Version classiqueVersion mobile

Suffragistes et suffragettes

Anthologie

Censure et résistance

Texte intégral

  • 1 Louise Creighton, engagée dans de nombreuses activités philanthropiques, fut de celles qui rejoign (...)
  • 2 Dans son discours d’avril 1915 à Liverpool « What is our duty », Emmeline Pankhurst parle du devoi (...)

1Les textes britanniques sélectionnés mettent en évidence l’opposition au droit de vote des femmes ainsi que les crises qui traversèrent le mouvement suffragiste. Le premier texte date de 1889 et est un « plaidoyer contre le droit de vote aux femmes » ; il fut la première opposition organisée de femmes contre le droit de vote des femmes : Mary Humphry Ward, romancière et philanthrope, Louise Creighton, écrivaine et activiste sociale1, et Ethel Harrison, essayiste positiviste, en furent à l’origine. Les deux textes suivants mettent en évidence les tensions et ruptures liées à la radicalité militante. Emmeline Pankhurst fit ce discours à New York le 21 octobre 1913, à un moment où le WSPU en Grande-Bretagne préconisait les actions radicales comme unique option. C’était aussi l’époque où les dissensions quant à la légitimité et l’efficacité de ces stratégies apparurent, même parmi les militantes radicales. Le texte autobiographique de la suffragette Mary Richardson et le discours de l’écrivain George Bernard Shaw témoignent de la violence du gouvernement et de la répression subie par les suffragettes. Le dernier texte marque une rupture dans le travail suffragiste en raison de la déclaration de la guerre en 1914. En ces temps de crise nationale, le texte de Millicent Fawcett appelle à mettre l’énergie suffragiste au service du pays, faisant ainsi écho au célèbre discours d’Emmeline Pankhurst en avril 1915 qui en appelait au devoir et aux responsabilités des femmes en ces temps troublés pour la nation2.

2Du côté américain, la première source présentée donne la parole aux adversaires des suffragistes, à savoir les opposants à la cause du droit de vote des femmes, incarnés ici par l’Association nationale contre le droit de vote de la femme (National Association Opposed to Woman Suffrage, ou NAOWS). Il s’agit d’un tract publié et distribué en 1917 afin d’appeler les habitants de l’État de New York à voter contre un amendement accordant le droit de vote aux femmes. Le second document est un témoignage d’Alice Paul publié dans le New York Times, alors que cette dernière avait été arrêtée à cause des manifestations qu’elle avait organisées devant la Maison-Blanche en 1917. Enfin, le discours de Carrie Chapman Catt à Atlantic City en septembre 1916, qui utilise l’image de la crise, appelle les suffragistes à continuer la lutte jusqu’à la victoire. Ces trois documents présentent donc la résilience des combattantes, qui, face à l’adversité, ont persévéré afin de voir la victoire triompher.

Anti-suffragisme – En Grande-Bretagne

TEXTE 21

Présentation

  • 3 The Times, 27 février 1909.
  • 4 The Times, 30 juin 1908. Voir la réponse de la suffragette Ethel Snowden Woman Suffrage in America (...)

3La particularité de ce « plaidoyer » contre le vote est qu’il présente ce que les femmes antisuffragistes estimaient être les incapacités naturelles et acquises des femmes sous un jour positif : « l’influence sociale » de la femme, son « authentique dignité et sa mission particulière » suffisent à garantir sa citoyenneté. Pour Mary Humphry Ward qui voyait le droit de vote comme « un saut dans l’obscurité »3, pire, « une calamité », l’optimisme était de mise pour les femmes, et l’égalité politique ne pouvait que représenter un danger, pour les femmes elles-mêmes ainsi que pour l’équilibre de la nation. L’aveuglement exprimé dans ce texte fut confirmé lorsqu’en 1908, à la suite de sa visite aux États-Unis, Humphry Ward déclara que la campagne américaine « [était] en train d’échouer et de mourir » et que « les femmes américaines avaient mis un terme au mouvement pour le droit de vote »4.

  • 5 La revue mensuelle Nineteenth Century, créée en 1877 par James Thomas Knowles, était très largemen (...)

4Ce plaidoyer donna du grain à moudre aux parlementaires et au Premier ministre Gladstone pour justifier leur opposition à une loi. En 1908, Humphry Ward fut à l’origine de la création d’une revue anti-suffragiste (Anti-Suffrage Review) et de la Ligue nationale des femmes contre le droit de vote (Women’s National Anti-Suffrage League) qui fusionna avec une société d’hommes, la Ligue des hommes contre le droit de vote des femmes (Men’s League for Opposing Women’s Suffrage), en 1910, et devint la Ligue nationale contre le droit de vote des femmes (National League for Opposing women’s Suffrage). À la suite des signatures de soutien à la fin du plaidoyer, le rédacteur en chef du mensuel Nineteenth Century5 dans lequel le texte fut publié s’adresse aux lectrices et « aux femmes instruites de ce pays ». Il leur demande de renvoyer à la revue quelques lignes d’approbation au plaidoyer car, estime t-il, « leur silence pourrait être interprété comme de l’indifférence ou de l’approbation ». Il affirme que s’opposer au droit de vote des femmes est une façon de « préserver le calme du foyer et de la vie familiale ». Parmi les signataires, nous trouvons Mrs H. H. Asquith, Mrs Matthew Arnold, Miss Beatrice Potter qui devint plus tard Mrs Webb, épouse de Sidney Webb et qui rejoindra les rangs suffragistes.

Mrs Humphry Ward et al., « Plaidoyer contre le droit de vote des femmes »6

  • 6 Source : Mrs Humphry Ward et al., « An appeal against female suffrage », Nineteenth Century, no CX (...)

5Nous, soussignées, souhaitons faire appel au bon sens et à la réflexion des Anglais et des Anglaises éduqués pour rejeter l’élargissement du droit de vote des femmes pour les élections parlementaires.

61. Tout en souhaitant pour les femmes le développement le plus accompli de leur pouvoir, de leur énergie et de leur instruction, nous estimons que, dans leur cas, travailler pour l’État et avoir les responsabilités afférentes doit toujours reposer sur une différence de nature par rapport aux hommes, et que, par conséquent, leur participation au fonctionnement de la machine d’État devrait différer de celle qui est réservée aux hommes. Certains grands secteurs de la vie de la nation sont nécessairement et exclusivement gérés par des hommes. Aux hommes reviennent les affrontements présidant aux débats et à la législation parlementaires ; la tâche rude et éprouvante de la gestion des ressources et des énergies nationales ; la conduite des relations avec le monde extérieur ; le fonctionnement de l’armée et de la marine ; toutes les industries fondamentales d’État, industries lourdes et à forte main-d’œuvre (les mines, la métallurgie et les chemins de fer) ; la conduite et le contrôle du commerce anglais ; la gestion de notre immense finance ; l’organisation de la flotte marchande dont dépend notre approvisionnement en nourriture. Dans tous ces domaines, une implication directe des femmes est, de fait, impossible en raison soit d’incapacité naturelle consécutive à leur sexe, soit d’habitudes acquises fondées sur une différence physique qu’il est vain de disputer. De fait, toutes ces activités de la nation à des degrés divers affectent les femmes ; aussi devraient-elles, à des degrés divers, avoir sur ces mêmes activités une certaine influence. Cette influence, elles l’ont déjà, et elles en auront de plus en plus au fur et à mesure des progrès réalisés dans leur instruction. Mais leur intérêt pour ce type de réalité ne pourra jamais valoir l’intérêt des hommes, lesquels chaque jour et chaque heure s’investissent corps et âme dans ces affaires et ce, à leurs risques et périls. Il n’est donc pas juste de donner aux femmes le pouvoir direct de décider des questions relevant de la politique parlementaire de la guerre, des affaires étrangères ou coloniales, du commerce et de la finance qui soit l’égal de celui que possèdent les hommes. Nous considérons qu’elles influent déjà sur les affaires politiques à une hauteur proportionnelle à ce que peuvent prétendre les femmes dans les activités politiques de l’Angleterre.

  • 7 Ces conseils d’administration des écoles, élus par les contribuables, avaient pour tâche de créer (...)
  • 8 Ces conseils administraient les maisons des pauvres (workhouses) gérés par la paroisse. Les gardie (...)

7Dans le même temps, nous sommes d’accord avec tous les efforts récemment faits pour accorder aux femmes une part plus importante dans ces questions relatives à la communauté où leurs propres intérêts se confondent avec ceux des hommes : où il leur est possible non seulement de décider d’une question, mais aussi de collaborer à sa résolution, et où, par conséquent, le jugement s’accompagne d’un authentique sens de la responsabilité, et peut être secondé par l’expérience et la pratique qui en découlent. En tant qu’électrices ou membres des conseils d’administration des écoles publiques [School Boards]7, des conseils d’administration des gardiens [Board of Guardians]8 et d’autres corps publics vitaux, les femmes aujourd’hui ont des occasions d’être utiles au public, ce qui doit contribuer à former leur caractère tout en renforçant et entretenant leur sens de la vie sociale. Toutes les mutations de ces dernières années, ajoutées aux améliorations considérables de l’instruction des femmes, reçoivent toutes nos faveurs. Mais nous considérons que le processus d’émancipation a dorénavant atteint les limites qu’assignent la constitution physique de la femme ainsi que la différence fondamentale qui doit demeurer entre ses activités et celles de l’homme. Soigner les malades et les déments, s’occuper des pauvres, éduquer les enfants : toutes ces activités, ajoutées à d’autres, ont justement fait l’objet de revendications accrues. Et nous nous en réjouissons. Mais lorsqu’on en vient à des questions de politique étrangère ou coloniale, ou de changements constitutionnels majeurs, nous répétons que l’expérience ordinaire et nécessaire des femmes, de façon générale, ne leur procure pas et ne leur procurera jamais de quoi se forger un jugement sain dans les mêmes conditions que celles dont bénéficient les hommes.

8En bref, nous leur accordons une pleine et entière participation au niveau de l’effort et des mécanismes sociaux gérés par l’État ; nous soutenons l’accroissement de leur activité dans les sphères étatiques les plus élevées qui se fondent sur la réflexion, la conscience et l’influence morale, mais nous nous érigeons contre leur accès à un pouvoir direct à l’intérieur d’un État qui se fonde sur la force (l’État sous ses aspects administratif, militaire et financier), État où la capacité physique, l’expérience acquise et la formation héréditaire des hommes devraient prévaloir sans la fâcheuse interférence de celles qui, bien qu’elles puissent s’associer aux hommes pour débattre, ne pourront jamais sur ces questions s’associer à eux pour agir.

  • 9 En italiques dans le texte.

92. Si nous passons du droit9 des femmes d’accéder au vote (droit que pour les raisons que nous venons d’avancer nous rejetons) aux répercussions que l’obtention du droit de vote ne manquera pas d’avoir sur leur caractère, leur rôle et leur vie de famille, nous n’en sommes pas moins plongées dans le doute. Il est avancé que la présence des femmes en politique influerait sur la moralité. Nous estimons que tel est déjà le cas, et que l’impact ne fera que croître au fur et à mesure que les femmes, bénéficiant d’une meilleure instruction, se rendront à même d’exercer cette influence plus largement et efficacement. Mais, on peut s’interroger, sur quoi cette influence morale repose-t-elle ? Nous sommes d’avis qu’elle repose en grande partie sur des qualités que le rôle naturel et les fonctions des femmes actuelles tendent à cultiver, lesquelles courent le risque d’être gravement compromises si les femmes se voient admises à participer à la confusion de la vie et des activités politiques. Ces qualités sont essentiellement la sympathie et le désintéressement. Tout ce qui tend à nuancer ce réservoir de forces vives de la nation en en réduisant le nombre représente à nos yeux une calamité. Il est notoirement difficile de conserver ces forces en raison des besoins et des luttes acharnées des partis. Si les femmes étaient admises à partager ces luttes, leur fougue et leur vivacité naturelles feraient probablement d’elles des partisans plus véhéments que les hommes. Dans l’état actuel de leurs relations politiques, elles refréneraient plutôt chez les hommes la propension au sectarisme au bénéfice d’une sympathie et d’un désintéressement renforcés. Et nous pensons qu’accorder le droit de vote aux femmes aboutirait très précisément à retourner cette réalité, et donc à faire souffrir la nation tout entière. Car quoi que puissent représenter pour les hommes le devoir et le privilège d’élire des parlementaires, nous prétendons que la citoyenneté ne dépend pas du droit de vote et qu’elle ne peut pas lui être identifiée. La citoyenneté est la participation de chacune et chacun à l’effort à fournir pour le bien de la communauté. Et nous estimons que les femmes feront de meilleurs citoyens, apporteront bien davantage à la vie de la nation si elles n’ont pas le droit de vote. Leur promptitude à ressentir les choses, leur disposition à rejeter les considérations de prudence quand une cause est juste (ce ne sont là que deux exemples de l’excellence spécifiquement féminine) sont adéquates quand elles contribuent à influer sur le jugement des hommes, mieux préparés et mieux formés. Mais si cette promptitude à ressentir les choses pouvait se traduire, immédiatement et directement, en action publique, les risques politiques, pour ce qui est des tenants et des aboutissants politiques complexes, s’en trouveraient terriblement accrus ; et ce qui, pour l’heure, est un bienfait pour la nation, pourrait facilement se transformer en calamité à l’échelle même de la nation. Donc, nous estimons, d’une part, qu’admettre les femmes à faire fonctionner la machinerie ordinaire de la vie politique déclencherait l’esprit partisan et aggraverait les maux déjà si caractéristiques de cette vie, émousserait progressivement les qualités morales spécifiques de la femme et aboutirait à diminuer le réservoir naturel des forces morales. D’autre part, nous redoutons les conséquences politiques et pratiques qui, selon nous, ne manqueraient pas de résulter de la mutation telle qu’on la propose, amenant à se passer d’une influence qui est bénéfique précisément parce qu’elle est indirecte et progressive.

103. Les propositions faites pour étendre aux femmes le droit de vote sont grevées de difficultés d’ordre pratique. Si le droit de vote devait être donné aux femmes célibataires selon les mêmes termes qu’aux hommes, une foule de femmes menant une existence immorale se verraient accorder le droit de vote d’une part, pendant que se verraient exclues les femmes mariées, lesquelles, en général, ont plus vécu que les célibataires les expériences de l’existence. En remède partiel à ce problème, la plupart de celles qui préconisent l’extension du droit de vote proposent que l’on admette les femmes mariées justifiant de certains biens immobiliers. Cette proposition qui, à l’évidence, est juste si le droit de vote est accordé aux femmes, implique pour la vie de famille des mutations qui, selon la conception anglaise de la famille, sont d’une importance considérable et n’ont jamais fait l’objet d’une réflexion appropriée. L’on nous invite à les adopter à cause de quelques femmes propriétaires qui, jouissant déjà de l’influence que confère la possession de biens immobiliers et d’une bonne part de la protection et de la sécurité publiques résultant de l’imposition, se sentent lésées par un refus du droit de vote. Les griefs avancés nous paraissent tout à fait disproportionnés par rapport à la revendication qui les fonde.

  • 10 Mary Humphry Ward fait référence à la troisième réforme électorale du xixe siècle, en 1884, après (...)

114. Une étude de la façon dont cette proposition a fait son chemin dans les menées politiques nous incite à penser qu’elle n’est nullement mûre pour trouver une solution législative. On a proposé un changement social extrêmement grave ; la grande majorité des personnes immédiatement concernées font preuve d’une indifférence notoire ; aucune revendication sérieuse et générale n’a été faite, contrairement à ce qui se pratique dans les cas où un grief a ses raisons d’être et où une réforme s’impose ; la masse de renseignements rassemblés est sans rapport avec l’importance du problème ; et le public n’a pas été formé pour discuter d’un tel sujet. Cependant, des engagements ont été pris hâtivement pour soutenir le droit de vote des femmes dans l’espoir que ce dernier vienne renforcer des partis politiques existants. Il ne fait aucun doute que nombre de parlementaires sont moralement en faveur du droit de vote des femmes, mais il semble difficile de nier que l’actuelle prééminence de ce problème résulte de considérations de parti qui sont ponctuelles. Nous suggérons que cette urgence ne correspond en rien à une question intrinsèquement grave et que l’on ne saurait la définir en fonction de besoins passagers ressentis par un parti pour s’organiser. En même temps, nous avons en mémoire que de grandes évolutions électorales ont eu lieu au cours de ces dernières années. Dans les circonscriptions, un grand nombre de nouveaux électeurs ont été ajoutés10. Cette nouvelle donne reste à assimiler ; il reste à former ces nouveaux électeurs pour qu’ils puissent prendre part à l’œuvre de la nation. Ces changements étant encore tout récents et leurs conséquences incertaines, nous affirmons notre opposition à toute autre altération de notre fonctionnement politique, notamment lorsqu’il s’agit d’une altération impliquant un principe nouveau d’une portée et d’une signification sans pareilles, et en lien étroit avec les questions complexes de sexe et de vie familiale.

125. Il est souvent avancé que certaines injustices de la loi envers les femmes trouveraient une solution simple et efficace si on concédait à ces dernières le pouvoir politique du vote ; qu’il existe de nombreux besoins, surtout chez les femmes qui travaillent, qui sont à l’heure actuelle négligés et que le droit de vote rendrait à même de porter à l’attention du public. Nous répliquons que cela fait un demi-siècle que toutes les injustices majeures de la loi à l’encontre des femmes ont été amendées grâce à l’appareil constitutionnel en vigueur ; et qu’en ce qui concerne celles qui demeurent encore, nous ne voyons de la part du Parlement aucune réticence à les traiter. Au contraire, nous constatons une sensibilisation croissante pour les revendications des femmes, l’essor chez les hommes d’un nouvel esprit de justice et de sympathie qui répond aux progrès réalisés par les femmes dans le domaine de l’instruction, ainsi qu’une parfaite influence sociale que nous avons déjà notée et bien accueillie. En ce qui concerne les intérêts des femmes dans les affaires ou le commerce, là encore nous estimons plus sûr et plus sage de faire confiance à leur propre organisation et à l’entraide, ainsi qu’au développement d’une considération accrue chez les travailleurs plutôt qu’à l’exercice d’un droit politique susceptible d’entraîner un conflit frontal et inconsidéré entre hommes et femmes.

13En conclusion, rien ne peut être plus éloigné de notre esprit que de chercher à discréditer le rôle ou l’importance de la femme. C’est parce que nous avons une conscience aiguë de l’immense valeur de leur contribution spécifique à la communauté que nous nous opposons à ce qui nous semble susceptible de mettre en péril cette contribution. Nous demeurons convaincues que la poursuite d’une simple égalité de surface avec les hommes reste pour les femmes non seulement stérile, mais encore démoralisante. Elle aboutit à une conception complètement faussée de l’authentique dignité de la femme et de sa mission particulière. Elle entraîne la lutte et la rivalité entre les personnes, là où l’unique effort des deux grandes divisions de la famille humaine devrait consister à apporter à l’ensemble commun la spécificité et le meilleur de chacune.

14Suivent 104 signatures en faveur de ce texte

Anti-suffragisme – Aux États-Unis

TEXTE 22

Présentation

  • 11 Pour l’histoire du mouvement contre le droit de vote spécifique à l’État de New York, voir S. Good (...)

15Ce tract émanant de la NAOWS11 fut publié dans plusieurs journaux lors de l’importante campagne menée dans l’État de New York en 1917 pour que l’amendement donnant le droit de vote aux femmes fût adopté. Les suffragistes avaient mobilisé toute leur énergie et dépensé beaucoup d’argent pour faire entendre leur cause. Elles organisèrent notamment un défilé patriotique le 27 octobre, au cours duquel elles demandèrent le droit de vote tout en soulignant l’engagement des femmes dans l’effort de guerre, puisque la procession mit explicitement en avant des ouvrières dans l’industrie au service de la guerre et des épouses ou des mères de soldats. En outre, les suffragistes exhibèrent des pancartes portant le nom de plus d’un million de femmes de l’État de New York favorables au droit de vote, afin de discréditer un des arguments présentés par leurs adversaires qui prétendaient que les femmes ne souhaitaient pas le droit de vote. Ce tract présente ainsi les arguments couramment utilisés par celles et ceux qui s’opposaient au droit de vote des femmes. Mais il montre également que pendant la guerre, les détracteurs des suffragistes furent prompts à exploiter le refus de certaines de s’engager dans l’effort de guerre. L’équivalence qui est posée entre suffragisme, pacifisme, socialisme et féminisme révèle que les forces conservatrices envisageaient tous ces mouvements comme autant d’ennemis de la nation en temps de guerre et suggère la frénésie collective d’une opinion publique américaine malléable qui, en quelques mois, passa d’une opposition farouche à la guerre à un patriotisme belliqueux et fanatique. Malgré la mobilisation des forces opposées au droit de vote des femmes, l’amendement en sa faveur fut adopté dans l’État de New York le 6 novembre 1917 à 54 % des suffrages, avec une marge de plus de 100 000 voix.

Association nationale contre le droit de vote de la femme, « Les raisons des femmes »12

  • 12 Source : National Association Opposed to Woman Suffrage, « The women’s reasons », The Evening Worl (...)

16Nous croyons que les raisons de refuser le droit de vote aux femmes de l’État de New York qui étaient valables il y a deux ans le sont encore.

17PARCE QUE plus de la moitié des femmes de cet État ne veulent pas du droit de vote. Elles ne veulent pas d’un pouvoir politique en conflit avec les hommes. Imposer le droit de vote serait une injustice grave envers la majorité.

18PARCE QUE l’adoption du droit de vote des femmes va ajouter près de trois millions d’électeurs à l’État de New York, et l’ajout de tant d’électeurs peu habitués à juger des problèmes sur lesquels ils doivent voter produira un gouvernement inefficace.

19PARCE QUE le droit de vote des femmes, là où il a été adopté, n’a pas amélioré le gouvernement, ni purifié la politique, ni donné une meilleure protection aux femmes et aux enfants.

20PARCE QUE l’État de New York ne veut pas plus de femmes politiciennes ou d’agitatrices qu’il ne veut de féministes militantes faisant le piquet de grève.

21PARCE QUE la guerre mondiale a montré que la démocratie doit être forte pour être en sécurité. De nombreux leaders suffragistes sont pacifistes. Chaque élément qui travaille actuellement à l’affaiblissement de notre gouvernement, pacifiste, socialiste, féministe, soutient le droit de vote des femmes. Le vote des femmes affaiblira le gouvernement.

22L’indifférence populaire est responsable de l’adoption du droit de vote des femmes. Excepté dans l’Utah, il n’a jamais été adopté grâce à une majorité d’électeurs, toujours grâce à une minorité, car beaucoup d’électeurs ne se rendent pas aux urnes. Les suffragistes espèrent que puisque nous traversons des épreuves actuellement et que les hommes et les femmes patriotiques sont d’abord absorbés par la guerre, les hommes de New York n’iront pas voter et le droit de vote sera victorieux par défaut.

23Chaque vote compte. Votez CONTRE le droit de vote des femmes

24Association contre le droit de vote de la femme

25280 Madison Avenue, New York City

Activisme et radicalité britannique

TEXTE 23

Présentation

  • 13 Cité par P. Greenwood Harrison, Connecting Links : The British and American Woman Suffrage Movemen (...)

26Emmeline Pankhurst fit ce discours lors de son troisième voyage aux États-Unis en 1913. Ce voyage était problématique pour le mouvement américain : à l’instar d’Anna Shaw, les Américaines « honoraient Mrs Pankhurst en tant que femme mais elles réprouvaient ses méthodes »13. Car même si Pankhurst affirme dans le texte qu’elle « déteste la violence », elle prôna cependant ce mode d’action de façon systématique à partir de 1912. Les Américaines craignaient que la militante britannique et ses modes d’action violents dont la presse américaine avait rapporté les détails ne portent préjudice à leur cause.

  • 14 E. Pankhurst, « Kill me, or give me my freedom », discours du 14 juillet 1913 au London Pavilion à (...)

27L’intérêt de cet extrait est que Pankhurst présente la violence comme ultime recours politique quand tout a échoué. De façon très juste, elle met en évidence l’impasse rhétorique et pratique dans laquelle le gouvernement a placé les suffragettes : en obéissant au gouvernement qui demandait des gages de leur détermination à obtenir le droit de vote, elles se sont engagées dans des actions qui ont enfreint les codes de bienséance. Parallèlement, le respect de ces normes sociales et culturelles représentait, pour le gouvernement, la garantie d’une nécessaire dignité. Bel exemple de double contrainte qui, de fait, a placé les suffragettes dans une position de désobéissance forcée. Face à cette injonction paradoxale, Emmeline Pankhurst déclara : « Je préfère être rebelle qu’esclave »14.

Emmeline Pankhurst, « Pourquoi nous sommes des militantes radicales »15

  • 15 Source : Emmeline Pankhurst, Why We Are Militant, discours du 21 octobre 1913 à New York, Londres, (...)

28Je suis ici pour affirmer que l’unique façon de justifier la violence, l’unique façon de justifier les dégâts matériels, l’unique façon de justifier que nous puissions mettre en péril le bien-être d’autres êtres humains, est qu’après avoir essayé toutes les autres méthodes, nous n’avons obtenu aucune équité. Par nature, je suis une personne qui respecte la loi, qui déteste la violence et déteste le désordre. Je tiens à affirmer que depuis le jour où nous nous sommes engagées dans l’action radicale, je n’ai pas ressenti la moindre culpabilité.

29J’affirme qu’en Grande-Bretagne, où nos griefs sont immenses, il n’y a pas d’autre solution. Le ministre des Finances, Mr Lloyd George, qui n’a aucune sympathie pour le mouvement des femmes (bien qu’il affirme le contraire), a dit quelque chose de très vrai au sujet des griefs de son propre pays, le pays de Galles. Il a affirmé qu’il y a un moment dans la vie des êtres humains qui sont victimes d’injustices insupportables, où la seule façon de conserver une certaine dignité est de se révolter contre ces injustices.

30J’affirme qu’en Grande-Bretagne, il est grand temps que les femmes se révoltent pour conserver leur dignité. Les femmes qui mènent cette guerre sont des femmes qui seraient prêtes à se battre pour la simple idée de liberté, pour être des citoyennes libres dans un pays libre. Moi-même je serais capable de me battre pour cette seule idée. Mais en plus de cet amour de la liberté, nous avons des injustices à corriger.

31J’ai passé toute ma vie à chercher à comprendre pourquoi des hommes, dont la citoyenneté est le bien le plus cher, semblent trouver la citoyenneté ridicule lorsqu’il s’agit des femmes. J’ai trouvé une explication, et c’est la seule qui me soit venue à l’esprit. L’idée m’est venue lorsque j’étais dans ma cellule, en prison, en me rappelant comment des hommes avaient ri à l’idée que des femmes aillent en prison. Ils avouaient alors qu’ils ne pourraient le moins du monde supporter que la porte de leur cellule soit fermée sans demander immédiatement qu’on l’ouvrît. Une idée m’est venue en prison, et c’est la suivante : qu’aux yeux des hommes, les femmes ne sont pas des êtres humains comme eux. Certains hommes pensent que nous sommes surhumaines et nous mettent sur un piédestal. Ils nous vénèrent et pensent que nous sommes trop délicates et fragiles pour nous mêler au tourbillon de la vie. D’autres pensent que nous sommes des êtres inférieurs et une espèce étrange dont l’existence est malheureusement nécessaire pour perpétuer la race. Ils pensent que nous sommes bonnes pour les corvées, mais que, bizarrement, notre esprit est différent du leur, que notre amour des choses nobles est différent du leur et que nous appartenons à une sorte de sous-humanité.

32Nous ne sommes ni supérieures ni inférieures. Nous ne sommes que des êtres humains, comme vous-mêmes. Lorsque nous faisions preuve de patience et que nous croyions en l’argumentation et la persuasion, ils nous disaient : « Vous ne voulez pas vraiment du droit de vote, car si c’était le cas, vous démontreriez de façon évidente votre détermination à l’obtenir. » Alors, nous l’avons démontré, et maintenant, que disent-ils : « La façon dont vous vous comportez montre que vous n’en êtes pas dignes. »

33Messieurs, dans votre for intérieur, ce n’est pas ce que vous pensez. Vous savez parfaitement que tout ce qui vaut la peine d’être obtenu vaut la peine d’être défendu. Vous savez parfaitement que si les rôles étaient inversés, si vous ne bénéficiez d’aucun droit constitutionnel et que nous en bénéficiions, s’il était de votre devoir de payer, d’obéir et de vous montrer agréables et si nous étions des citoyennes fières de nous-mêmes qui puissions décider de notre destin et du vôtre (car nous saurions ce qui est bon pour vous mieux que vous ne le sauriez vous-mêmes), vous savez parfaitement bien que vous ne le supporteriez pas une seule minute ; et il serait parfaitement légitime que vous vous rebelliez contre cet état de fait insupportable.

34En Grande-Bretagne, nous avons essayé la persuasion. Nous avons tenté de montrer que nous étions compétentes en travaillant pour des institutions publiques où on nous a permis de faire le travail que les hommes n’avaient pas le temps de faire. Nous l’avons fait dans l’espoir de les convaincre et de les persuader de faire ce qui n’était que justice. Mais notre travail fut leur seul remerciement. Nous combattons maintenant pour nos droits et, ce faisant, nous devenons des femmes de plus en plus fortes. Nous devenons plus dignes de nos droits en raison de toutes les difficultés à les obtenir. […]

  • 16 Pankhurst fait écho à la théorie du gouvernement civil de John Locke, fondé sur le consentement de (...)

35Des gens ont affirmé que les femmes ne pourraient jamais voter, jamais participer au gouvernement, car gouverner repose sur la force. Nous avons apporté la preuve que c’est faux. Gouverner ne repose pas sur la force mais sur le consentement des gouvernés16. Et si la femme la plus faible, la femme la plus pauvre ne donne son consentement, elle ne peut être gouvernée.

36On m’a envoyée en prison pour y purger une peine de trois ans. Je suis sortie de prison après neuf jours. J’ai brisé les barreaux de la prison. Quatre fois ils m’ont renvoyée en prison, et quatre fois j’ai réussi à ouvrir les portes de la prison. J’ai quitté l’Angleterre sans me cacher pour venir aux États-Unis, après avoir effectué seulement trois ou quatre semaines de ma peine. N’avons-nous pas alors fait la preuve qu’ils ne peuvent contrôler des êtres humains qui ne donnent pas leur consentement ?

37Nous sommes heureuses d’avoir fait l’expérience du combat, et nous sommes heureuses de nous battre pour toutes les femmes du monde entier. Tout ce que nous vous demandons, c’est de nous soutenir. Nous vous demandons de montrer que, même si vous n’avez pas l’intention de vous battre de la même façon que nous, vous comprenez le sens de notre combat ; que vous savez que nous nous battons pour une grande idée ; que nous voulons l’amélioration de la race humaine ; et que nous croyons que cette amélioration viendra par l’émancipation et l’élévation des femmes.

Activisme et répression – En Grande-Bretagne

TEXTE 24

Présentation

38Cet extrait de l’autobiographie de la suffragette Mary Richardson (c. 1883-1961) décrit l’épreuve de l’alimentation forcée subie à partir de juin 1912 et, de façon systématique, à partir de juin 1913 lorsque la « Loi du chat et de la souris » fut votée. Le 17 avril 1914, le Manchester Guardian affirme par exemple que Kitty Marion fut nourrie de force 232 fois.

  • 17 Voir le discours du docteur C. W. Mansell-Moulin, vice-président de l’université royale des chirur (...)

39La façon dont les grévistes de la faim étaient nourries de force n’avait rien à avoir avec « l’alimentation artificielle »17, opération médicale pratiquée dans les hôpitaux et les asiles. La cruauté et la brutalité physique étaient de rigueur pour répondre à la résistance passive des grévistes de la faim. Lady Constance Lytton, une prisonnière célèbre, relate l’expérience :

  • 18 C. Lytton, Prisons and Prisoners [1914], Jason Haslam éd., Peterborough, Ont., Broadview Editions, (...)

Le médecin semblait agacé que je résiste et il se mit en colère alors qu’il m’ouvrait la bouche avec l’ustensile en métal. […] Il me dit que si je persistais à résister autant avec mes dents, il devrait me nourrir par le nez. La douleur était atroce. Finalement, j’ai dû me soumettre car il réussit à me mettre le bâillon entre les dents, et il se mit à tourner plus que nécessaire jusqu’à ce que mes mâchoires soient maintenues grandes ouvertes, bien plus ouvertes qu’elles ne pouvaient l’être normalement. Puis, il enfila un tuyau au fond de ma gorge.18

40Dans l’extrait qui suit, Richardson décrit l’assaut des gardiennes et des médecins pour la nourrir par le nez. Née vers 1883, Mary Richardson était pleinement engagée dans l’action radicale du WSPU. Arrêtée et nourrie de force à de multiples reprises, elle est restée célèbre pour avoir tailladé La Vénus au miroir de Vélasquez à la National Gallery de Londres le 10 mars 1914. Bien que le terme ne soit pas utilisé, la façon dont le corps de ces femmes édouardiennes était violenté s’apparentait à un viol, et ce qu’il faut bien appeler des sévices furent la réponse du gouvernement aux grévistes de la faim qui exigeaient le droit de vote et la citoyenneté.

Mary R. Richardson, « Nourrie de force »19

  • 19 Source : Mary R. Richardson, « Force-fed », Laugh a Defiance, Londres, Weidenfeld et Nicholson, 19 (...)

41Le matin suivant, le bruit des roues du chariot qui se rapprochait de la porte de ma cellule annonçait l’horreur : j’allais être nourrie de force. Je m’assis sur le sol et fis glisser mes bras autour du tuyau d’arrivée d’eau chaude. J’avais l’intention de résister de toutes mes forces. J’étais assise là et attendais quand cinq gardiennes entrèrent. Elles réussirent à me faire lâcher prise pour ensuite essayer de m’allonger sur le sol. Je me débattis et, quand elles parvinrent à me maintenir le dos à terre, nous étions toutes à bout de souffle et haletantes. Puis, à ma grande horreur, quatre des gardiennes, toutes des femmes imposantes, s’allongèrent sur mes jambes et sur mon corps pour me plaquer au sol. Maintenant que la victime était bien entravée et prête, les docteurs entrèrent avec le chariot tant détesté. L’un s’agenouilla pour agripper mes épaules, un autre tenait en l’air l’entonnoir qui devait recevoir le liquide, le troisième s’agenouilla près de ma tête et prit le long tuyau dans sa main ; et, petit à petit, il fit pénétrer de force l’embout rigide à l’extrémité du tuyau dans ma narine gauche. Alors que l’embout arrivait au fond de mon nez et pénétrait dans l’œsophage, j’eus l’impression que l’on arrachait mon œil gauche de son orbite. Puis, la nourriture, un mélange de cacao, de bouillon de bœuf, de médicaments dont un anti-vomitif pour m’empêcher de vomir lorsque le tuyau serait retiré, était versée dans l’entonnoir et pénétrait dans mon corps tremblant, brutalisé, meurtri […].

42Après dix semaines au cours desquelles je fus nourrie de force, je fus libérée, guère mieux qu’un cadavre ambulant.

TEXTE 25

Présentation

  • 20 Lettre du 15 juillet 1914, citée dans J. Marlow éd., Votes for Women. The Virago Book of Suffraget (...)

43« L’alimentation forcée est, à mon avis, inacceptable en soi et la pratique échoue en grande partie dans son objectif », affirmait l’évêque de Londres dans une lettre au ministre de l’Intérieur McKenna le 15 juillet 191420. Les ecclésiastiques firent progressivement entendre leur opposition à la pratique de l’alimentation forcée, de concert avec certains médecins qui dénonçaient la complicité de leurs confrères perçus comme le bras armé de la répression et de la violence du gouvernement dans les prisons. Les docteurs Agnes Savill et Charles Mansell-Moulin écrivirent à la presse, en particulier au Times, et les détails crus qu’ils donnèrent attirèrent l’attention de la presse (qui, jusque-là, s’en était fréquemment tenue au point de vue du gouvernement) et, donc, du lectorat, sur les mensonges du gouvernement.

44Dans The Suffragette du 28 mars 1913, Sylvia Pankhurst publia un long article qui décrit par le détail les sévices des médecins intitulé « They tortured me » : « […] les doigts de deux médecins insérés de force pour tenter de desserrer les lèvres, l’instrument en métal appliqué contre les gencives afin de forcer la bouche à s’ouvrir, le métal qui mord dans la chair, les mâchoires ouvertes de force, l’insertion du tuyau, la douleur, les évanouissements.  »

  • 21 La Société fabienne (Fabian Society), fondée à Londres en 1884, était un cercle de réflexion socia (...)

45C’est dans ce même numéro de The Suffragette que fut publié le discours qui suit. L’écrivain George Bernard Shaw fit ce discours aux côtés du Dr Mansell-Moulin ; il assimile la façon dont les suffragettes étaient nourries à « des actes de torture ». Sa dénonciation de la pratique n’est pas dénuée de sarcasmes et de railleries à l’encontre du ministre de l’Intérieur Reginald McKenna. Féministe et membre de la Société fabienne21, Shaw exprime un point de vue qui est loin d’être majoritaire à l’époque lorsqu’il estime « qu’une femme ne m’est pas foncièrement dissemblable ».

George Bernard Shaw, « Membres les uns des autres »22

  • 22 Source : George Bernard Shaw, « We are members one of another », discours du 18 mars 1913 au Kings (...)
  • 23 Dans son discours « Artificial vs. “forcible feeding” », Charles Mansell-Moulin affirmait que parm (...)

46Dans la résolution que nous proposons ce soir, nous nous élevons contre l’alimentation forcée ; et pas seulement l’alimentation forcée des femmes, car des hommes aussi sont nourris de force23. Et c’est pour cette raison que je suis ici ce soir pour protester contre cette pratique. Je ne suis pas ici pour parler au nom des femmes. La raison pour laquelle je ne l’ai jamais fait depuis que j’ai pris position sur le droit de vote des femmes est qu’après m’être intéressé de très près aux réunions publiques qui se sont tenues sur le sujet, j’en suis arrivé à la conclusion que les femmes étaient parfaitement capables de se défendre toutes seules.

47Mon point de vue concernant les femmes est plutôt original puisque j’estime qu’une femme ne m’est pas foncièrement dissemblable. Malheureusement, cette opinion ne semble pas être partagée dans les cercles officiels.

48J’affirme que l’alimentation forcée est illégale. J’affirme que lorsque vous êtes jugée dans un tribunal public et condamnée à une peine d’emprisonnement, c’est à la prison que vous êtes condamnée et non à la torture. J’affirme que tout ceci est du ressort de Mr McKenna. S’il veut briser les dents des prisonnières pour leur ouvrir la bouche de force, s’il veut noyer leurs poumons, s’il veut courir le risque de les tuer, s’il veut leur infliger ce qui est de façon indiscutable de la torture, il est de son ressort, tout d’abord, d’introduire un projet de loi qui rende ces opérations légales. Il n’y a aucune raison de reculer. S’il n’a pas honte d’agir de la sorte sans le soutien de la loi, pourquoi aurait-il honte de le faire avec le soutien de la loi ? Si le gouvernement n’est pas prêt à légaliser la torture qu’il inflige, cela prouve que non seulement la conscience même de ses membres se révolte contre ces actes de torture, mais qu’il ne croit pas non plus que l’opinion publique puisse être de son côté. Le gouvernement n’est pas prêt à affronter l’électorat avec une mesure comme celle-ci sur la conscience.

49Il me semble que le gouvernement a compris que les femmes ont gagné. Il ne s’agit pas seulement de l’humiliation que les femmes lui ont infligée et de leur victoire. Ce que les femmes ont également prouvé est que la conscience de la communauté est de leur côté. Ce qu’elles ont prouvé est bien plus que cela : la conscience de ces mêmes hommes qui ont agi de la sorte est du côté des femmes. Regardez la répression constante. Regardez le malaise et la honte. Regardez ces excuses minables, des excuses qui seraient un affront à un crapaud intelligent.

50Permettez-moi de lancer un défi à Mr McKenna. De temps à autre, Mr McKenna essaie d’insinuer que nourrir quelqu’un de force est plus agréable que désagréable. Si c’est bien le cas, alors je lui demande : nous laissera-t-il le nourrir de force ? Nous le ferons avec son plat préféré. Inutile de résister, nous demanderons au chirurgien le plus expérimenté de lui administrer la nourriture pour que l’opération soit la plus agréable possible. Pour lui, nous ferons tout ce qui n’est pas fait pour les femmes en prison. Je veux savoir si, en des circonstances aussi favorables, Mr McKenna s’y soumettra. Je ne le pense pas. Il est en son pouvoir de nous donner cette petite preuve que l’alimentation forcée est aussi agréable qu’il veut bien le dire. J’ose affirmer qu’il ne relèvera pas le défi.

51Mon espoir est qu’il fasse cesser cette horrible pratique, et qu’il la fasse cesser de façon logique, car rappelez-vous, si l’alimentation forcée cesse, le problème du droit de vote n’en demeure pas moins. Et lorsque les gens se demandent quel sens donner à tout cela, lorsqu’ils se demandent pourquoi des êtres humains devraient être traités de la sorte en prison, ils ne peuvent qu’en arriver à une seule conclusion sur le droit de vote des femmes.

52On ne peut pas dire que je suis ce que l’on appelle quelqu’un d’orthodoxe, mais, d’une certaine façon, j’ai toujours cru en ce vieil adage selon lequel nous sommes tous « membres les uns des autres ». Probablement, les hommes de Westminster croient que l’adage « nous sommes tous membres les uns des autres » ne s’applique qu’aux membres du Parlement. Je ne crois pas qu’ils mesurent la portée de la déclaration. Il y a une phrase très ancienne qui dit : « Ce que vous avez fait à mes frères [my brethren], c’est à moi que vous l’avez fait. » Je doute qu’ils puissent comprendre que le mot « frères » inclut également les sœurs [sisters].

Activisme et répression – Aux États-Unis

TEXTE 26

Présentation

  • 24 Voir J. L. Trecker, « The suffrage prisoners », The American Scholar, vol. 41, n3, été 1972, p.  (...)

53Ce document est un article du New York Times évoquant un billet que la militante Alice Paul réussit à faire sortir de prison en cachette24. Il permet de mettre en lumière un épisode important de la lutte pour le droit de vote des femmes aux États-Unis : l’arrestation et l’emprisonnement des suffragistes américaines les plus radicales pendant la Grande Guerre.

  • 25 « President ignores pickets », édition spéciale du New York Times, 11 janvier 1917 ; « Silent, sil (...)
  • 26 E. L. Roberts et D. B. Wards, « The press, protesters, and presidents », The White House : the Fir (...)
  • 27 Lettre d’Helen W. Bones à Jessie Wilson Sayre, 19 janvier 1917, Jessie Wilson Sayre Papers, MC216, (...)
  • 28 « Bluejackets visit Gridiron dinner », The New York Times, 18 février 1917.
  • 29 « The women who are guarding the white house portals », The Washington Post, 4 février 1917.

54Depuis le 10 janvier 1917, les militantes du Parti national de la femme (National Woman’s Party) étaient postées tous les jours devant la Maison-Blanche, sentinelles silencieuses, afin d’inciter le président Woodrow Wilson à faire pression sur le Congrès pour qu’un amendement à la Constitution fût adopté25. Les réactions des journaux et du public étaient diverses, amusées, choquées ou agacées. Parfois dépeintes comme des monstres défiant la bienséance26, des idiotes, de « véritables dindes »27, les suffragistes furent aussi l’objet de saynètes comiques au cours d’un dîner en l’honneur du président28, avant de faire petit à petit véritablement partie du paysage de la capitale29. Mais avec l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917, la situation se dégrada et, entre juin et novembre 1917, 218 militantes issues de 26 États furent arrêtées et emprisonnées à la maison de correction d’Occoquan ou à la prison du district de Columbia. Alice Paul fut arrêtée le 20 octobre et condamnée à sept mois à Occoquan. Paul demanda à obtenir le statut de prisonnier politique, mais ne l’obtint pas et entama une grève de la faim, fut nourrie de force avant d’être transférée au service de psychiatrie de la prison du district début novembre. Elle fut libérée à la fin du mois de novembre. Cet épisode devint symptomatique de la violence d’un ordre s’exerçant physiquement et psychologiquement sur les femmes pour des raisons politiques mais également de genre. S’inscrivant dans une tradition politique radicale de résistance au pouvoir dont elles utilisaient les symboles et les modes d’action (les rassemblements devant la Maison-Blanche étaient de véritables piquets de grève), les suffragistes radicales devinrent le symbole d’une féminité dépravée qui devait non seulement être soustraite de l’espace public, mais aussi rééduquée par la prison.

« Miss Paul transférée à l’hôpital de la prison », The New York Times30

  • 30 Source : « Miss Paul removed to prison hospital », The New York Times, 19 novembre 1917. Traductio (...)

55Dans un billet qu’elle a fait sortir clandestinement, elle écrit qu’elle a quitté le service de psychiatrie sur un brancard.

56Washington, 18 novembre.

57Miss Alice Paul, le leader suffragiste à l’origine des rassemblements devant la Maison-Blanche, qui purge une peine de prison de sept mois dans une prison fédérale, a été transférée du service de psychiatrie du service hospitalier de la prison, d’après un billet qu’elle a écrit et fait passer clandestinement hors de l’établissement. Son billet, qui nous a été transmis par les cadres du Parti national de la femme, dit qu’elle a été transportée d’un service à un autre sur un brancard. Peut-être était-elle trop faible pour marcher, après avoir fait la grève de la faim et avoir été nourrie de force.

58L’histoire de Miss Paul, telle qu’elle apparaît dans son billet, est la suivante :

  • 31 Rose Winslow (Ruza Wenclawska) naquit en Pologne avant d’immigrer aux États-Unis avec sa famille. (...)

59« Miss Winslow31 et moi-même nous trouvons à deux extrémités du bâtiment, chacune enfermée dans sa cellule, avec une porte aux barreaux de fer. Je l’aperçus lorsqu’ils m’amenèrent sur un brancard depuis le service de psychiatrie, mais je ne l’ai pas revue depuis. Nous sommes chacune dans une salle avec trois fenêtres. Aujourd’hui, ils ont condamné deux de mes fenêtres avec des clous, afin qu’elles ne puissent être ouvertes. La troisième fenêtre a été clouée en bas, si bien que le seul air que j’ai à présent provient du haut d’une des fenêtres.

60Cela a été fait sur les ordres du docteur Gannon. Il a l’air bien décidé à me priver d’air car c’était l’une des choses que nous réclamions dans notre lettre demandant à être reconnues comme prisonnières politiques. Nous avons, bien sûr, été privées de tout ce qui était également inclus dans notre demande : lettres, livres, visiteurs, nourriture décente, excepté lorsqu’il nous oblige à l’avaler par des tuyaux. Il y a deux semaines, ils nous ont donné des lettres comme celle-ci, sur le dos de laquelle je suis en train d’écrire.

  • 32 Il s’agit de Dudley Field Malone, qui avait déjà intercédé en faveur des suffragistes auprès du Pr (...)

61Je ne suis restée dans le service psychiatrie qu’une seule semaine, et je ne dois ma libération, je crois, qu’aux efforts de monsieur Malone32. C’était apparemment une tentative d’intimidation. Le docteur Gannon me dit que si je persistais à faire la grève de la faim, il rédigerait une ordonnance pour que je sois transférée au pavillon psychiatrique et nourrie de force. Je fus de suite placée sur un brancard et emmenée là-bas. Le docteur Gannon, un autre docteur, et plusieurs infirmières entreprirent alors de me nourrir de force.

62En quittant la pièce, le docteur Gannon se tourna vers l’infirmière et la chargea de me garder « en observation ». L’infirmière m’« observa » une fois par heure chaque nuit : elle venait à la porte, allumait une torche électrique et la braquait sur mon visage. Au début, je me réveillais à chaque fois. Au bout d’un moment, je m’y habituai.

63En sus de ce stratagème d’observation, ils utilisèrent d’autres moyens pour faire croire qu’ils mettaient en doute ma santé mentale. Un certain docteur La Conte vint et procéda à un examen. Le docteur La Conte m’annonça alors que je n’avais pas la capacité mentale, comme je devais bien sûr le savoir, de juger les choses par moi-même. Lui et deux autres docteurs et trois infirmières se sont jetés sur moi et prélevèrent de force des échantillons de sang.

64J’étais enfermée dans ma chambre, donc je ne vis aucune autre détenue, hormis une ou deux fois, lorsqu’elles passèrent dans le corridor et regardèrent à travers les barreaux. Le matin de mon dernier jour là-bas, les cris commencèrent à 5 h 30. J’allumai la lumière pour regarder l’heure. Les cris m’avaient probablement réveillée.

65La veille ils avaient commencé lorsqu’il faisait encore nuit mais je n’avais pas vérifié l’heure qu’il était. Lorsqu’une personne commence à hurler les autres généralement s’y mettent également et cela dure une heure ou deux. Ensuite tout devient silencieux pendant plusieurs heures, avant que les cris ne reprennent.

66Un jour, alors que j’avais une nouvelle infirmière, elle se présenta ainsi : « Je sais que vous n’êtes pas folle. » Elle s’efforçait d’être amicale, mais c’était ahurissant que des personnes exprimassent leur sympathie à votre égard en vous affirmant qu’elles ne vous considéraient pas comme folle ! »

La guerre et le droit de vote – En Grande-Bretagne

TEXTE 27

Présentation

  • 33 « Patriotism before politics », The Times, 15 août 1914. Cet article cite plusieurs associations s (...)
  • 34 M. Fawcett, What I Remember, Londres, Fisher Unwin, 1924, p. 88-89.
  • 35 Ibid., p. 93-94.
  • 36 Cité par J. Liddington, The Long Road to Greenham : Feminism and Anti-Militarism since 1820, Londr (...)

67Cet extrait des Personal Reminiscences (Souvenirs personnels) de Millicent Garrett Fawcett publiés en 1920 exprime la position prise par la dirigeante de la NUWSS, l’Union nationale des sociétés pour le droit de vote des femmes. Si Fawcett ne manifestait pas le chauvinisme de Christabel Pankhurst, elle n’en était pas moins très patriote et, en affinité avec un article paru dans The Times en 1915, choisit « le patriotisme avant la politique »33 quand la Grande-Bretagne entra en guerre en août 1914. En suspendant le travail pour le droit de vote dès le début du conflit, la NUWSS décida de mettre l’organisation et les forces suffragistes au service de la nation afin de « mettre en œuvre des formes de travail destinées à atténuer les souffrances causées par la guerre »34. C’est ainsi que la NUWSS se chargea, par exemple, de trouver et créer des emplois pour les femmes, de fournir soutien et information aux femmes enceintes et aux jeunes mères et leurs bébés. Les membres de l’organisation étaient également très actives pour trouver des moyens financiers et humains pour les cantines et les maisons de repos pour les soldats35. En souhaitant soutenir la nation et œuvrer pour l’effort de guerre en utilisant l’énergie et les ressources suffragistes, et en déclarant que « parler de paix était synonyme de trahison »36, il était inévitable que Millicent Fawcett créât des divisions au sein de son organisation : dès 1915, de nombreux membres opposés à la guerre rejoignirent le mouvement pour la paix.

68Ce texte, qui en appelle au « devoir » des suffragistes de mettre l’organisation et les forces du mouvement au service de la nation, révèle que pour Fawcett et la NUWSS, ce travail était une façon supplémentaire de légitimer l’accès des femmes à la citoyenneté.

Millicent Garrett Fawcett, « Les femmes et l’effort de guerre »37

  • 37 Source : Millicent Garrett Fawcett, « The world war and women’s war work », The Women’s Victory –  (...)

69C’est au beau milieu de tous les projets de travail détaillés dans les chapitres précédents qui, nous le pensions, devaient mener à la victoire rapide du droit de vote des femmes, que nous fûmes surprises par le vibrant appel de la guerre, la Guerre mondiale, la guerre la plus importante jamais menée, et dans laquelle notre pays devait être l’un des acteurs majeurs. Cela ne faisait plus aucun doute après la violation injustifiée de la neutralité de la Belgique par les Allemands. Très rapidement également, nous comprîmes combien les socialistes des pays alliés – Angleterre, France, Belgique et Russie – avaient raison lorsqu’ils convinrent qu’une « victoire de l’impérialisme allemand signifierait la défaite et la destruction de la démocratie et de la liberté en Europe ». Nous reconnûmes que notre cause, la liberté politique des femmes, n’était qu’un cas particulier d’une cause encore plus grande pour laquelle les Alliés se battaient. Au fur et à mesure que nous en prîmes conscience, il est facile de comprendre que le moment où la guerre éclata causa perplexité et angoisse pour presque chacune d’entre nous. Mais dès le début, notre devoir fut très clair : à savoir, aider notre pays et ses alliés autant que nous le pouvions. Un grand nombre d’entre nous cependant, moi comprise, pensions que cette catastrophe qu’était la Guerre mondiale serait une entrave énorme qui retarderait le mouvement auquel nous avions voué notre vie. Ce n’est que très progressivement que nous nous rendîmes compte qu’un des premiers résultats de la guerre serait l’émancipation des femmes en Grande-Bretagne et dans bien d’autres pays.

  • 38 Dans son livre, Fawcett insiste à plusieurs reprises sur ces consultations dans les différentes br (...)

70Nous nous rappellerons que l’Angleterre entra en guerre contre l’Allemagne le jeudi 4 août à minuit. Toute la journée et le jour précédent, le comité exécutif de la NUWSS avait siégé en attente des consultations38. Nous étions un groupe relativement important de femmes (plus de 50 000 membres et environ 500 sociétés) éparpillées dans tout le pays et habituées à travailler ensemble, de façon disciplinée et ordonnée, dans un but commun. Nous eûmes alors conscience que nous avions un don à mettre au service de notre pays, à savoir notre puissance et notre capacité à nous organiser et à lever des fonds.

  • 39 The Common Cause, publié entre 1909 et 1920, était le journal officiel de la NUWSS.

71Dans mon premier discours à nos sociétés, publié dans The Common Cause39 le 7 août 1914, j’avais déclaré :

  • 40 Matthieu, 10:39.

En cette période d’inquiétude et de tristesse terrible, il est quelque peu réconfortant de penser que notre grande organisation, que nous avons développée au fil des années pour promouvoir le droit de vote des femmes, peut maintenant être utilisée pour aider notre pays dans cette période douloureuse et tendue. « Celui qui conservera la vie la perdra, et celui qui perdra la vie à cause de moi la trouvera. »40

72Montrons-nous dignes de la citoyenneté, que nos revendications pour l’obtenir soient reconnues ou non.

La guerre et le droit de vote – Aux États-Unis

TEXTE 28

Présentation

  • 41 Voir T. Croy, « Is determining a critical edition critical ? A critical edition of Carrie Chapman (...)
  • 42 R. B. Fowler et S. Jones, « Carrie Chapman Catt and the last years of the struggle for woman suffr (...)

73Le discours de Carrie Chapman Catt fut prononcé à Atlantic City en septembre 1916. Ce discours est en fait constitué de deux discours qui ont été accolés par Catt ce jour-là41, et seule la première partie, qui fait état de la crise dans laquelle le mouvement est plongé, est présentée ici. La seconde partie propose un plan de bataille, « le plan pour la victoire », pragmatique et complet42.

  • 43 Voir l’analyse d’H. Quanquin, « “The woman’s hour has struck !” : les suffragistes américaines, fa (...)

74Carrie Chapman Catt est souvent vue comme le cerveau du mouvement dans les années 1910, mais auparavant également, puisqu’elle joua un rôle important en réorganisant le mouvement entre 1900 et 1904, lors de son premier mandat en tant que présidente de l’Association nationale pour le droit de vote de la femme américaine (NAWSA). À la tête de la campagne suffragiste victorieuse dans le Colorado en 1893, elle avait été promue présidente de la coordination nationale de la NAWSA en 1895 et avait déjà montré ses brillantes qualités d’organisation et de coordination, mue qu’elle était par une vision d’efficience moderne toute progressiste. Lorsqu’elle fut une nouvelle fois élue à la présidence de l’organisation en 1915, elle chercha à établir des liens privilégiés avec les partis politiques, d’autant que l’année 1916 représentait une importante échéance électorale, dans un contexte marqué par la guerre en Europe. Ce discours fut prononcé à la suite de l’adoption des programmes des partis politiques, qui avaient débattu cet été-là de la question du droit de vote des femmes, l’avaient inscrite dans leur programme, mais laissaient les États libres d’organiser des référendums en la matière. Catt décida d’organiser une convention de l’Association nationale en septembre, avant les élections, afin de faire pression sur les partis politiques. Ce long discours illustre l’habileté rhétorique et argumentative de Catt, apte à mobiliser, motiver et galvaniser ses troupes en vue d’une victoire imminente. Répétant à maintes reprises que « l’heure de la femme a sonné » (the woman’s hour has struck), Catt analyse les changements que la guerre a entraînés concernant la condition féminine, tout en faisant explicitement référence à la guerre de Sécession et à ses conséquences, puisqu’à l’époque l’expression « the Negro’s hour » fut utilisée afin de signifier qu’il fallait se préoccuper du droit de vote des Africains-Américains43. C’est ainsi que ce discours mêle habilement héritage historique et perspectives politiques en faisant du contexte de 1916 un moment charnière pour l’histoire universelle et celle des femmes.

Carrie Chapman Catt, « La crise »44

  • 44 Source : « The crisis », The Women’s Journal and Suffrage News, September 16, 1919, p. 299-303. Ne (...)

75J’ai choisi de vous parler de « la Crise » car je crois que notre mouvement connaît actuellement une crise qui, pourvu qu’elle soit reconnue comme telle, et que l’on saisisse l’occasion qu’elle représente avec dynamisme, enthousiasme et volonté, signifie la victoire finale de notre grande cause dans un avenir très proche. Je suis consciente du fait que certaines suffragistes ne partagent pas ce sentiment : selon elles, les signes et symptômes actuels ne diffèrent pas de ceux d’hier ; aucune manifestation de l’année 1916 ne se démarque fondamentalement de celles de l’année 1910. Pour elles, le mouvement connaît une croissance normale et régulière depuis ses débuts et il doit en être ainsi jusqu’à la fin. Je ne peux défendre mes arguments qu’en plaidant qu’il vaut mieux imaginer une crise là où il n’y en a pas, que de ne pas en reconnaître une lorsqu’elle survient, car une crise est le point culminant d’événements qui appellent des prises de position nouvelles et des décisions nouvelles. Ne pas répondre à cet appel reviendrait à manquer une occasion, à ajourner la possibilité de la victoire.

76Un mouvement organisé n’a d’autre raison d’être que d’atteindre le but qu’il s’est fixé. Il doit nécessairement obéir aux lois de l’évolution et passer par des phases de mobilisation et d’éducation avant l’ultime étape de l’accomplissement. Il est commun de dire : « Une idée nouvelle flotte dans l’air du temps, au-dessus de la tête du commun des mortels et échappe à son entendement pendant une période longue et indéfinie, mais peu à peu cette idée devient familière, plus nette, elle tombe des hautes sphères et, par cristallisation, passe à l’état de loi. » Cette période, que chaque mouvement connaît, en constitue la crise. Selon moi, ce moment crucial qui nous enjoint de renouveler notre engagement et de redoubler notre activité est venu pour notre cause. Je crois que la victoire est à notre portée, nous invitant à la saisir et à l’asseoir parmi tous les bienfaits de ce monde.

77Si cela est vrai, il n’est plus temps de dire « Hommes et femmes d’Amérique, regardez cette magnifique idée, là-haut, vous voyez, un jour elle sera parmi nous. » Au lieu de cela, il est temps de crier dans chaque ville, dans chaque village et dans chaque hameau d’une voix si claire et victorieuse qu’elle retentira de sommet en sommet et d’une côte à l’autre : « L’heure de la femme a sonné ». Imaginons que les suffragistes dans leur ensemble ne croient pas que ce moment de crise est arrivé et ne tendent pas la main pour cueillir la victoire, que se passera-t-il ? Eh bien, nous continuerons de travailler et notre cause restera en suspens, dans l’attente de personnalités plus clairvoyantes et plus entreprenantes. Inversement, supposons que nous tentions de saisir cette occasion d’être victorieuses, unies dans un élan fervent et déterminé alors même que le but serait encore un peu trop éloigné. Quel mal y aurait-il à cela ? Aucun !

78C’est pourquoi, camarades suffragistes, j’attire votre attention sur les signes qui nous indiquent que la crise est là et je vous invite à réfléchir aux moyens de la transformer en victoire.

79Premièrement : Nous traversons une crise mondiale. Tous les penseurs de tous les pays nous le confirment : après la Grande Guerre, rien ne sera plus jamais comme avant. Les milieux informés assurent que la guerre coûte chaque jour 100 millions de dollars et que deux années de guerre ont coûté 50 milliards de dollars, soit 10 fois plus que le coût total de la guerre de Sécession américaine. Notre propre pays a versé 35 millions de dollars pour venir en aide aux pays en guerre.

80Si d’autres conséquences de la guerre mondiale n’étaient à prévoir, le seul fait que ces sommes incroyablement élevées soient utilisées à des fins totalement différentes des fins habituelles suffirait à ébranler l’organisation de la société d’une manière telle que les répercussions s’en ressentiraient dans le monde entier et donneraient lieu à des changements inédits.

81Mais trois millions et demi de vies ont été sacrifiées. Ce chiffre prend toute son ampleur lorsque l’on se souvient que la population des colonies américaines dépassait à peine les trois millions et demi. Ces vies sacrifiées sont celles d’hommes en âge de participer à la vie économique. La bonne marche du monde s’en trouve brutalement privée, et toutes les activités humaines, depuis la tâche la plus humble n’exigeant aucune qualification, jusqu’aux arts, aux sciences et à la littérature, souffrent de cette perte. Des millions d’autres hommes rentreront chez eux aveugles, infirmes et incapables de faire le travail qui était le leur. Jamais auparavant les institutions humaines n’avaient vécu pareil traumatisme. De grands hommes essaient de réfléchir aux conséquences de tout cela, mais tous sont d’accord pour dire qu’il n’existe aucune couleur assez vive ni aucun trait assez audacieux pour décrire ce que sera le monde d’après-guerre. Britanniques et Russes, Allemands et Autrichiens, Français et Italiens pensent de concert que le monde entier va connaître une révolution sociale et politique. Quoi qu’il advienne, ajoutent-ils en chœur, le statut des femmes sera radicalement bouleversé par la guerre. […]

82En Europe, du cercle polaire à la mer Égée, les femmes se sont mobilisées comme pour répondre à ces arguments. Partout, elles ont pris les postes rendus vacants par l’absence des hommes, et c’est ainsi qu’elles ont appris à mieux se respecter et à mieux estimer leur propre nation. Dans chaque pays, on est revenu à la division primitive du travail et pendant que les hommes sont à la guerre, les femmes cultivent les champs afin de nourrir l’armée et la nation. Aucune armée ne peut vaincre, ni aucune nation subsister sans nourriture : celles qui la fournissent participent à l’effort de guerre de manière pacifique.

83Des milliers de femmes ont frappé à la porte des usines de munition et, par patriotisme, ont imploré le droit de servir leur pays en y travaillant. On a hésité à accepter leurs services, mais expérience faite, elles se sont attiré des louanges, certes réticentes mais universelles. […]

84Sur les champs de bataille, dans les hôpitaux habituels ou improvisés, les femmes ont soigné les blessés avec attention et compétence. On leur doit la guérison de nombreux soldats, leur héroïsme et leur esprit de sacrifice sont reconnus sans conteste par tous les gouvernements. Mais c’est la première fois que leur endurance, leurs capacités et l’aspect pratique des services qu’elles ont rendus semblent être reconnus comme « puissance de guerre » par les gouvernements. Ainsi, ayant à l’esprit les enjeux de la guerre, de grands hommes ont soudain découvert que les femmes sont des atouts dans une guerre. L’Europe se rend compte en effet, comme jamais auparavant, que ce sont les femmes qui maintiennent la cohésion de la civilisation pour laquelle les hommes se battent. L’art de construire une nation a été mis en lumière et il a été démontré, dans chaque pays européen, qu’il repose sur un partenariat dans lequel les responsabilités sont partagées de manière différente mais égale entre les deux partenaires.

85Toutefois, le potentiel des femmes n’a pas été révélé uniquement par leur participation directe à l’effort de guerre. Dans tous les pays belligérants, les femmes se sont hissées jusqu’à des postes administratifs de haut niveau que l’on n’aurait pas confiés à des femmes deux ans plus tôt. Les témoignages montrent qu’elles ont indubitablement donné toute satisfaction à leurs supérieurs dans l’exercice de leurs fonctions. Elles ont osé monter en chaire (lieu jadis trop sacré pour être foulé par les pieds impurs d’une femme) et sans que cela ne suscite plus de protestation, ont prié le Père universel au nom de leur pays sinistré. Elles sont sorties des cuisines où il n’y avait plus suffisamment de nourriture et ont trouvé un moyen de subsistance en conduisant taxis, voitures et tramways. Plus d’une femme a laissé ses enfants à la voisine et s’en est allée quérir de la nourriture pour les deux familles (mère et enfants), y parvenant grâce à un emploi inhabituel dans un lieu tout aussi peu commun. Dans les maisons bourgeoises, on a fermé plus d’une pièce : la femme de ménage qui les entretenait balaie désormais les rues afin que la ville reste un endroit sain. Plus d’une femme qui jusque-là n’avait jamais fait son propre lit ou n’avait jamais préparé ses propres repas se trouve désormais seule maîtresse dans sa cuisine et son salon.

86Dans tous les pays en guerre, les femmes sont postiers [sic], porteurs, conducteurs de chemin de fer, guichetiers et aiguilleurs. Des publicités que l’on voit partout invitent les femmes à suivre des cours de traite, d’agriculture ou de mécanique. Elles sont employées dans la police en Grande-Bretagne et des femmes inspecteurs ont récemment été embauchées par le gouvernement. À Berlin, plus de 3 000 femmes conduisent des tramways et 3 500 femmes travaillent sur les lignes de chemin de fer. Dans chaque ville, chaque pays, les femmes occupent des fonctions pour lesquelles elles auraient été déclarées incompétentes deux ans plus tôt. […]

87Avec les changements économiques viendra la liberté politique. Dans chaque pays s’élève la croyance affichée qu’après la guerre, la démocratie déferlera en vagues puissantes car il est reconnu que ce conflit est un conflit de gouvernements, de rois et de tsars, de kaisers et d’empereurs, pas celui des peuples. Les nations impliquées ont presque toutes déclaré qu’elles se battent afin que les guerres cessent. Ces deux dernières années ont vu l’avènement de nouveaux idéaux, plus nobles et toujours plus grands en matière de gouvernement et de droit des peuples. Un grand vent de liberté politique, semblable à celui de 1848, mais mille fois plus puissant, souffle depuis les champs de bataille, les hôpitaux, les camps, les usines de munitions, les maisons et les églises et, selon les grands hommes de nombreux pays, promet de gagner le monde entier. Sur le continent, les femmes disent : « Le droit de vote sera acquis pour les hommes comme pour les femmes après la guerre, peut-être pas tout de suite après, mais très vite. » En Grande-Bretagne, cœur de la tempête provoquée par le mouvement suffragiste quelques années avant la guerre, des centaines d’opposants farouches et convaincus ont admis s’être convertis à la cause des femmes en raison des services qu’elles ont rendus en temps de guerre. Déjà, trois grandes provinces canadiennes, le Manitoba, l’Alberta et la Saskatchewan ont ouvert le suffrage universel aux femmes en signe de gratitude pour leur travail pendant la guerre. […]

88Et c’est ainsi que par-dessus le grondement des canons, le hurlement des obus et le vrombissement des avions, quiconque tend l’oreille peut entendre se briser les chaînes des conventions surannées qui entravent les femmes depuis si longtemps en Europe. Le prix à payer a été terrible, mais il n’en reste pas moins qu’une nouvelle vision de la femme, bien engagée sur la voie de l’émancipation totale, va naître de la guerre. Ce sera une vision perplexe, inquiète, douloureuse ; les femmes devront toujours faire face aux épineux problèmes de la vie, mais elles seront plus libres de le faire qu’elles ne l’ont jamais été.

89« L’Heure de la femme a sonné. » Elle a sonné pour les femmes en Europe et partout ailleurs dans le monde. L’importance du changement de statut des femmes européennes n’a pas échappé aux hommes et aux femmes de notre pays, notre propre peuple n’est pas ignare en matière d’histoire, ni dépourvu de fierté nationale au point de laisser la République prendre un tel retard sur l’Empire alors même qu’il a à sa tête un descendant de George III. S’ils sont pourvus du patriotisme et du sentiment national qui sont l’héritage naturel des Américains, ils n’attendront pas la fin de la guerre mais prendront les devants, ce qui est notre spécificité américaine, dans cette inévitable marche vers la démocratie. Mes sœurs, je le répète, l’Heure de la femme a sonné !

  • 45 Abigail Kelley abandonna son poste de professeur pour donner des conférences contre l’esclavage et (...)
  • 46 Ernestine Rose est également évoquée dans le texte d’Emily Collins, « Réminiscences », texte 5 de (...)
  • 47 Carrie Chapman Catt commet ici une erreur puisqu’il s’agissait d’une convention contre l’esclavage (...)
  • 48 Antoinette Brown Blackwell (1825-1921) fut l’une des rares combattantes de la première heure qui p (...)
  • 49 Ces deux villes se trouvent dans l’État de New York.

90Deuxièmement : De même que le plus adamantin des rocs se fissure sous l’effet du ruissellement permanent de l’eau, de même l’opposition au droit de vote des femmes dans notre pays s’est lentement désagrégée face à la puissance croissante de notre mouvement. Revenons quelques pages en arrière dans notre histoire ! Voyez la courageuse Abbie Kelley accueillie par une pluie d’œufs pourris parce qu’elle tentait de parler en public45. Voyez Ernestine Rose46, la Polonaise, surprise de voir que les femmes de l’Amérique libre lui tournaient le dos alors qu’elle leur proposait d’avoir le contrôle de leurs propres biens. Rappelez-vous la quasi sainte Lucretia Mott et Elisabeth Cady Stanton si douée pour les questions juridiques, toutes deux exclues de la Convention mondiale de la tempérance à Londres et réduites à conspirer ensemble pour libérer leur sexe de l’oppression affligeante qu’il subit à travers le monde47. Souvenez-vous de la douce Lucy Stone à la voix mélodieuse, maculée d’œufs pour avoir affirmé publiquement que le cerveau féminin est capable d’éducation. Songez au docteur Elizabeth Blackwell, regardée de haut et rejetée par d’autres femmes parce qu’elle se proposait d’étudier la médecine. Regardez le docteur Antoinette Brown Blackwell, faisant face avec douceur et sérénité aux hurlements d’une assemblée de membres du clergé, indignés qu’une femme comme elle ose se présenter à la Convention pour la tempérance en tant que déléguée48. Honorez l’intrépide Susan B. Anthony, chahutée par la foule de Buffalo à Albany49 parce qu’elle demandait justice pour les femmes. Ce sont elles qui, avec d’autres, ont jeté les fondations de la liberté politique pour les femmes américaines.

  • 50 Alice Stone Blackwell (1857-1950) était la fille de Lucy Stone et Henry Browne Blackwell et la niè (...)

91Celles qui leur ont succédé n’ont fait que mettre les pierres en place. Pourtant, quelle tâche ardue ce fut ! Pensez à la femme étonnante qui s’est déplacée de village en village, de ville en ville, obligeant les hommes et les femmes d’une génération entière à l’écouter et à réfléchir grâce à son éloquence sans pareille. Y a-t-il dans l’histoire mondiale un seul mouvement masculin qui ait produit un militant aussi ardent que notre docteur Anna Howard Shaw à nous ? Ceux qu’elle a éclairés sont légion. Pensez aussi au dévouement extrême, à l’abnégation et à la constance sans faille de cette autre héroïne, âme noble dans un corps frêle mais résistant, que nous connaissons sous le nom d’Alice Stone Blackwell50 : elle possède une mémoire infaillible, détecte la moindre faille dans la défense de son adversaire, connaît le point le plus vulnérable de son armure et dirige le Woman’s Journal. Son intelligence, sa clairvoyance et sa prévoyance ont illuminé le monde telle la lumière d’un phare, faisant rayonner notre cause. Le nom de centaines d’autres âmes courageuses nous revient en mémoire lorsque nous nous retournons sur notre longue lutte.

92Les mains de nombreux artisans du droit de vote sont inertes depuis bien longtemps, de nombreux maîtres maçons ayant apporté leur pierre à l’édifice sont tombés dans l’oubli. Peu importe. Ce qui importe, c’est que le monument symbolisant la liberté de la femme est en passe d’être achevé. Il est solide, indestructible. Rendons hommage aux milliers de personnes qui ont contribué à son édification.

93Les quatre pierres angulaires des fondations ont été posées il y a fort longtemps. Nous pouvons lire sur la première : « Nous exigeons pour les femmes le droit à l’éducation car aucun lycée, aucune université ne leur est ouverte » ; sur la deuxième : « Nous exigeons pour les femmes le droit à la liberté religieuse car peu nombreuses sont les églises où elles sont autorisées à prier ou à prêcher » ; sur la troisième : « Nous exigeons pour les femmes le droit à la propriété et la possibilité de gagner décemment leur vie. Seules six activités mal rémunérées leur sont offertes et si elles sont mariées le salaire qu’elles perçoivent leur échappe » ; sur la quatrième : « Nous exigeons la liberté politique et ce qui la représente symboliquement : le droit de vote. »

  • 51 Carrie Chapman Catt évoque ici l’élection présidentielle indirecte.

94Les pierres des fondations sont depuis longtemps recouvertes par la mousse et les moisissures qui les ont envahies avec le temps, et certains ne savent même pas qu’elles existent. Récemment cependant, quatre chapiteaux ont été posés en haut de chacun des piliers correspondant aux pierres angulaires. Sur le premier d’entre eux nous pouvons lire : « Les femmes diplômées du lycée, de faculté et d’université sont légion » ; sur le deuxième : « L’Aventure Chrétienne, organisation religieuse militante non confessionnelle, demande le vote pour les femmes, ainsi que l’Église épiscopale méthodiste, et beaucoup d’autres se joignent au mouvement » ; sur le troisième : « Le montant des biens acquis et possédés par les femmes est estimé à des milliards de dollars, plus de 8 millions de femmes gagnent un salaire. Elles ont désormais accès à toutes les activités » ; sur le quatrième : « Les femmes votent dans 12 États, elles contribuent à sélectionner 91 grands électeurs »51.

95Après les chapiteaux et la corniche vient le toit. La poutre maîtresse fait le lien entre les espaces vides, elle est solidement fixée. Elle n’est pas faite de pierre mais constituée de deux solives qui prennent appui sur la plate-forme formée par les deux partis majoritaires, eux-mêmes soutenus de manière efficace par des planches s’appuyant sur tous les partis minoritaires.

96Nous qui sommes les bâtisseurs de 1916, voyons-nous la crise ? Nous nous tenons sur ces planches disposées tout en haut de ce monument symbolisant la liberté féminine, mais qu’allons-nous faire ? Au-dessus de nos têtes, tout là-haut dans les nuages mais à portée de main, se trouve le toit de notre édifice, le vote. Que devons-nous faire ? Devons-nous passer du temps à admirer les chapiteaux et les corniches ? Devons-nous nous lamenter sur les tragédies qui sont survenues au moment de la pose des pierres angulaires ? Ou bien devons-nous comme les bâtisseurs d’avant entonner « Oh ! Hisse ! Toutes les mains au travail, Oh ! Hisse ! » et tout en chantant, nous saisir du toit qui nous surplombe et le mettre en place une bonne fois pour toutes en tirant dessus puissamment et collectivement ?

97Cette crise est-elle réelle ou imaginaire ? Si elle est réelle, elle exige que l’on agisse tout de suite, de manière audacieuse et décisive.

98Prenons donc la mesure de notre force. Notre cause s’est assuré le soutien de tous les partis politiques. Tous les candidats à la présidence sont suffragistes. Elle a reçu l’appui de la plupart des Églises, elle a gagné l’approbation franche de toutes les grandes organisations féminines. Elle est soutenue par tous les mouvements réformistes, a séduit les progressistes de tous bords. Dans la plupart des États, la majorité des journaux est avec nous. Au sein de chacun des partis politiques, de chaque Église et de chaque mouvement, de grands hommes sont avec nous. Sur la liste des gens qui nous soutiennent, figurent les noms des plus éminents représentants du monde des arts, des sciences, de la littérature, de la philosophie, de la religion et de la politique, hommes ou femmes. Nous n’avons gagné à notre cause aucun réactionnaire d’aucun parti, d’aucune Église, ni d’aucune société et cela n’arrivera jamais. […]

99Nous n’avons gagné à notre cause ni les ignorants ni les illettrés et nous ne pourrons jamais les séduire. Leur intelligence est trop peu développée pour qu’ils comprennent que les institutions d’aujourd’hui ne sont pas celles d’hier et ne seront pas celles de demain.

  • 52 Champ Clark fut président de la Chambre des représentants entre 1911 et 1919. Démocrate, il joua u (...)

100Nous n’avons pas non plus gagné à notre cause les forces du mal et cela n’arrivera jamais. Le mal a toujours été craintif et suspicieux face au changement. Le vote pour les femmes l’effraie et il s’y oppose donc par instinct de préservation. Comme l’honorable Champ Clark52 le disait l’autre jour : « Quelques personnes intelligentes et bonnes sont opposées au vote pour les femmes mais toutes les personnes ignorantes et mauvaises sont contre. »

101Ces trois forces sont les ennemies de notre cause.

102Avant que nous ne remportions le vote pour les femmes, il faudra qu’éclate le conflit entre les forces du progrès, de la vertu et de la démocratie et celles réactionnaires de l’ignorance et du mal. Ce combat-là peut être repoussé, il ne pourra être ni évité, ni éludé. Je n’ai aucun doute sur l’issue du combat.

103Allons-nous nous comporter en lâches et laisser nos filles porter les coups les plus durs ou bien allons-nous nous jeter dans la bagarre, dénuder nos propres épaules face aux coups et ainsi leur laisser en héritage la libération de la femme sur le plan politique ? Nous avons fait le bilan de nos ressources et de nos avancées et nous ne pouvions espérer mieux. Avant l’ultime bataille, nous devons prendre conscience de nos faiblesses. Sommes-nous prêtes à saisir la victoire ? Hélas non ! Notre mouvement ressemble à un grand Niagara, déversant un volume d’eau impressionnant depuis ses chutes, mais n’entraînant aucune roue à aubes. Notre mécanique bien huilée est réglée pour la propagande, non pour la victoire. Ceux qui nous soutiennent portent la bonne parole en faveur de notre cause mais ne se sentent nullement impliqués dans la réalisation de nos projets. Notre mouvement manque de cohésion, d’organisation, d’unité et par conséquent d’élan.

104Les suffragistes sont partout autour de nous, derrière nous, devant nous, elles sont des millions à être inactives et silencieuses. Elles ont été « mobilisées et éduquées » et partagent nos convictions. Des milliers de femmes ont été membres de notre organisation à un moment ou à un autre mais l’ont quittée parce que le mouvement leur paraissait n’avoir aucun impact positif et être proprement inutile. Beaucoup ont choisi d’autres engagements aux résultats plus immédiats : la philanthropie, les œuvres caritatives, le travail sur les lois correctives de tous types, le mouvement de tempérance, l’aide aux femmes qui travaillent et d’innombrables autres services publics du même style. D’autres ont choisi la voie plus agréable de l’engagement dans les clubs de loisir, l’art ou la littérature.

105Des milliers d’autres femmes n’ont jamais su quels combats nous avons dû mener au tout début. Elles ont trouvé de toutes parts des portes ouvertes et ont saisi les occasions offertes. Elles ont trouvé des emplois bien rémunérés correspondant à leurs qualifications, elles ont profité de tous ces bienfaits sans se poser de question ; toutes sans exception espèrent le droit de vote des femmes, mais elles ne ressentent aucune gratitude envers celles qui leur ont ouvert les portes de la liberté économique et ne se sentent nullement obligées d’en ouvrir d’autres pour celles qui viendront après elles.

106D’autres encore, regardant avec crainte par-dessus leur épaule pour s’assurer que personne d’autre ne peut les entendre, nous disent qu’elles espèrent que nous allons gagner, et très vite, mais ont trop peur du « qu’en-dira-t-on » pour nous aider. D’autres encore, sont trop préoccupées par les petites choses de la vie pour nous aider. Elles disent qu’elles pourraient trouver le temps de voter mais ne peuvent se libérer pour travailler à l’avènement du vote. Des hommes attendent aussi qu’on les sollicite, des millions d’hommes. Ces hommes et ces femmes sont nos réservistes. Ce sont surtout des soldats inorganisés qui manquent d’entraînement et ne se sentent investis d’aucune responsabilité dans notre mouvement. Pourtant, ces réservistes doivent être mobilisés. Notre ultime combat a besoin de leur contingent et de l’élan qu’ils sauront apporter. Même si nous ne devions plus faire aucun converti, il y a suffisamment de suffragistes dans ce pays pour qu’ensemble nous créions une dynamique si irrésistible que la victoire sera à notre portée immédiate.

107Comment cela se peut-il ? Il nous suffit de changer d’attitude. Si nous devons remporter la victoire, ce changement doit se faire dans cette salle, ici et maintenant !

108La vieille croyance qui a soutenu les suffragistes dans leurs nombreux moments de découragement, « le vote des femmes est inéluctable», doit céder la place au nouveau credo, « l’Heure de la femme a sonné ». La longue lutte laborieuse que nous avons engagée et l’hostilité cruelle que notre cause a suscitée pendant des années, ont habitué les suffragistes à l’idée d’un ajournement indéfini jusqu’à la victoire finale. Le slogan d’un mouvement donne le ton. L’ancien conseillait la patience, il disait en substance : nous avons le temps ; il pardonnait la paresse et le manque d’enthousiasme. Il donnait le ton d’une campagne dédiée à l’éducation. « L’Heure de la femme a sonné » donne le ton d’une croisade qui parviendra à ses fins. Ce slogan dit : « Réveillez-vous, debout mes sœurs, que vos cœurs se remplissent de joie, la victoire est là. En avant, marche ! »

  • 53 Le nom est mal orthographié : Catt fait référence à John Finley, président de l’université de l’Ét (...)

109Si, comme moi, vous croyez que notre mouvement est en crise, si vous croyez qu’il est temps de faire un dernier effort, si vous percevez l’aube rosée d’un jour nouveau, demandez-vous ce que cela signifie pour vous. N’est-ce pas exaltant ? Le sang ne court-il pas plus vite dans vos veines ? N’est-ce pas porteur d’un sentiment nouveau de liberté, de joie et d’une détermination plus grande ? N’est-il pas vrai que vous qui étiez fatiguées de vos bons et loyaux services et prêtes à rendre les armes il y a peu, êtes désormais prêtes à persévérer jusqu’à ce que le vote soit acquis grâce à l’influence impérieuse de ce nouvel état d’esprit. Le changement doit être mental ! Et son effet sur votre état d’esprit sera aussi ressenti par d’autres. Pour reprendre une expression de l’honorable John Finlay53 : ce dont notre grand mouvement a besoin désormais c’est d’une « mobilisation des esprits », de l’esprit jubilatoire et heureux de la victoire. Alors, sonnons le clairon ici et maintenant afin de rallier les femmes de la Nation : « l’heure de la femme a sonné ». Faisons retentir le son du clairon depuis le quartier général des suffragistes de chaque État en signe d’inauguration d’une campagne d’État. Que cet appel retentisse encore et encore. Qu’il soit repris dans chaque article, dans chaque discours, dans chaque conversation. Que le clairon retentisse encore et encore. Femmes d’Amérique, l’émancipation politique de notre sexe a besoin de vous, levez-vous ! Vous suffit-il que d’autres que vous paient le prix de votre liberté ? Dans les écoles, les bureaux de comptables, les magasins et les fermes, des femmes nous entendront. Celles qui sont à la maison avec un enfant au sein et celles qui ont une carrière dans le public aussi. C’est du vrai sang qui coule dans les veines des femmes américaines. Elles ne sont ni lâches ni fainéantes. Elles répondront à notre appel. Elles n’attendent que le son du clairon leur annonçant que la bataille finale est engagée.

Notes

1 Louise Creighton, engagée dans de nombreuses activités philanthropiques, fut de celles qui rejoignirent les rangs suffragistes en 1906.

2 Dans son discours d’avril 1915 à Liverpool « What is our duty », Emmeline Pankhurst parle du devoir des femmes vis-à-vis de la nation : « Nous n’avons jamais perdu de vue que posséder des droits entraîne de grandes responsabilités et de réels devoirs pour les êtres humains». Republié dans C. Jorgensen-Earp éd., Speeches and Trials of the Militant Suffragettes : The Women’s Social and Political Union, 1903-1918, Madison, Fairleigh Dickinson University Press, 1999, p. 359.

3 The Times, 27 février 1909.

4 The Times, 30 juin 1908. Voir la réponse de la suffragette Ethel Snowden Woman Suffrage in America : A Reply to Mrs Humphry Ward, Keighley, Wadsworth, Rydal Press, 1909.

5 La revue mensuelle Nineteenth Century, créée en 1877 par James Thomas Knowles, était très largement diffusée à l’époque. Elle publiait des articles sur la littérature, la politique et les enjeux de l’époque. On y trouvait également des articles en faveur du droit de vote des femmes. Millicent Fawcett et Mrs Ashton Dilke y publièrent une réponse au plaidoyer de Mrs Humphry.

6 Source : Mrs Humphry Ward et al., « An appeal against female suffrage », Nineteenth Century, no CXLVIII, juin 1889, p. 781-788. Traduction de G. Gâcon.

7 Ces conseils d’administration des écoles, élus par les contribuables, avaient pour tâche de créer des écoles communales (board schools) pour étendre l’éducation primaire, même aux enfants les plus pauvres puisque le conseil pouvait payer leurs droits d’inscription.

8 Ces conseils administraient les maisons des pauvres (workhouses) gérés par la paroisse. Les gardiens (guardians) étaient élus par les contribuables.

9 En italiques dans le texte.

10 Mary Humphry Ward fait référence à la troisième réforme électorale du xixe siècle, en 1884, après les réformes de 1832 et de 1867. En 1884, presque deux tiers des hommes pouvaient alors voter.

11 Pour l’histoire du mouvement contre le droit de vote spécifique à l’État de New York, voir S. Goodier, No Votes for Women : The New York State Anti-Suffrage Movement, Urbana, Chicago et Springfield, University of Illinois Press, 2013.

12 Source : National Association Opposed to Woman Suffrage, « The women’s reasons », The Evening World, New York, 3 novembre 1917. Traduction de C. Delahaye.

13 Cité par P. Greenwood Harrison, Connecting Links : The British and American Woman Suffrage Movements, 1910-1914, Westport, Greenwood, 2000, p. 192.

14 E. Pankhurst, « Kill me, or give me my freedom », discours du 14 juillet 1913 au London Pavilion à Londres, The Suffragette, 18 juillet 1913, p. 677.

15 Source : Emmeline Pankhurst, Why We Are Militant, discours du 21 octobre 1913 à New York, Londres, The Woman’s Press, 1913, p. 5, p. 10-11, p. 13-14. Traduction de B. Bijon.

16 Pankhurst fait écho à la théorie du gouvernement civil de John Locke, fondé sur le consentement de gouvernés et aux pouvoirs limités.

17 Voir le discours du docteur C. W. Mansell-Moulin, vice-président de l’université royale des chirurgiens, « Artificial vs. “forcible feeding” », 18 mars 1913, Kingsway Hall, Londres, The Suffragette, 4 avril 1913, p. 405.

18 C. Lytton, Prisons and Prisoners [1914], Jason Haslam éd., Peterborough, Ont., Broadview Editions, 2008, p. 237. Lors de sa première arrestation, Constance Lytton avait bénéficié d’un traitement de faveur et avait été libérée très rapidement car c’était une aristocrate. Furieuse, elle adopta alors le pseudonyme de Jane Wharton ; lors d’une nouvelle arrestation, avant qu’on ne la reconnût à nouveau, elle fut nourrie de force.

19 Source : Mary R. Richardson, « Force-fed », Laugh a Defiance, Londres, Weidenfeld et Nicholson, 1953, p. 84-85. Le titre de son autobiographie est un extrait du vers 29 du chant suffragette « La Marche des femmes » (texte 19 de l’anthologie), « le rire pour défi » (Laugh a Defiance). Traduction de B. Bijon.

20 Lettre du 15 juillet 1914, citée dans J. Marlow éd., Votes for Women. The Virago Book of Suffragetttes, Londres, Virago Press, 2000, p. 225.

21 La Société fabienne (Fabian Society), fondée à Londres en 1884, était un cercle de réflexion socialiste. Ses membres fondateurs étaient Beatrice Webb, Sydney Webb et George Bernard Shaw.

22 Source : George Bernard Shaw, « We are members one of another », discours du 18 mars 1913 au Kingsway Hall, Londres, The Suffragette, 28 mars 1913, p. 380. Traduction de B. Bijon. Cette expression est une référence biblique, Éphésiens 4:25 : « C’est pourquoi, ayant renoncé au mensonge, que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres. »

23 Dans son discours « Artificial vs. “forcible feeding” », Charles Mansell-Moulin affirmait que parmi les 102 suffragettes en prison, 90 avaient été nourries de force. « Sans nier l’héroïsme des hommes », il affirmait qu’une demi-douzaine d’hommes « seulement » avaient subi le même sort, The Suffragette, 4 avril 1913, p. 405.

24 Voir J. L. Trecker, « The suffrage prisoners », The American Scholar, vol. 41, n3, été 1972, p. 409-423.

25 « President ignores pickets », édition spéciale du New York Times, 11 janvier 1917 ; « Silent, silly and offensive », The New York Times, 11 janvier 1917. 

26 E. L. Roberts et D. B. Wards, « The press, protesters, and presidents », The White House : the First Two Hundred Years, F. Freidel et W. Pencak éd., Boston, Northeastern University Press, 1994, p. 128. 

27 Lettre d’Helen W. Bones à Jessie Wilson Sayre, 19 janvier 1917, Jessie Wilson Sayre Papers, MC216, Box 1, Public Policy Papers, Department of Rare Books and Special Collections, Princeton University Library. Le terme en anglais est « oies » (geese).  

28 « Bluejackets visit Gridiron dinner », The New York Times, 18 février 1917.

29 « The women who are guarding the white house portals », The Washington Post, 4 février 1917.

30 Source : « Miss Paul removed to prison hospital », The New York Times, 19 novembre 1917. Traduction de C. Delahaye.

31 Rose Winslow (Ruza Wenclawska) naquit en Pologne avant d’immigrer aux États-Unis avec sa famille. Elle entra à 11 ans dans une usine de bonneterie en Pennsylvanie, où elle travaillait quatorze heures par jour. Atteinte de tuberculose, elle dut quitter l’usine à 19 ans avant d’entrer au service de la Ligue des consommateurs (National Consumers’ League) et la Ligue pour les syndicats de femmes (Women’s Trade Union League). Elle était souvent présentée par les suffragistes comme le symbole des dures conditions de vie des ouvrières.

32 Il s’agit de Dudley Field Malone, qui avait déjà intercédé en faveur des suffragistes auprès du Président Woodrow Wilson après leurs arrestations en juillet 1917. Malone était proche de Wilson qu’il avait soutenu dans sa campagne de 1912. Pour le remercier, Wilson l’avait nommé Collector of the Port of New York après sa victoire en 1913 : Malone devait collecter les droits de douane sur les produits importés de l’étranger transitant par le port de New York. Malone démissionna en septembre 1917 pour protester contre l’arrestation des suffragistes et s’avéra un indéfectible soutien à leur cause. Il devint avocat du National Woman’s Party. Voir « Malone resigns as collector to aid suffrage », The New York Times, 8 septembre 1917. En 1925, Malone défendit, avec Clarence Darrow, John T. Scopes, poursuivi pour avoir enseigné la théorie de l’évolution à l’école de Dayton, dans le Tennessee.

33 « Patriotism before politics », The Times, 15 août 1914. Cet article cite plusieurs associations suffragistes et anti-suffragistes qui ont suspendu leur activisme dès le début de la guerre.

34 M. Fawcett, What I Remember, Londres, Fisher Unwin, 1924, p. 88-89.

35 Ibid., p. 93-94.

36 Cité par J. Liddington, The Long Road to Greenham : Feminism and Anti-Militarism since 1820, Londres, Virago, 1989, p. 96.

37 Source : Millicent Garrett Fawcett, « The world war and women’s war work », The Women’s Victory – and After : Personal Reminiscences, 1911-1918, Londres, Sidgwick et Jackson, 1920, p. 86-89. Traduction de B. Bijon.

38 Dans son livre, Fawcett insiste à plusieurs reprises sur ces consultations dans les différentes branches du mouvement au sein du pays qui témoignaient de l’organisation et des pratiques démocratiques de l’Union nationale, à la différence de l’autocratisme du WSPU.

39 The Common Cause, publié entre 1909 et 1920, était le journal officiel de la NUWSS.

40 Matthieu, 10:39.

41 Voir T. Croy, « Is determining a critical edition critical ? A critical edition of Carrie Chapman Catt’s 1916 presidential address to the national American woman suffrage Association ». En ligne : [http://terpconnect.umd.edu/~jklumpp/comm712/readings/croy.htm] (consulté le 8 juillet 2013).

42 R. B. Fowler et S. Jones, « Carrie Chapman Catt and the last years of the struggle for woman suffrage : “The winning plan” », Votes for Women : the Struggle for Suffrage Revisited, J. H. Baker éd., New York, Oxford University Press, 2002, p. 130-142.

43 Voir l’analyse d’H. Quanquin, « “The woman’s hour has struck !” : les suffragistes américaines, face à la Première Guerre mondiale, revisitent la guerre de Sécession », La Grande Guerre et le combat féministe, C. Delahaye et S. Ricard éd., Paris, L’Harmattan, 2009, p. 75-92.  

44 Source : « The crisis », The Women’s Journal and Suffrage News, September 16, 1919, p. 299-303. New York Public Library, Manuscripts and Archives Division, Carrie Chapman Catt Papers, MsCol 498 Writings b.5.F.2. Traduction de F. Piégay-Reviron. Ce discours est aussi consultable en ligne, sur le site des archives en communication politique des femmes (Archives of Women’s Political Communication) du Centre Carrie Chapman Catt pour les femmes en politique de l’Université d’État de l’Iowa (Carrie Chapman Catt Center for Women and Politics at Iowa State University). Les archives sont consacrées aux discours politiques des femmes, en ligne : [http://www.womenspeecharchive.org/women/profile/speech/index.cfm?ProfileID=13&SpeechID=436] (consulté le 6 mars 2017).

45 Abigail Kelley abandonna son poste de professeur pour donner des conférences contre l’esclavage et dut subir l’hostilité d’un public qui n’hésitait pas à lui jeter des œufs, des pierres, à cracher sur elle, à l’affubler des surnoms les plus humiliants, tels que « Jezebel », « homme femme », « infidèle ». D. Sterling, « Abby Kelley », The American Radical, M. J. Buhle, P. Buhle et H. J. Kaye éd., New York, Routledge, 1994, p. 41.

46 Ernestine Rose est également évoquée dans le texte d’Emily Collins, « Réminiscences », texte 5 de l’anthologie.

47 Carrie Chapman Catt commet ici une erreur puisqu’il s’agissait d’une convention contre l’esclavage.

48 Antoinette Brown Blackwell (1825-1921) fut l’une des rares combattantes de la première heure qui put exercer le droit de vote après 1920. Militante contre l’esclavage, pour les droits des femmes et pour la tempérance, elle fut la première femme ordonnée pasteur aux États-Unis. En 1853, elle se rendit à la Convention mondiale pour la tempérance (World’s Temperance Convention) à New York en tant que déléguée et dut faire face à l’hostilité des hommes qui ne voulaient pas la laisser s’exprimer. Voir E. Cazden, Antoinette Brown Blackwell : A Biography, Old Westbury, Feminist Press, 1983.

49 Ces deux villes se trouvent dans l’État de New York.

50 Alice Stone Blackwell (1857-1950) était la fille de Lucy Stone et Henry Browne Blackwell et la nièce d’Elizabeth Blackwell.

51 Carrie Chapman Catt évoque ici l’élection présidentielle indirecte.

52 Champ Clark fut président de la Chambre des représentants entre 1911 et 1919. Démocrate, il joua un rôle essentiel pour que le programme législatif du Président Wilson fût adopté.

53 Le nom est mal orthographié : Catt fait référence à John Finley, président de l’université de l’État de New York, qui avait publié un article deux mois avant ce discours sur cette « mobilisation des esprits » qui avait, selon lui, transformé les Européens, voir « America needs mobilization of the spirit », The New York Times, 9 juillet 1916.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search