Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Logique, mathématiques, langue universelle

 | 
Louis Couturat

Troisième partie: 1906-1917

ARTICLE 32

Des rapports de la logique et de la linguistique dans le problème de la langue internationale

Revue de Métaphysique et de Morale, 1911, t. XIX, p 509-516

Note de l’éditeur

Cet article est inséré dans le compte-rendu du IVe congrès International de Philosophie, qui s’était tenu à Bologne du 6 au 11 avril 1911, et reproduit la communication qu’y avait donnée Couturat. Il est paru à l’identique dans les Atti del IV Congresso internazionale di Filosofia … Bologna  MCMXI, vol. II, Genova, 1912, pp. 483-490.

Il pose de façon particulièrement claire les fondements de la conception du langage adoptée par Couturat, où l’on reconnaît ce que Chomsky pourra appeler la « linguistique cartésienne » : « Le langage humain … n’est en définitive qu’un instrument destiné à exprimer nos pensées ». La thèse philosophique de l’unité de la pensée conduit donc à reconnaître, en linguistique, des lois générales suivant lesquelles « toutes les langues évoluent dans le même sens, vers la simplification, vers la réduction des formes grammaticales aux catégories les plus générales et les plus essentielles », sous la direction d’une « logique immanente ». Or celle-ci est aussi accordée aux lois que dégagent la logique théorique, qui formule explicitement ce vers quoi les langues naturelles tendent confusément et instinctivement. À son tour la langue internationale, constituée artificiellement, permet de surmonter les imperfections qui écartent nécessairement les langues naturelles de cet idéal. Si on admet en outre que « ce qui constitue une langue, c’est encore moins son système grammatical que sa dérivation », on voit à quoi doit s’attacher premièrement la constitution d’une langue internationale et l’on en tire aussi un critère pour apprécier la valeur respective des projets concurrents. Le principe logique d’univocité, selon lequel « chaque notion ou élément de notion doit être exprimé une fois, et une seule, et toujours par le même « morphème » (élément de mot) » de sorte qu’« il doit y avoir une correspondance univoque entre les éléments d’idées et les éléments de mots » doit s’appliquer fondamentalement à la dérivation par laquelle les différentes formes verbales s’édifient à partir des racines. D’où la supériorité sur les autres langues internationales proposées de l’Ido, la seule qui soit « douée d’une dérivation logique et autonome ».

Comme on le voit, l’engagement militant en faveur de l’Ido, qui sera la grande affaire à laquelle Couturat consacrera ses dernières années, outre sa visée pratique, exprime sa conviction philosophique constante, qui trouve son expression dans un rationalisme dont les formules sont inspirées de Leibniz.

Texte intégral

  • 1 Cours de M. Meillet au Collège de France (1910-11) sur les principes de la morphologie générale et (...)
  • 2 Voir [Lucien] Lévy-Brühl, Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures [Paris, Alcan, 1910. (...)

1En étudiant l’évolution des langues humaines, dans tous les pays et dans toutes les races, la linguistique constate certaines lois générales1. Une de ces lois est que les langues évoluent constamment du concret à l’abstrait, et par suite du complexe au simple. Les langues primitives ou peu civilisées expriment toujours des phénomènes concrets dans toute leur complexité : elles ont des formes diverses et spéciales pour désigner la même action, suivant qu’on la fait debout, assis ou couché, en marchant ou en courant, à cheval ou en voiture ; elles ont par suite une richesse incroyable de formes, dont chacune s’applique à un cas particulier et très précis, et constitue un tableau complet. Un même objet, un même animal a une foule de noms suivant les circonstances, ou l’usage qu’on en fait. De même, les catégories grammaticales sont très variées : pour ne citer qu’un exemple, les verbes comportent des distinctions multiples suivant le « nombre » du sujet : on rencontre ainsi des formes de duel et même de triel à côté du pluriel proprement dit2.

  • 3 Naturellement, cette évolution peut être retardée ou contrariée çà et là par des tendances conserva (...)

2Mais avec la civilisation, c’est-à-dire avec le progrès de l’esprit, toutes ces distinctions se simplifient ou s’effacent. Pourquoi ? parce que l’esprit devient de plus en plus capable d’abstraction et de généralisation. Il apprend à négliger le détail, l’accessoire, et à dégager l’essentiel, c’est-à-dire l’idée générale. Il se rend compte, par exemple, qu’une action est la même, qu’un animal est le même dans les circonstances les plus diverses. Il s’aperçoit aussi de l’inutilité de certaines distinctions ou nuances, qui constituent un élément pittoresque peut-être, mais superflu au point de vue logique. Pour reprendre l’exemple caractéristique du nombre, toutes les langues civilisées se contentent du singulier et du pluriel : la disparition du duel est un phénomène absolument général, qui dépend uniquement du degré de civilisation : dans une même famille de langues, les idiomes encore primitifs le conservent, tandis que les idiomes plus avancés l’ont déjà éliminé. Il en est de même de la simplification des modes, de la réduction des cas, etc. Malgré la diversité extrême de leur structure et de leurs grammaires, toutes les langues évoluent dans le même sens, vers la simplification, vers la réduction des formes grammaticales aux catégories les plus générales et les plus essentielles3.

3Or c’est précisément au même but que tend la logique, quand elle s’applique à l’analyse du langage, soit pour en dégager les éléments essentiels, soit pour constituer une langue auxiliaire plus régulière et par suite beaucoup plus facile que nos langues « naturelles ». Précisément parce qu’elles sont « naturelles », les tendances logiques de leur évolution sont contrariées par toutes sortes d’accidents, qui se résument en un mot : la puissance de la tradition, de l’usage ou de la routine. Combien de fois on est amené à dire : « Cela serait plus simple, cela serait plus logique, mais… cela ne se dit pas ». Seule donc une langue artificielle peut (en dehors de son immense utilité pratique comme langue internationale) réaliser l’idéal logique vers lequel toutes nos langues tendent confusément et s’acheminent pour ainsi dire à tâtons.

4Car l’évolution des langues est dirigée et mue, au fond, par une logique immanente ; elle est dominée par la tendance, inconsciente mais constamment agissante, à trouver l’expression adéquate de chacune de nos pensées ; et cette tendance est beaucoup plus uniforme que ne le croient certains ethnologues ou sociologues, disposés à prétendre qu’il y a autant de logiques que de langues ou que de races. C’est un spectacle surprenant et admirable que de voir, sous toutes les latitudes et à tous les degrés de civilisation, l’esprit humain révéler son unité fondamentale par des phénomènes linguistiques analogues et concordants. Sa tendance générale se manifeste moins encore dans la suppression des formes inutiles que dans l’invention des formes nécessaires qui manquent. Il y a dans l’histoire de certaines langues des cataclysmes qui les mutilent, qui les privent de tel ou tel mode d’expression. C’est merveille de voir avec quelle habileté l’esprit, même chez des tribus sauvages, sait fabriquer l’outil grammatical qui lui manque : il emprunte certaines formes existantes, en les détournant de leur sens et de leur emploi, pour suppléer aux formes absentes. Telle langue manque de futur : elle s’en fera un, soit au moyen d’autres formes verbales, soit au moyen d’auxiliaires ou de particules. Là aussi il y a des fonctions vicariantes ! L’esprit humain « fait flèche de tout bois » pour arriver à s’exprimer ; et tel expédient à la fois ingénieux et naïf rappelle les haches de pierre éclatée ou patiemment polie, monuments de l’industrie de nos lointains aïeux. Tout cela est le produit d’une logique, inconsciente sans doute, qui a l’ingéniosité aveugle et sûre de l’instinct.

5Notre logique théorique n’a nullement à démentir ou à contrarier la logique immanente de nos langues : car elle lui est identique au fond, elle ne fait que formuler explicitement ses tendances instinctives, et elle vise la même fin. Seulement elle peut atteindre celle-ci plus directement et plus vite, d’une manière plus parfaite et plus sûre aussi, comme il arrive toujours quand aux tâtonnements de l’instinct ou de l’empirisme se substitue une activité rationnelle et consciente du but.

