Version classiqueVersion mobile

Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie

 | 
Michaël Assous
, 
Paul Fourchard

Conclusion

Texte intégral

1Ainsi, dès le début des années 1930, Kalecki est parvenu à construire une théorie aboutie de l’emploi, capable de rendre compte de la dynamique des économies capitalistes et a mis en évidence de nouveaux mécanismes d’ajustement macroéconomiques. C’est, en partant d’une analyse détaillée de l’article « Trois systèmes » de 1934 qu’il a été possible de réévaluer les apports de Kalecki. L’examen précis de la formalisation de ses écrits, leur poursuite dans certains cas et la mise en évidence de raisonnements implicites nous a permis de rendre compte des principales modifications qu’il a réalisées pour consolider ses acquis théoriques. La refonte de sa théorie de l’emploi sur la concurrence imparfaite ainsi que les différentes approches du cycle qu’il a développées pour affiner son analyse dynamique ont ainsi été cernées.

2Les aspects du « message central » de Kalecki peuvent être rappelés. En 1934, Kalecki développe une théorie capable de rendre compte de situations de chômage persistant. En se plaçant provisoirement dans un cadre statique de concurrence parfaite, Kalecki a présenté sa théorie de l’emploi comme une anti-loi de Say. Aussi, en référence à un modèle « classique » pur dans lequel la préservation du pouvoir d’achat s’applique sans exception, il a mis en évidence les hypothèses centrales de son approche. Dans ce cadre, Kalecki a découvert de nouveaux mécanismes permettant de retrouver les conclusions de la théorie quantitative de la monnaie. Une innovation de son analyse a consisté à souligner que lorsque la demande de monnaie dépend du taux d’intérêt, que les prix et les salaires sont parfaitement flexibles, l’économie se comporte, en fait, comme un système « classique » pur. Partant de cette conclusion, il a fait valoir que pour construire un système dans lequel la loi de Say n’est pas vérifiée, il convient d’admettre que le marché du travail ne se comporte pas comme un marché concurrentiel. Et c’est, en particulier, en partant de l’idée que les salaires monétaires ne réagissent pas à l’existence du chômage, qu’il a pu montrer que l’emploi était déterminé par le principe de la demande effective. Raisonnant dans un modèle avec agents hétérogènes, il a démontré que c’est seulement à cette condition que les variations des dépenses des capitalistes sont susceptibles de conduire à des variations de l’emploi et des quantités produites et pas seulement à des variations des prix. De ce point de vue, un apport essentiel de Kalecki a été de souligner que les variations de la demande effective s’accompagnaient de variations des profits qui agissent eux-mêmes comme une force équilibrante, par laquelle l’économie converge vers une position stable de sous-emploi qu’il qualifie de « quasi-équilibre ».

3Sur cette base, il a été possible d’appréhender la dimension politique de l’œuvre de Kalecki et notamment son traitement de la lutte des classes et ainsi mieux cerner les aspects qui le distinguent de Marx. Chez Kalecki, l’idée essentielle est que les conflits de répartition n’ont qu’un effet indirect, à travers les interventions de l’État principalement, sur la trajectoire de l’économie et jamais de manière directe au sein de la « sphère de la production » comme chez Marx.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search