Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

Épigraphe

Texte intégral

Le bronze, le métal d’or coule en ruisseaux, le fer meurtrier fond dans une vaste fournaise. Ils façonnent un énorme bouclier.

Pénétrant les âges futurs, le maître du feu les avait gravés là.

Sur le bouclier de Vulcain, sur ce présent d’une mère, voilà ce qu’il admire et, sans connaître la réalité, il se plaît à en voir l’image.

(Virgile, Énéide, traduction de J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 2002-2007, VIII, 445-447, 626-627, 729-730.)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search