Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance avant la reconnaissance

 | 
Francesco Toto
, 
Théophile Pénigaud de Mourgues
, 
Emmanuel Renault

Entre raison et passions, théologie et politique. La reconnaissance à l’âge classique

Le pouvoir de reconnaître

Anthropologie et représentation dans le Léviathan de Thomas Hobbes

Nicola Marcucci

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peut-on – et le cas échéant, en quels termes – parler d’une théorie hobbesienne de la reconnaissance ? Voilà la question à laquelle j’essaierai de répondre dans les pages qui suivent. Dans cet essai, je tenterai tout d’abord de mettre en lumière le contexte théorique au sein duquel se situe la thématique hobbesienne de la reconnaissance. L’ancrage de cette thématique dans l’anthropologie hobbesienne est mis en relief par le rôle central que jouent les passions telles que l’honneur et la gloire et est confirmé par l’existence des lois de nature. Je me pencherai ensuite sur la théorie de l’autorisation et de la représentation en l’envisageant comme une condition pouvant, paradoxalement, entraîner la neutralisation de la portée politique de la théorie de la reconnaissance. Ceci me permettra également de justifier le choix de m’interroger ici sur le thème de la reconnaissance à partir du Léviathan, à savoir le texte dans lequel Hobbes introduit les nouveaux termes de la théorie de la re...

Auteur

Nicola Marcucci a étudié la philosophie et la sociologie à l’université de Pise. Il a été boursier du Département de sociologie de l’université de Milano-Bicocca et post-doctorant de la fondation Humboldt à l’Institut des sciences sociales de l’Université Humboldt de Berlin. Il est actuellement post-doctorant Marie Curie au LIER (Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités) à l’EHESS de Paris et au département de philosophie de la New School for Social Research de New York. Son travail porte sur l’émergence d’une réflexion sur le social dans la pensée morale et politique à l’Âge classique et aux Lumières (La sovranità scomposta, Nicola Marcucci, Lorenzo Bernini et Mauro Farnesi éd., Mimesis, 2010 ; Strategie della relazione, Nicola Marcucci et Luca Pinzolo éd., Meltemi, 2010 ; Ordo e connexio. Spinozismo e scienze sociali, Nicola Marcucci éd., Mimesis, 2012) ainsi que sur la transformation de la conceptualité politique produite par l’émergence de la sociologie en France et en Allemagne à partir de la fin du xixe siècle (F. Tonnies, La teoria sociale di Spinoza, Mimesis, 2016 ; E. Durkheim, Lezioni di sociologia, avec F. Callegaro, Orthotes Editrice, 2016). Il est en train de terminer la rédaction d’un livre dédié à Spinoza, Kant et la naissance de la sociologie.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540