Version classiqueVersion mobile

Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie

 | 
Michaël Assous
, 
Paul Fourchard

Chapitre III

Économie politique du plein-emploi

Texte intégral

1Les antagonismes de classes sont au centre de la vision du capitalisme de Kalecki. Leur influence sur la dynamique de l’économie s’exerce cependant de manière indirecte à travers les interventions de l’État. En l’absence de celles-ci, la dynamique est isolée des conflits de répartition. Ainsi, Kalecki appréhende de manière nouvelle les relations de pouvoir qui structurent le capitalisme, soulignant davantage la dimension politique de la « lutte des classes » que sa dimension strictement économique. Sa thèse est que le milieu des affaires, selon la « pression des masses », arbitre, d’un côté, entre la conservation de leur mainmise sur la conjoncture, et, de l’autre, la recherche du profit. De l’évolution de cet arbitrage dépend le degré d’implication de l’État. S’intéressant aux équilibres politiques de la fin des Trente Glorieuses, Kalecki évoque la possibilité d’une « réforme révolutionnaire » susceptible de concilier un interventionnisme étatique fort, compatible avec le plein-emploi, et le maintien du pouvoir politique des « milieux d’affaires ».

Une conception politique de la lutte des classes

2Kalecki accorde une attention particulière aux rapports de pouvoir qui structurent le capitalisme. À la manière de Marx, il pense que les groupes sociaux doivent être définis par leur accès aux moyens de production. Ces antagonismes de classes, cependant, n’ont pas le rôle que leur attribue Marx. La spécificité de sa contribution réside dans le fait que la dynamique du taux de profit, dont dépend in fine la dynamique de l’investissement, est indépendante des rapports de force qui se manifestent dans « la sphère de la production ». C’est seulement en agissant sur la « sphère de la circulation », principalement via la politique économique, que ces rapports de force impactent la dynamique.

  • 1 Notons qu’un tel mécanisme est indépendant du problème de la réalisation de la valeur. Ce qui ne si (...)

3Pour comprendre le rôle spécifique joué par la lutte des classes dans le système de Kalecki, il est utile de partir de la distinction de Marx entre sphère de la production et sphère de la circulation. Dans la première, se pose le problème de la formation des profits ; dans la seconde, celui de la réalisation monétaire des profits. Marx considérait que le premier problème constituait l’élément clé de la compréhension de la dynamique capitaliste. La sphère de la production réunit les capitalistes propriétaires des moyens de production et les salariés. Le rapport qui s’établit entre ces groupes constitue un rapport de classe dans le sens où les capitalistes, en tant que propriétaires des moyens de production, sont titulaires de la plus-value, c’est-à-dire de la différence entre la valeur des biens produits par les salariés et la valeur des biens qu’ils consomment. Dans ce cadre, la dynamique historique est déterminée par la dynamique de la plus-value, la crise survenant lorsque l’accumulation du capital provoque le tarissement des sources de la plus-value1.

4Kalecki reconnaissait explicitement l’existence d’une sphère de la production structurée en classes sociales. Il considérait notamment comme « totalement inadmissible de construire un modèle économétrique du développement économique futur en postulant de manière tacite la non-existence des rapports de production » (Kalecki 1997, p. 302). Ces rapports de production, cependant, ne sont pas à l’origine des profits. Chez Kalecki, les profits dépendent des décisions de dépenses des capitalistes. Ils augmentent parce que la dépense globale et l’emploi augmentent. Le mécanisme du cycle articulé à cette théorie nécessite, pour s’enclencher, une « création de pouvoir d’achat qui ne se fonde pas sur une contribution au revenu social courant » (Kalecki 1990, p. 141). Sans quoi le surcroît d’investissement n’aurait pas lieu. Cette création est permise soit par les réserves monétaires dont disposent les entreprises, soit par le biais du crédit. Ainsi, le surcroît de monnaie injecté dans la circulation engendre des revenus tels que le profit sera, ex-post, égal à l’investissement. La formation du profit réel dans la sphère de la production ne fait donc que valider a posteriori un profit qui est en fait « créé » ex nihilo dans la sphère de la circulation. En d’autres mots, le profit existe sous forme monétaire avant d’exister sous forme de surplus, alors que c’est l’inverse chez Marx. Une hausse des profits n’est jamais le résultat d’une lutte à l’avantage des capitalistes pour s’accaparer une part plus importante du revenu national, mais celui d’une injection nouvelle de pouvoir d’achat dans l’économie, entraînant une hausse de l’emploi et des revenus de l’ensemble des classes sociales. Elle se comprend donc en référence à la position des capitalistes dans la sphère de la circulation (leur accès au crédit notamment) et non à celle qu’ils ont dans la sphère de la production.

5En subordonnant ainsi les mécanismes du cycle à la sphère de la circulation, Kalecki autonomise d’emblée le cycle des luttes de classes ayant lieu dans la sphère de la production. Elle n’est jamais un moyen d’accroître l’exploitation comme chez Marx, mais vise au contraire à permettre la réalisation des profits provenant d’un surcroît de demande émanant de la sphère de la circulation. En cela, le mouvement économique ne revêt pas le caractère antagonique qu’il a chez Marx.

  • 2 S’il étudie cette possibilité, il considère tout de même que l’effet le plus probable d’une variati (...)

6Lorsque les entreprises possèdent un pouvoir de marché leur permettant de fixer un prix supérieur à leur coût marginal, Kalecki reconnaît que les salariés, dans certains cas, sont en mesure d’accroître leur part dans le revenu national en imposant à leur entreprise une baisse du taux de marge2. Leur capacité à le faire dépend de l’importance du taux de marge et de leur pouvoir de négociation. Si ce pouvoir est fort, les syndicats peuvent imposer des hausses de salaires toutes les fois qu’une entreprise augmente ses prix. Si le processus de négociation se fait de manière décentralisée, entreprise par entreprise ou encore branche par branche, les entreprises peuvent alors concéder, de peur de perdre des parts de marché, des baisses de leur taux de marge. Dans ce cas de figure, un fort pouvoir de négociation salariale se traduirait par une hausse du pouvoir d’achat des salariés et des hausses de l’emploi mais cela sans que le niveau global des profits ne soit modifié. Tant que les dépenses des capitalistes restent inchangées, le niveau des profits ne varie pas, les capitalistes recevant finalement une plus petite part d’un plus grand revenu national (Kalecki 1971a). Aussi, quand bien même les salariés verraient leur pouvoir de négociation s’élever et parviendraient à accroître leur part dans le revenu national, le taux de profit et donc la dynamique économique ne seront pas modifiés. Kalecki insiste sur ce point dès les premières formulations de sa théorie du cycle en soulignant que les décisions d’investissement sont indépendantes de la « lutte pour les salaires ».

7En cela, les luttes tournant autour de la répartition, quand bien même elles se manifesteraient par des variations de l’emploi, ne constituent pas un facteur « externe » à même de modifier la trajectoire de l’économie. La dynamique économique apparaît donc bien indépendante des luttes que se mènent les groupes sociaux. En réponse à Alexander Rajchman, professeur de mathématiques et membre du parti communiste, Kalecki élabore dès 1933 un argument qui met bien en évidence cette idée :

Si un étudiant monte dans un taxi et conclut qu’il est inutile de frapper le tableau de bord pour faire accélérer le taxi, il aurait raison, puisque la trajectoire du taxi est complètement déterminée par sa position initiale, sa vitesse et l’influence des forces extérieures, d’exclure la possibilité que des forces internes puissent modifier sa course. (Kalecki 1990, p. 113)

8Les luttes pour la répartition expriment une lutte pour l’accès à un pouvoir d’achat nouveau permettant de commander un surcroît de production. C’est à ce niveau que se situe l’antagonisme. La lutte des classes n’est pas une lutte économique autour de la répartition d’une quantité donnée de surtravail comme chez Marx mais une lutte politique pour le pouvoir de commander le produit d’une quantité supplémentaire de travail. Il est également remarquable que quelle que soit l’issue des luttes de répartition, la situation des capitalistes n’est jamais détériorée. Si les capitalistes refusent la hausse de la part des salaires, ce n’est pas parce que cela détériore leur situation, mais davantage pour garder la main sur la fixation du niveau de production et d’emploi. La présence de ce type d’enjeu est centrale dans l’analyse politique du cycle.

9L’analyse du rôle économique des cartels, relevant des rapports de productions, fournit une autre illustration de cette forme d’autonomie. Lorsque Kalecki développe sa théorie, la dynamique de la structure des marchés constitue un problème central des débats marxistes. À cette époque, un consensus apparaît pour reconnaître l’influence des monopoles sur le cycle et la croissance. Pour Lénine (1917), par exemple, les monopoles se développent dans un contexte de baisse tendancielle du taux de profit. Aussi, la « cartellisation » de l’économie est inscrite dans une tendance de long terme et constitue un facteur de ralentissement de l’activité. En accélérant la socialisation des moyens de production, les monopoles augmentent la puissance productive du travail mais élèvent l’intensité capitalistique et renforcent la tendance à la baisse du taux de profit. Selon Eduard Bernstein, à l’inverse, ils permettent une atténuation des problèmes de disproportions de l’économie à l’origine des crises. La cartellisation constitue dans chaque cas un élément clé de la compréhension de la dynamique des économies.

  • 3 Kalecki voit plusieurs raisons à la formation d’un cartel. Les entreprises peuvent désirer s’entend (...)

10Kalecki n’attribue pas un tel rôle aux cartels. Si leur présence permet de rationaliser la production, de fluidifier l’offre de certains marchés, voire de lutter contre la surproduction, conformément à sa théorie des profits, elle ne modifie pas fondamentalement l’évolution de l’investissement et du taux de profit et donc le déroulement du cycle3. En cela, la présence des cartels n’est ni un facteur d’accentuation des contradictions et de blocage ni un facteur de leur atténuation et d’expansion ; elle ne change pas fondamentalement la dynamique de l’économie parce qu’elle ne change pas la dynamique de l’investissement et du taux de profit qui la gouverne. En présence de cartels, les fluctuations auront sensiblement la même forme : selon que les ajustements s’opèrent par les prix ou uniquement par les quantités, les fluctuations de l’emploi seront plus ou moins importantes. Mais, à l’instar des modifications du pouvoir de négociation salariale, la cartellisation ne modifie pas la trajectoire de l’économie et n’est pas responsable d’une tendance générale de la dynamique économique du capitalisme. En revanche, politiquement, les cartels ont un rôle considérable dans la mesure où ils peuvent orienter la politique économique, diplomatique et militaire. C’est par cette voie indirecte qu’ils peuvent influer sur la dynamique de l’économie.

Dimension politique du cycle économique

11La contrainte de liquidité s’exerçant sur les salariés limite leur accès au crédit et leur capacité à constituer une épargne. La théorie du risque croissant met en évidence le lien entre détention de capital (relatif à la sphère de production) et accès au crédit (relatif à la sphère de circulation). Pour contourner cette asymétrie, nous avons vu que les salariés pouvaient tenter d’accroître leur pouvoir d’achat en imposant une baisse du taux de marge des entreprises. Kalecki considère toutefois que l’intervention de l’État dans l’économie est un moyen plus direct. Non contraint financièrement, l’État peut modifier le pouvoir d’achat des salariés et ainsi leur conférer un contrôle sur le cycle au détriment du milieu des affaires. Celui-ci cherchera en réaction à orienter l’intervention publique dans le but de servir au mieux ses intérêts. C’est donc autour des interventions de l’État que se cristallisent les antagonismes. Avant toutefois de considérer comment les antagonismes s’exprimant autour du contrôle de la dépense publique, qualifiée de « force externe », modifient le cycle, il est intéressant d’examiner la manière dont Kalecki rend compte de l’impact géopolitique des grands cartels.

Le poids politique des cartels

12Si Kalecki n’accorde pas le même rôle économique aux cartels que ses contemporains marxistes, il reconnaît l’importance des liens entre l’État et les grands trusts. Dans plusieurs articles écrits dans le contexte de la crise de 1929, Kalecki analyse les grandes orientations de politique économique, ainsi que les conflits politiques et militaires, comme le résultat de rapports de forces entre grands groupes, ces derniers cherchant à utiliser la capacité d’intervention de l’État dans leur intérêt.

13Le cas de la guerre que se mènent la Royal Dutch Sell (RDS) et le groupe soviétique Neftsyndicate (N) dans les années 1920 illustre bien, selon Kalecki, ce phénomène (Kalecki 1928b). Ces derniers ont conclu un accord conférant à la Standard Oil le monopole de la commercialisation du pétrole soviétique en Extrême-Orient. Dans le but de briser cet accord et d’affaiblir la position de l’URSS, Henry Deterding, le patron de la RDS, utilise tous ses relais politiques et diplomatiques. En cela, « on peut sans aucun doute conclure que ces cinq dernières années, Deterding a été au centre de la contre-révolution et le principal soutien financier de ceux qui étaient convaincus de la “chute imminente des Soviétiques” » (Kalecki 1996, p. 170). Ces manœuvres politique et diplomatique ne suffiront pas, toutefois, à faire cesser l’importation de pétrole soviétique par des pays comme la France ou l’Italie fasciste, qui cherchaient à se libérer de l’emprise des groupes britanniques (et à se faire rembourser les dettes des Soviétiques).

14Les conflits militaires sont également analysés comme étant la conséquence de l’influence des trusts sur les États. Dans deux articles de 1932 parus dans la Revue socialiste, Kalecki attribue le conflit opposant le Japon et la Chine à la volonté de l’industrie japonaise d’obtenir un débouché extérieur pour ses produits ainsi qu’un meilleur accès aux matières premières. Son argument est que la vie politique japonaise est structurée par l’opposition entre l’armée de terre et la marine, ce qui recoupe une opposition entre les deux trusts concurrents Mitsubishi et Mistui. L’orientation de la politique belliciste du Japon dépend directement des luttes entre ces deux trusts. Le premier, importateur de pétrole soviétique, a intérêt à un rapprochement avec l’URSS et plaide pour un conflit avec les États-Unis et l’invasion des Philippines. Le trust lié à l’armée de terre défend pour sa part une position antisoviétique. La guerre en Mandchourie est donc une victoire du trust lié à l’armée de terre, qui, note Kalecki, a bénéficié du soutien des États-Unis et de la Grande-Bretagne aussi longtemps que leurs intérêts n’ont pas été menacés (Kalecki 1932b).

15La montée de l’« hitlérisme », si elle a pour base sociale la petite bourgeoisie déclassée et les éléments isolés de la classe ouvrière, est également analysée comme étant indissociable du soutien que lui apportent certains grands groupes allemands. Ces derniers avaient intérêt aux débouchés « externes » que constituaient pour eux la politique d’armement nazi et l’annulation de la dette voulue par Hitler. Le soutien des industries de l’acier, où les fluctuations de l’emploi rendaient les mouvements sociaux très vifs (Kalecki 1932d), était particulièrement fort. Aussi, le nazisme apparaissait pour ces grands groupes comme une voie de stabilisation politique et économique. Enfin, Kalecki souligne qu’Hitler a bénéficié du soutien de grands industriels occidentaux comme Deterding, qui « plus d’une fois » a proposé son aide au « futur conquérant de l’Union soviétique » (Kalecki 1996, p. 173).

16Kalecki ne manquait pas de souligner que ces trusts pouvaient constituer un obstacle à la sortie de crise. Une politique de relance financée par création monétaire est vue, dès 1932, comme un puissant facteur de reprise, mais dont l’efficacité dépend de la capacité des États à se coordonner. Une telle coordination suppose cependant « un accord international entre puissances capitalistes, qui est, bien sûr, totalement utopique » (Kalecki 1996, p. 176). En cela, les obstacles à la sortie de crise ne sont pas économiques mais politiques. Alors qu’une sortie « par le haut » serait possible, le fait que les industriels cherchent en permanence à accroître l’emprise de leur groupe sur les marchés mondiaux bloque cette perspective. Compte tenu des fortes « rivalités impérialistes », une des seules politiques de relance acceptable par les grands groupes est celle qui passe par un fort développement de l’armement orienté vers la guerre. Une telle politique non coordonnée conduit cependant, dans une économie dépendante de l’extérieur, comme l’Allemagne, à réduire les importations de biens alimentaires au bénéfice des matières premières nécessaires à l’industrie et à appauvrir la population.

17Ces exemples permettent de souligner le caractère essentiellement politique de la critique de « l’impérialisme économique » de Kalecki. La cartellisation n’est pas en elle-même vue comme un facteur de blocage économique. Par contre, les actions des grands groupes bloquent les possibilités de relance « par le haut » et favorisent le développement des conflits militaires. C’est par cette influence néfaste sur les États que les luttes entre grands groupes impactent la dynamique économique.

18Si chaque trust ou cartel cherche à utiliser dans son propre intérêt l’emprise que le monde des affaires détient sur l’État, ils sont par contre unis lorsqu’il s’agit de bloquer les capacités d’interventions de la classe ouvrière. C’est à l’impact de cette lutte sur le cycle qu’il convient maintenant de s’intéresser.

Antagonisme politique et cycle économique

19Comme cela a été souligné, selon Kalecki, les antagonismes entre classes prennent une forme spécifique. Ce sont les décisions de dépenses qui sont à l’origine du cycle tandis que la répartition du revenu peut se modifier à l’avantage des salariés sans que ne soient entamés les profits des entreprises. Dès lors, l’enjeu des luttes n’est plus économique mais politique. Le capitalisme n’est pas qu’un système où certains travaillent pour d’autres, c’est surtout un système où ceux qui détiennent les moyens de production ont le pouvoir de déterminer ce qui est produit et en quelle quantité. C’est sur ce second aspect qu’insiste Kalecki, beaucoup plus que sur le premier.

20Dans son article « Political aspect of full employment » (1943b), cette idée est clairement formulée. Considérant comme acquis par la plupart des économistes le fait qu’une politique d’investissement public ou de subvention à la consommation financée par l’emprunt permette d’atteindre le plein-emploi, Kalecki s’interroge sur les raisons de l’opposition du monde des affaires à l’intervention de l’État. À ce propos, il écrit :

Cette attitude est difficile à expliquer. Clairement, des niveaux de production et d’emploi plus élevés bénéficient non seulement aux travailleurs mais également aux entrepreneurs, parce que les profits de ces derniers augmentent. Et la politique de plein-emploi esquissée ci-dessus n’empiète pas sur les profits parce qu’elle n’implique aucune taxation supplémentaire. (Kalecki 1943b, p. 324)

21Comme dans le cas d’un surcroît de dépenses permis par la baisse du taux de marge, l’opposition à une politique de dépense publique orientée vers le plein-emploi ne peut être que politique.

22Il met d’abord en évidence un antagonisme lié à la question du contrôle de l’économie. La présence d’une armée de réserve assure aux capitalistes un « puissant contrôle indirect sur la politique des gouvernements » (Kalecki 1943b, p. 325) puisqu’elle fait dépendre l’emploi de « l’état de confiance » du monde des affaires.

Mais une fois que le gouvernement apprend les ruses de l’augmentation de l’emploi par ses propres dépenses, ce puissant dispositif de contrôle perd de son efficacité […]. La fonction sociale de la doctrine des « finances saines » est de rendre l’emploi dépendant de « l’état de confiance ». (Ibid, p. 325)

23Il faut considérer qu’il y a un enjeu politique fort autour du pouvoir de décision du volume et de l’orientation de l’emploi. Les milieux d’affaires ne cherchent pas seulement à avoir les profits les plus élevés possible. Ils veulent également maintenir leur domination politique, le pouvoir qu’ils détiennent sur le volume et l’orientation de la production, fut-il au prix de profits plus faibles. C’est pourquoi ils dénient à l’État le pouvoir d’intervenir et tiennent au maintien d’une armée de réserve qui rende l’emploi entièrement dépendant de leurs décisions. Ce faisant, il s’agit en réalité d’empêcher la classe ouvrière d’avoir une influence sur la demande effective via l’influence que ses luttes lui permettraient d’avoir sur l’État. La lutte politique n’a donc pas tant lieu entre l’État et le monde des affaires, mais bien entre celui-ci et les salariés. L’État n’est que l’opérateur par lequel le rapport de force entre classes s’exprime à l’échelle macroéconomique. Lorsque les milieux d’affaires sont certains que les salariés n’ont aucune prise sur la politique menée par l’État, comme ce fut le cas en Allemagne nazie, « leur opposition aux politiques de plein-emploi est surmontée » (ibid., p. 326).

24La deuxième série d’arguments porte sur la nature des dépenses effectuées par l’État pour aboutir au plein-emploi. Afin de ne pas réduire la rentabilité de l’investissement privé, l’État doit investir dans des domaines que le secteur privé peut difficilement prendre en charge (hôpitaux, écoles, infrastructures, etc.). Mais le gouvernement peut également être tenté de nationaliser des monopoles naturels gérés par le privé et ainsi menacer plus directement les intérêts du monde des affaires. Ce type d’intervention est d’ailleurs la seule réellement à même de le faire puisque, contrairement à une dépense publique, elle constitue une remise en cause de la propriété privée des moyens de production. La subvention à la consommation est rejetée « encore plus violemment que l’investissement public » pour des raisons morales parce que « les fondamentaux de l’éthique capitaliste requièrent que l’on doit ‘‘gagner son pain à la sueur de son front’’ à moins d’avoir ses propres moyens privés » (ibid., p. 326). La subvention à la consommation remet en cause le principe au fondement des rapports de production capitalistes, selon lequel un non-propriétaire est obligé de se salarier pour vivre. Ce type d’opposition est politique en ce qu’elle renvoie à une volonté de préserver les fondements même du système capitaliste et par là du pouvoir des milieux d’affaires, à savoir la propriété privée des moyens de production et la dépendance des salariés aux propriétaires de ces moyens de production.

25La troisième raison évoquée par Kalecki ne porte pas sur les interventions menant au plein-emploi mais sur le risque que fait peser une situation de plein-emploi durable sur la stabilité politique globale :

Même si les oppositions [précédentes] étaient surmontées – comme ça peut être le cas sous la pression des masses – le maintien du plein-emploi causerait des changements politiques et sociaux qui donneraient une nouvelle impulsion à l’opposition des chefs d’entreprise. [Le chômage cessant de jouer son rôle disciplinaire] la position sociale du patron serait affaiblie et la confiance ainsi que la conscience de classe de la classe ouvrière augmenterait. L’augmentation des grèves pour les salaires et les améliorations des conditions de travail engendrerait des tensions politiques. Il est vrai que les profits seraient plus élevés qu’ils ne le sont en moyenne sous un régime de laissez-faire ; et même les hausses de salaires résultant de l’augmentation du pouvoir de négociation des travailleurs ont plus de chances de se traduire par une hausse des prix que par une baisse des profits et de n’affecter que les intérêts des rentiers. Mais « la discipline dans les usines » et la « stabilité politique » sont plus appréciées par les chefs d’entreprise que les profits. Leur instinct de classe leur dit qu’un plein-emploi n’est pas sain de leur point de vue et que le chômage est une partie intégrante d’un système capitaliste « normal ». (Kalecki 1943b, p. 326)

26Cet extrait exprime bien ce qui caractérise l’approche de Kalecki : les antagonismes de classe ne s’expriment que politiquement dans des situations où le pouvoir des capitalistes est remis en cause.

27Si la lutte des classes n’a pas d’impact sur la dynamique interne du cycle, elle n’est pas sans conséquence en influant sur l’État qui agit sur le cycle comme une « force extérieure ». L’état du rapport de force entre classes sociales étant largement déterminé par le cycle lui-même (puisqu’il dépend principalement de l’emploi), on obtient ainsi une théorie spécifique des interdépendances entre économie et politique.

28Dans l’article de 1943, Kalecki envisage la possibilité que ces interdépendances débouchent sur un « cycle politique des affaires » dans lequel la politique économique ne fait que renforcer les mécanismes internes du cycle. En période de récession, les milieux d’affaires acceptent que l’État prenne en charge la reprise de l’économie via des investissements publics n’empiétant pas sur leur profit. Si son ampleur est suffisamment importante, une telle politique peut accroître la rentabilité de manière à faire redémarrer l’investissement privé et permettre à l’économie d’atteindre le plein-emploi. Arrivé au plein-emploi, les entrepreneurs font pression pour que l’État résorbe son déficit de manière à restaurer une armée de réserve. La réduction du déficit s’ajoute à l’effet de la hausse des capacités de production pour faire basculer l’économie dans la récession. L’antagonisme politique au sujet de l’emploi renforce le caractère cyclique de l’économie et limite les possibilités d’intervention de l’État. Dans cette configuration, la présence de l’État ne modifie pas la nature du cycle. Au contraire, le fait que les milieux d’affaires gardent la main tout au long du cycle sur la politique économique rend les retournements de l’économie plus rapides et a donc tendance à renforcer l’instabilité locale. Les périodes de plein-emploi et de chômage de masse étant moins longues, les risques politiques associés à ces périodes sont limités et la stabilité globale du système s’en trouve renforcée.

29Sans intervention durable de la classe ouvrière, le cycle politique se surajoute donc au cycle économique pour accentuer les deux propriétés fondamentales de l’économie chez Kalecki, son instabilité locale et sa stabilité globale. La présence de l’État, parce qu’il est sous le contrôle des milieux d’affaires, conduit donc à accroître l’impasse dans laquelle le cycle bloque l’économie.

30D’autres situations sont cependant envisageables : la « pression des masses », si elle est suffisamment forte, peut parvenir à orienter la politique économique de manière à fixer durablement la trajectoire de l’économie à un niveau de plein-emploi. Cette possibilité évoquée en 1943 est analysée en détail en 1971, dans un article dans lequel Kalecki considère qu’elle s’est réalisée à la fin des Trente Glorieuses.

La possibilité d’une « réforme révolutionnaire »

31Kalecki revient à la fin de sa vie sur la question des liens entre politique et économie et défend la possibilité d’une « réforme cruciale », ou encore « réforme révolutionnaire » du capitalisme compatible avec une situation durable de plein-emploi. Pour comprendre sa position, il est utile de revenir sur le rôle qu’il attribue aux « contradictions » du capitalisme. Le fait que ces contradictions soient davantage politiques qu’économiques implique en effet qu’elles peuvent être résolues par un compromis politique. C’est l’histoire de la formation d’un tel compromis que raconte l’article de 1971.

Des « contradictions » politiques

32Rien dans la dynamique interne décrite par Kalecki ne rend inéluctable un dépassement du capitalisme. Ce point est important parce qu’il est un des éléments qui structurent les débats entre les marxistes dans la première moitié du xxe siècle. À l’instar de Marx lui-même, des auteurs comme Rosa Luxembourg ou Henryk Grossman en Pologne (contemporain de Kalecki) considèrent comme fondamentale l’idée que le capitalisme est mû par des contradictions qu’il ne peut lui-même gérer et qui rendent nécessaire, du point de vue du développement des forces productives, son dépassement.

33Pour Kalecki, le capitalisme est « paradoxal » car l’accroissement du capital, qui devrait se traduire par un accroissement de la production et du niveau de vie, est le facteur conduisant à la récession. C’est par rapport à la satisfaction des besoins que le cycle est « contradictoire ». La contradiction n’a donc pas le même sens que chez Marx. Pour ce dernier c’est la logique même du capitalisme qui empêche son développement. Le mouvement économique impulsé par le capitalisme finit par rentrer en contradiction avec le maintien des rapports de production. C’est cette contradiction fondamentale qui est à l’origine des crises structurelles. Chez Kalecki, la dynamique de l’économie est globalement stable et ne menace donc jamais les fondements des rapports de production. Laissé à lui-même, c’est-à-dire en fait laissé au pouvoir des milieux d’affaires, le capitalisme a une tendance à rester bloqué dans un état de marasme économique global qui alterne avec une certaine régularité des phases d’expansion et de récession. La contradiction existant alors entre développement économique et satisfaction des besoins est entièrement liée au choix politique des milieux d’affaires de sacrifier la prospérité au maintien de leur emprise sur l’économie. Le capitalisme n’étant pas mû par des contradictions indépassables, l’intervention de l’État suffit à rendre un plein-emploi durable économiquement possible et le blocage est politique.

34C’est ce blocage qui fonde la critique du capitalisme de Kalecki. Ce dernier considère dès 1943 qu’un « capitalisme de plein-emploi » est possible si la pression des masses pousse les milieux d’affaires à un compromis politique. Il écrit par rapport à cette possibilité :

Si le capitalisme peut s’ajuster de lui-même au plein-emploi, une réforme fondamentale y aura été mise en place. Sinon, il se montrera lui-même comme un système dépassé qui doit être détruit. (Kalecki 1943, p. 331)

35On voit ici où se situe l’alternative. Soit les milieux d’affaires acceptent de céder un peu de leur prérogative politique quant à la fixation du niveau d’emploi et l’orientation de la demande effective, de manière à permettre un plein-emploi durable, soit le système devra être dépassé. Notons que pour Kalecki, les salariés ne visent pas nécessairement la prise du pouvoir à la place des milieux d’affaires. Ils veulent le plein-emploi et un niveau de vie décent, mais la satisfaction de ces revendications passe par une remise en cause partielle du pouvoir des décideurs économiques. Ce n’est que si ces derniers la refusent que le système doit être renversé. La critique du capitalisme de Kalecki ne se fonde donc pas sur l’idée d’une incapacité du système à développer les forces productives, et encore moins sur une critique de l’exploitation. Elle est une critique de la manière dont les milieux d’affaires orientent la production et bloquent la politique économique afin de conserver leur emprise sur l’économie.

36L’absence de contradictions internes au mouvement économique et l’aspect politique et non économique du blocage des forces productives impliquent une possibilité de compromis politique permettant de stabiliser l’économie de manière durable au niveau de plein-emploi. C’est cette situation que Kalecki étudie dans un article de 1971 (coécrit avec Tadeusz Kowalik) d’abord publié en italien et traduit en anglais dans les œuvres complètes sous le titre « Observation on the ‘‘crucial reform’’ ».

Le compromis politique de la « réforme cruciale »

37Comme nous l’avons dit, Kalecki avait envisagé dès 1943 une situation où le rapport de force serait suffisamment favorable à la classe ouvrière pour que celle-ci impose de manière durable une politique de plein-emploi. Il considère en 1971 que le capitalisme a effectivement évolué dans ce sens et qu’une « réforme cruciale » y a ainsi été mise en place :

Imaginons que la forte pression des masses mène à une réforme si radicale du système, effectuée malgré l’opposition de la classe dominante, que, sans abolir les rapports de production, une nouvelle valve soit ouverte pour le développement des forces productives. […] Comme nous le montrons, nous avons précisément affaire à une telle situation dans le capitalisme contemporain. (Kalecki 1991, p. 467)

38La « réforme cruciale » que Kalecki avait également envisagé de nommer « réforme révolutionnaire » renvoie en fait à l’élaboration d’une sorte de compromis politique entre les classes sociales, qui rendrait possible une stabilisation à un niveau de plein-emploi via la politique économique. L’article retrace l’histoire de la mise en place progressive de cette réforme.

39C’est la crise de 1929 qui fait rentrer le capitalisme dans une période de « réforme cruciale ». Durant cette période, le chômage de masse, associé aux performances relativement bonnes de l’URSS et à la menace politique que pouvait représenter le mouvement ouvrier, a forcé les États à prendre en charge la relance des économies. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’économie est contrôlée de manière à orienter la production vers l’armement. Cette situation de contrôle de l’économie ne perdure pas après la guerre et l’intervention de l’État va davantage consister en des dépenses importantes visant à accroître la demande effective. À partir de ce moment :

Les interventions gouvernementales visant l’expansion des marchés devinrent une institution, rendant possible une limitation du chômage à quelques pour cent et ainsi une mise en pratique de quelque chose de similaire au slogan de « droit au travail » avancé durant la révolution de 1848 […]. Cet état des affaires (couplé à une augmentation considérable de la sécurité sociale) a entraîné une certaine transformation de la classe ouvrière, qui dans son ensemble devint radicalement réformiste dans son attitude envers le capitalisme. (Kalecki 1991, p. 472)

40Pour la classe ouvrière, le maintien durable du plein-emploi a permis la satisfaction de l’un de ses mots d’ordre les plus importants et l’accès à un niveau de vie et de protection sociale relativement élevé, ce qui a réduit ses velléités révolutionnaires. Ceci a facilité l’acceptation par les milieux d’affaires de la prise en charge par l’État du maintien du plein-emploi. Cette acceptation est renforcée par le fait que l’orientation de la production reste largement contrôlée par les grands groupes. Aux États-Unis, par exemple, « un énorme complexe militaro industriel a émergé qui […] a une grande influence sur la vie économique et sociale en général » (Kalecki 1991, p. 473-474). Les actions de l’État restent largement des actions « supplémentaires » qui visent à combler l’écart entre production potentielle et demande effective et ne sont pas des actions de contrôle de l’orientation de la production. Elles sont dès lors mieux acceptées par les grands trusts, puisqu’elles augmentent leur profit sans trop réduire leur emprise politique.

41Si les auteurs considèrent cette situation comme pouvant être relativement durable, on peut noter que cet équilibre politique est relativement instable. Il peut être rompu dès lors que les classes accroissent leurs exigences ou cessent de se faire confiance. Kalecki et Kowalick précisent en effet que si la classe ouvrière n’exige plus l’abolition du capitalisme, elle tient à maintenir ses acquis et est prête à les défendre s’ils étaient remis en cause. Une volonté de la part des milieux d’affaires d’accroître leur emprise sur l’économie créerait une réaction de la classe ouvrière et une instabilité politique qui pourrait conforter les entrepreneurs dans leurs décisions initiales. De même, une hausse des velléités révolutionnaires de la classe ouvrière (pouvant par exemple venir d’une méfiance accrue vis-à-vis des milieux d’affaires) pourrait rompre l’équilibre et engendrer une inflexion de la politique économique sous la pression des entrepreneurs.

Notes

1 Notons qu’un tel mécanisme est indépendant du problème de la réalisation de la valeur. Ce qui ne signifie pas que Marx n’avait pas conscience de la possibilité de crises de réalisation, mais il considérait possible d’en faire abstraction pour comprendre les grandes tendances du capitalisme liées aux luttes ayant lieu dans la sphère de la production.

2 S’il étudie cette possibilité, il considère tout de même que l’effet le plus probable d’une variation des salaires est une variation proportionnelle des prix laissant inchangés le salaire réel et la répartition.

3 Kalecki voit plusieurs raisons à la formation d’un cartel. Les entreprises peuvent désirer s’entendre dans le but de réduire leur coût ou afin de tirer le meilleur parti de la structure de la demande. Au-delà de ces raisons habituelles, Kalecki rappelle qu’une entreprise peut également accroître son pouvoir de marché en bénéficiant d’un soutien politique. Kalecki montre par exemple que le trust des allumettes formé par Ivar Kreuger, au-delà de la rente d’innovation dont il a bénéficié, a su tirer parti de la neutralité de la Suède pendant la première guerre mondiale pour s’approvisionner en matière première (Kalecki 1928a).

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search