Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Logique, mathématiques, langue universelle

 | 
Louis Couturat

Troisième partie: 1906-1917

ARTICLE 30

Logique et moralisme

Revue de Métaphysique et de Morale, 1906, t. XIV p. 873-876

Note de l’éditeur

Dans le 5ème numéro de l’année 1906 de la RMM (p. 744-747), Georges Lechalas (voir Article 2, note de l’éditeur) avait opposé une objection à la position défendue par Couturat dans sa leçon d’ouverture au Collège de France [Article 29]. Sous le titre « Logique et moralisme », tout en se disant « partisan résolu de la Logique formelle » et admirateur de Couturat, il contestait ce qui, à ses yeux, outrepassait le droit du logicien. Dans le cas du psychologisme de la « logique des sentiments » comme dans celui du moralisme des postulats de la raison pratique, Couturat voyait une violation de la logique en ce que les prémisses ou principes étaient subordonnés au choix des conclusions ou conséquences à justifier. Or, selon Lechalas, il n’appartiendrait pas à la logique, « instrument servant à établir une science en partant d’un certain nombre de propositions, dites axiomes ou postulats, sur lesquelles l’instrument logique travaillera, mais qu’il n’établira pas », de se prononcer sur le choix de ces axiomes ou postulats. Il établissait alors un parallèle entre d’une part la pluralité des géométries, toutes logiquement cohérentes, et l’infinité des morales logiquement possibles, équivalentes aux yeux du logicien. Dans un cas comme dans l’autre, le choix d’une géométrie comme celui d’une morale se fonde sur l’attente des résultats à atteindre et donc des conséquences que l’on veut obtenir. Enfin, dans une note de bas de page où il avoue sortir des limites de la seule logique, Lechalas observe qu’en reconnaissant que personne n’a encore « mesuré le pouvoir de la raison » ni « fait le bilan de ses ressources et le dénombrement de ses fonctions », Couturat justifie du même coup que l’on doive, pour résoudre « une foule de questions ne pouvant être laissées en suspens », « chercher un succédané de la raison ».

Texte intégral

1Je remercie M. Lechalas de ses bienveillantes et judicieuses remarques ; elles me fournissent l’occasion d’expliquer et de développer ma pensée sur un point qui peut en effet prêter à malentendu. Comme il le dit fort bien, la Logique est à la fois « la maîtresse et la servante de toutes les sciences, de toutes les philosophies ». Elle est leur servante, tant qu’elles s’en « servent » ; elle devient leur maîtresse ou plutôt leur juge, lorsqu’elles s’en écartent, et lorsqu’elles en méconnaissent ou en altèrent la nature. C’est dans cette mesure que le moralisme est justiciable de la Logique. Si la Logique n’a pas à déterminer positivement quelles sont les doctrines philosophiques vraies, elle concourt du moins à les déterminer négativement, en servant à éliminer les fausses. La physique et la géométrie non plus ne sont pas juges des thèses proprement philosophiques ; et néanmoins elles peuvent suffire à réfuter telle théorie métaphysique qui contredirait des vérités physiques ou géométriques bien établies. Le rôle de la logique est donc dans ce cas négatif et critique, et on ne peut lui reprocher d’usurper sur la métaphysique ou la morale.

2Que le moralisme soit, en fait, contraire à la Logique, c’est ce que prouvent toutes les doctrines kantiennes et néo-kantiennes, qui reposent sur une conception insuffisante et même fausse des principes logiques. Car on ne viole pas plus la Logique en contredisant quelqu’un de ses principes, qu’en refusant d’admettre certains principes sans lesquels elle ne peut se constituer, et en prétendant la réduire, par exemple, au seul principe d’identité. C’est d’ailleurs un fait historique que les écoles qui prétendent faire dépendre la métaphysique de la morale ont complètement négligé la Logique, et ont ignoré ses progrès, ce qui semble indiquer une incompatibilité entre la Logique et le moralisme. On pourrait objecter que ce fait ne prouve pas que le moralisme soit, en principe, contraire à la Logique ; et assurément, celle-ci n’aurait plus rien à objecter à une doctrine morale qui accepterait sans chicane ni équivoque les principes logiques.

3Mais une telle doctrine n’appartiendrait plus au « moralisme », que j’ai défini par la thèse caractéristique du primat de la raison pratique. Car si l’on soutient cette thèse, c’est parce qu’on croit avoir établi l’insuffisance et l’impuissance de la raison spéculative, et cela vient toujours d’une ignorance des principes constitutifs de la Logique.

4M. Lechalas essaie de justifier la méthode des postulats moraux en la rapprochant de la méthode par laquelle les sciences physiques construisent leurs hypothèses et leurs théories. Cette méthode est, dans les deux cas, l’induction logique (c’est-à-dire la déduction à rebours) ; elle consiste à remonter des propositions vraies ou admises comme telles à un système de principes d’où l’on puisse les déduire. Mais, si le procédé général est le même, en gros, les deux applications diffèrent du tout au tout au point de vue logique. D’abord, comme M. Lechalas le reconnaît lui-même, les principes auxquels on aboutit par induction n’ont jamais qu’une valeur probable (à moins que, cas fort rare, on ne puisse les déduire directement des données de fait), tandis que le moralisme présente les « postulats de la loi morale » comme des dogmes certains et en quelque manière obligatoires. On sait que (de nos jours surtout) les physiciens n’attribuent qu’une valeur problématique aux hypothèses plus ou moins générales qu’ils élaborent ; si l’on n’attribuait pas plus de valeur et d’objectivité aux « postulats moraux », les auteurs des systèmes « moralistes » ne seraient guère avancés, et ne se risqueraient pas à échafauder une métaphysique sur une base aussi fragile et instable. Le physicien est toujours prêt à changer de théorie, non seulement pour des raisons de vérité, mais même pour des raisons de « commodité ». Est-ce que les « moralistes » font aussi bon marché de leurs « postulats », et changeraient-ils aussi facilement de doctrine le jour où on leur montrerait, par exemple, l’origine sociale de la notion de devoir, et où on leur présenterait une autre déduction des obligations morales ? Cela prouve bien qu’on ne fait pas réellement en morale, quoi qu’en dise M. Lechalas, ce qu’on fait en géométrie. Et cela tient simplement à ce qu’en morale on fait de la « logique des sentiments ». On veut justifier le devoir, et on veut même le justifier d’une certaine manière ; tandis que le géomètre ne veut pas les propriétés des parallèles, ou l’indépendance de la forme et de la grandeur.

5Dernière différence, qui est capitale : dans les sciences, les données dont on part sont des vérités théoriques, généralement des vérités de fait ; tandis que dans la méthode des postulats moraux le point de départ est pratique, et ne peut être qualifié ni de fait ni de vérité. Parler du devoir comme d’un fait, c’est un abus de mots, et lorsque Kant ajoute : « fait rationnel », il avoue le sophisme par cela même qu’il essaie de le pallier. Le sentiment de l’obligation, pas plus que celui de la liberté (si tant est que celui-ci existe), ne prouve pas l’existence de son objet : et lorsqu’on a expliqué psychologiquement ces simples faits psychologiques, les « moralistes » n’ont plus rien à réclamer. En réalité, ils ne cherchent pas à expliquer scientifiquement le fait (subjectif) de l’obligation, mais à justifier métaphysiquement le prétendu fait (objectif) du devoir. Le point de départ de leur induction n’est pas un fait, une vérité, mais un désir ou une volonté. Or c’est là une application de la méthode d’induction toute différente de celle qu’emploient les sciences positives. C’est comme s’il avait suffi de se dire : « Je veux avoir une voiture qui fasse 100 kilomètres à l’heure » pour inventer le moteur à explosion, ou comme si le désir de télégraphier sans fil avait fait découvrir les ondulations électriques. En un mot, ce n’est pas une induction d’une vérité à une autre, mais d’un désir ou d’un besoin à une proposition théorique. C’est là une méthode dont aucune science n’offre l’analogue, et qu’aucune logique ne peut justifier.

  • 1 [Nous avons cherché en vain dans les textes de Leibniz, y compris dans les citations des considérat (...)

6Je m’arrêterais là, si M. Lechalas n’avait pas esquissé une apologie de la logique des sentiments dans une note où il avoue d’ailleurs qu’il ne parle pas « exclusivement en logicien ». Parce que la logique n’est pas présentement achevée, et ne le sera sans doute jamais, il croit pouvoir chercher « des succédanés de la raison » et demander à la logique des sentiments « des solutions provisoires ». Personne ne nie que dans tous les domaines nos connaissances soient incomplètes et insuffisantes ; mais ce n’est pas un motif pour renoncer à l’exercice de notre raison, et pour nous fier à la logique des sentiments, qui ne peut que nous égarer. De ce que la physique et la médecine ne sont pas achevées, et ignorent encore beaucoup de choses, s’ensuit-il que nous devions nous confier aux sorciers et aux charlatans ? Si les données historiques ne permettent pas de savoir (d’après une phrase célèbre) qui fut le Masque de Fer, irai-je le demander à une somnambule ou à une table tournante ? Si je suis enveloppé de ténèbres où j’erre à la recherche de quelques lueurs, dois-je me crever les yeux pour y mieux voir ? Au contraire, j’ai plus que jamais besoin d’une vue fine et pénétrante. Dans les domaines les plus contingents et les plus obscurs, c’est encore et toujours la raison qui doit nous servir de fil d’Ariane, et, si elle ne nous fait pas connaître la vérité certaine, elle nous indiquera du moins le parti le plus probable et le plus sûr. À côté de la Logique de la certitude, n’y a-t-il pas la Logique des probabilités, qui est aussi une application de la raison, et que Leibniz appelait la Logique de l’action1 ? D’ailleurs, quelles sont ces questions qui ne « peuvent être laissées en suspens avec un simple point d’interrogation » ? Ce ne peuvent être que des questions pratiques, car dans les questions théoriques le plus sage est de suspendre son jugement. Mais, dans le domaine pratique lui-même, nos devoirs ont pour limite nos connaissances. Je ne sais pas s’il y a des hommes dans la planète Mars ; comment pourrais-je avoir envers eux quelque obligation ? Donc, partout et toujours, notre action est subordonnée à notre connaissance, et doit être dirigée et réglée par la raison ; tant vaudra notre connaissance, tant vaudra notre action. Aucun devoir ne peut nous amener à dépasser notre raison, attendu que la formule suprême du devoir est d’agir conformément à la raison. Mais ici je reconnais à mon tour que je ne parle plus en logicien. Seulement je ferai remarquer que cette morale est en parfait accord avec la logique, qu’elle ne demande aucun sacrifice et n’impose aucune limitation à la raison. Et j’ose dire qu’une telle doctrine est, non seulement plus vraie, mais plus morale, que toutes les théories qui, accumulant les inconséquences décorées du nom d’antinomies, se plaisent à opposer la morale à la logique ou à la science, la raison pratique à la raison spéculative, l’action à la connaissance, la volonté à la pensée. Elle est en tout cas plus philosophique, s’il est vrai que le but de la philosophie, et le critérium de la vérité philosophique, soit l’unité.

Notes

1 [Nous avons cherché en vain dans les textes de Leibniz, y compris dans les citations des considérations importantes que Couturat consacre à la logique des probabilités dans son livre sur la Logique de Leibniz, la présence littérale de la formule « Logique de l’action ».]

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter