Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ethno-psychiatrie

 | 
Henri Ellenberger

III. Annexes

4. Correspondance Henri Ellenberger-Georges Devereux (1954-1974)

Texte intégral

1La correspondance professionnelle d’Henri Ellenberger fait partie des archives déposées à l’hôpital Sainte-Anne (Paris) à la suite d’un accord intervenu entre la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse (SIHPP) et l’hôpital Sainte-Anne, peu avant la mort d’Henri Ellenberger. Une convention a été signée pour la création d’un Centre de documentation Henri Ellenberger destiné à recueillir ces archives, celles d’autres psychiatres et psychanalystes, et tous documents afférents. Adresse : 1, rue Cabanis, 75 674 cedex 14, Paris. Lors de la transcription des lettres, la syntaxe et la ponctuation ont été conservées à l’identique, seules les fautes d’orthographe mineures, oublis de lettre et d’accent (la correspondance est tapée à la machine aux États-Unis) ont été corrigés. La correspondance a été comparée à celle qui est conservée dans le fonds Georges Devereux de l’IMEC, strictement identique.

*

Topeka, le 14 juillet 1954

Dr George Devereux

Director of Research

Devereux Institute

Devon (Pennsylvania)

Cher Dr Devereux :

  • 1 Ernst Ticho. Il existe une correspondance entre les deu x hommes. (NdE)

2Que devenez-vous, et comment allez-vous ? Plusieurs personnes ici, m’ont demandé récemment si je savais quelque chose de vous, et j’ai été obligé de répondre non. Parmi ces personnes, je dois citer la Drsse Lythgoe, revenue d’un long voyage en Europe, et le Dr Ticho1 qui m’a chargé de vous transmettre ses salutations lorsque je lui ai dit que j’allais vous écrire. J’espère surtout avoir le plaisir de vous rencontrer lors d’un congrès ou de tout autre occasion. Ne viendrez-vous pas un de ces jours faire un tour par ici ?

3Permettez-moi de vous envoyer un tiré à part d’un article écrit il y a environ 3 ans, et qui dormait d’un profond sommeil dans les tiroirs de la Revue Int. De Criminologie, qui s’est enfin décidée à le publier. – Avez-vous publié quelque chose vous-même ces temps-ici ? Votre livre sur l’Ethno-Psychiatrie avance-t-il ?

4Avec mes cordiales salutations,

5H. Ellenberger

 

*

 

Le 19 Juillet 1954

Mon cher ami :

6Je vous remercie vivement de l’envoi de votre travail si intéressant sur les rapports entre criminel et victime, qui arrive bien à propos, car dans un livre que je suis en train d’écrire je compte m’occuper de questions de cet ordre pour ce qui concerne la société primitive. Je vous en suis donc on ne peut plus reconnaissant.

7J’ai été désolé de ne pas vous avoir vu à St. Louis, car je pensais que vous alliez y venir. Enfin, puisque je vais à tous les congrès psychanalytiques, on finira bien par se voir.

8Quant à venir faire un tour à Topeka – cela me semble bien improbable. Qu’y ferais-je ? J’y ai bien d’amis, mais la plupart de ces amis je peux les revoir aux congrès – et je n’ai pas été si heureux à Topeka pour qu’il me tarde d’y revenir, ne fût-ce que de passage. J’y ai mené une vie bien dure, puisqu’il faut le dire !

9Ici, tout va bien. Je travaille – comme toujours – comme un forcené, je suis en train d’écrire deux livres – un livre pendant les heures de bureau, et le livre d’ethnopsychiatrie les soirs et les fins de semaine.

10Autrement rien de nouveau. Je vis bien tranquillement, je m’occupe de mon travail, de mon chien, de ma maison, je vois les amis que j’ai trouvés à Philadelphia – et c’est tout. Ce soir je vais au concert.

11Je vous prie de me rappeler au bon souvenir de mes amis, et croyez-moi votre bien cordialement dévoué

Georges Devereux

Director of Research

Devereux Foundation

Devon, Pennsylvania

 

*

 

Topeka, sept. 12, 1954

Dr George Devereux

Devereux School

Devon, Pennsylvania

Mon cher ami :

12Permettez-moi de vous envoyer un exemplaire de mon travail sur Rorschach, que vous avez peut-être déjà vu. Il s’agit, comme vous pouvez en juger, d’une esquisse biographique assez incomplète : pour diverses raisons je n’ai pu utiliser qu’une partie de ma documentation ; le reste pourra peut-être voir le jour d’ici une dizaine d’années !

