Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Logique, mathématiques, langue universelle

 | 
Louis Couturat

Troisième partie: 1906-1917

ARTICLE 33

Sur la structure logique du langage

Revue de Métaphysique et de Morale, 1912, t. XX, p. 1-24

Note de l’éditeur

Cet article fait suite au précédent, qu’il complète, tout en se plaçant sous la même inspiration leibnizienne, explicite dès l’introduction du texte. Il constitue la base de la discussion qui sera poursuivie, au moment même de sa parution, à la Société française de philosophie [Article 34]. L’évocation des programmes de la classe de philosophie aux premières lignes de l’article trouvera à son tour un prolongement dans une séance ultérieure de la Société [Article 37], consacrée à une proposition de réforme de ces programmes. Ces trois articles forment donc la somme de la philosophie du langage de Couturat, dont l’exposé se trouve remarquablement enrichi par les discussions des membres de la Société.

Texte intégral

  • 1 Il est très amusant de voir Bersot, jeune professeur de philosophie, inquiété en 1842 par les autor (...)
  • 2 Leibniz, Nouveaux Essais, III, VII, § 6. Et plus spécialement § 3 : « Il est très vrai que la doctr (...)
  • 3 [Telle fut notamment la conception de Franz Bopp (1791-1867), considérant la langue comme un organi (...)
  • 4 Collège de France, 1910-11 [Voir Article 32, note 1]. Nous avons publié une analyse de ce cours dan (...)
  • 5 Nous nous référons aux articles que nous avons déjà publiés ici sur des sujets connexes : Sur une a (...)

1S’il fallait en croire les programmes de la classe de philosophie, les philosophes ne s’intéresseraient au langage que pour en rechercher l’origine. Or la question de l’origine du langage n’est pas plus philosophique que scientifique ; et, si tant est qu’elle ait un sens, elle ne relève que de l’imagination et du mythe1. En revanche, il y a une étude parfaitement positive, et bien digne de l’attention des philosophes : c’est celle du langage tel qu’il est, dans les innombrables formes qu’il revêt dans les différents peuples et aux diverses époques : c’est celle de la structure des langues et de leur évolution. Car en somme, de toutes les manifestations de la pensée, le langage est la plus universelle et, malgré tout, la plus adéquate. Si imparfait qu’il soit comme mode d’expression, il est encore le plus commode et le plus complet. Il est impossible que l’esprit humain, qui le façonne et le transforme sans cesse pour son usage, n’y imprime pas la trace de ses tendances et de ses fonctions, et que les formes du langage ne reflètent pas, dans une certaine mesure, les formes de la pensée. « Je crois véritablement que les langues sont le meilleur miroir de l’esprit humain, et qu’une analyse exacte de la signification des mots ferait mieux connaître que toute autre chose les opérations de l’entendement2. » Malgré ce conseil, les philosophes ont trop longtemps négligé la grammaire générale ; et les linguistes, de leur côté, l’ont également négligée, par défiance pour la philosophie. Il en est résulté une séparation complète de la logique et de la linguistique, au détriment de toutes les deux. Mais de nos jours, les linguistes ont cessé de professer un dédain systématique pour la philosophie, et une aversion pour les « idées générales » ; ils ont fini par s’apercevoir que les langues ne sont pas des « organismes » qui évolueraient d’une manière inconsciente et spontanée, en dehors et presque indépendamment des esprits3. Ils ont reconnu que la pensée, et même la pensée consciente et réfléchie, joue un rôle essentiel dans cette évolution ; que les langues sont en somme des instruments de cette pensée, et qu’elle les fabrique naturellement suivant ses besoins. Parmi les facteurs de cette évolution, il faut faire place à une logique inconsciente et instinctive, dont tes formes du langage sont une manifestation, si confuse qu’elle soit. Or des études de « grammaire comparée » il ressort que certaines formes grammaticales sont à peu près universelles, et constituent implicitement une « grammaire générale ». Il n’est pas possible que ces « catégories grammaticales » n’aient pas quelque relation avec les « catégories logiques ». Dès lors, au lieu de construire le système des catégories a priori et pour ainsi dire dans le vide, ou de le calquer (comme Kant) sur les cadres scolastiques d’une logique surannée, en y ajoutant de fausses fenêtres pour la symétrie, ne serait-il pas plus sage, et plus sûr, de s’inspirer des résultats de la grammaire comparée ? Ce sont ces résultats que nous voulons exposer ici, d’après le cours récent de M. Meillet sur la morphologie générale et les catégories grammaticales4. Il va sans dire que les conclusions de ce cours reposent sur une étude strictement objective des faits linguistiques, sans aucune idée préconçue, et sur une enquête comparative s’étendant à toutes les langues humaines, même les moins civilisées. Or il en est ressorti ce fait, qui a étonné le professeur lui-même, que les catégories grammaticales sont beaucoup plus universelles qu’on ne se l’imagine : ce qui diffère surtout, ce sont les formes, c’est-à-dire les moyens d’expression ; mais les idées fondamentales sont sensiblement les mêmes. Ce fait prouve que la pensée humaine est plus uniforme qu’on ne le croit d’ordinaire ; il réfute à la fois les nominalistes, qui prétendent que la logique dépend exclusivement des formes du langage, et qu’il y a « autant de logiques que de langues » ; et les sociologues ou ethnologues qui, exagérant la diversité des races d’après les caractères physiques et extérieurs, tendent à établir entre elles une hétérogénéité fondamentale au point de vue intellectuel, et admettraient volontiers que chaque race a sa « logique » spéciale. Ce qui ressort de cette vaste exploration linguistique, c’est, malgré l’énorme différence matérielle des langues et leurs divers degrés de développement, l’unité essentielle de l’esprit humain. Cela donne encore plus de valeur philosophique aux conclusions de ces recherches, car cela nous permet d’affirmer que la structure de nos langues ne correspond pas seulement à une logique « latine », « européenne » ou « aryenne », mais à la Logique tout court5.

I Les classes de mots

2La distinction la plus fondamentale (et la plus générale aussi) que présentent les « catégories grammaticales » est celle du nom et du verbe. Pour le linguiste, elle est définie par certaines différences morphologiques ; essayons d’en donner une définition logique. Le verbe exprime une action, un état, une relation, en résumé, un fait, un événement ; il implique un élément d’affirmation (d’assertion, pour mieux dire), car il exprime toujours le fait sous une certaine modalité (qui est précisément le mode), dans un certain rapport avec l’existence ou la réalité. Le nom, au contraire, exprime un être ou une chose, en un mot, un objet, réel ou imaginaire, existant ou non existant, sans impliquer aucune assertion à son sujet. Cet objet peut être ce qu’on appelle une qualité abstraite ; nous savons bien que les notions de qualités ne sont pas plus « abstraites » que les autres, que le courage n’est pas plus une abstraction que le courageux, ou que l’homme. Ce que le nom exprime, c’est un concept, une notion abstraite et générale (plus ou moins abstraite, plus ou moins générale, peu importe ici).

  • 6 Nous prenons nos exemples dans une langue logique (l’Ido) ; car nos langues peuvent induire en erre (...)
  • 7 Si les logiciens anciens et modernes avaient prêté plus d’attention à ce type de proposition, ils a (...)

3Le verbe est l’élément essentiel de la proposition, puisque seul il enveloppe une assertion. La proposition peut se réduire au verbe, dans le cas du verbe dit impersonnel : pluvus, il pleut ; ventas, il vente6. On affirme l’existence du phénomène pluie, vent ; et à cela un mot suffit. C’est le type de proposition le plus simple, et nous serions tenté de dire : le plus pur, car il met en évidence ce fait, que le verbe est l’élément nécessaire et suffisant de toute proposition7.

  • 8 Nous engageons vivement les philosophes à adopter cette terminologie qui est celle des grammairiens (...)

4Un autre type de proposition, non pas plus complet, mais plus complexe, se compose d’un verbe et d’un nom. Il correspond au cas où le phénomène qu’on énonce a un « sujet », c’est-à-dire, au sens étymologique et logique, un substratum se rapporte à un objet particulier : Pierre dort, Paul court, (une) pierre tombe. Ce sont là des propositions complètes. Elles se composent d’un sujet, qui est le nom, et d’un prédicat, qui est le verbe. Elles consistent à affirmer que le fait indiqué par le prédicat a lieu dans l’être indiqué par le sujet. Nous les appellerons propositions prédicatives. Toute proposition à sujet se ramène à cette forme, sujet et prédicat : celui-ci exprime un fait qui se passe dans le sujet, ou par rapport à lui. On sait que la logique moderne a été amenée à distinguer nettement ces deux éléments de la proposition : un sujet, et ce que l’on affirme de ce sujet ; comme on pourrait l’affirmer également d’un autre sujet, on est conduit à considérer le sujet comme une variable (x) dont le prédicat est une fonction8. C’est la conception des fonctions propositionnelles. Le verbe exprime, soit un état, soit une action ; mais cet état ou cette action peut être déterminé, ou précisé par diverses circonstances, de temps, de lieu, etc. C’est ce qu’indiquent les compléments, qui accompagnent même les verbes intransitifs (comme ceux que nous avons cités). Pierre dort : où ? depuis quand ? — Paul court : où, et vers où ? — Une pierre tombe : où, et d’où ? sur qui ou sur quoi ? etc., etc. Tous ces compléments (introduits par des prépositions) « complètent » le prédicat et en font partie : ils précisent et achèvent la description du phénomène, et non pas celle du sujet.

  • 9 Nous ne parlons pas des verbes composés : « on a pitié de quelqu’un, mais on le plaint » ; ni de la (...)

5Parmi tous ces compléments, il y a, pour certains verbes, un complément qu’on appelle direct, parce qu’il s’y joint sans préposition (ou au moyen de l’accusatif). Il représente en général (mais pas toujours) l’objet sur lequel porte l’action du sujet : « Pierre bat Paul, envoie Paul, regrette Paul », etc. Mais il n’y a pas de différence logique entre un complément direct et un complément indirect ; on nuit à quelqu’un, mais on le lèse ou on l’offense ; on parle à quelqu’un, mais on l’appelle ou on l’interpelle, etc.9.

  • 10 Exemple classique du double accusatif : doceo pueros grammaticam. Ce double accusatif n’aurait pas (...)

6Souvent le complément direct et le complément indirect peuvent échanger leur rôle : « on donne quelque chose à quelqu’un, mais on gratifie quelqu’un de quelque chose ; on dérobe quelque chose à quelqu’un, mais on dépouille quelqu’un de quelque chose ; on enseigne la grammaire aux enfants, mais on les instruit sur la grammaire10, » etc.

7Au point de vue logique, un verbe (transitif ou non) accompagné d’un ou plusieurs compléments exprime une relation entre eux et le sujet. « Pierre donne un livre à Paul ; Pierre vend un cheval à Paul » : ces propositions expriment en réalité une relation entre trois termes ; et les mêmes relations sont exprimées par : « Paul reçoit un livre de Pierre ; Paul achète un cheval à Pierre ». Il n’y a donc pas de différence logique, non seulement entre les compléments, mais entre un complément et le sujet. Logiquement, tous les termes de la proposition, quel que soit leur nombre, sont les sujets du verbe qui exprime leur relation. C’est ce qu’on voit clairement quand la relation est symétrique : « Pierre est frère de Paul, — est égal à Paul », signifie en réalité : « Pierre et Paul sont frères, — sont égaux ». Le fait que le langage préfère la forme de proposition à un sujet s’explique, d’une part, parce que la plupart des relations ne sont pas symétriques, d’autre part, parce que l’on s’intéresse généralement de préférence à l’un des termes, l’être ou l’objet dont il est question. Jamais on n’aurait dit : « Paul est battu par Pierre », si l’on n’avait pas eu un motif pour s’intéresser à Paul plus qu’à Pierre, et pour porter sur lui l’attention. Voilà pourquoi, même quand il s’agit d’une relation symétrique, on prend un de ses termes comme sujet.

  • 11 En français on a des phrases de cette forme, soit dans les proverbes (« Diseur de bons mots, mauvai (...)

8Nous avons analysé jusqu’ici des phrases verbales. Mais les linguistes considèrent aussi des phrases nominales ; ce sont celles où le prédicat est un autre nom (en général, un adjectif) ; Pierre bon, Pierre maçon. Cette forme de phrase n’existe pas dans les langues de l’Europe occidentale, en vertu d’une évolution que nous allons indiquer ; mais elle existe dans beaucoup d’autres langues, soit anciennes (grec, latin), soit modernes ; (russe). Il ne faut pas dire que la copule y manque, ou y est sous-entendue ; la copule n’existe pas dans l’état primitif, et l’on n’en sent pas le besoin. Toutefois, on y supplée par divers moyens, soit par l’ordre des mots, soit par des formes différentes : en russe, l’adjectif a deux formes diverses, suivant qu’il est épithète ou attribut (novy dom = la maison neuve ; dom nov = la maison est neuve)11.

  • 12 Remarquer cet ordre : toujours est suit l’attribut et lui est accolé (il est souvent enclitique) : (...)
  • 13 Exemple : fui (latin) vient de la racine qui signifie croître ; de même l’allemand bin ; et l’allem (...)

9Aussi est-ce un fait général, que les phrases nominales sont devenues verbales par l’introduction d’un verbe comme copule : c’est ce qui est arrivé en grec, en latin, etc. Pourquoi ? parce qu’on a senti qu’il manquait quelque chose pour exprimer l’assertion, l’attribution d’un nom à l’autre. Or comme l’assertion s’exprime, dans les phrases verbales, par des verbes (d’ailleurs variés, parce qu’ils expriment en même temps des notions concrètes), on a été conduit à employer pour ce rôle un verbe (de préférence un verbe à sens vague ou très général). Nos langues ont pris le verbe être, qui signifiait l’existence, pour indiquer la simple attribution : homo bonus est12 a signifié d’abord : « homme bon existe » avant de signifier : « l’homme est bon ». Mais d’autres langues emploient comme copules d’autres verbes, plus ou moins détournés de leur sens13, ou même d’autres espèces de mots, par exemple, un démonstratif (en hébreu). Le fait essentiel est la création d’une copule, au moyen d’éléments quelconques, pour exprimer la relation d’attribution entre deux noms. Cette création est une conquête de l’esprit logique et le fruit d’un grand effort d’abstraction. Aussi caractérise-t-elle les langues les plus civilisées, et, même chez elles, elle est tardive.

10Il est donc absurde, au point de vue linguistique, de considérer tous les verbes comme dérivant du verbe être, ou comme pouvant s’y ramener par une analyse soi-disant logique : J’aime = je suis aimant. On sait que cela n’est pas moins absurde au point de vue de la logique moderne : Pierre bat Paul exprime un fait qui se passe entre Pierre et Paul, et nullement l’attribution à Pierre de la qualité : « battant Paul ». La réduction de tous les jugements à des jugements d’attribution (à copule) est l’erreur fondamentale de la Logique classique ; on sait combien elle a duré, et combien elle a engendré d’opinions fausses et pernicieuses. C’est grâce à elle que, pendant des siècles, on a cru que tout raisonnement déductif est réductible au syllogisme, ou, qui pis est, que la Logique repose sur le seul principe de contradiction. La linguistique s’accorde avec la logique pour condamner cette conception et lui retirer tout fondement, même historique. Les jugements d’attribution ne sont pas la règle, mais plutôt l’exception ; loin de constituer la forme générale et normale des jugements, ils ne sont qu’une forme toute particulière. La forme générale est le jugement de prédication, où le prédicat peut être un verbe quelconque, seul ou accompagné de compléments.

11Même quand le verbe être figure formellement dans la phrase, il n’est souvent qu’une copule apparente : « A est égal à B » équivaut à : « A égale B », et la vraie copule est le verbe égaler. Cela devient évident quand on considère les prémisses du pseudo-syllogisme : « A est égal à B ; B est égal à C ». Il serait absurde de considérer comme termes les attributs : « égal à B, égal à C », car alors le syllogisme aurait quatre termes. Les véritables termes sont A, B, C.

12On voit ainsi qu’un verbe peut équivaloir au verbe être plus un nom : égaler être égal à (c’est plus clair et plus correct en Ido : esar-egala egal-esar) ; ressembler être semblable (esar-simila simil-esar), etc. C’est là le grain de vérité qu’enferme la fausse conception de 1’« analyse logique ». Seulement, loin de réduire tous les verbes au seul verbe être, elle montre bien plutôt comment le verbe être peut engendrer des verbes à sens concret : patronner = être patron de (patron-esar). Et, cela explique que le verbe être, essentiellement intransitif, puisse composer des verbes transitifs : ils sont transitifs, parce qu’ils expriment une relation entre deux termes, dont l’un est pris pour sujet et l’autre pour complément direct.

13De même, l’analyse : j’aime je suis aimant n’est pas fausse ; elle est même juste, si j’aime est compris intransitivement, comme exprimant un état du sujet. (Leibniz l’avait déjà remarqué : sum aeger aegroto). Ce qui est faux, c’est de considérer cette analyse comme nécessaire au point de vue logique, et la seconde expression comme plus explicite que la première, alors qu’elle n’en est qu’une périphrase. Mais cette périphrase peut être utile pour exprimer une nuance spéciale, comme en anglais : I am, was writing. En Ido, me esas, esis skribanta ne signifie pas simplement : j’écris, j’écrivais, mais : je suis, j’étais en train d’écrire. Le verbe être joint à un participe (qui est adjectif) convient parfaitement pour exprimer un état qui résulte d’une action. C’est le moyen d’exprimer en Ido ce que les grammairiens appellent les temps continus.

14Par nom, nous avons entendu, jusqu’ici, indifféremment, le substantif ou l’adjectif. En effet, autant le verbe diffère profondément du nom par toutes ses propriétés linguistiques et logiques, autant l’adjectif diffère peu du substantif. On dit souvent que le substantif exprime un objet, un être (une substance), et que l’adjectif exprime une qualité (un accident). C’est là une erreur, ou du moins une mauvaise manière de parler, qui peut engendrer de graves erreurs. L’adjectif désigne, non une qualité, mais un objet qui possède cette qualité ; il est aussi « concret » que le substantif. Et inversement, le substantif est aussi « abstrait » que l’adjectif : car il ne désigne, lui aussi, l’objet que par un concept, qui est un ensemble de caractères ou de qualités. Le mot cheval exprime un concept abstrait et général tout comme le mot blanc, et si l’un correspond à la classe des chevaux, l’autre correspond à la classe des objets blancs. Cela est une vérité familière à tous les philosophes ; et elle se trouve confirmée par la logistique, qui traite de la même manière les deux concepts : cheval blanc est le produit logique des deux termes, et il est symétrique, de sorte qu’on ne peut pas dire si l’on isole parmi les chevaux ceux qui sont blancs, ou, parmi les objets blancs, ceux qui sont des chevaux. — D’autre part, les qualités sont aussi des objets, et ont elles-mêmes pour noms des substantifs, soit primitifs (courage), soit dérivés (sagesse). Il est donc doublement faux de dire qu’un adjectif représente une qualité.

15La seule différence de l’adjectif et du substantif est que l’adjectif (comme son nom l’indique) s’ajoute à un substantif pour en particulariser le sens ; cela se traduit, grammaticalement, par le fait qu’il s’accorde avec son substantif ; mais cet accord n’est nullement nécessaire : il n’existe pas en anglais, ni en Ido. Logiquement, le substantif implique l’idée de substance, d’être complet, et par suite l’adjectif en est en général privé ; quand on parle d’un chien, on conçoit un certain être ; mais quand on parle de blanc, on ne pense à aucun être blanc. Néanmoins, il suffit que le substantif soit absent ou sous-entendu pour que l’adjectif prenne la valeur d’un substantif : dès qu’on dit : un blanc, tout court, on comprend, soit un homme blanc, soit un espace blanc. De même : un sage, un juste, un avare, un aveugle sont autant d’adjectifs jouant le rôle de substantifs. Et la meilleure preuve de l’analogie des deux classes de mots est qu’elles peuvent parfois échanger leurs fonctions : un sage sceptique est un sceptique sage, un philosophe grec est un Grec philosophe ; etc. La différence n’est qu’une nuance, suivant que l’on considère une des qualités comme plus essentielle que l’autre, ou simplement comme plus importante ou plus intéressante en la circonstance : car il est évident qu’on est Grec avant d’être philosophe ; et néanmoins nous parlons plutôt des philosophes grecs que des Grecs philosophes.

II La dérivation

16Les relations entre les diverses classes de mots se manifestent principalement par la dérivation. Comme nous avons déjà traité partiellement ce sujet ici même, nous nous bornerons aux indications nécessaires pour que notre exposé soit complet.

17Une racine exprime une idée, qui par elle-même n’a pas de caractère grammatical déterminé. Ce caractère sera déterminé seulement par les flexions ou les affixes. Néanmoins, il convient de distinguer deux classes de racines : les racines verbales, qui expriment un fait (acte, état, événement), et les racines nominales, qui expriment un objet (être, chose ou qualité).

18Comme on l’a vu, les faits eux-mêmes peuvent être considérés comme objets, quand on les dépouille de tout élément d’assertion. Au contraire, les objets ne peuvent pas être conçus comme des faits, ni devenir objet d’assertion : on ne peut pas affirmer la notion de père, ni celle de maison, ni celle de beau, ou de beauté. Il en résulte que les racines verbales peuvent engendrer des noms, tandis que les racines nominales ne peuvent pas (logiquement et par elles-mêmes) engendrer des verbes.

  • 14 En français quelques substantifs sont d’anciens infinitifs : baiser, repentir, rire, déjeuner, dîne (...)

19Que signifie le nom engendré par une racine verbale ? Il ne peut signifier que la notion du fait qu’exprime cette racine : pluv-o pluie, vent-o vent (-o étant la finale caractéristique du substantif, il suffit de la substituer à la finale verbale). Un tel substantif équivaut à peu près à l’infinitif, car celui-ci est une sorte de substantif du verbe, où l’idée verbale est dépouillée de toute détermination, et de sa valeur d’assertion14. « Mentir est honteux » ou : « Le mensonge est honteux », c’est deux manières de dire la même chose (Mentiar, ou : mentio esas shaminda).

20Il s’ensuit qu’on ne peut dériver (logiquement et immédiatement) un verbe d’un nom que si celui-ci exprime un fait (état ou action). Par exemple, de paco (paix) on peut dériver le verbe pacar (être en paix, mais non : faire la paix, ou : pacifier), car de pacar, inversement, on pourra dériver paco (état de paix, c.-à-d. paix). De muziko (musique, art ou occupation) on peut dériver musikar (faire de la musique), car de muzikar on pourra dériver, inversement, muziko (action de faire de la musique, c.-à-d. musique).

  • 15 Nous empruntons ces remarques à M. Peus, rédacteur de l’Internaciona Socialisto, Dessau, juin 1911 (...)

21Mais nos langues, qui ne se permettent pas toujours cette dérivation très simple et très logique, l’étendent à une multitude de cas différents de celui-là, et ne se gênent pas pour verbifier une foule de noms d’objets. Il en résulte que les verbes ainsi dérivés ont des relations très diverses avec l’idée de la racine : tantôt (et rarement) ils signifient être tel : patronner, égaler, jalouser ; tantôt rendre tel ; calmer, fixer, libérer ; tantôt devenir tel : blanchir, vieillir, grandir ; tantôt garnir ou revêtir de : saler, seller ; tantôt employer, appliquer, traiter par : clouer, marteler, bêcher, piocher, boutonner, visser ; tantôt produire : fleurir, bourgeonner, saliver ; tantôt d’autres relations complexes ou très vagues, comme : biaiser, brusquer, chérir, croiser, écharper, espacer, fermenter, fesser, gorger, hiverner, jardiner, maçonner, peler, plumer, pester, pivoter, poisser, saigner, seriner, singer, tabler, trôner, zébrer. Le français est relativement modéré dans ces formations ; elles sont encore plus fréquentes en allemand, et surtout en anglais, où l’on peut verbifier presque tous les noms. Or ce système trop commode a de graves inconvénients logiques. Même à l’intérieur d’une seule langue, la verbification immédiate correspond à toutes sortes de relations diverses et même inverses : dessaler est le contraire de saler, mais détrôner n’est pas le contraire de trôner, et déplumer est synonyme de plumer. En outre, d’une langue à l’autre, ces dérivés trop élastiques changent de forme ou de sens, et par suite deviennent inintelligibles ; l’allemand dokumentieren ne signifie pas documenter, ni l’allemand finanzieren, financer ; l’allemand köpfen signifie décapiter ; l’allemand ochsen signifie travailler comme un bœuf (français : bûcher, autre ellipse inintelligible), et stieren : regarder à la façon d’un taureau. Mausen, dit d’un chat, signifie prendre des souris ; dit d’une personne, signifie fureter, courir comme une souris ; herzen (de herz = cœur) signifie presser sur son cœur ; pourquoi pas « prendre à cœur », ou « donner du cœur », etc.15 ? Tout cela prouve que les dérivés de ce type sont illogiques, et par suite équivoques ou obscurs. Pourquoi ? parce qu’il y manque un élément essentiel, qui indique l’espèce de relation qui unit le verbe à la racine nominale.

