Version classiqueVersion mobile

Suffragistes et suffragettes

Anthologie

Le contexte américain

Texte intégral

  • 1 Proceedings of the woman’s rights convention, held at the Broadway Tabernacle, in the City of New (...)

1Les trois premiers textes américains présentés illustrent divers aspects de la lutte pour le droit de vote des femmes au xixe siècle. Le premier, issu de History of Woman Suffrage, est un témoignage d’Emily Collins qui présente ses souvenirs personnels. Elle revient sur son parcours de femme engagée dans les premières organisations suffragistes qu’elle présente comme largement influencées par la convention de Seneca Falls de 1848. Aussi bien le genre du texte, qui pose des questions d’écriture particulières, que ce qu’il dévoile, un parcours à la fois singulier et ancré dans des réalités historiques partagées, permettent une incursion privilégiée dans le combat du xixe siècle, ses modalités et son contexte historique. Le deuxième document est tiré lui aussi de History of Woman Suffrage, et il fut publié en 1853 dans les actes de la convention organisée en septembre de cette année-là à New York1. Il expose l’argumentaire utilisé par l’abolitionniste Charles C. Burleigh afin de démontrer pourquoi les femmes devraient voter : reprenant des arguments utilisés lors de la Révolution américaine, il montre que la question de l’imposition, celle du rôle du gouvernement et de la relation entre individu et gouvernement mises en avant par les Pères fondateurs, peut être repris par le mouvement des femmes. De la même façon que ce texte pose la question de la circulation, de l’adaptation et de la réappropriation d’un discours, celui de la Révolution américaine, il pose également la question de l’engagement des hommes dans un mouvement pour les femmes et des liens essentiels entre la lutte contre l’esclavage et le droit de vote des femmes. Enfin, le dernier document est un discours prononcé par Susan B. Anthony après son arrestation en 1872 pour avoir essayé de voter lors de l’élection présidentielle. Ce discours fonde son argumentaire sur l’interprétation de la Constitution américaine, et il met en lumière l’importance de la guerre de Sécession et des débats sur la citoyenneté et le droit de vote qui en découlèrent dans un contexte de changements législatifs et constitutionnels. Ces trois documents présentent ainsi l’ancrage du mouvement pour le droit de vote dans un contexte historique précis, depuis ses débuts jusqu’aux années 1870.

Les droits des femmes après Seneca Falls

TEXTE 5

Présentation

  • 2 P. et M. J. Buhle éd., The Concise History of Woman Suffrage : Selections from History of Woman Su (...)
  • 3 Il est par ailleurs intéressant de remarquer que ce témoignage est très souvent cité dans de nombr (...)

2Dans l’introduction à leur recueil de textes issus de History of Woman Suffrage, les historiens Paul et Mari Jo Buhle expliquent leur processus de sélection des sources, et notent que les réminiscences personnelles d’Emily Collins et de Clarina Howard Nichols, qu’ils ont choisi de ne pas inclure dans leur ouvrage, étaient détachées du contexte politique qui aurait permis d’inscrire leur expérience personnelle dans le récit général du mouvement2. Il nous semble au contraire que le parcours d’Emily Collins illustre l’engagement de nombreuses femmes du xixe siècle, qui se trouvèrent aux prises avec la politique de leur époque et ses multiples enjeux, et que son témoignage précieux mérite qu’on y prête attention3.

  • 4 « Woman suffragists celebrate », The New York Times, 1er juillet 1894. Cette affirmation est histo (...)
  • 5 Ces informations sont issues d’un portrait d’Emily Collins, A Woman of the Century, F. Willard et (...)

3En 1894, Emily Collins fut décrite par le New York Times comme la première femme ayant envoyé une pétition à l’assemblée de New York en 18494. Cet article fournit une biographie de Collins : née en 1814 à Bristol, dans l’État de New York, d’un père ayant servi dans l’armée révolutionnaire, elle fut éduquée au Lima Seminary et enseigna avant de se marier. Son salaire était alors le même que celui donné aux hommes, chose exceptionnelle pour l’époque5. Elle servit comme infirmière volontaire en Virginie pendant la guerre de Sécession, accompagnée de ses deux fils, et organisa des associations suffragistes, d’abord à Bristol, puis à Hartford, dans le Connecticut, ainsi qu’en Louisiane après 1869. En 1879, alors que la Louisiane cherchait à se doter d’une nouvelle constitution, un essai d’Emily Collins fut lu pendant les débats et reçut des commentaires favorables dans les journaux de la Nouvelle-Orléans. En 1885, elle créa à Hartford une association pour promouvoir les droits des femmes, et publia des articles dans les journaux locaux en faveur des droits des femmes sous le pseudonyme de « Justitia ».

4Son engagement dans de nombreux mouvements de réforme, tels que l’abolitionnisme, les droits des femmes, la lutte contre l’alcoolisme, est à l’image des combats menés par beaucoup de femmes, tant sur le plan de leur diversité que des modes d’action choisis, notamment la plume, mais aussi la création d’associations locales. Le sentiment d’injustice exprimé ici par Emily Collins, face à toutes les limitations imposées aux femmes, est partagé par de nombreuses femmes de cette époque. La description saisissante du sort cruel qui est alors réservé à la gent féminine est particulièrement frappante.

  • 6 A. F. Scott, The Southern Lady : From Pedestal to Politics, 1830-1930, Chicago, University of Chic (...)
  • 7 À la suite de la guerre de Sécession et du XVe amendement, qui donna le droit de vote aux hommes a (...)

5Ce texte permet de mettre en lumière de nombreux points : il montre tout d’abord la présence d’une conscience politique, que la lecture et l’échange nourrissent, mais qui est cependant présentée comme innée par l’auteur qui, dès son plus jeune âge, déplore les limites imposées aux femmes. Emily Collins note l’importance que revêtent pour elle la résonance de son combat et la prise de conscience que d’autres femmes partagent ses idées et son engagement. Ce témoignage illustre ainsi l’importance que prennent les réseaux, formels ou non, et les organisations locales, régionales et nationales, afin de permettre un décloisonnement et une circulation des idées. Briser l’isolement est essentiel, notamment dans les comtés ruraux ou dans le Sud6. La diffusion des textes et des discours, par le biais de publications et de conférences est ainsi centrale, tout comme le sont les échanges, les rencontres ou la correspondance qui permettent de partager et de confronter des opinions. Les thèmes développés par Emily Collins sont récurrents dans le discours des suffragistes et de ceux qui défendent les droits des femmes : l’assujettissement des femmes, le poids des conventions sociales, de la religion et de la maternité. Ce témoignage montre également l’importance que revêtit la convention de Seneca Falls et son retentissement dans l’État de New York. Toutefois, ce récit qui met l’accent sur l’importance de Seneca Falls, publié à la fin du xixe siècle par celles qui sont dépositaires de cette mémoire collective, est à considérer avec précaution. Il participe d’un processus de mythification de Seneca Falls et, surtout, de son impact que les suffragistes mettent en avant dans une période où leur combat est fragilisé et leur mouvement divisé7.

Emily Collins, « Réminiscences »8

  • 8 Source : Emily Collins, « Reminiscences », E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage éd., History (...)

6Je naquis et vécus presque quarante années à South Bristol, dans le comté d’Ontario, l’un des endroits les plus reculés de l’Ouest de l’État de New York ; mais dès que je fus en âge de raisonner, je désirai ardemment cette liberté de pensée et d’action qui était alors refusée à toutes les femmes. Mon esprit se révoltait contre les coutumes de la société et les lois de l’État qui réduisaient mes aspirations à néant et m’empêchaient de poursuivre tout objet digne d’un esprit rationnel et intelligent. Mais il me fallut attendre cette réunion des pionnières de la cause à Seneca Falls en 1848, qui donna une voix et une forme à notre colère, pour me décider enfin à agir. Alors je rassemblai quelques femmes du voisinage et formai une Société pour l’égalité du droit de vote [Equal Suffrage Society], et envoyai des pétitions à notre assemblée de l’État de New York ; mais nos efforts eurent peu de retentissement au-delà de notre cercle, puisque nous n’avions pas vraiment de contact avec qui que ce soit, pas même avec les journaux. Cependant, il y avait assez d’injustice dans notre horizon, si limité fût-il, pour créer une insurrection des esprits.

  • 9 La documentation du Centre national de ressources textuelles et lexicales atteste l’existence de c (...)
  • 10 Selon le droit coutumier anglais appliqué dans les colonies américaines (English Common Law), un m (...)
  • 11 Ces citations sont issues du Nouveau Testament, Épître de Paul aux Éphésiens 5:22-23, p. 209, Épît (...)

7À cette époque, dans les campagnes, on avait souvent recours au châtiment corporel pour faire valoir la suprématie d’un époux, et cela était souvent considéré par la plupart des gens comme tout à fait juste et convenable, comme l’étaient les corrections infligées aux enfants réfractaires. Je me souviens dans mon propre voisinage d’un homme, chef de groupe et exhorteur9 de l’Église méthodiste locale, qui était considéré comme un citoyen respectable et qui battait sa femme régulièrement avec une cravache. Il disait que cela était nécessaire, afin qu’elle continuât à lui obéir, et parce qu’elle lui faisait trop de reproches. Et pourtant, cette femme, entourée de six ou sept enfants en bas âge qu’elle devait laver, habiller, nourrir, et dont elle devait s’occuper jour et nuit, était obligée de filer et tisser des vêtements pour toute la famille. Elle devait traire les vaches, faire du beurre et du fromage, faire toute la cuisine, la lessive, coudre et repriser pour toute la famille, devait subir les souffrances de la maternité tous les dix-huit mois. Elle était fouettée par son mari, « parce qu’elle lui faisait trop de reproches ». Et de grâce, pourquoi n’aurait-il pas dû la châtier ? Les lois lui en donnaient le droit10, et la Bible, telle qu’elle était interprétée, lui en donnait le devoir. Il est vrai que les femmes se plaignaient du sort difficile qui leur était réservé ; mais on estimait que ce dernier avait été imposé par un décret divin, puisque des injonctions telles que « Le mari est le chef de la femme », « Femmes, soyez soumises à vos maris », et « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme cela se doit selon le Seigneur »11, leur faisaient considérer leur sort comme inévitable et estimer que c’était aller contre la loi de Dieu que d’y résister. Il en est toujours ainsi : là où la théologie enchaîne l’âme, le tyran asservit le corps. Mais quelqu’un qui connaît un tant soit peu les lois qui gouvernent notre être, celles de l’hérédité et de l’influence prénatale, peut-il alors s’étonner que nos cellules et nos cachots soient remplis de criminels, et nos hôpitaux de spécimens de l’humanité malade ? Tant que les mères de la race [mothers of the race] seront soumises à des conditions aussi fâcheuses, notre race ne pourra jamais s’améliorer naturellement. Les hommes font preuve d’un peu de bon sens lorsqu’ils élèvent des animaux, mais pas lorsqu’ils élèvent ceux de leur propre espèce.

8Pendant toute la lutte contre l’esclavage, chaque mot qui dénonçait les injustices subies par l’esclave du Sud pouvait selon moi tout autant s’appliquer aux injustices subies par mon propre sexe. Chaque argument en faveur de l’émancipation de l’homme de couleur était également valable pour celle des femmes ; et j’étais étonnée du fait que tous les abolitionnistes ne vissent pas que la condition des deux classes fut similaire.

  • 12 Ernestine L. Rose, née Ernestine L. Potowski (1810-1892), quitta sa Pologne natale pour Berlin, la (...)
  • 13 Margaret Fuller (1810-1850), journaliste et écrivain, était amie avec Ralph Waldo Emerson et engag (...)
  • 14 L’orthographe du nom varie selon les éditions des textes entre Hurlburt et Hurlbert. Le juge Hurlb (...)

9Je lisais, avec un immense intérêt, tout ce qui indiquait que l’opinion publique ou privée s’éveillait à l’idée que la femme n’occupait point la position qui lui revenait de droit dans l’organisation de la société ; lorsque je lus les conférences d’Ernestine L. Rose12 et les écrits de Margaret Fuller13, et m’aperçus que d’autres femmes partageaient les mêmes idées qui bouillonnaient dans mon propre cerveau, et me rendis compte que je n’étais pas seule, mon cœur sauta de joie ! Les arguments de ce juriste distingué, le juge Hurlburt14, m’encouragèrent à espérer que les hommes finiraient par voir que notre cause était juste, et concéderaient aux femmes leurs droits naturels.

  • 15 Elizabeth Blackwell (1821-1910) fut effectivement la première femme à obtenir un diplôme professio (...)
  • 16 La réponse d’Elizabeth Blackwell apparaît ici dans le texte original.

10Je saluais avec joie toute aspiration des femmes pour que s’élargisse leur sphère d’action ; lorsqu’au début de l’année 1848, j’appris que Miss Elizabeth Blackwell15 avait été admise comme étudiante à la faculté de médecine de Geneva, dans l’État de New York, première femme à obtenir ce privilège aux États-Unis, connaissant les remous de la vindicte publique qu’elle dut affronter, je ne pus m’empêcher de lui écrire une lettre d’approbation et d’encouragement. […]16

11Mais ce furent les comptes rendus de la convention de 1848 à Seneca Falls qui, pour la première fois, canalisèrent les efforts de nombreuses femmes, lesquelles commencèrent à sentir l’avilissement de leur condition d’assujettissement et ses effets funestes sur la race humaine. Elles virent alors la nécessité de l’action collective, afin d’obtenir le droit de vote, seule clef qui pourrait ouvrir la porte de leur prison. […]

  • 17 En traduisant nigger par « nègre », nous avons choisi d’ancrer notre traduction dans son contexte (...)

12Notre cercle était composé d’une quinzaine ou d’une vingtaine de femmes, et nous nous réunissions tous les quinze jours, à tour de rôle, dans les salons de l’une ou de l’autre, afin de discuter et d’échanger nos idées. Je fus nommée présidente, Mrs Sophia Allen vice-présidente, Mrs Horace Pennell trésorière, et l’une des nombreuses jeunes femmes qui étaient membres fut secrétaire. Mr Horace Pennell et sa femme étaient parmi les membres les plus actifs. Nous préparâmes une pétition à l’intention de l’assemblée [de l’État de New York] pour réclamer le droit de vote pour les femmes, et obtînmes dans notre ville et celles des alentours la signature de soixante-deux personnes, hommes et femmes, parmi les plus intelligentes, puis l’envoyâmes à nos représentants à Albany. Jugée ridicule et absurde par la législature, notre pétition fut mise sur un coin de table. Nous introduisîmes la question dans les clubs de débats, qui étaient à cette époque des institutions très fréquentées dans les campagnes, et nous cherchâmes à susciter de l’intérêt pour le sujet par tous les moyens. Je trouvai qu’un grand nombre d’hommes, spécialement ceux des classes plus élevées, étaient disposés à accorder l’égalité des droits à notre sexe. Et, à présent, comme le tribut le plus haut que je puisse payer à la mémoire d’un mari, je dois dire qu’au cours de nos trente-cinq ans de vie commune je fus soutenue cordialement par le mien dans ma défense du droit des femmes. Parmi les membres de mon propre sexe, j’en ai trouvé beaucoup trop sur lesquels des années de répression avaient laissé une telle empreinte que, tout naturellement, leurs idées et leurs aspirations étaient limitées aux confins de la « sphère de la Femme » [Woman’s sphere], au-delà desquels il n’était pas seulement impie, mais infâme, de s’aventurer. À cette époque, la « sphère de la Femme », signifiait accomplir les devoirs d’une maîtresse de maison, manier l’aiguille, et enseigner dans une école primaire ou une école de jeunes filles. La presse, la chaire, la tribune apprenaient à la femme qu’être « inconnue était pour elle l’honneur le plus haut », que « la dépendance était sa meilleure protection », et « sa faiblesse le plus adorable des charmes ». Elle n’avait besoin que d’un minimum d’intelligence pour comprendre la supériorité de son époux et lui obéir en toute chose. Il n’est donc pas surprenant que j’entendisse souvent les termes « forte tête », « masculine », comme autant d’épithètes chargées d’opprobre, utilisées à l’encontre des femmes réformistes, par leur propre sexe et par les hommes : c’est là un autre exemple de l’effet abrutissant de la sujétion sur l’esprit, parfaitement parallèle à celle que subissent les esclaves du Sud, parmi lesquels l’expression la plus méprisante était « nègres17 libres ». Notre Association pour l’égalité des droits continua à organiser ses réunions pendant environ un peu plus d’un an, puis elles finirent par être suspendues à cause du mauvais temps et des difficultés à se réunir dans les campagnes. Cependant, nous continuâmes à envoyer des pétitions à l’assemblée pour que soit supprimé tout ce qui désavantageait les femmes.

Arguments pour le droit de vote des femmes

TEXTE 6

Présentation

  • 18 Notons cependant que le début de ce discours est attribué à Lucretia Mott par D. Greene, Lucretia (...)
  • 19 H. Sigerman, Elizabeth Cady Stanton : The Right Is Ours, New York, Oxford University Press, 2001, (...)

13Après Seneca Falls en 1848, les rencontres entre les partisans des droits des femmes se multiplièrent et elles prirent la forme de conventions, au niveau local ou national. La première convention nationale fut organisée à Worcester, dans le Massachussetts, en 1850. Ce deuxième texte est l’extrait d’un discours prononcé au cours de la convention pour les droits de la femme organisée à New York les 6 et 7 septembre 185318. Cette convention fut surnommée la « Convention des émeutes » (Mob Convention), car les défenseurs des droits de femmes se trouvèrent confrontés à une foule hostile qui envahit l’église où ils étaient réunis, et chercha bruyamment à les empêcher de parler19. Beaucoup de participants et de participantes se souvinrent de cette convention comme étant la plus violente, à la mesure de l’impopularité du mouvement et de son audace. La transgression que représentaient les droits des femmes ainsi que la prise de parole en leur faveur sont donc ici au centre de tous les enjeux.

  • 20 William Lloyd Garrison prononça un discours lors de ses funérailles devant plus de 1 200 personnes (...)
  • 21 I. V. Brown, « An antislavery agent : C. C. Burleigh in Pennsylvania, 1836-1837 », The Pennsylvani (...)
  • 22 D. Grimsted, American Mobbing, 1828-1861 : Toward Civil War, New York et Oxford, Oxford University (...)
  • 23 R. Terborg-Penn, African American Women in the Struggle for the Vote, 1850-1920, Bloomington, Indi (...)
  • 24 « Women’s rights convention », The New York Times, 7 septembre 1853.
  • 25 S. Hayes Ward, The History of the Broadway Tabernacle Church, New York, Broadway Tabernacle Church (...)
  • 26 Charles Grandison Finney (1792-1875) fut une figure centrale du deuxième grand réveil. Il autorisa (...)
  • 27 C. A. Kolmerten, The American Life of Ernestine L. Rose, Syracuse, New York, Syracuse University P (...)

14L’homme qui prend la parole, Charles Burleigh, était un fervent abolitionniste. Abandonnant sa carrière d’avocat pour se consacrer à la lutte contre l’esclavage, il devint rapidement un orateur célèbre20. Charles Burleigh était aussi connu pour son excentricité : il refusait de se couper la barbe ou les cheveux et s’habillait de haillons, affirmant qu’il n’irait voir le barbier que lorsque l’esclavage serait aboli21. Mais cette allure négligée dissimulait un esprit hors pair, et tous s’accordaient à dire que personne ne faisait le poids face à lui lors de débats ni n’égalait ses talents d’organisateur22. À la convention pour les droits des femmes, il représentait le Connecticut et fut élu vice-président de la convention présidée par Lucretia Mott, aux côtés de nombreux autres vice-présidents tels qu’Ernestine Rose ou William Lloyd Garrison. Lucy Stone, Wendell Phillips, Susan B. Anthony étaient également présents, ainsi que Sojourner Truth23. Cette convention, réunissant 300 à 400 personnes selon le New York Times qui donna un compte rendu très détaillé de cette rencontre24, se déroula au sein du Broadway Tabernacle, église presbytérienne, centre de la lutte contre l’esclavage à New York dès les années 183025. Ce document montre les croisements entre mouvement abolitionniste, mouvement du réveil protestant et lutte pour le droit de vote des femmes, incarnés par ce lieu de rencontre et de débats situé dans un quartier où nouveaux commerces et théâtres se développèrent à partir des années 1830. L’architecture même de l’endroit, conçu comme un auditorium, avait été influencée par les idées du célèbre pasteur presbytérien Charles G. Finney26 ; elle privilégiait l’acoustique et le rapport avec le public. Les correspondances et résonances entre les différents mouvements de réforme qui agitaient la société américaine sont aussi rendues tangibles par la synchronie, puisqu’au même moment furent organisés à New York une convention internationale pour la tempérance ainsi que des rassemblements contre l’esclavage27.

  • 28 J. Halgren Kilde, When Church Became Theatre : The Transformation of Evangelical Architecture and (...)
  • 29 Charles Burleigh fut témoin de l’héroïsme dont firent preuve les femmes de Boston face à une foule (...)
  • 30 « Woman’s rights convention », The New York Times, 7 septembre 1853.

15Ce texte frappe tout d’abord par sa théâtralité. Les parenthèses indiquant les réactions du public à la fin de chaque paragraphe rappellent les comptes rendus des débats parlementaires et s’apparentent à des didascalies qui plongent le lecteur dans l’ambiance de ce temple dont la construction avait été inspirée par l’amphithéâtre classique28. Le ton du texte, qui tient davantage de la harangue ou du sermon dont les réactions du public font partie, participe de cette théâtralité. Ces réactions, ainsi que le ton employé, montrent également que la prise de parole ne va pas de soi. Les orateurs sont souvent interrompus, et les réactions hostiles du public qui siffle ou insulte les tribuns illustrent la subversion et la prise de risque que représentent leurs positions29. Lorsque Charles Burleigh s’avance pour parler, le New York Times note qu’il est accueilli par des huées et qu’à la fin de son discours exposant les trois raisons pour lesquelles les femmes devraient voter, un homme se lève et répond qu’il connaît trois raisons pour lesquelles les hommes devraient voter, et une pour laquelle les femmes ne le devraient pas, simplement l’appartenance à leur sexe30. Outre l’agitation qui caractérise cette convention, ce document montre également un argumentaire en faveur du droit de vote des femmes, qui rappelle des éléments issus de la déclaration de Seneca Falls et de la Révolution américaine : la nécessité de coupler imposition et représentation, de faire de la loi et du gouvernement un instrument de protection des individus, de leur personne et de leurs biens. Ainsi, les termes utilisés rappellent ceux des textes fondateurs.

Charles Burleigh, [« Pourquoi les femmes devraient-elles voter ? »]31

  • 31 Source : Charles Burleigh, History of Woman Suffrage, E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, (...)

16Pourquoi les femmes devraient-elles voter ? En premier lieu, la femme devrait voter parce qu’il lui faut supporter sa part du fardeau qu’impose le gouvernement né du droit de vote. Cette seule raison ne suffit-elle pas amplement aux yeux de tout homme honnête et juste ? Imposition et représentation vont de pair : c’est là un principe de notre corps politique. La femme est-elle représentée ? Non. La femme est-elle imposée ? Oui. Comment cela se fait-il ? Est-ce cohérent avec le fait que la femme travaille ? Et si elle ne travaille pas, cet état de fait est-il normal ? Est-il juste ? La pression fiscale pèse autant sur la femme que sur son frère ; mais c’est ce dernier qui possède l’entier pouvoir de la répartir ; et la femme doit, jusqu’à la fin de ses jours, en supporter le poids, sans jamais rien savoir de l’utilisation qui en est faite, sans jamais avoir son mot à dire. À quelle justice avons-nous à faire ? Si la femme était exemptée de ce fardeau, l’exemption serait alors un argument pour l’autre camp ; quoique cette démonstration ne résiste pas à un examen approfondi : en effet, d’autres principes tout aussi immuables démontrent que ni l’exemption, ni la représentation, ne forment une condition nécessaire pour pouvoir faire partie du corps politique. Mais là où n’existe aucune exemption, mais où au contraire règne une stricte répartition de la charge fiscale et où, dans le même temps, aucune représentation n’est possible, l’injustice atteint des sommets d’absurdité. (Rires et vivats.)

  • 32 Burleigh fait ici référence à la déclaration d’indépendance des États-Unis qui définit les droits (...)

17En deuxième lieu, la femme devrait voter parce qu’elle devrait être à même de partager ces bénéfices que le gouvernement a pour rôle d’octroyer à ceux qu’il gouverne. Elle a des biens que le gouvernement doit protéger, elle est une personne qu’il doit défendre, elle a des droits qu’il est contraint de lui garantir. Si l’âge d’or était advenu, s’il n’existait pas sur terre des réalités telles que l’égoïsme, si les seuls sentiments de vérité et de justice animaient en priorité l’esprit de tout homme et inspiraient la conduite des actions de tout homme, alors oui, la femme pourrait s’en remettre à l’homme ; elle pourrait dès lors compter sur lui pour que lui soient garantis ces avantages gouvernementaux qui lui sont dus en tant que partie intégrante de la communauté dans son ensemble. Mais est-ce là la réalité ? Hélas ! On n’en est pas là ! Et tant qu’il en sera ainsi, l’injustice ignoble des lois qui excluent les femmes et leur refusent le droit de participer à leur élaboration (alors que ces mêmes lois sont l’unique garantie des avantages dont elles devraient bénéficier), ne cessera jamais d’exiger de tous les hommes la nécessité d’une purification. L’un des grands desseins de tout gouvernement, l’une des fortes considérations qui, à elle seule, rend supportables les restrictions imposées, c’est l’assurance donnée aux administrés que la somme de leur bonheur32, et même de leur liberté, se trouvera, par le biais de restrictions individuelles, augmentée dans son ensemble. Elle offre un avantage à la société, ou plutôt, à chacun des membres qui la composent : « Donnez-moi peu, et je vous le rendrai au centuple. » Et chacun de verser son écot au pot commun, de s’intéresser au bien commun, ce qui exige une surveillance étroite. La femme est-elle à même de considérer l’intérêt capital, vital de ce qui est en jeu pour elle ? Elle qui essentiellement est la plus tendre, la plus sensible des créatures, elle qui ressent le plus vivement l’injustice, l’insulte, l’oppression, tout ce qui blesse sa nature de femme, peut-elle prêter toute son attention à l’élimination de ces questions essentielles qui lui vont droit au cœur ? Et bien, une fois réduite à sa nature réelle, l’injustice paraît atroce au point de n’être pas pensable, et si nous n’étions pas au fait des réalités, nous aurions du mal à croire que l’homme, conçu à l’image de son Créateur, puisse violer la justice d’aussi barbare manière. Assurément, aucune obligation morale ne soumet la femme à des lois qui, sans avoir reçu son aval, estiment contrôler chacune de ses actions, chacun de ses mots, et même chacune de ses pensées. La gestion de ses biens, de sa personne, de tous ses droits, de ses sentiments les plus sacrés, tout lui est imposé par décrets ; et pourtant, elle n’a pas voix au chapitre, n’a aucun poids pour décider de la nature de ces décrets. (L’assistance tape du pied et gronde.)

18En troisième lieu, la femme a le droit de voter car elle est soumise à toutes les peines qu’impose le gouvernement. Non seulement elle lui confie – ou, plus exactement, le gouvernement la force à lui confier – la garde de sa personne, de ses biens, de ses droits et de tous ses intérêts les plus chers, mais le gouvernement va encore plus loin : de la sorte, il rajoute un chaînon (malgré tout parfaitement superflu) à cette infrangible chaîne d’arguments qu’il fournit pour imposer l’injustice dont il est l’auteur. Il n’est pas, par rapport à la femme, simplement passif ou inerte ; il se fait l’arbitre actif de son destin ; il s’accorde le pouvoir de s’emparer d’elle, de l’emprisonner, de lui ôter la vie, la vie de quelqu’un qui n’a passé avec lui aucun contrat accordant un aussi terrible pouvoir, la vie de quelqu’un qui n’a jamais approuvé les lois qui lui octroient une telle suprématie sur la femme ! Tous les principes déjà en application se présentent ici avec peut-être une force accrue, comme étant les arbitres d’une question considérée peut-être par certains d’un intérêt décisif, encore qu’il n’en soit pas de même pour la femme : depuis quand, en effet, la femme a-t-elle attribué à la vie plus de valeur qu’à la tendresse, à la confiance en ses talents domestiques, et à l’affection ? (Rires soutenus.)

Le droit de vote et le XIVe amendement33

TEXTE 7

Présentation

  • 34 « Woman suffrage : trial of Miss Susan B. Anthony for illegal voting – the testimony and the argum (...)
  • 35 Ces chiffres sont donnés par l’article « Miss Anthony pleased that her case if to come properly be (...)
  • 36 Cette loi fédérale de 1870 (Enforcement Act) visait à protéger les droits politiques des Africains (...)
  • 37 An Account of the Proceedings on the Trial of Susan B. Anthony, Rochester, Daily Democrat and Chro (...)
  • 38 Matilda Joslyn Gage était une figure très importante du mouvement américain pour les droits des fe (...)
  • 39 Publication du 17 septembre 2008. Ce discours de Susan B. Anthony est aux côtés de textes de Socra (...)

19Ce discours de Susan B. Anthony fut prononcé dans de nombreux districts de l’État de New York, après l’arrestation de cette dernière pour avoir essayé de voter lors de l’élection présidentielle de 187234. Avec quinze autres femmes35, elle avait en effet réussi à se faire inscrire sur les listes électorales de Rochester, dans l’État de New York, en arguant que le XIVe amendement permettait aux femmes de voter, puisque ce dernier garantissait la citoyenneté à toute personne née sur le territoire américain et réfutait toute discrimination envers les citoyens. Anthony fut arrêtée plus tard pour avoir voté illégalement et violé une loi fédérale adoptée en 1870 qui précisait qu’un individu ne pouvait pas voter sans en avoir le droit36, et condamnée à payer cent dollars, somme dont elle ne s’acquitta jamais. Ce procès fit grand bruit et Susan B. Anthony profita de la publicité obtenue pour faire entendre sa cause avant le début des audiences, en organisant une véritable tournée dans plusieurs districts de l’État de New York pour expliquer son combat contre le gouvernement37, avec l’aide de Matilda Joslyn Gage38. Ce discours a été reconnu par le Times en 2008 comme l’un des plus grands discours de tous les temps39.

  • 40 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls : Memory and the Women’s Suffrage Movement, 1848-1898, Chape (...)
  • 41 Le XVe amendement, ratifié en 1870, donne le droit de vote à tous les citoyens américains.

20Figure essentielle et matricielle du mouvement pour le droit de vote des femmes, Susan B. Anthony naquit en 1820 dans une famille quakeresse et reçut une éducation prônant l’indépendance et la tolérance. Enseignante, Anthony commença sa carrière publique en tant que conférencière pour la Société américaine contre l’esclavage et le mouvement pour la tempérance. Elle se tourna vers les droits des femmes en 1852, après qu’on lui eut refusé la permission de parler à un rassemblement pour la tempérance. Elle se rapprocha alors d’Elizabeth Cady Stanton et elles organisèrent des conventions nationales dans différents États, présentèrent des pétitions aux législatures et firent pression sur le Congrès. Après la guerre de Sécession, Anthony travailla sans relâche avec Stanton afin qu’un amendement à la Constitution américaine garantissant le droit de vote pour tous fût adopté. En 1866, elle établit aux côtés de Lucy Stone, Frederick Douglass et Elizabeth Cady Stanton l’Association américaine pour l’égalité des droits (American Equal Rights Association, ou AERA), qui combattait pour les droits des femmes ainsi que pour ceux des Africains-Américains. Mais l’AERA fut divisée dès sa création sur la question de la priorité à donner à ses objectifs et sur les modalités d’une campagne qui manquait de réalisme politique pour certains40. Les débats autour du XVe amendement41 firent éclater la fragile coalition d’après-guerre. La convention de l’AERA de mai 1869 sonna le glas de l’organisation : quelques jours après, Stanton et Anthony créèrent l’Association nationale pour le droit de vote des femmes (National Woman Suffrage Association, ou NWSA) et Lucy Stone fonda l’Association pour le droit de vote de la femme américaine (American Woman Suffrage Association, ou AWSA) en novembre de la même année.

  • 42 Pour la version non tronquée, voir E. C. DuBois éd., Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony : C (...)
  • 43 Victoria Woodhull fut une figure admirée, critiquée, controversée et sa vie fut pleine de rebondis (...)
  • 44 J. H. Baker, Sisters : The Lives of America’s Suffragists, New York, Hill and Wang, 2005, p. 81. W (...)

21Ce discours, présenté ici dans une version abrégée42, révèle les problématiques et le contexte hérités de la guerre de Sécession. Après la guerre, l’adoption des XIVe et XVe amendements représenta un tournant dans la lutte pour le droit de vote des femmes, puisque le mouvement se divisa autour de cette question. Fallait-il soutenir ou non le droit de vote des hommes africains-américains ? La définition de la citoyenneté d’après le XIVe amendement et l’accès des femmes à cette dernière étaient alors en jeu. Susan B. Anthony et d’autres utilisèrent ces amendements pour arguer que les femmes avaient bien le droit de vote. Deux ans auparavant, Victoria Woodhull43 avait argumenté devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants à Washington (Judiciary Committee of the House of Representatives) que les femmes étaient bien des personnes qui étaient nées aux États-Unis ou naturalisées, et que le droit de vote leur était acquis44. Ainsi, selon les suffragistes, la citoyenneté était un statut politique qui ne connaissait pas de distinction selon le sexe. Elles s’opposaient dès lors à la seconde section du XIVe amendement, qui stipulait que les habitants des États concernés par les élections étaient des hommes. Ce sont donc des questions d’herméneutique politique qui se jouent ici. Comment comprendre les textes fondateurs ? Comment interpréter les catégories politiques ? Les talents d’écriture de Susan B. Anthony apparaissent dans la vivacité de son argumentation et de sa vision.

Susan B. Anthony, « Argument constitutionnel »45

  • 45 Source : Susan B. Anthony, « Constitutional Argument », I. H. Harper, Life and Works of Susan B. A (...)

22Mes chers amis et chers concitoyens, me voici devant vous ce soir accusée d’avoir commis un crime : celui d’avoir voté à la dernière élection présidentielle sans en avoir légalement le droit. Il m’incombera ce soir de vous prouver qu’en votant de la sorte, je n’ai non seulement commis aucun crime, mais, bien au contraire, j’ai simplement exercé mon droit de citoyenne, droit qui m’est garanti, ainsi qu’à tous les citoyens des États-Unis, par notre Constitution nationale, et qu’aucun État n’a le pouvoir de refuser. […]

23Le préambule de la Constitution fédérale dit :

24« Nous, le peuple des États-Unis, afin de former une Union plus parfaite, afin d’établir la justice, d’assurer la paix civile, de pourvoir à une défense commune, de promouvoir le bien-être de tous et d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à nos descendants, nous ordonnons et instituons la présente Constitution pour les États-Unis d’Amérique. »

25Il s’agit de nous, le peuple ; et non nous, les citoyens mâles blancs ; et pas nous, les citoyens mâles non plus ; mais bien nous, le peuple tout entier, qui formons l’Union. Et nous l’avons formée, non pas pour accorder les bienfaits de la liberté, mais pour les garantir ; non pas pour la moitié de nous-mêmes et la moitié de notre descendance, mais pour le peuple tout entier – les femmes comme les hommes. Et c’est une véritable mascarade de parler aux femmes de leur jouissance des bienfaits de la liberté alors qu’on les prive de l’usage du seul moyen qu’offre le gouvernement démocratique-républicain pour les obtenir : le bulletin de vote [ballot]. […]

  • 46 Il s’agit d’une référence à la déclaration d’indépendance américaine de 1776, reprise par les femm (...)
  • 47 Ces propos de Susan B. Anthony semblent une véritable justification de l’esclavage. Anthony fut po (...)

26Qu’un État fasse du sexe une restriction qui doit avoir pour conséquence la privation des droits électoraux pour toute une moitié de la population, c’est adopter un décret de confiscation de biens et de mort civile, ou une loi à effet rétroactif, et c’est donc une violation de la loi suprême du pays. De cette manière, les bienfaits de la liberté sont pour toujours refusés aux femmes et à leur descendance féminine. Pour elles, ce gouvernement n’a pas la légitimité d’un pouvoir émanant du consentement des gouvernés46. Pour elles, ce gouvernement n’est pas une démocratie. Ce n’est pas une république. C’est une aristocratie odieuse, une oligarchie exécrable fondée sur le sexe, l’aristocratie la plus exécrable jamais établie à la surface du globe ; une oligarchie de la richesse, où les riches gouvernent les pauvres. On peut se résigner à une oligarchie du savoir, où ceux qui sont éduqués gouvernent les ignorants, ou même une oligarchie de race, où les Saxons gouvernent les Africains47 ; mais cette oligarchie de sexe, qui fait des pères, des frères, des maris, des fils, des oligarques gouvernant leurs mères, leurs sœurs, leurs épouses et leurs filles dans chaque foyer, qui consacre les hommes souverains et les femmes sujets, amène la dissension, la discorde et la rébellion dans chaque foyer de la nation. […]

  • 48 Susan B. Anthony cite ces lexicographes afin de souligner l’importance du sens et de l’usage des m (...)

27Webster, Worcester et Bouvier48 définissent tous le citoyen comme une personne aux États-Unis qui a le droit de voter et d’occuper une fonction élective. […]

28La seule question qu’il reste à élucider à présent est la suivante : les femmes sont-elles des personnes ? Et j’ai peine à croire que l’un de nos opposants osera dire qu’elles ne le sont point. Étant des personnes, donc, les femmes ont accès à la citoyenneté ; et aucun État n’a le droit de faire passer de loi, ni de faire appliquer aucune loi ancienne qui restreindrait leurs privilèges ou protections. De là, toute discrimination envers les femmes dans les constitutions et les lois de plusieurs États est nulle et non avenue, comme le sont précisément toutes celles envers les Noirs.

Notes

1 Proceedings of the woman’s rights convention, held at the Broadway Tabernacle, in the City of New York, New York, Fowlers and Wells Publishers, 1853.

2 P. et M. J. Buhle éd., The Concise History of Woman Suffrage : Selections from History of Woman Suffrage [1978], Urbana, University of Illinois Press, 2005, p. xxix.

3 Il est par ailleurs intéressant de remarquer que ce témoignage est très souvent cité dans de nombreux ouvrages, tandis que peu d’historien(ne)s se sont intéressé(e)s de près à son parcours en dehors de ce récit publié.

4 « Woman suffragists celebrate », The New York Times, 1er juillet 1894. Cette affirmation est historiquement incorrecte, puisque la première trace d’une pétition de femmes réclamant le droit de vote dans l’État de New York date de 1846.

5 Ces informations sont issues d’un portrait d’Emily Collins, A Woman of the Century, F. Willard et M. A. Livermore éd., Buffalo et New York, Charles Wells Moulton, 1893, p. 193-194.

6 A. F. Scott, The Southern Lady : From Pedestal to Politics, 1830-1930, Chicago, University of Chicago Press, 1970. Scott montre bien l’isolement des femmes du Sud qui est lié à l’absence de tissu urbain.

7 À la suite de la guerre de Sécession et du XVe amendement, qui donna le droit de vote aux hommes africains-américains, le mouvement se divisa en deux organisations distinctes, l’une soutenant cet amendement, l’autre s’y opposant. Les deux organisations se réconcilièrent et fusionnèrent en 1890.

8 Source : Emily Collins, « Reminiscences », E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage éd., History of Woman Suffrage, vol. 1, chapter V [1881], Rochester, Charles Mann, 1887, p. 88-93. Traduction de C. Delahaye.

9 La documentation du Centre national de ressources textuelles et lexicales atteste l’existence de ce rare dérivé du verbe « exhorter », en ligne : [http://www.cnrtl.fr/definition/exhorter] (consulté le 2 mars 2017).

10 Selon le droit coutumier anglais appliqué dans les colonies américaines (English Common Law), un mari avait le droit de punir sa femme physiquement si les séquelles n’étaient pas irrémédiables (mais les puritains interdisaient tout châtiment corporel entre mari et femme). Au cours du xixe siècle, plusieurs décisions de justice affirmèrent le droit d’un époux de battre sa femme, dont Calvin Bradley v. The State of Mississippi en 1824, State (of North Carolina) v. Jesse Black en 1864 et Robbins v. State of Alabama en 1852. Voir R. B. Siegel, « “The rule of love” : wife beating as prerogative and privacy », Yale Law Journal, vol. 105, 1996, p. 2117-2206. Un mouvement contre le châtiment corporel se développa au xixe siècle, et la première loi contre le droit d’un mari de battre son épouse fut adoptée en 1850 dans le Tennessee. L’abolition du droit du mari de battre sa femme faisait partie des revendications exprimées dans la déclaration de Seneca Falls de 1848. Voir E. Pleck, Domestic Tyranny : The Making of American Social Policy against Family Violence from Colonial Times to the Present [1987], Urbana, University of Illinois Press, 2004.

11 Ces citations sont issues du Nouveau Testament, Épître de Paul aux Éphésiens 5:22-23, p. 209, Épître de Paul aux Colossiens 3:18, p. 216, La Bible, version synodale, Lausanne, La Concorde, 1965 [1910].

12 Ernestine L. Rose, née Ernestine L. Potowski (1810-1892), quitta sa Pologne natale pour Berlin, la Hollande, l’Angleterre, puis les États-Unis où elle arriva en 1836. Influencée par la philosophie socialiste utopique de Robert Owen, Rose était athée, féministe et abolitionniste. Elle voyagea partout pour des conférences sur l’abolitionnisme, les droits des femmes, la tolérance religieuse, parfois au péril de sa vie. En 1854, elle présida la convention nationale pour les droits des femmes. Voir C. A. Kolmerten, The American Life of Ernestine Rose, Syracuse, Syracuse University Press, 1999. Dans une lettre à Susan B. Anthony de juin 1869, Lucretia Mott exprime son immense admiration pour Rose, non seulement pour ses qualités morales telles que son honnêteté ou sa rectitude, mais aussi pour ses opinions politiques radicales, ainsi que pour ses talents d’oratrice exceptionnels, B. W. Palmer éd., Selected Letters of Lucretia Coffin Mott, Urbana, University of Illinois Press, 2002, p. 417.

13 Margaret Fuller (1810-1850), journaliste et écrivain, était amie avec Ralph Waldo Emerson et engagée dans le mouvement transcendentaliste. Elle fut recrutée en 1844 par le New York Tribune et devint ainsi une des premières femmes employée dans un grand quotidien. Son œuvre majeure est Women in the Nineteenth Century, publiée en 1845, qui affirme la nécessité de donner aux femmes davantage de libertés, afin que l’humanité puisse progresser. Elle encourage les femmes à chercher davantage d’autonomie et d’indépendance intellectuelle, développant une argumentation qui prend la forme du sermon. Fuller voulait écrire « comme un homme, sur le monde de l’intellect et de l’action », et non comme une femme, « sur l’amour, l’espoir, et la déception », J. Von Mehren, Minerva and the Muse : A Life of Margaret Fuller, Amherst, University of Massachusetts Press, 1994, p. 3.

14 L’orthographe du nom varie selon les éditions des textes entre Hurlburt et Hurlbert. Le juge Hurlburt fut décrit par Elizabeth Cady Stanton, lors de son allocution devant la législature de l’État de New York le 20 février 1854, comme un ancien membre de la Cour suprême, ayant écrit un ouvrage intitulé Human Rights, dans lequel il dénonçait la position de l’assemblée, E. Frost-Knappman et K. Cullen-DuPont, Women’s Suffrage in America [1992], New York, Facts on File, 2005, p. 382. Elle évoque également une anecdote selon laquelle, au cours d’un dîner à Albany, elle fut la seule avec le juge à soutenir le droit de vote des femmes ; grâce à leur habileté rhétorique, ils parvinrent à tourner en ridicule le discours du sénateur Seward, fervent opposant aux droits des femmes, Eighty Years and More, 1815-1897 : Reminiscences of Elizabeth Cady Stanton, New York, European Publishing Company, 1898, p. 197-198.

15 Elizabeth Blackwell (1821-1910) fut effectivement la première femme à obtenir un diplôme professionnel de médecin en 1849. Née en Angleterre, elle émigra aux États-Unis avec sa famille à l’âge de 11 ans, et fut enseignante avant de devenir médecin. Elle établit le centre infirmier pour les femmes et les enfants de New York (New York Infirmary for Women and Children), et joua un rôle important d’organisation et de coordination du travail des infirmières pendant la guerre de Sécession, avant de créer une école d’infirmières. E. Blackwell, Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women, Londres et New York, Longman, Greens and Company, 1895.

16 La réponse d’Elizabeth Blackwell apparaît ici dans le texte original.

17 En traduisant nigger par « nègre », nous avons choisi d’ancrer notre traduction dans son contexte historique, malgré la connotation indéniablement raciste de ce terme.

18 Notons cependant que le début de ce discours est attribué à Lucretia Mott par D. Greene, Lucretia Mott : Her Complete Speeches and Sermons, New York et Toronto, The Edwin Mellen Press, 1980, p. 207.

19 H. Sigerman, Elizabeth Cady Stanton : The Right Is Ours, New York, Oxford University Press, 2001, p. 65. La Convention des émeutes fut le surnom donné à cette convention, à cause des insultes proférées et des injonctions disant aux femmes d’aller au lit, de boire un verre ou de se taire en des termes vulgaires, qui choquèrent Lucretia Mott. Celle-ci confia à une amie qu’elle n’avait jamais entendu pareilles insultes, à aucun rassemblement.

20 William Lloyd Garrison prononça un discours lors de ses funérailles devant plus de 1 200 personnes, « Funeral of C. C. Burleigh », The New York Times, 17 juin 1878.

21 I. V. Brown, « An antislavery agent : C. C. Burleigh in Pennsylvania, 1836-1837 », The Pennsylvania Magazine of History and Biography, vol. 105, no 1, janvier 1981, p. 66.

22 D. Grimsted, American Mobbing, 1828-1861 : Toward Civil War, New York et Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 52.

23 R. Terborg-Penn, African American Women in the Struggle for the Vote, 1850-1920, Bloomington, Indiana University Press, 1998, p. 16. Le New York Tribune rapporte que lorsque Sojourner Truth rejoignit la tribune, elle fut accueillie par des rires, des quolibets et des applaudissements ironiques, New York Daily Tribune, 8 septembre 1853.

24 « Women’s rights convention », The New York Times, 7 septembre 1853.

25 S. Hayes Ward, The History of the Broadway Tabernacle Church, New York, Broadway Tabernacle Church, 1901, p. xi-xii.

26 Charles Grandison Finney (1792-1875) fut une figure centrale du deuxième grand réveil. Il autorisait les femmes à prier à voix haute aux côtés des hommes. Il enseigna à Oberlin College dans l’Ohio, première institution de l’enseignement supérieur à accueillir femmes et Africains-Américains. Il en fut le président de 1851 à 1866.

27 C. A. Kolmerten, The American Life of Ernestine L. Rose, Syracuse, New York, Syracuse University Press, 1999, p. 111-112.

28 J. Halgren Kilde, When Church Became Theatre : The Transformation of Evangelical Architecture and Worship in Nineteenth Century America, New York, Oxford University Press, 2002, p. 43.

29 Charles Burleigh fut témoin de l’héroïsme dont firent preuve les femmes de Boston face à une foule violente contre les abolitionnistes. Voir C. Williams, « The female antislavery movement : fighting against racial prejudice and promoting women’s rights in antebellum America », The Abolitionist Sisterhood : Women’s Political Culture in Antebellum America, J. Fagan Yellin et J. C. Van Horne éd., Ithaca, Cornell University Press, 1994, p. 170.

30 « Woman’s rights convention », The New York Times, 7 septembre 1853.

31 Source : Charles Burleigh, History of Woman Suffrage, E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage, ouvr. cité, vol. 1, chap. xiv, p. 558-560 ; Proceedings of the Woman’s Rights Convention, held at the Broadway Tabernacle, in the city of New York, New York, Fowlers and Wells, Publishers, 1853. Traduction de G. Gâcon.

32 Burleigh fait ici référence à la déclaration d’indépendance des États-Unis qui définit les droits inaliénables que sont la vie, la liberté, et la quête du bonheur (life, liberty, and the pursuit of happiness).

33 Ratifié en 1868, le XIVe amendement garantit la citoyenneté à toutes les personnes nées sur le territoire américain et affirme l’égalité des citoyens devant la loi. Il fut adopté après la guerre de Sécession afin que les anciens esclaves puissent jouir pleinement de leurs droits. La section 2 de l’amendement définit les citoyens comme masculins.

34 « Woman suffrage : trial of Miss Susan B. Anthony for illegal voting – the testimony and the arguments », The New York Times, 18 juin 1873 et « Miss Susan B. Anthony fined $ 100 and costs for illegal voting », The New York Times, 20 juin 1873. N. E. H. Hull, The Woman Who Dared to Vote : The Trial of Susan B. Anthony, Lawrence, University Press of Kansas, 2012.

35 Ces chiffres sont donnés par l’article « Miss Anthony pleased that her case if to come properly before the courts », The New York Times, 19 novembre 1872. On trouve de nombreuses disparités pour ces derniers.

36 Cette loi fédérale de 1870 (Enforcement Act) visait à protéger les droits politiques des Africains-Américains dans les États du Sud, en empêchant notamment la fraude électorale et les électeurs fictifs. Ce fut plus précisément au nom de la section 19 qu’Anthony fut poursuivie, qui stipule qu’une personne cherchant à voter sans en avoir le droit légal commet un crime passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement maximum et d’une amende de 500 dollars.

37 An Account of the Proceedings on the Trial of Susan B. Anthony, Rochester, Daily Democrat and Chronicle Book Print, 1874, p. 179.

38 Matilda Joslyn Gage était une figure très importante du mouvement américain pour les droits des femmes au xixe siècle, tant pour son activisme que pour sa contribution théorique et intellectuelle. Elle fut en 1869 l’une des fondatrices de la NWSA (National Woman Suffrage Association), dont elle fut successivement secrétaire, vice-présidente et présidente. Elle écrivit la déclaration des droits des femmes de 1876 (Declaration of Rights of Women of 1876) avec Elizabeth Cady Stanton, et participa à la rédaction des trois premiers volumes de History of Woman Suffrage. Opposée à la fusion en 1890 des deux organisations suffragistes qu’étaient la NWSA et la AWSA (American Woman Suffrage Association), Gage créa son propre groupe, l’Union libérale nationale de la femme (Woman’s National Liberal Union), radicalement opposé au rôle de l’Église et de l’État dans la domination masculine. Elle dénonça cette collusion dans son ouvrage de 1893, Woman, Church and State : The Original Exposé of Male Collaboration against the Female Sex. Voir S. R. Wagner, Matilda Joslyn Gage : Forgotten Feminist, Aberdeen, Sky Carrier Press, 1994 et L. R. Brammer, Excluded from Suffrage History : Matilda Joslyn Gage, Nineteenth Century American Feminist, Westport, Greenwood Press, 2000.

39 Publication du 17 septembre 2008. Ce discours de Susan B. Anthony est aux côtés de textes de Socrate, Abraham Lincoln, Winston Churchill, Ronald Reagan ou Martin Luther King, en ligne : [http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1841228_1841749_1841738,00.html] (consulté le 2 mars 2017).

40 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls : Memory and the Women’s Suffrage Movement, 1848-1898, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2014, p. 20-37.

41 Le XVe amendement, ratifié en 1870, donne le droit de vote à tous les citoyens américains.

42 Pour la version non tronquée, voir E. C. DuBois éd., Elizabeth Cady Stanton – Susan B. Anthony : Correspondence, Writings, Speeches, New York, Schocken Books, 1981, p. 152-165.

43 Victoria Woodhull fut une figure admirée, critiquée, controversée et sa vie fut pleine de rebondissements : née dans la pauvreté, elle fut la première femme à avoir sa propre société de courtage à Wall Street. Elle soutenait la cause des femmes, revendiquait l’amour libre et promouvait le socialisme. Elle exprimait ses idées qui choquaient la société victorienne dans son propre journal qu’elle publiait avec sa sœur, Woodhull and Claflin’s Weekly. En 1872, elle fut désignée candidate à la présidence des États-Unis par le Parti de l’égalité des droits (Equal Rights Party), un groupe dissident qui avait quitté la NWSA. Woodhull ne put voter mais recueillit 5 % des votes. Sa réputation sulfureuse et les conséquences d’un scandale lié à la publication d’un article dans Woodhull and Claflin’s Weekly révélant la liaison entre les suffragistes Henry Ward Beecher et Elizabeth Tilton amenèrent Victoria Woodhull à émigrer à Londres en 1877, où elle apporta son soutien aux Pankhurst par la suite. Voir A. Frisken, Victoria Woodhull’s Sexual Revolution : Political Theater and the Popular Press in Nineteenth-Century America, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004 et N. Blondeau et J. P. Feuillebois, Victoria la scandaleuse, Paris, Le Livre de Poche, 1980.

44 J. H. Baker, Sisters : The Lives of America’s Suffragists, New York, Hill and Wang, 2005, p. 81. Woodhull faisait référence au texte du XIVe amendement qui utilisait le terme de « personne ».

45 Source : Susan B. Anthony, « Constitutional Argument », I. H. Harper, Life and Works of Susan B. Anthony, vol. 2, Indianapolis et Kansas City, Bowen-Merrill, 1898, p. 977-984. Traduction de C. Delahaye.

46 Il s’agit d’une référence à la déclaration d’indépendance américaine de 1776, reprise par les femmes dans la déclaration de Seneca Falls de 1848.

47 Ces propos de Susan B. Anthony semblent une véritable justification de l’esclavage. Anthony fut pourtant une fervente abolitionniste. Mais, à la suite de l’adoption du XVe amendement, certains de ses discours furent clairement racistes, par exemple dans le Women’s Tribune du 1er avril 1888, dans lequel elle opposa les femmes qui étaient nées sur le sol américain, payaient des impôts et étaient intelligentes et instruites aux hommes des plantations ignares, L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls, ouvr. cité, note 46, p. 236.

48 Susan B. Anthony cite ces lexicographes afin de souligner l’importance du sens et de l’usage des mots.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search