6Par exemple, la distinction des personnes tend à disparaître dans les formes verbales, et à s’exprimer uniquement par les pronoms. Dans les langues anciennes, nous trouvons un état logique : la personne est indiquée par la flexion, donc on se passe de pronom. Mais peu à peu les flexions s’effacent ou se confondent, et les pronoms deviennent de plus en plus nécessaires (en français, j’aime, tu aimes, il aime, ils aiment ne diffèrent que par le pronom, aussi est-il indispensable ; en italien et en espagnol, les flexions sont un peu plus distinctes, aussi omet-on plus aisément le pronom). On se trouve ainsi (pendant bien des siècles) dans un état de complication inutile et illogique, la notion de personne s’exprimant à la fois par le pronom et par la flexion. C’est en anglais que cette évolution est le plus avancée, mais non encore achevée : il y a un reste de flexion à la 2personne (inusitée) et à la 3e du singulier. N’est-il pas tout indiqué, dans une langue logiquement construite, en dehors de tout usage et de toute tradition, de pousser à bout cette évolution et de supprimer toute variation de personne ? Inutile de montrer combien on rend du même coup la conjugaison simple et facile, puisque toute la difficulté en consiste dans la nécessité d’apprendre les flexions (diverses suivant les temps et les modes !) qui correspondent à chaque personne. Ce que nous venons de dire de la conjugaison pourrait se répéter de toutes les parties de la grammaire. On conçoit dès lors qu’on puisse réaliser, dans une langue artificielle, le maximum de simplicité compatible avec l’expression de toutes les « catégories grammaticales » nécessaires.

7Quel est le criterium qui nous permettra de trouver ce maximum de simplicité, et de nous y maintenir ? Car c’est un juste milieu qu’il ne faut pas dépasser : certains logiciens trop simplistes vont à l’extrême, et proposent de supprimer toute flexion grammaticale. C’est là une exagération de théoricien : car on ne peut pas supprimer les catégories grammaticales, qui répondent à des relations logiques, et qui constituent le lien du discours ; si l’on renonce à les exprimer par des flexions, on est forcé de les exprimer autrement, par des mots ou des particules bien plus encombrants que des flexions.

  • 4 [Voir Article 31, note 5 et le passage correspondant.]

8La règle logique de la langue internationale est le principe d’univocité, formulé par M. Ostwald4 : chaque notion ou élément de notion doit être exprimé une fois, et une seule, et toujours par le même « morphème » (élément de mot) ; en d’autres termes, il doit y avoir une correspondance univoque entre les éléments d’idées et les éléments de mots. Ce principe est d’une évidence qui se passe de commentaire : il ne fait que formuler la condition essentielle de tout langage, comme de tout système de signes : la correspondance univoque entre le signe et la chose (ou idée) signifiée. Il énonce manifestement l’idéal du langage humain, puisque celui-ci n’est en définitive qu’un instrument destiné à exprimer nos pensées.

9C’est vers cet idéal que tendent plus ou moins obscurément toutes nos langues ; mais seule la langue artificielle peut le réaliser pratiquement, hic et nunc, sans attendre le résultat, toujours confus et incertain, d’une évolution lente et trop souvent troublée. Ce que nous venons de dire de la distinction des personnes verbales n’est qu’une application et une illustration de ce principe ; car cela revient à dire : Nous avons à exprimer la notion de la personne ; logiquement, il est indifférent de l’exprimer par la flexion ou par le pronom ; mais le principe demande qu’on l’exprime une fois, et une seule. Si donc nous l’exprimons par le pronom, nous devons la supprimer dans les flexions verbales. Celles-ci pourront exprimer d’autres catégories (le temps, le mode, la voix), mais non la personne. Si l’on applique de même ce principe à toutes les parties de la grammaire, on la réduira au maximum de simplicité, donc de facilité, compatible avec l’expression claire et distincte de la pensée. Car, s’il ordonne de supprimer toute variation grammaticale superflue, il ne permet pas de sacrifier le moindre élément utile et significatif, c’est-à-dire de laisser inexprimé un élément essentiel de la pensée. On comprend qu’une langue ainsi construite puisse, avec un matériel grammatical extrêmement réduit (moins de vingt flexions), exprimer toutes les nuances de pensée de nos langues, et même quelques autres, et par suite être plus riche et plus expressive que chacune d’elles.

  • 5 [« L’auteur du Volapük est Monseigneur Schleyer, né le 18 juillet 1831 …, curé de Litzelstetten, pr (...)
  • 6 [« La langue bleue ou Bolak est l’œuvre de M. Léon Bollack, commerçant, de Paris. Elle est destinée (...)
  • 7 [« On appelle pasigraphie une langue universelle exclusivement écrite, un système de signes écrits (...)
  • 8 [C’était l’idée du mathématicien Giuseppe Peano, publiée la première fois dans son article « De Lat (...)

10C’est surtout dans le système de dérivation que ces qualités se révèlent. Car, il faut bien le dire, ce qui constitue une langue, c’est encore moins son système grammatical que sa dérivation. Sans un système de dérivation, une langue ne serait qu’une poussière de mots, et alors, ou bien ces mots pourraient être presque indifféremment choisis d’une manière arbitraire (comme dans certaines langues a priori, en Volapük5 et en Bolak6), ou même remplacés par des nombres ou signes conventionnels (comme dans les pasigraphies7, ou dans le Code des signaux maritimes) ; ou bien ils pourraient être empruntés tels quels à une langue particulière, arbitrairement choisie : c’est ainsi que certains (pour s’épargner la peine d’élaborer un vocabulaire international) proposent d’adopter simplement le vocabulaire latin, sans autre changement que la suppression de toutes les flexions8. Eh bien ! une telle langue ne serait qu’une langue morte, ou plutôt ce ne serait pas une langue, mais le décalque inerte d’une langue. Sans un système propre de dérivation, elle n’aurait aucune indépendance, aucune fécondité ; pour chaque notion nouvelle il faudrait adopter conventionnellement un mot nouveau, comme on ajoute un caillou à un tas de cailloux. Pratiquement, une telle langue serait aussi irrégulière, aussi compliquée, donc aussi difficile à apprendre et à manier, que la langue « naturelle » dont elle serait le pastiche ou le fantôme.

11Prenons pour exemple le latin. Ceux qui parlent d’adopter en bloc le vocabulaire latin (tel qu’il se trouve dans un dictionnaire classique), non seulement ne réfléchissent pas que ce vocabulaire ne fournit aucune expression juste, claire et commode pour la multitude toujours croissante des notions modernes, des objets et des instruments que créent sans cesse la science et l’industrie ; non seulement ils oublient que, même dans le domaine des notions antiques, les mots latins sont déplorablement ambigus, donc obscurs et illogiques (qu’on pense à la multitude des sens du mot ratio !) ; mais ils ne se doutent pas de l’irrégularité de la dérivation latine (comme de toutes les dérivations naturelles). Un seul exemple : la notion de qualité est exprimée par les divers suffixes suivants : bon-itatem, sol-itudinem, sapient-iam, avar-itiam, etc. Soit un adjectif nouveau dont on veut dériver un nom de qualité : quel suffixe devra-t-on employer ? L’adepte sera condamné, soit à hésiter entre les divers suffixes équivalents, soit à apprendre par cœur ou à chercher dans le dictionnaire celui qu’il devra employer ; c’est d’ailleurs ce qui arrive pour chaque mot déjà existant : pourquoi pas bon-itudinem et sol-itatem ? En résumé, on serait obligé d’apprendre un à un, par mémoire et nullement par raison, tous les mots du vocabulaire latin.

12On voit en même temps par là la valeur pratique du principe d’univocité : si pour chaque idée on n’a qu’un élément (ici, un suffixe), il suffit d’apprendre cet élément une fois pour toutes, et de l’appliquer imperturbablement, sans risquer de se tromper ; mais si l’on a seulement deux éléments synonymes, alors on est voué à l’hésitation perpétuelle et à l’erreur, et l’on est forcé d’apprendre un à un les dérivés analogues, comme autant de mots indépendants.

  • 9 [L’Ido est apparu au cours des réunions de 1907 du comité de travail instauré par la Délégation int (...)
  • 10 [L’Esperanto est, encore aujourd’hui, la plus connue des langues internationales. « L’auteur de la (...)