22C’est pourquoi ces dérivés ont souvent plusieurs sens dans une même langue : blanchir, vieillir et bien d’autres verbes en ir sont à la fois transitifs et intransitifs. À côté d’eux on distingue grandir intransitif, et agrandir transitif ; enforcir intransitif, et renforcer transitif ; mais cet emploi de préfixes devient équivoque à son tour, et em-bellir est à la fois transitif et intransitif. À côté de jalouser, on a rival-iser ; à côté de patronner, maîtr-iser. À côté de clouer on a clou-ter (klov-agar, klov-izar) ; à côté de saler, alcool-iser ; à côté de seller, en-rubanner ; à côté de fleurir, fruct-ifier ; à côté de peler, é-cosser, dé-noyauter ; etc., etc.

23Ainsi nos langues elles-mêmes ont senti l’insuffisance et le danger de cette verbification immédiate, et ont recouru en bien des cas, soit à des suffixes, soit à des préfixes, pour préciser la relation à exprimer. Toutefois, là encore, elles offrent, comme on voit, des inconséquences qu’une langue logique devrait éviter, dans l’intérêt même de la facilité pratique.

24La condition logique à laquelle nous faisons allusion est le principe d’univocité, mis en lumière par M. Ostwald : « Chaque notion doit être exprimée par un morphème (élément de mot) et par un seul. » Cette condition est évidente, s’il est vrai que le langage est un système de signes, et qu’un système de signes n’est parfait, et même n’est utile et sûr, que s’il y a une correspondance univoque et réciproque entre chaque signe et l’idée qu’il signifie.

25En conséquence de ce principe, les diverses relations, énumérées plus haut, entre un verbe et le nom dont il dérive, doivent être exprimées par des affixes spéciaux. Peu importe, pour notre objet, la forme de ces affixes, choisis autant que possible parmi ceux qui dans nos langues ont (le plus souvent) un sens et un rôle analogues. Ce choix peut être plus ou moins heureux, plaire plus ou moins à chaque nation, suivant qu’il se rapproche plus ou moins de son usage propre. Il nous suffit d’avoir prouvé que, dans une langue logique, l’emploi d’affixes quelconques est nécessaire pour verbifier les substantifs.

  • 16 De même : marlelo = marteau, martel-agar = marteler, donc : martel-ago = martèlement ou martelage.

26Nous avons dit que le substantif immédiatement dérivé d’un verbe signifie (et ne peut logiquement que signifier) le fait même exprimé par ce verbe. Cette dérivation a de nombreux exemples dans nos langues, par exemple en français, dans les substantifs verbaux : abandon, appel, attaque, envoi, arrêt, marche, avance, retard, vol, etc., etc. Le fait que dans beaucoup d’autres cas on emploie divers affixes (balay-age, mors-ure, abdic-ation, perc-ement, etc.) ne peut être un argument contraire. Car souvent ces affixes sont nécessaires pour distinguer le substantif dérivé du verbe du substantif primitif ; exemple : couronne, couronner, couronnement : Si (comme dans nos langues) on dérivait immédiatement kron-ar de kron-o, du verbe kronar on devrait dériver le substantif d’action krono, de sorte que krono signifierait à la fois couronne et couronnement. C’est une violation évidente du principe d’univocité. Au contraire, si de krono on dérive kron-izar (par le suffixe -is), le substantif d’action est kron-izo, distinct de krono16. Il suffit de considérer ces trois notions : couronne, couronner, couronnement, pour remarquer que la 2e et la 3e sont identiques (à part la forme grammaticale), tandis qu’elles diffèrent de la 1re. C’est donc pour passer de la lre à la 2e qu’il faut employer un affixe (modificateur de sens), et non pour passer de la 2e à la 3e.

27D’un verbe on peut dériver d’autres noms que le substantif d’action ; mais (en vertu du principe d’univocité) on devra employer pour les former des affixes quelconques. Il y en a un qui est bien connu dans toutes nos grammaires : c’est le participe. Le participe n’est pas une forme du verbe, mais un nom dérivé du verbe et indiquant celui qui fait l’action exprimée par le verbe (l’agent, pour abréger). Puisque le substantif verbal désigne logiquement l’action, il serait absurde de l’employer pour désigner l’agent, bien que nos langues nous fournissent des exemples de cet illogisme (escroc, interprète, pilote ; comparer prophét-iser, rival-iser). Il faut donc un suffixe pour dériver du verbe le nom d’agent, soit adjectif, soit substantif. Ce sera par exemple -ant pour le cas de l’action présente ou momentanée (parol-anta, parlant ; parol-anto, celui qui parle en ce moment) ; ce sera -er pour le cas d’une action habituelle qui caractérise l’individu (parol-ero, parleur) ; ce sera -ist pour le cas d’un professionnel (parol-isto, orateur). Mais, à des degrés divers et avec diverses nuances, tous ces suffixes s’équivalent logiquement et sont nécessaires pour passer de l’idée verbale de l’action à l’idée nominale de l’agent.

28Inutile de dire, après cela, qu’il est logiquement impossible de dériver immédiatement un verbe d’un nom de personne (patronner de patron, par ex.). Car si l’on ne peut pas dériver patron de patronner, on ne peut pas davantage dériver patronner de patron. C’est là une application du principe de réversibilité, qui est lui-même un simple corollaire du principe d’univocité. Si l’on passe d’une forme à une autre en vertu d’une certaine règle, on doit pouvoir repasser de la seconde à la première par une règle exactement inverse, et retrouver le sens de la première. Si de patrono on pouvait dériver patronar, de patronar on dériverait inversement patrono, qui devrait signifier patronage, donc le même mot aurait les deux sens patron et patronage, ce qui est inadmissible.

  • 17 C’est une faute que l’Esperanto commet fréquemment : rava = ravissant, pika = piquant, charma = cha (...)
  • 18 Bien que cette suppression soit fréquente en anglais, où du reste elle est loin de contribuer à la (...)

29Cela met en évidence la signification logique du participe. On l’aperçoit encore mieux, quand on remarque que le suffixe du participe équivaut au pronom relatif : am-anta qua amas ; donc (abstraction faite des finales grammaticales) : -ant qua. Il en est de même de tous les suffixes analogues à -ant soit -iv (qui peut) nutr-iva = nourrissant (nutritif) ; soit -em (qui tend à) : konquest-ema = conquérant (dans le sens : qui cherche à conquérir). On voit que ces diverses nuances s’expriment souvent par le participe, faute de suffixes spéciaux dans nos langues (moins riches et moins précises que l’Ido). Mais jamais on ne peut dériver ces noms directement, c’est-à-dire sans un suffixe quelconque17. Il est aussi absurde de supprimer ces suffixes qu’il le serait de supprimer un pronom relatif18 : Petro amas n’équivaut nullement à : Petro qua amas ou Petro amanta. On voit quel est le rôle logique du relatif : il consiste à transformer un verbe en un nom, ou plus généralement, une proposition entière en un qualificatif.

30On peut dériver encore bien d’autres noms d’une racine verbale : par exemple, celui de l’instrument de l’action (suffixe -il) : siglar = sceller, sigl-ilo = sceau (cachet) ; celui de la chose qui subit l’action (suffixe -aj) : sigl-ajo = chose scellée (un scellé) ; celui du résultat ou produit de l’action : sigl-uro = sceau (empreinte ou cachet apposé). On voit par cet exemple combien la langue internationale est plus claire et plus précise que nos langues naturelles : elle distingue avec exactitude des notions que celles-ci confondent trop souvent sous un même mot. Nous n’insistons pas sur ces divers procédés de dérivation ; nous les citons seulement pour montrer qu’on a besoin d’affixes quelconques pour dériver d’un verbe un nom quelconque, excepté le nom de l’action elle-même (par ex. ici : siglo = action de sceller, scellement).

  • 19 Ajoutons que les mêmes voyelles servent à distinguer les trois temps à l’indicatif (-as, -is, -os) (...)

