Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rêver d’Orient, connaître l’Orient

 | 
Isabelle Gadoin
, 
Marie-Élise Palmier-Chatelain

Quatrième partie. L’Orient au prisme de l’idéologie

Connaître l’architecture classique et l’urbanisme colonial ; rêver d’une ville moderne et syncrétique : J. M. Wilson

Pauline Lavagne d’Ortigue

Résumé

Que le politique se mêle intimement à l’esthétique, voilà ce dont témoignent l’architecture et l’urbanisme britanniques en Orient : concevoir, bâtir une ville sont pour une puissance coloniale les moyens d’incarner, d’affirmer et de pérenniser son pouvoir. Le travail d’un même architecte dans trois contextes orientaux très différents (un pays colonisé, un pays sous mandat, et un État souverain) montre à quel point l’urbanisme peut refléter la réalité politique du pays, voire, dans certains cas, tenter de l’infléchir.

Texte intégral

  • 1 C. Béret éd., Jean Nouvel : exposition présentée au Centre Georges Pompidou, Paris, du 28 novembre (...)

L’architecture est souvent considérée, selon la définition d’Auguste Perret, comme l’art d’organiser l’espace. Sans nier cette évidence, je préfère voir l’architecture avant tout comme la pétrification d’un moment de culture, comme le témoignage pérennisé des désirs et des centres d’intérêt de générations successives…1
Jean Nouvel

1Définir l’architecture et l’urbanisme comme l’incarnation matérielle d’une civilisation à un moment donné de son histoire, c’est concevoir le plan ou les bâtiments d’une ville comme une sorte de précipité issu du contact entre plusieurs cultures, certaines concordantes, d’autres discordantes, entrant en réaction les unes avec les autres. À travers l’architecture et l’urbanisme, la culture du maître d’ouvrage, celle de son architecte et celle de la société où ils opèrent, agissent et réagissent pour façonner paysages physiques et paysages mentaux. Ces cultures cristallisent des éléments hétérogènes : les « désirs et [l]es centres d’intérêt de générations successives », les configurations mentales, les connaissances, les ignorances, les idéologies, les ambitions, les préjugés, les peurs ou les rêves de différents groupes d’individus. Le plan ou les bâtiments d’une ville nous informent à la fois sur les identités de ceux qui les ont commandités, de ceux qui les ont conçus, mais aussi de ceux qui les ont construits et reçus.

2Dans le contexte colonial, où maîtres d’ouvrage et architectes sont le plus souvent issus de la culture du colonisateur, alors que constructeurs et spectateurs appartiennent plus fréquemment à celle des colonisés, l’architecture et l’urbanisme fonctionnent comme un miroir à double face, reflétant à la fois l’image de la société dominante et, en creux, celle de la société dominée. Le rôle de l’architecte ou de l’urbaniste est d’incarner ces représentations culturelles à partir d’une multitude de critères objectifs et de paramètres subjectifs : les demandes de ses clients, ses propres connaissances et compétences, ses envies, ses limites, le contexte sociopolitique, les contraintes du terrain, etc. À lui de mettre en forme l’image que les commanditaires souhaitent donner d’eux-mêmes ; à lui de traduire dans l’espace la connaissance réelle ou rêvée qu’ils ont de leur pouvoir et de la société qu’ils gouvernent ; à lui de bâtir les instruments de la politique qu’ils souhaitent mener et des rapports qu’ils souhaitent instaurer.

3Comment ? Comment créer l’identité visuelle d’un pouvoir occidental en territoire oriental ? Comment concevoir l’interface physique entre deux sociétés radicalement différentes ? Comment faire cohabiter culture coloniale et culture locale ? Comment façonner l’espace en fonction de la connaissance et de l’imagination de soi et/ou de l’Autre ? Quels partis pris adapter à quelles réalités ? Quels éléments privilégier et quels éléments ignorer ? La connaissance et la pratique permettent-elles de réinterpréter le savoir théorique et les codes en usage ?

4À travers l’exemple des années de formation et d’exercice de James Mollisson Wilson (1887-1965) en Inde, en Irak et en Iran, nous examinerons la façon dont un architecte urbaniste écossais a pu aborder ces questions dans trois contextes différents : l’Empire, un pays sous mandat, une quasi-colonie. Nous verrons notamment comment après avoir étudié le vocabulaire de l’architecture classique, assimilé la grammaire de l’urbanisme colonial et découvert le style de l’architecture islamique puis préislamique, Wilson s’est pris à rêver une ville anglo-orientale, moderne et syncrétique.

La leçon anglo-indienne : de l’usage symbolique et politique du paysage urbain

  • 2 C. H. Lindsey Smith, JM The Story of an Architect, Londres, Privately published, non daté, p. 1-3.

5Né l’année du jubilée d’or de la reine Victoria en 1887 et mort en 1965, quelques mois après Winston Churchill, J. M. Wilson connaît à la fois les dernières décennies de l’expansion de l’Empire britannique et celles de son déclin. Ses années de formation et d’exercice (1910-1960) coïncident très exactement avec l’apogée de l’influence des architectes urbanistes sur le paysage colonial. Après un parcours relativement ordinaire (pas d’éducation universitaire et un apprentissage auprès d’architectes écossais à Dundee puis à Londres), la carrière de Wilson prend un tour exceptionnel et oriental lorsqu’il est engagé comme assistant par Edwin Lutyens en 1912 pour le projet pharaonique de la création de New Delhi, nouvelle capitale de l’Empire britannique2. Aux côtés du maître, alors au sommet de sa renommée, Wilson découvre l’Orient, l’Empire et les bases d’un nouveau langage architectural colonial. De cet enseignement où architecture et urbanisme sont conçus comme l’incarnation symbolique et l’instrument politique d’un pouvoir en quête de légitimité et de modernité, Wilson tire les préceptes qui guideront l’essentiel de son œuvre.

L’architecture et l’urbanisme coloniaux, symboles d’un pouvoir et d’une culture en représentation

  • 3 T. R. Metcalf, An Imperial Vision. Indian Architecture and Britain’s Raj, p. 2.
  • 4 M. Crinson, Empire Building. Orientalism and Victorian Architecture, p. 3, 8.
  • 5 Pour des détails sur l’histoire de New Delhi, la décision de George V en 1911 d’y installer la capi (...)
  • 6 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. x.

6Rares sont les conquérants et les hommes de pouvoir qui n’ont pas cherché à imprimer leur marque dans l’espace et sur le territoire. Fonder une ville, y ériger des monuments, en diriger le développement sont autant de signes extérieurs de puissance et de désir de permanence. En ce sens, la plupart des villes coloniales peuvent être considérées comme de véritables monuments à l’Empire : l’affirmation dans la pierre ou dans la brique d’une identité culturelle, technique, économique, institutionnelle et politique radicalement différente de l’identité indigène. Au xixe comme au xxe siècle, les ingénieurs ou architectes travaillant pour le gouvernement des Indes sont particulièrement conscients de la fonction identitaire et publicitaire de leurs édifices, et se soucient de l’effet que ces derniers produisent sur le plan politique3. Après la grande mutinerie et la fin du règne de l’East India Company, les autorités britanniques souhaitent notamment donner à voir leur pouvoir par-delà leur action mercantile. Il s’agit d’asseoir leur légitimité de façon explicite, tout en prenant soin d’afficher leur souci d’assimilation et de respect de la culture indienne4. New Delhi constitue l’exemple le plus spectaculaire de cette volonté de démontrer la nécessité comme l’évidence de la domination britannique. Conçus par Lutyens, les principaux bâtiments publics et le plan directeur de cette ville destinée à en remplacer une autre – Calcutta – témoignent de l’importance de l’architecture monumentale dans le système du pouvoir colonial5. Pour Anton Christopher, l’inauguration de New Delhi en 1931 marque le zénith de l’emprise impériale sur le paysage du Raj6.

  • 7 M. Crinson, Empire Building…, p. 10, 95 ; T. R. Metcalf, An Imperial Vision…, p. 36-37 et 57.
  • 8 A. T. Christopher, The British Empire at its Zenith, p. 127.
  • 9 R. G. Irving, Indian Summer…, p. 42.

7Le mandat confié à Lutyens est aussi ambitieux que présomptueux : montrer à l’Inde et au monde la confiance dans l’avenir de l’Empire, légitimer sa présence tout en célébrant sa force d’intégration. Le vocabulaire architectural choisi par Lutyens pour articuler ce programme-manifeste contraste nettement avec celui de ses prédécesseurs et contemporains. Depuis les années 1840, l’obsession victorienne de l’hybridité, combinée par la suite à la nécessité d’incarner le credo politique du « trusteeship », conduisent les architectes coloniaux à intégrer des éléments de l’architecture locale à la plupart des édifices impériaux. En Inde, l’architecture islamique la plus ancienne, traditionnellement très admirée par les Britanniques7, devient une référence quasi obligée. Alors qu’avant 1857, les emprunts à l’architecture vernaculaire pour les constructions permanentes sont rares8, cette tendance au syncrétisme se développe progressivement. Son apogée, au tournant du siècle, correspond à l’avènement du style dit « indo-saracénique », inspiré de la splendeur de l’Empire moghol avec laquelle l’Empire britannique souhaite rivaliser. Les exemples les plus typiques de cette fusion stylistique entre architectures indienne et européenne se trouvent à Bombay, notamment dans les bâtiments dessinés par George Wittet : le Prince of Wales Museum (1909-1915) qui réconcilie l’architecture gujarati du xvie siècle, les styles de Bijapur du xviie et Maharashtra du xviiie, et l’emblématique Gateway of India (1911-1924) construite en basalte et béton armé dans le plus pur style gujarati du xvie siècle. Consultant du gouvernement de Bombay, Wittet est un temps pressenti pour le projet de New Delhi mais rapidement écarté au profit du choix plus radical de Lutyens et de son ami, devenu rival, Herbert Baker 9.

  • 10 Aujourd’hui la Viceroy’s House est connue sous le nom hindi de Rashtrapati Bhavan. Pour une descrip (...)
  • 11 Un chajja est une corniche en pierre qui sert de brise-soleil.

8La nouvelle capitale impériale de New Delhi devait être à la fois intemporelle et moderne pour continuer à incarner tout au long du siècle nouveau la prétendue osmose entre Orient et Occident. Rompant avec le régionalisme pompier du style indo-saracénique qu’il méprise, Lutyens adopte une syntaxe néoclassique beaucoup plus abstraite, où l’intégration d’éléments de l’architecture vernaculaire n’est plus menée sur un mode littéral. La rigueur géométrique et la maîtrise des proportions confèrent une solennité grandiloquente à son vocabulaire, tandis que ses emprunts à l’architecture indienne se concentrent sur des éléments ayant une valeur structurale et pas seulement décorative. L’Empire romain sert plus souvent de référence que l’Empire moghol. Le bâtiment le plus important du programme, le palais du vice-roi sur Raisina Hill10, illustre bien ces principes. Ainsi les colonnades néoantiques de la façade sont surmontées d’un chajja11 typiquement indien qui unifie l’ensemble du bâtiment, et le dôme qui couronne le hall des audiences fait écho aussi bien à celui du Gol Gumbaz qu’à celui du Panthéon. Les exemples de ce nouveau style colonial néoclassique amendé sont légion à New Delhi, que ce soit dans les bâtiments de Lutyens ou, dans une moindre mesure, ceux de Baker.

9Si l’on retrouve l’influence directe de ce nouveau langage dans les réalisations de Wilson et de nombreux autres architectes aux colonies, cette projection symbolique des aspirations de l’Empire britannique n’est pas sans contradictions. Le décalage entre l’intention initiale de modernité et la réalité du projet est manifeste. Si le vocabulaire et la syntaxe sont nouveaux, la grammaire reste fidèle aux fondements mêmes de l’ordre colonial.

L’architecture et l’urbanisme coloniaux, instruments d’un pouvoir et d’une culture en action

  • 12 A. D. King, Colonial Urban Development. Culture, Social Power, and Environment, préface.
  • 13 Le Council House ne sera ajouté et construit par Baker qu’en 1921. T. R. Metcalf, An Imperial Visio (...)

10Antony King, pionnier de l’histoire urbaine des colonies, décrit New Delhi comme la première ville coloniale moderne12. Ces deux adjectifs ne sont pas contradictoires. Si Lutyens renouvelle radicalement le langage architectural et utilise les dernières avancées en matière d’urbanisme, ses bâtiments perpétuent l’identité d’un régime omnipotent. Tout Raisina Hill affirme de façon ostentatoire la primauté du pouvoir exécutif colonial ; aucune chambre législative ou consultative n’est prévue dans le plan directeur13. Le style a certes changé mais la grammaire de l’espace impérial, définie par plusieurs générations de professionnels, dont les architectes urbanistes ne sont que les plus récents avatars, continue de s’articuler autour des mêmes principes fondateurs : la domination et la distance.

  • 14 R. K. Home, Of Planting and Planning. The Making of British Colonnial Cities, p. 37.

11Mandatés pour inventer et conduire le développement des villes de l’Empire au début du xxe siècle, les architectes et urbanistes, aussi prestigieux soient-ils, ne travaillent pas en terrain neutre, bien au contraire. Le paysage colonial est déjà largement défini, mesuré, contrôlé et pour partie construit. Robert Home distingue quatre périodes qui se succèdent et parfois se chevauchent, pendant lesquelles différentes professions ont façonné cet espace, autant par leurs connaissances, que par leurs présupposés ou leurs ignorances. Aux géomètres topographes qui cartographient l’Empire, succèdent les ingénieurs civils et militaires chargés de construire infrastructures de transport et services publics. Puis dès que le paysage colonial s’urbanise, les spécialistes de l’hygiène et de l’ordre public investissent ce terrain d’expérimentation rêvé pour tenter d’en contrôler le tissu urbain et les prétendues pathologies. Ce n’est qu’ensuite que les architectes urbanistes se voient confier la tâche de créer de nouvelles formes pour incarner l’Empire14. Toutefois, la nature de la mission dont ils héritent ne diffère pas réellement de celle de leurs prédécesseurs : affirmer l’identité d’une civilisation en appréhendant l’Autre, pour en créer une troisième, la civilisation coloniale.

  • 15 M. Crinson, Modern Architecture…, p. 4.
  • 16 G. A. Stelter, « Rethinking the significance of the city beautiful idea », Urban Planning in a Chan (...)
  • 17 A. D. King, Colonial Urban Development…, p. 37 ; R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 42 ; A. (...)
  • 18 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 125.
  • 19 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith…, p. 8, 149 ; A. D. King, Colonial Urban Develo (...)
  • 20 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 117.

12Par-delà leurs fonctions symboliques, l’architecture et l’urbanisme jouent un rôle actif dans la fabrication de l’Empire. Ils sont à la fois le produit et l’instrument d’un mode d’interaction socio-économique qu’ils contribuent à perpétuer15. Le plan directeur et le traitement de la question du logement à New Delhi illustrent parfaitement ce rôle. Les grandes perspectives dessinées par Lutyens, directement inspirées des plans de Versailles, Karlsruhe ou Washington, ne traduisent pas seulement des préoccupations formelles, mais l’enjeu politique du contrôle de la ville et du corps social. Certes New Dehli opère la synthèse esthétique des mouvements modernes de city beautiful et garden city16, mais par rapport aux idéaux sociaux et fonctionnels de ces mouvements, New Delhi – et bien d’autres villes coloniales de l’époque – n’offre qu’une version édulcorée de ces modèles, une version adaptée avant tout aux besoins et aux peurs du pouvoir colonial. En intégrant des éléments aussi archétypaux que le plan en éventail, la rue large, la hiérarchisation extrême des espaces, l’absence de voies de communication entre quartiers européens et indiens, les zones sans construction comme cordons sanitaires, le plan de New Delhi témoigne d’une utilisation stratégique de l’urbanisme pour surveiller et séparer les différents groupes sociaux. Sous une forme monumentale et paysagée, il s’agit toujours de traduire la distance sociale en distance physique, de sorte à conjurer la double menace des miasmes et de l’insurrection. Le syndrome hygiéniste, sanitation syndrome, apparu au moment de la guerre de Crimée et des grandes épidémies de peste des années 1890, continue de dicter l’agencement de l’espace colonial, en apportant une apparente justification aux angoisses sanitaires et sécuritaires des autorités17. La méconnaissance des vecteurs réels de plusieurs maladies tropicales18, et la peur de l’Autre contribuent à renforcer le principe constitutif de toute l’idéologie coloniale du dual mandate résumé dans la devise « Stay Apart and Rule ». Le plan directeur de New Delhi en est la parfaite émanation. La ségrégation spatiale est à la fois un principe d’organisation de l’espace et une technique de domination. La ville duale et ségrégée, moderne pour les Européens et traditionnelle pour les indigènes, résulte de la société ségrégée en même temps qu’elle la perpétue19. Dans la langue anglaise, les mots « urbanisme » et « ségrégation » sont apparus en même temps20.

13Auprès de Lutyens, J. M. Wilson apprend donc un nouveau vocabulaire architectural où les traditions classique et islamique sont intimement mêlées, mais il découvre aussi les bases de l’urbanisme colonial moderne où sociétés européennes et indiennes sont fortement séparées.

L’essai irakien : identité visuelle d’un nouvel État et exercices de style sous mandat

  • 21 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 3-4.

14L’expérience de Wilson à New Delhi dure à peine deux ans, mais elle a une influence déterminante sur toute sa carrière. Lorsque la première guerre mondiale éclate, Wilson s’engage dans le Punjab Light Horse Regiment et rejoint la force expéditionnaire de l’Indian Army qui débarque en Mésopotamie en novembre 1914. Il intègre ensuite le corps des Indian Engineers comme major, en vertu de sa précieuse expérience d’architecte. Il travaille alors à la construction de bâtiments et d’infrastructures à usage essentiellement militaire. Au moment de l’armistice, il est transféré au Political Service, puis au tout début des années 1920, il intègre le Public Works Directorate où il occupe le poste de Government Architect. En 1926, il quitte ses fonctions pour fonder sa propre agence à Londres. Il continue à se voir confier la réalisation des bâtiments publics les plus importants d’Irak, même après la fin du mandat britannique en 193021.

15Fort des connaissances et de l’expérience acquises auprès de Lutyens puis perfectionnées au cours de près de dix années de vie en Orient, Wilson est chargé d’incarner les nouvelles institutions d’un État naissant. Son travail n’est pas sans similitudes avec certains aspects du programme de New Delhi, mais la différence des enjeux politiques et culturels impose un traitement différent.

Comment inventer les monuments d’un État nouveau-né et sous tutelle ?

  • 22 Pour l’histoire du mandat britannique en Irak, voir P. Sluglett, Britain in Iraq, 1914-1932, Londre (...)

16Dès fin 1918 et la prise de Mossoul, l’autorité britannique s’étend sur la plupart des provinces irakiennes du défunt Empire ottoman. Lors de la Conférence de Paris en 1919, la Société des Nations confie l’administration de ce nouveau pays à la Grande-Bretagne sous la forme d’un mandat, confirmé l’année suivante à la Conférence de San Remo. Toutefois ce mandat ne se présente pas sous les meilleurs auspices : une violente rébellion anti-britannique se déclenche dès 1920 dans le sud du pays, et malgré la mise en place d’un gouvernement arabe et l’élection de l’émir Fayçal à la tête de la nouvelle monarchie irakienne en 1921, le pouvoir du haut-commissaire reste l’objet d’un fort ressentiment parmi la population locale. La légitimité du nouvel État irakien reste entièrement à établir ; sur le plan institutionnel, tout ou presque est à créer22. Dans ce contexte, les priorités politiques et esthétiques sont donc bien différentes de celles qui ont présidé à la création de New Delhi. Il s’agit d’asseoir l’autorité britannique dans le cadre d’un pays appelé à devenir pleinement souverain, en vertu de l’accord anglo-irakien de 1922. Le rôle de l’architecture dans la mise en place de la monarchie irakienne sous mandat est capital : afficher la nouvelle donne institutionnelle et politique. Pour les officiels britanniques comme pour J. M. Wilson, la référence anglo-indienne est une évidence, mais compte tenu du contexte, elle requiert d’être adaptée avec subtilité : il s’agit avant tout de produire l’identité visuelle d’un Irak nouveau.

  • 23 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. 125.

17De même que l’Empire avait importé de nombreuses fonctions et institutions nécessitant la création d’édifices spécifiques, devenus autant de personnifications du nouvel ordre colonial23, les autorités britanniques et le roi Fayçal lancent un vaste programme de travaux publics. Dès 1921, dans son rapport sur la future université Al Albait de Bagdad, Wilson résume les enjeux politiques et esthétiques de ce programme :

  • 24 Rapport de J. M. Wilson sur le projet de l’université de Bagdad, cité dans K. Sultani, « Architectu (...)

Quant à la conception de ces plans, elle nécessite sans aucun doute […] réflexion et prudence en raison de l’influence considérable que l’architecture peut avoir sur la vie publique en général, mais particulièrement sur l’éducation. L’Irak est la patrie d’un certain style d’architecture qui a influé sur le reste du monde civilisé. Mais la situation actuelle appelle un autre style de construction qui, espérons-le, intégrera ce qu’il y a de mieux dans les éléments décoratifs traditionnels. L’intention est aussi d’utiliser des matériaux de construction naturels disponibles dans le pays pour que ce qui est bâti permette d’évoluer vers une véritable Renaissance arabe des arts.24

  • 25 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 4-8, p. 21.
  • 26 Je remercie Caecilia Pieri pour cette information, et pour beaucoup d’autres. C. Pieri prépare un d (...)
  • 27 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 21, p. 62-63.

18Les « circonstances actuelles » évoquées ici sont celles d’un État créé de toutes pièces, constitué de régions hétérogènes, aux marges d’un Empire ottoman désormais disloqué, avec pour capitale une ville qui, depuis l’époque abbasside, n’a plus été qu’un centre régional. À la « Renaissance arabe » que Wilson appelle de ses vœux sur le plan esthétique doit correspondre à une renaissance politique. Piliers du nouvel État et incarnations d’une nouvelle identité collective, les gares, aéroports, musées, églises, universités, hôpitaux et autres bâtiments administratifs doivent se distinguer par leur taille, leur style et leur durabilité. Wilson est chargé des principaux édifices construits à Bassora : le General Maude Memorial Hospital qui, en 1921, est le premier hôpital moderne du pays, le siège des autorités portuaires, Port Directorate Offices, en 1929 (voir illustration 1, en fin d'article), et, en 1931, l’aéroport qu’il dessine avec Harold Mason, son assistant puis successeur au ministère des Travaux publics, devenu son associé à partir de 193525. À Bagdad, Wilson réalise notamment plusieurs collèges universitaires, le plan du quartier voisin d’Aadhamiya26, une partie au moins du musée national, le ministère de l’Agriculture, le quartier résidentiel d’Alwiya dessiné selon un plan de cité-jardin, le palais du roi Fayçal qui restera au stade de projet, puis l’église Saint-Georges et l’aéroport conçus avec H. Mason27. Après la seconde guerre mondiale, l’agence Wilson & Mason se voit chargée de dessiner la monumentale gare de Bagdad, étape du Baghdad Bahn rêvé par Guillaume II. Elle est commencée en 1947 et achevée en 1951 (voir illustration 2).

  • 28 J. Morris et S. Winchester, Stones of Empire…, p. 182 ; A. J. Christopher, The British Empire at It (...)
  • 29 K. Sultani, « Architecture in Iraq between the Two World Wars, 1920-1940 », p. 99.
  • 30 Remerciements à C. Pieri pour cette information.

19L’ensemble de ces bâtiments, étonnement peu étudiés et sur lesquels on ne dispose pas d’informations précises, est presque exclusivement consacré à des équipements fonctionnels, tournés vers l’avenir et destinés au développement économique et social du pays. On ne trouve par exemple presque aucune des statues ou monuments aux morts omniprésents dans les villes anglo-indiennes28. Les nouveaux bâtiments, dont l’apparence tranche de manière radicale avec les constructions locales, sont des monuments à un ordre nouveau, sous l’autorité temporaire mais influente de l’administration britannique29. Ils affichent la modernité et la technicité, jusqu’alors réservée aux ingénieurs allemands qui avaient obtenu des concessions du pouvoir ottoman. Les grands travaux envisagés sont surtout d’une nature inédite dans la région. Ainsi Al Albait est conçue comme une université moderne regroupant différentes facultés, de la théologie aux beaux-arts, avec un campus comportant des logements étudiants, organisé autour d’un bâtiment central abritant l’administration, un théâtre, une bibliothèque, un musée (p. 100). Le projet sera modifié par la suite et seul un collège, dit collège de théologie, sera réalisé dans un style mêlant architecture religieuse de la Renaissance italienne et citations directes de la Mustansiriya, université coranique de Bagdad fondée au xiiie siècle30. Les bâtiments anglo-irakiens de la première moitié du xxe siècle témoignent en effet d’un même effort stylistique : un syncrétisme moderne entre Occident et Orient.

L’épanouissement d’un style architectural, entre régionalisme colonial et modernisme anglo-oriental

  • 31 M. Crinson, Modern Architecture…, p. 26.

20Aux yeux de Londres et de New Delhi, la nouvelle monarchie irakienne est appelée à jouer un rôle stratégique dans la défense de l’Empire et des intérêts pétroliers britanniques. L’architecture anglo-irakienne incarne ce lien d’influence souhaitée tout en s’efforçant de donner corps aux aspirations nationales d’un État qui existe à peine. Le style développé par Wilson atteint cet équilibre fragile et constitue selon Mark Crinson : « la synthèse du régional et de l’impérial, la reconnaissance et la réconciliation de différentes attaches géographiques. »31

  • 32 Sur l’architecture victorienne au Moyen-Orient, voir M. Crinson, ibid.
  • 33 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 6.
  • 34 K. Sultani, « Architecture in Iraq between the Two World Wars, 1920-1940 », p. 104-105.
  • 35 Remerciements à C. Pieri pour cette information.

21Comparée à l’architecture anglo-indienne, l’architecture anglo-irakienne représente de façon plus discrète la puissance britannique et de façon plus explicite sa volonté d’intégration et d’exaltation de l’identité arabe. En revanche, elle est bien plus monumentale que l’architecture britannique des pays où la Grande-Bretagne n’a qu’une présence informelle32. Wilson investit pleinement cet entre-deux. Il associe la théâtralité du classicisme au meilleur des pratiques et des styles vernaculaires, en mettant à profit les avancées techniques de l’architecture moderne. L’influence de l’enseignement de Lutyens à New Delhi transparaît clairement dans sa révérence quasi religieuse pour la symétrie, la rigueur géométrique, l’emploi de matériaux homogènes, ou le traitement de la lumière. Toutefois, à la syntaxe magistrale inventée par Lutyens, Wilson incorpore beaucoup plus de vocabulaire local. Son intérêt pour l’architecture islamique, éveillé en Inde, se prolonge naturellement en Irak par une curiosité poussée pour l’architecture préislamique et l’histoire mésopotamienne. Son amitié avec Gertrude Bell, qui fait des fouilles archéologiques dans la région, contribue à lui faire acquérir une connaissance intime des matériaux et des méthodes de construction locale33. Mais c’est surtout le travail au contact des maîtres maçons irakiens, les ustaz, ajouté à la culture britannique d’usage de la brique, et à ses connaissances en génie civil, qui lui per mettent de maîtriser parfaitement les techniques de fabrication des arches, des encorbellements et des dômes traditionnels. Son goût pour la symétrie trouve un écho immédiat dans l’architecture monumentale et vernaculaire irakienne qui utilise constamment ce principe. Exploitant pleinement la compétence des artisans irakiens, les réalisations de Wilson atteignent un raffinement inégalé en matière de construction et motifs décoratifs en brique34. L’arrivée du béton dans les années 1940 laminera la corporation des ustaz et mettra un terme définitif à cet âge d’or du décor moderne en brique rendu possible grâce à leur savoir-faire millénaire35.

  • 36 Décor de stalactites dans l’architecture islamique.
  • 37 Écran ajouré en pierre ou en bois ?
  • 38 R. G. Irving, Indian Summer…, p. 187.

22Le siège des autorités portuaires de Bassora, qui reprend beaucoup des éléments du projet de palais pour Fayçal, est l’illustration la plus claire de cette réinterprétation syncrétique. Les arcades des galeries extérieures du bâtiment qui protègent de la lumière comme de la chaleur sont directement inspirées de l’architecture domestique traditionnelle de Bassora ou de Mohammerah côté persan (illustration 3), mais ne sont pas non plus étrangères aux arcades de certains bâtiments anglo-indiens, florentins ou vénitiens. Quant au dôme monumental de plus de vingt mètres de haut, il rappelle évidemment celui du palais du vice-roi à New Delhi, mais la finition émaillée de ses 275 tonnes de briques l’ancre fortement dans la tradition locale. À l’intérieur, les délicats encorbellements de brique à la façon de muqarna36, et l’écran ajouré qui entoure l’horloge centrale à la manière d’un jali37 indien, montrent la façon dont Wilson réinterprète l’architecture islamique et préislamique à l’aune de son expérience britannique, indienne et irakienne. Dans la même perspective, vingt ans plus tard, les chajja ou les chapiteaux orientalisants des colonnes de la façade de la gare de Bagdad traduisent la même ambition. Quant au dôme central émaillé de vert, qui est le plus grand dôme traditionnel d’Irak, il mérite, bien mieux que le dôme de la Viceroy’s House conçu par Lutyens à New Delhi, le commentaire excessivement lyrique mais justifié d’Irving pour qui il représente : « … une métaphore œcuménique en pierre, un symbole transcendant pour cette suprême synthèse des cultures qu’est l’Empire britannique. »38

  • 39 Jusqu’à l’ouvrage de Crinson (2003), les seuls articles où le travail de Wilson en Irak était analy (...)

23Par-delà le régionalisme colonial pratiqué dans la première moitié du xxe siècle par plusieurs architectes européens au Proche et au Moyen-Orient, le classicisme hybride des bâtiments de Wilson leur assure une atemporalité et un caractère réellement syncrétique. Grâce à ses connaissances et à sa capacité d’interprétation de cultures architecturales hétérogènes, Wilson a mis en forme l’identité visuelle de la nouvelle monarchie irakienne, et construit des bâtiments qui font honneur à la tradition architecturale du pays39. La gare centrale de Bagdad figure sur la plupart des cartes postales d’avant la guerre actuelle : encore aujourd’hui, c’est un des monuments symboles de la ville.

Le laboratoire iranien : les limites du syncrétisme

  • 40 Sir Arnold Wilson (sans relation de famille avec J. M. Wilson).
  • 41 Archives BP 71403.
  • 42 Archives BP 71403.
  • 43 Le projet sera exposé à la Royal Academy en 1928, mais pour des raisons annexes ne sera pas constru (...)
  • 44 Archives BP 54561 ; The Naft Magazine, mars 1932, p. 32.
  • 45 À Londres en revanche, la compagnie choisit Edwin Lutyens pour réaliser son siège : Britannic House
  • 46 Pour une histoire détaillée de l’AIOC : R. W. Ferrier, The History of The British Petroleum Company(...)

24À quelques dizaines de kilomètres de Bassora, du côté persan du Shatt-el’Arab, l’Anglo Iranian Oil Company (AIOC) exploite, raffine et exporte le pétrole de la province semi-autonome du Khuzestân depuis 1908. Au milieu des années 1920, la compagnie, qui s’est énormément développée pendant la première guerre mondiale, est confrontée à un grave problème de surpopulation dans ses centres d’activités, et notamment dans la ville raffinerie d’Ābādān. Elle cherche alors à engager un spécialiste capable d’analyser la situation et de proposer une solution économiquement acceptable. L’ancien Acting Civil Commissioner and Political Resident d’Irak, devenu administrateur de l’AIOC40, recommande Wilson en raison de son expérience indienne et mésopotamienne, et de sa parcimonie41. Finalement, deux autres experts de haut vol seront choisis fin 1924 : Frederick Temple, l’ingénieur qui vient de construire une vaste cité ouvrière pour les aciéries Tata à Jamshedpur, et, étonnement, l’architecte de Bombay George Wittet, plus habitué aux réalisations de prestige qu’au contexte industriel42. Peu après la mort prématurée de ce dernier en 1926, Wilson se voit confier deux projets prestigieux par la compagnie : un nouvel hôpital pour Ābādān43, et les bureaux de l’AIOC à Téhéran (illustration 4). Pour ce bâtiment, vitrine de la compagnie en plein centre de la capitale, Wilson poursuit la logique de syncrétisme stylistique développée en Irak. La façade, dont les détails sont dessinés avec l’assistance d’un architecte iranien formé en Grande-Bretagne, nommé Elgar, est saluée comme un exemple de Mohammadan Persian Renaissance44. L’épithète est pompeux, mais l’effort d’assimilation du vocabulaire architectural local pour se fondre au mieux dans le paysage urbain est bien réel et particulièrement réussi. L’AIOC est d’autant plus soucieuse d’afficher son ancrage local et de dissiper les relents de puissance impériale, qu’elle est régulièrement accusée de vouloir transformer le Khuzestân en colonie – ce que, de facto, cette province allogène, aussi bien sur le plan ethnique, politique qu’économique, était presque devenue45. Ceci n’empêchera pas Rezâ Shâh d’annuler la concession de l’AIOC fin 1932, quelques mois après l’inauguration du nouveau siège ! À l’issue de négociations à rebondissements46, l’AIOC obtient une nouvelle concession en mai 1933 et décide immédiatement après de lancer un vaste programme d’urbanisme pour réhabiliter et développer ses établissements dont la population a encore considérablement augmenté. Wilson est chargé de l’étude et de la direction du projet.

Un contexte politique et économique à l’opposé du mandat irakien

  • 47 Depuis 1914, l’État britannique détient plus de 50 % du capital de l’AIOC.
  • 48 Ainsi le projet de monument aux morts (très inspiré du cénotaphe de Lutyens ) que Wilson expose à l (...)
  • 49 J. H. Bamberg, The History of The British Petroleum Company, vol. II, ouvr. cité, p. 81 ; Archives (...)

25Ce projet et le contexte dans lequel se trouve la compagnie en 1934 sont très différents de ceux auxquels Wilson a été confronté en Inde et en Irak. L’Iran n’est ni une colonie ni un pays sous mandat, mais un pays pleinement souverain. Même si l’AIOC a une structure et un pouvoir quasi coloniaux, le rapport de force que les bâtiments de Wilson doivent incarner est tout aussi complexe mais différent47. Il ne s’agit pas de créer des monuments ostentatoires, ou même des représentations symboliques de la compagnie48. L’AIOC est une compagnie de droit privé, et Ābādān est une ville industrielle. Le problème urbain que Wilson doit appréhender est avant tout une grave crise du logement. L’AIOC a 25 000 employés en 1934 ; Ābādān, et dans une moindre mesure Masjed-e Soleymân où se trouvent les puits de pétrole, sont devenues des villes champignons avec respectivement 60 000 et 15 000 habitants. Ni l’une ni l’autre n’existaient un quart de siècle plus tôt49. Le développement des infrastructures industrielles ayant toujours primé sur celui des équipements urbains, ceux-ci sont donc devenus cruellement inadéquats.

Le rêve d’une ville réellement syncrétique

26Le projet de Bawarda, à Ābādān, est l’occasion idéale pour Wilson d’aboutir la logique de syncrétisme esthétique qu’il a étudiée en Inde, puis mise en œuvre en Irak. Fort de son expérience des sociétés coloniale et orientale, Wilson livre à l’AIOC une analyse sans détour de la situation. Il ne s’agit pas seulement d’un manque quantitatif de logements, comme le pensent nombre de cadres de l’AIOC, mais aussi d’un problème de ségrégation physique et mentale entre le personnel britannique et iranien :

  • 50 Archives BP 49673, Report by J. M. Wilson, ARIBA, On Certain Aspects of the Company’s Building Prop (...)

Étudier le problème de l’amélioration des conditions de logement des employés de la compagnie oblige à examiner la situation contractuelle et sociale, ainsi que le statut des individus. À l’heure actuelle, il y a une seule ligne de partage bien définie, à savoir celle qui passe entre le personnel de première classe ou européen, et le reste. Mais cette ligne de partage est tellement large et inamovible qu’elle équivaut pratiquement à un clivage. À de rares exceptions près, donc, le Persan moyen entrant au service de la compagnie est confronté dès le début de sa carrière à un obstacle à son avancement qui est presque insurmontable. […] Il y a aussi une très grande disparité dans la qualité des logements offerts aux Persans et aux Européens qui n’est pas propice aux bonnes relations. Le fait même que toutes les installations de la raffinerie séparent actuellement les quartiers résidentiels persans et européens interdit aux Persans de passer facilement d’un rang subalterne à un rang plus élevé.50

27Par conséquent, plutôt que de réhabiliter et d’augmenter le nombre de logements sur le modèle de ceux existants comme le suggéraient les ingénieurs d’Ābādān, Wilson propose un ambitieux projet de cité-jardin mixte. L’objectif est de mélanger employés de première, deuxième et troisième classes, qu’ils soient Britanniques ou Iraniens, et d’utiliser ce nouvel espace urbain pour créer un « pont » par-dessus « la barrière » ou « la faille » séparant les différents employés de la compagnie.

28L’influence de Lutyens est très visible dans la lettre du projet. Le plan de Bawarda a une forte parenté avec celui de New Delhi, même si les grandes avenues et perspectives imaginées par Wilson ne mènent pas à des bâtiments monumentaux du type de ceux de Raisina Hill à New Delhi. Le plan tranche de manière radicale avec les plans en damier réalisés auparavant à Ābādān. Il fait une large place aux jardins et limite autant que possible le nombre de portails et autres clôtures, signe d’une aversion directement héritée de Lutyens pour les signes extérieurs de l’English suburbia.

  • 51 Sur les différents modes d’adaptation des principes de Ebezener Howard, voir D. Hardy, « Quasi utop (...)

29En revanche, le projet de Bawarda se démarque radicalement de Lutyens dans l’esprit : résolument progressiste, Wilson développe la logique du syncrétisme par-delà l’esthétique et rend au concept de cité-jardin une partie au moins des idéaux de réforme sociale initialement voulus par Ebezener Howard, leur inventeur et premier théoricien51. Comme ce dernier, Wilson reste pragmatique : la hiérarchie est un élément moteur de l’ordre industriel, mais il propose d’organiser cette hiérarchie sur des principes différents de la ségrégation spatiale pratiquée jusqu’alors. Wilson décide en effet de concevoir des maisons habitables par des Britanniques comme par des Iraniens, ce qui est totalement révolutionnaire pour l’AIOC. Anticipant une occidentalisation des mœurs iraniennes, il décide de construire tous ces nouveaux logements sur des plans européens, et de prévoir un éventail de tailles suffisamment varié pour permettre une large distribution en fonction des différents grades et non plus de la nationalité des employés. Par exemple, il prévoit de loger les infirmières des deux nationalités sous le même toit, avec une cloison mobile entre leurs différents espaces de sorte à pouvoir transformer le bâtiment selon l’évolution des effectifs et des mœurs.

  • 52 S. Buder, Pullman ; an Experiment in Industrial Order and Community Planning, 1880-1930, New York, (...)

30À l’instar d’une company town comme la ville modèle de Pullman à côté de Chicago52, la dimension esthétique des bâtiments de Bawarda est donc pensée comme un agent de réforme sociale. Pour lutter contre la monotonie d’une ville industrielle, Wilson place aux points stratégiques du quartier une série de maisons d’un éclectisme presque baroque, tout à fait opposé à l’harmonie classique du « schedule B » (les logements des fonctionnaires autour du palais du vice-roi) de Lutyens à New Delhi. Il dessine par exemple des maisons-tours (illustration 5) qui rappellent le très avant-gardiste palais Stoclet de Jaref Hoffmann achevé en 1911 dans la banlieue de Bruxelles, ou des maisons avec des pignons de type hollandais, très à la mode en Grande-Bretagne dans les années 1930. Certaines de ces formes sont déclinées pour des logements plus modestes, à Bawarda et dans les quartiers ouvriers que Wilson réalisera ensuite. Les équipements collectifs (écoles, clubs, dispensaires) seront construits dans un deuxième temps, après les logements, sur des espaces qui leur sont alloués dès le départ. Le plus important est l’Ābādān Technical Institute qui ouvre en 1939 (illustration 6) et dont la tour est une citation presque littérale des bâtiments de Willem Marinus Dudok à Hilversum en Hollande. La modernité stylistique dont fait preuve Wilson est nettement éloignée des références néoclassiques de son maître. Ce modernisme se poursuit dans un souci d’expérimentation technique : Wilson introduit les premiers systèmes d’air conditionné, expérimente des nouvelles matières comme des agrégats de pierre. Pour autant, il continue à privilégier les techniques et matériaux locaux : fort de l’expérience irakienne, il poursuit son travail de la brique et utilise des éléments de décoration vernaculaires comme la faïence. Toutefois, ses efforts de syncrétisme architectural ne portent plus tant sur l’esthétique que sur la fonction et la conception même de l’espace : ville nouvelle pour une industrie nouvelle, Bawarda doit moderniser la structure sociale de l’AIOC.

31Pionnier de l’architecture et de l’urbanisme moderne en Iran, Wilson y construit des dizaines de milliers de maisons, et une grosse cinquantaine de bâtiments collectifs en l’espace d’un quart de siècle. Pourtant son œuvre y est totalement méconnue. À la différence de l’Irak, Wilson ne construit pas au cœur du pays mais dans une province périphérique, et surtout il travaille pour une compagnie toujours perçue comme une puissance coloniale. Ses établissements ont toujours été habités comme des villes coloniales, même si du point de vue de l’architecte, ils n’étaient pas nécessairement conçus comme tels.

Le principe de réalité : Ābādān ou l’archétype de la company town coloniale

  • 53 C’est un phénomène très répandu aux colonies, R. K. Home, « Town planning and garden cities in the (...)
  • 54 Archives BP 67590.
  • 55 Archives BP 59792.
  • 56 Archives BP 67627.

32En effet, malgré le soin que Wilson porte à faire de Bawarda un quartier réellement mixte, la culture coloniale et la logique économique de la compagnie se conjugueront pour pervertir le projet initial. Le progressisme social trouve peu d’échos parmi les dirigeants de l’AIOC : comme dans beaucoup de systèmes fondés sur un rapport de domination, réduire la distance sur laquelle repose ce pouvoir n’est pas une perspective aisément acceptée53. Par exemple, les tenants du sanitation syndrome (l’hygiénisme) promettent des épidémies à répétition, et demandent la séparation des Britanniques et des Iraniens54. Aucune mesure ne sera prise de façon explicite, mais de fait, les méthodes d’attribution de ces logements perpétueront de façon tacite une forte dose de ségrégation raciale. Ainsi, les attributions de ces logements se feront selon un système de points basés sur le salaire. Par conséquent, aucun ouvrier, même qualifié, ne pourra postuler ; seuls les employés de 1re et 2e classes seront éligibles pour Bawarda, ce qui réduira considérablement le nombre d’Iraniens concernés55. Qui plus est, la compagnie logera des Britanniques dans les maisons potentiellement destinées aux employés iraniens, sous prétexte de rehausser le standing du quartier et de le rendre plus attractif pour les cadres iraniens à venir56. Par ailleurs, en dépit du progressisme de Wilson, certains éléments comme la rue large, la taille des compounds (terrains clos) entourant les bungalows, les mesures prises pour limiter les points de contact entre la ville indigène et le quartier résidentiel de la compagnie rappellent les principes d’urbanisme du Raj. Cependant, l’usage qui fut fait de ce quartier ne doit pas masquer le caractère exceptionnel de la conception de Bawarda.

  • 57 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 166.
  • 58 Archives BP 72222.
  • 59 Archives BP 59792.

33Après la seconde guerre mondiale, l’expertise des urbanistes est essentiellement attendue comme un moyen de faire des économies57. L’explosion démographique oblige la compagnie à intensifier son effort de construction, ce qui initie une politique de simplification et de densification des plans urbains. Les jardins sont rognés, les éléments préfabriqués fréquemment utilisés, le plan en damier fait son retour. Les maisons mixtes, destinées indifféremment au personnel britannique ou iranien, sont déconseillées58. Wilson continue à insister pour qu’un minimum de mixité sociale soit respecté de façon à éviter que les nouvelles citées ouvrières ne se transforment en bidonvilles59, mais son autorité est progressivement érodée par les nombreux comités de standardisation de l’AIOC. Les équipements collectifs sont les seules réalisations qui continuent à afficher la synthèse stylistique entre architecture moderne et tradition locale. Souvent destinés à des usagers iraniens, ces bâtiments font allégeance à l’architecture locale comme le montre l’école Mehregan (illustration 7) dont la structure fortifiée rappelle un khân (caravansérail) médiéval. Les limites du syncrétisme social ne laissaient plus la place qu’au syncrétisme de façade. L’identité visuelle de l’AIOC est donc restée celle d’une ville ségrégée.

  • 60 « Sporting pastimes apart, and the English language, urbanism was the most lasting of the British i (...)

34En Irak puis en Iran, Wilson a contribué au vaste mouvement d’exportation et de transfert des modèles coloniaux et métropolitains. Ses connaissances de l’architecture, de la culture et de la société orientale lui ont permis d’opérer une réelle prise en compte des conditions et traditions locales, participant ainsi au développement d’un modernisme proprement anglo-oriental. Preuve en est qu’aujourd’hui, près de cinquante-cinq ans après la nationalisation de l’industrie des pétroles, les plans de la compagnie continuent à conduire le développement urbain d’Ābādān. Symboles d’une identité culturelle hybride, les bâtiments anglo-iraniens du Khuzestân sont parmi ceux qui ont le mieux survécu aux ravages de la guerre Iran-Irak. Ils font désormais partie d’un patrimoine national. À l’instar de la gare de Bagdad, le cinéma dessiné par Wilson et construit avec des briques rouges importées d’Angleterre est devenu un des principaux symboles de la ville d’Ābādān. Selon Jan Morris, « loisirs sportifs et langue anglaise mis à part, l’urbanisme est le plus durable de leurs legs impériaux »60.

Bibliographie

Bibliographie

CHRISTOPHER A. J., The British Empire at Its Zenith, Londres - New York, Croom Helm, 1988.

CRINSON M., Empire Building. Orientalism and Victorian Architecture, Londres New York, Routledge, 1996.

Modern Architecture and the End of Empire, Aldershot, Ashgate Publishing, 2003.

HOME R. K., Of Planting and Planning. The Making of British Colonial Cities, Londres, E. & F. N. Spon, 1997.

IRVING R. G., Indian Summer. Lutyens, Baker, and Imperial Delhi, New Haven, Yale University Press, 1981.

KING A. D., The Bungalow. The Production of a Global Culture, Londres - Boston, Routledge & Kegan Paul, 1984.

Colonial Urban Development. Culture, Social Power, and Environment, Londres - Boston, Routledge & Paul, 1976.

METCALF T. R., An Imperial Vision. Indian Architecture and Britain’s Raj, New Delhi - New York, Oxford University Press, 2002.

MORRIS J. et WINCHESTER S., Stones of Empire. The Buildings of the Raj, Oxford - New York, Oxford University Press, 1983.

Annexes

1. J. M. Wilson – Bassora, bureau des autorités portuaires, 1929.

2. J. M. Wilson – Bagdad, gare centrale, 1947-1951.

3. Maison traditionnelle à Bassora et bureaux temporaires de l’AIOC à Mohammerah, 1911.

4. Téhéran, nouveaux bureaux de l’AIOC, 1932.

5. J. M. Wilson, brique et décors de faïence bleue – Ābādān, Bawarda sud, maison tour en 1947.

6. Ābādān Technical Institute, en 1947.

7. Ābādān, Ābādān Town, école Mehregan, en 2002.

Notes

1 C. Béret éd., Jean Nouvel : exposition présentée au Centre Georges Pompidou, Paris, du 28 novembre 2001 au 4 mars 2002, Paris, Centre Pompidou, 2001, non paginé.

2 C. H. Lindsey Smith, JM The Story of an Architect, Londres, Privately published, non daté, p. 1-3.

3 T. R. Metcalf, An Imperial Vision. Indian Architecture and Britain’s Raj, p. 2.

4 M. Crinson, Empire Building. Orientalism and Victorian Architecture, p. 3, 8.

5 Pour des détails sur l’histoire de New Delhi, la décision de George V en 1911 d’y installer la capitale impériale jusqu’alors à Calcutta, et la rivalité entre Lutyens et Baker, ses deux architectes principaux, voir notamment R. G. Irving, Indian Summer. Lutyens, Baker, and Imperial Delhi.

6 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. x.

7 M. Crinson, Empire Building…, p. 10, 95 ; T. R. Metcalf, An Imperial Vision…, p. 36-37 et 57.

8 A. T. Christopher, The British Empire at its Zenith, p. 127.

9 R. G. Irving, Indian Summer…, p. 42.

10 Aujourd’hui la Viceroy’s House est connue sous le nom hindi de Rashtrapati Bhavan. Pour une description détaillée, voir J. Morris et S. Winchester, Stones of Empire. The Buildings of the Raj, p. 76-80.

11 Un chajja est une corniche en pierre qui sert de brise-soleil.

12 A. D. King, Colonial Urban Development. Culture, Social Power, and Environment, préface.

13 Le Council House ne sera ajouté et construit par Baker qu’en 1921. T. R. Metcalf, An Imperial Vision…, p. 241 ; M. Crinson, Modern Architecture and the End of Empire, p. 11-12.

14 R. K. Home, Of Planting and Planning. The Making of British Colonnial Cities, p. 37.

15 M. Crinson, Modern Architecture…, p. 4.

16 G. A. Stelter, « Rethinking the significance of the city beautiful idea », Urban Planning in a Changing World, R. Freestone éd., Londres - New York, Routledge - Spon Press, 2000, p. 113.

17 A. D. King, Colonial Urban Development…, p. 37 ; R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 42 ; A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. 188.

18 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 125.

19 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith…, p. 8, 149 ; A. D. King, Colonial Urban Development…, p. 234-235 ; J. Morris et S. Winchester, Stones of Empire…, p. 35 ; G. E. Cherry éd., Shaping an Urban World, Londres, Mansell, 1980, p. 212.

20 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 117.

21 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 3-4.

22 Pour l’histoire du mandat britannique en Irak, voir P. Sluglett, Britain in Iraq, 1914-1932, Londres - Oxford, Ithaca Press for the Middle East Center - Saint Antony’s College, 1976, et N. Méouchy et P. Slugglett éd., The British and French Mandates in Comparative Perspectives, Leiden - Boston, Brill, 2004.

23 A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. 125.

24 Rapport de J. M. Wilson sur le projet de l’université de Bagdad, cité dans K. Sultani, « Architecture in Iraq between the Two World Wars, 1920-1940 », The International Magazine of Arab Culture, vol. II-III, p. 92-105. Les traductions françaises des ouvrages en langue anglaise sont les nôtres.

25 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 4-8, p. 21.

26 Je remercie Caecilia Pieri pour cette information, et pour beaucoup d’autres. C. Pieri prépare un doctorat remarquable sur l’architecture bagdadie de 1921 à 1958, à l’EHESS et à l’université d’Amman.

27 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 21, p. 62-63.

28 J. Morris et S. Winchester, Stones of Empire…, p. 182 ; A. J. Christopher, The British Empire at Its Zenith, p. 230.

29 K. Sultani, « Architecture in Iraq between the Two World Wars, 1920-1940 », p. 99.

30 Remerciements à C. Pieri pour cette information.

31 M. Crinson, Modern Architecture…, p. 26.

32 Sur l’architecture victorienne au Moyen-Orient, voir M. Crinson, ibid.

33 L. Smith, JM The Story of an Architect, p. 6.

34 K. Sultani, « Architecture in Iraq between the Two World Wars, 1920-1940 », p. 104-105.

35 Remerciements à C. Pieri pour cette information.

36 Décor de stalactites dans l’architecture islamique.

37 Écran ajouré en pierre ou en bois ?

38 R. G. Irving, Indian Summer…, p. 187.

39 Jusqu’à l’ouvrage de Crinson (2003), les seuls articles où le travail de Wilson en Irak était analysé, et recevait des commentaires fort élogieux étaient ceux de deux architectes irakiens : K. Sultani (cité ci-dessus) et I. Fethi, « Contemporary architecture in Baghdad : its roots and transition », Process : Architecture, no 58, mai 1985, p. 112-132.

40 Sir Arnold Wilson (sans relation de famille avec J. M. Wilson).

41 Archives BP 71403.

42 Archives BP 71403.

43 Le projet sera exposé à la Royal Academy en 1928, mais pour des raisons annexes ne sera pas construit sous cette forme.

44 Archives BP 54561 ; The Naft Magazine, mars 1932, p. 32.

45 À Londres en revanche, la compagnie choisit Edwin Lutyens pour réaliser son siège : Britannic House.

46 Pour une histoire détaillée de l’AIOC : R. W. Ferrier, The History of The British Petroleum Company, vol. I, The Developing Years 1901-1932, Cambridge, Cambridge University Press, 1982 ; J. H. Bamberg, The History of The British Petroleum Company, vol. II, The Anglo-Iranian Years 1928-1954, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; M. Elm, Oil, Power, and Principle. Iran’s Oil Nationalization and its Aftermath, Syracuse - New York, Syracuse University Press, 1994 [1992].

47 Depuis 1914, l’État britannique détient plus de 50 % du capital de l’AIOC.

48 Ainsi le projet de monument aux morts (très inspiré du cénotaphe de Lutyens ) que Wilson expose à la Royal Academy en 1928 ne sera jamais réalisé.

49 J. H. Bamberg, The History of The British Petroleum Company, vol. II, ouvr. cité, p. 81 ; Archives BP 67623 ; Archives BP 53921.

50 Archives BP 49673, Report by J. M. Wilson, ARIBA, On Certain Aspects of the Company’s Building Proposals in Persia. 3rd April, 1934.

51 Sur les différents modes d’adaptation des principes de Ebezener Howard, voir D. Hardy, « Quasi utopias : perfect cities in an imperfect world », Urban Planning in a Changing World, ouvr. cité, p. 61-77.

52 S. Buder, Pullman ; an Experiment in Industrial Order and Community Planning, 1880-1930, New York, Oxford University Press, 1967.

53 C’est un phénomène très répandu aux colonies, R. K. Home, « Town planning and garden cities in the British colonial empire 1910-1940 », Planning Perspectives, 5, 1990, p. 33.

54 Archives BP 67590.

55 Archives BP 59792.

56 Archives BP 67627.

57 R. K. Home, Of Planting and Planning…, p. 166.

58 Archives BP 72222.

59 Archives BP 59792.

60 « Sporting pastimes apart, and the English language, urbanism was the most lasting of the British imperial legacies. » J. Morris et S. Winchester, Stones of Empire. The Buildings of the Raj, p. 196.

Table des illustrations

Légende 1. J. M. Wilson – Bassora, bureau des autorités portuaires, 1929.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 2. J. M. Wilson – Bagdad, gare centrale, 1947-1951.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 3. Maison traditionnelle à Bassora et bureaux temporaires de l’AIOC à Mohammerah, 1911.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 4. Téhéran, nouveaux bureaux de l’AIOC, 1932.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende 5. J. M. Wilson, brique et décors de faïence bleue – Ābādān, Bawarda sud, maison tour en 1947.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende 6. Ābādān Technical Institute, en 1947.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende 7. Ābādān, Ābādān Town, école Mehregan, en 2002.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 591k

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable