique y répond d’une manière très décisive, qui justifie complétement l’Ido. Qu’est-ce à dire, sinon que pour justifier (au point de vue théorique) notre grammaire toute empirique, il fallait la confronter avec une grammaire générale ou philosophique. Mais où la trouver ? Depuis plus d’un siècle, à la suite des essais très superficiels faits au XVIIIe siècle avec des données logiques et philologiques insuffisantes4, la grammaire générale est tombée dans un discrédit complet, et les linguistes s’en sont abstenus systématiquement. Ç’a donc été pour nous une véritable bonne fortune que de voir annoncer, sur l’affiche du Collège de France, un cours de grammaire générale. Ce cours, je l’ai analysé de mon mieux en sept articles de la revue Progreso, en Ido (juillet 1911 à janvier 1912). Je l’ai résumé dans mon article de la Revue de Métaphysique [Article 33], ou plutôt j’en ai extrait les principales idées, en les transposant dans le langage philosophique. C’est à lui que vous devez la séance d’aujourd’hui. C’est là que j’ai trouvé la réponse à toutes les questions relatives à la grammaire de la L.I., auxquelles j’ai fait allusion, et la justification de cette grammaire dans ses traits essentiels. Par exemple : il faut un article défini, parce que toutes les langues tendent à en acquérir un, à mesure qu’elles se « civilisent » : c’est ainsi que toutes les langues issues du latin s’en sont formé un, d’une manière indépendante, alors que la langue-mère n’en possédait pas. La distinction grammaticale des genres n’appartient qu’à un petit nombre de langues, et n’y correspond à aucune classification logique ; elle est donc une exception au point de vue linguistique, et la L.I. peut et doit en faire l’économie. La formation des temps passés au moyen de l’auxiliaire avoir est un pur accident de quelques langues, et n’a aucune valeur générale, aucune signification logique ; et ainsi de suite. Tels sont les services que la grammaire générale peut rendre à la L.I. Et pourquoi ? parce que cette grammaire générale repose sur l’enquête la plus complète et la plus objective, sur la comparaison de toutes les langues humaines, des plus barbares aux plus civilisées. Il s’en dégage les « catégories grammaticales » vraiment universelles et essentielles ; et il en ressort cette conclusion très importante, que si leurs moyens d’expression sont extrêmement variés dans les diverses langues, les catégories elles-mêmes sont relativement universelles. Il existe donc une grammaire générale, au sens le plus objectif, c’est-à-dire une grammaire commune à toutes les langues, donc à tous les esprits.

  • 5 [Voir Article 32, note 2.]

9La concordance entre cette grammaire générale et la grammaire de l’Ido est un fait dont on ne peut juger que quand on connaît l’Ido. Mais elle ne fait que traduire ou refléter une autre concordance qui intéresse directement la philosophie : c’est la concordance entre les tendances de l’évolution linguistique et les tendances logiques de l’esprit. En effet, quand on suit l’évolution des catégories grammaticales, on constate qu’elles tendent toutes vers plus de simplicité, de généralité et d’abstraction. C’est une loi générale que M. Lévy-Bruhl a fort bien exposée dans son ouvrage : Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures5. Je rappellerai seulement un exemple. Prenons la catégorie de nombre. Dans les langues inférieures, chez les peuplades sauvages, on a au moins trois nombres et même parfois quatre : un singulier, un duel, un triel (indiquant 3, 4 ou 5 objets) et enfin un pluriel, pour les groupes plus nombreux. Cela vient de ce que ces peuples ont une forme de pensée concrète : chacune de leurs expressions correspond à une représentation complexe et particulière ; par exemple (op. cit., p. 167) on a des expressions différentes pour dire chasser, suivant qu’on chasse debout, assis, ou couché, etc. On n’a pas l’idée générale de chasser, abstraite des circonstances de cet acte : on voit le sujet qui chasse dans une position définie, et on le peint en quelque sorte dans cette position. L’expression traduit la perception complète dans son intégrité et sa complexité. À mesure que les langues se civilisent, c’est-à-dire que l’esprit acquiert plus de puissance logique, les notions deviennent plus abstraites, et par suite plus simples. C’est ainsi que le nombre se réduit à deux catégories : le singulier et le pluriel. Et c’est, d’après M. Meillet, un fait absolument général, qui concorde avec le progrès dans la civilisation. Il en est de même pour les autres catégories ; je ne cite que l’exemple le plus frappant. Ainsi toutes nos langues tendent à simplifier de plus en plus les catégories grammaticales, précisément comme le fait l’Ido.

  • 6 [Voir Article 31, note 5.]

10Cette concordance se manifeste encore autrement, et d’une manière éclatante. L’un des deux principes généraux de révolution linguistique est selon M. Meillet, le principe de régularité ou d’uniformité : Toute fonction grammaticale tend à s’exprimer par une seule et même forme. Or c’est là le principe d’univocité, que M. Ostwald6 a formulé, et que nous appliquons constamment en Ido : Chaque notion ou relation doit s’exprimer toujours par le même signe. Ce principe d’univocité est plus général, puisqu’il s’applique au vocabulaire et à la dérivation (aux affixes) comme à la grammaire ; mais dans le domaine grammatical il coïncide avec le principe de régularité. Il est vrai que celui-ci se combine et se heurte, dans les langues naturelles, à un autre principe, qui est le principe de conservation (son nom le définit suffisamment). Celui-ci, qui représente la force de l’habitude et de la tradition, s’oppose à l’application systématique du principe de régularité, il la trouble, la complique, et l’empêchera sans doute toujours de se réaliser pleinement. Les langues vivantes sont le produit de l’interférence de ces deux principes. Mais c’est une raison de plus pour appliquer le premier principe, qui exprime le besoin logique de l’esprit, dans une langue artificielle, où l’on est affranchi de toutes les servitudes qui s’appellent usage, tradition, littérature, etc. Nous ne faisons que pousser à bout une des tendances fondamentales des langues naturelles : on ne peut donc pas les opposer à la langue artificielle : celle-ci marche dans le même sens, et ne fait qu’anticiper le résultat final ou idéal de leur évolution.

  • 7 [Il s’agit toujours de l’Article 32]
  • 8 [Selon la conception de Franz Bopp et d’autres.]
  • 9 [« L’esprit met en mouvement la masse matérielle », Virgile, Énéide, VI, v. 727.]
  • 10 [Voir Article 31, note 1 et note 7.]

11Ainsi la linguistique ne fait que confirmer les résultats des recherches empiriques qui ont abouti à la constitution de la L.I. sur la base du principe d’univocité. Je tiens, à ce propos, à expliquer la conclusion de mon mémoire du Congrès de Bologne7. J’ai dit que dans l’élaboration de la L.I. c’est à la logique, et non à la linguistique, qu’appartient le dernier mot. Je n’ai évidemment pas voulu soulever une vaine querelle de préséance entre les deux sciences. J’ai simplement voulu rappeler cette vérité banale, que la logique est science normative, tandis que la linguistique est science de faits, et ne peut pas juger l’excellence relative des langues sans faire intervenir, précisément, des critères d’ordre logique, sans les considérer par rapport à la pensée dont elles sont ou doivent être l’expression. Il y a des linguistes qui se laissent absorber par le détail, par les anomalies et par les particularités de nos langues. Cette tendance a engendré une sorte d’idolâtrie du fait ; et sans doute, tous les faits linguistiques ont leur intérêt, leur raison d’être et leur explication, ce qui ne veut pas dire, vous le savez, leur justification au point de vue logique. Pendant longtemps a régné en linguistique une conception romantique et quasi mystique, qui considérait les langues comme des organismes évoluant indépendamment et presque en dehors de l’esprit, et qui aboutissait à une sorte d’adoration servile de cette évolution aveugle et fatale. Mais les linguistes modernes ont réintégré l’esprit dans leur science, ils ont reconnu qu’il a une part dans la direction de l’évolution ; la langue n’est pas un « être vivant » mystérieux et transcendant8, mais, après tout, un instrument de la pensée, qu’elle s’efforce de modeler et de modifier à son usage et suivant ses besoins. C’est ce qui explique que l’évolution des langues obéisse à une tendance logique, si obscure et si inconsciente qu’elle puisse être. Supposons que la linguistique nous montre, tout au contraire, que les langues évoluent fatalement vers la complication et l’irrégularité, et que leur illogisme est incurable. Cela ne porterait aucune atteinte à l’œuvre de la L.I., ce serait plutôt pour elle un encouragement. Car, de même que le spectacle des crimes, des injustices et des vilenies qui se commettent chaque jour ne saurait diminuer, chez des philosophes, leur respect, leur foi et leur zèle pour la loi morale, de même, la constatation de l’illogisme universel et irrémédiable de nos langues naturelles ne pourrait que nous inciter davantage à réaliser dans une langue artificielle les postulats logiques de l’esprit. S’il en était ainsi, nous dirions : « Tant pis ! » et nous nous passerions du concours de la linguistique. Mais puisque, au contraire, la linguistique elle-même nous révèle, au sein de nos langues, une tendance essentiellement logique à la régularité ; puisque le tableau qu’elle nous trace de leur évolution nous montre en quelque sorte partout l’esprit humain à la recherche de moyens d’expression toujours plus logiques, de sorte qu’on pourrait donner à cette évolution la fameuse devise : « Mens agitat molem »9, nous avons le droit de constater avec satisfaction cette concordance entre nos aspirations et celles qui animent inconsciemment toutes les langues humaines : nous avons le droit de reconnaître en elles l’œuvre de l’esprit logique ; et cela confirme et justifie nos travaux à l’égard de ceux qui nous reprocheraient de faire une œuvre artificielle, contre nature, et par suite vaine ou chimérique. L’illustre linguiste Schuchardt a cité ce mot profond10 : « Ce que la langue voulait, les langues l’ont détruit. » Nous pourrions dire, dans le même sens : « Ce que les langues veulent, nous le réalisons. »

12M. MEILLET. — Je n’ai rien à dire sur la partie linguistique de l’article de M. Couturat, et il me serait difficile de la critiquer, car, comme il l’a dit, il y a pris pour base mon cours, et je ne puis guère me critiquer moi-même à si peu d’intervalle. J’aborderai donc tout de suite les trois conclusions contenues dans la note qui nous est soumise. Sur la troisième, qui concerne la L.I., je dois dire que je n’ai pas fait une étude spéciale et approfondie des diverses langues artificielles ; mais je suis convaincu qu’il est possible d’en élaborer une qui soit pratiquement utilisable, en s’inspirant du développement linguistique. Si l’on y réalise d’emblée le maximum de régularité, et si l’on peut instituer une autorité conservatrice qui réprime tout écart, il n’y a pas de raison pour qu’une telle langue ne soit pas durable et stable, comme le sont dans une large mesure les langues de civilisation telles que le français ou l’anglais, — Sur la deuxième conclusion (analogie ou parallélisme des catégories grammaticales et logiques) je dois me récuser ; c’est aux logiciens qu’il appartient d’en juger. Reste la première conclusion, â savoir, qu’il existe une grammaire générale. Cela me semble résulter du cours que M. Couturat a résumé.

  • 11 [L. Couturat et L. Leau, Histoire de la langue universelle, Paris, Alcan, 1903.]
  • 12 [L. Couturat, Étude sur la dérivation en Esperanto, Brodard, Coulommiers, 1907.]

13Les relations entre la linguistique et la logique ont été rompues au commencement du XIXsiècle, et cela, pour le plus grand bien de la linguistique. Au XVIIIsiècle, on avait essayé d’édifier une grammaire générale sur des données linguistiques insuffisantes, et sur des théories logiques très pauvres. De la stérilité de ces essais, les linguistes ont conclu qu’il fallait se défier et s’abstenir de toute logique, et qu’il fallait étudier les faits sans aucun préjugé logique. Leur attitude à cet égard a un peu changé depuis quelques années, et cela, en partie grâce aux philosophes. Par exemple, dans l’Histoire de la Langue universelle11, MM. Couturat et Leau ont montré qu’il y avait une véritable évolution de la langue auxiliaire, et sous l’influence de motifs logiques ; en même temps, cette évolution dégageait les éléments communs aux langues européennes. Dans son Étude de la dérivation12, M. Couturat a montré comment on peut constituer une dérivation qui, tout en satisfaisant aux principes logiques d’univocité et de réversibilité, est tout à fait analogue à la dérivation de nos langues (à la régularité près). D’autre part, M. Lévy-Bruhl, dans un livre extrêmement instructif, a montré que les peuples faiblement civilisés, c’est-à-dire ceux à qui nous devons nos langues, ont en partie une autre logique que nous. Tout cela a montré aux linguistes qu’il y avait lieu de déterminer les catégories d’une logique plus souple et plus complexe que la logique classique, qu’ils tenaient en juste défiance. J’ai entrepris mon cours sans aucune idée préconçue, et en le commençant, je ne prévoyais pas la conclusion à laquelle j’aboutirais, à savoir l’existence de catégories grammaticales à peu près universelles. Je dois faire des réserves sur le compliment que m’adressait M. Couturat : je connais surtout les langues indo-européennes ; il est vrai que ce sont celles qui offrent la plus longue période historiquement connue. Pour les autres largues j’ai dû m‘en rapporter aux ouvrages spéciaux ; mais un certain nombre de ces langues ont été étudiées et analysées avec assez de méthode pour servir de base à des comparaisons et à des conclusions sûres.

14Et d’abord, il y a toujours, en toute langue, quelques catégories grammaticales. Si M. Peano a cru pouvoir se passer de toute catégorie et de toute grammaire, il est dupe d’une illusion : il peut supprimer toutes les flexions ; mais il ne supprime pas les particules qui lient les mots, il ne peut surtout pas supprimer l’ordre même des mots, et il lui attribue sans s’en douter un sens grammatical, le même, apparemment, qu’en italien ou en français. Une phrase aussi simple que « Pierre bat Paul » n’a pas de sens, rigoureusement parlant, si l’on ne sait pas que le sujet précède et que le régime suit le verbe. Or l’ordre seul des mots suffit à constituer une grammaire. Il n’y a pas de langue sans quelque grammaire, au moins rudimentaire. Il faut que le rôle respectif des mots dans la phrase soit indiqué.

15Ce qui ressort de l’enquête que j’ai faite, c’est que ce qui diffère profondément, d’une langue à l’autre, c’est la forme concrète des signes grammaticaux ; mais les fonctions grammaticales qu’ils expriment sont beaucoup moins diverses qu’on n’est au premier abord tenté de le croire. Si donc, au lieu de s’attacher aux formes, on recherche les fonctions, on est amené à constater l’identité d’un grand nombre d’entre elles dans beaucoup de langues, et à dégager certaines fonctions très générales. Naturellement, il y a des catégories presque universelles, et d’autres qui le sont beaucoup moins. En voici des exemples.

16La distinction du nom et du verbe est très générale. Très forte dans nos langues indo-européennes, elle est sans doute moins marquée dans d’autres, mais elle existe et se manifeste presque dans toutes ; même en chinois, où le nom et le verbe ne se distinguent pas formellement, où souvent le même mot est à volonté nom ou verbe, les deux fonctions se distinguent par l’ordre des mots : le complément de nom se place en avant, le complément de verbe, après. Il semble donc qu’il y ait là un élément naturel du langage : c’est la distinction des choses (exprimées par les noms) et des faits ou procès (exprimés par les verbes).

17De cette distinction résulte la distinction des phrases verbales et des phrases nominales, et celle-ci aussi est très générale, bien que peu apparente dans la plupart des langues européennes modernes. « Pierre vient », est une phrase verbale ; « Pierre bon », est une phrase nominale. Ces deux types sont profondément distincts dans une foule de langues ; la phrase nominale ne contient nécessairement aucun verbe, et n’en a pas besoin. Elle se trouve à son état pur en russe, par exemple, où on dit : dom nov (maison neuve) pour « la maison est neuve » ; et ce qui distingue cette phrase de l’expression « maison neuve », où « neuve » est épithète, ce n’est pas le verbe (il n’y en a pas), mais la forme de l’adjectif. Cela montre à quel point l’ancienne logique allait au rebours de la linguistique : elle enseignait que le verbe « être » est la racine logique de tous les autres, qu’il est la copule de toutes les propositions ; et la linguistique montre, au contraire, qu’il est le dernier venu des verbes, et qu’il a été créé à l’imitation des autres verbes, pour assimiler la phrase nominale à la phrase verbale.

18Il y a une autre constatation importante. Les catégories grammaticales diffèrent sans doute, et grandement, d’une langue à l’autre, mais elles évoluent toutes dans un sens commun et bien défini. C’est ce que montre l’exemple du nombre. Les langues primitives ont des catégories multiples et concrètes ; les langues civilisées ont des catégories plus abstraites. Dans plusieurs grandes familles de langues, on a commencé par avoir trois nombres : le singulier, le duel et le pluriel. Cela signifie qu’on avait une idée concrète du groupe de « deux » objets, comme distinct du groupe de « plusieurs » ; on n’était pas parvenu à l’abstraction qui oppose l’unité à la pluralité en général. Or toutes les langues qui avaient le duel l’ont perdu à mesure qu’elles se civilisaient. L’indo-européen commun, le sémitique commun, le finno-ougrien possédaient les trois nombres. Eh bien ! le grec a perdu le duel à l’époque historique : en ionien, très tôt, car c’était le dialecte le plus évolué, celui de la civilisation qui a été la plus avancée à une époque très ancienne ; en attique, plus tard, parce que c’était le dialecte d’une région un peu isolée, civilisée plus tard ; le duel existe régulièrement chez Platon ; il devient rare chez Démosthène, et il a disparu chez Ménandre. De même l’hébreu a perdu le duel dès les plus anciens textes ; mais l’arabe, langue d’une population du désert, l’a conservé longtemps. Et ainsi de suite.

19Toutefois il importe de remarquer que la tendance logique à la simplicité et à la régularité n’aboutit jamais ; nos langues restent toujours bien loin de l’idéal logique vers lequel elles s’orientent. C’est ce que prouve, notamment la catégorie du genre. Cette catégorie n’est susceptible d’aucune définition logique, et cela prouve bien qu’il ne faut pas chercher partout de la logique dans nos langues. À vrai dire, c’est la moins répandue des catégories, elle ne se trouve que dans un petit nombre de langues, bien que ces langues soient pour nous les plus connues et les plus intéressantes (le groupe indo-européen, et le groupe hamitico-sémitique). Cela même montre qu’elle n’a aucune nécessité logique, car autrement elle serait plus étendue.

20La distinction du genre n’a aucune raison logique dans la plupart des cas ; elle est surtout un moyen de classer les mots et d’établir entre eux des correspondances grammaticales, par les règles d’accord. Elle n’a de sens que pour les êtres animés, chez qui elle exprime le sexe ; et encore, pas toujours : par exemple, à l’époque indo-européenne commune, il n’y avait pas de noms différents pour les animaux mâles et femelles. Il y a donc des catégories grammaticales qui n’ont pas de valeur logique ; et cela doit nécessairement limiter le parallélisme des deux ordres de catégories.

21M. COUTURAT. — Je remercie M. Meillet du témoignage qu’il a bien voulu m’apporter au sujet des faits linguistiques que j’ai exposés d’après son cours. Il fait avec raison une réserve sur le parallélisme des catégories grammaticales et des catégories logiques. Mais il nous indique lui-même le moyen de distinguer les catégories grammaticales les plus générales, et par suite, les plus logiques. Il nous a dit que la catégorie de genre est peu générale, justement parce qu’elle n’est pas nécessaire. C’est un critérium bien connu des philosophes : c’est celui de Kant : l’universalité des catégories est le signe de leur nécessité. Donc les considérations linguistiques mêmes nous permettent de discerner les catégories vraiment logiques, par exemple celle de nombre, ou de temps, et les catégories contingentes ou accidentelles, comme celle de genre. Et de cela aussi la L.I. peut faire son profit ; en fait, l’Ido n’a pas de genre grammatical, et n’est pas tenté d’en avoir. Je voudrais à mon tour faire une petite réserve. M. Meillet a opposé la logique des peuples primitifs à la logique civilisée. Il me semble qu’il n’y a pas là deux logiques contraires, mais une seule logique à divers degrés de développement, puisque, selon M. Meillet lui-même, la tendance logique (à la régularité) se manifeste dans toutes les langues, à tous les degrés de la civilisation, il n’y a qu’une logique qui les dirige à toutes les étapes, et il y a continuité dans leur évolution. On ne peut parler de deux logiques qu’au figuré, quand on considère les deux points extrêmes comme deux pôles contraires, entre lesquels les langues évoluent. Mais il n’y a qu’un principe logique d’évolution, et non pas deux. Il ne faudrait pas qu’une simple façon de parler pût suggérer une sorte de manichéisme logique.

22M. MEILLET. — Il est bien vrai qu’il y a continuité de l’évolution, qu’on ne peut marquer aucun moment auquel une langue devient civilisée. Néanmoins, quand on compare le point de départ au point d’arrivée, on constate une différence très profonde, et c’est en ce sens qu’on peut opposer l’esprit des langues « primitives » à celui des langues civilisées.

  • 13 [Joseph Vendryes (1875-1960) enseignait les langues et littératures celtiques à l’École pratique de (...)

23M. VENDRYES13. — Je n’ai pas grand-chose à dire après M. Meillet. Je n’ai aucune critique à adresser à M. Couturat sur la partie linguistique, car une telle critique retomberait sur mon maître et ami M. Meillet, dont je partage les idées. M. Couturat a distingué les linguistes qui ne s’occupent que des faits et ceux qui visent aux théories générales. J’avoue que j’appartiens à la première espèce, comme presque tous les linguistes ; et je ne connais qu’un linguiste de la seconde : c’est justement M. Meillet. Dans son mémoire de Pologne (Revue de Métaphysique, 1911, p. 510, notre édition, chap. 33), M. Couturat a dit que les langues s’acheminent (« à tâtons », il est vrai) vers un idéal logique. Je ne sais pas si cet idéal sera jamais atteint par nos langues. Il est bien vrai qu’elles manifestent une tendance à la régularité ; mais cette tendance est constamment contrariée par d’autres. C’est qu’elle ne s’applique jamais à la langue dans son ensemble, mais à des parties toujours très restreintes ; en régularisant une partie, on produit d’autres anomalies et d’autres complications : on simplifie sur un point, et l’on complique sur un autre ; de sorte que le résultat total et final peut n’être pas plus simple que l’état initial. L’esprit n’agit jamais que sur une partie infime du langage, et cela, en appliquant le principe d’analogie ; mais jamais il ne tend à établir un système complet. En outre, il faudrait s’entendre sur le sens du mot « langue » : il est très difficile à définir : M. Meillet l’a essayé dans un de ses cours. On dit qu’une langue évolue de telle manière ; souvent il faudrait dire qu’une langue succède à une autre. Les changements qu’on attribue à la tendance logique peuvent souvent provenir d’un progrès de la civilisation, ou de l’usage littéraire. Par exemple, les primitifs éprouvent le besoin de distinguer l’action de chasser debout, assis ou couché ; c’est que ces actions sont très importantes et très différentes pour eux ; pour nous, qui ne chassons guère, un seul mot suffit pour l’idée générale ; mais si nous étions chasseurs, nous aurions probablement besoin des mêmes distinctions qu’eux.

24Quant à la langue internationale, on peut se demander si c’est vraiment une langue, si ce n’est pas plutôt un code de signaux. Il y a des vocabulaires internationaux, pour la chimie, pour la médecine, pour la linguistique aussi. Mais cela ne suffit pas pour faire une langue. Je conçois qu’on puisse faire aussi une langue pour les logiciens. Mais peut-on faire une langue vraiment universelle, c’est-à-dire applicable à tous les objets ? Il y a dans une langue toute une partie, et très importante, qui est sentimentale ; c’est d’elle que dépend la stylistique, et surtout la poésie. Je sais bien que l’Ido ne prétend pas faire de la poésie ; il a cet avantage sur l’Esperanto, où l’on a osé traduire les fables de La Fontaine ; c’est là une profanation. Mais sans style peut-il y avoir une langue ?

25M. COUTURAT. — Je n’ai pas prétendu ranger les linguistes en deux classes ; j’ai simplement remarqué qu’il y a parmi les linguistes (comme chez les savants d’une spécialité quelconque) deux tendances : l’une qui vise au détail, à la simple description exacte et minutieuse des faits, et qui par suite s’interdit de les juger ; l’autre, qui vise à en dégager des théories générales. C’est cette dernière qui est évidemment la plus intéressante et la plus instructive pour nous philosophes ; et nous ne pouvons que nous réjouir qu’il y ait (comme en toutes sciences) des linguistes philosophes…

26M. VENDRYES. — Ils sont très rares !

27M. COUTURAT. — Comme partout ! Ils n’en sont que plus précieux pour nous. — Que les langues n’atteignent jamais l’idéal logique, je l’accorde volontiers ; j’ai eu soin de dire que la tendance logique y est contrariée et souvent neutralisée par toutes sortes de causes interférentes. Mais c’est une raison de plus pour réaliser d’emblée cet idéal logique dans une langue artificielle, où l’on est affranchi de tous les facteurs qui gênent et troublent la tendance logique de nos langues : et parmi elles je range la littérature et cet élément sentimental dont vous parlez. Je rappelle que la L.I. doit servir d’instrument aux relations internationales : cela délimite son domaine : il comprend la science, l’industrie, le commerce, enfin les voyages et les relations pratiques. Vous accordez que dans ce domaine il existe déjà un vocabulaire en grande partie international : un savant peut déchiffrer un mémoire de sa spécialité (de mathématiques, p. ex.) dans une langue qu’il ne sait pas. Que manque- t-il donc pour qu’on s’entende pleinement ? C’est une grammaire : à ce vocabulaire universel appliquez une grammaire universelle, aussi simple que possible, et le problème est résolu, vous aurez une langue complète. Avec un minimum de flexions (douze) on peut exprimer la plupart des nuances de nos langues (par exemple non seulement les temps principaux, mais les temps antérieurs et même les temps continus de l’anglais : I was writing). Sans doute nous ne visons ni à la littérature ni surtout à la poésie : mais avec notre vocabulaire et notre grammaire nous sommes parfaitement en état de traduire n’importe quel morceau littéraire de n’importe quelle langue, et parfois plus exactement que dans une autre langue vivante. Voyez par exemple notre traduction d’Epictète : elle est plus exacte, elle serre de plus près le texte grec qu’aucune traduction en langue moderne. Nous avons donc bien une vraie langue, apte à tous les usages. Néanmoins, nous en reconnaissons les limites. Comme l’a dit M. Jespersen, c’est la langue de l’esprit, tandis que nos langues resteront toujours « la langue du cœur ». Je définirai le domaine et la portée de la L.I. en disant qu’elle est capable d’exprimer toutes les pensées intellectuellement définissables et internationalement compréhensibles. Rien de plus, mais rien de moins ; et cela suffit pour le rôle qu’elle est appelée à jouer.

  • 14 [Edmond Huguet (1863-1948), élève de l’École normale supérieure et agrégé de grammaire, était alors (...)

28M. HUGUET14. — Je ne m’occupe pas de linguistique, mais de philologie française, au point de vue de l’histoire de la langue. Comme tel, j’ai constaté, moi aussi, que l’évolution des langues obéit à des tendances contraires, de sorte qu’il est douteux qu’elles puissent jamais aboutir à un résultat régulier et simple. On ne peut donc pas s’étonner que l’Ido, avec sa construction logique, puisse traduire une foule d’idées diverses avec un minimum de flexions. Dans le domaine que M. Couturat vient de définir, et qui me semble très sagement limité, la L.I. peut évidemment rendre de grands services ; à la condition qu’elle ne se corrompe pas par l’usage, soit dans sa prononciation, soit par l’invasion des idiotismes des diverses langues.

29M. LEVY-BRUHL. — Je n’ai pas d’objections proprement dites à faire à la thèse de M. Couturat, et je suis entièrement d’accord avec ce qui a été dit par M. Meillet et par M. Vendryes. M. Meillet est ici il maestro di coloro chi sanno, et ce qu’il nous a dit des premiers linéaments d’une grammaire générale est extrêmement instructif. Permettez-moi de soumettre à mon tour à la Société quelques réflexions que m’a suggérées l’article de M. Couturat dans la Revue de Métaphysique et de Morale.

30Je tiens à dire d’abord avec quelle sympathie je suis, depuis longtemps, les efforts de M. Couturat et de ses amis pour la constitution d’une langue internationale. Il me semble, autant que j’en puis juger, que l’Ido l’emporte, et de beaucoup, sur les autres langues internationales qui aient jamais été proposées, et je souhaite de tout mon cœur le succès d’une entreprise qui rendrait les services les plus importants. Ce que je vais dire ne tend nullement à mettre en doute la valeur pratique de la langue internationale.

31Peut-être est-il très difficile, comme le faisait remarquer M. Vendryes, de définir exactement le mot « langue ». Admettons cependant qu’on l’emploie également pour la langue internationale et pour les langues que nous appellerons naturelles. Entre les différences qui séparent celles-ci de celle-là, il en est une plus frappante que les autres. La langue internationale, dans sa structure générale comme dans le détail de ses procédés, obéit à une pensée directrice, réfléchie et consciente. Elle vise à être le plus simple, le plus commode, le plus logique possible, à obtenir le maximum d’effet ou de rendement avec le minimum d’effort ou de dépense. Elle se règle sur le principe d’économie. Elle tend à exprimer tout le nécessaire, rien que le nécessaire, avec un nombre minimum de symboles.

32Or il ne semble pas que cette tendance se fasse sentir dans les langues naturelles. Je ne sais si l’on peut les assimiler à des organismes et les expliquer par un principe de finalité interne ; mais, en tout cas, elles ne paraissent pas être régies par la loi d’économie, telle qu’elle est appliquée systématiquement dans la langue internationale. J’entends bien que celle-ci n’a pas à exprimer tout ce qui est rendu par les langues naturelles. La langue internationale exprime seulement ce qui peut être pensé de la même manière par tous les hommes, à quelque nation qu’ils appartiennent : elle peut déterminer ce qui est nécessaire et suffisant pour l’exprimer en effet. Mais les langues naturelles ne semblent pas faites pour exprimer d’abord et surtout ce qui est « pensé » ou « représenté » intellectuellement. Ce qu’elles rendent, ce sont des ensembles très riches, où les éléments intellectuels sont mêlés à des éléments sensibles, moteurs, émotionnels. À la complexité de ces ensembles correspond une grande variété des moyens d’expression, et il devient très difficile de dire ce qui serait « nécessaire » ou « suffisant ». Dans les langues naturelles, un manque qui n’est pas senti est-il vraiment un manque ? On nous dira, par exemple : telle langue n’a pas de terme pour dire « merci » ou « je m’ennuie ». Mais il ne s’ensuit pas du tout que ceux qui la parlent ne sachent pas exprimer leur reconnaissance, ou faire entendre qu’ils s’ennuient.

  • 15 [Franz Boas (1858-1942), d’origine allemande, est considéré comme le fondateur de l’ethnologie amér (...)

33Les langues des sociétés inférieures sont en général d’une grande richesse pour l’expression des nuances de la pensée concrète, et pauvres au contraire quand il s’agit de l’expression de la pensée abstraite. Encore faut-il remarquer, — comme le fait M. Fr. Boas15, dans son introduction au Handbook of American languages, — que cette pauvreté n’est pas le signe d’une impuissance radicale à exprimer une telle pensée. Si les représentations de ces sociétés inférieures tendaient à une forme plus conceptuelle, leurs langues, en même temps, chacune suivant son génie propre, trouveraient moyen de satisfaire à ces besoins nouveaux. Mais rien ne permet d’affirmer que, ce faisant, elles doivent obéir à une loi d’économie.

34Un dernier mot au sujet de l’identité ou de la diversité des « logiques ». À prendre le mot à la rigueur, il est clair que nous ne pouvons concevoir qu’une seule logique. Une logique essentiellement différente de la nôtre serait pour nous l’inintelligible. En fait, nous parvenons à comprendre les hommes des sociétés les plus éloignées de la nôtre, et à nous faire entendre d’eux. Nous apprenons leurs langues, et ils apprennent les nôtres. Ils font souvent preuve d’aptitudes remarquables sur ce point. Plus d’un missionnaire raconte que des petits Australiens apprennent à parler et à écrire l’anglais avec une facilité au moins égale à celle des élèves du même âge dans les écoles d’Angleterre. On pourrait rapporter beaucoup d’autres traits analogues. Personne ne songe donc à contester qu’il y a des traits fondamentaux communs dans la structure mentale de tous ceux qui appartiennent au genus homo. Mais, ce point admis, il reste place pour une diversité très considérable, pour des différences très importantes dans les habitudes mentales, — de même que l’homme vit partout en société, et qu’il existe cependant des types sociaux très différents les uns des autres.

  • 16 [Edward Taylor (ou Tylor) (1832-1917) est connu comme l’auteur de Primitive Culture, 2 vol., London (...)

35L’histoire des sciences nous montre que les savants emploient de préférence, à chaque moment, les hypothèses qui promettent, à ce moment, d’être fécondes. Si nous nous attachons à l’hypothèse d’après laquelle les institutions, les croyances, les langues s’expliquent, dans les sociétés les plus diverses, par l’emploi plus ou moins conscient de procédés logiques semblables aux nôtres, qu’en obtiendrons-nous ? Ce qu’en ont obtenu M. Taylor et son école16, mais guère davantage, et le plaisir un peu vain de retrouver dans nos usages un nombre croissant de « survivances ». Au contraire, si nous abandonnons cette hypothèse, et si nous prenons pour working hypothesis qu’à des institutions différentes correspondent des habitudes mentales différentes, nous obtenons des résultats nouveaux, et qui rendent compte des faits sans leur faire violence. Des problèmes anciens, mal posés, disparaissent ; d’autres problèmes apparaissent, énoncés en termes qui permettent d’en espérer une solution.

  • 17 [Cf. Louis Couturat, « Expérience de double traduction en langue internationale », RMM, t. XVII (2) (...)

36M. COUTURAT. — Je remercie M. Lévy-Bruhl de sa sympathie et de ses vœux. Je reconnais certes qu’il y a une grande différence entre la L.I. et les langues naturelles, et que celles-ci sont à l’origine étrangères à toute préoccupation logique ou systématique. Notre idéal d’économie se trouve, non à l’origine des langues, mais dans leur évolution ultime ; il correspond à l’avenir, non au passé. Néanmoins, nous pouvons le justifier, dans une certaine mesure, par l’exemple des langues actuelles. Nous supprimons, par économie, la variation du verbe en personne : elle est presque réalisée en anglais. Nous supprimons la distinction grammaticale des genres : elle n’existe pas en anglais. Nous rendons l’adjectif invariable : toujours comme en anglais. Si donc notre langue tourne le dos à la tendance des langues primitives, c’est justement parce qu’elle est conforme à la tendance des langues les plus évoluées. Elle anticipe sur l’idéal qu’elles visent, sans peut-être l’atteindre jamais. Notre principe d’univocité nous interdit tout pléonasme. Mais ces pléonasmes sont souvent un accident de l’évolution de nos langues. Les langues classiques exprimaient la personne des verbes d’une manière univoque, par des flexions. Puis à ces flexions, qui subsistaient, sont venus peu à peu s’ajouter des pronoms qui répètent inutilement la même indication. Et l’on peut prévoir que les flexions disparaîtront, comme en anglais ; alors l’expression des personnes sera redevenue univoque, au moyen des pronoms seuls, comme en Ido. Il n’y a donc pas hétérogénéité entre la L.I. et les langues naturelles ; la meilleure preuve en est dans la possibilité de traduire en Ido un texte d’une langue quelconque, et même de le retraduire dans sa langue originale, sans qu’il y ait perte sensible du sens17. Les langues sont-elles faites pour exprimer la pensée ? J’ai répondu tout à l’heure pour la langue auxiliaire, qu’elle est surtout intellectuelle. Quant aux langues naturelles, c’est un fait qu’elles servent, actuellement du moins, à exprimer la pensée : la preuve en est dans toute la littérature scientifique et philosophique. Peu importe dès lors ce qu’elles ont pu être à l’origine. La L.I. est et doit être une langue moderne. Vous demandez qu’est-ce qui est nécessaire. Sans doute, le nécessaire varie suivant les conditions sociales et le degré de la civilisation. Le latin, qui suffisait aux Romains, serait bien insuffisant pour nous. L’Ido a un vocabulaire technique que le latin ne possédait pas et ne peut pas fournir. Il permet, par exemple, de nommer clairement toutes les pièces d’une automobile : c’est là ce qui est nécessaire aujourd’hui. Vous avez dit que les langues se font des emprunts ; c’est vrai ; mais cela prouve justement que c’est l’esprit qui dirige la langue et la façonne, et qui en reconnaît parfois l’insuffisance. Le français, qui nous semble ne manquer de rien, manque en réalité d’une foule de mots nécessaires. Par exemple, il n’a pas de mot simple pour le contraire de « cher » : il est obligé d’employer une locution qui est un idiotisme : « bon marché » (comparer l’anglais cheap). Il en est de même dans la grammaire. Quand une langue manque de quelque élément, elle le supplée n’importe comment, et comme elle ne crée jamais rien, elle emploie n’importe quel élément existant, détourné de son sens et de son rôle, pour boucher le trou. Elle fait vraiment flèche de tout bois. Enfin, si les primitifs apprennent si facilement les langues européennes, cela prouve bien qu’il y a unité d’esprit entre toutes les races, et par suite identité fondamentale des catégories grammaticales et des formes de la pensée ; en un mot, qu’il y a une seule logique, qui est commune à tous les hommes, quel que soit leur degré de civilisation.

37M. MEILLET. — Nous sommes, M. Lévy-Bruhl et moi, plus d’accord qu’il ne semble. Il a allégué, comme M. Vendryes, que les langues n’atteignent pas et n’atteindront sans doute jamais la parfaite régularité. Je suis d’accord avec eux sur ce point. Il n’en est pas moins vrai que l’évolution des langues manifeste une tendance à la régularité : chaque langue tend à exprimer chaque fonction grammaticale par un seul signe, par un seul procédé. Mais cette tendance est contrariée par la tendance conservatrice, toujours si puissante. C’est celle-ci qui maintient les formes dites « fortes », les formes irrégulières que l’on doit retenir par la mémoire. Mais, par cela même qu’elles dépendent de la mémoire et de la tradition, ces formes tendent à disparaître et disparaissent fatalement, tandis que les formes régulières se conservent et se généralisent : il est très facile de constater la tendance à ramener toutes les formes au type normal. Si la régularité ne prévaut pas, c’est qu’à mesure que les anciennes formes fortes se détruisent, il s’en reforme d’autres qui maintiennent l’irrégularité générale. Cela vient de l’élément affectif du langage. Sous l’influence du sentiment, on veut insister sur telle énonciation ; on lui ajoute alors un élément nouveau destiné à l’accentuer ; on compose ainsi une nouvelle forme plus intense. Mais dès qu’elle entre dans l’usage, celle forme nouvelle s’affaiblit, en vertu de la loi de l’habitude, et devient bientôt presque aussi peu expressive que l’ancienne. On a alors deux formes synonymes, une normale et une anormale : l’une d’elles doit s’éliminer, mais, à cause de la tendance conservatrice, les deux subsistent longtemps ensemble. C’est ainsi que les formes normales se compliquent toujours du mélange d’autres formes, de sorte que la régularité ne peut jamais se réaliser. Mais si une langue artificielle, construite régulièrement dès l’origine, est soustraite à l’influence des éléments affectifs, et munie d’une autorité suffisante pour prévenir ou réprimer tout écart, il n’y a pas de raison pour qu’elle perde sa régularité une fois établie. Nos langues de civilisation sont en somme très stables et varient peu au cours des siècles.

  • 18 [Voir Article 18, note 26.]

38M. LACHELIER18. — M. Couturat a insisté avec raison sur l’importance du rôle des affixes et de la dérivation dans une langue qui veut être logique. Évidemment, nos langues sont très peu logiques : pourquoi disons-nous un escroc, et non un escroqueur, ou un escroquateur ? Je ne vois qu’une réponse à cela : c’est que nos langues sont l’œuvre de l’Inconscient ; et il nous est bien difficile de lui en remontrer. Toute notre logique ne fait que gratter à la surface de son œuvre, elle ne peut pas la refondre. — Je demanderai à M. Couturat ce qu’il entend en disant que le sujet est la variable, et le verbe, la fonction. — Enfin, dans quelle mesure peut-on défendre la vieille analyse logique ? Je reconnais que le type fondamental de la proposition est bien : sujet-verbe, et que l’exemple : « Pierre est bon » est mal choisi. Je crois que l’idée de l’être ou de l’existence est bien au fond de toute proposition, mais qu’elle n’y est avec tout son sens et toute sa force que là précisément où elle n’est pas exprimée par un mot spécial, et où elle est confondue avec celle de l’action, dans le verbe, comme quand je dis « Pierre danse ». Car réellement, objectivement, au moment où je dis cela, l’être de Pierre consiste dans l’action de danser. Quand je dis, comme veulent les grammairiens « Pierre est dansant », je résous l’acte concret qui constitue l’existence de Pierre, en deux éléments abstraits, qui n’existent à part l’un de l’autre que dans mon esprit, l’être en général et la danse en général, à l’état l’un et l’autre de pure possibilité, en dehors de l’acte qui réalise à la fois l’un et l’autre. Il en est à peu près de même quand je dis « Pierre est bon », avec cette différence que l’adjectif bon n’exprime pas même à l’état abstrait une action déterminée de Pierre, mais une simple réflexion de mon esprit sur l’ensemble de ses actions. Enfin quand je dis « A est plus grand, ou plus petit, que B », il n’est plus question d’existence réelle, mais d’une simple comparaison qui s’établit dans mon esprit entre deux grandeurs : car « est », dans cette proposition, n’est plus même copule, et peut fort bien se supprimer : le véritable copule est le signe de l’inégalité dans un sens ou dans l’autre, > ou <.

39M. COUTURAT. — Que les langues soient à l’origine l’œuvre de l’inconscient, c’est ce qu’on accordera aisément. Il n’est pas moins vrai que l’esprit en prend conscience ; sous leur forme orale ou écrite, elles s’extériorisent et deviennent un objet sur lequel l’esprit a prise, et qu’il peut modifier, volontairement, par la réflexion même qui s’y applique. Or cela est d’autant plus vrai que les langues sont plus civilisées : on a pu dire que toutes nos langues littéraires sont artificielles, en tant qu’elles sont un produit de l’esprit. Il y a des changements qui ont été voulus et décrétés à jour fixe : par exemple, la réforme de l’orthographe espagnole, opérée par l’Académie espagnole en 1815 (et elle vient récemment de la compléter en supprimant les accents sur les voyelles) ; de même, la Réforme de l’orthographe allemande, faite de nos jours : celle de l’orthographe française, quelles que soient les résistances qu’elle rencontre (par exemple, on écrivait très-bien avec un trait d’union, il y a quarante ans).

40M. LACHELIER. — Ce sont là de très petits détails, qui n’empêchent pas que l’évolution d’une langue ne soit, dans son ensemble, l’œuvre de l’Inconscient. Vous avez cité l’exemple du pléonasme résultant de l’emploi des pronoms dans les personnes des verbes, comme quand on dit « nous aimons, vous aimez ». Mais comment ce pléonasme s’est-il produit ? Il me semble que c’est quand les flexions latines se sont affaiblies, que l’on a éprouvé le besoin d’y suppléer par l’emploi des pronoms. Cela s’est fait sans doute peu à peu : aucune académie n’a décrété cet emploi : c’est l’Inconscient qui a senti la lacune et trouvé le moyen de la combler.

41M. COUTURAT. — Votre explication est parfaitement juste. M. Meillet l’a donnée dans son cours, et a cité bien des faits semblables. C’est bien l’affaiblissement et la disparition partielle des flexions qui a nécessité l’emploi des pronoms ; et cela est confirmé par le fait que, en italien et en espagnol, où les flexions sont restées plus sonores, on se passe souvent du pronom, alors qu’il est absolument de règle en français. Mais qu’est-ce que cela prouve, sinon que l’inconscient n’est pas éloigné de l’esprit, et obéit à une logique latente ?

  • 19 [Sur le sens de la notion logique de fonction propositionnelle chez Russell (mais d’abord chez Freg (...)

42Pour les expressions de variable et de fonction, elles ne sont pas empruntées à la mathématique, où elles désignent des grandeurs, mais à la logistique, à la terminologie de M. Russell19. On sait que pour la logique moderne la proposition est l’élément fondamental. Si dans une proposition on conçoit un terme (notamment le sujet) comme variable, la proposition devient une fonction propositionnelle, une fonction du terme variable. Par exemple : « X a perdu sa femme » est une fonction, parce que le sujet X est variable ; elle est vraie ou fausse suivant les « valeurs » attribuées à X. Cette fonction définit un concept, ou plutôt lui équivaut : c’est le concept de « veuf » : l’ensemble des X qui vérifient cette fonction constitue la classe des veufs, et dire : « X a perdu sa femme » équivaut à dire : « X est (un) veuf ». — Eh bien ! il est évidemment très désirable que les logiciens adoptent la terminologie qui est conforme à la fois à la logistique et à l’usage des grammairiens modernes : c’est-à-dire qu’on emploie le mot « prédicat », non pour l’attribut lié au sujet par la copule, mais pour tout ce que l’on affirme du sujet dans une proposition quelconque : en ce sens, le prédicat contient le verbe, et consiste même essentiellement en un verbe. Dans mon exemple, le prédicat est « a perdu sa femme » ou « est veuf », et non pas simplement : « veuf ».

43Cela m’amène à la troisième question : peut-on défendre la conception classique de la proposition comme formée de deux termes unis par une copule ? Mais du moment que M. Lachelier reconnaît la primauté du verbe (du verbe actif, non du verbe être), il nous accorde l’essentiel.

44M. LACHELIER. — Pour moi, c’est le verbe seul (et j’entends bien par là le verbe actif), qui est vivant et qui a une valeur objective : il exprime l’acte, la réalité. Le prédicat, participe ou adjectif, est subjectif, il n’exprime que la réflexion de l’esprit sur l’acte.

45M. COUTURAT. — Cette thèse est absolument conforme à la logique moderne et à la linguistique. Pour celle-ci, le verbe être est le dernier venu ; c’est le dernier fruit de la pensée logique abstraite. Pour exprimer la relation toute idéale du sujet et de l’attribut, les langues ont pris un verbe quelconque, qu’elles ont détourné ou vidé de son sens concret : pour nous, c’est le verbe être, qui signifiait exister. Mais d’autres langues ont plusieurs verbes comme copules ; et même, en latin, le verbe esse est une fusion de deux verbes différents, dont les radicaux avaient divers sens. En hébreu, c’est un démonstratif qui joue le rôle de copule. C’est là un exemple frappant de la diversité des moyens que l’esprit emploie pour exprimer une idée logique unique. Ainsi la logique et la linguistique s’accordent pour rendre au verbe son importance et son indépendance, et pour interdire de le réduire au verbe être.

  • 20 [Jean Weber (né en 1873) est le frère de Louis Weber (voir. Article 3, Présentation). Il fut peut-ê (...)

46M. JEAN WEBER20. — Il y a presque de l’inconvenance, de ma part, à prendre la parole dans ce débat où tant de voix autorisées se sont déjà fait entendre. Si je m’y risque cependant, c’est qu’après les opinions des professionnels, — philosophes et linguistes, — je voudrais présenter les timides observations d’un amateur, — d’un amateur de français, persuadé de la supériorité des langues naturelles, et particulièrement de notre parler national, sur tout moyen artificiel d’expression.

47Il y a dans le langage deux caractères essentiels qui frappent l’esprit dès l’abord ; c’est qu’il est chose vivante, et chose sociale.

48Les langues actuellement parlées se qualifient elles-mêmes langues vivantes, et cette expression n’est pas seulement une image ; elle traduit un sentiment juste et profond, car chaque langue se transforme, se développe, s’adapte sans cesse à sa fonction, et manifeste une sorte de personnalité dans toutes ses créations. M. Couturat a dit excellemment, dans son remarquable article actuellement en discussion : « De nos jours, les linguistes… ont fini par s’apercevoir que les langues ne sont pas des « organismes » qui évolueraient d’une manière inconsciente et spontanée, en dehors et presque indépendamment des esprits. Ils ont reconnu que la pensée, et même la pensée consciente et réfléchie, joue un rôle essentiel dans cette évolution. » Je souscris volontiers à cette appréciation ; mais je l’entends comme le maître Bréal, fondateur de l’école linguistique proprement française, c’est-à-dire comme un désaveu formel des conceptions allemandes, qui voyaient dans le langage un phénomène physique, régi par des lois matérielles. Oui, il est vrai que les langues sont formées par la pensée, et qu’elle les modèle incessamment pour ses besoins. Mais c’est précisément lorsque nous étudions ce travail que nous voyons apparaître avec force la part énorme d’inconscient qu’il y a dans la pensée la plus consciente. Car le caractère même qui nous fait dire « consciente » cette pensée, c’est précisément qu’elle s’exprime par des mots ; mais la genèse et l’utilisation de ces mots relève de l’inconscient.

  • 21 [Cf. Henri Poincaré, « L’invention mathématique », L’Enseignement mathématique, X (1908), pp. 357-3 (...)

49J’en appelle ici à l’expérience de chacun de nous. Lorsque nous nous préparons à énoncer une idée un peu neuve, où notre réflexion personnelle tente d’enrichir, par un apport original, le patrimoine commun des idées de tout le monde, nous éprouvons d’abord une impression indéfinissable : c’est un effort obscur de la sensibilité, une sorte d’agitation intérieure, dont nous ne pouvons rien dire, précisément parce que cet état est celui de la pensée antérieure à la parole ; et soudain jaillit le mot juste, le mot nécessaire, qui éclaire cette pensée et lui donne conscience d’elle-même. C’est à peu près le même processus que M. Henri Poincaré a décrit d’une manière saisissante dans un curieux article sur l’invention mathématique21, article intéressant surtout par le témoignage personnel de l’auteur sur ses propres travaux : M. Poincaré y montre le mathématicien préoccupé d’un problème, s’évertuant sans succès à l’envisager sous toutes ses faces, l’abandonnant même, et soudain, au milieu des occupations les plus étrangères, voyant surgir dans son esprit comme par un inexplicable miracle, la solution désirée ; et il ajoute avec beaucoup de profondeur que, pour inutile que paraisse le travail préalable effectué par la pensée consciente il n’en est pas moins indispensable, car cette agitation superficielle des idées est le seul moyen de provoquer l’entrée en jeu des puissances obscures de l’inconscient. De même, pourrais-je dire, quand nous parlons, nous remuons la masse consciente des mots dont dispose constamment notre mémoire et notre volonté, pour tâcher de susciter, par de lointains remous, la spontanéité vivante qui sommeille au fond de nous, et dont procède tout acte neuf, toute trouvaille, toute création.

50Or cela n’est possible que si le langage fait corps avec notre intelligence, et cette condition n’est réalisée que pour le langage naturel, organe mental développé dans l’animal humain par la fonction de parole.

51Le langage est aussi chose sociale. Nous parlons pour autrui, avec des mots reçus tout faits du groupe humain auquel nous appartenons. Nous ne comprenons bien notre propre pensée que quand nous la rendons claire et saisissante pour nos auditeurs. Or il m’a toujours semblé que la logique classique oubliait que l’esprit humain n’est point une entité abstraite se contemplant dans l’absolu, mais la résultante des pensées individuelles équilibrées dans le milieu social. Cette logique étudie la pensée élaborée, sorte de dépôt laissé dans nos intelligences par des siècles de vie collective ; elle la simplifie encore, et obtient un extrait merveilleusement clarifié ; mais plus rien n’y subsiste du pouvoir créateur de l’esprit ; c’est de la pensée morte : et c’est ce qui explique la stérilité de cette logique, qui jamais, à ma connaissance, n’a aidé personne à raisonner bien, c’est-à-dire de manière féconde. Platon appelait la pensée « le discours que l’esprit se tient à lui-même » : λόγον ὄν αὐτὴ πρὸς αὑτὴν ἡ ψυχὴ διεξέρχεται ; mais ce discours n’a d’intérêt que si, en dernière analyse, nous le préparons pour autrui ; le drame intérieur se profile sur un décor disposé d’avance par le grand témoin toujours présent, la société.

  • 22 [Friedrich Christian Diez (plutôt que Dietz, comme il est écrit dans le texte de l’article) (1794-1 (...)

52Il me semble que M. Couturat et les savants linguistes dont il se réclame n’extraient pas de l’étude des langues, sous le nom de grammaire générale, quelque chose de bien différent de la logique classique. Or si la linguistique pouvait renouveler les spéculations arides de celle-ci, ce serait en étudiant, dans la partie en quelque sorte animale et instinctive du langage, non la pensée faite, mais la pensée qui se fait. Mais pour cela, la méthode même que l’on emploie me paraît condamner d’avance les résultats, car une étude générale des langues est forcément une étude superficielle. Je rends hommage à la science philologique de M. Meillet ; je suis persuadé qu’il connaît aussi complétement qu’il est possible à un savant, les langues indo-européennes dont il entreprend la comparaison ; mais si souple que soit sa mémoire et si pénétrante que soit son intelligence, je me permets de lui dire qu’il ne peut pas posséder ces langues comme l’exigerait le programme qu’il s’est tracé. Et si j’avance cette affirmation, c’est que je suis convaincu qu’il n’existe aucune similitude, aucune commune mesure entre la manière dont on connaît la langue naturelle dans laquelle on s’exprime et la notion approximative, abstraite, lointaine, qu’on peut se former d’une langue étrangère. Que nous apprend en effet en pareille matière et notre expérience personnelle et le commerce des polyglottes que nous avons pu approcher ? Le plus souvent, l’élude d’une langue étrangère ne nous fait pas dépasser le stade de la perpétuelle traduction ; nous continuons à penser dans notre langue maternelle, et nous ne comprenons jamais que celle-ci ; rarement l’on va plus loin, et si l’on y parvient, alors nous assistons à un véritable phénomène de dissociation mentale : le sujet pense tantôt dans une langue, tantôt dans une autre ; son intelligence, au lieu de s’ordonner en un système unique, se divise en deux ou plusieurs systèmes le plus souvent étrangers les uns aux autres ; et s’il tente de les mélanger, le résultat n’est pas enviable ; nous avons tous vu de ces malheureux polyglottes incapables de s’exprimer convenablement en une langue, et qui, attrapant au hasard de leur mémoire des expressions françaises, anglaises, allemandes ou autres, trébuchent sur les idées les plus simples et nous offrent le plus lamentable spectacle de désordre mental. Je suis persuadé que si les Français répugnent à l’étude des langues étrangères, ce n’est pas seule aient à cause de la supériorité de leur langue maternelle, plus assouplie qu’aucune autre langue vivante par des siècles de conversation active, de vivacité spirituelle et d’effort littéraire, mais aussi à cause de leur amour inné de la rigueur logique, de la clarté, de la perfection dialectique : ils veulent de l’unité dans leur formation intellectuelle, et cette unité n’est possible que par l’unité du système linguistique dans lequel ils pensent et parlent. J’ose donc dire qu’on ne connaît bien qu’une seule langue, et qu’on ne peut la bien connaître qu’à condition de la parler exclusivement et sans cesse. C’est cette conviction qui me rend sceptique sur les ambitions de la grammaire générale ; je constate d’ailleurs que les savants étrangers, surtout allemands, qui ont étudié le français, ont avancé à son sujet des affirmations stupéfiantes pour un Français. Pour n’en citer qu’un exemple, je relève que Dietz22 prétend qu’il n’existe en français qu’un seul son de la voyelle O : sans doute prononçait-il, avec l’accent germanique, un corps de la même façon qu’un pôle. Si un savant aussi distingué commet une telle bévue sur une question grossière de pure phonétique, je me demande quelle qualité il pourrait avoir pour étudier et analyser les finesses de morphologie et de syntaxe d’une langue dont le génie même lui est étranger.

53Pour faire une œuvre linguistique constituant une contribution vraiment féconde à la psychologie expérimentale et susceptible de nous éclairer sur les mouvements intimes et les efforts créateurs de la pensée vivante, il faut, je crois, circonscrire ses recherches dans le domaine de la langue qu’on est sûr de bien posséder, la langue maternelle que l’on pratique instinctivement. Et qu’il me soit permis de dire en passant que je crois cette étude aujourd’hui beaucoup trop dédaignée. À la vieille grammaire pédagogique, maladroitement didactique et purement descriptive, a succédé la grammaire comparée, sans doute infiniment supérieure, mais trop étroitement cantonnée dans une étude exclusivement objective des langues, vues par leurs caractères les plus extérieurs ; n’y aurait-il pas place pour une grammaire scientifique plus directe, qui serait à la langue ce que sont l’anatomie et la biologie expérimentale aux phénomènes de la vie physique ? Est-on bien sûr d’avoir achevé l’étude du français ? J’entendais parler tout à l’heure de propositions sans verbes ; il n’est pas indispensable d’invoquer l’exemple du russe pour en citer de nombreux cas. Le français nous fournit des tours tels que : « À bon chat, bon rat ». — » Plutôt la mort que le déshonneur ». — » Oui ». — « Bonjour », etc., qui constituent des propositions complètes sans verbes. Est-on certain qu’un examen approfondi des fonctions des mots ne nous obligerait pas à réformer nos vieilles catégories grammaticales, établies dans un esprit peu scientifique et cependant admises toujours comme base de discussion ?

54Mais je passe et j’abrège ces observations déjà trop longues. Ce que je désirais surtout indiquer, c’est que les langues qui ont jusqu’à présent servi de support à la pensée, les langues naturelles, ont un caractère instinctif et expérimental. Elles sont instinctives parce qu’elles sont choses vivantes, expérimentales parce qu’elles sont œuvre sociale, fruit d’une libre coopération. Sans doute, elles présentent à la pensée une certaine résistance ; mais cette difficulté est féconde. Un poète anglais disait à sa maîtresse : « Qu’un Dieu serait misérable à ma place ! Il ne pourrait pas souffrir, il ne pourrait pas mourir pour toi ! » Je suis tenté d’imiter cette apostrophe et de dire des langues naturelles : « Qu’une langue artificiellement parfaite serait misérable à leur place ! Elle ignorerait le bienfaisant labeur de l’expression ; elle ne pourrait ni trahir ni surpasser la pensée ! » Le matériel que nous livre notre langue naturelle ne se laisse pas aisément manier sans doute ; mais c’est à cause de sa richesse même ; chaque mot a passé par des milliers de bouches, l’obscur travail du peuple l’a façonné ; la magie des grands écrivains y a déposé une impalpable poussière de beauté et d’intellectualité. Et vous voulez faire fi de ces trésors, y substituer l’amas de pauvres petits mots fabriqués à la machine, dont vous voulez composer vos langues géométriques ?

  • 23 [Joseph de Maistre (1753-1821), Les Soirées de Saint-Petersbourg ou Entretiens sur le gouvernement (...)

55Joseph de Maistre disait excellemment : « Jamais un son arbitraire n’a exprimé, ni pu exprimer une idée… Les mots préexistent à l’explosion d’une langue nouvelle, qui les reçoit tout faits et les modifie ensuite à son gré. Le génie de chaque langue se meut comme un animal pour trouver de tout côté sa pâture.23 » C’est cet effort animal qui fait toute la vertu expressive des langues.

56Il ne faut pas qu’une langue soit abstraitement logique. Une langue tout à fait logique fixerait un état de pensée qu’il ne serait plus possible de dépasser. C’est surtout en cette matière que nous apercevons combien vraiment « le mieux est l’ennemi du bien ».

57Et je me tourne maintenant vers les partisans d’une langue universelle artificielle, et je leur demande : « Que voulez-vous faire ? Une langue parfaite, ou simplement une langue internationale ? »

58Si vous voulez fabriquer une langue parfaite, vous risquez fort d’avoir le sort de Platon, de Fourier, de Saint-Simon et de tous les constructeurs de républiques idéales. Ces systèmes admirablement déduits d’une définition a priori n’ont jamais rencontré la réalité. L’esprit scientifique moderne vous crie que l’expérience seule est féconde. Et le peuple dont les institutions politiques se sont montrées les plus solides à l’épreuve est le peuple anglais, qui n’a jamais cherché à mettre ni de l’ordre dans ses idées ni de la logique dans ses lois. Votre langue parfaite est un jeu de l’esprit, une fiction métaphysique ; ce ne sera jamais que la langue officielle de la république d’utopie.

59Mais si votre dessein est plus modeste, si vous voulez constituer, pour servir d’intermédiaire commun entre nos langues européennes, une langue internationale, vous fabriquerez une sorte de sabir, d’avance inferieur à tous les idiomes dont vous emprunterez les débris déformés. Vous ferez un monstre à tête de coq, à corps de chèvre, orné de pattes et de nageoires. Je doute beaucoup qu’un tel être soit viable ; en tout cas vous faudra-t-il prendre grand soin de sa fragile existence. Et vous n’aurez fabriqué que la langue de l’universelle traduction, dans laquelle vous déformerez les pensées de tous les peuples, et où les idées ne dépasseront jamais la valeur qu’elles ont dans un mauvais thème.

60M. COUTURAT. — Dire que les langues sont des êtres vivants n’a guère plus de sens que de dire qu’elles sont des organismes. Une métaphore n’est pas un argument, et celle-là est définitivement abandonnée. Une langue est un instrument pour la pensée ; et elle peut en fabriquer une plus parfaite que les langues naturelles…

61M. WEBER. — Alors le canard de Vaucanson était plus parfait qu’un canard vivant ?

  • 24 [Leopold Pfaundler (1839-1920), physicien et chimiste, professeur à l’université de Graz et adepte (...)

62M. COUTURAT. — Je vous répondrai, avec M. Pfaundler24 : Personne ne prétend fabriquer un cheval vivant ; mais on fabrique des automobiles, qui courent bien plus vite que n’importe quel cheval…

63M. WEBER. — Et qui ne rendent pas les mêmes services.

64M. COUTURAT. — La L.I. ne prétend pas rendre tous les mêmes services que les langues naturelles ; mais il y en a qu’elle rend mieux, et cela lui suffit. Quant à la manière dont nous retrouvons un mot que l’on cherche, elle n’a rien à voir avec l’invention ou la transformation du langage. On sait bien que toute invention est œuvre en grande partie inconsciente. Elle n’obéit pas moins à certaines lois. Nous recevons la langue toute faite ? Dites plutôt que chacun de nous la recrée pour son compte, et par là même la déforme ou la transforme. Et c’est ainsi que les langues évoluent. Il n’y aurait pas d’invention possible si nous devions employer toujours et uniquement les mêmes mots que tout le monde. On oppose la logique individuelle au langage, chose sociale. Pour moi, la logique est ce qu’il y a de moins individuel ; et c’est elle qui permet aux hommes de s’entendre, de parler le même langage ; elle est bien plus générale que tous les rapports sociaux. Je ne sais pas si les mots préexistent à la langue, ou la langue aux mots : je crains bien que ces questions n’aient pas de sens. Il est bien vrai qu’on ne peut guère parler également bien deux langues, c’est-à-dire penser en elles : on ne peut pas penser à la fois en français et en allemand. Mais c’est une raison de plus pour employer une L.I. qui offre un terrain neutre entre les « esprits » si divers de nos langues. Voici un fait d’expérience. On a traduit une brochure de M. Ostwald d’allemand en Ido ; on a dû pour cela lui faire subir une certaine transformation de style, la dépouiller de ses germanismes de syntaxe. Puis on a traduit le texte Ido en français : eh bien ! il a fallu lui faire subir une transformation au moins aussi considérable : le français ne pouvait pas traduire littéralement l’Ido, et si on l’eût fait, on aurait écrit un français barbare, à demi-allemand. Cela prouve bien que notre langue a son style propre, quoique plus souple que les styles nationaux, et en quelque sorte intermédiaire entre eux tous. Et ce style « international » contribue à élucider la pensée. M. Ostwald, en traduisant lui-même de ses œuvres en Ido, a reconnu que sa pensée y prenait une forme plus claire et plus précise ; il a dit : « C’est comme si l’on quittait une pantoufle pour chausser une bottine bien ajustée ». Tel est l’avantage d’une langue logique. C’est donc tout autre chose qu’un « sabir ». Mais ce n’est pas non plus une langue « parfaite » et rigide, car on peut y écrire plus ou moins bien, comme en toute langue, et on trouve sans cesse à la perfectionner. Qu’elle ne soit pas vide, mais aussi riche que nos langues naturelles, c’est ce que prouvent les traductions qu’on y fait sans cesse en partant d’une langue quelconque. On peut fort bien penser en Ido, et la preuve en est qu’on est souvent embarrassé pour traduire dans sa langue maternelle ce qu’on exprime très clairement et directement en Ido. Et cette valeur logique ne nuit nullement à la facilité, au contraire : la preuve en est dans les nombreux groupes d’ouvriers idistes qui correspondent aisément d’Espagne en Suède et d’Amérique en Russie. Ils seraient bien étonnés, s’ils savaient qu’aujourd’hui, en Sorbonne, la langue qu’ils manient avec toute satisfaction est traitée de « chimère » par des gens qui ne la connaissent pas !

65M. MEILLET. — Je désire répondre à M. Lachelier. Il est bien vrai que dans toute phrase il y a une affirmation ; mais c’est un fait linguistique que cette affirmation n’est pas exprimée par un verbe dans les phrases nominales. Ce qui a rendu le verbe nécessaire, et amené son introduction dans les phrases nominales, c’est que le verbe porte des indications accessoires, mais indispensables : le temps, par exemple. C’est pourquoi le russe n’a pas de copule au présent, mais en a une au prétérit, pour porter le signe du passé.

66De même en sanscrit, il n’y a pas de verbe être à l’indicatif présent, mais bien au subjonctif. L’affirmation résulte, non de la présence du verbe, mais de la forme de la phrase (par exemple, en russe, de la forme spéciale de l’adjectif). La copule s’est introduite surtout comme outil grammatical, pour porter les indications que les autres verbes portent d’ordinaire dans les phrases verbales.

67M. LACHELIER. — J’ignorais le fait, et je ne puis entreprendre de l’expliquer. Mais il me semble toujours que la phrase nominale ne peut être qu’une sorte d’affaiblissement de la phrase verbale. Avant l’affirmation, il y a l’existence actuelle : la priorité appartient donc au verbe, qui exprime cette existence. L’affirmation n’est qu’une réflexion de l’esprit sur l’existence et finit par s’étendre à des relations qui n’impliquent même plus aucune existence réelle : telles sont les relations mathématiques. Je me demande si le nom lui-même ne serait pas une sorte de résidu, ne dépôt, du verbe. On conçoit d’abord l’action, par exemple, celle de couler ; puis on la substantifie, pour ainsi dire, et on la donne pour sujet à elle-même, dans le nom de « celui qui coule », « le fleuve », « le Rhin ».

68M. MEILLET. — La linguistique ne permet pas de traiter ces questions d’origine : elle ne connaît les langues que dans un état de développement déjà très avancé, où ces stades préhistoriques n’apparaissent plus.

  • 25 [Henri Delacroix (1873-1937), agrégé de philosophie, enseignait alors la psychologie à l’université (...)

69M. DELACROIX25. — Je voudrais seulement insister sur l’intérêt que la linguistique présente pour la psychologie et sur la contribution précieuse qu’elle lui peut fournir ; elle est — et comment s’en étonner — la source la plus précieuse pour la psychologie du langage et sans elle les autres sources ne donnent rien, ou ne donnent que peu de chose. On peut écrire des monographies intéressantes sur la relation de la parole et de la pensée chez l’adulte, sur la parole intérieure, sur l’individualité dans le langage et dans l’écriture, sur les réactions du sentiment et du langage ; mais à moins de se restreindre à des descriptions assez superficielles, encore faut-il rattacher ces phénomènes aux lois profondes de la morphologie et de la phonétique. L’observation du développement du langage chez les enfants n’est devenue vraiment féconde que par la collaboration des linguistes. Nul n’oserait affirmer à l’heure présente qu’il y ait beaucoup à tirer pour la psychologie du langage des travaux sur l’Aphasie. La question est en pleine révision par l’effort combiné des cliniciens et des psychologues ; et il paraît établi que jusqu’à ce jour les cliniciens ont travaillé, sans le savoir, dans le parti pris d’une hypothèse empruntée à la psychologie la plus superficielle et la moins capable d’atteindre le mécanisme psychologique du langage.

  • 26 [Albert Séchehaye (1870-1946), élève de Saussure à Genève, éditeur avec Charles Bally du Cours de L (...)
  • 27 [Jacob van Ginneken (1877-1945), jésuite, docteur de l’université de Leyde, avait publié Principes (...)
  • 28 [Maurice Grammont (1866-1946), occupait alors la chaire de Grammaire et philologie à l’université d (...)
  • 29 [Wilhelm Wundt (1832-1920), professeur à l’université de Leipzig, auteur d’une œuvre considérable. (...)

70La linguistique, au contraire, nous présente une masse considérable de faits : toute l’histoire du langage, et une analyse sévère et déjà fort avancée de tous les procédés qu’il met en œuvre. Elle prend le langage depuis son mécanisme physiologique jusqu’aux lois proprement psychologiques et aux conditions sociales qui le dirigent. La phonétique ramène les changements qui atteignent les sons, d’abord à des variations de l’articulation, explicables elles-mêmes la plupart du temps par des raisons biologiques encore assez mal connues ; pourtant, même dans ce domaine on a signalé (Séchehaye26, van Ginneken27) le contrôle que l’intelligence exerce jusqu’à un certain point sur l’évolution phonétique ; le sens sert de frein aux modifications du son. Mais ces changements phonétiques eux-mêmes sont encore régis pour une bonne part par des lois psychologiques. La façon dont les éléments psychologiques se groupent dans la conscience, la distribution de l’attention, sont ici les processus qui interviennent : ainsi dans l’Assimilation et la Dissimilation, dans la Métathèse, etc. Grammont28 a très bien montré, sur la Dissimilation, que le mouvement articulatoire qui est altéré, dissimilé, est celui qui se trouve attirer le moins l’attention du sujet parlant. Le mot pensé n’est pas prononcé comme il devrait l’être, par suite de la distribution inégale de l’attention sur les différents éléments du mot. Ici les modifications phonétiques dépendent de la réaction réciproque des éléments de la phrase ; les sons et les mouvements articulatoires ne sont posés dans la conscience qu’en rapport avec d’autres sons et d’autres mouvements. Ceci est la loi même de la conscience, et il est inutile de rappeler les beaux travaux de Wundt29 sur cette formation du champ de conscience et sur l’action réciproque des éléments de la conscience, notions qui rejoignent les travaux des linguistes et qu’il fait intervenir si heureusement dans sa « Sprachpsychologie ».

  • 30 [« Représentation globale », concept central de la psychologie du langage de Wundt.]

71Plus haut encore nous trouverions la question si heureusement posée par M. Couturat des rapports de la logique et du langage, des catégories grammaticales et des catégories psychologiques. Ici le travail est beaucoup moins avancé : les psychologues n’ont pas suffisamment tiré parti de la linguistique, qui nous montre pourtant la pensée se cherchant elle-même dans son expression, se précisant, se définissant et s’analysant à mesure. Leibniz avait déjà signalé l’intérêt de telles études. Les résultats déjà obtenus montrent combien elles seront fécondes, et l’utilité qu’il y a à rapprocher l’étude du langage de l’étude de la pensée synthétique et analytique, des « Gesammtvorstellungen »30 et des jugements. Mais il faut que le psychologue se mette résolument à l’école des linguistes.

72Il y a enfin ces tendances générales qui semblent commander tout le développement d’une famille de langues et que M. Meillet a si bien rappelées, tendances qui semblent gouverner à la fois la phonétique (par exemple loi de la chute des finales, de la vocalisation des consonnes intervocaliques) et la morphologie (unité de forme pour l’unité de rôle grammatical et de signification) ; tendances qui semblent mouvoir profondément le langage au delà des lois que j’ai rappelées plus haut. M. Couturat a insisté sur cette logique inconsciente, sur cette logique immanente au langage, et que les langues artificielles peuvent exploiter en la rendant claire à elle-même. Je me proposais de prier M. Meillet de revenir sur cette question, sur la valeur et la portée qu’il convient d’attribuer à ces tendances. Mais son échange de vues avec M. Vendryes m’a montré que le problème était plus complexe encore qu’il ne paraissait, et je crois qu’il nous a été dit tout ce qu’on peut nous dire en l’état actuel de la science.

  • 31 [Voir Article 23, note 36.]

73M. LALANDE31. — Il est à coup sûr très intéressant, et sans doute fructueux, de chercher à déterminer les catégories logiques par l’analyse du langage et par la grammaire générale. Mais il me semble que pour passer de l’un à l’autre domaine on s’est servi, dans tout ce qui vient d’être dit, de deux critères assez différents. Le premier consiste à admettre que les catégories logiques sont les catégories grammaticales, universelles, celles qu’on retrouve dans toutes les langues ; le second, à admettre que les catégories logiques sont celles des catégories grammaticales qui persisteraient seules dans les langues, si celles-ci avaient atteint le but idéal vers lequel elles tendent. Le premier critère est statique, actuel ; le second est pour ainsi dire « eschatologique » : il consiste dans le point de convergence, virtuel encore, que dessine le progrès des langues civilisées, ou plus exactement qu’il dessinerait, si des circonstances accessoires ne troublaient pas cette rationalisation graduelle. — Les deux critères aboutissent à des résultats très différents : le premier par exemple, comme l’a montré M. Couturat, exclut la réduction de tous les jugements au jugement de prédication, ayant pour copule est (ou tout autre signe représentant une relation unique, commune à tous les jugements) ; le second au contraire y semblerait plutôt favorable, puisque l’usage de cette copule se développe avec la civilisation, élimine les propositions nominales au profit des propositions verbales, et même semble-t-il, tend à ramener celles-ci à un type commun. — Lequel de ces deux critères adopterons-nous ?

  • 32 [Voir Article 18, note 28.]

74M. ÉLIE HALEVY32. — Je voudrais poser une question qui ressemble de très près à la question posée par Lalande. Elle porte, comme la sienne, sur les rapports de la logique et de la linguistique.

75M. Couturat nous dit que si nous appliquons à la généralité des langues la méthode comparative appliquée par les idistes à un petit nombre de langues civilisées, nous obtenons un résultat qui présente un haut intérêt non seulement pratique mais rationnel ; nous dégageons empiriquement un certain nombre d’éléments grammaticaux communs à toutes les langues, qui sont donc logiquement nécessaires à toute langue. Ainsi la linguistique en partie vérifie, en partie rectifie les vues de la logique classique. Il est prouvé, par exemple, qu’« il est absurde, au point de vue logistique, de considérer tous les verbes comme dérivant du verbe être, ou comme pouvant s’y ramener par une analyse soi-disant logique : J’aime = je suis aimant ». Mais M. Couturat ne raisonne pas toujours ainsi. Lorsqu’il arrive à la distinction du substantif et de l’adjectif, il se borne à nous dire que cette distinction n’a pas de fondement logique et doit être rejetée, sans nous dire si elle ne présente qu’un faible degré de généralité linguistique, sans nous dire si l’évolution naturelle du langage tend à l’abolir : ici, ce n’est pas la linguistique qui juge la logique ; c’est la logique qui juge la linguistique.

76Pour que la thèse développée par M. Couturat aux deux premières pages de son mémoire fut vraie, il faudrait, si je comprends bien cette thèse, que la grammaire générale nous révélât, dans toutes les langues, des modes d’expression identiques, ou extrêmement voisins, pour des catégories logiques identiques. Mais ce n’est pas ce qui ressort de certaines observations présentées aujourd’hui soit par M. Couturat, soit par M. Meillet. « La grammaire générale, vient de nous dire M. Couturat, constate que les catégories grammaticales (mieux vaudrait dire : logiques) sont beaucoup plus générales qu’on ne croit, et ne diffèrent, d’une langue à l’autre que par le mode d’expression ». De même M. Meillet a opposé la» diversité des formes » et l’« identité des fonctions » que la grammaire générale met en évidence. Voici donc mon embarras. Dois-je voir, dans la grammaire générale, une science qui aborde, sans aucun préjugé logique, l’élude des langues, et aboutit empiriquement à la constatation d’éléments grammaticaux communs à toutes, ces éléments devant être tenus, en conséquence, pour constituer autant de catégories logiques irréductibles ? Mais non, puisque, par exemple, le verbe est une de ces catégories irréductibles, et cependant n’est pas, dans toutes les langues, une partie du discours. Ou bien est-ce que la grammaire générale, partant de certaines notions relatives à la structure logique de la pensée, confronte avec ces notions, la structure réelle des langues, constate les accords, constate aussi les divergences souvent profondes, et cherche à expliquer par quels détours l’esprit humain sait utiliser, en vue d’une même fin logique, des formes d’expression, des « grammaires » très différentes les unes des autres ? Il me semble que ce sont deux manières opposées de concevoir le rapport de la logique et de la linguistique et la méthode linguistique elle-même ; il me semble qu’en peu de mots, soit M. Couturat, soit M. Meillet pourraient nous aider à choisir.

77M. MEILLET. — Pour notre compte, nous linguistes, nous ne faisons pas de logique et nous nous gardons de toute vue a priori. Nous n’étudions que les faits du langage, et une catégorie grammaticale (je dis grammaticale, et non logique) n’existe pour nous qu’en tant qu’elle est représentée par une forme définie. Mais nous pouvons discerner l’identité d’une catégorie sous la diversité des formes qui l’expriment. Même dans une seule langue, une même fonction grammaticale a des expressions diverses : pensez par exemple aux formes si variées que le latin donne à un même cas, comme le génitif. Si variées que soient ces formes, elles s’équivalent, parce qu’elles peuvent se substituer les unes aux autres dans la même phrase ou dans des phrases analogues. C’est pourquoi nous pouvons dire qu’elles correspondent à la même notion. Il en est de même quand on analyse différentes langues : on peut constater l’identité d’une fonction grammaticale sous les diverses formes qu’elle revêt. D’autre part, une catégorie universelle (c’est-à-dire commune à beaucoup de langues) a sans doute plus d’importance qu’une catégorie relativement rare (comme celle de genre). En outre, une catégorie qui tend à se généraliser doit apparemment avoir plus de valeur logique qu’une catégorie qui tend à disparaître. Dans tout cela, nous n’avons que des faits à observer, nous n’appliquons pas de critère logique et a priori.

78M. LALANDE. — Je comprends très bien que M. Meillet, se plaçant au point de vue linguistique, ne veuille pas trancher la question. Le linguiste constate les deux faits : universalité de certaines catégories grammaticales, tendance à la rationalisation des langues. Mais si nous voulons greffer sur ces constatations une méthode pour la détermination des idées et des lois logiques essentielles, le problème reste entier. Faudra-t-il admettre deux systèmes de catégories superposés, l’un éternel, qui s’exprime par les formes grammaticales universelles ; l’autre in fieri, que les formes grammaticales tendent à réaliser quand elles se développent sans accident ? Et si l’on admet cette dualité, la tiendra-t-on pour définitive ? Ou bien (j’y inclinerais naturellement pour ma part) considérera-t-on le point de vue du fieri comme le plus général, et par suite les catégories universelles apparaîtront-elles comme la partie du langage déjà suffisamment involuée, suffisamment uniformisée pour qu’elle se retrouve partout ? Car, ainsi que le faisait si justement observer tout à l’heure M. Meillet, l’histoire connue du langage est courte par rapport à sa préhistoire, et ce qui est aujourd’hui cristallisé peut avoir été malléable. Il me semble qu’avant de tirer du langage les catégories logiques il faudrait prendre parti, au moins provisoirement, sur ces hypothèses. Je désirerais savoir en particulier, ce qu’en pense Couturat.

79M. COUTURAT. — Voici ce que je crois pouvoir ajouter aux explications de M. Meillet. Il faut distinguer deux sens du mot catégorie, ou deux ordres de catégories grammaticales. On appelle d’une part catégorie tout un ensemble, une série de fonctions grammaticales qui appartiennent à un genre commun, par exemple le nombre en général. Puis dans cette catégorie générale on distingue diverses espèces, qu’on nomme aussi catégories (c’est par exemple le singulier, le pluriel, le duel). Eh bien ! pour ce qui est des catégories générales, on constate qu’elles sont à peu près universelles, et cela au sens statique : on en conclut qu’elles sont indispensables à tout langage. Par exemple, il serait absurde de faire une langue sans quelque distinction de nombre (comme M. Peano l’a essayé, du moins à l’origine : car il admet maintenant un signe du pluriel). D’autre part, quand on étudie les catégories spéciales, dont la nature et le nombre varient d’une langue à l’autre, on constate dans quel sens l’évolution tend à les réduire : c’est là qu’on applique le critérium dynamique ou évolutif. Par exemple, de ce que le duel disparaît partout avec le progrès de la civilisation, on conclura qu’il est inutile à une langue civilisée, comme doit être la L.I. On voit donc que les deux critères s’appliquent également, mais à deux ordres de faits. Mais jamais le linguiste n’applique un critère logique pour compléter ou suppléer les critères linguistiques. S’il dit que la distinction du substantif et de l’adjectif n’a pas grande importance, c’est parce que ces deux catégories, dans leur forme même, se distinguent faiblement dans la plupart des langues, et ont beaucoup de traits communs. C’est encore un résultat de l’observation des faits. Mais il appartient au logicien d’en tirer certaines conclusions, ou au moins certaines inférences probables.

  • 33 [Dominique Parodi (1870-1955), élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, enseigna (...)

80M. PARODI33. — Je me demande s’il est légitime de considérer exclusivement, comme on l’a fait jusqu’ici, le langage parlé. En réalité, et surtout aux origines, la parole ne peut pas se séparer du geste, de l’attitude générale, de l’expression de la physionomie, de l’intonation : on parle avec tout son corps. Il en résulte que les conclusions relatives à la plus ou moins grande généralité ou nécessité de certaines fonctions logiques, qu’on croit pouvoir tirer de la structure des langues, appellent, surtout lorsqu’elles paraîtraient négatives, de sérieuses réserves : et par exemple, de ce qu’il existe des propositions sans verbe exprimé, peut-on conclure pour autant que l’idée que traduirait le verbe, idée d’existence ou simplement d’affirmation, ait jamais pu, à aucun moment, être absente de la pensée ? Elle s’exprimait autrement, par le geste ou le ton. Nous n’avons pas encore, dans bien des cas, d’autre manière de traduire l’interrogation ; la phrase affirmative par excellence, oui, ne contient pas de verbe : mais c’est le mouvement de la tête qui affirme. — Ce n’est que plus tard sans doute, pour des raisons diverses, commodité, tendance à l’homogénéité, nécessité de faire correspondre exactement la phrase parlée à la phrase écrite, etc., que le langage parlé tend à se rendre indépendant du geste, à exprimer selon son mode propre tous les éléments ou toutes les articulations de la pensée, — à se suffire à lui-même, en un mot. Et ce serait peut-être là une loi directrice de l’évolution des langues, à ajouter à celles qu’on a indiquées précédemment.

81M. COUTURAT. — Il est bien vrai que le langage, surtout chez les primitifs, s’accompagne d’une mimique et d’une gesticulation très expressives, qui souvent le remplacent dans bien des cas (par exemple, chez les Napolitains, il y a, dit-on, une véritable langue de signes, signes naturels, non conventionnels comme ceux des sourds-muets, qui ne sont qu’une traduction de notre langage parlé). Mais on comprend que, à mesure que l’usage écrit se développe, on tende à faire rentrer dans la langue écrite tous les éléments d’expression ou au moins de signification. L’interrogation en est un exemple. Il arrive souvent que l’interrogation ne s’exprime que par l’intonation. Mais c’est un fait linguistique, qu’elle tend de plus en plus à s’exprimer par des particules spéciales plutôt que par l’ordre des mots (l’inversion du verbe et du sujet, usitée dans beaucoup de nos langues). C’est ainsi que le français emploie de plus en plus « est-ce que », et, dans le langage populaire, il s’est formé une particule interrogative très curieuse : « ti » qui vient des 3personnes de la forme : « aime-t-il » ; le sens interrogatif s’est attaché à ce son « ti », et par analogie on l’emploie à toutes les personnes : « j’aime-ti ; nous sommes-ti… » Ainsi la linguistique semble confirmer la supposition de M. Parodi. Je note également que, dans une langue comme l’espagnol, où l’interrogation n’est marquée que par l’inversion, et par suite n’est pas toujours visible au lecteur dès l’abord, on a l’usage de poser un signe d’interrogation au début de la proposition interrogative (même subordonnée), pour l’avertir de changer de ton. C’est un moyen de noter graphiquement l’intonation, qui est ici le signe nécessaire.

Notes

1 Présents à cette séance MM. Beaulavon, Brunschvicg, Couturat, Cresson, Delacroix, Delbos, Drouin, Halévy, Huguet, Laberthonnière, J. Lachelier. A. Lalande, X. Léon, Lévy-Bruhl, Meillet, Meyerson, Ogereau, Parodi, Tisserand, Vendryes, J. Weber, Winter.

2 [Otto Jespersen (1860-1943) était professeur d’anglais à l’université de Copenhague. Engagé dans la Délégation pour la Langue internationale auxiliaire depuis 1907, il était aussi président de l’Académie de l’Ido. Il finira cependant par s’en éloigner, en rompant avec Couturat, dont il suspectait l’autoritarisme, pour rejoindre plus tard, un autre projet de langue international, le Novial.]

3 [Voir Article 32, note 8.]

4 [Cf. Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 95sq.]

5 [Voir Article 32, note 2.]

6 [Voir Article 31, note 5.]

7 [Il s’agit toujours de l’Article 32]

8 [Selon la conception de Franz Bopp et d’autres.]

9 [« L’esprit met en mouvement la masse matérielle », Virgile, Énéide, VI, v. 727.]

10 [Voir Article 31, note 1 et note 7.]

11 [L. Couturat et L. Leau, Histoire de la langue universelle, Paris, Alcan, 1903.]

12 [L. Couturat, Étude sur la dérivation en Esperanto, Brodard, Coulommiers, 1907.]

13 [Joseph Vendryes (1875-1960) enseignait les langues et littératures celtiques à l’École pratique des hautes études et la linguistique à la Faculté des lettres de Paris. On lui doit principalement un ouvrage de synthèse Le Langage. Introduction linguistique à l’Histoire, Paris, La Renaissance du livre, 1923, réédité dans la Collection L’Évolution de l’Humanité, Paris, Albin Michel, 1950.]

14 [Edmond Huguet (1863-1948), élève de l’École normale supérieure et agrégé de grammaire, était alors Maître de conférences de grammaire et histoire de la langue française à la Faculté des lettres de Paris, où il deviendra ultérieurement professeur.]

15 [Franz Boas (1858-1942), d’origine allemande, est considéré comme le fondateur de l’ethnologie américaine. Le titre complet du livre est Handbook of American Indian Languages, Part 1, Washington, 1911.]

16 [Edward Taylor (ou Tylor) (1832-1917) est connu comme l’auteur de Primitive Culture, 2 vol., London, 1871, traduits en français par Pauline Brunet sous le titre La civilisation primitive, Paris, Reinwald, 1876 et 1878.]

17 [Cf. Louis Couturat, « Expérience de double traduction en langue internationale », RMM, t. XVII (2) 1909, p. 274-275.]

18 [Voir Article 18, note 26.]

19 [Sur le sens de la notion logique de fonction propositionnelle chez Russell (mais d’abord chez Frege), cf. Couturat, Les Principes des Mathématiques, Paris, Alcan, 1905, p. 17, et ici même Article 40, § 1.]

20 [Jean Weber (né en 1873) est le frère de Louis Weber (voir. Article 3, Présentation). Il fut peut-être l’élève de Bergson au Collège Rollin. Il a publié très jeune, en 1894, un unique article, d’inspiration bergsonienne, « Une étude réaliste de l’acte et ses conséquences morales », RMM, t. II (1894), pp. 531-562. Agrégé de lettres en 1896, nommé au lycée de Montluçon, il démissionne de l’enseignement. Il est aussi l’auteur d’un livre de vulgarisation Le panorama des siècles, aperçu d’histoire universelle, Paris, Schleicher frères, 1898. Il entrera ensuite dans l’administration du ministère des Colonies comme rédacteur puis gravira les échelons d’une belle carrière de haut fonctionnaire. Il sera enfin administrateur de société commerciale coloniale (directeur général de la Compagnie Sangha-Oubanghi, président de la Cie forestière). — Je remercie Stéphan Soulié de m’avoir fourni ces renseignements.]

21 [Cf. Henri Poincaré, « L’invention mathématique », L’Enseignement mathématique, X (1908), pp. 357-371, repris dans Science et Méthode, Paris, Flammarion, 1914.]

22 [Friedrich Christian Diez (plutôt que Dietz, comme il est écrit dans le texte de l’article) (1794-1876), était un philologue spécialiste de la grammaire et de l’étymologie des langues romanes. Trad. française par Gaston Paris de son Introduction à la Grammaire des langues romanes, Paris-Leipzig, 1863.]

23 [Joseph de Maistre (1753-1821), Les Soirées de Saint-Petersbourg ou Entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence, Tome premier, Anvers, 1821, Deuxième entretien, p. 101.]

24 [Leopold Pfaundler (1839-1920), physicien et chimiste, professeur à l’université de Graz et adepte de l’Ido. Il publiera Internationales photographisches Lexikon in Ido, en allemand, anglais, français et italien, Iena, 1914.]

25 [Henri Delacroix (1873-1937), agrégé de philosophie, enseignait alors la psychologie à l’université de Caen, avant de rejoindre la Faculté des lettres de Paris en 1919. Sur le sujet de la présente discussion, il publiera Le langage et la pensée, Paris, Alcan, 1924.]

26 [Albert Séchehaye (1870-1946), élève de Saussure à Genève, éditeur avec Charles Bally du Cours de Linguistique générale, avait publié Programme et méthodes de la linguistique théorique. Psychologie du langage, Paris, Champion, 1908.]

27 [Jacob van Ginneken (1877-1945), jésuite, docteur de l’université de Leyde, avait publié Principes de Linguistique psychologique Essai de synthèse, Paris-Leipzig-Amsterdam, 1907.]

28 [Maurice Grammont (1866-1946), occupait alors la chaire de Grammaire et philologie à l’université de Montpellier. Sa thèse de doctorat portait sur La dissimilation consonantique dans les langues indo-européennes et dans les langues romanes, Dijon, 1895.]

29 [Wilhelm Wundt (1832-1920), professeur à l’université de Leipzig, auteur d’une œuvre considérable. Les deux premiers des dix volumes de sa Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythos und Sitte, Leipzig 1900–1920, portent sur le langage.]

30 [« Représentation globale », concept central de la psychologie du langage de Wundt.]

31 [Voir Article 23, note 36.]

32 [Voir Article 18, note 28.]

33 [Dominique Parodi (1870-1955), élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, enseignait alors au Lycée Michelet. Il deviendra Inspecteur de l’Instruction publique en 1919, puis membre de l’Académie des sciences morales et politiques.]

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter