Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude Simon : situations

 | 
Paul Dirkx
, 
Pascal Mougin

Introduction

Paul Dirkx et Pascal Mougin

Texte intégral

  • 1 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », Claude Simon, Marcel (...)

[…] (non que cela se fasse tout seul, est-il besoin de le préciser ?) […] Claude Simon1

1Le colloque international « Claude Simon à la lumière de l’histoire littéraire, de l’histoire culturelle et de la sociologie de la littérature », qui s’est tenu en Sorbonne les 14 et 15 mai 2008, avait pour but de contribuer à enrichir les travaux sur Claude Simon, devenu aujourd’hui l’un des écrivains français les plus étudiés et les plus commentés. Il s’agissait plus précisément de renforcer les recherches relatives aux dimensions historiques, culturelles et sociales de son œuvre en comblant certaines lacunes.

  • 2 Jeanyves Guérin, « Champs saturés et jachères », La Traversée des thèses. Bilan de la recherche do (...)
  • 3 Paul Valéry, « La liberté de l’esprit », Œuvres II, Jean Hytier éd., Paris, Gallimard (Bibliothèqu (...)

2En France plus qu’ailleurs, la recherche consacrée aux lettres françaises modernes demeure en grande partie attachée au principe d’organisation de la littérature par corpus d’écrivain, et de préférence par corpus de « grand écrivain ». La recherche, souvent appelée « critique universitaire » ou « savante », y est globalement perçue comme destinée à jouer un rôle de consécrateur ou de passeur, ayant pour tâche – davantage ressentie comme anhistorique que reconnue comme étant d’origine historique – d’aider la postérité à distinguer le bon grain de l’ivraie ou, du moins, à faire passer des noms d’écrivains (de qualité) à cette même postérité. Le phénomène s’est accentué avec l’arrivée de la « nouvelle thèse » de doctorat qui, par son format même, « pousse à la monographie, donc à la fétichisation de l’auteur, voire de l’œuvre aux dépens de l’école ou du mouvement »2. L’effet de légitimation inhérent au choix d’un « grand écrivain » tend à être recherché plus ou moins consciemment, le consacrant étant progressivement consacré à force de consécration, à l’intérieur de l’Université comme à l’extérieur. La recherche reste ainsi pour une bonne part tributaire de cette « bourse » des auteurs dont parlait Valéry3, bourse qu’elle concourt à alimenter et où certains noms ont la cote et d’autres moins, où les uns sont des valeurs montantes et les autres des valeurs périmées, etc.

  • 4 Société d’étude de la littérature française du xxe siècle, Annuaire des vingtièmistes. Troisième é (...)
  • 5 LotfiNia, « Les thèses soutenues de 1990 à 1999 : coup d’œil statistique », La Traversée des thèse (...)
  • 6 Voir [http://www.sudoc.abes.fr].

3Dire, comme il est notoire, que Claude Simon est un des auteurs les plus appréciés de la critique universitaire française prend alors un relief particulier. Selon le dernier Annuaire de la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle, qui constitue un indicateur fiable de l’état des investigations dans ce domaine en 20074, Claude Simon occupe le sixième rang des auteurs les plus choisis, avec 31 sociétaires qui le citent comme « auteur étudié », après Duras (47 sociétaires), Proust (42), Aragon (35), Camus (33) et Beckett (32). Ce classement est plus ou moins confirmé par les bibliographies courantes. Il l’est également par un bilan portant sur 3 000 thèses françaises en littérature de langue française du xxe siècle, inscrites entre 1990 et 2000. Avec vingt thèses, Simon est le neuvième auteur en termes de fréquence de choix comme sujet de thèse, à égalité avec Michaux et précédé de Proust (44 thèses), Duras (29 thèses), Giono (27), Aragon (26), Sartre et Camus (24), Beckett (23), Le Clézio et Gracq (22) et, enfin Gide (21)5. Et cet intérêt ne s’est pas démenti depuis : sur la période 2000-2009, on a vu Simon dépasser tous ses « concurrents » pour venir talonner, avec 27 thèses, l’auteur d’À la recherche du temps perdu (31 thèses)6. Ces quelques données sur la recherche doctorale et sur la recherche tout court attestent un capital « critique » exceptionnel et qui ne fait visiblement qu’augmenter.

  • 7 En ce qui concerne les études doctorales, il occupe même, depuis 2000, la deuxième position, derri (...)
  • 8 Pour des références, on peut se reporter aux bibliographies courantes ou au site « Labyrinthe » de (...)
  • 9 Citons, parmi les premiers travaux marquants en France, Claude Simon. Chemins de la mémoire, Mirei (...)
  • 10 Ralph Sarkonak, « Claude Simon », Claude Simon, 1. À la recherche du référent perdu, Ralph Sarkona (...)

4Le profil apparent de l’écrivain et de son œuvre est d’autant mieux ajusté à la critique universitaire qu’il conforte celle-ci dans quelques-unes de ses orientations majeures. Pour commencer, le nom de Claude Simon évoque un corpus très largement romanesque, ce qui le rend d’emblée attrayant à une époque où le roman ne cesse d’affermir sa position de genre dominant, sur le terrain littéraire comme dans les facultés de lettres. Au classement des romanciers les plus fréquemment étudiés depuis les années quatre-vingt-dix, Simon figure parmi les tout premiers7. Ce qui vaut pour l’ensemble de la littérature vaut donc aussi pour le roman. Autre affinité élective, le fait que les recherches (françaises comme étrangères) privilégient depuis une vingtaine d’années des corpus propices aux questionnements sur le brouillage narratif et fictionnel, l’hybridation générique, etc. – que l’on songe, pour ce qui est de Simon, aux dispositifs d’écriture mis en place à partir d’Histoire8. S’il est vrai que, au sein de la critique simonienne, les années quatre-vingt-dix ont ouvert la voie à des études qui, sous le signe de la mémoire, sont axées sur le temps, la focalisation et la représentation9, la perspective demeure largement intratextuelle et orientée par les vecteurs poétique et narratologique. Cette primauté est encore accentuée par une présence discrète de l’approche thématique, qui a pourtant connu un vif regain d’intérêt dans ces mêmes années. En tout état de cause, et si l’on nous permet de filer la métaphore boursière, on voit que Claude Simon est une valeur sûre offrant certaines spécificités qui demeurent intéressantes sui generis. Et peut-être cet engouement est-il toujours encouragé par ce « rapport symbiotique entretenu par […] la pratique littéraire et la réflexion critique » qui, selon Ralph Sarkonak, caractérisait naguère les travaux simoniens10.

  • 11 Dominique Viart, « Le roman contemporain », La Traversée des thèses, op. cit., p. 88-97, p. 88.
  • 12 Voir Marc Dambre, « Minores et histoire du roman », La Traversée des thèses, op. cit., p. 80-87, p (...)

5D’autres facteurs, moins structurels et plus ponctuels, contribuent à fixer l’image de l’écrivain en général tout en amplifiant son aura critique en particulier. C’est le cas du traitement de faveur qu’une partie de la critique universitaire française a accordé au Nouveau Roman depuis le début des années soixante-dix, à commencer par les unités de recherche plus ou moins en phase avec les principes esthétiques de ce mouvement11. Que, depuis plusieurs années, les spécialistes aient été toujours plus nombreux à voir dans le Nouveau Roman au moins autant, sinon plus le fruit d’une opération éditoriale (ce qui ne signifie pas simplement commerciale) que l’expression d’une dynamique littéraire de fond n’enlève rien au fait qu’il s’est taillé une place importante dans le paysage littéraire. Ni au fait qu’il a longtemps dominé la hiérarchie des sujets de recherche légitimes ressortissant au second demi-siècle12. Certes, la critique simonienne n’a jamais rabattu « son » écrivain sur cette mouvance, laquelle en revanche n’en a pas moins constitué une circonstance favorable à sa constante progression dans les palmarès universitaires. On peut même noter, ces derniers temps, un certain rééquilibrage entre Simon, Sarraute et Robbe-Grillet, le premier se détachant du groupe dans lequel Robbe-Grillet et Lindon l’avaient introduit et où la doxa historico-littéraire continue d’inscrire une partie essentielle de son apport littéraire.

  • 13 Certains aspects de l’impact que cette récompense suprême a exercé sur l’écrivain lui-même sont ab (...)

6De plus, il conviendrait d’examiner de plus près l’impact de l’attribution du prix Nobel de Littérature en 1985 sur la fortune critique de l’écrivain13. Si une bonne partie de la presse littéraire française et anglo-saxonne semblait alors découvrir l’écrivain, l’Université n’avait pas attendu cette date pour s’intéresser à ses productions. Du reste, les bibliographies courantes, entre autres, attestent que le prix Nobel, moins perçu comme événement littéraire que comme péripétie extralittéraire, n’a pas sensiblement stimulé l’étude de l’œuvre. Mais la prestigieuse récompense a sans doute eu un retentissement par des voies moins directes, notamment à travers le véritable mode d’emploi de l’œuvre que constitue, en un sens, le Discours de Stockholm. Il faut enfin évoquer – mais la liste d’indicateurs de capital « critique » est loin d’être close – le surcroît de prestige offert par l’inscription de l’auteur au programme de l’agrégation en 1997-1998, en termes d’opportunités éditoriales, de quasi-homologation de certaines grilles de lecture dominantes, etc.

  • 14 Alastair B. Duncan éd., Claude Simon. New Directions, Édimbourg, Scottish Academic Press, 1985.
  • 15 Cette question a commencé à être traitée depuis les années quatre-vingts par des chercheurs tels q (...)
  • 16 Une des premières réflexions sur ce sujet fut menée dès 1985 par la chercheuse britannique Celia B (...)
  • 17 Voir, par exemple, Irene Albers, Photographische Momente bei Claude Simon, Wurzbourg, Königshausen (...)

