Version classiqueVersion mobile

Michal Kalecki et l'essor de la macroéconomie

 | 
Michaël Assous
, 
Paul Fourchard

Introduction

Texte intégral

1Pionnier de la macroéconomie moderne, le Polonais Michal Kalecki est certainement le moins bien connu des grands économistes du xxe siècle. Encore aujourd’hui, il n’est pas aisé d’évaluer son apport à la théorie macroéconomique contemporaine tant ses recherches semblent éclatées en corpus théoriques bien distincts. À bien des égards, sa trajectoire est une énigme. Sans même parler de ses origines marxistes, Kalecki est crédité d’avoir anticipé la Théorie générale de John Maynard Keynes ; d’avoir élaboré la première modélisation macro-économétrique ; d’avoir démontré l’importance macroéconomique de la concurrence imparfaite ; quand d’autres le voient essentiellement comme un auteur hétérodoxe en rupture avec la macroéconomie de son temps.

2Kalecki a mené une vie d’exilé, participant aux débats de son temps et interpellant les puissants des nombreux pays dans lesquels il s’est rendu. Même si ses préconisations n’ont pas toujours été retenues, il est resté pendant plus de cinquante ans un observateur sans concessions des changements de son époque. Il a tenté de peser, avec détermination mais sans toujours y parvenir, dans les débats autour des stratégies de sortie de crise au début des années 1930, du financement de la Seconde Guerre mondiale au Royaume-Uni dans les années 1940, des politiques de dépenses publiques en Europe continentale dans les années 1950 et 1960, des stratégies de développement des pays émergents et des régimes de croissance des économies socialistes.

3C’est pourtant dans la science économique que Kalecki joue un rôle majeur. Aux côtés de Keynes mais aussi de Ragnar Frisch et Jan Tinbergen, il déclenche dans les années 1930 une révolution dans cette discipline. Certes, Keynes est l’économiste au centre des débats. Cependant, à cette époque, Kalecki donne la forme opératoire à la théorie de l’emploi keynésienne. Il relie la macroéconomie à la comptabilité et établit des passerelles avec l’économétrie. Condensant de multiples apports de ces « années de haute théorie », il construit en un temps très bref la macro–économie comme champ de recherche autonome et établit des liens précis entre celle-ci et la microéconomie. Il fournit également des justifications aux interventions étatiques visant à contrôler la conjoncture.

  • 1 Voir Feiwel (1975), Sebastiani (1994), Sawyer (1985) et Lopez et Assous (2010) pour une discussion (...)
  • 2 Voir notamment les témoignages recueillis par Osiatynski pour l’édition des œuvres complètes de Kal (...)

4Avec le recul de l’Histoire et les travaux croisés des historiens de la pensée économique1 et des économistes qui l’ont côtoyé2, il est aujourd’hui possible de mieux apprécier la réalité de son projet et la portée de son héritage.

 

5Cette présentation de Kalecki s’organise en trois parties. La première retrace les grandes étapes de sa vie. La deuxième examine les concepts centraux de sa théorie de l’emploi et de la répartition du revenu : la demande effective, le multiplicateur, l’analyse des cycles et de la croissance. Enfin, la dernière partie détaille l’économie politique associée à ses théories.

Notes

1 Voir Feiwel (1975), Sebastiani (1994), Sawyer (1985) et Lopez et Assous (2010) pour une discussion analytique de l’apport de Kalecki, ainsi que la biographie intellectuelle réalisée par Toporowski (2013) et sa recension par Assous (2014).

2 Voir notamment les témoignages recueillis par Osiatynski pour l’édition des œuvres complètes de Kalecki.

© ENS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search