13N’auriez-vous pas, par hasard, un tirage à part de votre article sur une conception sociologique de la schizophrénie, paru dans la Psychanalytic Review de 1939, et qui m’intéresse particulièrement ?

14D’autre part, je me suis demandé si vous seriez disposé à écrire une critique de mon livre « La Psychiatrie Suisse », pour une revue américaine autre que l’American Journal of Psychiatry ? Ce travail d’environ 200 pages m’a donné un immense travail, mais je n’ai pu le publier sous forme de livre : les éditeurs suisses réclamaient une forte somme pour l’éditer ; loin de vous offrir des honoraires, c’est eux qui en demandent pour vous publier ! Cela m’était impossible, et je l’ai fait paraître dans L’évolution psychiatrique sous forme d’une suite de 7 articles. Mais l’imprimeur a négligé de me faire les tirés à part supplémentaires demandés, si bien que je n’ai reçu que ceux offerts par la revue. Autant dire que les exemplaires que j’ai sont aussi rares que la bible de Gutenberg, quoique moins bien imprimés. Cette « Psychiatrie Suisse » contient : 1. Un exposé historique des pionniers suisses de cette science. 2. Un tableau de la vie dans les asiles suisses, où j’ai tenté une « sociologie de la profession psychiatrique ». 3. Un exposé des 8 territoires limitrophes : philosophie, biologie, psychologie, etc. sans oublier quelques incursions dans l’ethnologie. – Je ne vois guère a qui je pourrais m’adresser pour une critique dans une revue américaine : il y a si peu de gens ici, qui comprennent le français. – Mes exposés des systèmes de Jung, Szondi, Binswanger, M. Bleuler, Binder, etc. ont été lus par leurs protagonistes et j’ai tenu compte de leurs observations ; c’est simplement pour dire qu’ils offrent toute la garantie d’objectivité et que l’ensemble constitue une sorte de manuel de psychopathologie d’après les théories européennes principales. Le chapitre « Psychanalyse » a été lu et approuvé par Pfister.

15Espérant avoir de vos nouvelles et vous revoir à une prochaine occasion (peut-être à New York au début de décembre), je vous prie de croire, cher ami, à mes meilleurs sentiments.

H. Ellenberger

 

*

 

Le 20 septembre 1954

Mon cher Ami :

16Je vous remercie bien vivement de votre aimable lettre et de l’envoi de votre étude sur Rorschach, qui est une merveille.

17Hélas, je n’ai plus un seul tirage à part de mon étude sociologique de la schizophrénie !

18De même, je suis navré de ne pouvoir accéder à votre très aimable invitation de faire un compte rendu de votre étude sur la psychiatrie suisse. Je travaille comme un forcené, et ne suis pas en état de fournir un travail supplémentaire. Je suis en train d’écrire DEUX livres. J’attends d’un moment à l’autre l’arrivée des épreuves d’un autre livre qui doit paraître bientôt. Je me suis chargé de préparer pour la presse (je veux dire, pour l’imprimeur) les SALMON LECTURES posthumes de mon regretté ami, le Prof. Ralph Linton de Yale. Je dois préparer quatre conférences pour diverses sociétés savantes. Vraiment, je suis à bout de mes forces. J’en suis navré, car le sujet m’aurait intéressé, et j’aurais été ravi de pouvoir vous rendre un petit service.

19Vous aussi semblez travailler dur et bien. Bonne chance !

20Je compte vous voir en Mai, à Atlantic City.

21Votre cordialement dévoué

George Devereux

 

*

 

Topeka, le 28 déc., 1954

Dr George Devereux

Devereux School, Devon, Pa.

Mon cher ami :

22Mrs. Morrison a décidé d’améliorer le journal qu’elle publie pour le personnel de la Menniger Clinic ; à preuve le numéro de Noël pour lequel elle a demandé à plusieurs médecins et psychologues une contribution personnelle. Elle a fait tiré 100 numéros en plus que d’habitude et généreusement m’en a donné 20, en me priant de les envoyer a des personnes que cela pourrait intéresser. J’ai pensé que peut-être il vous intéresserait de jeter un coup d’œil sur ce no, en raison des contributions sur Noël, Diwali, Chanuko, etc., même si elles ne sont pas des études scientifiques !

  • 2 Revue allemande et autrichienne (1951-1974), organe de deux sociétés : Allgemeinen Ärztlichen Gese (...)

23J’ai reçu justement aujourd’hui un prospectus de la nouvelle revue Archives of Criminal Psychodynamics, et constate que celle-ci publiera bientôt un article de vous « Cultural Anthropology and Criminal Psychodynamics ». C’est là un sujet des plus intéressants, pour lequel moi-même j’avais rassemblé pas mal de matériel à un moment donné. Peut-être vous intéressera-t-il de savoir que mon article sur les relations entre le criminel et la victime (dont je vous ai envoyé la traduction française modifiée) a enfin paru, dans son texte original, dans le Zeitschrift fuer Psychotherapie und medizinische Psychologie2, de Kretschmer. Le texte allemand contient deux exemples de « crime réflexoïde », provenant, l’un de Sarawak l’autre de la tribu des Myalls en Australie ; je regrette de ne pas avoir de tirés à part, autrement je vous aurais envoyé un exemplaire.

24Je vous prie de croire à mes meilleurs sentiments – et meilleurs vœux pour la nouvelle année !

25Bien à vous,

H. Ellenberger

 

*

 

Devon, Pennsylvania

March 29, 1955

Dr. H. Ellenberger

The Menninger Foundation

Topeka, Kansas

Dear Doctor Ellenberger :

26My apologies for not having answered sooner your letter of December 28. I have been working seven days a week, 14 hours a day, trying to finish my book on therapeutic education, which is to come out this fall, and I didn’t write any letters and hardly saw anyone.

27Unfortunately, the ending of the book brought me little happiness. Almost within the minute when I put the final touch on the manuscript, Pupsie died through the stupidity of veterinarians who kept treating him for hepatitis while I kept telling them that he had a bone stuck in him. Yielding to my urging, they finally x-rayed his abdomen but did not think of x-raying his chest. The bone pierced his thoracic oesophagus and he died just a week ago today. I leave it to your imagination how I feel about it.

28With kindest regards to you and your family

29Cordially yours,

Georges Devereux, Ph.D.

  • 3 « Cher Docteur Ellenberger : Toutes mes excuses pour ne pas avoir répondu plus tôt à votre lettre (...)

Director of Research3

 

*

 

Le 18 octobre 1968

Monsieur Georges Devereux,

École des Hautes Études,

(Sorbonne) Paris 6e.

Cher Collègue et Ami,

30En revenant d’un séjour d’été en Europe, j’ai trouvé ici votre livre From Anxiety to Method in the Behavioral Sciences. Je vous remercie beaucoup d’avoir bien voulu m’en envoyer une copie.

31Le sujet que vous traitez me semble très original. Vous reprenez là un sujet qui avait été abordé par Nietzsche. Vous vous rappelez, peut-être, les passages où il parle du caractère irrationnel et destructeur de la science, et comment le savant doit pouvoir, comme Œdipe, tuer son père et posséder sa mère avant d’arriver à effectuer ses découvertes, comment il rattache aussi l’effort du chercheur scientifique à l’instinct d’auto-destruction. (Je cite de mémoire.) Mais Nietzsche n’avait fait qu’effleurer ce problème, tandis que vous l’abordez directement et par diverses voies.

32Votre livre n’est pas de ceux qui sont d’une lecture facile et rapide, et d’autre part nous avons ici de graves préoccupations : grève des étudiants, occupation des bâtiments de l’Université, etc. Mais je serai heureux d’en écrire une analyse dès que j’aurai pu en terminer la lecture.

33Je suis moi-même très occupé avec la mise au point définitive de la grande Histoire de la Psychiatrie Dynamique à laquelle j’ai travaillé tant d’années, et qui doit paraître bientôt chez Basic Books à New York.

34Recevez, cher Collègue et Ami, mes meilleures salutations.

Henri F. Ellenberger, M.D.

Université de Montréal,

Département de Criminologie

Case Postale 6128, Montréal, Qué.

 

*

 

Georges Devereux

Poste Restante

Bureau 115

Paris, France

le 7 novembre 1968

Cher Collègue et Ami :

35Merci de votre aimable lettre. Je suis heureux de savoir que mon livre vous a intéressé, et vous remercie d’avance du compte rendu que vous en ferez.

  • 4 Les éléments en italique ont été soulignés à la main dans la lettre originale. La ponctuation, l’o (...)

36C’est un livre difficile et il est rassurant de savoir qu’un homme aussi scrupuleux et consciencieux que vous4 en fera un compte rendu. Je comprends si bien l’exclamation furieuse du grand helléniste Willamowitz : Kann man denn nicht lesen ? Mon expérience semble indiquer que la majorité des gens ne savent pas lire. Je pourrais vous en donner des exemples ! Une thèse de doctorat ès lettres (française) cite certains de mes faits mohaves – faussement. Un article récent dans l’American Anthropologist discute mes théories – il se dit partiellement d’accord. Il indique les points sur lesquels il est « en désaccord. » Or, s’il s’était donné la peine de lire, il aurait vite compris qu’il était parfaitement d’accord avec les détails avec lesquels il prétend être en désaccord. Lecture hâtive ? Négligence ?

37Mais il y a pire ! En 1940 j’ai communiqué un de mes tirages à part à un célèbre professeur à Harvard. L’article débutait par la phrase suivante : « Je présente une théorie sociologique de la schizophrénie. Je dis bien : une théorie, et non pas “la” théorie, car selon Poincaré, si un fait est explicable d’une façon, il est explicable aussi d’autres façons. » C’est clair, dirait-on ! Eh bien, en me rendant mon tirage à part, cet illustre (?) savant me reprochait de n’avoir envisagé comme possible qu’une seule explication, d’avoir NIÉ (!!!) la possibilité d’autres explications ! Bref, la plupart des gens ne lisent pas ce que l’on écrit… ils lisent ce qu’ils veulent croire qu’on a écrit.

38Je ne connaissais pas le passage si intéressant de Nietzsche que vous citez. Merci d’y avoir attiré mon attention.

39Mes félicitations pour la prochaine parution de votre livre sur l’histoire de la psychiatrie dynamique !

40Croyez, cher Collègue et Ami, à mes sentiments les meilleurs.

Georges Devereux

 

*

 

Montréal, le 21 août 1974

Monsieur Georges Devereux

École des Hautes Études

(Sorbonne) Paris 6e.

Cher Collègue et Ami,

41Il y a déjà longtemps que nous ne nous sommes plus rencontrés et, n’étant pas sûr de votre adresse personnelle, je vous adresse cette lettre à l’École des Hautes Études.

42Je m’excuse de vous demander un détail qui m’intéresse. Je me rappelle que lors d’un congrès à Dakar vous avez dit que c’est vous qui aviez introduit le terme « psychiatrie transculturelle ». Pourriez-vous m’indiquer en quelle année c’était, et dans quelle publication si vous vous en souvenez ? Je tiens beaucoup à rendre à chaque auteur ses droits, même s’il s’agit d’un point de terminologie.

43Quant au mot « ethno-psychiatrie », le Dr Louis Mars dit que c’est lui qui l’a créé, mais ne fait-il pas erreur ? Savez-vous quand ce terme a été introduit et par qui ?

44Je lis toujours avec intérêt vos publications, même si je ne suis pas forcément d’accord avec vous sur tous les points. J’espère que j’aurai le plaisir de vous revoir et vous prie de croire à mes meilleurs sentiments.

Henri F. Ellenberger, M.D.

Faculté des Arts et des Sciences

Université de Montréal

Case Postale 6128, Montréal

Canada

 

*

 

19 Sept. 1974

Cher Dr Ellenberger :

45Je vous remercie de votre aimable lettre. Pardonnez, je vous prie, la brièveté de ce mot. Je suis en train de corriger les épreuves et de préparer les index de deux livres, de préparer la publicité pour deux autres, d’écrire des articles « commandes », etc. Je n’économise plus les minutes, mais les secondes.

  • 5 En réalité, Louis Mars avait déjà employé le terme auparavant dans une publication française : L.  (...)

46ETHNOPSYCHIATRIE : Louis Mars, « Introduction à l’Ethnopsychiatrie », Bulletin de l’Association Médicale Haïtienne, vol. 6, no 2, 1953. Je ne connais aucun emploi antérieur de ce mot. C’est moi, d’ailleurs, qui ai insisté auprès du Dr Mars de revendiquer la priorité de ce terme5.

  • 6 Clark David Wissler (1870-1947), anthropologue américain. (NdE)

47TRANSCULTURAL PSYCHIATRY : G. Devereux, Reality and Dream (PREMIÈRE ÉDITION), 1951. C’est quelque part dans la première partie du livre, mais ne figure pas dans l’index. Mais « iatrie » est employé au sens de guérir, de thérapie. Psychiatrie cross-culturelle : celle qui exige que le thérapeute connaisse la culture du patient. Psychiatrie transculturelle : le psychiatre doit connaître la notion de « Culture ». Clark Wissler6 : Universal Culture Pattern). Je distingue donc deux façons de guérir, de soigner le malade. Je n’ai jamais songé à faire de « transcultural » le nom d’une science – d’une discipline – et j’ai déploré que l’on m’ait emprunté ce terme (mal emprunté et emprunté sans nommer l’auteur), pour désigner la science de l’ethnopsychiatrie, en général.

48Bref, pour la discipline, la priorité de Mars est indiscutable : ethnopsychiatrie. Transcultural : je l’ai inventé pour désigner un genre de traitement. Il m’a été « chipé » (sans me nommer) pour désigner une science dans son ensemble, ce qui d’ailleurs est contraire à la sémantique de « trans » : au-delà. Les gens ont pensé à « transporter » et non pas à trans-alpin. Au-delà de la culture de la tribu du patient, traitement qui utilise la NOTION DE CULTURE (anthropologique) en général, notion applicable à toutes les cultures.

49En désespoir de cause, j’appelle « transcultural » (thérapie) maintenant : métaculturel (Reality and Dream, DEUXIÈME ÉD. 1969, Nouvelle introduction).

  • 7 Ce compte rendu n’a pas été retrouvé. (NdE)

50Pour clore, puis-je vous demander si vous avez jamais fait, comme promis, le compte rendu7 de From Anxiety to Method ? Publié déjà en Allemagne (où il sera publié prochainement aussi en livre-de-poche), à paraître en France (Payot), ce livre aurait mérité un compte rendu d’un esprit vraiment scientifique comme le vôtre.

51Bien amicalement et en grande hâte,

G. Devereux

Notes

1 Ernst Ticho. Il existe une correspondance entre les deu x hommes. (NdE)

2 Revue allemande et autrichienne (1951-1974), organe de deux sociétés : Allgemeinen Ärztlichen Gesellschaft für Psychotherapie et Österreichischen Ärztegesellschaft für Psychotherapie. (NdE)

3 « Cher Docteur Ellenberger : Toutes mes excuses pour ne pas avoir répondu plus tôt à votre lettre du 28 décembre. J’ai travaillé sept jours par semaine, 14 heures par jour, pour essayer de terminer mon livre sur l’éducation thérapeutique, qui est prévu pour cet automne, et je n’ai à peine écrit des lettres ou vu des gens. Malheureusement, la fin du livre ne m’a apporté que peu de joie. Presque à l’instant où je posais les dernières touches au livre, Pupsie est mort à cause de la stupidité de vétérinaires qui continuaient à le traiter contre l’hépatite alors que je leur disais continuellement qu’il avait un os coincé en lui. Finissant par écouter, ils ont finalement, fait une radiographie de son abdomen mais non pas pensé à radiographier sa poitrine. L’os a percé son œsophage thoracique et il est mort il y a juste une semaine. Je laisse à votre imagination ce que je ressens à ce propos. Avec mes sincères salutations à vous et à votre famille, Cordialement, Dr Georges Devereux, Directeur de recherches » (traduction d’Emmanuel Delille et Eric Le Grossec).

4 Les éléments en italique ont été soulignés à la main dans la lettre originale. La ponctuation, l’orthographe et l’accentuation française ont aussi fait l’objet de nombreuses corrections au stylo. (NdE)

5 En réalité, Louis Mars avait déjà employé le terme auparavant dans une publication française : L. Mars, « Nouvelle contribution à l’étude de la crise de possession », Psyché, no 60, octobre 1951, p. 640-669. Mais, aujourd’hui, on ne peut plus lui attribuer l’origine du mot, puisqu’il est établi qu’il existe déjà dans la médecine coloniale de l’entre-deux-guerres. Voir M. Scarfone, La psychiatrie coloniale italienne. Théories, pratiques, protagonistes, institutions 1906-1952, thèse doctorat d’histoire, Université de Venise Ca’ Foscari et Université Lumière Lyon 2, 2014. (NdE)

6 Clark David Wissler (1870-1947), anthropologue américain. (NdE)

7 Ce compte rendu n’a pas été retrouvé. (NdE)

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540