7Précisons que de multiples facettes de l’œuvre ont émergé ou se sont vues éclairées d’une lumière nouvelle après les années soixante-dix, le formalisme structuraliste entrant alors dans une phase de déclin. Une contribution non négligeable fut apportée par la recherche anglo-saxonne qui, dès 1985, se montra soucieuse d’ouvrir de « nouvelles directions »14. Un nombre croissant de travaux voyaient le jour qui visaient à explorer plus systématiquement les dimensions intertextuelles de l’œuvre ainsi que ses rapports avec le genre autobiographique15. Cette dernière interrogation fut redoublée à partir des années quatre-vingt-dix par le problème de la biographie parentale et familiale posé par les romans dits « généalogiques »16. D’autres études tendaient à diversifier les investigations en explorant les liens entre écriture et vision du monde ou, du moins, entre écriture et image, et ce, souvent en lien avec d’autres expressions artistiques17. On prêtait aussi une attention grandissante aux options poétiques de l’écrivain telles que celui-ci les présente dans ses textes et métatextes, et non plus seulement telles que le critique tente de les dégager de ses lectures.

  • 18 Voir notamment les commentaires et références dans Dominique Viart, Une mémoire inquiète. La Route (...)
  • 19 Ainsi Jean-Yves Laurichesse, étudiant l’espace olfactif dans les romans de Claude Simon, rapporte (...)
  • 20 Voir, entre autres, Claude Simon, i. À la recherche du référent perdu, op. cit. Comparer avec Jean (...)

8En revanche, la vague des études de réception atteignit peu Claude Simon18. Signe emblématique d’un discours critique dont il est permis d’affirmer, en résumé, que la plupart des avancées récentes, nombreuses et incontestables, sont le fait de lectures internes. Certes attentives à la fécondation complexe du texte par des éléments exogènes, bien souvent liés à la mémoire du romancier, ces lectures ne s’y intéressent guère que dans les limites du texte et de ses logiques. Rares sont les études qui analysent les sources d’inspiration (mnésiques ou non) pour ce qu’elles sont19, avant de montrer leurs effets au sein même de la matière textuelle. On semble généralement postuler que la profonde transfiguration que l’écriture fait subir aux systèmes symboliques d’ordre culturel, historique, social, etc. justifie de regarder ceux-ci comme autant de matériaux bruts qui, de ce fait, s’excluent comme d’eux-mêmes de l’analyse. Si le référent, ce grand proscrit de la critique structuraliste (« ricardolienne », mais pas seulement), a désormais à nouveau droit de cité, c’est en tant qu’élément actif interne à un texte d’autant plus autonomisé qu’il est considéré comme produisant sa propre réalité20. En somme, le référent demeure perçu comme ayant une existence double ou, plus précisément, dédoublée : soit extratextuelle, soit intratextuelle.

  • 21 Ce en quoi les études simoniennes ne se démarquent pas de l’ensemble des études littéraires en Fra (...)
  • 22 Sur le caractère énigmatique de l’écriture simonienne dans ses rapports avec l’inquiétude qui habi (...)
  • 23 On pense à l’édition en Pléiade sous la direction d’Alastair B. Duncan (Claude Simon, Œuvres, Alas (...)

9L’ensemble des approches et évolutions qui viennent d’être esquissées se renforcent mutuellement pour finalement réduire sensiblement l’intérêt porté aux dimensions historiques21, culturelles, sociales, etc. du texte. Ces dimensions sont à envisager dans leurs origines et pas seulement dans leurs effets, et dans leur globalité et leur systématicité – celle-ci fût-elle obscure, invisible, énigmatique22. Certes, il convient de répéter qu’un certain nombre d’études ont été menées dans le passé. La parution, surtout depuis le décès du romancier en 2005, d’un nombre grandissant de travaux de documentation et d’historicisation de l’œuvre augure sans doute d’une évolution nouvelle23. Néanmoins, il s’agit ici de concourir tant soit peu à mettre au jour les rôles inséparablement intratextuels et extratextuels que joue le référent dans un texte dont il n’est pas une sorte d’additif, mais une partie intégrante et indispensable. Le texte n’existerait tout simplement pas sans lui. « Référent » gagnerait d’ailleurs à être remplacé ici par « configuration de référents » : malgré l’écriture fragmentaire de Claude Simon, ces configurations n’en ont pas moins un caractère systémique (ce qui ne signifie pas systématique), et en dépit de l’aspect éclaté de cette même écriture, elles ne sont jamais totalement diluées dans le texte. Celui-ci ne les reproduit pas, mais les recrée jusqu’à les rendre méconnaissables, voire, apparemment, insignifiantes.

  • 24 Comme en témoignent les bibliographies courantes, les répertoires de thèses ainsi que le site « La (...)
  • 25 Vincent Joos, « La critique sociale dans Le Tramway de Claude Simon », Roman 20-50, n° 37, juin 20 (...)
  • 26 Voir J. Guérin, « Champs saturés et jachères », art. cité, p. 20. La recherche internationale, sur (...)

10Le chantier des dimensions historiques, culturelles et sociales du texte, telles qu’elles viennent d’être précisées, est largement en friche. Les pistes de recherche relatives à la société et à la socialité surtout demeurent dans l’ombre, ce qui, là non plus, ne fait pas exception à une tendance plus générale24. Il est significatif que la première étude, toutes langues confondues, dont le titre comporte le mot « social » ou « société » ne date que de 200425. Sans parler de l’examen des aspects politiques d’une écriture qui, aussi sous l’effet d’une interprétation souvent formaliste du métadiscours de son auteur, est fréquemment regardée comme apolitique ou en tout cas « purement » littéraire. La rareté des travaux qui sont consacrés à la charge politique de l’écriture simonienne confirme ainsi une tendance plus large de la recherche française qui se défie du politique autant qu’elle incline à favoriser la perspective autoréférentielle26.

  • 27 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », art. cité, p. 18.
  • 28 Notamment dans son Discours de Stockholm (Œ, p. 900).
  • 29 Voir Claude Simon qui, en 1960, se disait « un réaliste total » (Claude Simon/Hubert Juin, « Les s (...)
  • 30 Claude Simon/Madeleine Chapsal, « Claude Simon : “Il n’y a pas d’art réaliste” », La Quinzaine lit (...)

11La propension de la critique à scinder écriture (« texte ») et matière sociohistorique (« contexte ») est d’autant plus répandue que l’écrivain lui-même a parfois semblé cautionner une telle dissociation, en soulignant par exemple, à propos du Vent, « l’opposition, l’incompatibilité même, qu’il y a entre la discontinuité du monde perçu et la continuité de l’écriture »27. Mais ce constat d’incompatibilité ne constitue pas pour autant un plaidoyer en faveur d’une exclusion du « monde perçu ». Simon a répété, citant le formaliste russe Victor Chklovski (qui parlait de l’image poétique), que le fait littéraire est à ses yeux « le transfert d’un objet de sa perception habituelle dans la sphère d’une nouvelle perception »28. De son point de vue d’écrivain, l’enjeu majeur de l’écriture consiste à réussir avec des moyens littéraires ce « transfert » d’une perception familière à une perception nouvelle. Si chacun de ses romans, quelle qu’en soit la complexité formelle, est marqué par un degré de « réalisme » extrême29 (à l’inverse, imagine-ton une seconde un roman de science-fiction écrit de sa main ?) et produit autant d’effets de « réel » saisissants, c’est parce qu’il procède d’une poétique toujours plus scrupuleusement vouée à transmuer en langage littéraire, contre l’inertie doxique de la langue et malgré le fait qu’il « n’y a pas d’art réaliste »30, certains fragments de réalité sociohistorique que l’écrivain a plus ou moins enregistrés en certains lieux et à certains moments de son existence, qu’il sait inexorablement inscrite dans cette même réalité.

12En conséquence, une approche de la littérature mettant en cause l’évidence de l’opposition « texte »/« contexte » se doit d’intégrer dans sa démarche le « transfert » dont parle Simon et qui apparaît comme un facteur essentiel de l’alchimie scripturale. Car ce transfert repose sur une configuration éminemment sociohistorique : s’il y a « perception », cela suppose qu’il y a des choses et des êtres perçus, ainsi que des êtres qui les perçoivent selon certaines conditions de perception. De sorte que la prise en compte de ce véritable tiers-exclu de l’opposition « texte »/« contexte » qu’est le « transfert » impose d’abord de reconstruire les deux espaces de structures plus ou moins transparentes qui rendent possibles, l’un, la perception dans le monde « réel » et, l’autre, la perception dans le monde « fictionnel ». Après quoi pourra être analysé le degré de congruence entre ces deux espaces, ce que Lucien Goldmann appelait leur degré d’« homologie structurale ».

  • 31 Citons par exemple ces propos : « Notre vision, même si nous cherchons à nous en dégager le plus p (...)
  • 32 Voir aussi Jean H. Duffy, « Art as defamiliarisation in the theory and practice of Claude Simon », (...)

13Mais le concept d’homologie ne permet pas de répondre de manière satisfaisante à la question de savoir ce qui fonde cette homologie et qui donc conditionne le passage d’une « sphère de perception » à l’autre. Sur ce point, une des hypothèses centrales de la théorie des champs peut s’avérer utile. Elle avance que les structures des objets perçus par l’être percevant finissent par s’inscrire au plus profond de ce dernier, sous la forme d’un habitus aussi impensé qu’agissant et qui, à ce titre, tend à orienter les nouvelles perceptions et actions selon les structures ainsi intériorisées. Si l’on ajoute à cela le fait que l’être percevant est en l’occurrence un écrivain, il y a lieu d’envisager, entre ce dernier et le monde, un habitus spécifique au monde des écrivains, agents en partie ajustés à l’organisation de ce monde et reliés entre eux par une configuration jamais pensée comme telle d’enjeux esthétiques et éthiques proprement littéraires. Ces écrivains, y compris ceux qui font preuve de la plus grande lucidité et réflexivité sur le chapitre de l’histoire, de la société et de la culture, tel Claude Simon31, ne sont guère enclins à prêter grande attention à ce champ littéraire qui, par sa transparence et aussi son apparente parenté avec ces choses un peu futiles que sont le « milieu » ou l’« institution » littéraires, passe peu ou prou inaperçu32.

  • 33 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », art. cité, p. 24.

14Cette indifférence est pour beaucoup dans la réticence, tout aussi paradoxale, de la plus grande partie des études littéraires, notamment simoniennes, à envisager la littérature comme produit d’un univers de producteurs qui y sont comme magiquement accordés. Elle est une des « raisons » principales qui ont empêché jusqu’à présent de porter un regard sociohistorique sur une œuvre dont l’auteur a lui-même souligné régulièrement la densité sociohistorique. Le présent livre entend ainsi s’inscrire dans une dynamique de recherches consacrées au « transfert » de Chklovski ou, pour citer les mots plus exacts car moins unilatéralement sémiologiques de Simon, à ce qui a « dicté » ses « différents choix » d’écriture, à savoir « des impératifs qui, si je les discerne moi-même malaisément, découlent de la vie que j’ai menée, de la société et du milieu dans lesquels j’ai vécu, des événements historiques auxquels j’ai été mêlé, de même que de ma libido, mon éducation, etc. »33. Et aussi, précisera-t-on maintenant en en soulignant l’absence paradoxale, certains « impératifs » qui découlent de son « éducation » littéraire en lien avec la « société » littéraire.

15Les études réunies dans ce volume seront articulées autour de quatre questions : celle de la genèse de l’écrivain et de son entrée en littérature, abordée dans une première partie intitulée « Les ambitions accessibles » ; celle des « Positionnements » de l’écrivain au sein du champ littéraire et en rapport avec d’autres champs ; en troisième lieu, « La question sociale et politique » ; enfin, quatrièmement, la question de « L’écrivain dans son œuvre ». La première partie s’ouvre sur une étude de Jean-Yves Laurichesse qui, nuançant l’opposition structurante Paris/province, fait apparaître l’importance sous-estimée du second terme dans la trajectoire et dans les romans de l’écrivain. Le rejet par ce dernier de ses propres origines bourgeoises provinciales n’a pas empêché celles-ci de faire écho dans ses romans, notamment à travers toute une série d’allusions ou de renvois à la vie artistique roussillonnaise avant la seconde guerre mondiale, période de formation de l’artiste Claude Simon. Ensuite, Pascal Mougin analyse l’impact sur le romancier des logiques opposées qui sous-tendent une trajectoire sociale grevée et à la fois dynamisée par la mésalliance parentale. Son analyse de cet habitus clivé, tiraillé entre un ascétisme de trajectoire et un ascétisme de position, permet de rendre compte des nombreuses ambivalences qui entourent de toutes parts les pratiques de l’écrivain, tout en donnant à voir l’ampleur des effets de cette tension sur la phrase simonienne. Pour clore cette première partie, Marie-Odile André reprend le dossier des premiers opus reniés par leur auteur, et plus précisément de son premier roman, Le Tricheur. Passant outre le métadiscours auctorial, sa lecture permet de dégager les indices d’un rapport complexe dans lequel sont intriqués plusieurs des enjeux sous-jacents à la trajectoire naissante de cet écrivain ambitieux, dont l’entrée en littérature trouve des correspondants formels et diégétiques dans le texte.

16Les trois études suivantes interrogent les « Positionnements » de l’écrivain dans le champ intellectuel et littéraire. Katerine Gosselin reprend, sur des bases renouvelées, la question du roman « traditionnel » dans le discours simonien. Elle montre à quel point cette catégorie est construite en fonction d’un double positionnement, d’une part lié à l’appartenance (problématique) de l’écrivain à la mouvance du Nouveau Roman, d’autre part à son statut général de romancier soucieux avant tout de s’inscrire dans une tradition authentiquement artistique. Michel Bertrand livre ensuite une analyse détaillée de la correspondance entre Claude Simon et Jean Dubuffet. Ces trente-huit lettres révèlent une profonde « correspondance » entre les deux amis sur à peu près tous les sujets abordés et, plus fondamentalement, sur le fait que tous ces sujets ont à être subordonnés au principe de la création artistique indépendante. Si l’étude conclut, modestement, que cette correspondance n’apprend finalement rien de neuf sur les modes opératoires privilégiés par chacun des deux artistes, elle permet en revanche d’identifier, comme l’écrit Michel Bertrand, « la seule consigne » de ce dialogue, à savoir « précisément le dialogue, le dialogue pour le dialogue, le dialogue pour le plaisir de dialoguer » – l’auteur ouvrant ainsi la perspective d’une analyse ultérieure des conditions de possibilité de ce « plaisir » essentiel à la skholè artistique et littéraire. Enfin, Cécile Yapaudjian-Labat élargit encore l’approche comparative en prenant pour objet d’étude la notion d’« humanisme », notion polysémique et piégée s’il en est, et en particulier dans les textes et métatextes de Claude Simon. Son analyse permet de voir à quel point les interrogations de l’écrivain à ce sujet et les réponses parfois ambiguës qu’il y apporte, en dehors comme au plus profond de son écriture, nécessitent une prise en compte de l’histoire culturelle telle qu’elle s’articule à certains enjeux littéraires inscrits dans sa trajectoire individuelle.

17Dans une troisième partie concernant « La question sociale et politique », Patrick Rebollar laisse tout d’abord le lecteur accéder aux coulisses d’une analyse lexicométrique portant sur le vocabulaire (relatif au) politique dans le corpus romanesque, avant d’en tirer une série d’enseignements à propos de la teneur du discours politique du romancier. La démarche permet non seulement de retracer l’évolution de la sémantique politique simonienne, mais d’identifier celle-ci à « un motif discursif, comme on dit un “motif graphique” ». Ce qui n’est pas une manière de dire que l’œuvre traiterait le politique comme une donnée secondaire, mais plutôt une façon de constater que – ce qui n’est pas la même chose – son auteur tend à élever systématiquement le travail littéraire au-dessus du politique, à travers ce que Patrick Rebollar appelle alors une « politique d’écriture ». Nathalie Piégay-Gros rejoint en partie cette analyse, en s’attachant à la figure de la domestique, « poste d’observation privilégié pour analyser le regard porté sur la société et sur l’histoire ». Sous la plume du romancier, la domestique et, au-delà, tout personnage de type ancillaire se trouvent déshistoricisés et désocialisés, comme s’ils ne devaient pas tant être « considérés pour leur position dans la société que pour leur résistance à ses lois et à ses évolutions ». Et cet auteur d’émettre l’hypothèse que, si Simon se montre peu conforme au topos littéraire de la bonne en vigueur depuis le xixe siècle, notamment à travers une certaine impassibilité devant les profondes inégalités sociales que ce personnage incarne, c’est parce qu’il lui permet de faire prévaloir contre les contingences sociohistoriques une dimension archaïque et mythologique. Dans un dernier article, Michèle Touret se penche sur l’usage du document historique chez Simon. Son analyse, qui se concentre sur Le Jardin des Plantes, montre que le document ne vise pas à accélérer l’avènement de quelque vérité historique, mais que sa fonction doit être plutôt cherchée à réception, du côté du lecteur avec lequel il s’agit d’établir une collaboration d’ordre littéraire. Cet objet d’étude apparemment rébarbatif et « extratextuel » qu’est le document permet au contraire de mieux saisir la portée littéraire (le degré de « littérarité ») du texte simonien, dont le protocole de lecture contribue à mieux comprendre, pour citer Michèle Touret, que l’« écriture littéraire n’est pas le lieu de la vérité certifiée, ni de l’illusion totale, [mais qu’]elle se situe dans un entre-deux ».

18Une quatrième et dernière partie est consacrée à « L’écrivain dans son œuvre ». Yona Hanhart-Marmor a également choisi d’étudier Le Jardin des Plantes, livre qui non seulement couronne l’entreprise romanesque entamée depuis L’Herbe, mais en est comme le condensé esthétique. Mieux, cet opus magnum est un métadiscours en acte sur la poétique qui sous-tend cette entreprise et dont un des principaux traits est l’assomption du référent comme présence contextuelle dans un texte qui néanmoins la transfigure. On a envie de citer ici Yona Hanhart-Marmor : « L’écrivain entre donc dans son œuvre en s’inscrivant explicitement dans un certain contexte, et cette correspondance entre sa situation dans ce contexte (son exclusion, sa solitude) et son écriture (fragmentaire, difficile, solitaire) nous conduit à admettre qu’on ne peut pas séparer l’écrivain dans le monde de l’écrivain devant sa table de travail. » Dans un dernier texte, Paul Dirkx tente d’intégrer dans l’analyse le corps écrivant de l’écrivain. En tant qu’interface socialisée (notamment « littérarisée ») entre le « monde » (à commencer par le monde littéraire) et le « texte », le corps écrivant ne cesse de produire au fil des pages un ensemble de plus en plus cohérent de traces, à travers lesquelles il tend à s’exprimer avec un degré croissant d’autonomie. Une des originalités peut-être méconnues de Claude Simon, surtout une fois passé l’empire du textualisme structuraliste, serait alors d’avoir su autoriser son corps d’écrivain à prendre toujours plus littéralement corps au travers même du processus d’écriture.

  • 34 Mot utilisé à plusieurs reprises par Claude Simon. Voir aussi Didier Alexandre, Le Magma et l’hori (...)

19Arrivé au terme de ce livre consacré à un écrivain et ses textes pris dans leurs contextes historiques, sociaux, culturels et littéraires, le lecteur ressentira peut-être comme une hésitation quant à la pertinence du binôme « textes »/« contextes ». La plupart des contributions convergent en effet au moins sur deux points : d’une part, l’attachement intransigeant et inlassable de Claude Simon au principe d’une création libre et indépendante (autonome, pour utiliser un terme plus sociologique) et, d’autre part et corrélativement, son combat, avant tout à même l’écriture, en faveur d’une écriture librement inspirée du monde tel qu’il l’a intériorisé, en faveur donc d’une textualité qu’il serait vain d’isoler de sa « contextualité ». Car dans la fiction simonienne, le « contexte » n’entoure pas le « texte » entendu comme produit de l’écriture, mais il habite le plus profond du texte entendu comme écriture-production, comme travail de transmutation scripturale opéré par l’auteur sur le « magma »34 de ses sensations plus ou moins chargées de souvenirs. Au point, ajouterions-nous encore à titre d’hypothèse finale, de rendre l’opposition « texte »/« contexte » peu appropriée, car empêchant au moins en partie de penser ce qui en réalité relève d’une dialectique qui n’a rien d’une opposition.

Notes

1 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », Claude Simon, Marcel Séguier éd., n° 31 de Entretiens, Rodez, Subervie, 2e trimestre 1972, p. 15-29, p. 29.

2 Jeanyves Guérin, « Champs saturés et jachères », La Traversée des thèses. Bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle, Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat éd., Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 13-24, p. 14.

3 Paul Valéry, « La liberté de l’esprit », Œuvres II, Jean Hytier éd., Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1960, p. 1077-1099.

4 Société d’étude de la littérature française du xxe siècle, Annuaire des vingtièmistes. Troisième édition, 2008, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

5 LotfiNia, « Les thèses soutenues de 1990 à 1999 : coup d’œil statistique », La Traversée des thèses, op. cit., p. 209-216, p. 210-211.

6 Voir [http://www.sudoc.abes.fr].

7 En ce qui concerne les études doctorales, il occupe même, depuis 2000, la deuxième position, derrière Proust (ibid.).

8 Pour des références, on peut se reporter aux bibliographies courantes ou au site « Labyrinthe » de Christine Genin [http://labyrinthe.pagesperso-orange.fr/simonacc.html].

9 Citons, parmi les premiers travaux marquants en France, Claude Simon. Chemins de la mémoire, Mireille Calle éd., Sainte-Foy/Grenoble, Le Griffon d’argile/Presses universitaires de Grenoble, 1993.

10 Ralph Sarkonak, « Claude Simon », Claude Simon, 1. À la recherche du référent perdu, Ralph Sarkonak éd., Paris, Minard Lettres modernes (La Revue des lettres modernes), 1994, p. i-v, p. iii.

11 Dominique Viart, « Le roman contemporain », La Traversée des thèses, op. cit., p. 88-97, p. 88.

12 Voir Marc Dambre, « Minores et histoire du roman », La Traversée des thèses, op. cit., p. 80-87, p. 81.

13 Certains aspects de l’impact que cette récompense suprême a exercé sur l’écrivain lui-même sont abordés par Nathalie Heinich dans L’Épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, La Découverte (Armillaire), 1999, en particulier p. 41-47.

14 Alastair B. Duncan éd., Claude Simon. New Directions, Édimbourg, Scottish Academic Press, 1985.

15 Cette question a commencé à être traitée depuis les années quatre-vingts par des chercheurs tels que Mária Minich Brewer, Anthony Cheal Pugh ou encore Alastair B. Duncan.

16 Une des premières réflexions sur ce sujet fut menée dès 1985 par la chercheuse britannique Celia Britton (« Claude Simon’s generation game: the family and the text », Claude Simon. New Directions, op. cit., p. 19-29).

17 Voir, par exemple, Irene Albers, Photographische Momente bei Claude Simon, Wurzbourg, Königshausen & Neumann (Epistemata), 2002 (traduction française : Claude Simon, moments photographiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007) ; Stéphane Bikialo et Catherine Rannoux éd., Les Images chez Claude Simon. Des mots pour le voir, Rennes, Presses universitaires de Rennes (La Licorne), 2004.

18 Voir notamment les commentaires et références dans Dominique Viart, Une mémoire inquiète. La Route des Flandres de Claude Simon, Paris, PUF (Écrivains), 1997, notamment p. 10-12. Pour un aperçu des prises de position métalittéraires de l’écrivain sur le Nouveau Roman, on consultera Francine Dugast-Portes, « Claude Simon et le Nouveau Roman : positions et propositions au temps des querelles », La Route des Flandres. Claude Simon, Renée Ventresque éd., Paris, Ellipses (CAPES/Agrégation. Lettres), 1997, p. 12-26.

19 Ainsi Jean-Yves Laurichesse, étudiant l’espace olfactif dans les romans de Claude Simon, rapporte simultanément cet espace à certaines mutations extratextuelles relevant de fonds archétypaux universels, de l’imaginaire social collectif ou de la vie même de l’écrivain (La Bataille des odeurs. L’espace olfactif des romans de Claude Simon, Paris, L’Harmattan [Critiques littéraires], 1998, voir en particulier p. 61-107 et 171-183).

20 Voir, entre autres, Claude Simon, i. À la recherche du référent perdu, op. cit. Comparer avec Jean-Yves Laurichesse, La Bataille des odeurs, op. cit., p. 114 : « [Il faut] tenir le référent enfin pour ce qu’il est, à savoir un élément extra-textuel que l’écriture ne saurait en aucun cas reproduire, mais à partir duquel elle travaille » (l’auteur souligne).

21 Ce en quoi les études simoniennes ne se démarquent pas de l’ensemble des études littéraires en France depuis au moins deux décennies (voir M. Dambre, « Minores et histoire du roman », art. cité, p. 81).

22 Sur le caractère énigmatique de l’écriture simonienne dans ses rapports avec l’inquiétude qui habite l’écrivain, voir D. Viart, Une mémoire inquiète, op. cit.

23 On pense à l’édition en Pléiade sous la direction d’Alastair B. Duncan (Claude Simon, Œuvres, Alastair B. Duncan éd., avec la collaboration de Jean H. Duffy, Paris, Gallimard, 2006 [désormais Œ]). Sur les rapports entre Simon et Sartre, on lira Alastair B. Duncan, « Simon and Sartre », Claude Simon Number, vol. 5, n° 1 de The Review of Contemporary Fiction, printemps 1985, p. 90-95, ainsi que le dossier « Simon et Sartre » dans la troisième livraison (2007) des Cahiers Claude Simon (contributions de Jean-François Louette, Didier Alexandre et Dominique Viart). Les rapports entre Simon, l’existentialisme et le Nouveau Roman avaient déjà été explorés par Till R. Kuhnle dans Chronos und Thanatos : zum Existentialismus des „nouveau romancier“ Claude Simon, Tübingen, Niemeyer (Mimesis), 1995. Voir aussi certaines pages de Nelly Wolf, Une littérature sans histoire. Essai sur le Nouveau Roman, Genève, Droz (Histoire des idées et critique littéraire), 1995, et de Francine Dugast-Portes, Le Nouveau Roman. Une césure dans l’histoire du récit, Paris, Nathan (Nathan Université), 2001.

24 Comme en témoignent les bibliographies courantes, les répertoires de thèses ainsi que le site « Labyrinthe », déjà mentionné. Signalons qu’une des rares publications à esquisser les liens entre l’écrivain et l’ensemble de l’univers littéraire est signée d’un spécialiste américain (Claud DuVerlie, « Naissance de Claude Simon : consécration et légitimation d’une œuvre littéraire », L’Esprit créateur, vol. 27, n° 4, hiver 1987, p. 61-71). Voir aussi les travaux déjà cités de l’Allemand Till R. Kuhnle.

25 Vincent Joos, « La critique sociale dans Le Tramway de Claude Simon », Roman 20-50, n° 37, juin 2004, p. 125-136. Cet article sociocritique présuppose (à juste titre) que l’écriture simonienne tente non « pas d’objectiver un réel quelconque, mais d’articuler une matière mémorielle dans un cadre fictionnel défini » (p. 126). Les relations sociales et historiques qui caractérisent les différents univers diégétiques du Tramway suggèrent une « critique sociale » sans critique, ni explicite, ni implicite. Leur étude intratextuelle s’abstient toutefois de prendre en compte les liens d’homologie avec les divers types de société auxquels a appartenu l’écrivain Claude Simon.

26 Voir J. Guérin, « Champs saturés et jachères », art. cité, p. 20. La recherche internationale, surtout américaine, qui porte à fragmenter le politique au travers d’une série de catégories hypostasiées (genre, culture, etc.), ne s’est guère montrée susceptible d’inverser la tendance.

27 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », art. cité, p. 18.

28 Notamment dans son Discours de Stockholm (Œ, p. 900).

29 Voir Claude Simon qui, en 1960, se disait « un réaliste total » (Claude Simon/Hubert Juin, « Les secrets d’un romancier. Claude Simon s’explique », Les Lettres françaises, 6 décembre 1960, p. 5).

30 Claude Simon/Madeleine Chapsal, « Claude Simon : “Il n’y a pas d’art réaliste” », La Quinzaine littéraire, n° 41, 15 décembre 1967, p. 4-5.

31 Citons par exemple ces propos : « Notre vision, même si nous cherchons à nous en dégager le plus possible, est influencée par tout ce que nous avons vu et lu ; nous sommes à la fois formés par le monde des textes et par le monde lui-même ; nous percevons d’une façon à la fois directe et médiatisée » (« Entretien de Claude Simon avec Jo Van Apeldoorn et Charles Grivel, 17 avril 1979 », Écriture de la religion, écriture du roman, Charles Grivel éd., Groningue/Lille, Centre culturel français de Groningue/Presses universitaires de Lille, 1979, p. 87-107, p. 106). Dominique Viart a montré le caractère éminemment réflexif du Jardin des Plantes dans « Portrait de l’artiste en écrivain. Le Jardin des Plantes de Claude Simon », Le Jardin des Plantes de Claude Simon, Jean-Yves Laurichesse éd., Perpignan, Presses universitaires de Perpignan (Cahiers de l’Université de Perpignan, n° 30), 2000, p. 9-24.

32 Voir aussi Jean H. Duffy, « Art as defamiliarisation in the theory and practice of Claude Simon », Romance Studies, vol. 2, été 1983, p. 108-123, p. 122.

33 « Réponses de Claude Simon à quelques questions écrites de Ludovic Janvier », art. cité, p. 24.

34 Mot utilisé à plusieurs reprises par Claude Simon. Voir aussi Didier Alexandre, Le Magma et l’horizon. Essai sur La Route des Flandres de Claude Simon, Paris, Klincksieck (Bibliothèque contemporaine), 1997.

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540