31Puisque le participe équivaut à une proposition relative, il est naturel et même nécessaire qu’il possède les trois temps, comme les modes personnels. Si am-anta signifie : qui aime, on doit aussi avoir : am-inta qui a aimé, et même : am-onta qui aimera. Peu importe que telle de ces formes manque, pour des raisons accidentelles, à beaucoup de nos langues (certaines langues manquent totalement de participe, ou même d’infinitif) ; du moment qu’on possède (et il le faut bien) les trois temps à l’indicatif, il est logique de les posséder au participe, et aussi à l’infinitif, qui n’est que l’indicatif dépouillé de toute assertion : me kredas vidar = je crois voir (que je vois) ; me kredas vidir = je crois avoir vu (que j’ai vu) ; et : me kredas vidor = je crois que je verrai. On le voit : l’Ido a ici un infinitif qui manque au français. C’est la faute du français, et non celle de l’Ido19.

32De même qu’on a des suffixes actifs pour dériver les participes actifs et les noms d’« agents », on a des suffixes passifs pour former des dérivés analogues, à sens passif. C’est d’abord les participes passifs, symétriques des participes actifs : am-ata = qui est aimé ; am-ita = qui a été aimé ; am-ota = qui sera aimé. Ici encore, on alléguerait en vain contre ces formes la pauvreté de nos langues ; car cette pauvreté est une cause d’imprécision et même d’équivoque. Notre unique participe passif flotte sans cesse entre le présent et le passé : connu, estimé, réputé signifient : « qu’on connaît, estime, répute à présent » ; mais chargé, ouvert, fermé signifient : « qu’on a chargé, ouvert, fermé précédemment ». Il en résulte que beaucoup de verbes ne peuvent pas s’employer au présent du passif : « la porte est ouverte » n’a pas du tout le même sens que « je suis aimé » (on m’aime en ce moment), et l’on est obligé de dire : « la porte s’ouvre », ce qui est absurde, car elle ne s’ouvre évidemment pas elle-même. C’est pourquoi l’on abuse des verbes réfléchis, ce qui est une nouvelle source d’illogismes. Ainsi le participe passé est nécessaire à côté du participe présent ; et le participe futur ne l’est pas moins, car on le « tourne », lui aussi, par des équivalents incorrects ou des idiotismes : « Devant partir demain... », ou « Sur le point d’être envoyé à… ».

  • 20 La fameuse phrase latine : Morituri te salutant retrouve en Ido sa traduction logique et littérale  (...)

33Il va sans dire que les participes passifs, comme les participes actifs, peuvent être substantifs aussi bien qu’adjectifs ; c’est ce qu’on voit dans nos langues mêmes : un envoyé, un exilé, un invité. La langue internationale ne fait sur ce point qu’imiter nos langues, avec plus de liberté et de ressources : car elle peut exprimer par exemple « un qui va naviguer » (navig-onto), « un qui va être condamné » (kondamn-oto)20.

34Il y a encore d’autres suffixes passifs : l’un signifie « qui peut être — » (-ebl) : manj-ebla = mangeable ; un autre signifie « qui doit-être —, qu’il faut — » : punis-enda = qu’il faut punir, à punir (on voit que nos langues modernes manquent de ce suffixe si commode, emprunté au latin) ; un autre signifie : « qui mérite d’être —, digne de — » : estim-inda = estimable. On voit que nos langues confondent cette notion avec celle de possibilité, pourtant bien différente : par ex. dans aimable, honorable, respectable, admirable, etc. Et cela est réellement équivoque en certains cas : condamnable, pendable signifie-t-il « qu’on peut, pu : qu’on doit condamner, pendre » ? Ici encore, la langue internationale est bien plus logique et plus claire que nos langues. On voit quelle est la richesse de la formation des noms dérivés de racines verbales ; et quelle est la variété des relations qu’ils expriment.

35Passons aux relations de dérivation entre le substantif et l’adjectif. Nous avons vu que l’adjectif se transforme immédiatement en un substantif de même sens, c’est-à-dire désignant un individu, un être concret. Pour dériver de l’adjectif le nom de la qualité correspondante, un suffixe est donc nécessaire ; et ce suffixe n’est autre que la racine du verbe être : la beauté, c’est le» être beau » (bel-eso). Cela est conforme, du reste, à la dérivation immédiate du verbe et du nom. Car si être beau doit se dire bel-espar (et non bel-ar), le fait d’être beau doit se dire bel-eso (substantif verbal de bel-esar). De même, si patronner doit se dire patron-esar (être patron), le patronage (action de patronner) doit se dire patron-eso (le fait d’être patron). Le suffixe –eso n’exprime qu’indirectement la qualité ; en soi, il exprime simplement le fait d’être (tel ou tel) : avar-eso = avarice ; blind-eso = cécité ; bon-eso = bonté, etc. En principe, il s’applique indifféremment aux substantifs et aux adjectifs ; en réalité, il s’applique aux racines nominales, qui ne sont par elles-mêmes pas plus substantifs qu’adjectifs. Mais comme il s’applique fréquemment à des adjectifs de qualité, il prend accessoirement le sens de qualité.

  • 21 Toutes ces absurdités, et bien d’autres du même genre, sont fréquentes, et même de règle, en Espera (...)

36Cela n’implique nullement que tous les noms de qualités doivent être formés au moyen de ce suffixe. Au contraire, il y a beaucoup de noms de qualités qui sont des substantifs primitifs : par exemple à côté de brav-eso (bravoure, Tapferkeit) on a kurajo (courage, Mut). Il y a donc lieu de dériver de ces noms les adjectifs qualificatifs correspondants, et cela, par un suffixe inverse du suffixe -es, savoir le suffixe -oz (plein de, muni de) : kuraj-oza = courageux ; kurajozo = un (homme) courageux. Il serait aussi absurde d’employer kuraja pour : courageux, que d’employer kurajo lui-même (qui signifie : courage) pour exprimer : un homme courageux. Et il est également absurde de dire kuraj-eso au lieu de kurajo, sous prétexte que c’est une qualité21.

  • 22 Par exemple, à côté de am-anta (aimant) on a : am-oza (plein d’amour, amoureux) : ce sont deux nuan (...)
  • 23 Cela n’est possible qu’avec le suffixe -ant, mais non avec les suffixes analogues -iv, -em, qui ont (...)

37Si le suffixe -es (idée de être) est l’inverse du suffixe -oz, il est à d’autres égards l’inverse du suffixe de participe -ant ; et cela n’a rien de surprenant, car ces deux suffixes jouent souvent un rôle analogue22. En effet, on peut former le verbe brav-esar (être brave, faire acte de bravoure) ; mais si l’on forme son participe brav-esanta, on s’aperçoit qu’il ne signifie rien de plus que brava : « étant brave = qui est brave = brave », tout simplement. De même on pourrait être tenté de dire : brav-es-oza = plein de bravoure : mais cela encore ne dit rien de plus que brava. Ainsi les suffixes -es et -ant se détruisent ou s’annulent réciproquement, de même que les suffixes -es et -oz, parce qu’ils sont inverses l’un de l’autre. Par -es on transforme un nom en verbe ; par -ant ou -oz, on transforme verbe en nom, et l’on retrouve la notion d’où l’on était parti. Tout cela est parfaitement logique et cohérent ; et c’est une simple question de goût ou de bon sens que d’éviter l’accumulation de suffixes superflus, qui se détruisent mutuellement. Si donc parfois la langue internationale emploie plus de suffixes que les langues naturelles, parfois elle en emploie moins. De pacienta dérive nécessairement pacient-eso (patience), parce que pacienta est (en Ido) un mot primitif. De même, de abundanta on peut dériver abundant-eso (abondance), et de prezidanto : prezidant-eso (présidence). Mais il est aisé de voir que, ici encore, les deux suffixes -ant et -es se détruisent, et que ces deux mots ne signifient rien de plus que les substantifs verbaux abando, prezido (le fait d’abonder, de présider). On fait ainsi l’économie de deux suffixes, par rapport aux langues naturelles (abund-ant-ia23).

  • 24 Il en est de même de presque tous les mots en -tion (-ation, -ition). Ceux qui, imbus du préjugé de (...)

38Il y a d’autres modes de dérivation par lesquels on passe de l’adjectif au substantif. À côté du nom de la qualité, il y a le nom de la chose qui possède cette qualité (suffixe -aj) : blank-ajo = (une) blancheur ; nud-ajo = (une) nudité ; vaku-ajo = (un) vide. Comme on voit par ces exemples, nos langues confondent généralement le nom d’objet concret avec le nom de la qualité abstraite, ce qui est évidemment une faute logique ; de même qu’elles confondent généralement l’action avec le produit ou résultat de l’action : construction signifie à la fois l’acte de construire (konstrukto) et le résultat de cet acte, ou la chose construite (konstrukt-uro,konstrukt-ajo)24.

  • 25 L’allemand distingue nettement les suffixes -ig (stein-ig) et -artig (stein-artig), que le français (...)

39Inversement, on peut passer du substantif à l’adjectif par plusieurs modes de dérivation. Nous connaissons déjà le suffixe -oz, qui. indique celui qui possède une certaine qualité ; il y a encore le suffixe -atr, qui signifie : « semblable à, qui participe de la nature de — » ; exemple : sponj-atra = spongieux ; blank-atra = blanchâtre. On voit que nos langues le confondent souvent avec -oz, bien à tort : car un corps spongieux n’est nullement « plein d’éponges »25. Il y a surtout le suffixe -al, le plus utile et le plus fréquemment employé, parce qu’il a le sens le plus étendu : « relatif à ; appartenant à — ». Exemples : nacion-ala = national ; rej-ala = royal ; etc. Ce suffixe sert à former une foule d’adjectifs dérivés de substantifs ; et malgré son sens très large et très élastique, il est indispensable pour certaines distinctions : par exemple : religi-ala milito (une guerre de religion) n’est pas une guerre religieuse (religi-oza) ; instrukt-ala libro (un livre d’enseignement) peut n’être pas instructif, (instrukt-iva) ; un verre ou vase à boire (drink-ala) n’est pas buvable, ou, qu’on doive boire ; etc.

40Le suffixe -al permet de distinguer des nuances que nos langues confondent parfois ; par exemple dea infanto (enfant divin, c.-à-d. qui est dieu) de deala infanto (enfant divin, c.-à-d. de dieu).

41Il y a encore d’autres affixes qui servent à dériver des substantifs de substantifs, des adjectifs d’adjectifs, et des verbes de verbes. Tels sont, par exemple, le préfixe de négation (fîdela, ne-fidela) ; le préfixe des contraires (ordino, des-ordino ; agreabla, des-agreabla ; infektar, des-infektar) ; le suffixe des diminutifs (statu-o, statu-eto) et celui des augmentatifs (granda, grand-ega = énorme, immense) ; le suffixe des inchoatifs (dorm-eskar = s’endormir) et le préfixe d’achèvement complet (par-finar parachever) ; le préfixe de répétition (ri-dicar = redire) et celui qui indique retour ou sens inverse (rétro-cedar = rétrocéder) ; etc., etc. Nous n’insisterons pas sur ces formes de dérivation, si importantes qu’elles soient, parce qu’elles ne changent pas le rôle grammatical des mots, qui nous intéresse surtout ici.

III Les particules

  • 26 Les adverbes dérivés se forment en remplaçant la finale du mot primitif par la finale -e.
  • 27 Le fait qu’en français on évite l’emploi des adverbes, et surtout des adverbes accumulés, est une a (...)

42Les adverbes font plutôt partie des « grands mots » que des particules ; néanmoins nous en traiterons sous cette rubrique, à cause de leur affinité avec les particules. On dit souvent que l’adverbe est l’adjectif du verbe ; et cela est vrai, notamment des adverbes dérivés d’adjectifs : bele skribar (écrire bellement) équivaut à bela skribo (belle écriture)26. Mais c’est une conception beaucoup trop étroite. D’abord, l’adverbe peut s’appliquer, non seulement à un verbe, mais à un adjectif, à un substantif ou à un autre adverbe : vere brava (vraiment brave), vere bravo (vraiment un brave), vere brave (vraiment bravement27). L’adverbe est donc un mot qui modifie ou complète le sens d’un autre mot.

43Il ne faut pas croire non plus que l’adverbe exprime toujours une qualité. Ce qui donne lieu à ce préjugé, c’est que la plupart des adverbes dérivent des adjectifs qualificatifs ; il est naturel que, comme ceux-ci, ils expriment une qualité. Mais un adverbe peut aussi bien indiquer un lieu ou un temps ; ex. : nokte (de nuit, nuitamment) ; dome (à la maison). Il est donc faux que tout adverbe exprime une « manière », à moins que ce mot ne comprenne aussi les circonstances de lieu, de temps, etc. En résumé, ce que l’adverbe représente, d’une manière générale, c’est une détermination ; il joue le rôle d’un complément circonstanciel.

44C’est ce qui apparaît particulièrement avec les adverbes dérivés de participes, ou plutôt, avec les participes-adverbes, car les participes peuvent devenir adverbes aussi bien qu’adjectifs ou substantifs. Lektante (en lisant) ; dorminte (ayant dormi) ; departonte (sur le point de partir) ; ces « gérondifs » sont des compléments de la phrase, et indiquent les circonstances du fait exprimé dans la proposition principale. Comme nous le verrons plus loin, ils équivalent à des propositions subordonnées.

45Ces considérations justifient, au point de vue logique, la notion traditionnelle d’adverbe. On lui a souvent reproché de confondre dans une même classe des mots dont l’origine et le caractère grammatical sont tout différents ; et assurément, au point de vue morphologique, il n’y a rien de commun entre charitablement, respectueusement, et les adverbes primitifs comme nun (maintenant), nur (seulement), quik (tout de suite), les adverbes de quantité tre, tro, plu, min, etc. Mais au point de vue logique ils ont ce caractère commun d’être des modificateurs du sens des autres mots.

46D’ailleurs, comme le montrent les exemples précédents, ces adverbes dits simples sont souvent remplacés, dans nos langues, soit par d’anciens participes (maintenant, nonobstant, durant) soit par des locutions adverbiales tout de suite, sur-le-champ, séance tenante, de ce pas, au pied levé, etc. L’adverbe très se traduit par fortement, extrêmement, énormément, excessivement, etc. ; l’adverbe quik, par instantanément ; et ainsi de suite. Il n’y a donc pas de différence sémantique entre les adverbes simples et les adverbes dérivés.

  • 28 C’est pourquoi il est illogique d’employer ces termes relatifs comme termes absolus, et de substant (...)

47Les particules proprement dites comprennent les prépositions et les conjonctions. Les prépositions expriment essentiellement les relations : relations spatiales : sur, sous, devant, derrière, entre, vers, dans, loin de, près de, hors de ; relations de temps : avant, après, pendant ; relations de cause, de fin, de moyen, etc. De là vient l’analogie des prépositions avec les affixes et les flexions : car affixes et flexions sont aussi destinés à indiquer les relations des divers mots. Les flexions (cas) indiquent des relations grammaticales entre les mots, et l’on sait que ces mêmes relations s’expriment (avec plus de précision) par des prépositions (même l’accusatif pourrait être remplacé par une préposition). Les affixes indiquent des relations logiques entre les idées : ils peuvent donc, eux aussi, être remplacés par des prépositions. Par exemple le suffixe -al équivaut presque toujours à une préposition : palais royal palais de roi. D’autres équivalent à un nom, mais suivi d’une préposition, c’est-à-dire exprimant une relation : -oz = plein de ; -ist = ouvrier en ; -an = partisan de ; -id = fils de. Tous ces termes représentent, non des concepts, mais des « fonctions », c’est-à-dire des relations28, exactement comme les prépositions.

48Aussi les prépositions jouent-elles, inversement, le rôle d’affixes, en se combinant avec des racines nominales ou verbales. Entracte, après-midi, soucoupe, sous-marin, surnaturel, transatlantique : tous ces mots indiquent une chose qui est, avec l’objet indiqué par le nom, dans la relation indiquée par la préposition. Le rôle que sous- joue dans sous-maître est joué par le préfixe archi- dans archevêque. Il y a donc analogie complète entre les affixes et les particules, au point de vue de la dérivation.

49Grammaticalement, les prépositions servent à introduire les compléments et à les rattacher à la proposition en indiquant leur rôle, c’est-à-dire la relation spéciale qui les unit aux autres termes. On distingue les compléments de nom et les compléments de verbe. Les premiers servent à déterminer ou à particulariser un objet ; les seconds, un fait. Les premiers équivalent à un adjectif ; les seconds, à un adverbe. Un palais de roi signifie souvent : un palais digne d’un roi, fuir à toute vitesse, c’est fuir très rapidement.

50On voit ainsi qu’un adverbe équivaut souvent à une préposition suivie d’un nom ; et cela explique que certains adverbes soient dérivés de prépositions : c’est la différence d’autour et d’alentour, d’avant et d’auparavant, d’après et d’ensuite, d’avec (kun) et d’ensemble (kune), de sur et dessus, de sous et dessous, de dans et dedans. Souvent même il n’y a pas de différence formelle entre la préposition et l’adverbe qui en dérive ; mais, dans tous les cas, l’adverbe implique la préposition plus un complément sous-entendu ; l’adverbe derrière signifie derrière lui, ou dernière cela. Il suffit de sous-entendre le complément pour transformer la préposition en adverbe ; que de fois on emploie après au lieu d’ensuite !

  • 29 Ces propositions doubles peuvent avoir, soit un sujet double, soit un verbe double (il lit ou écrit (...)

51Les conjonctions expriment des relations, non plus entre les termes ou éléments d’une proposition, mais entre des propositions ; autrement dit, non plus entre des objets, mais entre des faits. Ceci semble paradoxal, car on sait que certaines conjonctions unissent des termes, et non des propositions ; Pierre et Paul mangent ; Pierre ou Paul partira. Mais il est aisé de voir que ces conjonctions unissent encore, en réalité, deux propositions, qui ne sont fondues en une seule que par la forme, et par abréviation. Cela est évident pour la seconde : on n’affirme pas partira du sujet « Pierre ou Paul », on affirme : « ou Pierre partira, ou Paul partira. », donc une alternative entre deux propositions, entre deux faits29.

  • 30 Remarquer l’anomalie : avant de (et autrefois : avant que de), après (être parti) et pour. En Ido, (...)

52Parmi les relations qu’expriment les conjonctions, les unes sont purement logiques, ce sont celles qu’expriment les conjonctions proprement dites : et, ou, ni, mais, car, or, donc. Les autres sont des relations de temps, de lieu, de cause, etc., identiques ou analogues à celle qu’expriment les prépositions. C’est pourquoi les conjonctions qui expriment celles-ci dérivent en général des prépositions correspondantes : avant que, après que, pendant que, pour que. Ce procédé de transformation est parfaitement logique : les prépositions s’appliquent aux infinitifs aussi, bien qu’aux substantifs, vu l’analogie des uns et des autres : avant de partir = avant (mon, ton, notre) départ. Mais d’autre part, un infinitif (une proposition infinitive) équivaut à une proposition à mode personnel précédée de que : ce que indique la subordination, ou plutôt, que le fait est conçu comme simple « assomption », dépouillé de toute « assertion » : il faut partir = il faut que je parte ; je promets de partir = je promets que je partirai. Il est donc parfaitement naturel et logique, au lieu de : avant de partir, de dire : avant que je parte (que tu partes, qu’il parte…) ; de même : pour partir = pour que je parte, etc. Donc on peut logiquement transformer une préposition quelconque en conjonction en lui ajoutant que30.

53De ce qui précède il résulte que les propositions subordonnées jouent le rôle de simples compléments par rapport à la proposition principale. En réalité, la proposition principale est la proposition unique, car c’est la seule qui enveloppe une assertion. « On annonce qu’il est parti = On annonce son départ » : « qu’il est parti » n’est que l’énonciation d’un fait, sans aucune assertion. Il en est de même des propositions relatives, qui, nous l’avons vu, équivalent à de simples adjectifs, ou, quand elles accompagnent un pronom, à un substantif : « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires », etc., etc., équivaut à un simple nom, et même à un nom propre : Dieu.

  • 31 Il faut mettre à part les propositions hypothétiques (commençant par si) ; une telle proposition n’ (...)

54Les propositions relatives ou subordonnées peuvent jouer dans la proposition principale tous les rôles possibles (sauf celui de verbe) : le rôle de sujet : qui perd gagne ; rira bien qui rira le dernier ; sauve qui peut ; il importe qu’il vienne ; il me semble que vous vous trompez ; — le rôle d’objet (complément direct) : je crois qu’il vient ; je veux qu’il vienne ; je fais ce que vous voulez ; etc. ; — le rôle de complément (indirect ou circonstanciel) : je pense à ce que tu m’as dit ; je viens d’où vous savez. C’est ce rôle que jouent toutes les propositions subordonnées, qu’elles commencent par quand, par parce que, par puisque, par pour que, par suivant que, etc., etc. Je pâlis à sa vue, ou : quand je le vis, ou : en le voyant : voilà trois formes d’un même complément ; on peut dire que c’est un complément adverbial. Et en effet, un adverbe équivaut à une préposition suivie d’un complément ; donc il équivaut à une conjonction suivie de toute une proposition. « Il était malade : je partis néanmoins » ; néanmoins équivaut à : « malgré sa maladie » ou à : « quoiqu’il fût malade ». Ainsi un adverbe peut condenser toute une proposition subordonnée ; et inversement une proposition subordonnée peut jouer le rôle d’un adverbe ou d’un complément circonstanciel par rapport à la proposition principale31.

55Ces indications sommaires, et fragmentaires suffiront peut-être à donner une idée de ce que devrait et pourrait être une « grammaire générale » et une grammaire logique. Les linéaments en sont fournis par la linguistique, par l’analyse et la comparaison des langues vivantes. Mais le travail qui consiste à dégager et à formuler les principes et les règles est grandement facilité par l’existence d’une langue logique, qui ne peut être qu’artificielle, et qui par là même permet de réaliser une régularité et une uniformité inconnues des langues naturelles. Cette uniformité n’est nullement contraire à l’esprit des langues naturelles, s’il est vrai que, comme l’affirme le prof. Meillet, l’une des lois de leur évolution soit le principe de régularité, qui se formule comme suit : « Toute fonction grammaticale tend à s’exprimer par une forme unique et toujours la même. » Car c’est là une autre formule du principe d’univocité qui est la règle suprême de l’Ido : « Que chaque idée ait une expression, et une seule. » La langue internationale ne fait donc que réaliser l’idéal logique du langage humain, avec une perfection d’autant plus grande qu’elle est affranchie du joug de l’usage, des traditions, et qu’elle peut anticiper une évolution qu’une foule de causes naturelles, viennent troubler, retarder ou contrarier. La langue internationale n’est donc pas seulement un expédient pratique, d’une portée sociale immense et d’une nécessité de plus en plus manifeste ; elle est aussi, comme l’a dit le prof. Schuchardt, un desideratum scientifique, en ce qu’elle répond bien mieux que toute langue naturelle aux besoins logiques de l’esprit scientifique, et en ce qu’elle permet de mieux étudier et analyser les relations de la logique et de la grammaire, du langage et de la pensée.

Notes

1 Il est très amusant de voir Bersot, jeune professeur de philosophie, inquiété en 1842 par les autorités universitaires pour ses opinions hétérodoxes au sujet de l’origine du langage : Revue internationale de l’enseignement, novembre 1911. [Pierre-Aimé Bersot, dit Ernest Bersot (1816-1880), élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, fut d’abord professeur de lycée à Rennes et à Paris, un temps secrétaire de Victor Cousin au ministère de l’Instruction publique, de nouveau professeur à Bordeaux, puis à l’université de Dijon. Ayant refusé de prêter le serment des fonctionnaires après le coup d’État du 2 décembre 1851, il vivra de cours particulier et du journalisme. Réintégré, il sera Directeur de l’École normale supérieure en 1871. — La mésaventure évoquée par Couturat est relatée par Bersot dans une lettre du 11 mars 1842 à son protecteur Victor Cousin ; cf. « Lettres inédites de Victor Cousin à Ernest Bersot, 1842-1865, … », dans Mémoires de la Société des Sciences morales, des Lettres et des Arts de Seine-et-Oise, Tome XXI, 1897, pp. 3-4.]

2 Leibniz, Nouveaux Essais, III, VII, § 6. Et plus spécialement § 3 : « Il est très vrai que la doctrine des particules est importante, et je voudrais qu’on entrât dans un plus grand détail là-dessus. Car rien ne serait plus propre à faire connaître les diverses formes de l’entendement. »

3 [Telle fut notamment la conception de Franz Bopp (1791-1867), considérant la langue comme un organisme vivant se développant suivant ses propres lois indépendamment de l’homme.]

4 Collège de France, 1910-11 [Voir Article 32, note 1]. Nous avons publié une analyse de ce cours dans la revue Progreso, juillet à décembre 1911, dans la langue internationale (Ido) que tout homme instruit peut comprendre à première vue.

5 Nous nous référons aux articles que nous avons déjà publiés ici sur des sujets connexes : Sur une application de la logique au problème de la langue internationale, 1908, p. 761 [Article 31] ; Des rapports de la logique et de la linguistique dans le problème de la langue internationale, 1911, p. 509, [Article 33].

6 Nous prenons nos exemples dans une langue logique (l’Ido) ; car nos langues peuvent induire en erreur, en ce cas comme en bien d’autres, par le faux sujet (D. es, E. it, F. il).

7 Si les logiciens anciens et modernes avaient prêté plus d’attention à ce type de proposition, ils auraient évité la doctrine erronée qui conçoit toute proposition comme composée de deux termes.

8 Nous engageons vivement les philosophes à adopter cette terminologie qui est celle des grammairiens et les linguistes, et qui a l’avantage de manifester l’accord parfait de leurs théories avec celles de la logique moderne ; et à renoncer à la terminologie classique, qui correspond à une théorie surannée. Il existe une terminologie grammaticale qui est à peu près internationale. Voir le rapport de MM. Brunot et Maquet sur la simplification et l’unification des nomenclatures grammaticales (Le Volume, 13 mars 1909) ; K. Brugmann, Ein Wörterbuch der sprachwissenschaftlichen Terminologie (Germanisch-romanische Monatsschrift, avril 1909) ; Interim Report of the Joint Committee on Grammatical Terminology (Modern Language Teaching, décembre 1909) ; P. Verrier, Notre vocabulaire linguistique (Revue de l’Enseignement des langues vivantes, février 1910).

9 Nous ne parlons pas des verbes composés : « on a pitié de quelqu’un, mais on le plaint » ; ni de la diversité des langues : en allemand, on remercie à quelqu’un, on aide à quelqu’un.

10 Exemple classique du double accusatif : doceo pueros grammaticam. Ce double accusatif n’aurait pas d’inconvénient, s’il ne rendait pas le passif équivoque.

11 En français on a des phrases de cette forme, soit dans les proverbes (« Diseur de bons mots, mauvais caractère. ») soit dans les formules archaïques ou populaires (« Chauds, les marrons »).

12 Remarquer cet ordre : toujours est suit l’attribut et lui est accolé (il est souvent enclitique) : ce n’est pas un 3terme de la proposition : il fait partie du « prédicat ».

13 Exemple : fui (latin) vient de la racine qui signifie croître ; de même l’allemand bin ; et l’allemand war (anglais was) vient de la racine qui signifie demeurer. On a donc en réalité plusieurs copules, empruntées à différents verbes.

14 En français quelques substantifs sont d’anciens infinitifs : baiser, repentir, rire, déjeuner, dîner, souvenir, même plaisir ; en allemand, tous les infinitifs peuvent être employés comme substantifs.

15 Nous empruntons ces remarques à M. Peus, rédacteur de l’Internaciona Socialisto, Dessau, juin 1911 [Heinrich Pëus (1867-1937), membre du parti social-démocrate, a siégé à plusieurs reprises au Reichstag, aussi bien sous l’Empire avant 1914 que durant la République de Weimar après la guerre. Il était depuis 1907 Vice-président du Komitato pour la langue internationale Ido et Président de l’Alliance Ido allemande.]

16 De même : marlelo = marteau, martel-agar = marteler, donc : martel-ago = martèlement ou martelage.

17 C’est une faute que l’Esperanto commet fréquemment : rava = ravissant, pika = piquant, charma = charmant, etc.

18 Bien que cette suppression soit fréquente en anglais, où du reste elle est loin de contribuer à la clarté.

19 Ajoutons que les mêmes voyelles servent à distinguer les trois temps à l’indicatif (-as, -is, -os) à l’infinitif (-ar, -ir,-or) et au participe (-ant, -int, -ont), ce qui réduit au minimum l’effort de mémoire nécessaire. Il n’en coûte pas plus d’apprendre les 3 infinitifs et les 3 participes que d’en apprendre un seul, du moment qu’on sait les 3 indicatifs. (Ceci pour répondre à ceux qui reprocheraient à l’Ido d’être plus « compliqué » que les langues naturelles.)

20 La fameuse phrase latine : Morituri te salutant retrouve en Ido sa traduction logique et littérale : La mortonti salutas tu.

21 Toutes ces absurdités, et bien d’autres du même genre, sont fréquentes, et même de règle, en Esperanto. Je n’insiste pas sur ce sujet, que j’ai déjà traité dans mon article de 1908 [Article 31].

22 Par exemple, à côté de am-anta (aimant) on a : am-oza (plein d’amour, amoureux) : ce sont deux nuances ou degrés de la même idée.

23 Cela n’est possible qu’avec le suffixe -ant, mais non avec les suffixes analogues -iv, -em, qui ont un sens spécial. Par exemple, on dira bien rezisto au lieu de rezist-ant-eso (résistance, fait de résister), mais il faudra toujours dire : rezist-iv-eso (capacité de résister, « résistivité ») et rezist-em-eso (tendance à résister). On voit par ces exemples que l’Ido est capable d’exprimer bien des nuances que nos langues ne peuvent pas traduire par un seul mot.

24 Il en est de même de presque tous les mots en -tion (-ation, -ition). Ceux qui, imbus du préjugé des « langues naturelles », voudraient imposer ce suffixe à la langue internationale, ne voient pas qu’ils lui imposeraient en même temps un illogisme commun et incurable de nos langues naturelles, dont l’Ido est heureusement exempt.

25 L’allemand distingue nettement les suffixes -ig (stein-ig) et -artig (stein-artig), que le français confond dans pierreux.

26 Les adverbes dérivés se forment en remplaçant la finale du mot primitif par la finale -e.

27 Le fait qu’en français on évite l’emploi des adverbes, et surtout des adverbes accumulés, est une affaire de goût, qui vient de la lourdeur des finales -ment. La L. I. n’a pas de ces délicatesses, et emploie librement les adverbes, qui sont si commodes.

28 C’est pourquoi il est illogique d’employer ces termes relatifs comme termes absolus, et de substantifier ces affixes pour leur faire signifier : ouvrier, partisan, fils, etc. (comme fait l’Esperanto).

29 Ces propositions doubles peuvent avoir, soit un sujet double, soit un verbe double (il lit ou écrit toujours), soit un prédicat ou un complément double : le reste étant commun aux deux propositions fondues en une seule. Il faut bien distinguer ces propositions composées qui contiennent plusieurs propositions simples, de certaines propositions complexes, qui énoncent une relation entre plusieurs sujets, et ne peuvent se décomposer en propositions simples. Ex. : Pierre et Paul se battent. Non seulement on ne peut pas décomposer cette proposition en deux : Pierre se bat et Paul se bat ; mais même si on le pouvait, on n’aurait pas encore l’idée essentielle, à savoir qu’ils se battent mutuellement, ou l’un contre l’autre. C’est une proposition relative entre les deux termes (sujets) Pierre et Paul : « il y a combat entre Pierre et Paul ».

30 Remarquer l’anomalie : avant de (et autrefois : avant que de), après (être parti) et pour. En Ido, on peut employer n’importe quelle préposition, seule, devant un infinitif, et avec ke, devant un mode personnel. En Esperanto, on ne peut employer que trois prépositions devant un infinitif (encore faut-il ajouter à l’une d’elles une préposition accessoire), et l’on ne peut en transformer qu’une en conjonction. Pourquoi ? Mystère de 1’« usage » ! — Naturellement, nos langues présentent des anomalies semblables. Pour que correspond à pour ; mais parce que correspond non à par, mais à à cause de ; quoique, bien que correspondent à la préposition malgré et à l’adverbe cependant, pourtant, néanmoins ; c’est la même idée sous trois formes diverses. (Cependant, dans le sens de pendant ce, est l’adverbe dérivé de la préposition pendant, laquelle est un ancien participe.)

31 Il faut mettre à part les propositions hypothétiques (commençant par si) ; une telle proposition n’est pas un complément de la proposition principale, car celle-ci n’est pas non plus l’objet d’une assertion catégorique. Les deux propositions (principale et subordonnée) sont de simples assomptions (n’ont qu’une valeur problématique), et l’objet de l’assertion est uniquement la relation logique d’implication qui les unit (relation indéfinissable, comme on sait).

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter