Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Logique, mathématiques, langue universelle

 | 
Louis Couturat

Deuxième partie: 1901-1905

ARTICLE 24

Rapport sur les progrès de l’idée de langue internationale

Congrès international de philosophie, IIème Session tenue à Genève du 4 au 8 septembre 1904. Rapports et Comptes rendus. Genève, Kündig, 1905, p. 355-366

Note de l’éditeur

Cet extrait de la publication officielle des actes du Congrès international de philosophie de 1904 donne la version complète et rédigée de la communication de Couturat sur le projet de langue internationale. Comme il a déjà été remarqué, le compte-rendu fourni par Couturat lui-même dans la RMM [Article 23] est beaucoup plus développé et précis pour ce qui concerne la discussion qui a suivie la présentation du Rapport. Celui-ci confirme l’ardeur de l’engagement qui va dominer les années suivantes toute la vie de Couturat. Couturat en tout cas, fut très satisfait du résultat du Congrès de Genève ; il écrit à Russell le 21 septembre 1904 : « L’idée de la L.I. a remporté au Congrès un succès complet, que je n’espérais pas : à la suite de mon rapport sur les progrès de la Délégation, le Congrès a renouvelé la Déclaration, renouvelé mon mandat de délégué, et nommé comme nouveau délégué M. Ludwig Stein, de Berne, qui a parlé en notre faveur. Ce résultat est d’autant plus important, que le Congrès comprenant beaucoup d’Allemands, d’Italiens, de Russes, etc., et par suite était bien international. Cela a été en même temps une excellente propagande parmi les membres du Congrès, qui ne cachaient pas leur étonnement des progrès de l’idée dans les divers pays » (Bertrand Russell. Correspondance … avec Louis Couturat1, p. 439-440.).

Texte intégral

  • 2 [Jean-Jacques Gourd (1850-1909, d’abord pasteur, était professeur de philosophie à l’Université de (...)
  • 3 [Sur Léopold Leau, voir Article 14, note 11.]

1Comme M. le Président Gourd2 a bien voulu le rappeler dans son discours d’ouverture, le premier Congrès international de Philosophie a émis un vœu en faveur de l’adoption d’une langue auxiliaire internationale, et m’a délégué pour étudier la question et les moyens de la résoudre. Cette décision résultait de démarches concertées, faites auprès de plusieurs des Congrès réunis à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900, suivant un plan d’action proposé par M. Leau3, docteur ès sciences mathématiques, délégué de la Société philomathique. Le Congrès d’Histoire des Sciences (qui est aujourd’hui réuni au Congrès de Philosophie) avait émis un vœu semblable et délégué M. Lalande ; le Congrès international de Sociologie, le Congrès international de l’Enseignement technique, le Congrès de l’Association française pour l’avancement des Sciences avaient également adhéré au projet et nommé des délégués. Les premiers délégués ainsi élus au cours de l’année 1900 devaient avant tout s’entendre et s’unir dans une action commune ; c’est ce qu’ils firent le 17 janvier 1901, en adoptant le programme pratique suivant :

Déclaration

Les soussignés, délégués par divers Congrès ou Sociétés pour étudier la question d’une Langue auxiliaire internationale, sont tombés d’accord sur les points suivants :

1Il y a lieu de faire le choix et de répandre l’usage d’une Langue auxiliaire internationale, destinée, non pas à remplacer dans la vie individuelle de chaque peuple les idiomes nationaux, mais à servir aux relations écrites et orales entre personnes de langues maternelles différentes.

2Une Langue auxiliaire internationale doit, pour remplir utilement son rôle, satisfaire aux conditions suivantes :

   lre Condition. — Être capable de servir aux relations habituelles de la vie sociale, aux échanges commerciaux et aux rapports scientifiques et philosophiques ;

   2eme Condition. — Être d’une acquisition aisée pour toute personne d’instruction élémentaire moyenne, et spécialement pour les personnes de civilisation européenne ;

   3eme Condition. — Ne pas être l’une des langues nationales.

3Il convient d’organiser une Délégation générale représentant l’ensemble des personnes qui comprennent la nécessité ainsi que la possibilité d’une langue auxiliaire et qui sont intéressées à son emploi. Cette Délégation nommera un Comité composé de membres pouvant être réunis pendant un certain laps de temps. Le rôle de ce Comité est fixé aux articles suivants.

4Le choix de la Langue auxiliaire appartient d’abord à l’Association internationale des Académies, puis, en cas d’insuccès, au Comité prévu à l’article 3.

5En conséquence, le Comité aura pour première mission de faire présenter, dans les formes requises, à l’Association internationale des Académies, les vœux émis par les Sociétés et Congrès adhérents, et de l’inviter respectueusement à réaliser le projet d’une Langue auxiliaire.

6Il appartiendra au Comité de créer une Société de propagande destinée à répandre l’usage de la Langue auxiliaire qui aura été choisie.

7Les soussignés, actuellement délégués par divers Congrès et Sociétés, décident de faire des démarches auprès de toutes les Sociétés de savants, de commerçants et de touristes, pour obtenir leur adhésion au présent projet.

8Seront admis à faire partie de la Délégation les représentants de Sociétés régulièrement constituées qui auront adhéré à la présente Déclaration.

  • 4 Depuis le Congrès, la Société française de Philosophie a adhéré à la Délégation.

De ce jour était fondée la Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale ; M. Leau fut choisi pour secrétaire, et votre délégué pour trésorier. On nous confiait ainsi la tâche de diriger la propagande et de centraliser les efforts de tous les partisans de l’idée. Le premier devoir de la Délégation était de s’accroître par l’adhésion de Sociétés nouvelles. Elle comprend aujourd’hui environ 200 sociétés, dont je vais citer les principales, en les classant. En France, nous avons l’adhésion de la Société française de Psychologie, de la Société d’Hypnologie et de Psychologie, de la Société de Sociologie, pour nommer d’abord celles qui touchent de plus près à la philosophie4 ; de la Société mathématique de France, de la Société astronomique de France, de la Société française de Physique, de la Société zoologique de France, de la Société mycologique de France, de la Société de Géographie, de la Société de Géographie commerciale, de la Société d’Économie industrielle et commerciale, de la Société médicale des praticiens, de la Société française d’Hygiène, de la Société des Gens de Science, de la Société des sciences de Nancy, de la Société d’anthropologie de Lyon, de la Société nationale de médecine de Lyon, des Académies de Marseille et de Dijon, des Sociétés académiques de la Loire-Inférieure et des Hautes-Pyrénées, de diverses sociétés scientifiques de Lyon, de Marseille, de Rennes, de Rouen, de Bordeaux, de Béziers, de Bar-le-Duc, d’Angers, de Draguignan, de l’Institut Pasteur de Lille. À côté de ces Sociétés savantes, nous avons des Sociétés consacrées à l’enseignement, comme la Société philomathique, la plus ancienne des Sociétés françaises ; l’Association polytechnique, et surtout la puissante Ligue française de l’Enseignement, vaste fédération de plus de 3 300 Sociétés d’enseignement populaire ; enfin la Fédération des Universités populaires et la Fédération des Instituts populaires. En Suisse, nous avons la Société fribourgeoise des Sciences naturelles et l’Institut national genevois (section des sciences naturelles et mathématiques). En Belgique : la Société belge d’Astronomie, la Société belge des Ingénieurs et industriels, la Société d’Études coloniales de Bruxelles, la Société royale de Géographie d’Anvers, l’Association belge des Chimistes, l’Institut des Hautes Études de Bruxelles, la Société centrale d’Architecture de Belgique ; en Angleterre, nous avons la London Sociological Society et l’Incorporated Medical Practitioners Association de London (cette dernière adhésion fut reçue à la suite du Congrès international de Médecine, tenu à Madrid, où six langues étaient officiellement admises, et qui fut, paraît-il, une vraie tour de Babel). En Allemagne, nous avons, grâce à l’influence et à l’active propagande de M. le Prof. Ostwald, de Leipzig, le Verein deutscher Ingenieure (section bavaroise), la Deutsche Bunsen-Gesellschaft, le Physikalischer Verein de Frankfurt a. M., le Kosmos, Gesellschaft der Naturfreunde (4 000 membres) ; l’Académie des Sciences d’Erfurt a bien voulu approuver les deux premiers articles de notre Déclaration. En Italie, l’Associazione elettrotecnica italiana (section toscane), la Societa delle Letture scientifiche de Genova ; en Suède, le Föreningen Studenter och Arbetare (association d’étudiants et d’ouvriers, analogue à nos Universités populaires) ; en Russie, la Société polytechnique de St-Pétersbourg, le Cercle physico-mathématique de Poltava. Dans la République Argentine, nous avons, grâce au dévouement de M. le Professeur Dassen, presque toutes les Sociétés de Buenos-Aires : Sociedad Cientifica Argentina, Union Industrial Argentina, Instituto Geografico Argentino, Centro Nacional de Ingenieros, Centro Jurídico y de Ciencias sociales, Centro de Estudiantes de Medicina, Estimulo de Bellas Artes, Centro Naval, Circulo Militar, Au Pérou, nous avons la Faculté des Sciences de Lima (grâce à son zélé doyen, M. Villareal), la Sociedad de Ingenieros, les Amantes de las Ciencias, l’Escuela Naval. Enfin nous avons l’adhésion de plusieurs Sociétés internationales, qui doivent naturellement éprouver plus que toute autre le besoin d’une langue internationale : la Société internationale des Électriciens, l’Institut international de Sociologie, l’Institut international de Bibliographie.

À côté des Sociétés savantes, la Délégation comprend des Sociétés, nationales ou internationales, consacrées au développement des relations amicales et pacifiques entre les nations : telles sont la Société d’études et de correspondance internationales (Paris), le Kosmos (Amsterdam), l’Internationale Correspondenz-Assoziation (Wien), le Cosmopolitan Correspondence Club (Milwaukee) ; et surtout les Sociétés pacifiques : la Paix par le Droit, la Deutsche Friedens-Gesellschaft, la Ligue internationale de la Paix et de la Liberté, l’Union internationale, enfin le Congrès universel de la Paix, tenu à Monaco en 1902, et l’Institut international de la Paix, fondé récemment par S.A.S. le Prince de Monaco. On peut y ajouter une société internationale de tempérance : l’Ordre indépendant des Bons-Templiers, dont la loge suisse et la loge suédoise ont adhéré à la Délégation.

Notre œuvre ne s’adresse pas seulement aux savants, mais aussi aux commerçants, aux industriels, même aux ouvriers, dont une langue internationale faciliterait les relations toujours plus nécessaires avec leurs confrères étrangers. Aussi la Délégation compte-t-elle de nombreuses adhésions de cet ordre : les Chambres de Commerce d’Annecy, d’Auxerre, de Boulogne, de Bourges, de Dijon, de La Rochelle, du Havre, de Nancy, de Rochefort, de Keighley (Angleterre), d’Elberfeld (Allemagne) ; l’Alliance syndicale du Commerce et de l’Industrie (comprenant 80 Chambres syndicales), le Syndicat général du Commerce et de l’Industrie, le Comité républicain du Commerce et de l’Industrie, l’Union coopérative des Sociétés françaises de consommation (comprenant 326 Sociétés), divers Syndicats commerciaux, industriels et agricoles, comme le Syndicat agricole de Podolie (Russie) ; The Philadelphia Commercial Museum, l’Union syndicale des Maîtres imprimeurs de France, le Club des compositeurs de journaux de Brünn, etc.

Enfin notre œuvre n’intéresse pas moins les voyageurs et touristes, c’est-à-dire tout le monde, car qui, en notre temps, n’est pas amené à voyager à l’étranger ? C’est ce que prouvent les adhésions de nombreux Touring-Clubs : celui de France, puissante et active association de plus de 80,000 membres ; ceux de Suisse, de Belgique, de Suède, de Russie, de Bohême, de Varsovie ; nous avons pour nous les automobilistes, qui passent en quelques heures d’un pays à l’autre et peuvent à chaque instant avoir besoin du secours d’un artisan étranger : adhésions du Congrès international d’automobilisme (Paris, 1903), de l’Association générale automobile (Paris). Enfin, tous ceux qui pratiquent un sport quelconque ont besoin de communiquer facilement avec leurs camarades des autres pays ; c’est pourquoi nous avons le Club alpin français, l’Union des Sociétés françaises de sports athlétiques, l’Union nationale des Sociétés photographiques de France, la Société française de photographie, l’Association belge de photographie.

Je m’excuse de cette longue énumération, encore incomplète, et de son inévitable monotonie. J’ai cru qu’il n’y avait pas de meilleur moyen de vous faire connaître l’étendue de notre œuvre et la multiplicité des intérêts qu’elle vise à satisfaire. Cette multiplicité même justifie les conditions que notre Déclaration impose à la future langue auxiliaire. Toutes les sociétés que nous représentons désirent adopter une langue internationale, la plus simple et la plus facile qu’il se pourra mais elles désirent surtout que cette langue soit unique ; et pour cela, il faut qu’elle soit choisie par une autorité compétente, et officiellement reconnue et sanctionnée par les principaux États civilisés. Il nous a paru que la plus haute autorité scientifique internationale à laquelle on put confier ce choix est l’Association internationale des Académies, fondée en 1900 pour des raisons tout à fait analogues à celles qui rendent désirable et même urgente l’adoption d’une langue auxiliaire. Or la dite Association ne peut être saisie de la question que par une ou plusieurs des Académies associées ; et pour gagner l’appui d’une Académie, il faut évidemment conquérir l’appui individuel des académiciens. D’autre part, pour agir sur les Académies, le concours des professeurs d’Universités nous était précieux et presque indispensable ; or les Universités, étant en général des institutions d’État, n’ont pas la liberté de nous donner leur adhésion collective ; nous avons tourné la difficulté en sollicitant l’approbation individuelle de leurs membres. Nous avons été ainsi amenés à organiser, à côté de la Délégation et pour renforcer sa propagande, une Pétition Internationale adressée aux Académies, et réservée aux membres des Académies et des Universités, dont nous recueillons les signatures. Cette pétition, présentée d’abord à l’Académie des Sciences de Paris par M. le général Sebert, y eut un succès presque inespéré : elle a reçu la signature de 25 membres de cette Académie, parmi lesquels je ne citerai que deux noms particulièrement connus des philosophes : celui de M. Henri Poincaré, et celui du regretté Duclaux. À l’Académie des sciences morales, elle a reçu l’approbation de feu Charles Renouvier, qui dès 1855 traçait le programme théorique d’une langue universelle ; du regretté sociologue Tarde, de M. Bergson, et de M. Frédéric Passy, l’illustre lauréat du Prix Nobel de la paix. Je renonce à citer les notabilités universitaires qui nous ont ainsi accordé leur approbation ; je mentionnerai seulement quatorze membres titulaires de l’Académie royale de Belgique ; M. le Prof. Ludwig Stein, de l’Université de Berne et de l’Académie hongroise ; M. Ernest Naville, notre vénéré président d’honneur, et dix-sept professeurs de l’Université de Genève ; M. le Prof. Ostwald et six de ses collègues de la Société royale des Sciences de Leipzig ; M. Lamansky, de l’Académie impériale des Sciences de St-Pétersbourg ; M. Baudouin de Courtenay, de l’Académie des Sciences de Cracovie ; M. G. Peano et cinq autres membres de l’Académie royale des Sciences de Turin ; enfin M. Ernst Mach, membre de ce Congrès, et M. Hugo Schuchardt, membres de l’Académie impériale des Sciences de Wien. Cette dernière Académie a chargé, en 1902, l’illustre philologue de Graz de lui faire un rapport sur le mouvement relatif à l’adoption d’une langue internationale ; M. Hugo Schuchardt a déposé ce rapport à la fin de 1903, et ses conclusions sont entièrement favorables à la Délégation. Permettez-moi de vous en citer une phrase : « Il est de l’intérêt des Académies elles-mêmes de saisir le moment favorable pour diriger et conduire au but un mouvement qui, selon toute apparence, ne se laissera pas refoule ; » et d en rapprocher, sans fausse modestie comme sans vanité, la conclusion d’un rapport de M. De Tilly à l’Académie royale de Belgique (9 janvier 1904) : « Le mouvement en faveur d’une langue auxiliaire internationale est aujourd’hui si bien organisé et dirigé, que rien ne pourra plus l’arrêter ni le faire dévier du but. La langue internationale se fera ; mais elle peut se faire avec l’appui des Académies ou sans cet appui. Il est évidemment désirable, dans l’intérêt de la science et des Académies elles-mêmes, qu’elles prennent à cette création la part qui leur revient. Leur honneur y est en quelque sorte engagé. »

Vous le voyez, Messieurs, notre entreprise a déjà trouvé dans plusieurs Académies des protecteurs influents. Elle devait aussi, fatalement, y rencontrer des oppositions, comme toute initiative un peu hardie ; mais il est à prévoir que ces résistances diminueront à mesure que la Délégation deviendra plus forte et s’étendra davantage dans les divers pays civilisés. Pour cela, il faut qu’elle recueille encore des adhésions aussi nombreuses et importantes que possible dans les principales nations d’Europe et d’Amérique. Si jusqu’ici elle a surtout prospéré en France, cela tient aux circonstances contingentes qui lui ont donné naissance, et qui ont fait de Paris son origine et son centre. Mais elle est internationale en principe et par essence ; elle l’est aussi en fait, et dès le début, puisqu’elle est née de Congrès internationaux ; et elle le deviendra de plus en plus, quand les autres pays lui fourniront un contingent d’adhésions proportionnel au contingent français. Si les Français y forment encore la majorité, nous n’avons qu’un désir : c’est qu’ils n’y forment plus qu’une minorité, et que toutes les grandes nations y occupent, à côté de la France, la place à laquelle elles ont droit. Neutre au point de vue politique et religieux, la Délégation veut également être neutre entre toutes les nations et entre toutes les langues, afin d’aboutir à l’adoption d’une langue internationale neutre, elle aussi, que tous les peuples puissent apprendre et pratiquer avec une égale facilité : et c’est ce qui justifie l’exclusion de toutes les langues nationales vivantes, sur lesquelles il n’y a évidemment aucune entente possible. Il est bien entendu que chaque langue nationale conservera sa clientèle nationale, politique, coloniale, littéraire ; mais, en dehors de la concurrence naturelle des langues nationales, la langue internationale offrira un terrain neutre où tous les peuples pourront s’entendre pour leurs intérêts scientifiques, commerciaux et professionnels de tout ordre, échanger librement leurs idées, communiquer directement entre eux et se rencontrer sur un pied de parfaite égalité.

Telle est, Messieurs, l’œuvre à laquelle le premier Congrès de Philosophie a pris part dès l’origine, ou plutôt à laquelle il a donné naissance et qu’il a contribué à fonder. Il n’a fait en cela que suivre l’exemple des grands penseurs qui se sont intéressés à cette question : Descartes et Leibniz au XVIIsiècle, et, au XIXe, Auguste Comte, Herbert Spencer et Charles Renouvier. Le second Congrès de Philosophie tiendra à honneur, je l’espère, de conserver et d’accroître le mérite acquis par l’initiative du premier, en approuvant le programme de la Délégation, en renouvelant les pouvoirs de son délégué, et en lui adjoignant un nouveau délégué, choisi parmi ses membres de langue non française, pour mieux affirmer le caractère international de cette œuvre de paix, d’harmonie et de fraternité.

Discussion

2M. Couturat commence par rappeler et résumer son rapport : la Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale comprend aujourd’hui les délégués de 200 Sociétés ou Congrès qui ont adhéré à son programme ; et elle a recueilli l’approbation écrite et signée de 700 membres des Académies et des Universités. Elle a déterminé un mouvement d’opinion qui, très puissant en France, se propage progressivement dans tous les pays d’Europe et dans quelques pays d’Amérique. Ou plutôt, elle se borne à organiser et à centraliser ce mouvement, pour lui assurer un effet pratique et préparer la solution définitive du problème.

3L’adoption d’une langue internationale apparaît aujourd’hui comme la conséquence nécessaire de tous les progrès matériels et moraux de l’humanité. Elle s’impose de plus en plus en vertu du perfectionnement des moyens de communication, et de la multiplication des relations internationales qui s’en est suivie. Mais bien aveugle serait celui qui ne verrait là qu’un progrès d’ordre mécanique et industriel, et méconnaîtrait la transformation radicale qui en est résultée dans les relations intellectuelles, sociales et morales des peuples civilisés. Les personnes les moins favorables à notre idée n’ont pu s’empêcher d’être frappées du développement tout récent des organismes scientifiques ou économiques d’ordre international ; eh bien : « La langue auxiliaire est le complément, le couronnement de toutes nos institutions internationales » (H. Schuchardt). La langue internationale se fera donc, c’est certain ; toute la question est de savoir si elle se fera « toute seule », ou si nous la ferons. Elle peut assurément se faire toute seule, en vertu des causes pour ainsi dire automatiques que je viens d’indiquer ; mais cette évolution naturelle peut être très longue, et le résultat peut en être très imparfait. Ne vaut-il pas mieux que les hommes éclairés s’entendent et s’unissent pour hâter ce résultat d’une évolution inévitable, et pour le faire profiter de toutes les lumières de la science ? Les savants de tout ordre ne peuvent pas se désintéresser de la constitution d’une langue scientifique commune, alors qu’ils s’efforcent de réaliser l’uniformité des nomenclatures, des notations et des mesures ; car autrement ils n’auraient plus le droit de se plaindre, si la langue internationale adoptée par les commerçants et les gens pratiques ne répondait pas à leurs besoins. Cette œuvre réclame le concours, non seulement de la philologie, mais de la logique, de la psychologie, de toutes les sciences et de toutes les compétences ; et nous y travaillons nous-même, dans la mesure de nos forces, en préparant le vocabulaire philosophique international. C’est pourquoi nous voulons confier le choix de la langue auxiliaire à l’Association des Académies, qui représente à la fois la plus haute compétence scientifique et la plus grande autorité internationale. On nous dit que ces grands corps sont lents à s’émouvoir, et paraissent rester jusqu’ici indifférents ou même sceptiques à l’égard de notre entreprise. Nous avons de bonnes raisons pour croire le contraire, puisque non seulement nous avons l’approbation individuelle de nombreux académiciens, mais que plusieurs Académies se sont déjà occupées de notre projet et lui ont fait un favorable accueil. Il nous paraît impossible que les Académies restent sourdes aux vœux des nombreuses Sociétés savantes que comprend déjà la Délégation. Mais, s’il en devait être ainsi, si l’Association des Académies, pour une raison quelconque, se récusait, et déclinait l’honneur que nous lui faisons en la prenant pour arbitre suprême, notre œuvre n’avorterait pas pour cela. Il est évidemment impossible que les intérêts des centaines de Sociétés et des millions d’hommes que représentera la Délégation soient tenus en échec et frappés de nullité par une autorité quelconque. Nous avons dû prévoir ce cas, si peu probable qu’il nous paraisse ; et à défaut des Académies, le choix de la langue auxiliaire serait confié à un Comité international élu par la Délégation et composé des savants les plus éminents, pris au besoin en dehors de la Délégation. Un tel Comité (dont nous ne serions pas embarrassés, dès maintenant, de trouver les éléments parmi les savants illustres qui patronnent notre œuvre) aurait toute la compétence scientifique nécessaire, et une autorité internationale comparable à celle de l’Association des Académies. En outre, sa décision, qui ferait loi pour toutes les Sociétés adhérentes, s’imposerait par là même à tous les peuples, pour peu que la Délégation compte en chaque pays des adhésions aussi nombreuses et aussi importantes que celles qu’elle possède dès maintenant en France. D’une manière ou d’une autre, le problème sera pratiquement résolu ; car, il ne faut pas l’oublier, c’est avant tout d’un problème pratique qu’il s’agit. Nous ne savons pas, nous ne voulons pas savoir quelle sera la langue adoptée : il importe sans doute qu’elle soit la meilleure possible, c’est-à-dire avant tout la plus simple et la plus facile ; mais cela n’est qu’une question secondaire ; le problème essentiel est celui-ci : « assurer à une telle langue, quand même elle ne serait pas la meilleure, le privilège de l’exclusivité » (H. Schuchardt). La meilleure langue sera, pour nous, celle qui pourra être adoptée d’un commun accord par tous les peuples civilisés. On n’est donc pas un problème purement théorique dont la discussion puisse s’éterniser sans inconvénient : et les « intéressés » dont nous sommes délégués ne sont pas disposés à attendre un siècle une solution, dût-elle être plus parfaite ; si nous en croyons leurs vœux impatients et pressants, c’est dans l’espace d’une génération que nous devrons aboutir à une solution définitive, sans nous égarer à la poursuite d’une perfection peut-être chimérique. La langue auxiliaire ne sera probablement pas parfaite ; mais, d’abord, elle n’aura pas de peine à être moins imparfaite qu’aucune de nos langues vivantes ; et ensuite, elle devra être susceptible d’un développement et d’un perfectionnement indéfinis, pour pouvoir suivre les progrès des sciences et de l’esprit humain.

4Je n’ai pas à prévoir les objections qui pourront m’être adressées ici ; mais je puis dire que toutes celles qui nous ont été adressées depuis quatre ans partaient toujours d’une conception trop étroite et unilatérale de la question. Tel ne voit que les besoins des publications scientifiques, et demande qu’on restreigne à trois ou quatre le nombre des langues admises pour ces publications : tel autre ne voit que les besoins des Congrès internationaux, et, constatant qu’on parvient tout de même à s’y entendre (tant bien que mal), déclare inutile l’introduction d’une langue nouvelle. Les lettrés ne veulent voir dans les langues qu’un instrument de culture littéraire, un moyen de s’initier à la pensée et de s’assimiler l’âme d’un peuple : comme si la plupart de ceux qui apprennent l’anglais le faisaient pour pouvoir lire Shakespeare ; ou comme s’il était impossible de connaître Ibsen ou Tolstoï sans les lire dans le texte original ! Enfin les patriotes à courte vue, à quelque pays qu’ils appartiennent, prétendent que leur langue nationale est la langue internationale, la seule admissible, et qu’en proposant l’adoption d’une langue neutre on porte atteinte à la diffusion et au prestige de leur langue : mais ils se réfutent les uns les autres, puisqu’il est impossible d’arriver à une entente si chaque peuple préconise sa propre langue comme langue auxiliaire.

5Du reste, c’est méconnaître la portée universelle et humaine de notre œuvre que d’y introduire des préoccupations d’ordre politique et national, un esprit mesquin de concurrence et de jalousie. C’est pourquoi elle n’a pas de plus grands ennemis, je dirai même : elle n’a pas d’autres ennemis que l’amour-propre et l’égoïsme : égoïsme aristocratique du lettré dilettante et polyglotte, qui, tout fier de posséder plusieurs langues, s’inquiète peu de savoir si d’autres, moins privilégiés, ont la faculté ou le loisir d’acquérir ce luxe coûteux ; égoïsme professionnel du spécialiste qui, cantonné dans son domaine étroit, ne comprend pas les besoins matériels et moraux des travailleurs d’une autre classe : égoïsme national enfin, qui prétend imposer de gré ou de force l’usage de sa langue aux autres nations. Ce n’est pas à des philosophes qu’il sera nécessaire de dire : « Élargissez vos esprits et vos cœurs, pour embrasser la totalité des intérêts intellectuels et moraux qui sont en jeu dans cette question, et la totalité des conditions du problème. » Ce n’est pas vous qui pourrez répondre, comme certains Congrès de spécialistes : « La question n’est pas de ma compétence, elle ne relève pas de ma spécialité », s’il est vrai que la philosophie n’est pas une spécialité. Quand même la question ne vous intéresserait pas personnellement, dans l’exercice de votre profession, elle doit vous intéresser comme philosophes et comme hommes « à qui rien d’humain ne doit être étranger » ; car c’est une question morale et sociale dont la solution est de la plus haute importance pour l’avenir de la civilisation et de l’humanité. On a éloquemment développé, ici même, l’opposition de la « culture » à la nature ; sans vouloir rouvrir ce grand débat, je puis dire que la langue internationale est un desideratum de la culture moderne (eine Kulturaufgabe). Pensez à ces millions d’hommes qui n’ont pas, qui n’auront jamais le temps et le moyen d’apprendre les langues étrangères, comme l’élite intellectuelle à laquelle vous appartenez, et qui néanmoins aspirent à la culture ; pensez que l’on ne peut acquérir aujourd’hui cette culture qu’en sortant des frontières intellectuelles et morales où nous enferme la diversité des langues : et pensez enfin que vous avez un devoir d’aînesse envers vos frères hommes (Mitmenschen), le devoir de leur permettre de s’élever à cette culture et de les y aider, en les affranchissant de la fatalité historique qui pèse sur eux, et que la légende a symbolisée par la tour de Babel. S’il est vrai que l’homme peut, dans une certaine mesure, diriger et corriger la nature, qu’il peut modifier l’évolution en en prenant connaissance et en y insérant l’action de sa volonté éclairée par la science ; s’il est vrai que la « culture » consiste précisément à superposer, sinon à opposer l’activité réfléchie et raisonnable de l’homme à l’activité spontanée et inconsciente de la nature, nous pouvons adopter une langue plus simple, plus régulière et plus parfaite qu’aucune de celles que l’humanité ignorante et aveugle du passé nous a léguées ; et dès lors nous avons le devoir de collaborer à cette œuvre, qui constituera un progrès décisif de la civilisation.

6Comme conclusion pratique, j’ai l’honneur de proposer au Congrès de bien vouloir :

71o Adhérer à la Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale en approuvant la Déclaration qui résume son programme (M. Couturat en lit les principaux articles en français et en allemand) ;

82o Renouveler le mandat de délégué que je tiens du premier Congrès international de Philosophie ;

93o Élire un délégué nouveau, qui le représentera spécialement dans la Délégation, et qui, autant que possible, ne soit pas de langue française, afin de mieux affirmer le caractère international et neutre de la Délégation.

  • 5 [Ernest Naville (1816-1909), voir Article 23, note 3.]

10M. Ernest Naville (Genève)5. — La nécessité d’une langue internationale est pour moi, depuis un grand nombre d’années, l’objet d’une conviction ardente. Après avoir étudié le projet d’adopter le latin, puis le projet d’adopter le grec, j’en suis venu à l’idée que le mieux serait d’adopter une langue artificielle plus simple et d’une acquisition plus facile que les langues naturelles. Ayant appris que Max Müller avait parlé favorablement de ce projet, j’en ai écrit à cet illustre savant qui, peu de temps avant sa mort, m’a confirmé que son opinion était que la composition d’une langue artificielle très simple était une entreprise fort raisonnable et que, des nombreuses tentatives faites dans ce sens, l’Esperanto était ce qu’il y avait de mieux. Max Müller, avant de quitter ce monde, a donné une preuve publique de son opinion, en acceptant le titre de membre honoraire de la Société pour la propagation de l’Espéranto.

  • 6 [Ludwig Stein (1859-1930), voir Article 23, note 30.]
  • 7 [« La langue universelle est une requête de Leibniz (Caracteristica universalis). Et Couturat, le s (...)

11M. Stein (Berne)6. — Die Universalsprache ist eine Forderung von Leibniz (Caracteristica universalis). Und Couturat, der Leibnizforscher, hat in einer Art von Profondunion die Lebensforschung mit der Universalsprache vereinigt. Aehnlich wie die sozialen Probleme uns nicht mehr von oben herab diktiert werden, sondern von unten herauf ihre Formel erhalten, wird es auch mit der Universalsprache geschehen. Erst schafft der Volksgeist das Sprachinstinkt, die Sprache, und hinterher geben ihr die Gramatiker die Form. Es muss die Universalsprache von Gelehrten, Philologen u. s. w. geschaffen werden7.

12Le Congrès adopte les trois propositions de M. Couturat à l’unanimité (la première par assis et levé, les deux autres par acclamation). Sur la proposition de M. Millioud, président, il élit comme délégué M. Ludwig Stein, professeur de l’Université de Berne, membre de l’Académie hongroise des Sciences, directeur de l’Archiv für Philosophie.

13M. Couturat remercie le Congrès des décisions qu’il vient de prendre, et qui sont pour lui un précieux encouragement. Il invite tous les membres du Congrès à contribuer, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, au succès de l’entreprise, en la faisant connaître autour d’eux et en lui gagnant de nouvelles adhésions.

Notes

1 [Bertrand Russel, Correspondance sur la Philosophie, la Logique et la Politique avec Louis Couturat (1897-1913). Édition et commentaire par Anne-Françoise Schmid, Paris, Éditions Kimé, 2001.]

2 [Jean-Jacques Gourd (1850-1909, d’abord pasteur, était professeur de philosophie à l’Université de Genève. D’inspiration néocriticiste, il avait publié Le phénomène. Esquisse de philosophie générale (Paris, Alcan, 1888) et Les trois dialectiques (1897). Il sera plus connu comme philosophe de la religion.]

3 [Sur Léopold Leau, voir Article 14, note 11.]

4 Depuis le Congrès, la Société française de Philosophie a adhéré à la Délégation.

5 [Ernest Naville (1816-1909), voir Article 23, note 3.]

6 [Ludwig Stein (1859-1930), voir Article 23, note 30.]

7 [« La langue universelle est une requête de Leibniz (Caracteristica universalis). Et Couturat, le spécialiste de Leibniz, a réuni dans une sorte d’union en profondeur la recherche vivante et la langue universelle. De la même façon que les problèmes sociaux ne nous sont plus dictés d’en haut, mais trouvent d’en bas leur formule, il en ira de même pour la langue universelle. C’est l’esprit du peuple qui créée d’abord l’instinct au langage, la langue, et les grammairiens lui donnent sa forme après coup. Il faudra créer la langue universelle des savants, des philologues, etc. ». On se reportera au résumé beaucoup plus complet donné par Couturat dans son compte-rendu, voir Article 23.]

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter