Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance avant la reconnaissance

 | 
Francesco Toto
, 
Théophile Pénigaud de Mourgues
, 
Emmanuel Renault

Entre raison et passions, théologie et politique. La reconnaissance à l’âge classique

L’estime et le mépris

Un parcours malebranchien de la reconnaissance

Raffaele Carbone

Texte intégral

  • 1 Charles Taylor, « La politique de la reconnaissance », dans Multiculturalisme. Différence et démoc (...)
  • 2 Voir Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Seuil, 1998, p (...)

1Dans les discussions actuelles, la reconnaissance est considérée comme un processus au cours duquel s’accomplit la formation de l’identité individuelle. Charles Taylor, par exemple, a notamment insisté sur le fait que notre identité dépend de nos relations dialogiques avec les autres, qu’elle « […] est partiellement formée par la reconnaissance ou par son absence, ou encore par la mauvaise perception qu’en ont les autres »1. Selon l’auteur de Les Sources du moi, elle se constitue et se définit à travers un travail herméneutique qui s’effectue dans un espace d’interlocution, à l’intérieur d’une communauté de reconnaissance capable d’offrir à l’individu des instruments pour s’auto-interpréter. Dans ce processus, le « soi » se forme au rythme des réactions que les autres manifestent à son égard. En intériorisant ces réactions, l’individu se saisit lui-même à la fois comme un être doué d’une valeur propre et comme étant un membre particulier de la communauté sociale : en effet, c’est à l’intérieur de celle-ci qu’il s’assure de ses capacités et de ses besoins au fur et à mesure que les autres membres manifestent des réponses positives envers lui2.

  • 3 Au cours des dernières années, des historiens de la philosophie ont fait valoir la contribution qu (...)

2Dans cet article, nous nous proposons de mobiliser Malebranche dans le cadre de ce débat : nous essayons ainsi de mettre au jour certaines analyses de ce philosophe portant sur les inclinations et les passions qui peuvent permettre de détecter dans son œuvre un possible parcours de la reconnaissance3. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la problématique générale du quatrième livre de la Recherche de la vérité, à partir duquel nous croyons qu’il est possible d’aborder cette question, et nous évoquerons plus particulièrement le problème du désir de grandeur et d’indépendance. Dans un deuxième temps, en nous appuyant sur la Recherche de la vérité mais aussi sur le Traité de morale, nous thématiserons l’estime et le mépris, qui ont rapport à l’aspiration à l’indépendance. Nous expliciterons ainsi la conception malebranchienne de la société humaine et ses ambivalences en vue de déterminer dans quelle mesure Malebranche peut apporter une contribution au débat sur la reconnaissance. Enfin, en affrontant un ensemble de problèmes relatifs notamment à l’égalité naturelle des hommes et la différence effective de conditions et de qualités, au rapport entre « supérieurs » et « inférieurs », etc., nous chercherons à attirer l’attention sur la complexité et les fluctuations du discours malebranchien.

Le désir d’indépendance et la condition de dépendance

  • 4 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, I, § 1-3, dans N. Malebranche, Œuvres, I, G (...)

3Dans la Recherche de la vérité, Malebranche aborde la question de l’estime et du mépris dans le livre consacré aux inclinations. Celles-ci sont des impressions continuelles de la volonté de Dieu dans les esprits, qui sont créés et conservés par leur créateur ; elles sont au monde spirituel ce que le mouvement est au monde matériel. Grâce à cette sorte de mouvement qu’ils ont pour le bien en général, les esprits poursuivent sans cesse les biens particuliers4.

  • 5 Ibid., IV, II, § 1, p. 391-392.
  • 6 Ibid., IV, III, § 1-3, IV, § 1-2, p. 404-410, p. 411-415.
  • 7 Ibid., IV, V, § 1-2, p. 416-417.
  • 8 Ibid., IV, V, § 2, p. 417.
  • 9 Ibid.

4Après avoir expliqué que l’inclination pour le bien en général fait l’inquiétude de notre volonté5, et s’être attardé sur la curiosité6, Malebranche thématise l’amour-propre, c’est-à-dire l’amour de nous-mêmes et de notre propre conservation, qui se divise en deux espèces : l’amour de la grandeur et l’amour du plaisir, en d’autres termes « l’amour de son être et de la perfection de son être, et […] l’amour de son bien-être ou de la félicité »7. L’amour de la grandeur vise « la puissance, l’élévation, l’indépendance », il exprime la prétention humaine « que notre être existe par lui-même »8. Autrement dit, cet amour manifeste le désir d’avoir « l’être nécessaire », d’« être comme des dieux ». Mais au-delà de cette outrecuidance métaphysique qu’il semble affecter dans un premier temps, l’amour de grandeur se révèle concrètement dans le champ des rapports de force interindividuels : « Les hommes donc souhaitant la nécessité de leur être, souhaitent aussi la puissance et l’indépendance qui les mettent à couvert de la puissance des autres »9. Le penchant pour la puissance et l’indépendance révèle ici l’exigence de se protéger de la puissance des autres, car chacun comprend que celle-ci peut nuire à la conservation et à la perfection de son être. Le désir d’être réputé pour telle ou telle raison – richesse, science, vertu – va donc de pair avec la tendance à prendre les devants face à la puissance des autres. Une telle réputation contribue à créer des différences et des hiérarchies qui, en conduisant des individus à en révérer ou craindre d’autres, neutralisent la menace possible des uns à l’égard des autres :

  • 10 Ibid., IV, VI, § 1, p. 419.

Toutes les choses qui nous donnent une certaine élévation au-dessus des autres, en nous rendant plus parfaits, comme la science et la vertu ; ou bien qui nous donnent quelque autorité sur eux, en nous rendant plus puissants, comme les dignités et les richesses, semblent nous rendre en quelque sorte indépendants. Tous ceux qui sont au-dessous de nous, nous révèrent et nous craignent ; ils sont toujours prêts à faire ce qu’il nous plaît pour notre conservation, et ils n’osent nous nuire ni nous résister dans nos désirs. Ainsi les hommes tâchent toujours de posséder ces avantages qui les élèvent au-dessus des autres.10

  • 11 Ibid.

5Toutefois, montrant que le désir de l’indépendance s’imbrique avec une espèce de dépendance, Malebranche fait remarquer que les hommes croient que leur être et leur bien-être dépendent des autres hommes et que la grandeur consiste « dans ce rang qu’ils tiennent dans l’imagination des autres » ; ils ne voient pas qu’au contraire elle réside « dans le rang honorable qu’ils tiennent dans la Raison divine »11.

  • 12 Nicolas Malebranche, Traité de morale, II, XI, § 1-4, dans Nicolas Malebranche, Œuvres, II, ouvr.  (...)
  • 13 Ibid., § 2, p. 619.
  • 14 « C’est une vérité certaine que la différence des conditions est une suite nécessaire du péché ori (...)

6Dans ces pages de la Recherche de la vérité, Malebranche ne semble pas s’interroger sur l’origine des différences et de la structuration hiérarchique et verticale des rapports humains – sauf à énoncer que le corps politique ne saurait se maintenir sans le partage des rôles entre gouvernants et gouvernés. En revanche, dans le Traité de morale, il explicite la raison pour laquelle les hommes essaient de se prémunir contre la puissance des autres, d’acquérir de l’autorité sur eux grâce à l’argent, aux honneurs et à tout ce qui contribue à les élever au-dessus de leurs voisins. Il met l’accent sur le fait que le monde actuel est caractérisé par la différence des qualités et des conditions et explique ces différences par le péché originel, par la déchéance de l’humanité. En effet, à cause du péché d’Adam, la concupiscence s’est implantée parmi les hommes de sorte que ceux-ci ont cessé de former entre eux « une société d’égalité » dirigée par une même loi, la Raison, et qu’il n’existe en fait que des sociétés imprégnées de hiérarchies sociales et économiques12. Jugeant des choses par l’éclat avec lequel elles impressionnent ses sens, le commun des hommes considère comme des demi-dieux ceux qui font étalage de richesses et ornements. Même le philosophe chrétien, qui devrait être immunisé contre la magnificence qui produit ahurissement et prosternation dans les imaginations faibles, est parfois obligé d’apparaître éclatant de lumière aux yeux des autres13. Les différences actuelles que nous percevons entre tel ou tel homme, telle ou telle famille, recèlent une injustice antérieure, engloutie par l’oubli, commise par nos ancêtres envers d’autres individus14, une injustice qui semble ici faire allusion au non-respect de l’égalité originaire des hommes, à l’ambition effrénée de quelques-uns qui donne lieu à un partage inégal des biens ou à une spoliation des biens des plus faibles par les plus forts.

  • 15 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, VI, § 1, p. 419.
  • 16 Ibid., p. 420.
  • 17 Ibid., IV, IX, p. 439.

7Dans la Recherche de la vérité, Malebranche précise que non seulement les hommes désirent la science, la vertu, les dignités et les richesses, mais qu’en outre ils s’évertuent à faire croire aux autres qu’ils les possèdent véritablement. Ainsi, « […] ils se mettent moins en peine de paraître riches que de l’être effectivement […] » et « […] moins en peine d’être vertueux que de le paraître »15. La réputation d’être riche, savant ou vertueux profite bien à un individu : elle éveille dans l’imagination de ceux avec lesquels il est en contact « des dispositions très commodes » pour lui, car cette réputation inspire dans les autres des mouvements qui favorisent la conservation de son être et l’augmentation de sa grandeur16. Mais, au-delà de la réputation d’avoir ce genre d’avantages et de qualités, il importe de les posséder réellement. De manière générale, les dignités et les richesses, aussi bien que les vertus et les sciences, élèvent effectivement – dans le cadre de l’humanité post-lapsaire – un individu au-dessus des autres. Elles lui donnent l’impression que son être s’agrandit et devient en quelque sorte indépendant dans la mesure où il acquiert et jouit de ces avantages. Notons qu’il s’agit d’une tendance universelle, car Malebranche prend soin de préciser que, comme l’amour que nous portons à nous-mêmes se répand jusqu’aux dignités et aux richesses, « […] il n’y a personne qui n’ait pour elles quelque inclination petite ou grande »17.

8Cette poursuite de l’indépendance au moyen des dignités et des richesses passe toutefois par une adaptation aux idées et aux coutumes répandues dans un certain contexte social :

  • 18 Ibid., p. 440.

[…] ceux qui aspirent à quelque dignité, tâchent autant qu’ils peuvent de s’accommoder à la portée des autres, à cause qu’il n’y a rien qui excite si fort l’envie et l’aversion des hommes que de paraître avoir des sentiments peu communs. […] Il faut souvent consentir à l’injustice pour devenir magistrat ; une piété solide et peu commune éloigne souvent des bénéfices, et l’amour généreux de la vérité fait très souvent perdre les chaires où l’on ne doit enseigner que la vérité.18

9Les hommes veulent bien posséder des dignités et des richesses parce qu’elles leur donnent l’illusion de l’indépendance, mais en réalité, pour réaliser cette aspiration, ils doivent se soumettre aux usages et aux sentiments les plus communs et vulgaires. Malebranche a bien saisi et souligné cette oscillation entre le désir d’indépendance qui provient de l’amour-propre et de l’orgueil et le mode d’existence effective des hommes qui se place sous le signe de la dépendance :

  • 19 Ibid., V, II, p. 493.

C’est l’ordre de la nature, c’est la volonté du Créateur, que tous les êtres qu’il a faits, tiennent les uns des autres. Nous sommes unis en quelque manière à tout l’univers, et c’est le péché du premier homme qui nous a rendus dépendants de tous les êtres auxquels Dieu nous avait seulement unis. Ainsi il n’y a personne présentement qui ne soit en quelque manière uni et assujetti tout ensemble à son corps, et par son corps à ses parents, à ses amis, à sa ville, à son prince, à sa patrie, à son habit, à sa maison, à sa terre, à son cheval, à son chien, à toute la terre, au soleil, aux étoiles, à tous les cieux.19

  • 20 Ibid., p. 496.

10Parfois, paradoxalement, ce sont les grands qui dépendent davantage des autres hommes et des choses matérielles. Leur joug est plus pesant, tant ils sont attachés à plus de choses que les autres. Un général d’armée tient ainsi à tous ses soldats, car ces derniers l’estiment et l’honorent. Il se sent dès lors obligé d’être généreux envers eux et le désir d’être vénéré le porte souvent à renoncer à d’autres désirs plus sensibles ou plus raisonnables20.

  • 21 Voir ibid., p. 495.

11Dans ces pages de la Recherche de la vérité, Malebranche est en train de formuler une critique à l’encontre de la thèse stoïcienne selon laquelle il dépend des hommes d’être heureux, sages et libres. Mais en démontant la prétention stoïcienne à l’indépendance à la lueur de l’expérience, l’oratorien montre que l’homme prend place dans un système de liens par lesquels il dépend non seulement de ses semblables, de ses concitoyens et compatriotes, mais de toutes les choses sensibles. Le désir d’être estimé se comprend tout d’abord comme un de ces liens qui attachent les hommes les uns aux autres et aux objets sensibles21. Cela dit, on pourrait ajouter que chez Malebranche une théorie possible de la société non seulement ne saurait analyser la manière dont la société surgit de l’action d’individus isolés, mais ne pourrait non plus se contenter de considérer les liens éthiques au sein desquels les hommes sont toujours situés ; elle devrait prendre appui sur le spectre plus large des liens qui attachent l’individu à la nature tout entière – et, cela va sans dire, tout d’abord à son Créateur.

L’estime et le mépris

12Avant d’approfondir la question de la différence des qualités et des conditions, il faut prendre en considération le deuxième livre de la Recherche de la vérité, où Malebranche thématise les liens invisibles par lesquels Dieu a uni tous ses ouvrages, et notamment ces liens qui sont indispensables à la cohésion de la société civile :

  • 22 Ibid., II, I, VII, § 2, p. 175.

Il y a certainement dans notre cerveau des ressorts qui nous portent naturellement à l’imitation, car cela est nécessaire à la société civile. Non seulement il est nécessaire que les enfants croient leurs pères ; les disciples, leurs maîtres ; et les inférieurs, ceux qui sont au-dessus d’eux : il faut encore que tous les hommes aient quelque disposition à prendre les mêmes manières, et à faire les mêmes actions de ceux avec qui ils veulent vivre.22

13Dans la troisième partie du même livre, l’oratorien éclaircit plus avant sa pensée :

Les hommes ont besoin les uns des autres ; […] ils sont faits pour composer ensemble plusieurs corps, dont toutes les parties aient entre elles une mutuelle correspondance. C’est pour entretenir cette union que Dieu leur a commandé d’avoir de la charité les uns pour les autres ; mais parce que l’amour-propre pouvait peu à peu éteindre la charité et rompre ainsi le nœud de la société civile, il a été à propos pour la conserver que Dieu unit encore les hommes par des liens naturels, qui subsistassent au défaut de la charité et qui intéressassent l’amour-propre.

  • 23 Ibid., II, III, I, § 1, p. 243-244. « Tous les hommes ont donc une certaine disposition de cerveau (...)

Ces liens naturels, qui nous sont communs avec les bêtes, consistent dans une certaine disposition du cerveau qu’ont tous les hommes, pour imiter quelques-uns de ceux avec lesquels ils conversent, pour formuler les mêmes jugements qu’ils font, et pour entrer dans les mêmes passions dont ils sont agités.23

  • 24 Ibid., II, I, VII, § 2, p. 175. Dans le huitième Éclaircissement (Nicolas Malebranche, Éclaircisse (...)
  • 25 Nicolas Malebranche, Traité de morale, II, XIII, § VI, p. 640. Sur la correspondance mutuelle entr (...)

14L’enracinement de l’individu dans une dimension sociale repose en dernière instance sur des dispositions naturelles du cerveau qui portent les hommes à la compassion aussi bien qu’à l’imitation24. En vertu de ces dispositions et de la correspondance mutuelle entre les modifications physiologiques et les états mentaux, l’imagination des hommes est affectée par l’apparence de qualité et de mérite des personnes qui les environnent25.

  • 26 « Bien que chacun de nous soit une personne séparée des autres et dont, par conséquent, les intérê (...)
  • 27 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, XIII, § 1, p. 477.

15Rappelons également que Malebranche, développant le thème cartésien de l’homme comme partie de plusieurs totalités26, signale que Dieu a établi des liens invisibles qui nous obligent nécessairement à aimer tout particulièrement les hommes avec lesquels nous vivons, « […] à veiller à leur conservation comme à la nôtre ; et à les regarder comme des parties nécessaires au tout que nous composons avec eux, et sans lequel nous ne saurions subsister »27.

  • 28 Ibid., IV, XIII, § 1, p. 480. Dans les Entretiens sur la métaphysique et sur la religion, Malebran (...)
  • 29 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, ouvr. cité, IV, XIII, § 1, p. 480.
  • 30 Ibid., p. 480-481.

16Cela dit, chaque société a besoin d’individus qui se trouvent au sommet de la hiérarchie et qui commandent aux autres28. Tous les membres d’un corps ne pouvant pas en être la tête et le cœur, le fonctionnement et le maintien des sociétés ont besoin aussi bien d’individus qui commandent que d’autres qui obéissent. Si chacun essayait de réaliser son désir naturel de toujours diriger les autres et ne jamais obéir, « […] il est visible que tous les corps politiques se détruiraient, et que le désordre et l’injustice régneraient partout »29. Pourtant, ceux qui commandent doivent le faire avec une certaine civilité et politesse, et manifester « beaucoup d’estime et de vénération » pour ceux auxquels ils s’adressent et donnent des ordres. Ils doivent recourir à une certaine forme de tromperie et de déguisement (« l’art de les tromper par un abaissement imaginaire ») afin de jouir sans envie de leur prééminence qui est d’ailleurs nécessaire pour l’ensemble du corps politique30 :

  • 31 Ibid., p. 481.

Car de cette sorte tous les hommes possèdent en quelque manière la grandeur qu’ils désirent : les grands la possèdent réellement, et les petits et les faibles ne la possèdent que par imagination ; étant persuadés en quelque manière par les compliments des autres, qu’on ne les regarde pas pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire pour les derniers des hommes.31

  • 32 Ibid. Comme le disait La Rochefoucauld, que Malebranche cite dans De la recherche de la vérité (ib (...)
  • 33 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, ouvr. cité, IV, XIII, § 1, p. 481. Dans le Trai (...)
  • 34 « Lorsque un homme n’a pas cette disposition du cerveau pour entrer dans nos sentiments et dans no (...)

17De tout cela se déduit également qu’on ne peut pas parler souvent de soi, notamment pour mettre en lumière ses propres qualités, et qu’il « n’est pas permis de parler aux personnes avec qui l’on converse, comme si on les regardait au-dessous de soi […]. Car enfin le mépris est la dernière des injures : c’est ce qui est le plus capable de rompre la société »32. Le mépris est un obstacle rédhibitoire à l’union entre les hommes parce que personne ne peut souffrir d’être regardé comme un inférieur et de constituer la dernière des parties du corps qu’il contribue à faire exister. C’est pourquoi les hommes ont tendance à faire des compliments, à témoigner du respect et parfois de l’admiration envers les autres. Cette inclination contrebalance celle qu’ils ont pour l’estime et la grandeur et atténue l’affliction qu’éprouvent ceux qui constituent le plus bas degré de la hiérarchie sociopolitique. Ainsi, le mélange de ces deux inclinations joue-t-il un rôle important pour sauvegarder la société, même si, en raison de l’étrange corruption qui subsiste dans ces inclinations, « ce qui devrait entretenir la société civile » produit souvent « sa désunion » et « sa ruine »33. Or, dans le deuxième livre de la Recherche de la vérité, Malebranche a insisté sur les liens naturels qui, par le moyen de certaines dispositions du cerveau, conduisent les hommes à imiter quelques-uns de leurs compagnons et concitoyens et à établir une relation affective avec eux. Si un homme manifeste du mépris envers un autre et lui fait comprendre qu’il le considère comme un inférieur, toute forme d’empathie et de connivence entre les deux est alors sapée et, par conséquent, les liens naturels qui devraient subsister entre les individus viennent à être lésés34.

  • 35 Néanmoins, Malebranche met en garde contre la flatterie et montre en même temps qu’elle s’inscrit (...)
  • 36 Ibid., II, II, I, § 1, p. 201-202.
  • 37 Charles Taylor, « La politique de la reconnaissance », art. cité, p. 42.

18En thématisant le désir de grandeur, Malebranche aborde la question de l’estime et de son absence, à savoir le « déni de la reconnaissance », le mépris à l’égard des « inférieurs ». Mais trois choses sont à noter à ce sujet. En premier lieu, l’oratorien semble envisager moins la perspective de l’identité et de la reconnaissance individuelle que celle de l’ensemble de la société, de sa cohésion et de son entretien : il déclare qu’il faut témoigner du respect à l’égard de chaque individu – à plus forte raison si son rang social n’est pas élevé – pour ne pas briser les liens sur lesquels se fonde la société. En deuxième lieu, la reconnaissance d’autrui ne s’effectue pas systématiquement à travers une lutte et une négociation entre les individus, elle semble être plutôt l’effet des deux tendances qui se compensent dans les sociétés humaines : l’inclination pour l’estime et la grandeur, d’une part, et l’inclination à faire des compliments, d’autre part. Cette dernière révèle par ailleurs une certaine complexité, pouvant exprimer un respect ou une admiration authentique envers autrui ou bien une simple flatterie qui néanmoins semble être, elle aussi, fonctionnelle pour l’équilibre et pour la conservation de la société35. En troisième lieu, même si Malebranche n’ignore pas la spécificité de chaque individu, par exemple lorsqu’il remarque qu’on ne saurait pas trouver « deux imaginations tout à fait semblables »36, dans les pages qu’il consacre à l’estime et au mépris, il ne dit pas si – et comment – l’estime qu’un homme témoigne vis-à-vis d’un autre peut contribuer à la constitution de l’identité de ce dernier. Il se borne à remarquer de manière générale que personne ne peut souffrir d’être la dernière partie du corps social et politique, d’où l’on peut conclure que, tous les hommes poursuivant la grandeur, le déni de la reconnaissance provoque dans l’individu un état de souffrance et de frustration intérieure qui d’ailleurs envenime les relations sociales. Nous pouvons dire alors que chez Malebranche l’estime s’oppose au mépris, qui représente un sentiment véritablement dangereux pour la société, et le désir d’être estimé s’avère donc – comme le pense Charles Taylor – non seulement une politesse qu’on fait aux autres, mais aussi un besoin vital37.

