Version classiqueVersion mobile

Suffragistes et suffragettes

Anthologie

L’espace public

Texte intégral

Les suffragettes britanniques comme lobby politique

TEXTE 15

Présentation

  • 1 C’est la Ligue pour la liberté des femmes qui fut à l’origine de longues campagnes à roulottes pou (...)
  • 2 C. Pankhurst, Unshackled : The Story of How We Won the Vote, Londres, Hutchinson, 1959, p. 75.

1Le texte de Christabel Pankhurst décrit les actions des femmes sur le terrain, à Londres comme dans les régions, et leur rend hommage. Des tournées en roulottes tirées par des chevaux1 en Angleterre, au pays de Galles et en Écosse emmenaient les femmes dans les villages ou à la sortie des usines, où elles faisaient des discours juchées sur des caisses ou des chaises, en face d’auditoires souvent majoritairement masculins et parfois hostiles. Ce que Christabel Pankhurst appelle « l’aspect paisible de [leur] travail » n’avait, bien souvent, rien de reposant : défiant la bienséance victorienne, ces femmes étaient insultées, rudoyées et battues par les foules hostiles comme par les policiers qui les arrêtaient avant de les emmener au poste de police ou au tribunal. Pankhurst elle-même évoqua « l’épreuve »2 que représentaient ces confrontations. Comme le suggère Margaret Wynne Nevinson, il fallait une bonne dose de courage pour prendre ainsi la parole en public :

  • 3 Margaret Wynne Nevinson, citée par J. Marlow éd., Votes for Women. The Virago Book of Suffragettte (...)

Au début je refusais de parler à l’extérieur, au coin des rues, Je n’arrivais pas à surmonter mes préjugés victoriens (cela me paraissait tellement vulgaire), et je me dérobais devant la grossièreté et la violence, les œufs pourris et les détritus.
J’ai commencé en 1906, devant une usine à gaz dans le sud de Londres, et je me souviens encore comment, terrorisée, je fus prise de vertige lorsque je me mis debout sur la carriole et que j’entendis les cris et les moqueries, alors que les hommes, à la sortie de l’usine, s’attroupaient autour de nous par centaines.3

  • 4 Voir illustration v, p. 151.

2Même si ces campagnes soudaient ces jeunes femmes en une communauté d’action, l’expérience était éprouvante4.

3Le texte reflète la façon dont Christabel et Emmeline Pankhurst s’étaient approprié l’histoire du mouvement pour le droit de vote. S’il est vrai qu’à partir du Comité de conciliation, « le mouvement ne cessa de grossir », ce n’est en aucun cas parce que seuls le WSPU et Mrs Pankhurst étaient « partout à la fois dans le pays ». Le travail décrit était effectué par nombre de femmes appartenant à des organisations différentes. N’oublions pas également que ces femmes militaient souvent dans plusieurs organisations en même temps.

Christabel Pankhurst, « Sans entraves » 5

  • 5 Source : Christabel Pankhurst, Unshackled, ouvr. cité, p. 125-127. Traduction de B. Bijon.
  • 6 En 1879, William Gladstone se lança dans la campagne électorale du Midlothian, une circonscription (...)

4Comment puis-je donner une image de tout ce qu’était le travail pour le vote des femmes à l’époque ? Le mouvement ne cessait de grossir ! L’aspect paisible de notre travail (les réunions dans des salles et les rassemblements en plein air, la correspondance, la distribution de tracts, la vente de journaux, les défilés, les manifestations, les entretiens, les campagnes menées lors des élections partielles) s’amplifiait et se développait au fil des années. Mrs Pankhurst semblait être partout à la fois dans le pays. Que représentait la campagne du Midlothian de Gladstone6 en comparaison de la campagne nationale de Mrs Pankhurst ? Les Gladstone, les Chamberlain, les Asquith et Lloyd George ont toujours reçu le soutien sans faille des journaux des partis diffusés dans tout le pays et des plus anciennes organisations représentant ces partis. C’est sans aucun soutien des journaux, si ce n’est de façon occasionnelle et fortuite, que Mrs Pankhurst vainquit, par son seul charme irrésistible, son dévouement et son courage ; et, malgré l’absence de tous les soutiens dont bénéficiaient les responsables politiques, elle réveilla les femmes et souleva la nation tout entière.

  • 7 Votes for Women, le journal officiel du WSPU édité par Emmeline et Frederick Pethick-Lawrence, fut (...)

5Nous devons rendre hommage à nos organisatrices. Elles étaient jeunes pour la plupart, certaines même très jeunes, et tout ce qu’elles accomplirent étonnerait aujourd’hui les jeunes filles et les femmes de notre pays. Parmi les jeunes femmes les plus modernes et les plus compétentes d’après-guerre, aucune ne pourrait surpasser nos jeunes organisatrices, auxquelles, après toutes ces années, je transmets mes remerciements chaleureux et mes salutations. Elles étaient prêtes à tout sacrifier, à tout tenter pour la cause. Qu’elles soient postées dans le nord, le sud, l’est ou l’ouest du pays, elles plantaient le drapeau, installaient un bureau, s’entretenaient avec la presse, faisaient appel aux femmes influentes de la région, prenaient contact avec les différentes organisations politiques, sociales et philanthropiques, informaient la police de leur arrivée et, après avoir annoncé les réunions à la craie sur les trottoirs, vendu Votes for Women7 et distribué des tracts, elles prenaient la parole à des réunions, enrôlaient de nouveaux membres, organisaient d’autres réunions, écrivaient au député local ou le rencontraient, ou bien préparaient des manifestations à l’occasion de la venue de membres du gouvernement et organisaient les campagnes lors des élections partielles. Et, en plus de tout cela, elles collectaient des fonds pour leur campagne locale et envoyaient le solde aux trésoriers de l’organisation ! Grâce à leur compréhension de la politique, elles étaient prêtes à relever tous les défis. Elles étaient capables de s’adresser à 5 000 personnes avec le plus grand calme et, à chaque argument, d’avoir le dessus sur ceux qui s’opposaient au vote ou le remettaient sans cesse à plus tard, qu’il s’agisse de Mr Asquith, de Mr Lloyd George ou de Mr Winston Churchill.

6Dépourvues de toute vanité et d’égocentrisme, ces jeunes femmes raisonnables ne se laissaient pas griser par une notoriété politique bien méritée. Elles se consacraient tout entières à une grande cause dans laquelle elles s’oubliaient elles-mêmes. Méprisant les divertissements, leurs journées étaient longues et les remplissaient de joie, et elles trouvaient leur bonheur au service de la cause et dans la victoire future. La règle était de riposter chaque fois qu’elles étaient accusées de « manquer de féminité » [unwomanliness], d’avoir des « opinions extrémistes », etc. et, à tout moment, de s’en tenir à des dehors de respectabilité, sauf lors de leurs actions militantes.

7En plus de leurs responsabilités et tâches multiples, effectuées avec dévouement et, si possible, bénévolement ou avec le peu d’argent qu’on leur allouait, nos magnifiques organisatrices étaient prêtes, à tout moment, à risquer d’être blessées par une foule excitée ou d’être arrêtées et emprisonnées.

8L’activité suffragiste mettait Londres en ébullition : les réunions à Albert Hall deux fois par an ou plus, les réunions dans l’immense Queen’s Hall tous les lundis après-midi, les rassemblements de masse hebdomadaires à Hyde Park, les grandes ventes de charité [super-bazaars] que nous appelions « expositions » [exhibitions], les réunions qui attiraient des foules dans chaque arrondissement de Londres venaient s’ajouter aux activités centrales du WSPU.

9L’aspect dit constitutionnel du travail de Mrs Pankhurst et de ses partisanes qui, tout au long de ces années, dépassait de loin celui de tous les autres mouvements, suffragistes ou autres, ne sera jamais trop mis en avant, en raison de la fausse impression donnée par certaines personnes que notre mouvement n’était que radical [militant], et que le travail constitutionnel et éducatif pour le droit de vote des femmes était fait par d’autres.

10Quant à l’effort militant radical de 1909, il dépassa tout ce qui s’était passé auparavant. Il y eut davantage de délégations, les emprisonnements furent plus nombreux et les manifestations devant le Parlement augmentèrent ; quant aux défis lancés aux membres du gouvernement, on ne les comptait plus !

TEXTE 16

Présentation

11Sylvia Pankhurst, la sœur de Christabel, décrit la pratique systématique des militantes radicales du WSPU, qui consistait à interrompre les réunions politiques intempestivement en criant à l’orateur : « Quand donnerez-vous le droit de vote aux femmes ? » De nombreuses photos montrent les femmes interpellant les ministres dans la rue.

Sylvia Pankhurst, « Quand donnerez-vous le droit de vote aux femmes ? »8

  • 8 Source : E. Sylvia Pankhurst, The Suffragette Movement. An Intimate Account of Persons and Ideals (...)
  • 9 Clement’s Inn, résidence personnelle de Frederick et Emmeline Pethick-Lawrence qui étaient les fin (...)

12Cela faisait bien longtemps que les membres du gouvernement avaient cessé de prendre la parole à des réunions ouvertes à tous. Le public n’était admis que sur la présentation d’un billet d’entrée que l’on prenait soin de ne distribuer qu’aux sympathisants. Très rapidement, le WSPU eut recours aux faux tickets. Les organisateurs du parti libéral exclurent alors les femmes des réunions, et n’émirent que quelques tickets spéciaux à des sympathisantes dont ils étaient sûrs, comportant le nom et l’adresse des femmes. Pour contourner cette manœuvre, les suffragettes décidèrent d’user de ruse pour assister aux réunions, et pénétraient dans les salles par les fenêtres et restaient cachées. En leur absence, ce sont des hommes qui prenaient le relais et interrompaient les orateurs, bien que ce ne soit qu’à partir de 1910, lorsque l’Union politique des hommes [Men’s Political Union] fut formellement créée et qu’ils jouèrent un rôle de premier plan dans cette pratique. L’interruption des discours des ministres ne se limitait pas aux réunions publiques ; ils étaient admonestés lors de réceptions privées et de cérémonies publiques. Le travail qui consistait à suivre leurs déplacements était primordial ; à Clement’s Inn9, une secrétaire établissait la liste de leurs obligations officielles à partir d’informations récoltées dans d’obscurs journaux ou obtenues de sources confidentielles. Des femmes vêtues de robes élégantes, qui passaient inaperçues au milieu des invités dans des résidences célèbres du tout Londres, saisissaient soudain les ministres par l’épaule et proféraient leur slogan. L’une des femmes qui accomplissaient cette curieuse mission avec le plus de succès était Mrs McLeod, une femme d’âge mûr, dont le petit visage au teint mat ne marquait visiblement jamais la mémoire des inspecteurs de police qui étaient chargés de la sécurité des personnels du gouvernement. Elle arrivait parmi le gratin de la société, l’air innocent et sans défense, et feignait de découvrir qu’elle avait oublié son ticket d’entrée. Posant son regard clair déroutant sur le portier tout en discutant de sa voix traînante et douce, elle n’éveillait aucun soupçon.

Stratégies de communication et société de consommation

TEXTE 17

Présentation

  • 10 J. Van Voris, Carrie Chapman Catt : A Public Life, New York, Feminist Press, 1987, p. 68. Kramers, (...)
  • 11 Son prénom est indifféremment épelé Elinor ou Eleanor.
  • 12 Inez Milholland était une figure importante du mouvement suffragiste américain, menant de nombreus (...)
  • 13 Crystal Eastman était une avocate et militante féministe, socialiste et pacifiste, qui fit partie (...)
  • 14 V. G. Drachman, Sisters in Law : Women Lawyers in Modern American History, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 15 « Mrs Dodge answered », New York Tribune, 2 novembre 1913. Cet article explique que Byrns avait fa (...)
  • 16 « The woman lawyer », art. cité, p. 247.
  • 17 « Peripatetic school for suffrage to be started », The Post Standard, Syracuse, New York, 6 janvie (...)

13Le document présenté ci-dessous est issu du journal Jus Suffragii, également nommé International Woman Suffrage News, qui était la publication mensuelle de l’Alliance internationale pour le droit de vote des femmes (International Woman Suffrage Alliance) créée en 1902. C’est à une réunion à Copenhague en 1906 que fut décidée la publication de cet organe de presse, sous la direction de Martina Kramers qui habitait Rotterdam10. Ce journal entretenait les réseaux transnationaux, permettait aux suffragistes de rester en contact régulièrement et offrait une perspective comparatiste sur les progrès de la cause dans divers pays. Il contenait des revues de presse, des articles sur des questions politiques, économiques et sociales, des recensions, mais surtout des rapports d’activité pour différents pays engagés dans la cause. L’auteure du rapport sur les États-Unis est Elinor Byrns11, responsable des relations avec la presse pour l’Association nationale. Elle avait fait des études de droit à l’université de New York (New York University), aux côtés d’Inez Milholland12 et Crystal Eastman13, d’autres activistes et suffragistes qui étaient ses amies14. Devenue avocate15, elle dénonçait le fait que la loi ne fût plus au service de la justice, mais des puissants et des industriels. Elle reconnaissait qu’en fin de compte, peu d’avocates étaient en faveur de véritables révolutions, mais notait que « la campagne pour le droit de vote et notre lutte pour le féminisme [avaient] développé notre esprit de combat »16. Elle était très engagée dans la campagne que les suffragistes menaient dans l’État de New York et aidait notamment à former les nouvelles recrues17.

14Ce texte rend compte du dynamisme des actions des suffragistes qui étaient sur tous les fronts afin de promouvoir leur cause auprès du public américain, tant auprès de l’opinion publique que de la classe politique. Il propose une synthèse très complète de toutes les actions entreprises, en suivant les saisons et le calendrier parlementaire, au niveau fédéral, mais aussi dans tous les États et les comtés. Il apparaît ainsi que les suffragistes voulaient être sur tous les fronts et souhaitaient être les plus présentes possible sur le terrain de l’action militante. La référence aux séances de formation des suffragistes montre l’importance accordée à la coordination et à la préparation des campagnes, ainsi qu’aux méthodes suffragistes. Mais ce document illustre également les nombreuses difficultés que les suffragistes rencontraient dans leur combat parlementaire et révèle leur ténacité sans cesse renouvelée.

Elinor Byrns, « Rapport d’activités suffragistes »18

  • 18 Source : Jus Suffragii, 10 novembre 1913, vol. 8, n3, p. 22-23. Traduction de C. Delahaye. La ve (...)
  • 19 L’expression en anglais est voiceless speech. Elle renvoie à une technique utilisée par les suffra (...)
  • 20 L’image utilisée en anglais est celle d’un orateur juché sur une caisse ou un cageot provenant des (...)

15Avec l’arrivée du mois d’octobre, la saison du travail en plein air s’achève. Pendant tout l’été, les suffragistes rivalisèrent d’ingéniosité afin de faire entendre leur cause auprès du public à travers les États-Unis, en cultivant l’originalité et sans dépenser trop d’argent. L’appel silencieux19 résonna sur des milliers de plages, dans les parcs, dans les lieux de villégiature, sur les terrains de baseball. Des orateurs juchés sur des tribunes de fortune20 surgirent de toute part dans les villes et les villages, dès qu’une foule pouvait être rassemblée. Il y eut des défilés à cheval, à pied, en roulottes, tandis que les expéditions en voiture pour la cause furent nombreuses, particulièrement en juillet, lorsque les pétitions destinées au Sénat furent apportées à Washington depuis les quatre coins du pays.

16Septembre est le mois où dans les comtés et les États se déroulent les foires, superbe institution américaine qui, comme les suffragistes l’apprirent, fournit la meilleure occasion de l’année pour s’assurer du soutien des fermiers ; le vote des fermiers est généralement décisif pour remporter un scrutin. Les suffragistes établirent des stands ou des tentes à presque toutes ces foires, gaiement pavoisés aux couleurs suffragistes et proposant de la documentation, des fanions, des badges, des gardénias et d’autres nouveaux objets suffragistes. Ces foires incluaient également des discours et des défilés de femmes-sandwiches.

17En somme, la campagne de cet été fut pleine de vie, de couleur et d’enthousiasme. Mais le sérieux inhérent à la cause suffragiste fut révélé par l’entrain avec lequel les femmes se réunirent à New York à la mi-septembre pour suivre l’École du droit de vote [Suffrage School] de Mrs Catt. Mrs Catt avait organisé cette formation de deux semaines dans le but de préparer quelques femmes qui viendraient ensuite travailler pour la campagne dans l’État de New York. À sa grande surprise, cent cinquante femmes originaires de dix-neuf États répondirent présentes, et les réunions publiques attirèrent les foules. L’Anglaise Eva Ward assista à chaque cours avec assiduité. Outre les séances de formation quotidiennes pour apprendre comment organiser une association ou comment parler en public, pour se familiariser avec le travail auprès des parlementaires ou avec le droit constitutionnel, des conférences, auxquelles participèrent certains des hommes et des femmes les plus célèbres des États-Unis – tels que le docteur Anna Howard Shaw, Jane Addams, le docteur Catherine B. Davis, de la maison de correction de Bedford et le docteur Harvey Wiley –, furent organisées le soir. Même les suffragistes les plus aguerries parlent encore du formidable succès de cette école et de l’élan qu’elle donna pour fournir un travail encore meilleur.

18Les élections se dérouleront cette année le 4 novembre, mais elles seront bien moins intéressantes que l’année dernière, lorsque le Kansas, l’Arizona et l’Oregon décidèrent d’accorder le droit de vote aux femmes. Bien qu’il y ait à présent quatre États dont les assemblées législatives ont adopté un amendement permettant aux femmes de voter, il n’y a aucun État dans lequel la question peut être soumise aux électeurs d’ici les prochaines élections législatives de novembre 1914. Dans l’État de New York, en Pennsylvanie, dans l’Iowa, où l’amendement pour le vote a été adopté par une des deux Chambres mais doit être approuvé par l’autre avant d’être soumis aux électeurs, les suffragistes font de la propagande plutôt que de la politique, puisque leurs propositions de loi devront attendre jusqu’à la prochaine session parlementaire qui commence le 1er janvier 1915. Dans le New Jersey, un projet de loi sur le droit de vote a été adopté l’année dernière mais n’a pas été promulgué suivant les dispositions prévues par la loi. Cette erreur est attribuée à la prétendue négligence du rapporteur. Cependant, l’issue est tout aussi fâcheuse que si cette omission avait été intentionnelle, puisque le projet de loi est reporté à l’année prochaine. Les suffragistes du New Jersey sont certaines que ce projet de loi sera à nouveau adopté lors de la session parlementaire de 1914, puisque tous les partis politiques de l’État ont cette année inscrit l’égalité du droit de vote à leur programme. Si l’amendement du New Jersey est adopté en 1914, il doit être approuvé l’année suivante, et pourra être soumis aux électeurs à l’automne 1915.

  • 21 Grace Wilbur Trout fut élue présidente de l’Association pour le droit de vote égalitaire en Illino (...)

19C’est en octobre et novembre que se tiennent les conventions. Les suffragistes, dans de nombreux comtés et États, se réunissent en ce moment afin d’élire leurs représentantes et de préparer leur travail pour l’année prochaine. La convention de l’Illinois promet d’être très stimulante. Remarquez l’accent triomphant de l’appel lancé par la présidente de l’association suffragiste de cet État, Mrs Grace Trout, qui a accompli un travail splendide en amenant la proposition de loi sur le droit de vote partiel devant les parlementaires cette année21 :

Venez vous enquérir et débattre de nos droits politiques et du problème vital qui nous occupe, « la responsabilité et l’utilisation du bulletin de vote ». Venez pleines d’enthousiasme afin d’élaborer une grande campagne de travail en commun dans notre État. Le succès immédiat de notre campagne au niveau national dépendra largement de la manière dont les femmes de l’Illinois utiliseront le bulletin de vote. Nous devons nous organiser pour inscrire sur les listes électorales le plus haut pourcentage de femmes jamais inscrites dans l’histoire du droit de vote. Nous devons nous organiser pour que soit obtenue et respectée la législation pour la justice.

20La convention annuelle de l’Association nationale américaine pour le droit de vote des femmes se tiendra à Washington du 29 novembre au 5 décembre. Le bureau, dont fait partie Mrs Stanley McCormick, qui est également membre du bureau de l’Alliance internationale pour le droit de vote des femmes, a envoyé l’annonce suivante pour la convention :

Pour la quarante-cinquième fois de son histoire, l’Association nationale américaine pour le droit de vote des femmes convoque ses membres à se réunir en conseil. En se rassemblant ainsi, un pas de plus est fait, dans la solidarité, pour que l’émancipation finale des femmes de ce pays soit rendue possible. Cela fait partie du destin de ceux qui œuvrent activement pour une cause réformatrice de ne pas pouvoir complètement discerner l’étendue des changements qu’ils sont en train d’accomplir. Ce n’est qu’une fois le travail accompli, après que le nouvel idéal sera établi et que ses effets largement propagés se concrétiseront, qu’il sera possible de se rendre compte à quel point le travail initial était novateur. Laissez-nous apprécier ce fait aujourd’hui afin que nous puissions non seulement être inspirées, mais également, en voyant clairement où nous allons, que nous puissions accomplir nos derniers pas rapidement, avec assurance, à l’unisson.

  • 22 Ces propos étaient très optimistes ; l’amendement en faveur du droit de vote des femmes fut soumis (...)

21Il est de circonstance que cette convention se déroule dans la capitale nationale la première semaine de la session parlementaire habituelle, car un amendement à la Constitution des États-Unis en faveur du droit de vote des femmes est une des mesures importantes que le Congrès doit examiner. La résolution pour l’amendement fut introduite à la fois au Sénat et à la Chambre le premier jour de la session extraordinaire, qui débuta le 7 avril dernier. Au mois de juin, la commission sénatoriale chargée d’examiner le projet de loi émit un avis favorable sur ce dernier. Le 31 juillet, lorsque des suffragistes issues de tous les États-Unis présentèrent leurs pétitions au Sénat, vingt-deux discours furent prononcés en faveur de l’amendement, et seulement trois contre. Le 18 septembre, le sénateur Wesley Jones de l’État de Washington incita fortement le Sénat à procéder au vote sur cette mesure, affirmant que le droit de vote était revendiqué continuellement et de toute part et qu’il était, de fait, du devoir du Congrès de soumettre l’amendement au vote, que les parlementaires individuels crussent aux mérites de cette proposition ou non. Son superbe discours n’a pas eu à ce jour l’effet escompté, car la loi sur les droits de douane et celle sur la réforme de la monnaie retiennent toute l’attention du Congrès. Tout porte à croire cependant que le Sénat et la Chambre voteront tous deux la mesure concernant le droit de vote avant la fin de l’hiver22. L’amendement proposé doit être adopté par les deux tiers de chaque chambre, et doit être ratifié par la législature de trente-six États sur quarante-huit, ou par convention extraordinaire par le même nombre d’États.

Les suffragistes et la culture populaire

TEXTE 18

Présentation

  • 23 D. Potter, « Music by the “celebrated Mozart” : a Philadelphia publishing tradition, 1794-1861 », (...)
  • 24 B. Stuhler, Gentle Warriors : Clara Ueland and the Minnesota Struggle for Woman Suffrage, St. Paul (...)
  • 25 L. M. Wheeler, A Collection of Suffrage and Temperance Melodies, Minneapolis, Co-Operative Printin (...)

22La chanson sélectionnée ci-dessous est inspirée d’une chanson traditionnelle anglaise, publiée pour la première fois aux États-Unis en 1793 par Benjamin Carr, musicien et éditeur anglais, qui mêlait et adaptait bon nombre de chants révolutionnaires français à des chansons traditionnelles anglaises et américaines23. Les paroles sont de L. May Wheeler, une suffragiste qui militait dans les mouvements pour la tempérance. Elle organisa de nombreuses associations suffragistes dans le Minnesota24. Elle publia un recueil de chansons suffragistes en 188425.

L. May Wheeler, « Mais enfin, qu’est-ce qui ne va pas ? »26

  • 26 Source : L. M. Wheeler, « Oh Dear, What Can the Matter Be ? », paroles extraites du livret d’E. Kn (...)

Mais enfin, qu’est-ce qui ne va pas ?
Voyons, voyons, qu’est-ce qui ne va pas ?
Mais enfin, qu’est-ce qui ne va pas ?
Les femmes veulent le droit de vote.
Les femmes ont un mari – elles sont protégées,
Les femmes ont des fils, par qui elles sont dirigées,
Les femmes ont des pères – elles ne sont pas abandonnées
Mais pourquoi veulent-elles voter ?
Les femmes ont un foyer, c’est là qu’elles doivent travailler
Les femmes ont des enfants, qu’elles doivent faire passer en premier
Les femmes ont tout le temps de connaître tous les voisins et leurs activités
Mais pourquoi veulent-elles voter ?
Les femmes peuvent s’habiller, elles aiment les mondanités
Les femmes ont de l’argent, avec tout ce qu’il peut apporter
Les femmes peuvent prier avec la plus douce des piétés
Mais pourquoi veulent-elles voter ?
Les femmes prêchent aujourd’hui aux pécheurs,
Les femmes soignent les malades par ailleurs,
Les femmes peuvent être censeurs,
Mais pourquoi veulent-elles voter ?
Les femmes voyagent ici et là
Les femmes comme les hommes partout ont un emploi,
Les femmes s’organisent, et affirment qu’à la justice elles ont droit,
Mais pourquoi veulent-elles voter ?
Les femmes ont élevé tous les fils de la patrie
Les femmes ont partagé l’effort que ces enfants ont fourni,
Les femmes ont travaillé pour sauver votre pays
Et c’est pour cela que nous voulons voter !
Mais enfin, qu’est-ce qui ne va pas ?
Voyons, voyons, qu’est-ce qui ne va pas ?
Mais enfin, qu’est-ce qui ne va pas ?
Les hommes veulent tous les bulletins de vote.

TEXTE 19

Présentation

  • 27 Voir E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, ouvr. cité, p. 645- (...)
  • 28 Elizabeth Crawford a identifié au moins douze films qui décrivent les suffragistes de façon comiqu (...)
  • 29 Voir l’analyse que fait Martin Pugh du droit de vote des femmes et de l’opinion publique britanniq (...)

23Cet extrait d’un ragtime américain fut joué et chanté sur Broadway en 1913. Il était très connu à l’époque des deux côtés de l’Atlantique et inspira deux chansons en Grande-Bretagne27. Cette chanson raille les suffragettes puisqu’elle renverse les rôles, les femmes devenant les agresseurs, les hommes ou les spectateurs les victimes. Sa popularité sur la scène du music-hall montre que la figure de la suffragette avait gagné la scène culturelle28. Traditionnellement, le music-hall s’en prenait à tout ce qui représentait la nouveauté, et le mouvement des femmes n’échappait pas à la règle29. Le rythme entraînant du ragtime et l’humour revendiqué des suffragettes ont fait que les femmes se sont approprié nombre de chansons du music-hall lors de leurs réunions ou dans les défilés.

Harry Williams et Nat D. Ayer, « Le ragtime de la suffragette »30

  • 30 Source : Nat D. Ayer (musique) et Harry Williams (paroles), « That Ragtime Suffragette », Londres, (...)

C’est quoi ce bruit sur l’avenue ?

Que fait cette foule à tourner en rond ; quelle cohue !

C’est quoi cet horrible bruit de ferraille ?

Est-ce que c’est un tramway qui déraille ?

Vite, vite, Johnny, va chercher ton fusil,

Dépêche-toi ou t’es mort, fiston.

Ça f’rait trembler Napoléon,

Trembler, trembler d’effroi.

Oh mon dieu, mon dieu, regarde, regarde qui est là.

Elle danse le ragtime, la suffragette,

Mais elle n’est pas simplette.

Elle s’amuse avec des bombes et taquine avec des briques.

Elle danse et se joue de la politique.

Elle danse le ragtime, la suffragette,

Le ragtime de la suffragette.

Et Seigneur, pendant que son mari l’attend à la maison pour dîner,

La voilà qui arpente le pavé.

Et elle crie : « le droit de vote pour les femmes, le droit de vote ».

  • 31 Le vers se termine par « That gette ! » difficilement traduisible en français. Les suffragettes jo (...)

C’est la suffragette qui danse le ragtime. Vous pigez !31

TEXTE 20

Présentation

  • 32 Voir E. Wood et son analyse musicale de la partition, « Performing rights : a sonography of women’ (...)

24La musique était un élément central du mouvement pour le droit de vote. Les musiciennes et chanteuses qui soutenaient la campagne étaient souvent membres de la Ligue des actrices pour le droit de vote (Actresses’ Franchise League) et conjuguaient ainsi théâtre et musique : elles composaient chansons et musiques, comme la « Marseillaise des femmes » en 1909. La musique de « La Marche des femmes » fut écrite par la compositrice Ethel Smyth et les paroles par la dramaturge Cicely Hamilton. Ethel Smyth était une compositrice reconnue lorsqu’elle décida de s’engager aux côtés d’Emmeline Pankhurst et du WSPU en 1910. C’était elle qui fréquemment dirigeait l’orchestre ou les chœurs qui chantaient la Marche. De nombreuses versions existent : en fonction des circonstances, on pouvait entendre la version pour quatuor à cordes, avec accompagnement au piano ou bien un chœur de femmes32. Comme d’autres chants des suffragettes, cette marche était chantée dans les rues lors des manifestations, dans les salons, dans les salles de réunion, devant les prisons lorsque les prisonnières étaient libérées, ou bien encore par les prisonnières elles-mêmes dans la cour des prisons au moment de l’exercice.

  • 33 E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, ouvr. cité, p. 640. Voir (...)
  • 34 Voir la description que fait Sylvia Pankhurst de l’organisation militaire du WSPU lors du défilé d (...)

25Ce chant fut entonné la première fois le samedi 21 janvier 1911, à la galerie de Suffolk Street, au cours d’une soirée organisée pour fêter la remise en liberté des femmes emprisonnées pour avoir manifesté lors des affrontements qui se produisirent le Vendredi noir de novembre 191033. L’aspect militaire de la Marche était en parfaite adéquation avec l’esprit du WSPU et l’organisation martiale des manifestations34 :

  • 35 Contrastant avec la blancheur de leur robe, les femmes du WSPU portaient toutes les couleurs disti (...)

Portez du blanc si possible, et arborez nos couleurs gaies35,

Portez une robe qui frôle le sol.

Portez un petit chapeau.

Soyez ponctuelles.

Apportez des provisions au cas où vous auriez faim.

Laissez un espace de plusieurs mètres devant et derrière chaque banderole.

Défilez le regard droit, comme un soldat dans les rangs.

Défilez en partant toujours du pied gauche.

  • 36 Vote for Women, 9 juin 1911.

N’oubliez pas, lorsque vous tournez à un coin de rue, la première ralentit jusqu’à ce que la dernière passe le coin de la rue à son tour.36

26Les accents militaires et religieux des paroles devaient galvaniser tant les participantes du cortège que le public. Cette marche est un chant de propagande qui est à la fois un hymne et un appel à la lutte.

Cicely Hamilton / Ethel Smyth, « La Marche des femmes »37

  • 37 Source : « The March of the Women », Ethel Smyth (musique) et Cicely Hamilton (paroles), 1911. Tra (...)

1

Clamez, clamez haut votre chant,

Criez avec le vent, car l’aube est proche ;

Marchez et allez de l’avant,

Claque notre étendard, l’espoir s’éveille.

Ce chant, son message, ses rêves splendides,

Voyez leur appel : il est porte-joie !

Écoutez, écoutez comme il enfle :

Il est tonnerre des libertés, voix du Seigneur !

2

Longtemps, longtemps dans le passé

L’effroi nous a privées de la lumière des cieux

Mais maintenant nous voici debout, fortes,

D’une foi sans peur et les yeux grand ouverts,

La force et sa beauté, la Vie et ses devoirs !

(Entendez l’appel, et consentez !)

Oui, c’est tout cela, cela qui nous guide !

Aux feux du jour ouvrez les yeux !

3

À vous salut ! Vous qui avez osé

Osé lancer la lutte, vous débattre et souffrir !

Mépris, dédain : rien ne vous a déviées :

Vous visiez de plus amples lendemains.

Les routes fatigantes, les journées harassantes,

Labeur et souffrances, vous avez tout enduré ;

À vous salut ! Vous voilà victorieuses :

Des braves vous arborez les lauriers.

4

Vivre, lutter… Les deux ne font qu’un.

Seules sont gagnantes audace et foi.

Sans cesse continuer… et vous l’avez fait :

Vous avez d’aujourd’hui préparé la tâche.

Fermes et confiantes, le rire pour défi,

(Rire d’espoir car certaine est l’issue.)

Marchez, marchez, innombrables mais une,

Épaule contre épaule et amie contre amie.

Notes

1 C’est la Ligue pour la liberté des femmes qui fut à l’origine de longues campagnes à roulottes pour porter le message suffragiste dans toute la Grande-Bretagne dès mai 1906.

2 C. Pankhurst, Unshackled : The Story of How We Won the Vote, Londres, Hutchinson, 1959, p. 75.

3 Margaret Wynne Nevinson, citée par J. Marlow éd., Votes for Women. The Virago Book of Suffragetttes, Londres, Virago Press, 2000, p. 56. Helena Swanwick décrit comment, « dans le centre de Manchester, les hommes eurent l’idée charmante de faire semblant de nous prendre pour des prostituées, s’adressant à nous comme, je suppose, des hommes de la sorte s’adressent aux prostituées », ibid., p. 59.

4 Voir illustration v, p. 151.

5 Source : Christabel Pankhurst, Unshackled, ouvr. cité, p. 125-127. Traduction de B. Bijon.

6 En 1879, William Gladstone se lança dans la campagne électorale du Midlothian, une circonscription près d’Édimbourg, afin d’en remporter le siège lors des élections législatives de 1880. La campagne est restée célèbre en raison de ses discours violents à l’égard du gouvernement conservateur au pouvoir, mais également en raison de ses talents d’orateur et de son charisme qui attirèrent les foules et conquirent un large public. Les journaux de l’époque publièrent ses discours, contribuant ainsi à diffuser ses idées. Il remporta le siège et les libéraux gagnèrent les élections. Leader du parti libéral, il devint Premier ministre pour la deuxième fois.

7 Votes for Women, le journal officiel du WSPU édité par Emmeline et Frederick Pethick-Lawrence, fut créé en 1907. En 1912, à la suite de la scission au sein du WSPU, Christabel Pankhurst créa un nouveau journal The Suffragette. La publication de Votes for Women cessa en 1918.

8 Source : E. Sylvia Pankhurst, The Suffragette Movement. An Intimate Account of Persons and Ideals [1931], Londres, Virago Press, 1984, p. 275-276. Traduction de B. Bijon.

9 Clement’s Inn, résidence personnelle de Frederick et Emmeline Pethick-Lawrence qui étaient les financiers et trésoriers du WSPU, devint le quartier général du WSPU.

10 J. Van Voris, Carrie Chapman Catt : A Public Life, New York, Feminist Press, 1987, p. 68. Kramers, qui entretenait une relation d’amour libre avec un homme marié, fut tout simplement évincée du mouvement par Catt, qui décida de transférer les bureaux de Jus Suffragii à Londres et de nommer une nouvelle directrice de rédaction, L. J. Rupp, Worlds of Women : The Making of an International Women’s Movement, Princeton, Princeton University Press, 1997, p. 95.

11 Son prénom est indifféremment épelé Elinor ou Eleanor.

12 Inez Milholland était une figure importante du mouvement suffragiste américain, menant de nombreuses processions à cheval. Elle mourut en 1916 lors d’une tournée de conférences pour la cause dans l’Ouest, voir L. J. Lumsden, Inez : The Life and Times of Inez Milholland, ouvr. cité.

13 Crystal Eastman était une avocate et militante féministe, socialiste et pacifiste, qui fit partie des fondatrices de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (Women’s International League for Peace and Freedom), B. W. Cook éd., Crystal Eastman on Women and Revolution, New York, Oxford University Press, 1978.

14 V. G. Drachman, Sisters in Law : Women Lawyers in Modern American History, Cambridge, Harvard University Press, 1998, p. 137-138.

15 « Mrs Dodge answered », New York Tribune, 2 novembre 1913. Cet article explique que Byrns avait fait tout un travail de recherche sur les nouvelles lois passées dans les États où les femmes pouvaient voter, afin d’essayer d’évaluer leur influence en politique. Cette analyse a été publiée sous le titre « Legislation in equal suffrage states », Woman Suffrage : History, Argument and Results, F. M. Björkman éd., New York, National American Woman Suffrage Association, 1913, p. 111-138. Dans « The woman lawyer », Byrns offre une passionnante analyse de la situation des avocates qui refusent de suivre les modèles de carrière définis par les hommes, The New Republic, 8 janvier 1916, p. 246-247.

16 « The woman lawyer », art. cité, p. 247.

17 « Peripatetic school for suffrage to be started », The Post Standard, Syracuse, New York, 6 janvier 1917.

18 Source : Jus Suffragii, 10 novembre 1913, vol. 8, n3, p. 22-23. Traduction de C. Delahaye. La version publiée en France à l’époque contient une traduction tronquée du texte, qui comporte quelques contresens et maladresses, voir Jus Suffragii, Organe mensuel de l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes, 10 novembre 1913, p. 31-32.

19 L’expression en anglais est voiceless speech. Elle renvoie à une technique utilisée par les suffragistes, qui se tenaient debout en silence, avec des écriteaux demandant le droit de vote. Par exemple, les suffragistes investirent les vitrines d’un grand magasin de Pittsburgh, attirant une foule de curieux, « In “voiceless speech”, feminists plead cause », The Gazette Times, 26 octobre 1913. E. C. DuBois note que c’est l’Union politique de la femme (Woman’s Political Union) à New York qui aurait lancé ce type d’action en janvier 1913, Harriot Stanton Blatch and the Winning of Woman Suffrage, ouvr. cité, p. 153. Voir M. Chapman, Making Noise, Making News : Suffrage Print Culture and U.S. Modernism, New York, Oxford University Press, 2014, p. 54-85.

20 L’image utilisée en anglais est celle d’un orateur juché sur une caisse ou un cageot provenant des cargaisons de savons, une technique utilisée par le mouvement ouvrier au xixe siècle. Ce type de pratique se développa à Londres, notamment à Hyde Park en 1872 (voir illustration v, p. 151).

21 Grace Wilbur Trout fut élue présidente de l’Association pour le droit de vote égalitaire en Illinois (Illinois Equal Suffrage Association) en 1912. Elle réorganisa l’association en instaurant une section dans chaque district et mit en place un impressionnant système de fiches concernant chaque membre du Congrès de l’Illinois. Lorsqu’un projet de loi donnant le droit de vote aux femmes pour élire les grands électeurs et d’autres représentants locaux fut présenté au Congrès de l’Illinois, Grace Trout mobilisa les sections locales qui inondèrent leurs élus de lettres et les appelèrent sans relâche.

22 Ces propos étaient très optimistes ; l’amendement en faveur du droit de vote des femmes fut soumis au vote au Sénat l’année suivante, le 19 mars 1914. Il obtint 35 oui et 34 non, une majorité insuffisante puisqu’un amendement nécessite les deux tiers des votes.

23 D. Potter, « Music by the “celebrated Mozart” : a Philadelphia publishing tradition, 1794-1861 », Music and History : Bridging the Disciplines, J. H. Jackson, S. C. Pelkey éd., Jackson, University Press of Mississippi, 2005, p. 89-90.

24 B. Stuhler, Gentle Warriors : Clara Ueland and the Minnesota Struggle for Woman Suffrage, St. Paul, Minnesota Historical Society Press, 1995, p. 33.

25 L. M. Wheeler, A Collection of Suffrage and Temperance Melodies, Minneapolis, Co-Operative Printing, 1884.

26 Source : L. M. Wheeler, « Oh Dear, What Can the Matter Be ? », paroles extraites du livret d’E. Knight, Songs of the Suffragettes [Folkway Records, 1958], New York, Smithsonian Folkway Recordings, 2004, p. 10. Traduction de C. Delahaye.

27 Voir E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, ouvr. cité, p. 645-646.

28 Elizabeth Crawford a identifié au moins douze films qui décrivent les suffragistes de façon comique, ibid., p. 220-221.

29 Voir l’analyse que fait Martin Pugh du droit de vote des femmes et de l’opinion publique britannique dans The March of the Women. A Revisionist Analysis of the Campaign for Women’s Suffrage, 1866-1914, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 224-231.

30 Source : Nat D. Ayer (musique) et Harry Williams (paroles), « That Ragtime Suffragette », Londres, B. Feldman & co, 1913. On peut entendre un enregistrement de la chanson dans The Blaze of Day : The Suffragette Movement. A Documentary Survey, Audio CD, Pavilion Records, 1992. Traduction de B. Bijon.

31 Le vers se termine par « That gette ! » difficilement traduisible en français. Les suffragettes jouaient avec la prononciation de la dernière syllabe de suffragette, [zet] devenant [get] : on entendait alors « obtenir » le droit de vote. Avec l’inversion de get that, on entend également « Vous pigez ! »

32 Voir E. Wood et son analyse musicale de la partition, « Performing rights : a sonography of women’s suffrage », The Musical Quarterly, vol. 79, no 4, hiver 1995, p. 616-620, en particulier le style « polyphonique [de Smyth] comme expression d’une communauté féministe en construction », p. 616.

33 E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, ouvr. cité, p. 640. Voir également « Militantisme radical », p. ###.

34 Voir la description que fait Sylvia Pankhurst de l’organisation militaire du WSPU lors du défilé du 13 juin 1911, The Suffragette Movement. An Intimate Account of Persons and Ideals, ouvr. cité, p. 283-284 : « Il y avait neuf personnes responsables du service d’ordre, sept personnes responsables des groupes [marshals], trente capitaines [captains] responsables des groupes, quarante responsables des étendards, des centaines de responsables dans les gares, des capitaines et des organisatrices [stewards] pour accueillir les manifestants arrivant de province. Il y avait aussi des sergents, des responsables des orchestres [superintendants], et plus de trois mille porte-drapeaux qui portaient toutes badges et insignes aux couleurs du mouvement. »

35 Contrastant avec la blancheur de leur robe, les femmes du WSPU portaient toutes les couleurs distinctives du mouvement, le violet, le blanc et le vert, sous la forme d’une écharpe, d’un badge ou de rubans.

36 Vote for Women, 9 juin 1911.

37 Source : « The March of the Women », Ethel Smyth (musique) et Cicely Hamilton (paroles), 1911. Traduction de G. Gâcon.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search