Version classiqueVersion mobile

Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie

 | 
Michaël Assous
, 
Paul Fourchard

Chapitre I

Un économiste énigmatique

Texte intégral

1Nous disposons de peu d’éléments sur la vie de Kalecki. Aussi est-il difficile d’en retracer les grandes étapes en détail. Kalecki est né en Pologne en 1899. Son enfance et la fin de sa vie s’y déroulent. Entre-temps, il a beaucoup voyagé. En 1936, il se rend en Suède, en Norvège, puis s’installe en Grande-Bretagne de 1936 à 1944 où il séjourne d’abord à Cambridge puis à Oxford, les deux centres universitaires dominants et rivaux de Grande-Bretagne. De là, il se rend à plusieurs reprises en France. Durant cette période, Kalecki amende et consolide la théorie de l’emploi qu’il a élaborée dans les années 1930. Au sein de plusieurs groupes de travail, il collabore avec les plus proches interlocuteurs de Keynes tels que Roy Harrod, Joan Robinson, Piero Sraffa, Austin Robinson, Richard Khan et se lie d’amitié avec l’économiste marxiste Maurice Dobb. Pendant cette période, Kalecki s’entoure également d’économistes exilés comme lui avec lesquels, au sein de l’Oxford University Institute of Statistics, il participe activement aux débats sur le financement de l’effort de guerre et des politiques publiques.

2En 1945, Kalecki se rend au Canada puis aux États-Unis où il travaille en tant qu’économiste aux Nations unies à New York. En raison de la montée du maccarthysme, Kalecki retourne en Pologne en 1955. En tant qu’économiste en chef à la Commission centrale de planification, il tente d’influencer, sans succès, les décisions économiques du gouvernement communiste polonais en faveur d’un régime de croissance davantage tourné vers la consommation. Insatisfait, Kalecki consacre les quinze dernières années de sa vie à l’enseignement de l’économie, aux politiques de développement et à la recherche mathématique. Très isolé, il meurt à l’âge de 71 ans.

Un économiste à l’intersection de Marx, Frisch et Wicksell

3Au début des années 1920, Kalecki suit des études de mathématiques à l’université de Varsovie puis d’ingénierie à l’université de Gdansk. Toute sa vie, il s’est montré passionné par les mathématiques et l’usage des statistiques. Kalecki était notamment convaincu que la formalisation mathématique introduisait souvent une véritable clarté en économie.

4Kalecki est issu d’une famille juive aisée. La faillite de l’entreprise de son père l’oblige cependant dans les années 1920 à cesser ses études et à trouver un emploi. C’est au sein d’une société de notation de crédit qu’il commence à s’intéresser à l’économie. En l’absence d’une formation universitaire systématique dans ce domaine, Kalecki se conduit en autodidacte et lit par lui-même les grands classiques.

5La biographie intellectuelle de Kalecki réalisée par Jan Toporowski (2013) fournit des éléments de compréhension du contexte dans lequel s’élabore sa théorie. Bien qu’il ne milite dans aucun parti au moment de l’indépendance de la Pologne, Kalecki suit de près les évolutions politiques de la période et affiche dans plusieurs cercles de discussion sa sympathie pour le mouvement socialiste et son soutien à la révolution russe. Ses affinités politiques le poussent à lire les ouvrages marxistes de Lénine et Rosa Luxemburg, ainsi que ceux de Tugan Baranowski fondés sur les schémas de reproduction de Karl Marx. Il est également marqué par la lecture de l’ouvrage de John Hobson sur l’impérialisme. Cette littérature met particulièrement l’accent sur le rôle néfaste des trusts et des cartels. On peut penser que c’est cette importance accordée aux monopoles dans la tradition marxiste qui le conduit à s’intéresser de près à la structuration des marchés et à la politique des grands trusts. C’est d’abord en tant que journaliste que Kalecki écrit sur ce sujet. Il publie à partir de 1928 la majorité de ses articles dans la revue bimensuelle du principal syndicat patronal de l’époque Przeglad Gospodarczy (« Revue économique »).

6Toporowski suggère que la théorie que Kalecki élabore durant les années 1930 trouve ses racines dans ses analyses journalistiques de la fin des années 1920 (Toporowski 2013, p. 19). Dans ces articles, Kalecki étudie principalement les structures de certains marchés (notamment des matières premières) et l’influence des grands trusts sur les relations internationales (avec une attention particulière portée aux relations entre l’URSS et les grandes puissances occidentales). On y trouve des réflexions sur les causes économiques de la formation des monopoles, ainsi que sur les « guerres » entre les trusts des différents pays pour dominer le marché mondial. Dans ses travaux théoriques, il met toutefois en évidence une dynamique cyclique indépendante de la structure des marchés. Le rôle des trusts est surtout politique. Ces derniers ont un impact sur les choix politiques des gouvernements mais aucun sur la dynamique globale. Il semble donc que ce soient surtout des considérations politiques qui orientent le travail journalistique de Kalecki. À la différence de Toporowski, nous pensons que sa théorie du cycle et de l’emploi est davantage marquée par son activité au sein de l’Institut de Varsovie sur les cycles et les prix à partir de 1929 que par son activité journalistique.

7L’institut est créé en 1928 par le ministre du Commerce et des Finances Eugeniusz Kwiatkowski dans un contexte de chômage important face auquel ce dernier cherche à combiner une politique de lutte contre les cartels avec un accroissement du rôle de l’État dans l’organisation de l’industrie. Il est dirigé par Edward Lipinski, alors jeune professeur à l’université et membre du parti socialiste. Ce dernier utilise sa position pour recruter de jeunes chercheurs exclus de l’université pour des raisons politiques ou religieuses et susceptibles de développer des idées nouvelles en rupture avec la tradition universitaire fortement marquée par les travaux de l’école de Lausanne et majoritairement libérale. Parmi ces jeunes recrues figurent Kalecki, mais également les statisticiens Jan Wisniewski et Ludwick Landau, ainsi que l’économiste wicksellien Marek Breit avec lesquels il collabore étroitement. Rapidement, ses travaux théoriques structurent la vision de ce groupe intellectuel.

8Il publie par exemple avec Wisniewski, en 1931, une étude visant à éliminer les fluctuations saisonnières du chômage pour en dégager les évolutions structurelles. Il collabore également avec Landau avec qui il publie les premières estimations du revenu national, dont la spécificité est d’intégrer une analyse de la répartition entre classes sociales. Ils élaborent des techniques de comparaison internationale des données qui sont discutées dans les autres instituts de conjoncture, notamment l’institut allemand. Leur approche est symptomatique de l’évolution de la statistique à cette période qui, de plus en plus, cherche à dégager des fluctuations structurelles derrière les séries de données temporelles. Dès le début des années 1930, ils adoptent un cadre analytique qui fait de l’investissement le principal déterminant des fluctuations de l’emploi. Ce cadre est celui de la théorie du cycle et de l’emploi que Kalecki élabore durant cette période. Celle-ci est en effet discutée dès 1930 et il semble que Kalecki et les autres membres de l’institut, tout en en améliorant les aspects théoriques, construisent des modèles statistiques visant à la confronter aux faits.

  • 1 Ces articles, ainsi que les études statistiques mentionnées plus haut, sont regroupées dans Collect (...)

9En 1932, il participe avec Oskar Lange à la publication d’une revue politique intitulée Przeglad Socjalityczny (« Revue socialiste »), dont l’objectif explicite est de contribuer au mouvement socialiste de manière critique et indépendante des partis. Il y publie une série d’articles portant sur la crise de 1929 et les perspectives de reprise dans les différents pays, les relations entre l’URSS et les autres puissances, des analyses du poids politique de certains grands patrons comme Ivar Kreuger ou Henry Deterding1.

10C’est peut-être sur le thème de la déflation salariale que Kalecki se démarque le plus nettement de ses contemporains. À la différence des économistes d’inspiration libérale ou marxiste, Kalecki ne pense pas que la restauration de niveaux d’emploi élevés passe par une baisse des salaires. Dans une économie contrainte par la demande, une telle politique est sans effet durable sur l’emploi. Son argument est qu’une composante essentielle de la demande globale, l’investissement, à court terme, est autonome. C’est pourquoi, quand bien même les entreprises décideraient d’accroître leur production à la suite d’une baisse de leurs coûts, un excès d’offre de biens s’ensuivrait nécessairement, provoquant inévitablement une baisse des prix et le retour à la situation initiale. Aussi, Kalecki conclut-il avec force qu’on ne peut sortir des difficultés économiques par le bas. Sa thèse est que seule une politique de relance budgétaire coordonnée à l’échelle internationale est à même de sortir l’économie de la récession. En stimulant initialement la demande globale et non l’offre, l’économie peut atteindre, en vertu du principe du multiplicateur, un équilibre plus favorable caractérisé par un chômage plus faible. Il adjoint dès 1932 à cette analyse une critique de « l’impérialisme » et de l’influence politique des grands groupes qui bloquent la mise en œuvre d’une telle relance. À cette époque, Kalecki n’est pas seul à prôner le recours à ce type de politique publique. Ce qui est remarquable, en revanche, est qu’il développe une argumentation systématique nouvelle permettant de la justifier, de la quantifier et de l’articuler à d’autres politiques, notamment des politiques de redistribution du revenu.

  • 2 La version anglaise n’est disponible que depuis la parution des œuvres complètes de Kalecki en 1990 (...)

11En 1933, il publie en polonais un ouvrage d’une centaine de pages ultérieurement intitulé Essay on the Business Cycle2. L’ouvrage se propose de rendre compte des mouvements de l’économie à partir d’un système macroéconomique, dynamique et directement estimable empiriquement. Unissant la théorie économique, la statistique et les mathématiques, cette contribution constitue un évènement marquant de l’histoire de l’économétrie et fait de Kalecki un pionnier du programme de recherche lancé par Ragnar Frisch deux ans auparavant. Pour la première fois est décrit sous forme mathématique le fonctionnement d’une économie contrainte par la demande.

  • 3 Initialement, cet article est paru sous le titre « Trzy uklady » dans la principale revue d’économi (...)

12Dans plusieurs articles publiés en anglais, français et polonais, entre 1933 et 1935, Kalecki détaille les nombreuses idées de son Essay. En 1935, dans la revue Econometrica, il précise les propriétés mathématiques de son modèle. La même année, dans la Revue d’Économie Politique, il explicite sa théorie de l’emploi et des prix et traite de manière plus approfondie de la détermination des taux d’intérêt. En 1934, dans la principale revue académique polonaise d’économie, la revue Ekonomista, il confronte sa théorie de l’emploi aux théories macroéconomiques fondées sur la loi de Say. De ces trois articles, l’article de 1934 est certainement le plus important : Kalecki démontre la possibilité d’un sous-emploi durable3.

13C’est donc en autodidacte, grâce à une connaissance des marchés des biens et du crédit, la maîtrise des outils mathématiques et statistiques et ses lectures des grands théoriciens socialistes que Kalecki renouvelle l’analyse économique. Pour Joan Robinson, la rapidité de cette percée s’explique précisément par le fait que Kalecki ne reçoit pas de formation systématique en économie. Ainsi, Kalecki n’aurait pas eu besoin de s’affranchir d’un corpus théorique qu’il ne connaissait tout simplement pas ! Cet argument ne résiste cependant pas à un examen attentif de ses travaux. Il semble bien que Kalecki avait lu des auteurs tels qu’Alfred Marshall, John Maynard Keynes, Knut Wicksell, Albert Aftalion ou encore Joseph Schumpeter. L’article de 1934 montre en effet qu’il possédait une connaissance étendue des théories macroéconomiques de son temps.

14Le cas de Wicksell est peut-être le plus significatif. À la lecture de cet article, il ne fait aucun doute que Kalecki connaissait ses analyses, au moins par le truchement des économistes suédois comme Erik Lindhal, Gunnar Myrdal et Erik Lundberg. Pour décrire le fonctionnement d’une économie dans laquelle opère la loi de Say, Kalecki considère, à la manière de Wicksell, deux types d’économie monétaire. Une première économie dans laquelle la demande de monnaie est par hypothèse égale à la quantité de monnaie disponible et une seconde économie dans laquelle celle-ci dépend du taux d’intérêt correspondant au coût d’opportunité de la détention de monnaie. Dans ce second cas, il met en évidence des processus cumulatifs de hausse ou de baisse des prix et des salaires en cas de déséquilibres sur le marché des biens. Il montre que ce sont les variations du taux d’intérêt induites par ces variations de prix qui assurent la résorption des déséquilibres. Le taux d’intérêt converge ainsi toujours vers sa valeur d’équilibre, celle qu’il atteint immédiatement dans la première économie. Certes, les mécanismes macroéconomiques qu’il décrit sont nouveaux. Mais Wicksell est bien le point de référence.

15Un autre élément mérite d’être souligné. Cet article de 1934 révèle que Kalecki était familier de l’analyse marshallienne par période et des raisonnements marginalistes. L’analyse porte en effet sur la courte période, c’est-à-dire une situation dans laquelle le stock et la structure des équipements fixes sont donnés. Dans ces conditions, l’étude montre que Kalecki maîtrisait parfaitement l’analyse marshallienne de l’équilibre du producteur. Considérons, en particulier, le marché du travail. Parce que la concurrence est « libre », la demande égalise le salaire réel et la productivité marginale du travail. C’est ici le raisonnement à la marge traditionnel qui s’applique. La productivité marginale du travail est simplement la production supplémentaire qui résulte, pour une entreprise, de l’embauche d’une unité supplémentaire de travail. Elle est supposée décroissante à mesure que des quantités croissantes de travail sont utilisées. Tant qu’elle est supérieure au salaire réel, l’entreprise est incitée à embaucher, puisqu’elle peut réaliser un profit. Kalecki tire de ce raisonnement la demande de travail des entreprises, qui lui permet de déterminer la quantité de travail qu’elles souhaitent recruter pour chaque niveau de salaire réel. Aussi, quand les prix et les salaires sont parfaitement flexibles, pour tout niveau de l’offre de travail, s’établit un prix d’équilibre, le salaire réel, correspondant au plein-emploi.

Une percée fulgurante

16La percée intellectuelle de Kalecki est fulgurante. En l’espace de quelques années et sans avoir reçu de formation d’économie, Kalecki aboutit à une argumentation systématique révolutionnant l’analyse de l’emploi et de la dynamique.

17Sa force est d’avoir défini une même méthode lui permettant de passer aisément de la dynamique économique à la statique. Deux niveaux d’analyse sont envisagés : en statique, l’étude porte sur la formation de l’équilibre macroéconomique à salaire fixe et stock de capital constant, tandis qu’en dynamique, quand le stock de capital et les salaires sont supposés varier, l’analyse traite des cycles et de la croissance. Au premier niveau, l’analyse traite des propriétés de stabilité de l’équilibre temporaire. Au second, l’analyse porte sur les propriétés de stabilité de l’équilibre stationnaire et des trajectoires de moyen et long terme de l’économie.

18L’analyse de l’équilibre macroéconomique à salaire fixe est remarquable et préfigure les grands débats macroéconomiques autour desquels se structure la macroéconomie après la parution de la Théorie générale de Keynes en 1936. Un des objectifs de Kalecki est de démontrer la possibilité d’un chômage permanent. Le chômage massif régnant en Europe continentale et notamment en Pologne le marque fortement. Pour ce faire, Kalecki définit d’abord une analyse statique en termes de --« -quasi-équilibre », ou encore d’équilibre temporaire (au sens de John Hicks, 1939). Sont alors prises comme données deux catégories de variables : les fondamentaux usuels, la quantité de monnaie, l’état des anticipations d’une part et les salaires monétaires de l’autre. Or, même si l’analyse d’une économie contrainte par la demande s’écarte significativement d’une analyse fondée sur la loi de Say, la démonstration de l’existence d’un continuum d’équilibres paramétrés par des niveaux de salaire monétaire différents est insuffisante pour montrer que le chômage permanent est possible. Si l’on bloque un mécanisme d’ajustement concurrentiel en fixant un prix, il est normal du point de vue classique qu’il en résulte du chômage. Pour démontrer le caractère permanent du chômage, il faut encore montrer que ce chômage ne peut diminuer par le mécanisme spontané du marché. C’est donc dans ce but que Kalecki passe d’une analyse statique à une analyse dynamique dans laquelle la question centrale devient celle de la stabilité de l’équilibre de plein-emploi. Kalecki indique en effet très clairement, notamment lors de sa controverse avec Arthur Pigou dans les années 1940 sur l’effet d’encaisse réelle, que le bon terrain de l’analyse keynésienne n’est pas la statique comparative mais la dynamique ou, pour le dire autrement, la question n’est pas celle de la démonstration de l’existence d’un équilibre stationnaire avec chômage mais plutôt la démonstration de l’instabilité de l’équilibre de plein-emploi. Sur ce point, Kalecki se démarque nettement de Hicks (1937) et Franco Modigliani (1944) et préfigure plutôt les travaux de James Tobin (1975).

  • 4 Évoquant la participation de Kalecki en 1936 aux séminaires de Lionel Robbins organisés à la London (...)

19Si Kalecki met sur pied sa théorie en un temps très bref, il rencontre en revanche de plus grandes difficultés à se faire connaître. Bien qu’il expose une version abrégée de son Essay et de sa théorie de l’emploi lors de la conférence de la Société d’économétrie de 1933 à laquelle sont présents des économistes comme Nicholas Kaldor, Frisch ou encore Tinbergen, la portée de ses résultats ne sera pas pleinement perçue. Ce n’est en fait qu’au moment de la parution de la Théorie générale que ses contemporains prendront véritablement la mesure de sa contribution4.

  • 5 Bénéficiant du soutien de Frisch et Tinbergen qu’il rencontre à la conférence de la Société d’écono (...)
  • 6 Kalecki démissionnera par la suite de Cambridge pour rejoindre Oxford où il obtient un poste de res (...)

20Dans ces années d’intenses débats sur la signification du message de Keynes, Kalecki apporte d’importantes modifications à son analyse initiale. En 1936, grâce au renouvellement de sa bourse Rockefeller, Kalecki prolonge son séjour à Cambridge où, jusqu’en 1938, il participe au séminaire de recherche animé par Sraffa5. L’année 1938 est une année charnière. À l’automne de cette année, il s’engage dans la direction, avec Austin Robinson, Kahn et Sraffa, sous la houlette de Keynes, du Cambridge Research Scheme of the National Institute of Economic and Social Research into Prime Costs, Proceeds and Output et précise les bases de sa nouvelle théorie de l’emploi. Se mettent ainsi en place les outils et les ruptures engendrés par le recours à la concurrence imparfaite6.

21L’enjeu est d’expliquer la stabilité à long terme de la part des salaires constatée par Colin Clark dans son ouvrage National Income and Outlay et par Simon Kuznets dans son ouvrage National Income and Capital formation 1919-1935. Kalecki admet dans ses premiers travaux que la concurrence est « libre » et conclut en toute logique, puisque les entreprises opèrent dans la partie croissante de leur courbe de coût, que la part des salaires dans le revenu est contracyclique. Les études de Clark et Kuznets apparaissent ainsi comme des démentis statistiques de sa théorie. Kalecki trouve la réponse dans la concurrence imparfaite. En adoptant ce nouveau cadre d’analyse, Kalecki fait trois hypothèses :

1) dans la majorité des entreprises, les courbes de coût marginal et de coût moyen sont confondues jusqu’au point de pleine capacité ;

2) conformément à l’argument de Harrod (1934) et Kaldor (1934) les entreprises disposent de capacités de production excédentaires et opèrent dans la partie plate de leur courbe de coût ;

3) les entreprises appliquent un taux de marge à leur coût marginal.

22Dès lors, en référence à Abba Lerner, Kalecki pose que la répartition du revenu est déterminée par le degré de monopole de l’économie lui-même égal, en concurrence monopolistique, à l’inverse de l’élasticité de la demande. Sur cette base, Kalecki reformule sa théorie du multiplicateur de revenu et développe une théorie nouvelle de l’emploi. Parallèlement, il modifie son analyse des anticipations et développe un système dynamique non linéaire capable d’expliquer la persistance des cycles en l’absence de chocs aléatoires. Toutes ces modifications sont exposées dans ses Essays in the Theory of Economic Fluctuations de 1939.

23En 1939, Kalecki obtient un emploi de chercheur à l’Oxford University Institute of Statistics. Durant tout son séjour au Royaume-Uni, Joan Robinson y est son principal interlocuteur et son meilleur soutien. Très tôt, Robinson voit dans les travaux de Kalecki la possibilité de poursuivre dans la voie ouverte par Keynes auprès de qui, à plusieurs reprises, elle plaide vigoureusement sa cause. Kalecki se lie également d’amitiés avec Kahn, Dobb, Kaldor, Harrod et Sraffa et collabore étroitement avec les principaux économistes membres de l’Oxford University Institute of Statistics comme Thomas Balogh, Ernst Friedrich Schumacher, David Worswick, Kurt Mandelbaum, F. A. Buchardt et Joseph Steindl.

24Kalecki rencontre également Keynes qui nourrissait à son égard des sentiments mitigés, oscillant entre admiration et condescendance. Il semble que Keynes n’appréciait pas le style laconique de Kalecki et ses positions politiques hostiles à la bourgeoisie à laquelle lui-même était étroitement attaché. En dépit de ce désaccord politique radical et des différences de style, les deux hommes parviennent cependant à converger vers des conclusions communes, notamment en ce qui concerne l’analyse de la relation emploi-salaire, de la monnaie et des politiques de plein-emploi.

Un expert international récalcitrant

25Kalecki reste à l’Oxford University Institute of Statistics jusqu’en mars 1945, date à laquelle il rejoint l’International Labour Office (ILO) à Montréal où il travaille pendant une courte période sur des problèmes d’emploi et la question de la reconstruction économique. En décembre 1946, il trouve un emploi d’expert aux Nations unies, rattaché à l’Economic Stability and Development Division du département des affaires économiques, qu’il exerce jusqu’en 1955. Pendant cette période, Kalecki correspond avec John Galbraith, Evsey Domar, Paul Sweezy ou encore Alvin Hansen mais se tient à l’écart des milieux académiques américains.

26Kalecki rejoint la Pologne en avril 1955 et devient conseiller d’Hilary Minc, alors vice-Premier ministre aux Affaires économiques. De 1955 à 1960, il occupe différents postes de consultant en lien avec la planification. En tant que conseiller, Kalecki joue son rôle le plus important entre 1958 et 1959 au moment de l’élaboration du Plan pour les années 1961-1971. Sévèrement critiqué, en raison de ses objectifs jugés trop modestes et en rupture avec l’orthodoxie communiste, Kalecki est écarté du comité. À partir de ce moment, il décide de se consacrer à la recherche et à des activités d’enseignement.

27Kalecki aura ainsi occupé à maintes reprises des postes d’expert au sein d’organismes consultatifs, l’Oxford Institute of Statistics en Grande-Bretagne, l’International Labour Office, les Nations unies ou encore à la Commission centrale de planification en Pologne. À chaque fois, Kalecki fait preuve d’une grande indépendance et ne craint pas de défendre des positions contradictoires. Pendant la guerre, Kalecki est l’un des premiers à se prononcer haut et fort, en opposition à Keynes, en faveur de la mise en place d’un système de rationnement. Il démissionne des Nations unies pour témoigner son hostilité au maccarthysme. C’est encore parce qu’il défend une ligne orthogonale à celle du parti communiste que Kalecki est évincé de la Commission centrale de planification. Il défend l’idée selon laquelle des politiques tournées vers l’investissement ne constituent pas une stratégie de croissance pertinente. C’est d’ailleurs une idée qui vaut également pour les économies de marché : lorsque l’accumulation de capital devient inutile, il convient de produire davantage de biens de consommation.

Les combats d’un économiste socialiste

28Toute sa vie, Kalecki s’est tenu à l’écart des partis politiques, que ce soit du parti communiste dans les années 1920 en Pologne ou du parti travailliste en Grande-Bretagne dans les années 1930 et 1940. Pour l’essentiel, sa vie politique a consisté en une activité de conseil économique et en l’écriture d’articles pour des revues socialistes.

29Convaincu de la possibilité d’atteindre et de maintenir le plein-emploi par des politiques de dépenses budgétaires et fiscales, Kalecki n’ignorait pas les obstacles politiques parfois insurmontables à leur mise en œuvre. Le principal – indissociable de son cadre d’analyse emprunté à Marx – tient à l’existence d’une asymétrie forte entre détenteurs des moyens de production, les capitalistes titulaires des profits, et les travailleurs salariés. Cette asymétrie trouve son origine dans les imperfections des marchés financiers. Parce que le travail n’est pas un collatéral solide, seules les personnes disposant au préalable d’un capital sont véritablement à même de lever des fonds et d’investir. Aussi, la démocratie des affaires est-elle un mythe et convient-il de distinguer nettement deux classes : les capitalistes et les travailleurs.

30D’un point de vue politique, cette asymétrie confère aux capitalistes un grand pouvoir puisque c’est entre leurs mains que repose en définitive le destin de l’économie. Or pour Kalecki, la préservation de cette domination passe avant même la recherche du profit. C’est le thème de son célèbre article, « Political aspects of full employment », qu’il publie dans les années 1940, au moment où se propage l’idée que le chômage peut être combattu par des politiques de relance appropriées. Parce que l’intervention de l’État est susceptible d’atténuer et même d’effacer les effets de cette asymétrie, les capitalistes en tant que classe craignent de voir leur pouvoir politique diminuer et à terme d’être dépossédés de leur capital. Aussi préfèrent-ils contenir l’intervention de l’État quitte à laisser le taux de chômage s’élever, ce qui, par ailleurs exerce un effet disciplinaire fort sur les salariés. Aussi Kalecki n’est pas surpris de voir dans les années 1950, au rythme des élections politiques, ces tensions politiques se manifester par l’alternance de phases de reprise et de ralentissement économique.

31Il ressort de cette analyse que seuls des changements institutionnels profonds sont à même de dépasser ces conflits de classe. Si Kalecki analyse, par exemple, le plein-emploi atteint aux États-Unis dans les années 1950 et 1960 comme s’étant fait au prix de dépenses publiques massives d’armement et d’un contrôle des libertés publiques dont le maccarthysme constitue un élément parmi d’autres, il veut croire au début des années 1970 que le capitalisme a effectivement réalisé cette « réforme cruciale » ouvrant de nouvelles perspectives de développement économique.

Notes

1 Ces articles, ainsi que les études statistiques mentionnées plus haut, sont regroupées dans Collected Works of Michal Kalecki, vol. 6 : « Studies in Applied Economics 1927-1941 » (Kalecki 1996).

2 La version anglaise n’est disponible que depuis la parution des œuvres complètes de Kalecki en 1990 (Kalecki 1990, p. 65-108) tandis qu’une version révisée de cet ouvrage est parue en anglais en 1971 dans l’ouvrage Selected Essays on the Dynamics of a Capitalist Economy, 1933-1970.

3 Initialement, cet article est paru sous le titre « Trzy uklady » dans la principale revue d’économie polonaise Ekonomista et n’a été traduit en anglais qu’en 1990 à l’occasion de l’édition des œuvres complètes de Kalecki (Kalecki 1990, p. 201-219).

4 Évoquant la participation de Kalecki en 1936 aux séminaires de Lionel Robbins organisés à la London School of Economics, Kaldor note : « À l’époque où Kalecki est apparu sur le devant de la scène, cependant, j’avais lu la Théorie générale de Keynes en Amérique et, tout comme Kalecki ainsi que d’autres personnes, j’avais conscience des similitudes [entre Keynes et Kalecki]. L’idée que partageaient Kalecki et Keynes était que les ajustements économiques ont lieu non pas à travers les variations des prix mais à travers les variations du niveau de la production. C’était une nouvelle idée, révolutionnaire. Jusqu’à cette époque on avait toujours supposé que les perturbations étaient rectifiées par les mouvements des prix laissant le niveau de production inchangé. Mais Keynes dans sa Théorie générale comme Kalecki ont introduit l’idée que certains changements économiques conduisent à un nouvel équilibre à travers les variations de la production. » (Kaldor 1989, p. 4)

5 Bénéficiant du soutien de Frisch et Tinbergen qu’il rencontre à la conférence de la Société d’économétrie à Leyde, Kalecki obtient une bourse Rockfeller qui lui permet de voyager en Europe. En janvier 1936, il se rend en Suède et rencontre Bertil Ohlin, Lundberg et Myrdal. Découvrant la Théorie générale publiée quelques mois auparavant, il décide de se rendre en Angleterre. À son arrivée, Kalecki est encore un parfait inconnu. Les proches collaborateurs de Keynes ne connaissent pas son article paru en 1935 dans Econometrica. Très vite, cependant, Kalecki établit des contacts avec les plus proches collaborateurs de Keynes.

6 Kalecki démissionnera par la suite de Cambridge pour rejoindre Oxford où il obtient un poste de research fellow à l’Institut de statistique d’Oxford. Il restera en Angleterre jusqu’en mars 1945.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search