Égalité, autoconservation, rapport entre « supérieurs » et « inférieurs »

  • 38 Voir Charles Taylor, Les Sources du moi, ouvr. cité, p. 26-27 et suiv.

19Récapitulons les points essentiels du problème qui ont été examinés jusqu’ici et essayons d’aller un peu plus loin. Selon Malebranche, « tous les hommes » aspirent à la grandeur : ils agissent pour s’élever au-dessus des autres, pour acquérir de la renommée aux yeux de la société, car l’autorité sur leurs semblables et l’estime sociale leur permettent de mieux faire face à la puissance des autres. En effet, l’homme éprouve un désir originaire de puissance et d’indépendance parce qu’il veut se protéger contre la puissance des autres. L’idéal d’indépendance et d’autonomie à l’égard du monde et d’autrui, qui pour Charles Taylor représente l’un des aspects de l’individualisme propre de la modernité38, est, aux yeux de Malebranche, cultivé universellement dans le jeu dialectique des puissances, même s’il a une racine métaphysico-théologique, car l’oratorien – en faisant allusion au récit de la tentation (Genèse, III, 5) – le met en relation avec le désir de posséder l’être nécessaire, de s’élever au rang de Dieu, l’être parfaitement indépendant, qui existe nécessairement.

20Dans ces pages de la Recherche de la vérité, d’ailleurs, Malebranche semble hésiter entre une conception qui met en exergue les liens joignant les hommes au sein d’un tout et une réflexion sur le désir, universellement répandu, de l’indépendance, de la grandeur, de la puissance, qui pousse les hommes à agir pour mieux s’élever au-dessus des autres.

  • 39 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XI, § 4, p. 620. Sur ce point, voir André R (...)

21D’une part, la philosophie malebranchienne de la société fait valoir la sauvegarde réciproque des individus : dans la dimension sociale, il n’existe pas d’individu isolé, préoccupé exclusivement de son autoconservation, mais des individus qui veillent chacun à la conservation de soi comme à celle des autres et forment de cette façon une totalité. Autrement dit, la tendance individuelle à l’autoconservation s’accompagne du principe de responsabilité et de solidarité, de la reconnaissance du lien qui unit les êtres humains et les pousse à s’accorder une aide mutuelle, basée sur des relations de mutualité. Mais ces liens grâce auxquels les hommes composent ensemble plusieurs corps et se soucient non seulement de leur propre conservation, mais aussi de celle de leurs compagnons et compatriotes, révèlent que la condition humaine se manifeste sous l’empreinte de la dépendance : personne ne peut s’autonomiser par rapport au corps et au tout dont il n’est qu’une partie, chacun – pour survivre et pour poursuivre son bien-être – a besoin des autres maillons de la chaîne. Considérés sous ce point de vue, tous les hommes sont sur un pied d’égalité, et Dieu seul est l’être nécessaire et indépendant. Par ce biais, Malebranche fait valoir l’état d’égalité naturelle des hommes ainsi que la nature sociale de la condition humaine. Il soulignera cette égalité foncière également dans le Traité de morale, en mettant l’accent sur l’union de tous les hommes avec la Raison universelle : « La nature humaine est égale dans tous les hommes et faite pour la Raison, il n’y a que le mérite qui devrait nous distinguer, et la Raison nous conduire »39.

22D’autre part, en percevant la puissance des autres et en en interprétant le caractère menaçant, les hommes aspirent à posséder ces choses ou ces qualités qui les hissent au-dessus des autres ou leur donnent quelque autorité sur eux, parce que ces choses – selon les paroles mêmes de Malebranche dans un passage de la Recherche déjà cité (IV, VI, § 1) – « semblent [les] rendre en quelque sorte indépendants ». C’est dans cette perspective que se développent des différences économico-sociales et que le problème se pose de sauvegarder à la fois l’autorité de ceux qui commandent aux autres et le respect à l’égard de ceux qui n’occupent pas le sommet de la hiérarchie sociale et politique.

  • 40 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XI, § 7, p. 623.
  • 41 Voir ibid., XII, § 7 et 8, p. 629-630.
  • 42 Ibid., XI, § 6, p. 622.
  • 43 Pensons à l’exemple du « seigneur brutal […] qui regarde ses vassaux, comme des hommes d’une espèc (...)

23Si dans la condition post-lapsaire les hommes ne peuvent pas abolir les différences de qualité et de condition alors que les supérieurs ont bien droit de commander aux inférieurs pour la conservation de la société, cependant, loin de se croire infaillibles et d’agir par des manières hautaines et fières, les supérieurs doivent avoir « […] beaucoup d’égards à la délicatesse des autres hommes »40. De manière générale, sans mettre en question le système des rapports asymétriques et hiérarchiques entre les individus, Malebranche prône l’estime et le respect intérieur envers tous les hommes – même à l’égard de ceux qui sont au-dessous de nous – parce que chaque individu garde en lui les traces du divin, a un rapport invisible avec Dieu41. Cela revient à affirmer le principe de l’égalité de la nature humaine dans tous les hommes, quelles que soient les différences socio-économiques entre eux. Cette idée de l’égalité dans la différence jette aussi quelque lumière sur ce que Malebranche écrit au chapitre XI de la deuxième partie du Traité de morale, à savoir que les gouvernants doivent entretenir les membres du corps politique « dans une parfaite union, et dans une mutuelle correspondance »42. Autrement dit, le gouvernement devrait ambitionner de réunir les esprits, en faisant régner partout la Raison, et de contribuer à enlever ces obstacles qui créent des frictions et des ruptures entre les hommes en accentuant les différences de condition43.

  • 44 Voir Axel Honneth, Lutte pour la reconnaissance, ouvr. cité, chapitre 2. Voir aussi Paul Ricœur, P (...)

24Cette idée d’une mutuelle correspondance entre les membres d’une communauté, qui devrait être garantie en dernière instance par le souverain – mais qui au fond demande l’engagement de chacun à témoigner du respect à l’égard de ceux qui l’environnent –, ne semble pas pouvoir être rapprochée de la notion de reconnaissance réciproque élaborée par les théoriciens de la reconnaissance (de Hegel aux contemporains). En effet, on ne saurait trouver chez Malebranche la conception d’une intersubjectivité pratique dans laquelle l’accord complémentaire et la communauté de sujets antagonistes sont assurés par le processus de la reconnaissance au sein duquel se suivent des étapes de conflit et de réconciliation par lesquelles chaque sujet prend conscience progressivement des différents aspects de sa propre identité unique et irremplaçable44. Néanmoins, Malebranche a su saisir que les sentiments – de respect, d’amitié, de mépris, etc. – manifestés par un individu envers ceux qui l’entourent influent sur – et peuvent modifier – la relation qui subsiste entre les uns et les autres. Considérons à cet égard deux passages du Traité de morale.

  • 45 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XII, § 8, p. 630.

Ainsi qu’un supérieur s’abaisse jusqu’à traiter d’égaux ses inférieurs, ils seront contents : car il y a en cela quelque vraisemblance de sincérité. Mais, s’il se soumet à eux, ils auront sujet de croire, s’ils le regardent comme un homme d’esprit, mais d’une vertu médiocre, qu’il se moque d’eux et qu’il les joue. Ils pourront croire que cette flatterie outrée n’est qu’une feinte, qui couvre quelque dessein extraordinaire : ou bien qu’ils le mépriseront comme un petit esprit dans lequel, quoiqu’on possède les premières places, on ne s’en trouve pas plus élevé. Ils se regarderont tous comme sans chef, et vivront à leur fantaisie à cause de l’abaissement indiscret de celui qui a droit de leur commander et de les conduire. Car quand le chef s’abaisse trop, on le méprise, et il ne peut se relever sans irriter les esprits. Mais, lorsqu’il ne traite que d’égaux ceux qui lui sont soumis, on sent encore assez qu’on a un maître ; et on n’est pas surpris de le voir reprendre le commandement et l’autorité.45

  • 46 Ibid., § 9, p. 631.

Or celui qui nous obéit en nous méprisant, nous choque plus, que celui qui nous commande, en nous donnant des marques véritables de son estime et de son amitié. C’est souvent la nature qui nous donne des maîtres. On ne peut obéir sans s’abaisser, sans se sacrifier, sans s’anéantir : mais on ne peut aimer le mépris naturellement et sans vertu. C’est de quoi l’amour-propre ne s’accommoda jamais, quelque adresse qu’il ait pour ajuster toutes choses à ses fins. Car on ne peut sans un chagrin mortel, se voir dépouiller de son excellence et de sa grandeur, dans l’esprit des autres, dans le lieu même de ses vanités et de son faste.46

  • 47 Ibid., § 14, p. 634.
  • 48 Ibid., § 15, p. 634.

25Malebranche remarque que les hommes sont capables de percevoir les variations et les fluctuations des sentiments et des attitudes des autres à leur égard ; ils jugent ainsi de leurs intentions et desseins, de leur puissance ou faiblesse, en conséquence de quoi ils modifient leur comportement. Dans ces conditions, l’estime, la crainte et la soumission peuvent se transformer en mépris et en hardiesse d’agir selon son caprice et au gré de sa fantaisie. Les rapports entre les hommes à l’intérieur de la structure hiérarchique de la société subissent donc des variations. Ces observations confirment par ailleurs que Malebranche s’intéresse moins aux changements que l’estime et le mépris produisent dans la perception de l’identité d’un individu qu’aux retombées que ces sentiments ont sur l’équilibre du corps social et politique. Il relève à maintes reprises – on l’a vu – que de manière générale l’estime des autres a une place importante dans l’échelle de valeur des hommes, et que cette estime, puisque l’imagination domine ici-bas47, est attribuée en fonction des richesses et des honneurs qu’on possède. Toutefois, selon l’oratorien, la dialectique de l’estime et du mépris doit entrer en ligne de compte tout particulièrement dans la mesure où elle favorise ou altère l’équilibre entre les inclinations des hommes, c’est-à-dire le système des poids et des contrepoids qui sauvegarde le corps social et politique. Mais, en dernière instance, Malebranche pense que souvent l’estime dépend des caprices de l’imagination, qui, en obnubilant la raison, peut célébrer un imbécile et sous-évaluer un homme sage, tandis qu’il faudrait « estimer et aimer par raison » pour que l’amitié soit « une vertu solide »48. Il semble croire que les dynamiques ordinaires des relations interindividuelles s’inscrivent en faux contre une véritable reconnaissance mutuelle, qui devrait être fondée sur la raison, le bien que tous les esprits peuvent partager. Ainsi, comme les hommes sont plus sensibles que raisonnables, il n’hésite pas à écrire que

  • 49 Ibid., § 17, p. 635.

[…] la société est une pénible et fâcheuse servitude, pour tous ceux qui n’y sont point nés, et qui peuvent se passer des autres. […] C’est un commerce, où les personnes les plus honnêtes et les plus équitables perdent souvent plus qu’ils n’y gagnent : ils y mettent beaucoup, et retirent peu.49

  • 50 Ibid., § 15, p. 634.

26Si l’on met en avant ces dernières réflexions et ces passages où Malebranche exprime ses convictions sur l’authentique amitié et sur ce qui unit véritablement les esprits, il nous semble que l’oratorien introduit une distinction entre deux espèces de reconnaissance : celle qui contribue à garantir l’équilibre sociopolitique en permettant de nuancer les différences de qualités et de conditions, mais qui peut dégénérer en célébration inconditionnée de la richesse et des honneurs, et celle qui s’instaure entre les hommes dévoués à la vérité et à la justice et qui se fonde sur « une mutuelle communion des vrais biens »50. Ces hommes ne se laissent pas éblouir par l’éclat des dignités ou de l’argent et ancrent l’estime qu’ils éprouvent les uns envers les autres dans l’union de tous les esprits avec la Raison universelle et dans l’égalité naturelle des hommes.

Notes

1 Charles Taylor, « La politique de la reconnaissance », dans Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Flammarion, 1994, p. 41-42.

2 Voir Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Seuil, 1998, p. 46-47, p. 56-57. Voir aussi Axel Honneth, Lutte pour la reconnaissance, Paris, Gallimard, 2013, chapitres 4 et 5 ; Axel Honneth, « Postmodern identity and object-relations theory : on the supposed obsolescence of psychoanalysis », Philosophical Explorations, vol. II, no 3, 1999, p. 225-242.

3 Au cours des dernières années, des historiens de la philosophie ont fait valoir la contribution que les philosophes de l’Âge classique peuvent apporter à une réflexion empirique sur la reconnaissance, mais dans ces travaux Malebranche n’a pas encore trouvé sa place. Voir à ce propos Delphine Antoine-Mahut, « Malebranche sur le terrain des théories contemporaines de la reconnaissance : un révélateur ? », Revue philosophique, vol. 140, no 4, 2015, p. 529-543, notamment p. 530-531.

4 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, I, § 1-3, dans N. Malebranche, Œuvres, I, Geneviève Rodis-Lewis éd., Paris, Gallimard, 1979, p. 386-388.

5 Ibid., IV, II, § 1, p. 391-392.

6 Ibid., IV, III, § 1-3, IV, § 1-2, p. 404-410, p. 411-415.

7 Ibid., IV, V, § 1-2, p. 416-417.

8 Ibid., IV, V, § 2, p. 417.

9 Ibid.

10 Ibid., IV, VI, § 1, p. 419.

11 Ibid.

12 Nicolas Malebranche, Traité de morale, II, XI, § 1-4, dans Nicolas Malebranche, Œuvres, II, ouvr. cité, p. 619-621.

13 Ibid., § 2, p. 619.

14 « C’est une vérité certaine que la différence des conditions est une suite nécessaire du péché originel, et que souvent la qualité, les richesses, l’élévation tirent leur origine de l’injustice et de l’ambition de ceux à qui nos aïeuls doivent leur naissance » (ibid., § 1, p. 619). Pascal aussi s’interroge sur l’origine des richesses et remarque à ce sujet que « n’est-ce pas par mille hasards que vos ancêtres les ont acquises et qu’ils les ont conservées » (Blaise Pascal, Trois discours sur la condition des grands, dans Blaise Pascal, Œuvres complètes, Louis Lafuma éd., Paris, Seuil, 1963, p. 366). À la différence de Malebranche, il fait valoir « les occasions imprévues » qui concourent à déterminer la condition socio-économique des individus et le rôle des législateurs qui ont établi le droit de succession (ibid.).

15 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, VI, § 1, p. 419.

16 Ibid., p. 420.

17 Ibid., IV, IX, p. 439.

18 Ibid., p. 440.

19 Ibid., V, II, p. 493.

20 Ibid., p. 496.

21 Voir ibid., p. 495.

22 Ibid., II, I, VII, § 2, p. 175.

23 Ibid., II, III, I, § 1, p. 243-244. « Tous les hommes ont donc une certaine disposition de cerveau, qui les porte naturellement à se composer de la même manière, que quelques-uns de ceux avec lesquels ils vivent » (ibid., II, III, I, § 2, p. 245).

24 Ibid., II, I, VII, § 2, p. 175. Dans le huitième Éclaircissement (Nicolas Malebranche, Éclaircissements sur la recherche de la vérité, p. 105 ; Œuvres, I, ouvr. cité, p. 879) et à la fin du chapitre sur l’imagination du Traité de morale (Nicolas Malebranche, Traité de morale, I, XII, § 22, p. 536), Malebranche explique que dans le cerveau il y a trois ordres fondamentaux de traces qui touchent respectivement la conservation de la vie, la propagation de l’espèce, l’entretien et la fortune de la société.

25 Nicolas Malebranche, Traité de morale, II, XIII, § VI, p. 640. Sur la correspondance mutuelle entre certaines pensées de l’âme et certaines modifications du corps, voir par exemple ibid., I, X, § XIII, p. 515-516.

26 « Bien que chacun de nous soit une personne séparée des autres et dont, par conséquent, les intérêts sont en quelque façon distincts de ceux du reste du monde, on doit toutefois penser qu’on ne saurait subsister seul, et qu’on est, en effet, l’une des parties de l’univers, et plus particulièrement encore l’une des parties de cette terre, l’une des parties de cet État, de cette société, de cette famille, à laquelle on est joint par sa demeure, par son serment, par sa naissance. Et il faut toujours préférer les intérêts du tout, dont on est partie, à ceux de sa personne en particulier » (René Descartes, Lettre à Élisabeth, 15 septembre 1645, dans Œuvres de Descartes, Charles Adam et Paul Tannery éd., Paris, Vrin-CNRS, 1974 [1964], t. IV, Correspondance, juillet 1643-avril 1647, p. 293). Sur Descartes voir supra l’article de Denis Kambouchner.

27 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, IV, XIII, § 1, p. 477.

28 Ibid., IV, XIII, § 1, p. 480. Dans les Entretiens sur la métaphysique et sur la religion, Malebranche écrira : « Dans toutes les sociétés il faut une autorité. Tout le monde en est convaincu. […] une société sans autorité c’est un monstre à plusieurs têtes » (Nicolas Malebranche, Entretiens sur la métaphysique et sur la religion, XIII, § 12, dans Œuvres, II, ouvr. cité, p. 941).

29 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, ouvr. cité, IV, XIII, § 1, p. 480.

30 Ibid., p. 480-481.

31 Ibid., p. 481.

32 Ibid. Comme le disait La Rochefoucauld, que Malebranche cite dans De la recherche de la vérité (ibid., IV, VI, § 1, p. 419), « il faudrait faire son plaisir et celui des autres, ménager leur amour-propre, et ne le blesser jamais » ; et ceux qui ont de la supériorité sur les autres ne doivent pas abuser de cet avantage : « Ils doivent rarement le faire sentir, et ne s’en servir que pour instruire les autres » (François de la Rochefoucauld, Réflexions diverses, dans François de la Rochefoucauld, Maximes et réflexions diverses, Jean Lafond éd., Paris, Gallimard, 1976, p. 163-164).

33 Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité, ouvr. cité, IV, XIII, § 1, p. 481. Dans le Traité de morale, l’oratorien insiste encore sur ce point. Non seulement il souligne que toute personne mérite toujours de l’estime – les pauvres, les derniers des hommes, les criminels – au-delà de sa condition ou des actions (Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, VII, § 4, p. 585), mais il ressasse sa harangue contre le mépris : « […] il n’y a rien qui désunisse si fort les hommes que le mépris : car personne ne veut être compté pour rien dans la société qu’il fait avec les autres, personne ne veut faire la dernière partie du corps qu’il compose avec eux » (ibid., § 8, p. 586).

34 « Lorsque un homme n’a pas cette disposition du cerveau pour entrer dans nos sentiments et dans nos passions, il est incapable par sa nature de se lier avec nous, et de faire un même corps : il ressemble à ces pierres irrégulières qui ne peuvent trouver leur place dans un bâtiment parce qu’on ne les peut joindre avec les autres » (Nicolas Malebranche, De la recherché de la vérité, ouvr. cité, II, III, I, § 2, p. 244).

35 Néanmoins, Malebranche met en garde contre la flatterie et montre en même temps qu’elle s’inscrit dans le cadre des différentes modulations des relations interindividuelles. Voir par exemple ibid., IV, XIII, § 2, p. 484.

36 Ibid., II, II, I, § 1, p. 201-202.

37 Charles Taylor, « La politique de la reconnaissance », art. cité, p. 42.

38 Voir Charles Taylor, Les Sources du moi, ouvr. cité, p. 26-27 et suiv.

39 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XI, § 4, p. 620. Sur ce point, voir André Robinet, « L’attitude politique de Malebranche », XVIIe siècle, no 38, 1958, p. 1-27, notamment p. 11.

40 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XI, § 7, p. 623.

41 Voir ibid., XII, § 7 et 8, p. 629-630.

42 Ibid., XI, § 6, p. 622.

43 Pensons à l’exemple du « seigneur brutal […] qui regarde ses vassaux, comme des hommes d’une espèce méprisable » et des serviteurs qui « écoutent leur maître, comme la vertu et la Raison incarnée » (ibid., § 3, p. 620).

44 Voir Axel Honneth, Lutte pour la reconnaissance, ouvr. cité, chapitre 2. Voir aussi Paul Ricœur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Gallimard, 2004, troisième étude.

45 Nicolas Malebranche, Traité de morale, ouvr. cité, II, XII, § 8, p. 630.

46 Ibid., § 9, p. 631.

47 Ibid., § 14, p. 634.

48 Ibid., § 15, p. 634.

49 Ibid., § 17, p. 635.

50 Ibid., § 15, p. 634.

Auteur

Raffaele Carbone est chercheur associé à l’Institut d’histoire de la pensée classique. En 2013-2014, il a été professeur contractuel à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 et, en 2014-2015, chercheur invité au Collegium de Lyon. Il a publié les livres Infini et science de l’homme. L’horizon et les paysages de l’anthropologie chez Malebranche (La Città del Sole/Vrin, 2007), et Différence e mélange in Montaigne. Mostri, metamorfosi, mescolamenti (Mimesis, 2013). Il a par ailleurs écrit de nombreux articles sur des auteurs et des problèmes de la philosophie moderne (notamment sur Montaigne, Bruno, Malebranche, Spinoza).

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site