Version classiqueVersion mobile

Suffragistes et suffragettes

Anthologie

Le contexte britannique

Texte intégral

1Le droit politique comme un des droits fondamentaux propres à chaque être humain est central à l’idée de progrès héritée des Lumières. Les quatre premiers textes britanniques sélectionnés s’inscrivent tous dans cet idéal. Le premier texte est la pétition présentée le 7 juillet 1866, qui fut la première d’une longue série de pétitions présentées à la Chambre des communes au cours de la campagne pour le droit de vote des femmes, afin de demander l’égalité de la représentation politique entre les hommes et les femmes. Cette pétition et la discussion du droit de vote des femmes à la Chambre des communes à l’occasion de la seconde réforme électorale marquèrent le début de la campagne suffragiste.

  • 1 Ce paradoxe et cette injustice sont constamment mis en évidence par les suffragistes. Voir le text (...)

2Les trois textes suivants s’inscrivent dans le sillage de cette pétition et abordent la question de la représentation politique des femmes dont John Stuart Mill se fit un des porte-voix au Parlement : ils valorisent la dignité et les droits de l’individu ainsi que l’émancipation individuelle, tout en dénonçant l’injustice politique faite aux femmes propriétaires. À l’époque, la loi autorisait les femmes à être propriétaires mais les privait du droit de vote et, ce faisant, les ramenait au rang des criminels, des aliénés et des mineurs1. Les voix de Barbara Bodichon, de Millicent Fawcett et d’Helen Taylor permettent ainsi de retracer les premiers pas de la lutte pour le droit de vote des femmes. Le texte de Barbara Bodichon fait entendre la voix d’une figure centrale du mouvement, qui était engagée dans d’autres combats. Les textes de Millicent Fawcett et d’Helen Taylor représentent deux positionnements différents : Millicent Fawcett met en avant certaines qualités féminines supérieures qui, selon elle, rendent les femmes particulièrement aptes à exercer des fonctions politiques, tandis qu’Helen Taylor prône une égalité politique totale entre les hommes et les femmes. Il est notable que les revendications se limitent à la représentation parlementaire pour les femmes non mariées uniquement, une demande restrictive qui perdura tout au long de la campagne chez nombre de suffragistes. Ces textes font entendre un argumentaire logique et précis qui en appelle aux grands principes du droit incarnés par la Constitution britannique ; ils ont été des étapes fondamentales et ont fait entendre un discours et une rhétorique rationnels pour convaincre les opposants au droit de vote des femmes et faire sortir les femmes de leur invisibilité politique. Pour ces femmes, la voie parlementaire était le seul chemin qui pût mener aux réformes pour redresser les inégalités faites aux femmes dans les domaines sociaux, économiques, juridiques et culturels.

Pétition

TEXTE 1

Présentation

3La situation des femmes britanniques au milieu du xixe siècle est une « anomalie flagrante », selon la pétition du 7 juillet 1866 signée par 1499 femmes et présentée « au nom de Barbara L. S. Bodichon et d’autres » au député John Stuart Mill, le 7 juillet 1866. Cette « anomalie », expression reprise de façon récurrente dans la littérature suffragiste, évoque la situation paradoxale des femmes, ce corps sans voix « respectable, sérieux et indépendant appartenant à l’État », comme l’affirme Bodichon dans le second texte. Les femmes pouvaient en effet se faire élire à de nombreux postes publics et celles qui étaient propriétaires s’acquittaient des impôts ; dans les usines de textile et les filatures de coton, elles étaient la cheville ouvrière de la machine économique et, pourtant, elles n’avaient aucune représentation nationale.

  • 2 Bessie Rayner Parker (1829-1925), journaliste, était l’auteure de Remarks on the Education of Girl (...)
  • 3 Clementia Taylor (1810-1909) avait un positionnement radical à l’égard du droit de vote des femmes (...)
  • 4 E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, Londres, UCL Press, 1999 (...)

4Dès la fin des années 1850, un groupe d’amies qui œuvraient pour la cause des femmes, Barbara Bodichon, Bessie Rayner Parkes et Emily Davies2 fondèrent le groupe de Langham Place, un cercle de réflexion sur les droits des femmes, en particulier en matière d’éducation et d’emploi. Ces femmes issues de milieux aisés et radicaux fondèrent la revue English Woman’s Journal en 1858, journal écrit par des femmes pour les femmes qui devint un porte-voix pour les revendications féministes. En 1865, le Cercle des dames de Kensington (Kensington Ladies’ Discussion Society), formé de nombreuses femmes issues du groupe de Langham Place, était un groupe de discussion autour des droits des femmes qui servit de lien entre toutes celles qui étaient engagées dans les différentes campagnes. Le Cercle joua un rôle essentiel dans la façon dont il créa dans tout le pays un réseau de liens qui furent décisifs lorsqu’il s’agit de former un comité pour récolter des signatures pour la pétition. Le comité était entièrement composé de femmes du groupe de Langham Place, parmi elles Barbara Bodichon, Elizabeth Garrett, Bessie Parkes et Clementia Taylor3. Ainsi que le note Elizabeth Crawford, les noms et adresses des 1499 femmes qui signèrent la pétition ont un intérêt évident : ils permettent de dessiner un panorama des cercles idéologiques, sociaux et politiques qui étaient à la fois le ferment et le support, même de façon latérale, de la campagne pour le droit de vote des femmes4.

Pétition présentée à la Chambre des communes du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande5

  • 5 Source : « [Petition] to the honourable the Commons of the United Kingdom of Great Britain and Ire (...)

5L’humble pétition des soussignées démontre :

Que les hautes autorités ayant expressément consigné que la possession de biens dans notre pays s’accompagne du droit de vote aux élections de représentants au Parlement, il s’ensuit une anomalie [anomaly] flagrante, à savoir que certains détenteurs de biens se voient accorder l’usage d’un tel droit quand d’autres, qui représentent une partie intégrante de la nation, et sont tout aussi légalement habilités à posséder des biens, ne sont pas en mesure d’exercer ce privilège.

Que la participation de femmes au gouvernement est conforme au principe de la Constitution britannique, et ce d’autant que les femmes des îles britanniques ont toujours été considérées comme capables de souveraineté et que les femmes ont accès à divers offices publics.

6Les pétitionnaires en conséquence prient humblement votre Honorable Chambre de délibérer sur l’opportunité qu’il y a de prévoir la représentation de tous propriétaires [householders], sans distinction de sexe, possesseurs de propriétés ou de droit de location tels que définis par votre Honorable Chambre.

Arguments en faveur du droit de vote des femmes

TEXTE 2

Présentation

  • 6 Barbara Bodichon publia un texte en 1863 qui analysait les principes de l’esclavage aux États-Unis (...)
  • 7 Les quakers, aussi appelés la Société des amis (Society of Friends), forment un groupement religie (...)
  • 8 Voir P. Hirsch, « Barbara Leigh Smith Bodichon : Feminist leader and founder of the first universi (...)
  • 9 Citée dans C. A. Lacey éd., Barbara Leigh Smith Bodichon, ouvr. cité, p. 1.
  • 10 Cité par J. Lewis éd., Before the Vote Was Won. Arguments for and Against Women’s Suffrage, 1864-1 (...)

7Barbara Leigh Smith Bodichon faisait partie de ces figures venant de milieux aisés et libéraux, dont l’engagement dans la lutte pour les droits des femmes fut encouragé, si ce n’est initié par le contexte familial progressiste et radical. Comme nombre d’individus issus du milieu quaker, le grand-père de Bodichon avait été aux avant-postes de la lutte pour l’abolition de l’esclavage6 ; le père de Bodichon, Benjamin Leigh Smith, de confession unitarienne et député, défenseur de la liberté et du progrès, militait en faveur de réformes politiques. Il est évident que cet environnement, l’éducation quakeriste7 et unitarienne, la foi dans la liberté et le progrès, une vision politique et religieuse basée sur un principe d’égalité, fournirent certaines des racines pour la lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes et servirent d’étai idéologique pour la demande du droit de vote des femmes. En 1840, lors de la convention contre l’esclavage à Londres, Bodichon rencontra les Américaines Lucretia Mott, qui était quakeresse, et Elizabeth Cady Stanton. Si l’égalitarisme hérité de son éducation progressiste amena Barbara Bodichon à faire campagne pour les droits des femmes bien avant le combat pour le droit de vote8, en 1849 elle se plaignait néanmoins que « les philosophes et les réformateurs avaient en général craint de s’exprimer sur les lois injustes de la société et du pays »9, à l’instar de John Bright et de son discours prononcé en 1876 contre le droit de vote des femmes, dans lequel il affirmait que les femmes, par nature, étaient inaptes au vote10.

8Si l’extrait sélectionné souligne l’invisibilité des femmes qui résulte de l’absence de représentation politique, Bodichon exprime néanmoins sa conviction que les femmes ont des capacités innées et acquises à s’engager pour les autres et, donc, à participer à la vie publique et politique. Tout en affirmant que les femmes sont dotées de capacités de raisonnement et de pensée, elle note qu’elles ont un pouvoir que souvent elles ignorent, véritable potentiel pour devenir maîtresses de leur destin individuel et politique. Pour Bodichon comme pour tous les suffragistes, les femmes sont à la hauteur de l’honneur que leur confère l’exercice des droits et des devoirs pleins et entiers des citoyens.

Barbara Leigh Smith Bodichon, « Arguments pour et contre l’accès des femmes au droit de vote » 11

  • 11 Source : Barbara Leigh Smith Bodichon, Reasons for and against the Enfranchisement of Women, Londr (...)

9Qu’un corps respectable, sérieux et indépendant appartenant à l’État n’ait aucune voix, ni aucune influence légalement reconnue, pour élire les représentants du peuple, quand dans le même temps on reconnaît à celles qui le composent le statut de citoyennes responsables, pouvant se faire élire à de nombreux postes publics, devant s’acquitter de tous impôts et taxes, constitue une anomalie [anomaly] qui paraît demander explication. Nombreux sont ceux qui sont incapables de concevoir que les femmes puissent se sentir concernées par le vote. Que certaines le soient bel et bien, les pétitions adressées au Parlement l’ont pourtant prouvé. Je vais tenter de montrer pourquoi certaines se sentent concernées, et pourquoi l’on devrait amener celles qui ne le sont pas à se sentir concernées.

10Il existe de nos jours un nombre extrêmement important d’esprits ouverts, dépourvus de préjugés, qui ne voient aucun motif particulier pour refuser aux femmes le droit de vote si celles-ci le désirent ; mais (ils posent la question) quel bénéfice à cela ? Que peuvent vouloir les femmes que les législateurs ne leur accordent pas spontanément ? Laissez-moi dire d’emblée que les tenants de cette mesure sont à mille lieues d’accuser les hommes d’injustice délibérée à l’égard des femmes. Réclamer le droit de vote pour les femmes ne constitue pas un moyen de demander justice contre leur gré à des législateurs réticents. Dans la mesure où cette revendication se fait sans nulle référence à des intérêts de classe, elle repose simplement sur une revendication d’ordre général selon laquelle dans un régime de gouvernement fondé sur la représentation, toute classe non représentée est susceptible de n’être pas reconnue. Le proverbe dit « loin des yeux, loin du cœur », et la théorie selon laquelle les femmes, en tant que telles, sont tenues de rester « loin des yeux », invisibles, trouve son application la plus emblématique dans le refus du droit de vote. Les conséquences immédiates sont probablement moins lourdes que les répercussions collatérales ; mais qu’une absence d’attention particulière pour les intérêts des femmes caractérise notre législation est aisément démontrable. Donner le détail de preuves serait une tâche trop longue et ardue. Je me contenterai d’un exemple : les dotations scolaires à l’échelle du pays. Très peu nombreux sont ceux qui à l’heure actuelle soutiennent que l’instruction des garçons a pour l’État plus d’importance que celle des filles. Mais en réalité les filles ne reçoivent qu’une portion congrue des dotations scolaires. D’anciennes fondations ont partout fait l’objet de réformes de la part du Parlement, mais ses membres n’ont guère manifesté le désir de s’inquiéter équitablement du sort des filles et des garçons – pour ne pas dire pratiquement jamais. Et en matière de gestion caritative, on constate la même tendance à faire passer les besoins des femmes après ceux des hommes.

  • 12 En italiques dans le texte.

11Parmi les exemples d’injustice relevant directement de l’exclusion du droit de vote et non d’une autre cause, on peut relever le refus des propriétaires à prendre des femmes comme locataires. Deux fermiers, grands exploitants du Suffolk, m’ont affirmé que le cas n’est pas rare. D’après eux, il existe une exploitation d’où ont été renvoyées sept veuves qui, si elles avaient eu le droit de vote, auraient autrement été maintenues avec le statut de locataires. Le cas de ces femmes qui se retrouvent seules à la tête d’une exploitation agricole est plus représentatif, mais guère plus que celui des femmes qui, en tant que dirigeantes d’une entreprise ou d’un foyer, assument les mêmes charges qu’un homme occupant une position similaire. Leur tâche est souvent rude, et tout ce qui contribue à entretenir l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes, et à susciter considération et valorisation dans le regard des autres, a de fortes chances de réduire leurs difficultés et de les rendre plus heureuses et plus fortes pour se battre dans la vie. Le seul fait que, bien qu’étant propriétaires et contribuables, elles ne jouissent pas des mêmes privilèges que les propriétaires et contribuables masculins, constitue en soi une déconsidération12, à mes yeux aussi préjudiciable qu’inutile. Cela, d’une certaine façon, jette le discrédit sur la valeur de leur avis ; et je puis faire remarquer au passage que ce qui n’est pas valorisé tend à se dévaloriser. La citoyenneté est un honneur et ne pas jouir des droits pleins et entiers de la citoyenneté est un manque d’honneur. Il se peut que cela ne saute pas aux yeux, mais, selon un processus subtil et inéluctable, celles et ceux qui, sans qu’on ait acquis leur assentiment et sans qu’on ait de justification suffisante, se retrouvent écartés de la participation pleine et entière aux droits et aux devoirs d’un citoyen, se voient socialement plus ou moins déconsidérés et mésestimés.

12Ces arguments, fondés sur une considération de justice et de compassion à l’égard d’une catégorie nombreuse de personnes, qui compte et qui est en augmentation, pourraient, dans un pays civilisé, et en l’absence d’objections contradictoires, être perçus comme étant largement à même de justifier une telle mesure. Il reste à prendre en compte l’impact sur la collectivité dans son ensemble de certains aspects du problème. Et parmi toutes les raisons qui existent de donner aux femmes le droit de vote, la meilleure à mes yeux est celle de l’influence favorable s’exerçant sur les mentalités et l’esprit civique qui en découlerait. Le patriotisme, un intérêt bien venu, réel, avisé pour tout ce qui touche à la nation à laquelle nous appartenons, ainsi qu’un dévouement altruiste en faveur du bien commun : voilà les qualités qui donnent à un peuple grandeur et bonheur d’être ; voilà les vertus à cultiver avec zèle à tous les niveaux de la communauté. Et il n’est pas à ma connaissance de meilleur moyen, à l’époque que nous vivons, afin de contrebalancer cette tendance à préférer au bien public des fins privées étriquées, que celui qui donne à toutes les femmes dûment qualifiées le droit de participer directement et en toute lucidité aux affaires politiques. Donnez à quelques femmes le droit de vote, et il en résultera chez toutes les femmes une authentique réflexion sur les problèmes de la nation dans son ensemble, et l’intérêt ayant chez elles été à juste titre éveillé, elles prendront la peine de se forger des avis sensés, en lisant et en consultant des gens mieux informés qu’elles. Dans l’état actuel des choses, les femmes des classes moyennes n’ont guère d’autres préoccupations que ce qui relève du cercle familial. Pour elles, que des pauvres, hommes et femmes, soient maltraités dans des hospices pour indigents [workhouse infirmaries], que des enfants pauvres reçoivent une instruction de mauvaise qualité dans des écoles pour indigents [workhouse schools] ne les concernent en rien. L’état des routes est-il mauvais ? Les égouts ne sont-ils pas entretenus ? L’eau est-elle impropre à la consommation ? Oui, pour elles, rien de tout cela ne va, mais il ne leur vient pas à l’esprit qu’il est de leur devoir d’y remédier. Ces femmes qui sont à la tête d’une exploitation agricole ou de leur propre affaire sont intellectuellement honnêtes et sensées, et elles ont une grande expérience pratique, mais elles n’appliqueront pas leur bon sens pour influer sur les affaires publiques, parce que, pour elles, c’est l’affaire des hommes, et pas la leur, que de traiter de tels problèmes. C’est cette croyance, à l’influence si réductrice et anesthésiante, que tendrait à faire disparaître l’exercice du droit de vote. Le seul fait d’être sollicitée par un vote pour affirmer un point de vue aurait une répercussion instantanée sur une responsabilisation salutaire. Aucune raison ne peut justifier que ces femmes ne puissent s’intéresser activement à tous les problèmes de société qui occupent le Parlement : l’instruction, la santé publique, la prison, la discipline, les Lois sur les pauvres et tout le reste. Elles seraient alors en mesure de réclamer audience pour faire valoir leurs avis.

  • 13 La Loi d’implantation (Settlement Act) de 1662, encore appelée Loi d’assistance aux indigents (Poo (...)
  • 14 Les paroisses ne correspondaient pas forcément aux paroisses ecclésiastiques. Elles pouvaient corr (...)

13De plus, parmi ces femmes qui ont leur propre affaire [women of business], il en existe qui possèdent des biens, et dans leur cas, participer plus activement aux affaires publiques serait bénéfique pour tous, pour elles-mêmes et la collectivité dans son ensemble. Ce manque d’incitation à une action efficace se ressent avec une acuité particulière chez les femmes des classes supérieures. On s’accorde sur le fait qu’elles ne devraient pas rester oisives, mais ce qu’elles devraient faire est assez flou. Lecture, musique et dessin, travaux d’aiguille et charité : voilà leurs champs d’activité ordinaires. La lecture pour la lecture est somme toute stérile. La musique et le dessin, ainsi que les travaux d’aiguille, sont d’ordinaire considérés comme de simples passe-temps. En tant que femmes indépendantes et célibataires, il ne nous reste comme devoirs sérieux que la charité aux pauvres sous toutes ses formes y compris les visites aux malades et aux personnes âgées : pourvoir à leurs besoins, s’occuper des écoles et s’efforcer de toutes les façons possibles de fournir une assistance partout où il existe un besoin. Or, l’instruction, le soulagement des indigents, la santé des personnes, tout cela relève des préoccupations majeures et problématiques des hommes d’État, et s’il est admis que les femmes de loisir et de culture ont vocation à contribuer à résoudre ces vastes problèmes, il est évident qu’il faudrait rechercher tous les moyens de rendre leur coopération avisée et active. Elles ont le privilège d’avoir l’occasion de constater les effets que produisent bon nombre de lois votées. Pour l’avoir vu de leurs propres yeux, elles connaissent par exemple les effets et les répercussions concrètes de la loi d’implantation13 (qui sont les lois relatives à l’habitat des pauvres) et de bien d’autres, et l’expérience acquise qui les habilite à fournir un jugement sur ces sujets ne devrait pas être ignorée. Nous savons tous qu’il existe un grand nombre de femmes qui travaillent, qui sont riches et influentes, et dont les avis sur les problèmes sociaux et politiques de notre temps méritent amplement d’être pris en compte. Dans presque toutes les paroisses [parish]14 on trouve, et c’est fort heureux pour l’Angleterre, ce genre de femmes. Et tout devrait être mis en œuvre pour conférer à ces valeureux membres de la communauté un statut social bien établi. Si dans tous les domaines de travail social on a besoin d’elles (et tel est bien le cas, à n’en pas douter), leur position dans la fonction devrait être aussi digne et honorable que possible. Des femmes célibataires et riches ont bien souvent l’occasion d’être utiles à la communauté, occasion qui échappe à la femme mariée, absorbée qu’elle est par sa famille, son mari et ses enfants. Je le répète : tout devrait être mis en œuvre pour encourager cette catégorie essentielle et en expansion à occuper la place qui lui revient dans l’armée de ceux qui travaillent au bien commun, et toutes les forces que nous pouvons rassembler à cet effet sont d’une valeur inestimable. En effet, en amenant des femmes à coopérer en plein accord avec des hommes, nous récoltons un double avantage : celui de leur action et celui de leur compassion perspicace. L’esprit public et le feu sont de même nature : une étincelle, même faible, peut, si on l’attise, devenir flamme, ou elle peut tout aussi facilement s’éteindre. Et la conséquence d’enseigner aux femmes qu’elles n’ont rien à faire en politique, c’est que leur influence tend à éteindre l’intérêt que les hommes ont pour autrui (lequel ne pèche jamais par excès) dans le domaine des affaires publiques.

  • 15 Angela Burdett-Coutts (1814-1906) mit sa fortune au service d’œuvres philanthropiques pour aider l (...)

14Il suffit que chaque représentant de la Chambre des communes considère, en vue d’une enquête authentiquement scientifique, toutes les femmes dûment qualifiées qu’il connaît, et il ne verra aucune raison de ne pas reconnaître que les célibataires et les veuves de sa famille et de son entourage peuvent avoir des avis sur les mérites des différents candidats aussi sensés que les électeurs qui l’ont envoyé au Parlement. Lorsque parmi les femmes privées du droit de vote on lit des noms comme ceux de Mrs Somerville, Harriet Martineau, Miss Burdett-Coutts, Florence Nightingale, Mary Carpenter, Louisa Twining, Miss Marsh15 et bien d’autres tout aussi méritantes sur le plan intellectuel et moral, l’on ne peut que désirer les ajouter à la liste des électeurs, pour la grandeur et la dignité du système parlementaire.

15Il est superflu de signaler qu’une telle mesure n’a rien à voir avec la position d’un parti politique ou d’un autre. Des précédents existent sous deux gouvernements de type très différent, en Autriche et en Suède, qui se rapprochent tout à fait de la proposition ici faite. […]

16En Angleterre, l’élargissement proposé n’affecterait aucun intérêt personnel. Il n’impliquerait aucun changement dans les principes qui fondent notre mode de gouvernement, mais il donnerait à notre Constitution une cohérence interne accrue. Les conservateurs ont le droit de juger cette mesure comme étant de nature conservatrice. Les libéraux se doivent de la réclamer comme faisant partie intégrante d’une réforme radicale. Il n’y a aucune raison de l’identifier à un parti quelconque en place, et, en fait, il est impossible d’en prédire l’influence possible sur la politique des partis. Il ne s’agit que d’une question d’incapacité légale, statut à abroger à plus ou moins brève échéance.

Inscrire le droit de vote dans le contexte idéologique et culturel de l’époque

TEXTE 3

Présentation

  • 16 Lettre de Hugh Brown à Evelyn Sharp, 2 avril 1909, John Johnson collection, Bodleian Library, Oxfo (...)

17Le 2 avril 1909, un opposant au droit de vote des femmes au Royaume-Uni affirme : « L’intérêt principal de la question du droit de vote des femmes ne réside pas dans l’influence que les femmes auraient sur la politique, mais dans l’influence que la politique aurait sur les femmes »16. Ce point de vue exprime une vision partagée par nombre de ses contemporains : il nie tout d’abord la possibilité que les femmes puissent avoir une influence et, donc, un pouvoir sur la politique ; il révèle ensuite la menace que la politique pourrait faire peser sur les femmes. Millicent Fawcett, l’auteure du texte qui suit, s’inscrit en faux contre ce point de vue. Millicent Garrett Fawcett était la sœur d’Elizabeth Garrett Anderson, première femme britannique à exercer la profession de médecin, et l’épouse du député libéral Henry Fawcett, fervent défenseur de l’égalité politique entre les hommes et les femmes. Fawcett était également l’assistante parlementaire de son mari et écrivait des livres sur l’économie.

  • 17 Voir l’introduction et la différence faite entre le féminisme identitaire et le féminisme égalitai (...)
  • 18 C. Sorin, « Fragile et pur ? Visions médicales du corps féminin dans l’Amérique du dix-neuvième si (...)
  • 19 Dans sa célèbre conférence de 1864 « Of Queen’s gardens », John Ruskin, chantre de l’idéal victori (...)

18Millicent Fawcett, qui présente le droit de vote des femmes comme une « réalité inéluctable », est une figure emblématique d’un féminisme identitaire17 : ses arguments en faveur du droit de vote reposent sur un principe de différence entre les hommes et les femmes, lequel doit être représenté politiquement. Ce faisant, Fawcett met en lumière l’ambivalence inhérente aux valeurs victoriennes qui glorifient la nature féminine tout en la dépréciant. L’idéal féminin victorien repose en effet sur un paradoxe selon lequel ce sont précisément les insuffisances et les manques de la nature féminine qui la confinent au domaine privé, qui font d’elle un être inaccessible, tout en la dotant de force morale et de valeurs de noblesse. L’ambiguïté de cet idéal de féminité est qu’il construit une femme « à la fois “sur”-incarnée et désincarnée, animale et angélique, faible et toute-puissante dans sa fonction de guide spirituelle et de reproductrice »18. Loin de placer la femme sur un piédestal qui l’écarte de la sphère publique et politique, Fawcett souligne dans cet extrait sa nature et ses qualités féminines qui la rendent particulièrement apte à exercer une influence dans le monde. De façon connexe, le foyer n’est plus un espace de confinement, mais est considéré comme « l’institution la plus importante du pays », le socle stable dont dépend l’équilibre de la nation. Ainsi, outre que le droit de vote ne peut que « renforcer la vraie féminité de la femme », Fawcett entend associer le microcosme familial au macrocosme politique, rendant ainsi caduque la théorie des sphères étanches formalisée par l’écrivain John Ruskin19.

Millicent Garrett Fawcett, « Le foyer et la cité »20

  • 20 Source : Millicent Garrett Fawcett, « Home and politics », discours prononcé à Toynbee Hall [à Lon (...)
  • 21 Fawcett fait ici référence par exemple à la possibilité qu’avaient désormais les femmes de se fair (...)

19Cela fait maintenant plus de vingt ans que j’ai fait mon premier discours en public sur une estrade, à Brighton, pour soutenir le droit de vote des femmes. Dans la vie d’une personne, ce sont vingt longues années ; dans la vie d’un grand mouvement, c’est très court. Et, alors que je me retourne sur ces vingt années, ceux qui se sont consacrés à la cause du droit de vote des femmes ont de bonnes raisons de se féliciter des avancées substantielles accomplies21.

20Le sentiment qui peu à peu domine est que le droit de vote des femmes est une réalité inéluctable. La tendance de l’opinion publique semble s’orienter dans cette direction, et même ceux qui s’y opposent ont l’air de se rendre compte que leur bataille est perdue d’avance. […]

21À propos des différences entre les hommes et les femmes, ceux qui prônent l’accès des femmes au droit de vote n’entendent aucunement s’en désintéresser ou les minimiser. Au contraire, nos arguments pour la représentation reposent, dans une large mesure, sur ces différences. Si les hommes et les femmes étaient exactement les mêmes, la représentation des hommes suffirait pour nous représenter également. Mais nous sommes différents, et ces aspects de notre différence ne sont pas représentés dans le système actuel.

22La maternité, de fait ou potentielle, fait partie de ces formidables réalités de la vie quotidienne que nous ne devons jamais perdre de vue. La charge du foyer et l’éducation des enfants incombent aux mères de famille. Ainsi, les femmes sont, par nature ainsi que par profession et par expérience, plus habituées que les hommes à concentrer leur attention sur le foyer et l’aspect domestique des choses. Mais, au lieu d’être une raison contre l’accès des femmes au droit de vote, cette différence entre les hommes et les femmes me semble être l’argument le plus fort qui joue en sa faveur. Nous voulons que le foyer et l’aspect domestique des choses comptent davantage en politique et dans l’administration des affaires publiques que ce n’est le cas à l’heure actuelle. Nous voulons connaître les effets que la promulgation de différentes sortes de lois peut avoir sur le foyer et la vie domestique. Et nous souhaitons forcer nos législateurs à réfléchir aux effets de leurs lois sur la vie domestique ainsi que sur le plan politique. Nous voulons dire à celles parmi nous qui, nous l’espérons, sont sur le point d’obtenir le droit de vote : « n’abandonnez pas une once de votre féminité, l’amour que vous portez aux enfants, votre attention pour les malades, votre douceur, votre maîtrise de vous-mêmes, l’obéissance à votre conscience et à vos devoirs, car toutes ces choses manquent terriblement en politique. Eu égard aux connaissances approfondies que les femmes ont des enfants, nous voulons que les femmes se consacrent tout particulièrement à la façon dont la loi a une incidence sur la vie des enfants, à la formation des enfants dans nos écoles pour indigents [pauper schools], au problème du placement des enfants, au travail des enfants en bas âge et à l’effet qu’il a sur leur avenir, à la vie sociale des enfants et des jeunes gens des deux sexes qui appartiennent aux couches les plus défavorisées de nos villes et villages et à l’exemple que leur montrent les couches les plus favorisées, au logement des pauvres, à la mise à disposition d’espaces et de terrains de jeux, à la question de la tempérance, aux lois ayant trait à la santé et la moralité, ainsi qu’à l’effet de toutes ces questions et bien d’autres sur le foyer, sur la vertu et la pureté de la vie domestique de notre nation ».

23À n’en pas douter, l’institution la plus importante du pays est le foyer [home]. Tout ce qui menace la pureté et la stabilité du foyer menace également la force vitale du pays : si les foyers de la nation sont sains, si le sens du devoir, de la retenue et de la justice y est encore présent, la nation n’a rien à craindre. Mais s’il en est absent, la nation sera pourrie en son cœur et sa chute ne saura tarder. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’on a trop séparé l’aspect domestique et l’aspect politique des choses, comme si l’un et l’autre étaient indépendants. Se dresse devant nous l’image de l’Europe tout entière armée jusqu’aux dents, les grandes nations prêtes à bondir comme des bêtes sauvages à la gorge de leurs voisines, tout ceci pour en tirer un avantage politique imaginaire, alors que les véritables intérêts domestiques des nations en question auraient à souffrir de la victoire tout autant que de la défaite. Je dois avouer que, même dans des cas comme celui-ci, j’estime que les femmes sont trop promptes à oublier leur féminité et à se laisser dicter leurs aspirations par leur environnement et par les hommes en compagnie desquels elles vivent. Mais je pense que c’est en renforçant l’indépendance des femmes que nous renforcerons leur féminité innée ; elles ne se laisseront plus alors aussi souvent détourner par les chimères que sont la poudre à canon et la gloire qui sont étrangères à la nature féminine ; plus qu’elles ne le font à l’heure actuelle, elles exerceront leur influence sur le camp qui, selon elles, incarne la paix, la pureté et l’amour.

24Une grande partie de l’opposition au droit de vote des femmes repose sur le fait que, par nature, la charge des affaires domestiques et du foyer incombe aux femmes ; certains craignent que le contact avec la vie politique ne vienne durcir le cœur des femmes. Il est effectivement exact que la charge des affaires domestiques et du foyer incombe aux femmes. Cela veut dire que la plupart des femmes consacrent leur vie entière ou presque, à œuvrer pour leur mari et leurs enfants à la maison. Je vais m’appliquer à répondre à l’argument contre le vote des femmes fondé sur l’idée que le quotidien de la plupart des femmes se résume à la routine des affaires domestiques. Dans l’exercice de ces devoirs, de nombreuses qualités nobles et élevées sont requises, ainsi qu’une quantité non négligeable de connaissances et de sens pratiques. Les femmes qui consacrent leur vie aux affaires domestiques devraient être de bonnes gestionnaires, car elles sont rompues à l’art d’économiser et de dépenser judicieusement. Elles sont expertes en ce qui concerne la santé et l’éducation des enfants, leur instruction, et ce qui influe sur leur caractère et leur conduite. Il n’est pas de qualité plus importante pour la gestion des domestiques et des enfants qu’un sens élevé de la justice. L’honnêteté et l’efficacité des femmes dans l’accomplissement de leurs devoirs domestiques auront, si elles obtiennent le droit de vote, un effet proportionnel à ces qualités sur le cours des affaires publiques. […]

25Le sens du devoir est ce qui soutient la structure de la grandeur nationale ; pourquoi alors exclure des responsabilités de la citoyenneté un grand nombre de femmes dont le sens du devoir mesuré à l’aune de leur conduite est remarquablement élevé et pur ?

26Examinons maintenant la crainte qui a été exprimée, que le contact avec la vie politique n’altère les qualités des femmes. Nous savons que certains ont exprimé une crainte analogue au sujet de l’accès des femmes à l’enseignement supérieur. […] L’expérience a fait taire ces craintes. Certains imaginaient que si les femmes pouvaient, elles aussi, étudier à Oxford et Cambridge, leur attitude et leur langage deviendraient aussi licencieux que ceux des jeunes hommes les plus paresseux qui y étudient. L’expérience a montré que ces craintes étaient sans fondement ; ne pouvons-nous pas espérer que les craintes exprimées au sujet des effets de la vie politique sur les grâces féminines s’avèrent également infondées ? Il me semble incohérent et illogique d’affirmer que la Nature a fait la femme de telle et telle façon en citant toutes sortes de qualités délicieuses et élégantes et, dans la foulée, d’ajouter que toutes ces qualités s’évaporeront si quelque changement survient dans la Constitution politique du pays. La Nature n’est ni si simple ni si éphémère que cela. Aucune des lois qui ont été ou qui seront votées par le Parlement ne peut briser le roc sur lequel les fondements de la Nature reposent. Penser que l’on peut ébranler les lois solennelles instituées par la Nature par les petites lois inventées par l’homme représente l’égarement le plus grotesque jamais imaginé.

27Si l’on part de ces considérations générales pour en arriver à étudier la connaissance que nous avons de l’effet de l’activité politique sur les qualités naturelles des femmes, il me semble que le meilleur exemple nous est donné depuis plus de cinquante ans par la reine Victoria. Depuis sa prime enfance, elle est absorbée par des devoirs et des responsabilités politiques de façon constante et, pourtant, aucune femme, en tant qu’épouse, mère et amie, ne s’est jamais montrée aussi parfaitement féminine dans l’expression de sa compassion, de sa fidélité et de sa sensibilité. J’aime beaucoup l’histoire que l’on raconte à propos de la Reine et de ses premières années de règne, lorsqu’un de ses ministres s’excusait des problèmes qu’il lui causait au sujet de la conduite des affaires publiques. « Je vous interdis d’utiliser à nouveau ce mot, répondit-elle ; contentez-vous de me dire comment la chose doit être accomplie, et accomplie correctement, et je l’accomplirai si c’est en mon pouvoir. » Ce comportement est féminin dans le plus beau sens du terme, et c’est cette qualité même qui fait défaut, non seulement en politique, mais partout, dans tous les domaines de la vie.

28Lorsqu’il est question de féminité [womanliness] et de nature féminine [feminine nature], il convient d’être prudent, de ne pas se méprendre, et de distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux. En quoi s’évanouir ou se mettre à hurler à la vue d’une souris ou d’un cafard est-il un comportement vraiment féminin ? Il y a cinquante ans, une femme à la prédisposition fragile était censée s’évanouir à la moindre occasion ; mais, j’ose le dire, rien n’était véritablement essentiellement féminin dans ce talent : ce n’était qu’une mode qui a heureusement disparu. De nos jours, les femmes ne s’évanouissent plus, à moins qu’elles ne souffrent du cœur ou qu’elles n’aient une digestion difficile. Associer aux femmes de petites manies ridicules ternit la noblesse de la féminité. L’unique avantage réside en ce que ces manies permettent aux personnes de l’autre sexe d’affirmer leur propre supériorité de façon ridiculement facile. Ces hommes, au fond d’eux-mêmes, ne sont pas certains de leur propre supériorité, et sont ravis d’en être assurés par toutes ces femmes qui ont des crises de nerfs lorsqu’elles voient une souris, n’y entendent rien en affaire si ce n’est que les obligations d’État sont des choses qui montent et qui descendent, sont ignares en histoire sauf à savoir qu’Alexandre le Grand n’était pas le gendre de Louis XIV. Le monde continuerait à tourner si ce type de féminité venait à disparaître ; mais la vraie féminité, la bonté, la compassion, la paix, la pureté et l’amour, on ne peut se permettre de les perdre. Et, cette féminité, je pense que nous avons raison de penser qu’elle grandira et sera renforcée par tout ce qui renforce l’individualité et la spontanéité de la femme.

29Pour conclure, j’ajouterai seulement que je plaide pour l’élargissement du droit de vote aux femmes car je souhaite renforcer la vraie féminité de la femme ; je souhaite voir l’aspect féminin et domestique des choses peser et compter davantage en matière d’affaires publiques. […]

Le droit de vote : un droit politique

TEXTE 4

Présentation

  • 22 A. Shore, « What women have a right to ». Réédité dans J. Lewis éd., Before the Vote Was Won and T (...)
  • 23 R. Pankhurst, « The right of women to the vote under the reform act, 1867 », Fortnightly Review, 1(...)

30Puisque les lois consacraient l’assujettissement des femmes et l’inégalité des sexes, c’était bien également par le droit et par les lois que les militantes de la cause des femmes entendaient modifier cette disposition et y substituer celle d’une égalité et d’une justice. Et c’est en invoquant les grands principes du droit que ces femmes affirmaient que le vote est un droit politique. Au cours de la campagne britannique pour le droit de vote des femmes, le point de vue suffragiste unificateur majoritaire qui en exclut les femmes mariées est celui exprimé par Arabella Shore lors d’une conférence en 1879 : « Demandons-nous le droit de vote pour les femmes mariées ainsi que pour les veuves et les femmes célibataires ? Ma réponse est : certainement pas »22. La véritable radicalité, qui propose une vision plus ambitieuse et plus démocratique, est celle de Richard Pankhurst, avocat, militant libéral et futur mari d’Emmeline Pankhurst : il propose d’étendre le droit de vote aux ouvriers et aux ouvrières ayant atteint la majorité en soutenant que « c’est en tant qu’être humain doué d’intelligence et doté de la capacité de raisonnement que tout être humain bénéficie du droit de vote »23.

  • 24 Ce texte parut pour la première fois, sous le nom de John Stuart Mill, dans la Westminster Review (...)
  • 25 Ibid., p. 139.
  • 26 Pour justifier de la légitimité du droit de vote des femmes, ces deux arguments de la justice et d (...)
  • 27 H. Taylor-Mill, « L’affranchissement des femmes », John Stuart Mill et Harriet Taylor : Écrits sur (...)
  • 28 Helen Taylor, The Claim of Englishwomen to the Suffrage Constitutionally Considered, Londres, Trüb (...)
  • 29 Le révérend John Hunter, pasteur dans le nord de l’Angleterre et en Écosse et sympathisant de la c (...)

31Nous retrouvons dans l’extrait suivant du long texte d’Helen Taylor les grands principes de l’essai de sa mère Harriet Taylor-Mill, « L’affranchissement des femmes »24 : sa mère y revendiquait « l’octroi du droit de vote aux femmes, leur admission, en droit et en fait, à la complète égalité avec les citoyens de sexe masculin de la population en matière de droits politiques, civils et sociaux »25. Le texte d’Helen Taylor reprend ici l’argumentation de sa mère présentée dans « L’affranchissement des femmes ». La question du droit de vote des femmes repose sur cette dialectique entre la justice (right) et l’opportunité ou la nécessité (expediency)26 : l’argument de la justice relève d’un féminisme égalitaire qui pose les hommes et les femmes comme égaux, alors que l’argument de la nécessité trouve ses prémisses dans la présomption de la différence fondamentale entre les sexes. L’idéal politique des Taylor mère et fille est inscrit dans une liberté politique mais aussi dans la liberté d’action individuelle, qui seules peuvent garantir l’égalité entre les sexes et un véritable progrès de la nature humaine et de la condition sociale. Le principe d’égalité complète est le « seul qui soit juste et rationnel »27. Le principe d’égalité revendiqué par ces suffragistes les amena à exiger « la reconnaissance de leurs droits qui découlent naturellement des lois en vigueur et des institutions du pays »28. Quelles étaient ces lois ? Ces lois étaient celles qui permettaient à une femme de régner sur le pays29 et qui garantissaient la représentation politique à tous les propriétaires. Dans le système anglais, ainsi que le démontre Helen Taylor, l’unité politique de référence n’était pas l’individu en tant que tel, mais l’individu en tant que propriétaire, de sorte que le droit de vote était conditionné par l’accès à la propriété : le droit était juridique et non naturel. Helen Taylor relève ainsi le paradoxe de la loi anglaise qui permet à certaines femmes d’être propriétaires mais les prive du droit de vote.

Helen Taylor, « La revendication des Anglaises pour le droit de vote d’un point de vue constitutionnel »30

  • 30 Source : Helen Taylor, The Claim of Englishwomen to the Suffrage Constitutionally Considered, Lond (...)
  • 31 Voir le texte 1 de l’anthologie.

32La question que poseront probablement les lecteurs qui nous ont accompagnées jusqu’ici et qui ont suivi le raisonnement de la Pétition des femmes31, est la suivante : à supposer que les termes de cette pétition soient acceptés, et que le Parlement en vienne à étendre le droit de vote aux femmes qui remplissent les conditions requises, quel bénéfice ces femmes ou le pays dans son ensemble en tireraient-ils ? Et, par ailleurs, en quoi le droit de vote des femmes pourrait-il être préjudiciable ? Si l’on examine le problème à partir du point de vue présenté par la pétition, ces deux questions sont parfaitement légitimes. Un des mérites de ce point de vue est bien, selon nous, de nous amener, de façon très logique et sans détour, à réfléchir à ces questions très concrètes, en nous permettant de laisser de côté toute considération ayant trait au droit abstrait et toute observation secondaire relative à la coutume ou à l’aptitude physique ; à n’en pas douter, le débat sur ces questions est aussi problématique que peu concluant. Car si, comme les pétitionnaires, nous reconnaissons qu’exclure les femmes du droit de vote lors des élections législatives est une anomalie, la question de la justice du droit de vote est établie, alors que la question de son opportunité ne l’est pas. Nous pouvons admettre que leur exclusion est exceptionnelle et est le résultat d’une législation d’exception, et qu’elle crée une distinction délicate dont seules les femmes sont victimes. Et pourtant, il peut nous paraître souhaitable d’imposer une telle distinction et d’établir une telle exception. Mais alors, nous devons être prêtes à en fournir les raisons. Ce que cette pétition semble avoir mis en évidence est que quiconque accepte les principes sur lesquels la Constitution britannique et la société anglaise reposent, ne peut considérer l’exclusion des femmes des privilèges politiques comme allant de soi. Bien au contraire, il doit considérer cette exclusion comme le résultat d’une législation anormale, qui ne peut se justifier que par une urgente nécessité ou des avantages évidents.

33Malheureusement, lorsqu’il s’agit de réfléchir clairement, il est très rare de trouver des gens qui soient prêts à s’intéresser au sujet de façon aussi simple et pragmatique. Trop souvent, au contraire, ces mêmes personnes qui répugnent à importer des théories sur les droits abstraits de l’homme dans une discussion sur le droit de vote, se perdent dans des généralités sur la nature des femmes et s’imaginent qu’un axiome universel peut s’appliquer à la situation légale de certaines catégories de femmes anglaises au xixe siècle. Il n’est pas question de nier que des principes généraux sous-tendent non seulement toute théorie mais aussi toute pratique. Nous admettons sans difficulté que la plupart des gens, en réalité, acceptent ou rejettent la théorie abstraite de l’égalité naturelle de tous les hommes, de la même façon qu’en réalité, ils parlent en vers ou bien en prose. Ainsi, de la même manière, la plupart des gens élaborent leur propre théorie quant aux aptitudes spécifiques des femmes. Mais, la théorie selon laquelle « la vie de famille est le destin de toutes les femmes » s’avère à peu près aussi efficace lorsqu’il s’agit de régler concrètement la question du droit de vote dans ce pays que la théorie presque analogue selon laquelle « tous les hommes sont nés libres et égaux ». Que l’on soit en accord, ou en désaccord, avec ces deux affirmations ne nous fait pas avancer le moins du monde sur la question qui nous préoccupe car, en fait, elles ne sont en rien liées à celle-ci, à moins que nous ne proposions de démolir toute la structure du droit anglais et de la société, et de la reconstruire en repartant de ses fondements. Que le destin des femmes soit la vie de famille ou non, toutes les Anglaises n’en font pas l’expérience. Que les femmes soient faites, par nature, pour n’être qu’épouses et mères, de nombreuses Anglaises ne sont ni l’une, ni l’autre. Que le droit reconnaisse les femmes en tant que telles ou pas, le droit anglais les reconnaît bel et bien. Peut-être que le mariage n’est pas le seul bienfait, l’unique idéal d’existence des femmes ; mais le droit anglais a, depuis longtemps déjà, refusé de conduire les femmes à l’autel comme les brebis sont conduites à l’enclos, en fermant toutes les barrières à l’exception de celle par laquelle elles doivent entrer. Même si toutes les femmes célibataires devaient être considérées comme des brebis égarées, comme nous l’avons déjà vu, la loi et la coutume de ce pays leur ont accordé droits et privilèges en abondance. Et affirmer que ces personnes n’ont pas même le droit d’exister est hors de propos pour répondre à la question : les droits qu’elles possèdent déjà n’en entraînent-ils pas forcément naturellement un autre ?

  • 32 La Grande-Bretagne n’a pas de constitution formellement écrite. Il s’agit d’une constitution non c (...)

34Il nous semble donc qu’on ne peut raisonnablement avancer l’idée abstraite que la mission dévolue à la femme est la preuve qu’il est nécessaire et urgent d’exclure les femmes du droit de vote du système actuel. Et, si l’on pose la question suivante : qu’y a-t-il à gagner à donner le droit de vote aux femmes ? La réponse est très simple : le même bénéfice que garantit l’existence de la Constitution32. Si la Constitution est effectivement un bienfait, il en est de même pour l’application de ses principes. Perpétuer une omission qui trouve son origine dans des circonstances qui appartiennent au passé représente le même préjudice que celui que subiraient leurs concitoyens si la Constitution britannique n’existait pas. Si le pouvoir d’élire les députés représente un bénéfice pour protéger la propriété, posséder ce privilège est indéniablement un bienfait pour tous ceux qui sont propriétaires dans un régime parlementaire. Le bénéfice que cela apporterait aux femmes est en fait indiscutable, à moins de contester les avantages d’un régime parlementaire et de la représentation liée à la propriété. Et, dans ce cas, il convient de remettre en question les avantages du système politique anglais dans son ensemble.

  • 33 Les « femmes indépendantes » étaient les femmes célibataires ou veuves.

35Si, en continuant à nous en tenir à un point de vue strictement constitutionnel, nous posons la question de savoir en quoi le pays dans son ensemble bénéficierait de la représentation politique des femmes propriétaires selon les mêmes termes que les hommes, nous affirmons, comme nous l’avons déjà indiqué, que la réponse est également claire. Si la représentation parlementaire des personnes ayant un patrimoine immobilier est un bienfait pour la nation, qui tend à protéger et promouvoir les intérêts liés à la propriété, à augmenter la richesse nationale et à favoriser la transmission du patrimoine national à nos descendants dans des conditions favorables, il s’ensuit que l’exclusion du droit de vote de quelque catégorie de propriétaires que ce soit est un mal proportionnel à leur nombre et leur donner le droit de vote représente un bénéfice proportionnel. Quelles qu’en soient les causes, il ne fait aucun doute que la catégorie des femmes indépendantes33 ne cesse d’augmenter dans le pays, et leur accès au droit de vote devient, tout naturellement, une question pratique qui gagne en importance.

Notes

1 Ce paradoxe et cette injustice sont constamment mis en évidence par les suffragistes. Voir le texte 4 de l’anthologie, H. Taylor, « La revendication des Anglaises pour le droit de vote d’un point de vue constitutionnel » ; voir également F. Power Cobbe, « Criminals, idiots, women and minors », Fraser’s Magazine, vol. 78, décembre 1868, p. 777-794 et L. Becker, « The political disabilities of women », Westminster Review, vol. 41, 1872, p. 51.

2 Bessie Rayner Parker (1829-1925), journaliste, était l’auteure de Remarks on the Education of Girls (1854) et Essays on Women’s Work (1865). Emily Davies (1830-1921) a beaucoup œuvré pour l’accès des femmes à l’enseignement supérieur. Elle publia The Higher Education of Women en 1866.

3 Clementia Taylor (1810-1909) avait un positionnement radical à l’égard du droit de vote des femmes puisqu’à la différence de nombreuses suffragistes, elle défendait le droit de vote pour toutes les femmes sans exception, y compris les femmes mariées.

4 E. Crawford, The Women’s Suffrage Movement. A Reference Guide, 1866-1928, Londres, UCL Press, 1999, p. X-XI.

5 Source : « [Petition] to the honourable the Commons of the United Kingdom of Great Britain and Ireland in Parliament assembled », 7 juin 1866, Women’s Library, London School of Economics. Traduction de G. Gâcon.

6 Barbara Bodichon publia un texte en 1863 qui analysait les principes de l’esclavage aux États-Unis et la guerre de Sécession, « Of those who are the property of others, and of the great power that holds others as property ». Republié dans C. A. Lacey éd., Barbara Leigh Smith Bodichon and The Langham Place Group, ouvr. cité, p. 84-96. L’analogie entre la situation des esclaves et celle des femmes fut souvent convoquée dans l’argumentation pour les droits des femmes. Pour le lien entre les abolitionnistes et le mouvement des femmes en Grande-Bretagne, voir C. Midgley, Women Against Slavery : the British Campaigns, 1780-1870, Londres, Routledge, 1992.

7 Les quakers, aussi appelés la Société des amis (Society of Friends), forment un groupement religieux qui a émergé en Angleterre au xviie siècle avant de s’étendre aux États-Unis à la même époque. Issu du protestantisme, il défend des idéaux progressistes, prône l’égalité et promeut l’action philanthropique. Dès le xviie siècle, les femmes eurent un rôle de premier plan au sein du mouvement. Le mouvement philanthropique qui se développa pendant la période victorienne contribua à faire sortir les femmes des milieux aisés du foyer où elles étaient confinées. Des deux côtés de l’Atlantique, les Quakers jouèrent un rôle majeur dans le mouvement contre l’esclavage et dans la lutte pour les droits des femmes.

8 Voir P. Hirsch, « Barbara Leigh Smith Bodichon : Feminist leader and founder of the first university college for women », Practical Visionaries. Women, Education and Social Progress, 1790-1930, M. Hilton et P. Hirsch éd., Harlow et New York, Longman, 2000, p. 84-100.

9 Citée dans C. A. Lacey éd., Barbara Leigh Smith Bodichon, ouvr. cité, p. 1.

10 Cité par J. Lewis éd., Before the Vote Was Won. Arguments for and Against Women’s Suffrage, 1864-1896, Londres et New York, Routledge, 1987, p. 5.

11 Source : Barbara Leigh Smith Bodichon, Reasons for and against the Enfranchisement of Women, Londres, National Society for Women’s Suffrage, 1872, p. 3-9 et p. 16. Traduction de G. Gâcon.

12 En italiques dans le texte.

13 La Loi d’implantation (Settlement Act) de 1662, encore appelée Loi d’assistance aux indigents (Poor Relief Act), donnait le droit à une personne nouvellement arrivée dans une paroisse de s’y installer (settlement rights) et de bénéficier ainsi de l’assistance aux indigents. La condition était d’avoir résidé dans la paroisse pendant quarante jours sans n’avoir causé aucun trouble. Au cours de cette période de quarante jours, de nombreuses plaintes étaient déposées contre ces pauvres, de façon à les priver du droit de s’implanter et de bénéficier de l’aide aux pauvres. Certaines paroisses envoyaient les pauvres dans d’autres paroisses en leur enjoignant de se cacher pendant quarante jours. Ces stratégies étaient une façon de se « renvoyer » les pauvres d’une paroisse à l’autre. Cette loi, souvent considérée comme parmi les plus injustes jamais votées par le Parlement britannique, fut partiellement abrogée par l’amendement de 1834 à la Loi sur les pauvres (Poor Law Amendment Act).

14 Les paroisses ne correspondaient pas forcément aux paroisses ecclésiastiques. Elles pouvaient correspondre aux contours d’un comté ou à une zone géographique créés pour l’administration locale, en particulier pour la mise en application des Lois sur les pauvres.

15 Angela Burdett-Coutts (1814-1906) mit sa fortune au service d’œuvres philanthropiques pour aider les pauvres, favoriser l’instruction et financer les arts. Mary Carpenter (1807-1877) fonda des écoles pour enfants d’indigents (ragged schools). Louisa Twining (1820-1912) œuvra en faveur de réformes sociales, en particulier pour les indigents. Elle aida à créer un foyer pour jeunes filles vivant dans des maisons des pauvres (workhouses), asiles pour indigents. Anne Marsh-Caldwell (1791-1874) était romancière.

16 Lettre de Hugh Brown à Evelyn Sharp, 2 avril 1909, John Johnson collection, Bodleian Library, Oxford.

17 Voir l’introduction et la différence faite entre le féminisme identitaire et le féminisme égalitaire.

18 C. Sorin, « Fragile et pur ? Visions médicales du corps féminin dans l’Amérique du dix-neuvième siècle », GRAAT On-Line, vol. 5, n1, 2009, p. 140. Cette vision du corps féminin valait aux États-Unis comme en Grande-Bretagne.

19 Dans sa célèbre conférence de 1864 « Of Queen’s gardens », John Ruskin, chantre de l’idéal victorien de la féminité, expliquait ce qu’il estimait être la nature fondamentalement différente des hommes et des femmes. Tandis que l’homme s’affronte à la brutalité du monde extérieur, la femme « est protégée de tout danger et de toute tentation ». « Au sein de la maison qu’il gouverne, nul danger ni tentation, ni cause d’erreur ou faute ne pénètre, à moins qu’elle ne les recherche. Telle est bien la véritable nature du foyer : c’est le havre de paix, le refuge […] », J. Ruskin, Sesame and Lilies [1865], D. Epstein éd., New Haven et Londres, Yale University Press, 2002, p. 77. Traduction de B. Bijon.

20 Source : Millicent Garrett Fawcett, « Home and politics », discours prononcé à Toynbee Hall [à Londres] et ailleurs [1894], Westminster, London Society for Women’s Suffrage, 1895, p. 1-8. Traduction de B. Bijon.

21 Fawcett fait ici référence par exemple à la possibilité qu’avaient désormais les femmes de se faire élire comme gardiennes (Poor Law Guardians) dans le cadre de la Loi sur les pauvres, ou bien leur accès progressif à l’enseignement supérieur. Les progrès substantiels dont parle Fawcett en 1894 furent très rapidement considérés comme de piètres avancées par nombre de militantes.

22 A. Shore, « What women have a right to ». Réédité dans J. Lewis éd., Before the Vote Was Won and The Langham Place Group, ouvr. cité, p. 355. Arabella Shore (c. 1823-1901) s’était engagée en faveur du droit de vote des femmes dès les années 1870 dans le nord de l’Angleterre. Elle donna des séries de conférences sur l’histoire constitutionnelle et sur le droit des femmes à voter.

23 R. Pankhurst, « The right of women to the vote under the reform act, 1867 », Fortnightly Review, 1er septembre 1868, p. 250-254.

24 Ce texte parut pour la première fois, sous le nom de John Stuart Mill, dans la Westminster Review en 1851, puis dans le deuxième volume des Dissertations and Discussions de J. S. Mill en 1859, pour enfin être publié en 1868 sous le seul nom de Harriet Taylor-Mill. Les traductions de tous les extraits de l’essai de Harriet Taylor sont de Françoise Orazi, John Stuart Mill et Harriet Taylor : Écrits sur l’égalité des sexes, Lyon, ENS Éditions, 2014.

25 Ibid., p. 139.

26 Pour justifier de la légitimité du droit de vote des femmes, ces deux arguments de la justice et de l’opportunité ont été utilisés au Royaume-Uni à partir des années 1880 et tout au long de la campagne, sans que l’un ne prévale réellement sur l’autre. Voir C. Bolt, « The ideas of British suffragism », Votes for Women, J. Purvis et S. S. Holton éd., Londres et New York, Routledge, 2000, p. 35-36.

27 H. Taylor-Mill, « L’affranchissement des femmes », John Stuart Mill et Harriet Taylor : Écrits sur l’égalité des sexes, F. Orazi, ouvr. cité, p. 166. On entend ici bien sûr, en écho, les grands principes du libéralisme et le concept de liberté individuelle de John Stuart Mill dans On Liberty publié en 1859, en particulier la façon dont la liberté sociale et civile est une condition du progrès.

28 Helen Taylor, The Claim of Englishwomen to the Suffrage Constitutionally Considered, Londres, Trübner and Co, 1867, p. 3.

29 Le révérend John Hunter, pasteur dans le nord de l’Angleterre et en Écosse et sympathisant de la campagne pour le droit de vote des femmes, élargit la réflexion et affirma : « Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une anomalie qu’une constitution qui place une femme sur le trône interdise aux femmes de voter, et qu’une civilisation qui donne une forme féminine à toutes les représentations de la sagesse et de la justice, de la liberté et du droit, refuse aux femmes le droit d’accéder à aucune des sphères désignées par ces représentations », Women’s Suffrage Journal, 15 juin 1907.

30 Source : Helen Taylor, The Claim of Englishwomen to the Suffrage Constitutionally Considered, Londres, Trübner and Co, 1867, p. 15-17. Traduction de B. Bijon.

31 Voir le texte 1 de l’anthologie.

32 La Grande-Bretagne n’a pas de constitution formellement écrite. Il s’agit d’une constitution non codifiée formée d’un ensemble de textes, de corpus de lois et de la jurisprudence. Son acte fondateur en est la Grande Charte des libertés (Magna Carta) de 1215 et la Déclaration des droits (Bill of Rights) de 1689. Cette déclaration est un ensemble de règles qui régissent le fonctionnement des institutions et garantissent les libertés individuelles. Son article 5 déclare « que c’est un droit des sujets de présenter des pétitions au Roi et que tous emprisonnements et poursuites en raison de ces pétitions sont illégaux ».

33 Les « femmes indépendantes » étaient les femmes célibataires ou veuves.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search