Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

 

Conclusion

Texte intégral

  • 1 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

M. Lavisse leur a expliqué dans un langage à leur portée les grandes leçons qui se dégagent de notre histoire nationale.1

  • 2 C. Péguy, « Note pour une thèse » [début 1909], dans Œuvres en prose complètes, R. Burac (éd.), Pa (...)

L’histoire que nous avons reçue à l’école primaire. Tout facile, tout aisé, tout évident [...]. Le Petit Lavisse.2

  • 3 L. Febvre, « L’histoire dans le monde en ruines », Revue de synthèse historique, t. 30, février 19 (...)

L’histoire qui sert, c’est une histoire serve [...]. Nous ne sommes point les missionnaires débottés d’un Évangile national officiel, si beau, si grand, si bien intentionné qu’il puisse paraître.3

  • 4 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

1Les ancêtres gaulois d’Ernest Lavisse ont été forgés comme une mythologie. Ils sont un mythe. Non que ces peuples protohistoriques n’aient jamais existé, ce que nul ne peut prétendre. Mais parce que la conception sous-jacente de cette formule synthétique ne décrit pas tant une réalité historique qu’elle met en scène un personnage moral et identitaire. Celui-ci est inspiré de quelques traits rapportés par des auteurs antiques – qui observaient de loin et sans guère de neutralité –, ce que semblait confirmer une lecture par trop rapide de quelques ouvrages archéologiques. De ce matériau il n’a pas été construit un savoir scientifique rigoureux. Au contraire, certains éléments ont été attentivement choisis, non pour dire le passé, mais pour illustrer « les grandes leçons qui se dégagent de notre histoire nationale »4, comme l’affirme le Cours moyen en 1912. Il ne s’agit donc pas, au sens propre, de connaissances tirées du passé et documentées par des traces, mais d’une leçon politique, civique et morale. Ernest Lavisse manuéliste doit donc opérer des choix, passer sous silence ou survaloriser, ériger un contre-exemple en généralité, écarter ce que l’on sait au profit de ce qu’il veut que les enfants du primaire croient. Le Gaulois lavissien est une création de la littérature historique pour servir la quête présente d’une identité. Mais ainsi auréolé du prestige de son auteur, professé à l’école, il devient dans les Petits Lavisse un savoir scolaire qui prétend dire ce que le passé a été.

  • 5 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien [1944], É. Bloch (éd.), préface de J. Le  (...)
  • 6 É. Bourdon, « Ernest Lavisse et la laïcité », dans É. Bourdon, P. Garcia et F. Pernot (dir.), Lavi (...)

2La figure de « nos pères les Gaulois » s’inscrit dans un système de pensée du monde dont elle constitue l’une des expressions. Le discours historique est une écriture et ici un étai au projet commun, la fabrique de la nation. Il nous a donc fallu inverser les propositions pour mettre en évidence l’archéologie du regard. Et l’on peut affirmer qu’à l’origine des Français, il n’y a pas tant « nos ancêtres les Gaulois », mais que les Gaulois ont été le support discursif de l’affirmation d’une identité nationale, non pas pensée comme une recréation permanente, mais en termes de filiation monophylétique depuis les temps les plus lointains. Cette expression trahit son point d’observation, celui des interrogations présentes d’une population qui cherche à prouver qu’elle est telle qu’elle se voit, et qui regarde vers le passé pour y découper de façon sélective des éléments, qualifiés d’originels, pour en attester. Cette posture refuse de regarder, depuis le présent indépassable de l’historien, vers des états successifs de populations en incessantes recompositions. Cela revient à projeter sur le passé une seule grille de lecture, plus déterministe et téléonomique que généalogique – puisqu’elle identifie des invariants –, et à imaginer un passé qui, en toute logique génétique apparente, semble expliquer comment nous sommes devenus ce que nous sommes. Plus profondément, en discernant dans les populations actuelles des aspects de ce qu’auraient été des sociétés protohistoriques et antiques, Ernest Lavisse est conduit à passer du conditionnel à l’indicatif, à assimiler ce qu’elles furent à ce que nous fûmes, et donc à postuler sans démonstration la permanence absolue du nous. Ainsi obsédé par l’« idole des origines », comme l’écrit Marc Bloch5, Ernest Lavisse réduit la successivité à la causalité, soumet la diversité des possibles qui n’ont pas été à ce qui fut, oublie l’événement, l’accident, au profit de la raison et de l’intention. Lavisse induit implicitement l’existence d’un projet immanent, voire transcendant6, laissant croire que ce que nous sommes était déjà en germe dans ce que nous fûmes. Cette pensée des origines essentialise la France et voit dans son histoire le parcours d’un être historique, avec sa personnalité, qui naît, se développe, s’éduque, vit, souffre, s’épanouit, trouve sa place dans le jeu des peuples et des nations. Les Petits Lavisse ne sont pas de simples leçons d’histoire, ils invitent à découvrir des leçons dans le passé. Cet usage de l’histoire des Gaulois s’inscrit dans une longue tradition au moins depuis Étienne Pasquier et qui, pour s’en tenir au xixe siècle, réunit notamment Amédée Thierry, Jules Michelet, Henri Martin à Ernest Lavisse. Cette lecture du passé est d’une relative continuité du Second Empire à la Troisième République. Mais Ernest Lavisse procède à sa propre synthèse historique et se distingue de ses illustres prédécesseurs et de nombre de ses contemporains. De façon à justifier ce début du roman national, il lui faut nécessairement effacer la présence des hommes qui les ont précédés et auxquels ils se sont mêlés. Cette optique exclut du récit l’homme préhistorique, rendu invisible. De même les Gaulois sont des ancêtres sans ancêtres, ils ne sont le résultat d’aucune évolution anthropologique, ils n’ont pas migré, ils ont de toute mémoire été déjà là. Par là même, étant le peuple-origine, les Gaulois se doivent d’incarner l’homme sauvage et barbare, non encore entré dans l’histoire et la civilisation, sans guère d’activités économiques et de culture, ainsi que semble y inviter l’analogie imprudente avec ce que l’on croit comprendre des populations de la profonde Afrique ou de l’étrange Asie que découvrent alors les contemporains.

3Dans l’écriture lavissienne de l’histoire, avant même que le nom de France n’existât, la personne France était là. La France n’est pas éternelle non plus, ni sempiternelle – Ernest Lavisse le sait bien, particulièrement après 1870 et 1918 – car elle ne durera peut-être pas toujours et il est du devoir des Français de le savoir, de le craindre et de la défendre. La France n’a donc d’autre point origine qu’elle-même, et en sa place, à l’extrémité occidentale de l’Europe, nul autre être historique ne l’a précédée. Elle est là, et si elle n’a pas toujours été, ce qui fut avant elle n’est pas évoqué, pas même effleuré. Elle apparaît incréée. Ernest Lavisse est à ce point un historien de la nation qu’il est l’émanation de celle-ci. Il pense avec elle, par elle. Il écrit pour elle. Avant même de parler d’elle, le regard et le verbe d’Ernest Lavisse sont déjà connotés et limités, ce sont ceux d’un patriote, sa pensée est déjà contenue dans la chose regardée, ce qui lui interdit d’en envisager la périphérie chronologique et l’antériorité. La créature ne peut penser la création car celle-ci est première à celle-là, ontologiquement et temporellement. Lorsqu’Ernest Lavisse traque les origines de la France, aussi loin qu’il croit pouvoir remonter, il ne voit rien d’autre que la France. Par un système implicite de justification circulaire, Ernest Lavisse considère que la France est un être historique, qu’il voit émerger des ténèbres sous la plume de quelques historiens antiques – dont Jules César qui en donne les limites gauloises, sans doute aucun – de la même manière qu’Athéna jaillit de la tête de Zeus déjà armée. Elle est, déjà et dès lors, dans tout son être, aboutie. Puisqu’Ernest Lavisse parle de (la) France, son histoire ne peut commencer qu’avec elle. Elle est ce que Kant attribue à l’espace, antérieure et fondement a priori de toute expérience. La France est un être historique déjà là, toujours là, un toujours-déjà-là heideggérien. Par une sorte de tautologie historique, Ernest Lavisse ne voit, ou n’envisage, du passé de la France que l’histoire d’une France déjà née. Il est dans la situation d’un biologiste qui souhaiterait observer la vie : soit elle n’est pas et il n’en dit rien, soit la vie est déjà là et le récit débute. À moins que ce ne soit l’inverse : lorsqu’Ernest Lavisse commence le récit, il crée la France, il la dessine de sa plume avant même que la France ne soit. Si Athéna est sortie armée de la tête de Zeus en poussant un cri de guerre, la France d’Ernest Lavisse émerge de l’imagination individuelle et sociétale de l’historien, et son récit est un cri patriotique. Jules Michelet reconnaissait que le fils a fait son père, c’est-à-dire que son Histoire de France a construit l’historien qu’il était. De même, l’histoire de France d’Ernest Lavisse a contribué à créer dans et par le récit l’être historique et en partie mythique de la France. Mais le regard de l’historien ne parvient pas à en observer l’avant. Il n’y a pas d’avant, il y a la France. C’est maintenant que débute le récit de son histoire lavissienne.

4Pourtant on ne peut plus prétendre à la fin du xixe siècle que tout cela soit encore conforme à ce que montre l’archéologie. Un nouveau savoir anthropologique, préhistorique et protohistorique se constitue à partir de fouilles effectuées de plus en plus rigoureusement, tout en élaborant ses méthodes et ses classifications. Les résultats de ces recherches se diffusent non seulement dans les revues spécialisées mais aussi dans les nombreux musées qui consacrent désormais plusieurs salles aux périodes antérieures à l’histoire, ou encore dans des ouvrages de vulgarisation, ou par le biais de spectacles et même d’expositions. Ces découvertes ne laissent pas tous les historiens insensibles et certains y voient une dénonciation légitime du discours dominant des origines qui fait descendre les Français quasi exclusivement des Gaulois. Ernest Lavisse historien est globalement au courant des recherches concernant les Gaulois. Il en a lu les conclusions dans les histoires de France et la Revue de Paris qu’il dirige, dans des livres et revues de vulgarisation, dans certains manuels scolaires concurrents, dans la presse, dans les séances des sociétés savantes auxquelles il assiste, dans les conversations avec ses collègues et parfois amis. À maintes reprises nous l’avons surpris à réutiliser des savoirs déjà remis en cause depuis deux à trois décennies, reprendre des ouvrages déjà anciens, d’historiens d’un autre temps. Nous l’avons vu publier à la même époque, avec son éditeur Armand Colin, des manuels dont les contenus se contredisent, où cohabitent des savoirs datés et dépassés avec des connaissances partiellement actualisées. En effet, il lui arrive d’accueillir dans ses Petits Lavisse des synthèses récentes, parfois rapidement intégrées, notamment pour ce qui concerne la figure du guerrier gaulois. La précision archéologique, bien que parfois relative et discutable, s’avère compatible avec la figure de l’ancêtre courageux, brave, fort et craint. Plus encore elle la sert : les Gaulois auraient surinvesti le domaine de la guerre par compensation du vide quotidien, ils deviennent l’illustration morale et civique que le courage ne vaut que s’il est discipliné, que la bravoure n’a d’utilité sans détermination, qu’il est vain que les chefs pressentent la nation si tous ne suivent. La question est aussi d’échapper aux autres usages du passé gaulois n’entrant pas dans le projet éducatif que se donne Ernest Lavisse. Il ne peut dès lors tomber dans l’optimisme celtiste que condamne de plus en plus une recherche rigoureuse, et qu’interdit la conception, ou le souhait, d’une France homogène, unifiée, riche de toute ses régions soudées dans son « être géographique », forte d’une identité commune, et cela depuis toujours. Il ne veut considérer les Gaulois comme une race, à une époque où les théories raciales et biologiques semblent confirmer des hérédités que des conceptions germaniques investissent dans la définition de leur propre nation et dans une lecture déterministe de l’incapacité supposée des Gaulois à devenir une race conquérante. Ernest Lavisse défend implicitement une conception culturelle et politique de la nation aux dépens d’une approche ethnique et raciale. Il s’interdit de même d’envisager la diversité des peuples ayant contribué à la formation de la population française. Nulle hétérogénéité pré- et protohistorique, nulle migration néolithique, nulle immigration historique. « Nos ancêtres » n’auraient été que des Gaulois. Il ne peut non plus leur reconnaître, dans leur ensemble, d’avoir constitué une nation ou même porté une aspiration à l’union nationale au risque de devoir conclure à leur inaptitude à la défense de la patrie alors même qu’ils sont conscients de former un collectif. Si les Gaulois ont perdu face à César, c’est parce qu’ils n’avaient pas atteint la civilisation, qu’ils n’étaient pas unis. Leur faiblesse était inhérente à leur immaturité politique. La nation formée et la république proclamée deviennent les garants espérés de l’unité et de l’attachement patriotique. La Gaule-France est conçue comme un être historique fort de son identité et de son unicité, elle est le résultat organique de la rencontre d’un peuple singulier et d’un territoire spécifique. Elle est l’incarnation de la nation. D’ailleurs, Ernest Lavisse écrit une histoire qui demeure patriotique même si elle perd progressivement ses accents nationalistes et revanchards. L’histoire lavissienne est éducative, et Ernest Lavisse est un grand éducateur des enfants de la Troisième République. Et la République, qui n’a cessé de l’honorer, ne s’y est pas trompée. En supposant l’unité enfin réalisée de la nation, dont ses manuels scolaires offrent le récit de l’épopée, Ernest Lavisse est finalement un acteur de cette unité dont il travaille à l’achèvement véritable. Mais il œuvre aussi à l’éducation individuelle des élèves : en procédant à une lecture morale du comportement (supposé) des Gaulois, de leurs excès et de leur inconstance, il glisse vers la description d’un comportement gaulois intemporel, puis en relatant leur éducation romaine, Ernest Lavisse offre aux élèves un exemplum qui résonne avec ses manuels d’instruction morale et civique.

5La description des Gaulois par Ernest Lavisse est bien le résultat d’une fabrique des ancêtres. Il y a une écriture lavissienne des origines, ou plus exactement des écritures en fonction du public concerné, synthèse universitaire, discours à des pairs, aux enfants du Nouvion, manuels scolaires de l’enseignement secondaire, livret à destination des maîtres ou manuels de l’enseignement primaire. On a pu observer les différences fréquentes de traitement des connaissances historiques entre l’enseignement primaire, populaire, et l’enseignement secondaire, quel que soit l’âge des élèves concernés. Le mythe de « nos ancêtres les Gaulois » ne s’y déploie pas de la même manière. Pour les premiers, Ernest Lavisse simplifie, idéologise et moralise le propos, bien plus que pour les seconds. L’optique n’est pas la même non plus car les programmes des lycées, petits et grands, n’accordent pas aux Gaulois la place qui leur est dévolue dans l’enseignement primaire. Ils n’y sont vus qu’à l’occasion de l’Antiquité classique, n’apparaissent que dans le cadre de l’expansion romaine. Ils ne constituent pas le cœur du propos, et surtout pas un moment initial. Ils sont noyés dans la marche de la civilisation, qui aurait débuté, bien avant eux, avec les Égyptiens. Au lycée, les Gaulois demeurent longtemps en position marginale, géographiquement et culturellement. Rome appartient à l’éducation et à la culture scolaire classique, pas Gergovie. Dans l’enseignement primaire, le début du roman national se construit autrement. Le contexte romain n’intervient qu’après la levée de rideau sur « nos ancêtres ». Il est intéressant de noter que tous les auteurs des manuels de la Troisième République ne sont pas passés par l’enseignement primaire mais par le lycée qui mène ensuite à l’université, à l’agrégation, et à l’enseignement au niveau secondaire. Ils sont marqués par une profonde culture classique auréolée du prestige des belles-lettres. Ernest Lavisse en a fait l’amère constat en prenant son premier poste au lycée de Nancy lorsqu’il a dû enseigner, dès le lendemain, l’histoire de la Gaule à laquelle il reconnaît trente ans plus tard qu’il ne connaissait alors rien. L’École de la Troisième République est constituée de deux Écoles bien différentes qui semblent justifier deux écritures de l’histoire.

  • 7 P. Conard et E. Lavisse, Histoire de France et notions d’histoire générale. Cours supérieur, Paris (...)
  • 8 O. Loubes, L’école et la patrie en France. Histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, (...)

6Après la mort d’Ernest Lavisse en août 1922, les Petits Lavisse continuent d’être publiés quelques années. Les Récits et entretiens, La première et La deuxième année d’histoire de France s’arrêtent au milieu des années 1920. L’année préparatoire connaît encore deux ou trois éditions jusqu’en 1935. Ce sont les deux derniers venus, le Cours élémentaire et le Cours moyen parus pour la première fois en 1912-1913, qui sont publiés le plus longtemps, jusqu’en 1956-1957 où ils atteignent respectivement une cinquantaine d’éditions. Si les couvertures ne changent pas, les manuels sont parfois légèrement modifiés comme dans le Cours élémentaire pour lequel on change au début des années 1930 la gravure qui représentait des « Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages » par une autre plus pacifique qui montre des « Enfants jouant à la cueillette du gui ». Parfois, la réécriture est plus importante. Le Cours moyen accorde à la fin des années 1920 une place plus conséquente à « notre pays aux temps préhistoriques », en reconnaissant que des populations dont on ignore le nom y ont habité, qu’elles ont appris à allumer un feu, à cultiver la terre, à domestiquer les animaux, à dessiner. Le corpus iconographique est aussi en partie renouvelé. Évidemment, ces manuels font une place à l’histoire récente et intègrent l’entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale. Mais rapidement, dès 1925, les éditions Armand Colin font paraître deux nouveaux manuels scolaires signés Ernest Lavisse et Pierre Conard. Ce dernier a été choisi par l’éminent historien afin d’actualiser ses Petits Lavisse grâce aux notes qu’il lui avait laissées. C’est du moins ce qu’affirme l’Avant-propos du Cours supérieur. Mais la réécriture est radicale, et l’on peut douter de la fidélité du disciple au maître pour ce qui concerne les premiers chapitres. La Préhistoire occupe désormais huit pages au début du Cours supérieur. Pierre Conard aborde le « début de l’histoire de France » en distinguant attentivement la « France préhistorique », « la fondation de Marseille », et « la conquête celtique ». Le seuil des origines remonte donc le temps, car « quand notre pays entra, à son tour, dans les temps historiques, il y avait des milliers de siècles qu’il nourrissait des hommes »7. L’iconographie n’est plus constituée de simples illustrations, mais présente la plupart du temps des documents authentiques, des outils en pierre, en bronze, en os, des gravures rupestres, des bas-reliefs, une reconstitution des retranchements de César autour d’Alésia exposée au musée de Saint-Germain-en-Laye, des monuments historiques. Cette réécriture, seulement trois années après la mort d’Ernest Lavisse, est une manière de dire que les Petits Lavisse appartenaient à une époque qui n’était plus, à une manière ancienne de construire et de présenter les savoirs scolaires. Pourtant, la Préhistoire n’était toujours pas intégrée aux programmes scolaires primaires. Le Cours moyen qui paraît à partir de 1933, détaille plus encore l’histoire des Gaulois. Dans l’ensemble du manuel, le thème de la défense de la patrie s’estompe au profit de la condamnation de la guerre, à l’instar du célèbre discours prononcé par Ernest Lavisse le 30 janvier 1920 à la Sorbonne et intitulé « Il faut tuer la guerre ! », dont des extraits donnent lieu à de nombreuses dictées dans les écoles de l’entre-deux-guerres8. Ces deux manuels que signe Pierre Conard, bien que plus fidèles aux savoirs scientifiques, ne connaissent pas les succès des véritables Petits Lavisse : le Cours moyen s’éteint en 1953 et Cours supérieur en 1963 cumulant une trentaine d’éditions. Certes le Cours élémentaire et le Cours moyen ont sombré en 1956-1957 mais fiers d’une centaine d’éditions cumulées.

  • 9 L. Claretie, Le Figaro, 16 mars 1893, p. 1.
  • 10 Propos rapportés par l’abbé Delfour dans « Ernest Lavisse », L’Université catholique, 15 février 1 (...)
  • 11 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).
  • 12 T. Mommsen, Histoire romaine, traduction de Ch.-A. Alexandre, Paris, A. L. Herold,, 1863, p. VI.

7Derrière cette longévité exceptionnelle, il ne faut pas ignorer que des critiques de plus en plus nombreuses sont portées à l’endroit des Petits Lavisse. C’est que l’époque a changé. Le savoir scientifique et la réflexion épistémologique se sont profondément renouvelés et le manuéliste n’a pas toujours été attentif à intégrer cette nouvelle manière de penser la question des origines. Les critiques portent aussi sur sa manière d’écrire l’histoire. Il fut un temps où Ernest Lavisse était célébré pour sa capacité à donner un sens moral et actuel aux événements historiques, à identifier les leçons de l’histoire. C’est de cela que Léo Claretie félicite Ernest Lavisse en 1893, le fait qu’il porte « le principe de ne jamais connaître les choses autrement que par leurs origines, et aussi dans leur rapport le plus direct avec le présent : et c’est là une force singulière ; elle communique une vie intense au passé, qui ressuscite au contact de sa descendance. L’ensemble de son œuvre historique est une vaste enquête sur les origines de l’Europe en tant qu’elles peuvent éclairer notre route »9. C’est aussi Gaston Boissier qui, prononçant le discours de réception d’Ernest Lavisse à l’Académie française, déclare : « Ce qui rend vos études historiques si vivantes, c’est que, tout en vous occupant des choses d’autrefois, vous songez toujours à celles d’aujourd’hui. »10 Le Cours moyen en fait un argument de vente en 191211. C’était aussi le sentiment de Charles Alfred Alexandre, traducteur de Theodor Mommsen qui assurait que « nous rencontrons un attrait toujours neuf et puissant dans ces grandes leçons du passé qui nous enseignent le présent, comme les vicissitudes des temps présents nous donnent souvent le secret des événements d’autrefois, et les rapprochent en quelque sorte de notre propre histoire. Aussi ces études sont-elles partout en pleine faveur »12. Ernest Lavisse était en cela un historien de son temps. Comme manuéliste et homme public, il est fondamentalement un éducateur. Mais c’est une manière de penser l’histoire qui a vécu et quelques historiens considèrent désormais cette démarche comme celle de l’écrevisse nietzschéenne. Au lendemain de la mort de l’académicien, certains l’expriment timidement tout en reconnaissant la grandeur de l’homme et de l’historien. Mais déjà les critiques se faisaient entendre depuis plusieurs années. Charles Péguy dénonçait en 1909 l’illusion de vérité des Petits Lavisse portée par leur simplicité apparente :

  • 13 C. Péguy, « Le ravage et la réparation », La revue blanche, vol. 1, no 18, septembre-décembre 1899 (...)

J’ai connu pour la première fois le nom de M. Lavisse à l’école primaire. On nous avait donné des livres nouveaux, très supérieurs aux anciens, si nouveaux que c’était toute une révolution. Il y aura bientôt vingt ans de cela. Parmi ces livres, un des plus intéressant était la petite Histoire de France de M. Lavisse, où il y avait des images, des récits et un texte. Je pris là de la France et de son histoire une image commode que tout mon travail a consisté depuis à essayer de remplacer par l’incommode image exacte.13

  • 14 L. Febvre, « L’histoire dans le monde en ruines », art. cité.
  • 15 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, s.d. (28e édition), p. 220 ; et Histoire de Fr (...)
  • 16 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 24.
  • 17 P. Nora, Recherches de la France, Paris, Gallimard, 2013, p. 9.

8Deux ans et demi avant la mort d’Ernest Lavisse, Lucien Febvre dressait un tableau de « l’histoire dans le monde en ruines » dans lequel il estimait que « l’histoire qui sert, c’est une histoire serve [...]. Nous ne sommes point les missionnaires débottés d’un Évangile national officiel, si beau, si grand, si bien intentionné qu’il puisse paraître ». Et de dénoncer « les derniers effets de la pharmacopée historico-providentielle » de ses prédécesseurs énonçant doctement « cette vérité casquée et cuirassée, aux faux airs de Bellone ou de Germania »14. Lorsque Lucien Febvre signe cet article, le 4 décembre 1919, la France et le monde ont profondément changé. Ernest Lavisse le sait, lui qui s’attache à la même époque à achever l’écriture de son Histoire de France contemporaine. Nous l’avons vu, Ernest Lavisse a beaucoup évolué en tant qu’homme et historien durant son demi-siècle d’activité ; c’est moins vrai du manuéliste pour ce qui concerne les origines de la France. Lucien Febvre est né deux ans après le premier Petit Lavisse. Il y a comme tant d’autres appris l’histoire de France. Mais, désormais, il représente une nouvelle manière de poser les problèmes, plus autonome à l’égard des justifications politiques présentes. C’est une autre époque, c’est aussi une nouvelle appréhension du passé, même si les continuités l’emportent encore longtemps dans l’enseignement. Pour autant, il ne faut pas oublier que l’Histoire de France selon Lavisse a contribué à faire la nation en la disant, à donner une cohésion aux Français qui sont encore marqués, en ce début de Troisième République, par des particularismes régionaux forts. Il a accompagné la scolarisation et l’éducation du plus grand nombre. Avec d’autres, il a posé les Gaulois à l’orée du roman national. Ils sont ce noyau originel, humain et territorial, sur lequel Ernest Lavisse voit se greffer successivement les influences ultérieures. Les Romains éduquent les Gaulois par la culture, le christianisme les élève par la religion et la morale, les Francs leur donnent le pouvoir politique et un nom. Un peuple, un pays, une culture, une religion, un pouvoir, un nom : dans la geste lavissienne, ce sont autant d’étapes dans la construction de l’identité nationale. Dès lors, au Moyen Âge, la nation émerge et apparaît la France. C’est ce qu’Ernest Lavisse écrit dans La première année d’histoire de France et dans le Cours moyen : « C’est en 843 que commence vraiment d’histoire de la France […]. »15 En d’autres endroits des Petits Lavisse, c’est la guerre de Cent Ans qui est déterminante car « pour la première fois alors les Français aimèrent la grande patrie et comprirent qu’il est glorieux de combattre et de mourir pour elle. C’est vraiment à partir de ce moment que commence l’histoire de France. Tout ce qui précède n’en est que la préface »16. On voit bien comment, ainsi que le relève Pierre Nora, Ernest Lavisse offre « la synthèse républicaine qui peut réconcilier la France issue de la Révolution avec celle de l’Ancien Régime »17. Les Gaulois deviennent des ancêtres acceptables pour tous.

9Ernest Lavisse a finalement beaucoup travaillé à la fabrique de « nos ancêtres les Gaulois ». Ainsi sortis de la forge, les Gaulois disent peu d’eux mais beaucoup de lui et de son écriture du roman national : naturalité, incapacité et simplicité des Gaulois, condamnation éducative et politique de la violence et de la loi du plus fort, dénonciation morale d’une bravoure guerrière sans opiniâtreté. Un Gaulois sans nation gauloise, sans institutions, sans langue. Un ancêtre imparfait, coulé au creux d’un champ de forces multiscalaires, complexe et paradoxal, un ancêtre idéel façonné sur mesure, suffisamment étrange et autre pour qu’il ne soit pas ce que nous sommes. C’est un ancêtre idéal qui répond aux besoins du présent et avec lequel s’enclenche le branle de l’Histoire, un ancêtre forgé au service de la fabrique de la nation française.

Notes

1 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

2 C. Péguy, « Note pour une thèse » [début 1909], dans Œuvres en prose complètes, R. Burac (éd.), Paris, Gallimard, vol. 2, 1988, p. 1056.

3 L. Febvre, « L’histoire dans le monde en ruines », Revue de synthèse historique, t. 30, février 1920.

4 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

5 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien [1944], É. Bloch (éd.), préface de J. Le Goff, Paris, A. Colin, 2013, p. 53.

6 É. Bourdon, « Ernest Lavisse et la laïcité », dans É. Bourdon, P. Garcia et F. Pernot (dir.), Lavisse : le roman national comme patrimoine scolaire ?, Montreuil, Éditions de l’Œil, 2016, p. 81-106.

7 P. Conard et E. Lavisse, Histoire de France et notions d’histoire générale. Cours supérieur, Paris, A. Colin, 1925, p. 1-8 et 65-75.

8 O. Loubes, L’école et la patrie en France. Histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, 2001.

9 L. Claretie, Le Figaro, 16 mars 1893, p. 1.

10 Propos rapportés par l’abbé Delfour dans « Ernest Lavisse », L’Université catholique, 15 février 1895, p. 213-237.

11 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

12 T. Mommsen, Histoire romaine, traduction de Ch.-A. Alexandre, Paris, A. L. Herold,, 1863, p. VI.

13 C. Péguy, « Le ravage et la réparation », La revue blanche, vol. 1, no 18, septembre-décembre 1899, p. 424.

14 L. Febvre, « L’histoire dans le monde en ruines », art. cité.

15 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, s.d. (28e édition), p. 220 ; et Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 23.

16 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 24.

17 P. Nora, Recherches de la France, Paris, Gallimard, 2013, p. 9.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search