Version classiqueVersion mobile

Suffragistes et suffragettes

Introduction

L’écriture comme combat politique

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, voir le magnifique texte de la conférence de l’universitaire britannique Mary Beard «  (...)
  • 2 Frances Wright (1795-1852) était proche des cercles socialistes utopiques, en particulier de Rober (...)
  • 3 F. Wright, Courses of Popular Lectures as Delivered by Frances Wright, with three addresses on var (...)
  • 4 G. Lerner, The Grimké Sisters from South Carolina : Pioneers for Women’s Rights and Abolition, New (...)
  • 5 M. Chapman, Making Noise, Making News : Suffrage Print Culture and U.S. Modernism, New York, Oxfor (...)
  • 6 Voir l’ouvrage de Nathalie Zimpfer, Mary Wollstonecraft et la naissance du féminisme social et pol (...)
  • 7 J. S. Murray, « On the equality of the sexes », The Massachusetts Magazine, vol. 2, mars et avril  (...)
  • 8 Murray utilisa en effet le pseudonyme de « Mr Vigilius » ou « The gleaner » afin que ses propos pu (...)

1L’histoire du mouvement pour le droit de vote des femmes est l’histoire d’un activisme politique où l’écriture et le discours furent une modalité centrale de l’engagement. Le droit à la parole et à l’écriture des femmes fut en soi un combat, antérieur et concomitant de celui pour le droit de vote des femmes. La prise de parole en public était un privilège culturel et social masculin : la parole de l’homme, rationnelle, puissante, respectable et respectée, faisait autorité. On lui opposait celle de la femme, jacasserie et babillage frivole, futile et indigne1. Au début du xixe siècle, l’écrivaine et libre-penseuse britannique Frances (Fanny) Wright2 fut la première femme à briser le tabou d’une femme parlant à un public fait d’hommes et de femmes. En 1829, à l’occasion d’une des nombreuses conférences qu’elle donna aux États-Unis, elle aborda cet interdit de façon très directe : « Peut-être en ce moment celle qui vous parle brave-t-elle un préjugé (me pardonnera-t-on ce mot ?). Parmi ceux qui m’entendent, peut-être en est-il qui estiment impudent et inconvenant qu’une femme raisonne avec ses semblables »3. Dans les années 1830 aux États-Unis, Sarah et Angelina Grimké furent violemment attaquées pour leurs conférences publiques contre l’esclavage, qui allaient à l’encontre du rôle passif et silencieux prescrit aux femmes qui devaient se cantonner à la sphère domestique. S’exprimant devant des publics mixtes, elles furent alors accusées d’être des débauchées aux mœurs légères. Parce qu’elles firent scandale et durent se battre pour pouvoir s’exprimer en public, Sarah Grimké publia en 1838 l’un des premiers textes théoriques défendant les droits des femmes, Letters on the Equality of the Sexes4, une série de lettres initialement parues dans la presse l’année précédente. Ainsi, l’écriture et la publication de textes en faveur des droits des femmes pouvaient pallier l’impossibilité de pouvoir s’exprimer en public. De nombreux textes écrits par des femmes permirent à celles-ci de participer à des débats publics par la plume, de donner de la voix tout en dématérialisant la présence physique réelle et le corps5. Au Royaume-Uni, A Vindication of the Rights of Woman, l’une des premières œuvres théoriques revendiquant l’émancipation et l’éducation des femmes, fut publiée par Mary Wollstonecraft en 17926. C’est une voix de femme qui se fit entendre et prit part à un débat public qui était celui des idéaux des Lumières et des principes d’émancipation politique. Aux États-Unis, deux ans auparavant, Judith Sargent Murray avait publié « On the equality of the sexes », un essai dans lequel elle arguait que les femmes possédaient les mêmes capacités intellectuelles que les hommes mais qu’elles avaient été privées de l’éducation qui leur aurait permis de s’accomplir7. Murray fut une auteure prolifique qui choisissait ses mots avec grande précaution et réécrivait ses textes de nombreuses fois, parfaitement consciente que ses potentielles erreurs seraient attribuées aux faiblesses de son sexe. Elle décida par la suite de publier sous un pseudonyme masculin8.

  • 9 N. Hawthorne, « Mrs Hutchinson » (1830), Tales and Sketches, New York, Penguin Putnam, 1982, p. 19 (...)
  • 10 Le concept de système politique prend ici un sens large ; il ne s’agit pas seulement des instituti (...)

2Les réactions hostiles que suscitèrent celles qui osèrent prendre la parole en public pour défendre les droits des femmes, à l’image de Lucy Stone assaillie de jets de pierres, d’œufs pourris ou même de harengs, ne sont pas sans rappeler « l’inconvenance des femmes qui osaient laisser leur esprit apparaître nu aux yeux du monde » dénoncée dans la nouvelle « Mrs Hutchinson » de Nathaniel Hawthorne en 18309. Au nom de la bienséance, aux États-Unis comme au Royaume-Uni, on tenta de réduire les suffragistes au silence, par les mots ou la force physique : elles furent raillées, bousculées, frappées, emprisonnées. Ainsi, de la simple expression du désir de voter à l’exigence d’un droit, les demandes de ces femmes, de surcroît lorsqu’elles se firent publiques – prise de parole devant un auditoire, publication signée, signature de pétitions, article de presse –, étaient en elles-mêmes un acte de rébellion et de remise en cause d’un système patriarcal politique, social et culturel10. Il faut ainsi redonner à la prise de parole ses lettres de noblesse.

  • 11 M. Chapman et A. Mills éd., Treacherous Texts : U.S. Suffrage Literature, 1846-1946, New Brunswick (...)

3Au cours de leur combat, les suffragistes développèrent une voix propre, qu’elle soit philosophique, politique ou littéraire, tout en explorant les nombreuses modalités qu’offre le texte imprimé, depuis la publication d’articles dans des journaux ou d’essais à l’écriture de poèmes, de nouvelles, de romans, de pièces de théâtre, de scénarios, de chansons ou de fabrication d’affiches, d’autocollants à l’impression de slogans sur des objets publicitaires. L’art fut véritablement mis au service de la propagande pour le droit de vote. Si la lutte pour le droit de vote des femmes donna naissance à une littérature foisonnante, variée et passionnante11, les écrits revêtaient tous une dimension politique, sociale et pédagogique. Les suffragistes utilisaient le langage de l’art pour inlassablement convaincre de la légitimité de la cause : tout support artistique, toute forme rhétorique pouvant transmettre le message furent sollicités. Nombre de ces productions étaient faites pour être dites, interprétées ou représentées : les discours étaient prononcés à des réunions, des pièces étaient jouées dans les salons puis dans la rue, des tableaux vivants agrémentaient les défilés et rassemblements en plein air, des poèmes étaient déclamés, des chansons reprises en chœur lors de manifestations ou à la sortie des prisons lorsque les suffragettes étaient libérées. Les suffragistes cherchaient à prendre une place dans l’espace public pour, ce faisant, déconstruire les carcans patriarcaux et construire une autre image des femmes.

  • 12 L’expression communément employée par les historien(ne)s américain(e)s est « out of the parlors an (...)
  • 13 B. Green, Spectacular Confessions. Autobiography, Performative Activism, and the Sites of Suffrage (...)
  • 14 M. Chapman, Making Noise, Making News, ouvr. cité, p. 5-6.

4Ainsi, il y eut, au tournant du xxe siècle, un changement de tactique dans le mouvement pour le droit de vote des femmes aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui fit sortir les femmes des salons pour aller défiler dans les rues12. Rhétorique verbale et rhétorique visuelle allaient de pair, la seconde donnant à la présence du corps féminin dans l’espace public une dimension spectaculaire : cortèges de femmes à l’esthétique très travaillée, artistes déployant leurs créations dans les défilés, actrices sur les scènes de théâtre. La présence des femmes dans la sphère publique transformait « le corps féminin en un corps civique »13. La mise en avant du corps des suffragistes et des suffragettes était la trace d’une modernité culturelle, sociale et politique : brisant les codes de genre et de bienséance hérités du xixe siècle, ces femmes représentaient un nouveau « type » de femmes, la femme moderne ou new woman14.

5Comment expliquer qu’une fois le droit de vote adopté au Royaume-Uni et aux États-Unis, ces œuvres artistiques qui firent entendre les femmes et les rendirent visibles tombèrent quelque peu dans l’oubli et furent ignorées ? Il semble qu’une fois le droit de vote obtenu, la raison d’être politique de cette culture matérielle et intellectuelle s’estompa. Il n’est pas inutile de rappeler que la production de l’histoire et ses enjeux de mémoire sont ancrés dans des structures qui demeurent patriarcales, où les voix et les textes des femmes restèrent longtemps marginaux, voire inaudibles.

  • 15 Voir J. Scott, « Gender : a useful category of historical analysis », The American Historical Revi (...)
  • 16 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 11.

6Qu’est-ce qu’écrire l’histoire de ces femmes que les hommes destinaient à être invisibles et silencieuses ? Quel point de vue adopter lorsque nous nous déplaçons dans le passé pour rendre compte de la lutte formidable de ces actrices de l’histoire ? Écrire l’histoire des femmes qui se sont battues pour obtenir le droit de vote au Royaume-Uni et aux États-Unis, c’est écrire une histoire dite « genrée », c’est-à-dire une histoire des femmes et des hommes, une histoire de la relation entre ces deux groupes. Selon l’historienne américaine Joan Scott, le concept de genre développe une nouvelle approche épistémologique de l’histoire : il permet de penser les rapports sociaux constitutifs des sexes et les mécanismes de domination qui y sont liés15. À ce titre, c’est bien sûr l’histoire d’une domination d’un groupe par l’autre qui traverse les scènes politiques, économiques, sociales et morales. Les questions de pouvoir et de genre sont ainsi indissociables dans l’écriture du mouvement pour le droit de vote des femmes. Il s’agit ici de donner la parole aux actrices et aux hommes porteurs de ce discours politique, pour une histoire faite et écrite par les femmes : ainsi que l’affirme l’historienne Michelle Perrot, « au théâtre de la mémoire, les femmes sont ombre légère »16. C’est pourquoi les textes que nous avons sélectionnés sont autant de « traces » pour mettre au grand jour les paroles et les actes de ces femmes. Les femmes qui se sont battues pour obtenir le droit de vote sont ici sujets de savoir, objets de discours et, surtout, énonciatrices :

  • 17 E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage éd., History of Woman Suffrage, préface, vol. 1 [1881], (...)

L’histoire écrite d’un point de vue subjectif présente un avantage, qui peut dès lors compenser tout égotisme ou partialité que le lecteur est susceptible d’y découvrir. Il en va de l’histoire comme de l’autobiographie, qui est plus intéressante qu’un récit écrit par quelqu’un d’autre : car dans les deux cas, lorsque ce sont les acteurs eux-mêmes qui écrivent, on s’approche davantage de l’âme du sujet.17

7Ces propos, issus de l’introduction à l’histoire du droit de vote des femmes publiée par l’Association nationale pour le droit de vote de la femme américaine (National American Woman Suffrage Association, ou NAWSA) en 1881, défendent une vision subjective de l’histoire, comprise comme un phénomène de réappropriation qui passe par le point de vue et l’éloquence. La notion de témoignage, de la place laissée à celles et ceux qui sont dépositaires d’une mémoire et d’une expérience, est centrale. History of Woman Suffrage est ainsi dédié à de grandes figures de la lutte pour les droits des femmes, de Mary Wollstonecraft à Lucretia Mott, dont les vies et les mots sont présentés comme une source d’inspiration constante. La transmission et la circulation des discours participent d’un exercice mnésique qui se veut un hommage militant, consacrant le passé, résonnant au présent, tourné vers l’avenir.

  • 18 Richard et Emmeline Pankhurst eurent quatre enfants, Harry qui mourut en bas âge, et trois filles (...)
  • 19 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls : Memory and the Women’s Suffrage Movement, 1848-1898, Chape (...)

8L’histoire du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis évoque l’image de femmes élégantes qui défilent en procession dans les rues de Londres et des grandes métropoles américaines, et la seule mention du mot « suffragette » suffit à faire surgir ces figures de militantes brisant les vitrines des magasins dans un quartier de Londres, saccageant les terrains de golf ou mettant le feu aux boîtes aux lettres. De façon tout aussi réductrice, le patronyme des Pankhurst18 est souvent devenu un métonyme de la lutte suffragiste, de sorte que l’histoire du droit de vote des femmes s’est bien souvent articulée autour de grandes figures féminines ayant représenté, catalysé et cristallisé les forces d’un mouvement multiple. Aux États-Unis, le mouvement est incarné par Elizabeth Cady Stanton, Lucretia Mott, Lucy Stone, Susan B. Anthony, Carrie Chapman Catt ou Alice Paul. Écrire cette histoire impose de résister à la mythification et au culte des personnalités, qui tout à la fois magnifient et réduisent le mouvement en le simplifiant et en en atténuant la complexité. L’historienne Lisa Tetrault parle en effet d’une mythologie de l’histoire du droit de vote et d’une sanctification de ses actrices qui rendent difficile la perception de ces femmes comme ambitieuses, calculatrices, politiciennes19. Il faut en permanence interroger sa démarche historique afin de ne pas, malgré soi, élaborer un discours totalisant et réducteur qui reproduirait une vision hégémonique. Dès lors, par-delà l’image des grands hommes et des grandes femmes qui construisent l’histoire, ce sont les processus qu’il s’agit d’explorer et d’analyser. Il s’agit également de résister au fantasme d’une origine unique du mouvement, que cette origine soit politique, idéologique ou réduite à un seul moment historique, afin d’éviter toute représentation univoque d’une lutte protéiforme.

Quelques repères historiques

  • 20 Voir le tableau chronologique à la fin de l’ouvrage.
  • 21 L. D. Ginzberg, Untidy Origins : A Story of Women’s Rights in Antebellum New York, Chapel Hill, Un (...)
  • 22 C. E. DuBois, Feminism and Suffrage : The Emergence of an Independent Women’s Movement in America (...)
  • 23 L. D. Ginzberg, Untidy Origins, ouvr. cité et C. Fillard, Elizabeth Cady Stanton. Naissance du fém (...)
  • 24 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls, ouvr. cité, p. 5. 
  • 25 M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 230. « La description archéologiq (...)
  • 26 Sur l’historique des différents termes utilisés pour désigner les Noirs aux États-Unis, voir H. Le (...)
  • 27 L. G. Schuyler, The Weight of Their Votes : Southern Women and Political Leverage in the 1920s, Ch (...)
  • 28 Ainsi la situation des Africaines-Américaines exclut d’emblée la possibilité de considérer 1920 co (...)
  • 29 Deux femmes furent élues la même année au Parlement fédéral, Enid Lyons et Dorothy Tangney. Pour l (...)

9Les repères chronologiques des mouvements britannique et américain pour le droit de vote sont différents20 : 1866, année de la première pétition présentée par 1499 femmes devant le Parlement britannique par le député John Stuart Mill, et 1867 où le droit de vote des femmes est introduit pour la première fois par le député, lors des débats aux Communes sur la nouvelle réforme électorale. Aux États-Unis, lors de la convention constitutionnelle de l’État de New York en août 1846, le Démocrate Alpheus S. Greene lut une pétition rédigée par six femmes (Eleanor Vincent, Susan Ormsby, Amy Ormsby, Anna Bishop, Lydia A. Williams et Lydia Osborn) réclamant les mêmes droits civiques et politiques que les hommes, dont le droit de vote21. On se souviendra de la cristallisation de nombreuses demandes lors de la convention organisée en 1848 à Seneca Falls dans l’État de New York, du rôle de la guerre de Sécession qui permit la naissance d’un mouvement suffragiste indépendant entre autres22. Affirmer qu’il existe un début identifiable de la lutte pour le droit de vote des femmes pose un problème épistémologique particulier qui défendrait le mythe d’une origine arrêtée. Or, les récents travaux sur Seneca Falls montrent bien que la représentation de la convention comme origine unique reconnue est une construction historique orchestrée par certaines activistes à la fin du xixe siècle, afin d’affirmer l’unicité de ce combat face aux multiples mouvements de réforme qui agitent alors la société américaine23. Lisa Tetrault analyse la dimension politique de cette entreprise, à plusieurs niveaux : les dynamiques politiques internes au mouvement, le contexte de la fin de la guerre civile et les questions raciales qui y sont liées, la nécessité de mobiliser les jeunes générations à travers une histoire (aussi bien dans le sens d’une connaissance du passé que dans celui d’une narration), la naissance de pratiques historiques propres à l’histoire des femmes. L’historienne note ainsi que l’on pourrait tout à fait considérer l’action des sœurs Grimké dans les années 1830 en faveur de la présence des femmes dans l’espace public, la résistance des femmes noires à l’esclavage et au viol, les grèves des ouvrières des industries textiles à Lowell en 1834 et 1836, les leçons d’anatomie féminine de Mary Gove Nichols et Pauline Wright Davis, les conférences données par Lucy Stone en 1847, ou bien la convention nationale organisée à Worcester en 1850, qui permit de rassembler et de coordonner de nombreuses initiatives locales, comme autant de possibles débuts d’un mouvement pour les droits des femmes24. Par ailleurs, évoquer un « début » ou une « naissance » relève de pratiques historiques problématiques, auxquelles il semble préférable de substituer la notion d’« archéologie » au sens où l’entendait Foucault : « au lieu de suivre le fil d’un calendrier originaire », il s’agit de décrire et d’analyser des discours comme autant d’émergences historiques25. En outre, il est également opportun de ne pas « arrêter » le cours de l’histoire à l’obtention d’un droit : en effet, choisir 1920, la date de la ratification du XIXe amendement, comme avènement du droit de vote des femmes aux États-Unis, est problématique car malgré l’adoption de cet amendement, des femmes ne purent exercer pleinement ce droit, comme par exemple les Africaines-Américaines26 du Sud qui durent se battre pour avoir accès aux urnes27. On peut ainsi également arguer que c’est l’exercice plein d’un droit qui en fait l’existence, ou bien qu’il est en perpétuelle conquête pour des franges de la population britannique ou américaine pour lesquelles voter ne va jamais de soi28. En outre, la répercussion de l’obtention du droit de vote sur la vie politique et la société n’est pas toujours immédiate. L’Australie est un exemple : alors que les Australiennes blanches purent voter et se présenter aux élections parlementaires dès 1902, ce n’est qu’en 1942 qu’une femme deviendra députée du Parlement fédéral29. Dès lors, retracer l’histoire du droit de vote revient à aller bien au-delà de son existence légale, en expliquant ses accomplissements, mais aussi ses défaillances.

Une historiographie hégémonique

Historiographie britannique

  • 30 Suffragette Fellowship Collection, Museum of London.

10Pendant plusieurs décennies, l’écriture de l’histoire de la campagne pour le droit de vote des femmes au Royaume-Uni fut dominée par le versant le plus radical. Cette histoire fut intimement liée, voire subordonnée à l’Association des suffragettes (Suffragette Fellowship), fondée en 1926 par le Club des suffragettes (Suffragette Club) et par la suffragette Edith How-Martyn. L’Association des suffragettes entendait « perpétuer le souvenir des pionnières et d’événements remarquables liés à l’émancipation des femmes, en particulier à la campagne plus radicale et violente pour le droit de vote de 1905 à 1914, afin de préserver l’esprit suffragette »30. À ce titre, l’Association entreprit de constituer un fonds d’archives regroupant brochures, tracts, revues, livres, correspondance, photographies et tout objet associé et utilisé lors de la campagne pour le droit de vote des femmes. Il s’agissait également, dans les décennies qui suivirent, de commémorer les dates et personnages marquants de la campagne, de tenir des réunions hebdomadaires et de rédiger un bulletin d’information. Si ces activités visaient à garder vivante la mémoire du mouvement, elles concoururent toutefois à en orienter l’histoire en la polarisant sur le versant le plus radical uniquement en raison du découpage temporel retenu pour la constitution de ces archives.

  • 31 Au cours de cette réunion du 13 octobre 1905, Sir Edward Grey, député libéral, s’exprimait pour so (...)
  • 32 Cette pétition est le texte 1 de l’anthologie.
  • 33 W. Thompson et A. Wheeler, An Appeal of one Half the Human Race, Women, against the Pretensions of (...)
  • 34 H. Kean, « Searching for the past in present defeat : the construction of historical and political (...)

11La borne temporelle choisie, 13 octobre 1905, est en effet devenue au Royaume-Uni un repère identificatoire de la lutte, puisque cette date marque l’apparition d’une stratégie de confrontation directe. Lors d’une réunion publique du parti libéral31 qui se tint à Manchester en vue des élections de 1906, les suffragettes Christabel Pankhurst et Annie Kenney déployèrent une bannière en posant la question qui allait devenir un leitmotiv : « Le gouvernement libéral a-t-il l’intention d’accorder le droit de vote aux femmes ? » Après que les deux femmes furent expulsées de la salle par la police, Christabel Pankhurst cracha sur un policier afin d’attirer l’attention sur leur combat. Les deux femmes furent arrêtées puis jugées le jour suivant ; elles refusèrent de payer leur amende et furent condamnées à une peine de prison d’une semaine. Considérée comme le premier acte militant radical par les défenseurs du droit de vote, cette forme d’action qui consistait à systématiquement interrompre l’orateur, déclencher un chahut, provoquer la police et créer une forme de publicité pour la cause, devint un rituel. Ces événements d’octobre 1905 se déroulèrent trente-neuf ans après que la question du droit de vote pour les femmes eut été débattue pour la première fois à la Chambre des communes à la suite de son introduction par les parlementaires John Stuart Mill et Henry Fawcett, et quarante ans après la première pétition présentée par un groupe de femmes à ces parlementaires32. Soixante-dix ans auparavant, William Thompson et Anna Wheeler avaient demandé une égalité politique entre les hommes et les femmes pour la première fois dans un texte précurseur, l’« Appel de la moitié du genre humain, les femmes, contre les prétentions de l’autre moitié, les hommes, à les maintenir en esclavage politique et, donc, civil et domestique »33. Le fondement militant radical des archives de l’Association des suffragettes fut renforcé par le principe qui présidait à l’appartenance au Club des suffragettes : avoir été emprisonnée. L’Association des suffragettes qui, d’une certaine façon, allait faire valoir sa version officielle du mouvement, en a biaisé la vision en excluant, de fait, les actrices, les événements et les principes du mouvement qui ne coïncidaient pas avec la perspective plus radicale. Par ailleurs, les autobiographies et mémoires publiés ont également contribué à façonner l’image de la campagne puisque nombre d’entre eux furent écrits par des suffragettes. Si ces textes personnels fournissent des témoignages directs de la campagne et éclairent la façon dont une conscience politique s’est construite chez ces femmes, ils constituent des témoignages très subjectifs, qui, à ce titre, doivent être examinés avec précaution et considérés comme « la représentation d’une expérience plutôt que comme un récit historique quasi objectif »34.

  • 35 E. S. Pankhurst, The Suffragette : The History of the Women’s Militant Suffrage Movement, New York (...)
  • 36 Il est notable que les autobiographies et mémoires des suffragettes restées fidèles à la ligne d’E (...)
  • 37 En 1974, une minisérie télévisée intitulée Shoulder to Shoulder produite par la BBC devint très po (...)

12Les récits des suffragistes et des suffragettes ainsi que l’ensemble des documents formant les archives des suffragettes constituèrent les sources initiales, de sorte que les actrices du mouvement devinrent les premières historiennes du droit de vote des femmes. Un des ouvrages les plus souvent cités et analysés fut celui de Sylvia Pankhurst The Suffragette : The History of the Women’s Militant Suffrage Movement, publié en 1911 alors que le militantisme radical battait son plein. Elle publia également The Suffragette Movement. An Intimate Account of Persons and Ideas en 193135. Les deux ouvrages, qui passent sous silence la campagne modérée et les tensions ou désaccords liés à la radicalisation de la campagne et à la violence croissante, commencèrent à construire une histoire partisane et univoque qui fera autorité pour l’écriture de cette période de l’histoire jusqu’au début des années 198036. Jusqu’à cette époque, l’histoire du mouvement fut construite par la vision des dirigeantes du Mouvement social et politique des femmes (Women’s Social and Political Union, ou WSPU)37. C’est le WSPU qui avait choisi de radicaliser ses modes d’action en ayant recours à la violence et aux actes délictueux. L’écriture de l’Histoire fut accaparée, voire colonisée par cette vision. Les archives ainsi que les travaux historiques qui en découlaient servaient tous « l’esprit suffragette », défini ainsi par l’ancienne militante Géraldine Lennox en 1932 :

  • 38 G. Lennox, The Suffragette Spirit, Londres, Suffragette Fellowship, 1932, p. 3.

Une loyauté inébranlable à un idéal : l’émancipation politique des femmes avec tout ce que cela impliquait, une obéissance aux dirigeantes du mouvement, une discipline de fer et une abnégation totale qui faisait fi des petites faiblesses personnelles, un partage du travail et des difficultés, ainsi qu’un enthousiasme magnifique qui rendait toute perte et souffrance futiles. C’était un esprit qui refusait de capituler face à l’injustice, un esprit destiné à faire accomplir de grandes choses.38

  • 39 Voir L. Mayhall, « Creating the “suffragette spirit” : British feminism and the historical imagina (...)

13Comme l’explique l’historienne Laura Nym Mayhall, ce qui était fondamental à cet « esprit suffragette » était la dévotion aux deux dirigeantes autocratiques du WSPU, Emmeline et Christabel Pankhurst, ainsi que le sens du sacrifice personnel pour la cause39. Sont ainsi évacuées toute forme de militantisme pacifique ou peu spectaculaire, toute formation démocratique comme la Ligue pour la liberté des femmes (Women’s Freedom League, ou WFL) et, surtout, toute la lutte dite « constitutionnelle » des modérées qui œuvrèrent bien avant 1905 et après 1914. Malgré la longévité de l’organisation et l’obstination et la constance de son militantisme, l’Union nationale des sociétés pour le droit de vote des femmes (National Union of Women’s Suffrage Societies, ou NUWSS) dirigée par Millicent Fawcett, ainsi que les récits publiés par ses membres, restèrent dans l’ombre. Ainsi, ces archives constituées d’autobiographies, mémoires, tracts et autres documents des militantes modérées et pacifiques furent longtemps reléguées au second plan dans l’écriture de cette Histoire.

  • 40 H. Blackburn, Women’s Suffrage. A Record of the Women’s Suffrage Movement in the British Isles wit (...)
  • 41 R. Strachey, The Cause. A Short History of the Women’s Suffrage in Great Britain, Londres, G. Bell (...)
  • 42 Elizabeth Wolstenholme Elmy (1833-1918) était une pionnière et une figure radicale du mouvement po (...)

14C’est le cas de la première histoire du mouvement écrite par une de ses actrices, Helen Blackburn, et publiée en 1902, un an avant sa mort, Women’s Suffrage. A Record of the Women’s Suffrage Movement in the British Isles with Biographical Sketches of Miss Becker40 et de l’ouvrage de Ray Strachey The Cause. A Short History of the Women’s Suffrage in Great Britain41, publié en 1928. Le livre de Ray Strachey est une source historique primordiale dans la mesure où il retrace toute l’histoire de la NUWSS qui fut le mouvement comptant le plus grand nombre d’adhérents tout au long de la campagne. Pour obtenir le droit de vote, ces deux auteures et actrices de la campagne modérée revendiquaient la valeur et l’efficacité des actions suffragistes dans le strict respect de la loi et des convenances. Un autre point commun relie les récits de ces deux femmes : Helen Blackburn et Ray Strachey écrivirent leur récit à l’ombre d’une figure tutélaire, Lydia Becker pour Blackburn et Millicent Fawcett pour Ray Strachey. Toutes deux présentèrent une image plutôt homogène du mouvement, la première laissant dans l’ombre des causes plus controversées comme celle des maladies contagieuses ou des figures plus radicales comme Elizabeth Wolstenholme Elmy42, la seconde discréditant les actions spectaculaires et extrêmes du WSPU.

  • 43 H. Blackburn, Women’s Suffrage, ouvr. cité, p. 23. Pour une exploration de la façon dont les récit (...)
  • 44 H. Blackburn, Women’s Suffrage, ouvr. cité, p. v.
  • 45 Voir le classique de l’écriture de l’Histoire E. H. Carr, What Is History ?, Cambridge, Cambridge (...)

15Les récits écrits par les actrices du mouvement liaient tous l’individuel au collectif, le familial et le personnel au politique car, ainsi que l’affirmait Blackburn, « il y a des moments où l’histoire d’une vie est si imbriquée dans l’histoire de son temps, où la pensée et la conduite d’une personne sont si typiques de la vie de sa génération, que raconter l’histoire de l’un est raconter l’histoire de l’autre »43. Ainsi, en fonction de leurs affinités personnelles, politiques et éthiques, mais également parce qu’elles furent les actrices du mouvement, il est clair que les suffragistes comme les suffragettes en écrivirent une histoire partiale, même si elles prétendaient le contraire : Helen Blackburn estimait que son histoire du mouvement avait pour but « de présenter les faits et non les arguments, l’histoire et non la théorie, afin que notre action au présent soit fondée sur l’expérience et non l’émotion »44. C’est pourtant une évidence que l’écriture de l’Histoire est toujours subjective et que les faits de l’Histoire ne sont rien sans l’historien(ne) qui les raconte et les interprète45.

  • 46 J. Purvis, Emmeline Pankhurst : A Biography, Londres, Routledge, 2002, p. 5.

16Dans les années 1960 et 1970, les historiennes de la deuxième vague du féminisme trouvèrent une filiation avec la radicalité des suffragettes. L’historienne britannique June Purvis explique comment, dans les années 1970, « une génération d’historiennes féministes – y compris moi-même – tenaient à découvrir l’histoire de leurs ancêtres [foremothers] »46 :

  • 47 Il s’agit de Sylvia Pankhurst, deuxième fille d’Emmeline Pankhurst, socialiste et engagée pour les (...)
  • 48 J. Purvis, Emmeline Pankhurst : A Biography, ouvr. cité. Purvis explique toutefois que les engagem (...)

Très influencées par la deuxième vague du féminisme, ce furent les voix féministes socialistes comme celle de Sylvia47 qui devinrent l’approche dominante au sein de la nouvelle histoire féministe qui cherchait à rapporter « l’histoire vue d’en bas » (history from below), afin de découvrir la vie de femmes « ordinaires » plutôt que de leurs sœurs plus célèbres.48

  • 49 H. Mitchell, The Hard Way Up : The Autobiography of Hannah Mitchell, Suffragette and Rebel, Londre (...)

17C’est ainsi que les années 1980 marquèrent une rupture dans l’historiographie du mouvement britannique. On fit émerger des sources primaires qui découvrirent de nouvelles voix. Par exemple, l’autobiographie de la suffragette Hannah Mitchell The Hard Way Up49 publiée en 1968, cinquante ans après l’aboutissement de la campagne pour le droit de vote, décrit un itinéraire personnel qui est celui de nombreuses ouvrières du nord de l’Angleterre et d’autres régions industrielles. La conscience politique de ces femmes émergeait de l’expérience qu’elles faisaient de l’inégalité entre les sexes dans la réalité quotidienne de leur vie d’épouses, de mères et d’ouvrières. Les récits révèlent que c’est précisément la difficulté de ce quotidien qui rendait tout engagement personnel difficile. Pour reprendre une partie du titre de l’autobiographie de Hannah Mitchell, le combat se menait « à la dure » (the hard way) :

  • 50 Ibid., p. 130.

Aucune cause ne se gagne entre le déjeuner et le dîner, et la plupart de celles d’entre nous qui étaient mariées devaient travailler une main liée dans le dos (one hand tied behind us), pour ainsi dire. Nous arrivions à affronter et supporter la réprobation publique, mais les soucis et les difficultés de la vie domestique, qui étaient le prix que nous étions nombreuses à payer pour nos opinions et nos activités, étaient chose cruelle.50

  • 51 J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us. The Rise of the Suffrage Movement, Londres, V (...)
  • 52 En 1912, la NUWSS créa un fond de soutien (Election Fighting Fund) aux candidats travaillistes, le (...)

18L’élargissement de la recherche aux sources primaires alors peu explorées qui se trouvaient en Écosse, aux pays de Galles et dans les régions, permit de décentrer l’histoire du mouvement de sa base londonienne et bourgeoise et d’en explorer la dimension régionale. Cette recherche fut fondamentale car elle permit de recentrer actrices, événements et récits restés à la périphérie de l’histoire afin de mettre en perspective et de comprendre le mouvement dans son ensemble. Les travaux des historiennes Jill Liddington et Jill Norris furent fondamentaux dans cette réorientation historiographique51. La mise au jour de tensions au sein du mouvement brisa l’harmonie construite par les premières autobiographies de suffragettes et mit à mal le culte voué aux Pankhurst et aux actions militantes radicales. Ainsi, la centralité du WSPU, créé par Emmeline Pankhurst à Manchester, fut réévaluée en mettant en évidence l’engagement essentiel sur le terrain, dans les régions, que ce soit celui des ouvrières ou celui des membres des associations non violentes. Ces dernières, en particulier l’Union nationale des sociétés pour le droit de vote des femmes, apportèrent leur soutien au parti travailliste local à partir de 1913 et 191452.

  • 53 S. S. Holton, Feminism and Democracy, Women’s Suffrage and Reform Politics in Britain, 1900-1918, (...)
  • 54 Voir S. S. Holton, “Reflecting on suffrage history”, A Suffrage Reader. Charting Directions in Bri (...)

19L’ouvrage de Sandra Stanley Holton Feminism and Democracy, Women’s Suffrage and Reform Politics in Britain, 1900-1918, publié en 198653, mit au jour les idées et valeurs défendues par les femmes au sein du mouvement. Il permit également de redéfinir les contours des différents courants et de montrer que les membres des organisations extrémistes et modérées collaboraient très souvent, mettant ainsi à mal la dichotomie parfois simplificatrice entre ces deux modes d’action54.

  • 55 L. Tickner, The Spectacle of Women. Imagery of the Suffrage Campaign, 1907-14, Londres, Chatto & W (...)
  • 56 D. Atkinson, Purple, White and Green : Suffragettes In London, 1906-1914, Londres, Museum of Londo (...)
  • 57 B. Green, Spectacular Confessions, ouvr. cité, 1997.

20En 1987, l’ouvrage de Lisa Tickner The Spectacle of Women fit date55 : il explore le mouvement dans sa dimension visuelle et s’intéresse à la question de ses représentations et de ses images, nous guidant sur un territoire où art, politique et propagande se mêlent. Les ouvrages de Diane Atkinson sur « les suffragettes en images » poursuivirent cette approche56, que vint compléter et élargir celui de Barbara Green sur l’aspect spectaculaire de la politique57. L’originalité de ce dernier est qu’il associe images, textes autobiographiques et littéraires afin de mettre en évidence la force du corps féminin rendu visible dans la sphère publique.

  • 58 C. Eustance, J. Ryan et L. Ugolini, A Suffrage Reader. Charting New Directions in British Suffrage (...)
  • 59 L. E. Nym Mayhall, « Introduction : rethinking suffrage », The Militant Suffrage Movement. Citizen (...)
  • 60 Voir par exemple I. C. Flecher, L. E. Nym Mayhall et P. Levine éd., Women’s Suffrage in the Britis (...)
  • 61 Ibid., p. 4.
  • 62 C. Eustance, L. Ugolini et J. Ryan éd., « Introduction : writing suffrage histories – the “British (...)

21Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, des ouvrages offrent de nouvelles perspectives d’analyse, non seulement dans leur étude de la campagne pour le vote en tant que telle, mais également à travers leurs commentaires sur l’historiographie du mouvement lui-même. C’est ainsi que de « nouvelles orientations sont définies » (charting new directions)58 pour « repenser le droit de vote des femmes » (rethinking suffrage)59. La question du droit de vote fut par exemple abordée dans le contexte de la construction des identités nationales60. La campagne pour le droit de vote des femmes s’inscrit dans une lutte politique et des mutations beaucoup plus larges car, ainsi que l’affirme Laura E. Nym Mayhall, la fin des années victoriennes et la période édouardienne virent « les individus négocier avec l’État afin de redéfinir la citoyenneté »61. Il était en effet indispensable d’explorer et d’analyser comment « les concepts de citoyenneté et de démocratie étaient sous-tendus par l’interaction entre le genre, la classe et la race »62, interaction qu’il est difficile d’ignorer pour écrire l’histoire du mouvement.

  • 63 Le masculinisme est « une tendance à attribuer toute valeur et tout sens en termes définis par le (...)
  • 64 Voir J. Purvis, « Gendering the historiography of the suffragette movement in Edwardian Britain », (...)

22Si la recherche et les publications sur le mouvement se sont à la fois affinées et élargies, certaines ont indéniablement adopté ou conservé une vision rétrécie et irrecevable du mouvement. Ainsi, de nombreuses voix d’historiennes féministes se sont élevées contre la vision masculiniste63 de nombreux historiens qui, par le passé mais également de façon plus surprenante très récemment, reproduisent dans leurs analyses et leurs écrits les préjudices et le sexisme que les femmes combattirent tout au long de la campagne pour le droit de vote64.

  • 65 M. Joannou et J. Purvis éd., The Women’s Suffrage Movement. New Feminist Perspectives, Manchester (...)
  • 66 S. S. Holton, Suffrage Days : Stories from the Women’s Suffrage Movement, ouvr. cité, p. 249.

23Au cours des vingt dernières années, les recherches ont pris en compte et exploré les parcours de combattantes moins connues car, pour chaque Pankhurst, il y avait des centaines de noms de femmes moins connues qui toutes œuvraient pour la cause. Parmi ces ouvrages, citons par exemple The Women’s Suffrage Movement. New Feminist Perspectives, A Suffrage Reader. Charting New Directions in British Suffrage History, ou bien encore Suffrage Days : Stories from the Women’s Suffrage Movement65. Ces ouvrages se sont éloignés des personnalités célèbres pour s’intéresser à des figures jusque-là délaissées ou oubliées et, ce faisant, ont rendu compte de la diversité, de la richesse et du dynamisme du mouvement. De façon intéressante et essentielle, cette approche permet de ne pas écrire qu’une histoire des grandes femmes (comme il existe une histoire des grands hommes), vision limitée et contestable qui ne rend pas compte véritablement du tissu historique. Les historiennes June Purvis et Sandra Stanley Holton, parmi d’autres, ont définitivement marqué cette orientation de la recherche et de la démarche historique et ont démontré que beaucoup d’histoires singulières restent à découvrir et à publier sur le mouvement pour le droit de vote des femmes : « Beaucoup de documents et de filons restent à exploiter, de nombreuses questions demeurent sans réponses et d’innombrables histoires attendent d’être racontées – le kaléidoscope ne cesse de tourner. »66

Historiographie américaine

  • 67 N. Cott, The Grounding of Modern Feminism, New Haven et Londres, Yale University Press, 1987, p. 3 (...)
  • 68 Il s’agit du bulletin de l’Association nationale pour le droit de vote de la femme (National Woman (...)
  • 69 « Stanton/Anthony vs. Howe/Higginson : the (not so) polite struggle for narrative control of the w (...)
  • 70 Lettre de Catt à F. W. Putnam, 16 août 1938, Carrie Chapman Catt Papers, New York Public Library, (...)
  • 71 Lettre de L. Anthony à C. Chapman Catt, 17 mars 1939, Carrie Chapman Catt Papers, New York Public (...)

24Aux États-Unis, l’histoire des droits des femmes a été dans une certaine mesure dominée par l’histoire du droit de vote67. Or, il faut se souvenir que cette lutte s’inscrit dans des mouvements de mobilisation de masse bien plus larges, aux sources multiples et diverses. La lutte pour le droit de vote n’en est finalement que l’aspect le plus connu. Ainsi, les suffragistes ont non seulement dominé la scène historique au début du xxe siècle, mais également l’historiographie. En outre, ces différents mouvements étaient loin d’être unis et uniformes : souvent divisés, ils étaient parfois en concurrence ou capables de former des alliances temporaires. L’historiographie porte la trace de ces tensions. Tout comme les Britanniques qui voulurent écrire l’histoire de leur point de vue, les Américaines publièrent très tôt des ouvrages retraçant l’histoire de leur combat : ainsi, la publication de History of Woman Suffrage, s’étalant sur quarante ans et regroupant six volumes, une entreprise conçue dès 1876 par Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony et Matilda Joslyn Gage, fut poursuivie et complétée par les générations suivantes. Les activistes se montrèrent soucieuses de conserver une trace de leur combat, une histoire forgée par elles-mêmes, un souci qui fut motivé par la peur d’être oubliées, incomprises ou ridiculisées, mais pas uniquement. Gary Williams montre en effet, qu’en réalité, Stanton envisageait la publication de History of Woman Suffrage comme une réponse à la fois à l’échec de sa propre publication The Revolution68 ainsi qu’au succès du Woman’s Journal, l’organe de presse de l’organisation suffragiste concurrente à l’époque, l’Association pour le droit de vote de la femme américaine (American Woman Suffrage Association, ou AWSA)69. Williams explique ainsi que le Woman’s Journal ignora le premier volume de History of Woman Suffrage pendant un an, et que lorsque la recension parut en septembre 1882, Thomas Wentworth Higginson, qui en était l’auteur, nota qu’il était très difficile d’écrire l’histoire, et encore plus de la lire correctement. En effet, de l’antagonisme dans les années 1870 et 1880 entre les deux associations opposées naquirent des oublis. Ce ne furent pas les seuls oublis, puisque les deux derniers volumes parus en 1922, alors édités par l’association la plus importante, l’Association nationale pour le droit de vote de la femme américaine (National American Woman Suffrage Association, ou NAWSA), née en 1890 de la réunion des deux anciennes associations concurrentes (NWSA et AWSA), ne mentionnaient pas dans les dernières années de lutte son association rivale, le Parti national de la femme (National Woman’s Party, ou NWP). La volonté de promouvoir une vision historique spécifique est par exemple incarnée par Carrie Chapman Catt, présidente de la NAWSA de 1900 à 1904, puis de 1915 à 1920. À la lecture de ses archives se révèle l’importance que revêtait pour elle la constitution d’une mémoire suffragiste selon ses propres termes, symbolisée par le travail de longue haleine que représenta la constitution du fonds qu’elle légua à la bibliothèque du Congrès en 1939. Catt alla littéralement rechercher des ouvrages et des archives dans des greniers70. En outre, elle n’avait de cesse de pointer les incohérences des ouvrages publiés, étant toujours aux aguets afin de rectifier ce qui était écrit71. Elle cherchait ainsi à garder le contrôle sur sa version des faits.

  • 72 Harriet Tubman aida de nombreux esclaves à trouver la liberté en les accompagnant clandestinement (...)
  • 73 C. Delahaye, « “The perfect library” : Carrie Chapman Catt and the authoritative historiography »,

25Mais cette entreprise historiographique menée sur tous les fronts par Catt n’est pas sans limite : cette histoire du droit de vote offre une vision partielle et partiale, symbolisée par l’exclusion de la branche radicale, à l’image, en un sens, d’un certain conformisme blanc et bourgeois. Un épisode illustre les dynamiques à l’œuvre pour Catt, qui se veut, dans une certaine mesure, la gardienne mnémonique du combat : Catt fut en effet contactée en mai 1939 par Earl Conrad qui préparait une biographie d’Harriet Tubman72, publiée en 1943. Conrad demanda à Catt si elle avait des informations sur Tubman, ancienne esclave engagée dans la lutte pour les droits des femmes. La correspondance de Catt montre qu’elle chercha à retrouver la trace de Tubman ; puis elle finit par écrire à Conrad que finalement Tubman n’avait pas aidé les suffragistes, mais que c’étaient elles qui l’avaient aidée, puisqu’à cette époque il n’y avait aucun(e) Africain(e)-Américain(e) à la tête des mouvements ! Dans sa réponse, Conrad accusa Catt de manipuler l’histoire du mouvement et d’en offrir une vision incomplète et fallacieuse, avant d’opérer un parallèle entre l’histoire des femmes et celle des Africain(e)s-Américain(e)s, notant qu’elles étaient toutes deux négligées par les historiens73.

  • 74 Voir par exemple H. Stanton Blatch et A. Lutz, Challenging Years : The Memoirs of Harriot Stanton (...)
  • 75 E. C. DuBois, « Making women’s history : historian-activists of women’s rights, 1880-1940 », Woman (...)
  • 76 La pratique du « scrapbooking » a été étudiée dans l’ouvrage d’E. G. Garvey, Writing with Scissors (...)
  • 77 L. Benson, The Concept of Jacksonian Democracy : New York as a Test Case, Princeton, Princeton Uni (...)
  • 78 L’ère progressiste décrit la période au tournant du xixe et du xxe siècle aux États-Unis, au cours (...)

26History of Woman Suffrage n’est pas la seule source disponible, bien qu’elle fût, malgré sa flagrante partialité, parfois considérée comme telle. D’Elizabeth Cady Stanton à Jane Addams, de nombreuses femmes engagées écrivirent leur histoire74. Ces femmes n’étaient pas des historiennes professionnelles, mais leur volonté de préserver leur version des faits et les efforts qu’elles accomplirent pour publier leur ouvrage et constituer des fonds d’archives furent essentiels pour les générations futures75. Il est d’ailleurs primordial de multiplier les sources, puisque le mouvement recoupait et en transcendait beaucoup d’autres. Les archives, biographies, mémoires, journaux intimes ou carnets personnels comprenant collages de photographies ou d’articles (scrapbooks ou journaux herbiers), fournirent aux premiers historiens et historiennes des sources conséquentes à exploiter76. Ces pionniers dans le domaine de l’étude de la lutte pour le droit de vote des femmes publièrent, dans les années 1960 ou 1970, des études qui participaient alors d’une révolution historiographique marquée par les engagements militants de l’époque. L’histoire sociale s’en trouva ainsi renouvelée et permit de mettre en lumière la vie des femmes que les paradigmes historiques traditionnels, qui se focalisaient sur la politique institutionnelle et le travail rémunéré, avaient ignorée. Il faut noter également dans les années 1960 le regain d’intérêt en histoire politique pour l’histoire du droit de vote comme vecteur de la compréhension de la démocratie américaine, à l’image de l’influent ouvrage de Lee Benson sur la démocratie jacksonienne en 196177, dans un contexte historique où le droit de vote des Africain(e)s-Américain(e)s était un enjeu politique et militant majeur grâce au mouvement pour les droits civiques. Dans une Amérique traversée de tensions politiques et d’agitations sociales, les chercheurs s’intéressèrent à d’autres périodes de réformes charnières, telles que l’ère progressiste78. La période entre 1880 et 1920 est souvent considérée comme l’âge d’or de l’engagement des femmes, qui concerna des femmes de différentes classes, races et régions. Les études menées par les historien(ne)s servirent également à redéfinir la politique, en montrant que cette dernière ne se cantonnait pas à des aspects institutionnels ou électoraux, mais s’inscrivait aussi dans des actions collectives en dehors des lieux de pouvoir traditionnels. Ces travaux furent complétés, réévalués et remis en cause par des ouvrages publiés dans les années 1980 ou 1990, qui mirent en lumière ce qu’ils considéraient comme la dimension hégémonique des premières études, en montrant que les questions de race, de religion, de classe sociale, de région géographique étaient également à prendre en compte afin de ne pas donner une vision monolithique du mouvement, vision qui malgré elle reproduisait des mécanismes de domination en s’intéressant principalement à l’élite blanche et bourgeoise des mouvements. Cette évolution caractérise le développement d’un nouveau champ historiographique, dont les premiers jalons sont posés par l’exhumation de ce qui semble le plus évident, le plus présent, pour par la suite chercher à prendre en compte la complexité de l’action collective. On retrouve ainsi la démarche archéologique de la constitution d’un nouveau champ des savoirs.

  • 79 E. Flexner, Century of Struggle : The Woman’s Rights Movement in the United States, Cambridge, Bel (...)
  • 80 A. S. Kraditor, The Ideas of the Woman Suffrage Movement, 1890-1920, New York, Columbia University (...)
  • 81 A. Sinclair, The Better Half : The Emancipation of American Women, New York, Harper et Row, 1965.
  • 82 A. P. Grimes, The Puritan Ethic and Woman Suffrage, New York, Oxford University Press, 1967.
  • 83 S. Hunter Graham, Women Suffrage and the New Democracy, New Haven et Londres, Yale University Pres (...)
  • 84 Ce terme a d’abord été utilisé par Gerda Lerner pour qualifier les premiers travaux historiques en (...)
  • 85 G. Lerner, « Placing women in history : definitions and challenges », Feminist Studies, vol. 3, no(...)
  • 86 A. Davis, « Racism in the woman suffrage movement », Women, Race and Class, New York, Vintage Book (...)
  • 87 M. Spruill Wheeler, New Women of the New South : The Leaders of the Woman Suffrage Movement in the (...)
  • 88 L. Ford, Iron-Jawed Angels : The Suffrage Militancy of the National Woman’s Party, 1912-1920, Lanh (...)
  • 89 E. C. DuBois, Feminism and Suffrage, ouvr. cité.
  • 90 N. Cott, The Grounding of Modern Feminism, ouvr. cité.
  • 91 S. M. Buechler, The Transformation of the Woman Suffrage Movement – The Case of Illinois, 1850-192 (...)

27Parmi les ouvrages publiés dans les années 1960, on peut noter l’influence de Century of Struggle79, The Ideas of the Woman Suffrage Movement80, The Better Half : The Emancipation of American Women81 et The Puritan Ethic and Woman Suffrage82. Ces ouvrages permirent de découvrir l’histoire des suffragistes, qui fut pour beaucoup la première histoire des femmes lue et connue83. L’intérêt pour l’histoire du droit de vote des femmes contribua à l’émergence de l’histoire des femmes. Du début des années 1970 aux années 1990, le cadre interprétatif de l’histoire du droit de vote des femmes a changé et il a montré la complexité du mouvement. Il a essayé de dépasser l’histoire « compensatoire »84, s’intéressant aux femmes remarquables, pour s’intéresser à des femmes jusqu’alors invisibles. Le deuxième mouvement s’est focalisé sur la diversité des contributions des femmes85. Si l’historiographie s’en est trouvée segmentée, elle a également donné naissance à des études complètes et détaillées. Elle a fait la part belle aux études régionales et a aussi su mettre en valeur des spécificités de cette forme d’activisme, mais aussi ses limites. L’intersectionnalité a alors représenté un enjeu majeur du positionnement des historien(ne)s utilisant les catégories d’analyse de classe ou de race86. Les associations de suffragistes sont ainsi apparues comme racistes ou élitistes87. Une fois le devoir de mémoire honoré, la vision critique devait prendre le dessus. Des travaux se sont intéressés spécifiquement aux militantes les plus radicales et ont cherché avant tout à mettre en lumière l’existence et les activités du Parti national de la femme (NWP) et à lui donner la place qu’il méritait88. Christine Lunardini décrit les activités du NWP en se fondant sur une étude approfondie des archives. Linda Ford s’intéresse au militantisme radical du NWP, en essayant de définir l’origine sociale des militantes : elle défend ainsi l’idée d’une diversité socio-économique qui, selon elle, n’apparaissait pas dans les études d’Ellen Carol DuBois89, de Nancy Cott90 ou de Steven Buechler91. Les débats historiographiques se sont pendant longtemps concentrés sur des questions internes au mouvement, telles que l’origine sociale ou l’idéologie des suffragistes. Le parti pris historiographique que l’on pourrait qualifier de séparatiste témoigne de la volonté de mettre en avant l’expérience des femmes dans tout ce qu’elle a de spécifique, qui va de pair avec une attention portée aux individus, encouragée par la pratique historiographique du témoignage.

  • 92 M. Finnegan, Selling Suffrage : Consumer Culture and Votes for Women, New York, Columbia Universit (...)
  • 93 S. Hunter Graham, Woman Suffrage and the New Democracy, ouvr. cité.
  • 94 L. J. Lumsden, Rampant Women : Suffragists and the Right of Assembly, Knoxville, University of Ten (...)
  • 95 A. L. Sneider, Suffragists in an Imperial Age : U.S. Expansion and the Woman Question, 1870-1929, (...)

28Depuis le début des années 1990, de plus en plus de chercheurs s’efforcent de replacer leurs études sur le droit de vote dans un contexte historique et social global : naissance de la société de consommation et stratégies publicitaires du mouvement qui s’est « vendu » selon des techniques très modernes de marketing92, transformations de la démocratie américaine à cette époque93, questions politiques et constitutionnelles, comme par exemple le rapport entre le mouvement pour le droit de vote et le premier amendement94. De nombreux ouvrages atténuent l’aspect séparatiste du mouvement du droit de vote des femmes pour en faire un phénomène politique comme les autres et inscrire cette histoire dans l’histoire de la démocratie américaine dans son ensemble ; la dimension transnationale ou internationale est également mise en avant. L’ouvrage d’Allison Sneider sur les suffragistes et l’impérialisme, publié en 2008, illustre ces nouvelles directions de recherche, qui font de la campagne pour le droit de vote des femmes une partie intégrante du contexte politique dominant, ici l’expansionnisme américain95.

Présentation de l’anthologie

  • 96 Dans son ouvrage sur le mouvement au Canada, Catherine Lyle Cleverdon note que l’histoire de la lu (...)

29Le présent ouvrage se concentre sur les suffragistes britanniques et américaines. Ainsi, sans souci d’exhaustivité, sans volonté de reproduire une version dominante et, de fait, limitée et impérialiste, nous proposons une incursion dans la pensée et le discours suffragiste96. Pour reprendre le titre de la série dont cet ouvrage fait partie, notre intention de présenter les « fondamentaux » du mouvement pour le droit de vote des femmes a présidé au choix des textes qui font se côtoyer figures emblématiques et personnages moins connus. Nous avons sélectionné un corpus qui met en lumière la diversité de la lutte pour le droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis et fait entendre différentes voix des actrices et acteurs du mouvement, même si ces voix sont parfois dissonantes. Face à l’abondance des textes et des supports s’est posée la question de la délimitation du corpus. Nous avons opté pour la diversité de ces supports, des styles et des points de vue. Nous avons remis les textes sélectionnés dans leur contexte de production, afin de faire émerger les problématiques et tensions d’un mouvement complexe.

30Les textes mettent tous en évidence l’éloquence des procédés utilisés par les suffragistes et les suffragettes ainsi que les stratégies de leur combat où argumentation se conjugue avec protestation. Dans les traductions, nous avons choisi de conserver certaines maladresses résultant du discours et de l’oralité. Les textes ont été sélectionnés selon des critères thématiques et chronologiques : il s’agit d’exposer l’argumentaire des suffragistes et de suffragettes, d’explorer les stratégies rhétoriques verbales et non verbales et les modes d’action choisis par ses femmes, afin de montrer que le mouvement était loin d’être homogène, univoque et uniforme. De plus, ni simplement théorique ou intellectuel, c’était un mouvement politique et militant, d’où toute la complexité de la démarche : il nous a semblé tout aussi important d’évoquer les idées suffragistes que leur incarnation dans des organisations.

31Notre ouvrage explore l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis et au Royaume-Uni : s’il ne constitue pas une étude comparative, il pose la question de l’éventuelle existence d’une communauté suffragiste au-delà des spécificités nationales reconnues. Il s’agit ainsi d’une entreprise de contextualisation historique de la lutte pour l’obtention du droit de vote grâce, tout d’abord, à des sources primaires multiples, écrites et iconographiques et, ensuite, grâce aux essais écrits par les auteures qui replacent les débats politiques et idéologiques dans leur contexte historique. Cet ouvrage présente un panorama de l’histoire de la lutte pour le droit de vote des femmes selon une approche chrono-thématique qui permet, dans un premier temps, d’explorer le contexte politique, social et culturel dans lequel la lutte pour le droit de vote s’inscrit, afin de mieux comprendre l’argumentaire développé par les suffragistes. L’étude se concentre ensuite sur l’organisation du mouvement à proprement parler, ainsi que sur ses rapports avec les autres protagonistes de l’espace public. Les modalités du militantisme chez les suffragettes à la fin du mouvement face à l’idéologie anti-suffragiste et la conquête du droit de vote constituent l’axe final de cette étude.

Notes

1 À ce sujet, voir le magnifique texte de la conférence de l’universitaire britannique Mary Beard « The public voice of women », qui montre comment, historiquement et culturellement, les discours furent toujours une affaire d’hommes et comment les femmes furent réduites au silence, London Review of Book, vol. 36, no 6, 20 mars 2014, p. 11-14.

2 Frances Wright (1795-1852) était proche des cercles socialistes utopiques, en particulier de Robert Owen avec qui elle donna des conférences aux États-Unis. Elle évoluait également dans les mêmes cercles socialistes que William Thompson et Anna Wheeler qui militaient en faveur des droits des femmes. Frances Wright s’installa aux États-Unis et prit ensuite la nationalité américaine.

3 F. Wright, Courses of Popular Lectures as Delivered by Frances Wright, with three addresses on various public occasions, and a reply to the charges against the French Reformers of 1789, New York, Office of the Free Inquiries, Hall of Science, Broome-Street, 1829, p. 32. Cet ouvrage reproduit la série de conférences données aux États-Unis par Fanny Wright durant l’été 1829.

4 G. Lerner, The Grimké Sisters from South Carolina : Pioneers for Women’s Rights and Abolition, New York, Oxford University Press, 1998 et C. Collomb-Boureau, Les sœurs Grimké : de l’antiesclavagisme aux droits de la femme, Lyon, ENS Éditions, 2016.

5 M. Chapman, Making Noise, Making News : Suffrage Print Culture and U.S. Modernism, New York, Oxford University Press, 2014, p. 5. Chapman parle de « ventriloquie textuelle ».

6 Voir l’ouvrage de Nathalie Zimpfer, Mary Wollstonecraft et la naissance du féminisme social et politique, Lyon, ENS Éditions, 2015.

7 J. S. Murray, « On the equality of the sexes », The Massachusetts Magazine, vol. 2, mars et avril 1790, p. 132-135 et 223-226.

8 Murray utilisa en effet le pseudonyme de « Mr Vigilius » ou « The gleaner » afin que ses propos puissent être pris au sérieux par son lectorat, S. L. Skemp, First Lady of Letters : Judith Sargent Murray and the Struggle for Female Independence, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2009, p. 215, p. 217.

9 N. Hawthorne, « Mrs Hutchinson » (1830), Tales and Sketches, New York, Penguin Putnam, 1982, p. 19.

10 Le concept de système politique prend ici un sens large ; il ne s’agit pas seulement des institutions politiques, mais bien d’une acception large renvoyant aux rapports de pouvoir à l’œuvre dans le champ politique, culturel et social.

11 M. Chapman et A. Mills éd., Treacherous Texts : U.S. Suffrage Literature, 1846-1946, New Brunswick, Rutgers University Press, 2011. Voir également C. C. Nelson éd., Literature of the Women’s Suffrage Campaign in England, Plymouth et Peterborough, ON, Broadview Press, 2004.

12 L’expression communément employée par les historien(ne)s américain(e)s est « out of the parlors and into the streets ». Voir H. J. McCammon, « “Out of the parlors and into the streets” : the changing tactical repertoire of the U.S. women’s suffrage movements », Social Forces, vol. 81, no 3, mars 2003, p. 787-818. L’historienne britannique Judi Giles utilise également l’image du salon (parlour) pour étudier comment les femmes ont délaissé foyer et domesticité pour prendre part à la vie publique à partir du début du xxe siècle en Grande-Bretagne. Voir J. Giles, The Parlour and the Suburb. Domestic Identities, Class, Femininity and Modernity, Oxford, Berg, 2004. Notons toutefois que la séparation nette entre sphère privée et sphère publique est davantage une construction idéologique héritée du xixe siècle qu’une réalité historique monolithique, car des femmes évoluaient de fait dans l’espace public. À ce sujet, voir L. Colley, Forging the Nation, 1707-1837 [1992], New Haven et Londres, Yale University Press, 2005, p. 281.

13 B. Green, Spectacular Confessions. Autobiography, Performative Activism, and the Sites of Suffrage, 1905-1938, New York, St. Martin’s Press, 1997, p. 1. C’est à Richard Sennett que Barbara Green emprunte ici la notion de « corps civique, à travers lequel les notions de communauté, de nation et de participation civique s’expriment dans la sphère publique », ibid., p. 185.

14 M. Chapman, Making Noise, Making News, ouvr. cité, p. 5-6.

15 Voir J. Scott, « Gender : a useful category of historical analysis », The American Historical Review, vol. 91, n5, décembre 1986, p. 1053-1075.

16 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 11.

17 E. C. Stanton, S. B. Anthony et M. J. Gage éd., History of Woman Suffrage, préface, vol. 1 [1881], Rochester, Charles Mann, 1887, p. 8.

18 Richard et Emmeline Pankhurst eurent quatre enfants, Harry qui mourut en bas âge, et trois filles qui devinrent suffragettes, Christabel, Sylvia et Adela. Richard Pankhurst (1834-1898) était avocat et homme politique ; il militait pour les droits des femmes, de concert avec sa femme Emmeline (1858-1928). Christabel Pankhurst (1880-1958) fit alliance avec sa mère Emmeline pour décider des politiques à adopter dans la campagne pour le droit de vote. Sylvia Pankhurst (1882-1960) était artiste, et s’opposa souvent à sa mère et sa sœur en raison du manque de démocratie au sein de leur organisation. Tout au long de sa vie, elle est restée fidèle à ses idéaux socialistes et a œuvré pour les plus démunis. Adela Pankhurst (1885-1961) était engagée dans le nord de l’Angleterre et l’histoire du mouvement l’a souvent laissée dans l’ombre. Elle émigra en Australie en 1914.

19 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls : Memory and the Women’s Suffrage Movement, 1848-1898, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2014, p. 9. 

20 Voir le tableau chronologique à la fin de l’ouvrage.

21 L. D. Ginzberg, Untidy Origins : A Story of Women’s Rights in Antebellum New York, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2005.

22 C. E. DuBois, Feminism and Suffrage : The Emergence of an Independent Women’s Movement in America 1848-1869, New York, Cornell University Press, 1993 ; I. Kugler, From Ladies to Women : The Organized Struggle for Woman’s Rights in the Reconstruction Era, New York, Greenwood Press, 1987.

23 L. D. Ginzberg, Untidy Origins, ouvr. cité et C. Fillard, Elizabeth Cady Stanton. Naissance du féminisme américain à Seneca Falls, Lyon, ENS Éditions, 2009.

24 L. Tetrault, The Myth of Seneca Falls, ouvr. cité, p. 5. 

25 M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 230. « La description archéologique des discours se déploie dans la dimension d’une histoire générale ; elle cherche à découvrir tout ce domaine des institutions, des processus économiques, des rapports sociaux sur lesquels peut s’articuler une formation discursive ; elle essaie de montrer comment l’autonomie du discours et sa spécificité ne lui donnent pas pour autant un statut de pure idéalité et de totale indépendance historique », ibid., p. 225.

26 Sur l’historique des différents termes utilisés pour désigner les Noirs aux États-Unis, voir H. Le Dantec-Lowry, De l’esclave au Président. Discours sur les familles noires aux États-Unis, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 22-23.

27 L. G. Schuyler, The Weight of Their Votes : Southern Women and Political Leverage in the 1920s, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2006. Schuyler rappelle qu’entre 1920 et 1930, seule une personne sur cinq pouvait voter dans les États du Sud. Dans les décennies qui précédèrent l’adoption du XIXe amendement, l’accès au droit de vote avait considérablement été restreint par le biais de conditions restrictives telles que l’acquittement d’impôts locaux, des tests d’alphabétisme ou des échéances d’inscription sur les listes électorales particulièrement déroutantes, ibid., p. 2.

28 Ainsi la situation des Africaines-Américaines exclut d’emblée la possibilité de considérer 1920 comme une date pertinente, voir A. D. Gordon et al. éd., African-American Women and the Vote, 1837-1965, Amherst, University of Massachusetts Press, 1997. Au Royaume-Uni, le droit de vote féminin est acquis comme principe et a une existence légale en 1918 ; mais, en raison de ses restrictions liées à l’âge (seules les femmes de plus de 30 ans peuvent voter) et à la propriété, il ne devint un droit pour toutes les femmes qu’en 1928, voir N. Davie, L’évolution de la condition féminine en Grande-Bretagne à travers les textes juridiques fondamentaux, Lyon, ENS Éditions, 2011.

29 Deux femmes furent élues la même année au Parlement fédéral, Enid Lyons et Dorothy Tangney. Pour le lien entre l’obtention du droit de vote et les droits et le pouvoir des femmes dans la société australienne à partir des années 1920, voir M. Lake, Getting Equal : the History of Australian Feminism, St Leonards, Allen & Unwin, 1999.

30 Suffragette Fellowship Collection, Museum of London.

31 Au cours de cette réunion du 13 octobre 1905, Sir Edward Grey, député libéral, s’exprimait pour soutenir la candidature de Winston Churchill. À cette date, le parti conservateur, opposé au parti libéral, était au pouvoir depuis 1885. Le parti libéral gagna les élections législatives de 1906 par une écrasante majorité ; il resta le parti au pouvoir pendant toute la champagne suffragiste.

32 Cette pétition est le texte 1 de l’anthologie.

33 W. Thompson et A. Wheeler, An Appeal of one Half the Human Race, Women, against the Pretensions of the Other Half, Men, to Retain them in Political and Thence in Civil and Domestic Slavery, Londres, Longman, 1825. Thompson et Wheeler, libres-penseurs adhérant aux idées socialistes de Jeremy Bentham et Robert Owen, à celles des utopistes français Saint-Simon et Fourier, étaient de fervents défenseurs d’une égalité entre hommes et femmes.

34 H. Kean, « Searching for the past in present defeat : the construction of historical and political identity in British feminism in the 1920s and 1930s », Women’s History Review, vol. 3, n1, 1994, p. 61.

35 E. S. Pankhurst, The Suffragette : The History of the Women’s Militant Suffrage Movement, New York, Sturgis & Walton, 1911 et The Suffragette Movement. An Intimate Account of Persons and Ideas [1931], Londres, Virago Press, 1984.

36 Il est notable que les autobiographies et mémoires des suffragettes restées fidèles à la ligne d’Emmeline et de Christabel Pankhurst taisent les tensions et désaccords à l’intérieur et entre les mouvements.

37 En 1974, une minisérie télévisée intitulée Shoulder to Shoulder produite par la BBC devint très populaire et fit longtemps autorité. Elle s’appuyait sur l’approche exclusivement extrémiste et la version du WSPU. Le titre fait référence au vers 32 du chant des suffragettes « La marche des femmes » (voir le texte 19 de l’anthologie).

38 G. Lennox, The Suffragette Spirit, Londres, Suffragette Fellowship, 1932, p. 3.

39 Voir L. Mayhall, « Creating the “suffragette spirit” : British feminism and the historical imagination », Women’s History Review, vol. 4, n3, 1995, p. 319-344. Laura Mayhall montre comment « l’esprit suffragette » fut façonné et influença l’écriture de la campagne pour le droit de vote des femmes. Elle analyse également comment les récits furent produits et comment ils construisirent leur légitimité.

40 H. Blackburn, Women’s Suffrage. A Record of the Women’s Suffrage Movement in the British Isles with Biographical Sketches of Miss Becker, Londres et Oxford, Williams & Norgate, 1902. Helen Blackburn militait en outre pour le travail des femmes et pour que la loi élargisse plutôt qu’elle n’en restreigne la possibilité.

41 R. Strachey, The Cause. A Short History of the Women’s Suffrage in Great Britain, Londres, G. Bell and sons, 1928. Pour une discussion de l’ouvrage, voir B. Caine, « Mothering feminism / mothering feminists : Ray Strachey and the cause », Women’s History Review, vol. 8, no 2, p. 295-310 et R. Delmar, « What is feminism ? », What Is Feminism ?, Juliet Mitchell et Ann Oakley éd., Oxford, Blackwell, 1986, p. 14-21.

42 Elizabeth Wolstenholme Elmy (1833-1918) était une pionnière et une figure radicale du mouvement pour les droits des femmes dans le nord de l’Angleterre. Libre penseuse et pacifiste, elle militait pour l’éducation des jeunes filles, pour les droits des prostituées et contre le viol marital.

43 H. Blackburn, Women’s Suffrage, ouvr. cité, p. 23. Pour une exploration de la façon dont les récits autobiographiques mêlent écriture de soi et politique, voir P. Polkey, « Reading history through autobiography : politically active women of late nineteenth-century Britain and their personal narratives », Women’s History Review, vol. 9, n3, 2000, p. 483-500.

44 H. Blackburn, Women’s Suffrage, ouvr. cité, p. v.

45 Voir le classique de l’écriture de l’Histoire E. H. Carr, What Is History ?, Cambridge, Cambridge University Press, 1961, et What Is History Today qui réévalue la même question vingt-cinq plus tard. Voir en particulier la question de l’écriture de l’histoire des femmes, O. Hufton et al., « What is women’s history », What Is History Today, J. Gardiner éd., Houndsmill, Macmillan, 1988.

46 J. Purvis, Emmeline Pankhurst : A Biography, Londres, Routledge, 2002, p. 5.

47 Il s’agit de Sylvia Pankhurst, deuxième fille d’Emmeline Pankhurst, socialiste et engagée pour les plus pauvres dans les quartiers ouvriers de l’est de Londres.

48 J. Purvis, Emmeline Pankhurst : A Biography, ouvr. cité. Purvis explique toutefois que les engagements socialistes et la vision de classe de Sylvia Pankhurst ont souvent servi de point de vue unique et hégémonique pour interpréter la campagne, au détriment de la vision centrée sur la cause des femmes de sa sœur Christabel et de sa mère Emmeline, « Gendering the historiography of the suffragette movement in Edwardian Britain : some reflections », Women’s History Review, vol. 22, n4, 2013, p. 576-590. Pour les liens entre socialisme et féminisme, voir B. Taylor, Eve and the New Jerusalem : Socialism and Feminism in the Nineteenth Century, Londres, Virago, 1983, ainsi que O. Banks, Faces of Feminism : A Study of Feminism As a Social Movement, Oxford, Martin Robertson, 1981.

49 H. Mitchell, The Hard Way Up : The Autobiography of Hannah Mitchell, Suffragette and Rebel, Londres, Faber and Faber, 1968.

50 Ibid., p. 130.

51 J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us. The Rise of the Suffrage Movement, Londres, Virago Press, 1978, dont le titre reprend l’expression de Hannah Mitchell dans son autobiographie (p. 130), et J. Liddington, Rebel Girls. The Fight for the Vote, Londres, Virago Press, 2006.

52 En 1912, la NUWSS créa un fond de soutien (Election Fighting Fund) aux candidats travaillistes, le parti travailliste étant à l’époque le seul parti politique à inscrire le droit de vote des femmes à son programme. Hannah Mitchell, elle-même membre du parti travailliste indépendant, décrit avec précision le lien entre les cercles socialistes dans le nord de l’Angleterre. Elle évoque également « l’objectif commun du mouvement suffragiste, qui faisait que toute distinction sociale semblait de moindre importance » (The Hard Way Up, ouvr. cité, p. 159).

53 S. S. Holton, Feminism and Democracy, Women’s Suffrage and Reform Politics in Britain, 1900-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

54 Voir S. S. Holton, “Reflecting on suffrage history”, A Suffrage Reader. Charting Directions in British Suffrage History, C. Eustance, J. Ryan et L. Ugolini éd., Londres et New York, Leicester University Press, 2000, p. 24-25. Dans ce chapitre, Holton présente les changements historiographiques du mouvement pour le droit de vote des femmes depuis les années 1970.

55 L. Tickner, The Spectacle of Women. Imagery of the Suffrage Campaign, 1907-14, Londres, Chatto & Windus, 1987.

56 D. Atkinson, Purple, White and Green : Suffragettes In London, 1906-1914, Londres, Museum of London, 1992 et The Suffragettes In Pictures, Stroud, Sutton Publishing, 1996.

57 B. Green, Spectacular Confessions, ouvr. cité, 1997.

58 C. Eustance, J. Ryan et L. Ugolini, A Suffrage Reader. Charting New Directions in British Suffrage History, Londres et New York, Leicester University Press, 2000.

59 L. E. Nym Mayhall, « Introduction : rethinking suffrage », The Militant Suffrage Movement. Citizenship and Resistance in Britain, 1860-1930, Oxford, Oxford University Press, 2003.

60 Voir par exemple I. C. Flecher, L. E. Nym Mayhall et P. Levine éd., Women’s Suffrage in the British Empire : Citizenship, Nation and Race, Londres et New York, 2000, qui offre une perspective transnationale.

61 Ibid., p. 4.

62 C. Eustance, L. Ugolini et J. Ryan éd., « Introduction : writing suffrage histories – the “British” Experience », A Suffrage Reader, ouvr. cité, p. 15.

63 Le masculinisme est « une tendance à attribuer toute valeur et tout sens en termes définis par le masculin », J. K. Boles et D. L. Hoeveler, Dictionary of Historical Feminism, Oxford, The Scarecrow Press, 2004, p. 206.

64 Voir J. Purvis, « Gendering the historiography of the suffragette movement in Edwardian Britain », art. cité, p. 580-582 et S. S. Holton « Challenging masculinism : personal history and microhistory in feminist studies of the women’s suffrage movement », Women’s History Review, vol. 20, n5, 2011, p. 829-841.

65 M. Joannou et J. Purvis éd., The Women’s Suffrage Movement. New Feminist Perspectives, Manchester et New York, Manchester University Press, 1998 ; C. Eustance, L. Ugolini et J. Ryan éd., A Suffrage Reader, ouvr. cité ; S. S. Holton, Suffrage Days : Stories from the Women’s Suffrage Movement, Londres, Routledge, 1996. Voir également M. Boussahba-Bravard éd., Suffrage Outside Suffragism : Women’s Vote in Britain, 1880-1914, Houndmills et New York, Palgrave Macmillan, 2007, qui explore différents groupes et organisations en marge du courant dominant.

66 S. S. Holton, Suffrage Days : Stories from the Women’s Suffrage Movement, ouvr. cité, p. 249.

67 N. Cott, The Grounding of Modern Feminism, New Haven et Londres, Yale University Press, 1987, p. 3.

68 Il s’agit du bulletin de l’Association nationale pour le droit de vote de la femme (National Woman Suffrage Association, ou NWSA).

69 « Stanton/Anthony vs. Howe/Higginson : the (not so) polite struggle for narrative control of the woman suffrage movement », communication à la conférence de l’Association américaine des études du pacifique nord-ouest (Pacific Northwest American Studies Association), avril 1999, disponible en ligne à l’adresse suivante : [http://www.webpages.uidaho.edu/jgw/PNASA1999.htm] (consulté le 20 janvier 2017).

70 Lettre de Catt à F. W. Putnam, 16 août 1938, Carrie Chapman Catt Papers, New York Public Library, MssCol 498, General Correspondence, b.2f.2. Le lecteur averti ne pourra s’empêcher de voir là une certaine ironie en songeant à l’ouvrage de référence de Sandra M. Gilbert et Susan Gubar proposant une lecture féministe de la représentation des femmes dans la littérature, qui reprend dans son titre l’image célèbre de Bertha Mason enfermée par son mari dans le grenier dans Jane Eyre de Charlotte Brontë, The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteenth-Century Literary Imagination, New Haven, Yale University Press, 1979.

71 Lettre de L. Anthony à C. Chapman Catt, 17 mars 1939, Carrie Chapman Catt Papers, New York Public Library, MssCol 498, General Correspondence, b.2f.3.

72 Harriet Tubman aida de nombreux esclaves à trouver la liberté en les accompagnant clandestinement depuis le Sud vers le Nord. Elle participa aux mouvements abolitionnistes et à ceux pour les droits des femmes. Pour une lecture critique des biographies de Tubman et de sa représentation historique, voir M. C. Sernett, Harriet Tubman : Myth, Memory, and History, Durham, Duke University Press, 2007.

73 C. Delahaye, « “The perfect library” : Carrie Chapman Catt and the authoritative historiography »,

Nuevo Mundo Mundos Nuevos

[En ligne], Colloques, mis en ligne le 26 novembre 2014 : [http://nuevomundo.revues.org/67415] (consulté le 20 janvier 2017).

74 Voir par exemple H. Stanton Blatch et A. Lutz, Challenging Years : The Memoirs of Harriot Stanton Blatch, New York, G. P. Putnam’s Sons, 1940 ; R. C. Dorr, A Woman of Fifty, New York, Funk & Wagnalls, 1924 ; A. Howard Shaw, The Story of a Pioneer, New York et Londres, Harper & Brothers, 1915 ; E. Cady Stanton, Eighty Years and More, 1815-1897 : Reminiscences of Elizabeth Cady Stanton, New York, European Publishing Company, 1898 ; F. E. Willard, Glimpses of Fifty Years : The Autobiography of an American Woman, Boston, G. M. Smith, 1889.

75 E. C. DuBois, « Making women’s history : historian-activists of women’s rights, 1880-1940 », Woman Suffrage and Women’s Rights, New York et Londres, New York University Press, 1998, p. 210-238.

76 La pratique du « scrapbooking » a été étudiée dans l’ouvrage d’E. G. Garvey, Writing with Scissors : American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaissance, New York, Oxford University Press, 2013. Garvey qualifie ces carnets d’archives « faites maison » (homemade archive), p. 20. Le terme de « journal-herbier » a été utilisé par Philippe Lejeune, Les Brouillons de soi, Paris, Seuil, 1998, p. 367-385.

77 L. Benson, The Concept of Jacksonian Democracy : New York as a Test Case, Princeton, Princeton University Press, 1961.

78 L’ère progressiste décrit la période au tournant du xixe et du xxe siècle aux États-Unis, au cours de laquelle des mouvements de réforme se développèrent. Le progressisme incarnait des aspirations politiques diverses : la volonté de rendre le gouvernement plus démocratique, de protéger les individus des abus des entreprises et de promouvoir une justice sociale, le désir de maintenir un certain ordre, de préserver les intérêts d’une classe moyenne blanche préoccupée par l’immigration ou le radicalisme du mouvement ouvrier, cautionnant les violences à l’encontre des Africain(e)s-Américain(e)s et la ségrégation. Le terme « progressisme » pour qualifier cette période historique est sujet à caution, même s’il fait l’objet d’un consensus historiographique.

79 E. Flexner, Century of Struggle : The Woman’s Rights Movement in the United States, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1959. Pour une lecture critique de l’ouvrage, voir C. Lasser, « Century of struggle, decades of revision : a retrospective on Eleanor Flexner’s suffrage history », Reviews in American History, vol. 15, n2, 1987, p. 344-355 ; L. J. Rupp, « Eleanor Flexner’s Century of Struggle : women’s history and the women’s movement », NWSA Journal, vol. 4, n2, été 1992, p. 157-169.

80 A. S. Kraditor, The Ideas of the Woman Suffrage Movement, 1890-1920, New York, Columbia University Press, 1965.

81 A. Sinclair, The Better Half : The Emancipation of American Women, New York, Harper et Row, 1965.

82 A. P. Grimes, The Puritan Ethic and Woman Suffrage, New York, Oxford University Press, 1967.

83 S. Hunter Graham, Women Suffrage and the New Democracy, New Haven et Londres, Yale University Press, 1996, p. 147.

84 Ce terme a d’abord été utilisé par Gerda Lerner pour qualifier les premiers travaux historiques en histoire des femmes, The Majority Finds its Past. Placing Women in History, New York et Oxford, Oxford University Press, 1979. Il s’agit de femmes notables, remarquables, dont le parcours exceptionnel ne rend pas compte de celui des femmes en général. Pour une discussion du passage d’une histoire compensatoire à une histoire critique, voir E. Gubin et al. éd., Le siècle des féminismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2004, p. 31 et suivantes.

85 G. Lerner, « Placing women in history : definitions and challenges », Feminist Studies, vol. 3, no 1/2, automne 1975, p. 5-6.

86 A. Davis, « Racism in the woman suffrage movement », Women, Race and Class, New York, Vintage Books, 1983, p. 70-86.

87 M. Spruill Wheeler, New Women of the New South : The Leaders of the Woman Suffrage Movement in the Southern States, New York, Oxford University Press, 1993.

88 L. Ford, Iron-Jawed Angels : The Suffrage Militancy of the National Woman’s Party, 1912-1920, Lanham, University Press of America, 1991 et C. A. Lunardini, From Equal Suffrage to Equal Rights : Alice Paul and the National Woman’s Party, 1910-1928 [1986], San Jose, toExcel, 2000.

89 E. C. DuBois, Feminism and Suffrage, ouvr. cité.

90 N. Cott, The Grounding of Modern Feminism, ouvr. cité.

91 S. M. Buechler, The Transformation of the Woman Suffrage Movement – The Case of Illinois, 1850-1920, New Brunswick, Rutgers University Press, 1986.

92 M. Finnegan, Selling Suffrage : Consumer Culture and Votes for Women, New York, Columbia University Press, 1999. L’ouvrage de L. Gidlow, The Big Vote : Gender, Consumer Culture, and the Politics of Exclusion, 1890s-1920s, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004, prolonge cette analyse dans les années 1920.

93 S. Hunter Graham, Woman Suffrage and the New Democracy, ouvr. cité.

94 L. J. Lumsden, Rampant Women : Suffragists and the Right of Assembly, Knoxville, University of Tennessee Press, 1997.

95 A. L. Sneider, Suffragists in an Imperial Age : U.S. Expansion and the Woman Question, 1870-1929, New York, Oxford University Press, 2008.

96 Dans son ouvrage sur le mouvement au Canada, Catherine Lyle Cleverdon note que l’histoire de la lutte au Canada a peu suscité l’intérêt du chercheur car, selon elle, cette histoire manque de rebondissements, réflexion qui illustre que l’historiographie est une affaire de choix subjectifs, The Woman Suffrage Movement in Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1950, p. vii.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search