Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance avant la reconnaissance

 | 
Francesco Toto
, 
Théophile Pénigaud de Mourgues
, 
Emmanuel Renault

L’aube du concept. La reconnaissance à la Renaissance

Reconnaissance et domination chez La Boétie

Emmanuel Renault

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme de reconnaissance peut recevoir en français quatre sens différents, ce qui n’est le cas ni en anglais ni en allemand. On peut parler de reconnaissance, 1) au sens de la re-cognition comme lorsqu’on dit que l’on a reconnu quelque chose ou quelqu’un, 2) au sens de la gratitude, comme lorsqu’on dit à quelqu’un qu’on est reconnaissant de ce qu’il a fait pour nous, 3) au sens de l’action d’admettre que quelque chose a eu lieu ou encore d’avouer une faute comme lorsque l’on parle de la reconnaissance d’un génocide ou de reconnaître ses torts, et enfin, 4) on peut parler de reconnaissance à propos de tout ce qui relève de la construction ou de la confirmation de l’image de soi par autrui : c’est en ce sens que l’on oppose le fait d’être ignoré ou méprisé au fait d’être reconnu, et c’est encore en ce sens que l’on parle de besoin, de désir ou de quête de reconnaissance. Fichte et Hegel sont les premiers à avoir donné un rôle central au concept de reconnaissance1, et ainsi promu le ...

Auteur

Emmanuel Renault est professeur de philosophie à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Auteur de deux ouvrages sur la reconnaissance, Mépris social (Éditions du Passant, 2004 [2000]) et L’Expérience de l’injustice (La Découverte, 2004), il a récemment publié Connaître ce qui est. Enquête sur le présentisme hégélien (Vrin, 2015) et codirigé le volume collectif Hegel à Iéna (ENS Éditions, 2015, avec Jean-Michel Buée) et le volume Friedrich Engels, Écrits de jeunesse, tome 1, 1839-1842 : Le jeune Allemand hégélien (Éditions sociales, 2015, avec Jean-Claude Angaut, Jean-Michel Buée et Paulin Clochec).

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540