13Tel est l’énorme avantage, à la fois théorique et pratique, d’une langue douée d’une dérivation logique et autonome, comme l’Ido9. On doit ajouter qu’elle peut fournir, pour certaines idées, une expression plus claire et plus correcte qu’aucune de nos langues. C’est le cas, par exemple, pour l’idée de responsabilité. Non seulement elle n’a aucune expression même passable en latin, mais dans toutes les langues modernes elle s’exprime par la même racine que l’idée de répondre. Peu importe qu’il y ait une filiation sémantique plus ou moins détournée entre ces deux idées : il y a toujours une cause pour tous les faits linguistiques, même les plus bizarres et les plus illogiques ; mais expliquer n’est pas justifier. Toujours est-il que, actuellement, les notions de réponse et de responsabilité sont aussi diverses et hétérogènes que le vol de l’aigle et le vol d’un voleur. L’Esperanto10, accoutumé à copier servilement les idiotismes de nos langues, traduit responsabilité par respondeco (qualité de réponse), ou par respondebleco (qualité de ce qu’on peut répondre), ou même, croyant préciser, par prirespondebleco (qualité de ce qu’on peut répondre au sujet de…). L’Ido procède autrement : à une idée spéciale il faut une racine spéciale : ce sera respons (distincte de respond, qui traduit l’idée de réponse). Le verbe responsar signifie : être responsable, répondre de ; le substantif responso indique une responsabilité particulière et définie ; l’adjectif respons-iva signifie responsable (qui peut répondre de) ; et la responsabilité en général se dira respons-iveso (qualité de qui est responsable). Ainsi toute la « famille » se trouve construite logiquement sur une racine indépendante, avec des affixes dont le sens et le rôle sont bien définis, et connus d’ailleurs par l’usage. On remarquera qu’on emploie le suffixe -iv, qui signifie : « qui peut » (c’est le suffixe qui forme nutritif, purgatif, etc.), et non pas le suffixe -ebl, qui signifie : « qu’on peut, qui peut être… » Or, dans nos langues, si le suffixe -abl (ou -ibl) a souvent ce dernier sens (croyable, mangeable, lisible, visible), il a souvent aussi le sens : « qu’on doit, qui mérite d’être… » (aimable, estimable, respectable) et il a encore d’autres sens vagues ou irréguliers (comme dans comptable, favorable, serviable, solvable, etc.). Si la langue auxiliaire acceptait docilement toutes ces anomalies (soit du français, soit du latin : toutes nos langues en sont également remplies), elle n’aurait aucune régularité logique, car le sens de chaque mot dépendrait uniquement de l’usage (qu’on apprend par l’exercice ou par le dictionnaire), au lieu de résulter de la composition même du mot et de la combinaison logique d’éléments à sens fixe et bien défini.

14En général, toutes nos langues sont irrégulières et illogiques dans leur dérivation : tantôt elles emploient le même affixe en des sens très divers ; tantôt elles emploient divers affixes pour exprimer la même relation ou notion. Elles pèchent donc constamment, et dans les deux sens, contre le principe d’univocité. Par conséquent toute langue qui, sous prétexte d’imiter de plus près les langues naturelles, copie servilement les dérivés irréguliers d’une langue particulière (le latin ou une autre) perd par là même toute régularité logique. Sans doute il convient d’imiter nos langues, mais dans la mesure où elles sont régulières et logiques ; c’est ce que fait l’Ido, en empruntant la plupart de ses affixes aux langues naturelles, avec le sens qu’ils y possèdent le plus souvent, mais en régularisant leur emploi. C’est dire que la langue auxiliaire ne doit s’inspirer de la linguistique qu’en tant qu’elle découvre et dégage les traits généraux et communs de nos langues, en un mot, leurs éléments logiques, mais non en tant qu’elle constate et explique historiquement leurs innombrables anomalies et leurs idiotismes (au sens propre et étymologique : leurs particularités).

15En résumé, la logique et la linguistique doivent concourir à l’élaboration de la langue auxiliaire. Mais c’est la logique qui doit faire à la linguistique sa part : car elle est une science normative, tandis que la linguistique est une science de faits. Or, parmi les faits linguistiques, tous également légitimes au point de vue descriptif et explicatif, il appartient à la logique de déterminer et de choisir ceux qui sont conformes à ses lois, et à l’idéal du langage. Que si cet idéal est en outre conforme à l’évolution naturelle des langues, c’est là une circonstance favorable, et même une précieuse confirmation : car c’est en somme l’esprit humain, avec ses tendances logiques, qui est le ressort moteur de cette évolution. De cette concordance il résulte que la langue auxiliaire est aussi peu « artificielle » que possible ; mais il ne faut pas exagérer, au détriment de la logique, sa similitude avec les langues naturelles : une fois franchies les bornes posées par la logique, la tendance à rendre la langue auxiliaire aussi « naturelle » que possible ne peut aboutir qu’à en faire la copie ou le pastiche d’une de nos langues, en sacrifiant tous les avantages essentiels de la langue internationale : simplicité, facilité et même neutralité.

Notes

1 Cours de M. Meillet au Collège de France (1910-11) sur les principes de la morphologie générale et les catégories grammaticales. [Antoine Meillet (1866-1936), élève de Michel Bréal et de Ferdinand de Saussure, était professeur de grammaire comparée au Collège de France depuis 1905, et a exercé une profonde influence sur l’histoire de la linguistique en France. L’Article 33 est présenté par Couturat comme un exposé d’après le cours de Meillet, dont il publiera aussi une analyse dans la revue Progreso, juillet à décembre 1911, dans la langue internationale Ido.]

2 Voir [Lucien] Lévy-Brühl, Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures [Paris, Alcan, 1910. D’abord historien de la philosophie (La Philosophie de Jacobi, 1894, et La Philosophie d’Auguste Comte, 1900), Lévy-Bruhl s’est orienté ensuite vers la sociologie (La morale et la science des mœurs, 1903) puis vers l’ethnologie avec le livre ici cité, qui inaugure une série de six ouvrages. C’est dans ce livre que Lévy-Bruhl fait intervenir la notion de « mentalité prélogique » pour caractériser les modes de pensée des « primitifs ». Couturat fait allusion au chapitre IV du livre « La mentalité des primitifs dans ses rapports avec la langue qu’ils parlent ».]

3 Naturellement, cette évolution peut être retardée ou contrariée çà et là par des tendances conservatrices ou rétrogrades. On connaît le caractère archaïque de tous les langages officiels, par exemple de la langue religieuse, de la langue judiciaire. Aussi trouve-t-on partout des « survivances » de l’état primitif : c’est le duel ambo en latin ; c’est l’emploi de mots différents pour exprimer la même action ou les mêmes organes, suivant qu’il s’agit de l’homme ou des animaux, ou de diverses espèces animales ; c’est les innombrables mots spéciaux des langues techniques, surtout de la chasse et de la pêche, industries archaïques : qu’on pense à la variété des termes de vénerie, ou à celle des noms de la morue suivant ses divers états.

4 [Voir Article 31, note 5 et le passage correspondant.]

5 [« L’auteur du Volapük est Monseigneur Schleyer, né le 18 juillet 1831 …, curé de Litzelstetten, près de Constance, et prélat romain » (Couturat et Leau, Histoire de la langue universelle, Paris, Alcan, 1903, p. 128. La source du Volapük, selon la citation qu’on trouve p. 129, est la suivante : « La langue universelle a pour base la langue anglaise populaire, parce que celle-ci est la plus répandue de toutes les langues des peuples civilisés (abstraction faite de son orthographe trop embrouillée) » (Schleyer, Grammatik der Universalsprache, 5e éd., Constance, 1885, § 38).]

6 [« La langue bleue ou Bolak est l’œuvre de M. Léon Bollack, commerçant, de Paris. Elle est destinée surtout aux relations commerciales et usuelles. Elle décline toute prétention littéraire, et vise à être un moyen de communication facile, simple et pratique. Elle s’adresse uniquement aux peuples de civilisation européenne … Les qualités que l’auteur a cherché à lui donner sont : la concision, la précision, la clarté et la rigidité, d’où doit résulter la facilité d’acquisition de cette langue » (Coututat et Leau, op. cit., p. 210). La première publication faisant connaître cette langue est parue en 1899.]

7 [« On appelle pasigraphie une langue universelle exclusivement écrite, un système de signes écrits (ou plus généralement de signes optiques) destiné à exprimer et à transmettre la pensée » (Couturat et Leau, op cit., p. 1). La campagne ouverte par la Déclaration du Congrès de 1900 excluait expressément ce type de langue.]

8 [C’était l’idée du mathématicien Giuseppe Peano, publiée la première fois dans son article « De Latino sine flexione. Lingua auxiliare internationale », Rivista di Matematica, VIII, 1903, p. 74-83. Peano s’inspirait explicitement de Leibniz, tel que Couturat en avait fait connaître les contributions à une langue universelle sous la forme d’un latin simplifié (cf. La Logique de Leibniz, Paris, Alcan, 1901, p. 65sq.)]

9 [L’Ido est apparu au cours des réunions de 1907 du comité de travail instauré par la Délégation internationale pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale (voir Article 31, note 1). Le comité avait décidé de restreindre son choix à l’Esperanto (cf. ci-dessous, note 10) et à l’Idiom Neutral. Ce dernier était issu en 1902 des travaux de l’Académie internationale de langue universelle instituée par les congrès des Volapükistes de 1887 et 1889 pour réformer le Volapük. Les principes de cette réforme furent les suivants : « Avant tout [les promoteurs du Neutral] ont délibérément subordonné la grammaire au vocabulaire, contrairement à l’esprit du Volapük ; cela seul constituait une réforme radicale du système, ou plutôt la substitution d’un système a posteriori à un système a priori. En effet, l’Académie adopta pour le vocabulaire le principe suivant : “Les radicaux les meilleurs sont ceux qui se trouvent comme mots nationaux ou comme mots étrangers dans le plus grand nombre des langues principales d’Europe …” ; en un mot le principe du maximum d’internationalité » (Couturat et Leau, op. cit., p. 486). On reconnaît assez en cela des idées chères à Couturat. En 1907 donc, Couturat, qui était l’un des secrétaires du comité de travail, présenta un projet jusqu’alors inconnu qui était un compromis entre l’Esperanto et le Neutral, et qui devait prendre le nom d’Ido. Bien qu’on en ait parfois attribué l’invention à Couturat, on sait que son véritable auteur était l’espérantiste dissident le « marquis » Louis de Beaufront (1855-1935), personnage à la biographie mal connue. On découvrit après sa mort qu’il n’était nullement marquis et s’appelait en réalité Louis Chevreaux ; Les années suivantes furent celles d’un conflit sans merci entre espérantistes orthodoxes et idistes, au premier rang desquels se trouvait Couturat.]

10 [L’Esperanto est, encore aujourd’hui, la plus connue des langues internationales. « L’auteur de la langue connue sous le nom d’Esperanto est un médecin russe, le Dr Louis-Lazare Zamenhof, né en 1859 à Bielostok … Le projet du Dr Zamenhof, inspiré par les mobiles humanitaires les plus nobles, a traversé, en raccourci, les mêmes phases que l’idée même de langue universelle : restauration du latin, puis langue a priori et purement combinatoire, enfin langue a posteriori. Il est fondé sur deux principes essentiels : le principe du maximum d’internationalité acquise pour les racines ; et le principe de l’invariabilité des éléments lexicologiques, chacun d’eux étant une racine indépendante et ayant un sens propre. Il réunit et fond ensemble les propriétés et les avantages des langues agglutinatives et des langues à flexion » (Couturat et Leau, op. cit., p. 304 et p. 306). Dans leur Histoire, Couturat et Leau donnent en 1903 clairement l’avantage à l’Esperanto sur tous les autres projets existants, en notant que ses « quelques imperfections » seront « aisées à corriger » (p. 362). En 1907, ils croiront trouver ces corrections dans l’Ido, mais ne parviendront pas à convaincre les espérantistes.]

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter