Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

III. Les enjeux politiques et moraux du discours scolaire

Chapitre VIII

Faire la nation

Texte intégral

  • 1 « Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre » (H. Taine, Histoire de la l (...)

1Ernest Lavisse refuse beaucoup aux Gaulois, bien plus que nombre de ses contemporains qui les dotent de mille vertus. Le personnage qu’il fabrique ne constitue en rien un ancêtre auréolé du prestige immaculé des origines. Le Gaulois lavissien est plutôt un brouillon, d’ailleurs il est brouillon et bouillonnant. Au sein d’un jeu d’attraction et de répulsion, entre le présent et le passé, Ernest Lavisse voit les Gaulois dans l’ombre des peuples sauvages que l’on rencontre dans les colonies et à qui il dénie toute nation. Ce sont des ancêtres résolument revendiqués mais trop bagarreurs, alcooliques et désunis, qui pourtant apprennent de tout, tantôt dominants, tantôt soumis, un peuple vigoureux mais fragile, brave mais peu opiniâtre, prompt au combat mais qui se démobilise rapidement, vivant médiocrement mais fier, intelligent mais sans intuition de la nation – à l’exception notable de Vercingétorix –, fort et fragile à la fois. Le portrait ainsi peint de « nos ancêtres les Gaulois » pourrait avoir le mérite de ne point dissimuler la complexité des peuples et des civilisations, s’il n’était pas le résultat d’une fabrique méticuleuse et si peu objective, une formule chimique si complexe qu’elle doit tenir en un tout cohérent de puissants contraires, comme le sont le sucre et le vitriol d’Hippolyte Taine1. Le produit est pourtant resté globalement stable de 1876 à 1922, nous l’avons vu, résistant longtemps aux découvertes archéologiques et préhistoriques. Mais pour comprendre cette forge des ancêtres, il faut désormais intégrer d’autres champs de force qui entrent en œuvre dans le façonnage des Gaulois par Ernest Lavisse. Ils agissent en repoussoir et contribuent, de l’extérieur, au modelage d’ensemble. Ils se tiennent non loin, sculptant en creux, et traçant les frontières. Une fois les Gaulois façonnés par l’écriture lavissienne, enfin sortis de la forge, ces champs de force n’apparaissent plus qu’en négatif. Il nous faut les retrouver.

Les Petits Lavisse, un contre-discours politique

2L’écriture des Petits Lavisse s’explique aussi par la volonté prudente de se tenir à distance de différentes interprétations allant à l’encontre de la conception lavissienne de la nation française. Car les enjeux politiques contemporains sont considérables tant les Gaulois sont au cœur de nombreux débats régionaux, nationaux et internationaux. Certaines conceptions des Gaulois laissent poindre des risques pour l’unité nationale, que ce soit le celtisme éventuellement nationaliste de la survalorisation des Gaulois, mais aussi du repli sur soi, le risque de fragmentation centrifuge du panceltisme internationaliste, ou la morcélisation régionaliste. Le discours lavissien s’érige et s’écrit aussi contre le germanisme et sa lecture absolument péjorative des « nos ancêtres les Gaulois ». Une grande partie des publications d’Ernest Lavisse, si ce n’est, de près ou de loin, l’ensemble de son œuvre scolaire et universitaire porte justement sur la défense de la France, de la nation, de la patrie, de la noblesse de son histoire, de sa vocation mondiale. Et surtout, de la nécessité de l’unité.

  • 2 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 3 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 5.
  • 4 E. Lavisse, La première année d’histoire de France (ouvrage nouveau), 1884 (1re édition), p. 5.

3Tout d’abord, il y a un enjeu politique et géopolitique considérable à reconnaître aux Gaulois une patrie et une nation. Ernest Lavisse hésite dans un premier temps. Il affirme en 1876 dans La première année d’histoire de France que Vercingétorix s’était désespéré « du salut de sa patrie »2, et dans ses Leçons préparatoires que les Gaulois vivent dans « leur pays »3, ce qui laisse évidemment entendre l’existence d’un pays uni et d’une patrie gauloise. Mais à partir de 1884 l’expression disparaît. Désormais, Ernest Lavisse considère que les Gaulois ne formaient pas une patrie. Il fait du héros arverne un défenseur de la France éternelle puisqu’il « se battit avec beaucoup de courage pour défendre notre pays »4 :

  • 5 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1922 (89e édition), p. 122.

Au temps où notre pays s’appelait la Gaule, il était divisé entre un grand nombre de peuples. Ces peuples ne se connaissaient pas quand ils étaient éloignés les uns des autres, et ils se faisaient la guerre quand ils étaient voisins. Notre pays n’était donc pas une patrie ; car une patrie, c’est une grande famille d’enfants d’un même pays, s’aimant les uns les autres, aimant leur pays plus qu’eux-mêmes5.

4Selon Ernest Lavisse, la Gaule n’est pas une patrie jusqu’à l’époque carolingienne car elle est soit détenue par des puissances étrangères, soit divisée en plusieurs entités politiques :

  • 6 Ibid.

Au temps où la Gaule était soumise aux Romains, notre pays avait des maîtres étrangers ; Rome y envoyait les magistrats qui rendaient la justice et percevait des impôts. La Gaule n’était donc pas une patrie ; car une patrie, c’est un pays dont tous les enfants doivent mourir plutôt que de subir les lois de l’étranger. [...] Au temps où la Gaule était gouvernée par les Mérovingiens, notre pays fut partagé entre plusieurs rois ; ces rois se faisaient souvent la guerre. Il y avait une Neustrie, une Austrasie, une Aquitaine ; les gens de l’Est détestaient ceux de l’Ouest ; ceux du Midi exécraient ceux du Nord6.

  • 7 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883, p. 32.
  • 8 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1883 (25e édition refondue) et 1922 (89e éditi (...)
  • 9 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition).
  • 10 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition) (et La deuxième année, 1922 (...)
  • 11 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1922, p. 19.
  • 12 E. Lavisse, La première année (nouvelle) d’histoire de France, s.d. (28e édition), p. 32.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 221.

5Le texte est d’une grande stabilité de 1883 à 1922, il réaffirme d’édition en édition qu’une « patrie est un pays dont tous les enfants doivent s’aimer les uns les autres »7 et même, « une grande famille d’enfants d’un même pays, s’aimant les uns les autres, aimant leur pays plus qu’eux-mêmes »8. Ernest Lavisse livre ainsi une définition qui nous en dit plus de la Troisième République qu’elle ne nous renseigne sur l’état politique de la Gaule. D’ailleurs, le mot patrie n’est défini dans aucun des Petits Lavisse ; on n’y trouve que patriote, « celui qui aime sa patrie »9, ou patriotisme, « amour de la patrie »10. Si la définition n’apparaît pas, c’est que l’ensemble du manuel est en fait une histoire de la patrie française. Or, les siècles qui s’écoulent des Gaulois indépendants aux derniers Mérovingiens ne constituent en rien aux yeux d’Ernest Lavisse une propédeutique à l’instauration de la patrie. Pire, si le sentiment de la patrie avait pu poindre ici ou là à la suite de la défense contre Jules César, le mode de vie romain amollit les Gaulois au point d’en oublier la patrie11. En revanche, « au temps où régnait Charlemagne, la Gaule commençait à devenir une patrie ». Il ne s’agit cependant que d’un frémissement car « bientôt elle fut partagée en beaucoup de fiefs dont les seigneurs se faisaient la guerre les uns aux autres »12. La patrie, c’est l’unité, c’est un pouvoir commun, c’est un territoire uni et non seulement une addition de régions. C’est pour cela qu’il fallut attendre le xiiie siècle et les conquêtes territoriales de Philippe ii (Auguste), Louis viii (le Lion), Louis ix (Saint Louis), Philippe iii (le Hardi) et Philippe iv (le Bel), ainsi que l’affermissement du pouvoir royal pour que, « dès lors, tout le monde sentît qu’il y avait une patrie commune : la France, et l’on peut dire que l’histoire de la patrie française commença »13. Ernest Lavisse de conclure : « C’est ainsi que les rois capétiens ont formé la patrie française, c’est-à-dire un pays obéissant aux mêmes lois […]. »14

6Il en est de même de la nation. Ernest Lavisse ne la définit jamais. La nation devient complémentaire du sentiment patriotique d’attachement profond à la patrie par l’autorité d’un gouvernement unique et de mêmes lois pour tous. Ainsi, à l’époque gauloise :

  • 15 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 3. Le texte ne subit qu (...)

Les habitants, bien moins nombreux qu’aujourd’hui, ne formaient pas comme les Français une nation unie sous un seul gouvernement et sous les mêmes lois, mais ils étaient divisés en un grand nombre de petits peuples qui se faisaient souvent la guerre.15

  • 16 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 51.
  • 17 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. Le texte es (...)
  • 18 L’édition de l’Histoire de France. Cours moyen de 1956 (53e édition) montre la constance de cette (...)

7Ernest Lavisse insiste donc sur l’impossible unité nationale gauloise. D’ailleurs, il traque plutôt le sentiment national, précédent la constitution de la nation, car celle-ci ne se met en place que très tardivement. Il considère même qu’il « n’y aura pas de véritable nation sur le continent avant notre temps »16 lorsqu’il montre l’impossibilité de parler de nation en 843. Ernest Lavisse ne cherche manifestement pas à faire remonter la nation française à l’époque gauloise. Selon lui, il y a bien un pays, la Gaule, et un peuple, les Gaulois, marqués par des caractéristiques ethnographiques, morales et religieuses communes. Mais les Gaulois sont divisés en « plusieurs petits peuples », au sens politique, « qui avaient chacun un nom particulier »17. Ils ne sont jamais cités ou cartographiés et Ernest Lavisse ne leur reconnaît ni patrie ni nation18.

  • 19 A. Lenoir, « Épître dédicatoire à Sa Majesté l’Impératrice et Reine », dans Mémoires de l’Académie (...)
  • 20 E. Renan, « Essai sur la poésie des races celtiques », Revue des Deux Mondes, vol. 25, 1854, p. 47 (...)
  • 21 C. de Gaulle, « Appel aux représentants actuels de la race celtique », Revue de Bretagne et de Ven (...)
  • 22 Voir notamment E. Renan, « Essai sur la poésie des races celtiques », art. cité, p. 475.

8Ne pas donner des Gaulois une lecture trop positive permet aussi à Ernest Lavisse de se tenir prudemment à l’écart des interprétations celtistes qui avaient déjà émergé au xviiie siècle. Au siècle suivant, l’Académie celtique illustre cet intérêt pour les origines celtes. Fondée en 1804 et protégée par l’impératrice Joséphine, elle est animée par « le désir de retrouver et de réunir les titres de gloire légués à leurs descendants par les Celtes, les Gaulois et les Francs »19 ainsi que le définit son président Alexandre Lenoir. Se développe alors un mouvement souvent passionné et militant, parfois excessif, tentant de mettre en évidence les vertus celtiques et une intelligence spécifique du monde à l’origine des grandes civilisations occidentales. Le celtisme réunit des personnes convaincues de proximités culturelles et historiques des populations bretonnes, irlandaises, écossaises et galloises. Dans cette optique-là, Ernest Renan publie en 1854, dans la Revue des deux mondes, un « Essai sur la poésie des races celtiques »20. On pourrait aussi citer Charles de Gaulle (1837-1880), oncle du général, qui lance en 1864 un « Appel aux représentants actuels de la race celtique »21 dans la Revue de Bretagne et de Vendée. En 1867, la Société d’émulation des Côtes-du-Nord organise le premier Congrès international celtique où se seraient, affirme-t-elle, pressés en foule des celtistes venus de tous les départements de l’Armorique, de Paris, d’Irlande, d’Écosse et du Pays de Galles, et où alternaient chants de bardes et longues discussions scientifiques. Ce congrès est organisé par Charles de Gaulle, l’oncle, et placé sous la présidence de Mgr Augustin David, évêque de Saint-Brieuc – lui-même archéologue et collectionneur – et fondateur en 1861 la Société d’émulation d’archéologie et d’histoire. Même si certaines communications sont le fait d’historiens, comme celle d’Henri Martin qui y présente un « Mémoire sur l’origine des monuments mégalithiques », ou encore d’Ernest Renan, cette approche panceltiste s’accorde mal avec celle d’Ernest Lavisse. Leur regard est plutôt centré sur le présent comme le précise Ernest Renan qui entend étudier « non l’ensemble de la grande race qui a formé, à une époque reculée, la population de presque tout l’Occident, mais uniquement les quatre groupes qui de nos jours méritent encore de porter ce nom » (Gallois, « Breton bretonnant », « Gaëls du nord de l’Écosse, parlant gaëlic », ainsi que les Irlandais)22. Cette approche régionale et identitaire apparaît rapidement en contradiction avec la volonté de présenter une nation française unie et culturellement homogène. Non seulement elle privilégie l’origine celtique – donc internationale – aux dépens de l’origine gauloise plus « hexagonale », mais elle ne retient la permanence de cette filiation, en France, que pour les Bretons. Ernest Lavisse, ne pouvait pas, après tant de siècles pour faire la France, et tant de décennies pour écrire le roman national, rapprocher des populations contemporaines qui avaient partagé dans l’Antiquité des éléments culturels communs, mais que des siècles de construction étatique et culturelle avaient définitivement éloignées. Ce panceltisme représente pour Ernest Lavisse une force centrifuge dont il devait éloigner sa présentation de l’origine de la nation au risque, sinon, de mettre à mal son évidence et la netteté de ses frontières significativement superposables à celles de la France de la Troisième République, Alsace et Moselle comprises.

  • 23 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », Revue de Paris, 7e année, vol. 5, septembre-octob (...)
  • 24 G. Paris, Revue critique d’histoire et de littérature, no 19, 10 mai 1873.

9La celtomanie a commencé à reculer grâce au développement d’une archéologie scientifique rigoureuse fondée sur « l’esprit critique et positif qui s’est imposé à l’étude du passé »23. Le celtisme est aussi vivement critiqué par certains historiens comme Gaston Paris, professeur au collège de France à la chaire de langue et littérature française du Moyen Âge de 1872 à 1903. Il conteste l’objectivité et la scientificité de l’Histoire des origines de la langue française (1872) d’Adolphe Granier de Cassagnac qui affirme notamment que le français ne vient pas principalement du latin mais de la langue gauloise24. Certains archéologues prennent alors leurs distances et n’hésitent pas à remettre en cause les conclusions rapides de certains qui attribuent aux Gaulois bien plus que ce que les fouilles archéologiques n’en laissent imaginer. Ainsi, lors de la séance du 21 avril 1876, M. de Vertus, membre de la Société d’archéologie de Château-Thierry, donne lecture d’un mémoire intitulé « Les médailles anépigraphes de la Gaule belgique » afin notamment de démontrer « que les médailles gauloises antérieures à César ne sont point des imitations de l’art grec, mais des produits de l’art national, et surtout une expression symbolique et religieuse se rapportant aux phases de la lune par lesquelles se dirigeaient les peuples primitifs », assurant son auditoire de la grande supériorité des Gaulois. Mais ce point de vue fait débat. Anatole Chabouillet, secrétaire de la section archéologie du Comité des travaux historiques des sociétés savantes et conservateur du département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, appelle M. de Vertus à plus de prudence scientifique :

  • 25  Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, no 3, 1876, séance du (...)

Si M. de Vertus entend par là que les monnaies gauloises ne sont pas exclusivement des imitations des monnaies grecques et romaines, il a raison et ne nous apprend rien de nouveau ; mais s’il prétend nier que les Gaulois aient copié les peuples qui les précédèrent dans la civilisation, je ne puis me dispenser de dire qu’il me paraît être dans l’erreur. Quant à ses idées sur la valeur astronomique et religieuse des symboles gravés sur ces monnaies, et à la descendance à la fois asiatique et égyptienne que M. de Vertus leur donne, je crois que là encore cet archéologue est trop absolu. Il faut se garder des solutions définitives lorsque l’on touche à des questions aussi ardues. En ce qui concerne la numismatique gauloise, on n’a pas encore dépassé la période de l’observation analytique ; avant d’arriver à la synthèse, il nous faut encore beaucoup travailler et peut-être même sommes-nous destinés à ne posséder jamais que des notions fort incomplètes sur la religion et les doctrines philosophiques de nos ancêtres les Gaulois. N’oublions pas qu’ils n’ont rien écrit et que, par conséquent, les symboles gravés sur leurs monnaies se prêtent aux interprétations les plus divergentes.25

10De même, c’est au nom de la lutte contre les excès d’une archéologie patriotique et nationaliste que Jacques-Gabriel Bulliot s’élève en 1878. L’archéologie scientifique doit, selon lui, s’opposer à des usages politiques et fallacieux de l’histoire. C’est la raison pour laquelle il s’en tiendra dans la rédaction de sa Cité gauloise aux éléments étayés archéologiquement, écartant toute interprétation celtiste, au risque de surprendre son lecteur :

  • 26 J.-G. Bulliot et J. Roidot, La cité gauloise, selon l’histoire et les traditions, Autun, Dejussieu (...)

Quant à la Gaule, nous devons nous attendre à heurter bien des idées reçues, à blesser peut-être des préjugés archéologiques respectables en ce qu’ils confinent à une sorte de patriotisme. Mais la critique historique ne tient compte ni de ces sentiments, ni de ces rêves. Elle a le droit et le devoir de réviser sans cesse toutes les opinions qui lui paraissent inexactes ; elle n’a de scrupules que pour la vérité.26

  • 27 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 383.
  • 28 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, A. Lemerre, 1881, p. 138-139.

11Camille Jullian adopte la même attitude prudente en 1900 dans la Revue de Paris, revue dont Ernest Lavisse est directeur depuis 1893. Il rappelle que « chaque génération recherche dans le passé ce qu’elle aime le plus » et qu’il faut rester prudent face à « la littérature pittoresque libérale qui est née au début de ce siècle » et qui « a forgé une nouvelle histoire, celle de la race celtique, l’initiatrice éternelle des progrès humains »27. Gustave Flaubert tourne en ridicule ce celtisme naïf. Il annonce que Bouvard et Pécuchet se versent avec autant de passion que peu de rigueur dans l’archéologie celtique après avoir découvert un simple fonds baptismal qu’ils prennent pour « une cuve druidique »28. S’ensuit une présentation de la culture celtique qui aurait été la mère des grandes civilisations européennes, fruit de l’amalgame naïf et simplet de ces deux apprentis historiens :

  • 29 Ibid., p. 139-140.

D’après cette science, les anciens Gaulois, nos aïeux, adoraient Kirk et Kron, Taranis, Ésus, Nétalemnia, le Ciel et la Terre, le Vent, les Eaux, et par-dessus tout, le grand Teutatès, qui est le Saturne des païens. Car Saturne, quand il régnait en Phénicie épousa une nymphe nommée Anobret, dont il eut un enfant appelé Jeüd – et Anobret a les traits de Sara, Jeüd fut sacrifié (ou près de l’être) comme Isaac ; donc, Saturne est Abraham, d’où il faut conclure que la religion des Gaulois avait les mêmes principes que celle des Juifs. [...] Les uns prophétisaient, les autres chantaient, d’autres enseignaient la Botanique, la Médecine, l’Histoire et la Littérature, bref « tous les arts de leur époque ». Pythagore et Platon furent leurs élèves. Ils apprirent la métaphysique aux Grecs, la sorcellerie aux Persans, l’aruspicine aux Étrusques, et, aux Romains, l’étamage du cuivre et le commerce des jambons. Mais de ce peuple, qui dominait l’ancien monde, il ne reste que des pierres, soit toutes seules, ou par groupes de trois, ou disposées en galeries, ou formant des enceintes.29

12Gustave Flaubert exprime des reproches qu’historiens et préhistoriens dénoncent aussi. En 1899, Salomon Reinach, dans un style flaubertien, se moque aussi de la celtomanie qu’il présente comme une doctrine qui peut se résumer ainsi :

  • 30 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, Paris, É. Bouil (...)

Les Celtes sont le plus ancien peuple de la terre ; leur langue, mère des autres langues, s’est conservée presque intacte dans le bas-breton ; ils étaient de profonds philosophes, dont les révélations se sont transmises aux écoles bardiques du Pays de Galles ; les dolmens sont les autels où leurs prêtres, les Druides, offraient des sacrifices humains ; les alignements sont leurs observatoires astronomiques.30

  • 31 Ibid.
  • 32 En 1866, la Société de linguistique de Paris interdit toute communication portant sur l’origine du (...)

13Bien que le celtisme ait permis d’attirer l’attention des érudits qui s’occupaient jusque-là exclusivement de l’Antiquité hébraïque et classique, Salomon Reinach regrette que cette approche ait « provoqué une masse de publications ineptes, de fraudes littéraires et historiques ; elle a déteint sur des esprits distingués, comme Henri Martin et Jules Michelet ; elle a discrédité, par ses folies, les études celtiques elles-mêmes, jusqu’à une époque relativement voisine de nous »31. Face au celtisme, de nombreux linguistes et philologues32 s’organisent pour rejeter ces théories comme celles de La Villemarqué ou encore de Théophile Cailleux.

14Car, sans entrer dans le détail des nombreuses publications, souvent régionales, il ne faut pas oublier que certaines études poussent très loin la place que ces auteurs accordent aux Gaulois. Théophile Cailleux illustre l’extrémité à laquelle parvient ce courant à la fin du xixe siècle. Dans son Origine celtique de la civilisation de tous les peuples, il expose en 1878 une vaste théorie déclinée en vingt-quatre thèses qui accorde aux Celtes un rôle déterminant dans l’ensemble de l’histoire de l’humanité, tant d’un point de vue anthropologique que culturel, le tout en plus de cinq cents pages. L’exposé de ses principales thèses est édifiant :

– 1re thèse. Les peuples de l’Europe occidentale sont aujourd’hui les dominateurs du monde ; ce qui est dû à la supériorité de la race celtique.

– 3e thèse. Les Celtes sont les peuples qui habitent autour des bouches du Rhin, c’est-à-dire les Gaulois, les Bretons, les Allemands ; à partir de ce centre, l’espèce humaine va se dégradant jusqu’aux extrémités du monde.

– 4e thèse. En déterminant les principaux caractères de la civilisation, l’on voit que la race celtique est la seule qui les réunisse.

– 7e thèse. L’influence des Romains dans l’Europe occidentale a été exagérée ; ils tenaient leur civilisation des Grecs qui la devaient aux anciens Celtes.

  • 33 T. Cailleux, Origine celtique de la civilisation de tous les peuples. Théorie nouvelle, Paris, Mai (...)

– 16e thèse. À toutes les époques de l’Antiquité, l’industrie et les arts ont brillé dans les pays celtiques, et c’est de là qu’ils se sont répandus dans le reste du monde.33

  • 34 S. Sculfort de Beaurepas, Rénovation celtique. Le panceltisme universel et pacifique. Contre le pa (...)
  • 35 Ibid., p. 438.

15Cette théorie est non seulement ethnocentrée et racialiste, mais aussi historiquement absurde. Mais elle en dit long sur les dérives extrêmes auxquelles le celtisme a pu conduire. Il n’est pas étonnant que ce mouvement soit largement discrédité à la fin du xixe siècle. Dans un registre plus politisé, la Rénovation celtique (1903) de Serge Sculfort de Beaurepas vise à restaurer la dignité politique gauloise. Avant la conquête romaine, ces illustres ancêtres seraient parvenus à une forme d’organisation politique où « chaque province était une République » qui « venait se fondre dans la grande République fédérative des Gaules et ne faire ainsi qu’un seul corps tout-puissant par son union »34. C’est Rome qui aurait fait perdre aux Gaulois ce penchant naturel pour la république et l’égalité. Sculfort de Beaurepas milite pour un « panceltisme universel » et un retour dans le concert international, célébrant dans la gloire passée l’énergie et la légitimité d’un patriotisme plus gaulois que français. Il s’agirait ainsi de lutter non seulement contre « le Pangermanisme envahisseur » mais aussi contre « l’Impérialisme anglais ». Ce projet politique voit dans les Gaulois une « race autochtone » de l’Europe occidentale qui présente assurément, selon l’auteur, les caractères essentiels de la physionomie « qu’aura un jour l’humanité »35. Cet ouvrage prétend alors à une démonstration de la supposée supériorité raciale et politique des Gaulois.

  • 36 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 383.
  • 37 Couronnée par l’Académie des inscriptions (1844) et l’Académie française (1851 et 1856).
  • 38 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand dictionna (...)
  • 39 H. Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, Furne, vol.  (...)
  • 40 J. Michelet, Histoire de France, Paris, A. Lemerre, vol. 1, 1885, p. 166.

16Ernest Lavisse est loin de là, lui qui refuse même de traiter des Gaulois en termes de race et qui s’avère de plus en plus réticent face à la charge belliciste de tels discours. Malgré un patriotisme sans faiblesse, les descriptions du caractère des Gaulois suffisent à montrer à quel point Ernest Lavisse se tient à distance de ce que Camille Jullian nomme le « patriotisme néo-celtique »36, c’est-à-dire la celtomanie qui prend à l’occasion un visage français et nationaliste. Ce celtisme séduit nombre d’érudits à l’instar d’Henri Martin qui pare les Gaulois des plus grandes vertus. Dans sa célèbre Histoire de France, couronnée à trois reprises par l’Institut37, et que Pierre Larousse célèbre comme « l’une des œuvres les plus consciencieuses de l’érudition contemporaine »38, les Gaulois, « nos véritables ancêtres », sont présentés comme une « brillante race »39. Henri Martin s’inscrit dans la tradition d’un Jules Michelet qui n’hésitait pas à affirmer en 1834 qu’il « y a une telle vertu dans le génie celtique, une telle puissance de vie en ces races, qu’elles durent sous l’outrage, et gardent leur valeur et leur langue »40. Même dans les premières éditions des Petits Lavisse, au lendemain de la défaite de 1870, le manuéliste ne tombe pas dans ce type d’excès, alors qu’il prône ouvertement la Revanche dans les dernières pages consacrées à la Troisième République et la situation de la France en Europe et dans le monde. Pendant ce temps, la celtomanie prend alors un caractère franchement patriotique, voire nationaliste. À ce titre, les Études d’archéologie celtique d’Henri Martin illustrent bien cette relation entre l’écriture historique et l’identité nationale contemporaine. Il y réunit en effet une série d’études menées lors de voyages au Pays de Galles, en Irlande, en Bretagne et dans les États scandinaves. L’ouvrage est achevé à l’été 1870, mais l’entrée en guerre le 19 juillet reporte l’impression de l’ouvrage. Ce n’est qu’en 1872 qu’il paraît. L’historien ajoute alors un addendum à l’« Avis au lecteur » qui précise la nouvelle problématique française des origines gauloises :

  • 41 H. Martin, Études d’archéologie celtique : notes de voyages dans les pays celtiques et scandinaves(...)

L’étude des traditions propres à notre race gauloise nous paraît croître en intérêt par suite de la cruelle lutte internationale engagée entre l’Allemagne et la France. Il y a plus aujourd’hui qu’une curiosité d’érudition, il y a un véritable appui moral à retrouver dans ces documents celtiques inspirés par un esprit si radicalement opposé à la philosophie allemande du xixe siècle, qui a envahi la France avant les armées allemandes. Comme dans les légendes antiques, nos devanciers se lèvent, du fond du monument de pierre, pour nous venir en aide.41

  • 42 L’hebdomadaire Le drapeau devient le journal officiel de la Ligue des patriotes jusqu’en 1901.
  • 43 P. Déroulède, Chants du soldat, Paris, Calmann Lévy, 1885.
  • 44 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, F. Juven, 1902, p. 267.

17Non seulement le passé est doté d’une vertu explicative du présent mais, plus encore, les ancêtres viennent au secours des contemporains. Ces thématiques sont reprises par la Ligue des patriotes fondée en 1882 dont Henri Martin devient le président (jusqu’à son décès l’année suivante) et Paul Déroulède son délégué général42. Elle est composée au départ de républicains modérés parmi lesquels Victor Hugo, Marcelin Berthelot, Félix Faure, Ferdinand Buisson et Léon Gambetta. Mais elle connaît des scissions et se réoriente rapidement vers des positions nationalistes. Elle devient boulangiste, antidreyfusard et glisse vers l’antisémitisme et la xénophobie, toute position politique clivante que ne partage pas Ernest Lavisse. La Ligue des patriotes présente du Gaulois un portrait prestigieux qui valorise le caractère belliqueux dénoncé par Ernest Lavisse. Lorsque Maurice Barrès rend compte des Chants du soldat43, de Paul Déroulède, il insiste sur « tout ce qu’il y a de sang gaulois dans le cœur » de ce livre qu’il sent battre « soudain entre [s]es mains et dans [s]a voix »44.

  • 45 La ligue française, no 1, juillet 1914, p. 2,
  • 46 Ibid., p. 1.

18Même pendant la Première Guerre mondiale, Ernest Lavisse garde ses distances avec un nationalisme teinté de celtisme, et plus encore face au celtisme trempé de nationalisme. Alors que Maurice Barrès devient président de la Ligue des patriotes en 1914 (jusqu’à son décès en 1923), Ernest Lavisse cofonde la Ligue française aux côtés de Louis-Émile Bertin et du général Paul Pau avec lequel il assure les fonctions de président d’honneur. Dès le premier numéro il tient à affirmer le caractère pacifique, patriotique et non nationaliste de la Ligue qui « n’excitera pas à la haine et au mépris de l’étranger ; elle ne sera point provocatrice, mais elle fera comprendre partout et à tous que la France est toujours là, forte, vaillante, consciente de ses droits, et pacifique aussi, mais à condition que personne n’entreprenne rien contre son honneur »45. Elle s’érige justement contre la Ligue pangermanique qui prône le recours à la guerre. Elle dénonce l’esprit de son journal officiel, l’Alldeutsche Blötter, qui considère que la nation allemande a prouvé « qu’elle ne voulait rien savoir de l’idée débilitante d’une paix perpétuelle »46. D’autres manuels scolaires n’ont pas ces préventions et l’on voit ici ou là des usages politiques de l’histoire des Gaulois comme dans le Cours moyen du manuel Gauthier et Deschamps qui propose aux élèves une double page où figurent deux lectures intitulées « Nos ancêtres, les Gaulois » et « Vercingétorix plus grand que son vainqueur », ainsi qu’une carte dans laquelle un Gaulois armé d’une lance et d’un bouclier s’apprête à combattre sur la frontière du Rhin, en direction de la Germanie, alors qu’un autre Gaulois combat un ours dressé sur ses pattes arrière, les deux pattes avant tendues face à son adversaire, dans une posture étrangement similaire à celle de l’ours symbole de la ville de Berlin, devenue en 1871 capitale de l’Empire allemand (ill. 73).

Illustration 73. La Gaule (Gauthier et Deschamps, 1916).

Illustration 73. La Gaule (Gauthier et Deschamps, 1916).

73. « La Gaule », dans Gauthier et Deschamps, Cours moyen d’histoire de France, Paris, Hachette, 1916, p. 2. Collection particulière.

19Ernest Lavisse prend aussi implicitement ses distances vis-à-vis de l’approche régionaliste pourtant en vogue à l’époque de la rédaction de ses manuels. La valorisation de la diversité et de la richesse des régions françaises est habituelle, nous l’avons vu, dans le discours géographique de l’époque. On la trouve plus rarement chez les grands historiens. C’est le cas de Gaston Paris qui rejoint en 1896 Ernest Lavisse à l’Académie française. Contrairement à celui-ci qui ne traite que de l’homogénéité nationale, Gaston Paris veut affirmer les identités régionales qui font de la France une mosaïque historique et culturelle. C’est ce qu’il explique dans un discours prononcé le 24 mars 1895, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, lors de la première assemblée de la Société d’ethnographie nationale et d’art populaire :

  • 47 L’action régionaliste, janvier 1903, no 1, p. 37-38.

Avons-nous reçu de la nature cette admirable mosaïque, dont les pierres multicolores forment un harmonieux tableau, pour la laisser se perdre en une grisaille informe et terne ? Non : ravivons, au contraire, avec un soin jaloux l’éclat de chacune des pierres dont elle se compose, et soyons assurés que la grande figure qui résulte de leur assemblage n’en ressortira que plus distincte, plus brillante et plus ineffaçable.47

  • 48 Ibid., p. 36.
  • 49 Le programme administratif repose sur « 1o Division de la France en régions homogènes ; 2o Créatio (...)
  • 50 M. Arkoun (dir.), Histoire de l’islam et des musulmans en France : du Moyen Âge à nos jours, préfa (...)

20On le voit, ce positionnement n’est pas antithétique d’un fervent patriotisme, il souhaite justement « rajeunir le génie national en le retrempant à ses sources séculaires, à ses sources multiples et spontanées »48. Portant ces principes, la Fédération régionaliste française (créée en 1900) réunit des « décentralisateurs » comme ils se nomment49, des régionalistes et des fédéralistes, où se croisent des personnalités aussi différentes que le journaliste communard Louis-Xavier de Ricard, le félibre Jean Charles-Brun ou l’instituteur et folkloriste gascon Antonin Perbosc. Bien qu’il ne s’agisse donc pas d’un régionalisme qui nierait l’échelon national, telle n’est pas l’approche d’Ernest Lavisse qui, tout au long de ses manuels, atténue autant que faire se peut les identités régionales au point qu’il n’évoque jamais les parlers locaux. À l’inverse, les régionalistes réclament par exemple l’enseignement des langues régionales à l’école. C’est que le courant régionaliste nourrit aussi certains autonomismes comme la Fédération régionaliste de Bretagne créée en 1911 à Rennes. On y rencontre justement de nombreux militants pour la reconnaissance des langues régionales comme les poètes, écrivains ou journalistes bretons Camille Le Mercier d’Erm, Léon Le Berre, François Taldir-Jaffrenou ou encore le linguiste François Vallée. De même, des érudits locaux insistent parfois sur des spécificités historiques, ethniques ou culturelles régionales pour affirmer leur identité et résister à la Troisième République centralisatrice. Par exemple, c’est le cas d’historiens provençaux qui rappellent à la fin du xixe siècle l’importance de la présence historique des musulmans en Provence50. S’il ne faut pas non plus surestimer l’influence de ce courant, il n’en reste pas moins qu’il représente aux yeux d’Ernest Lavisse une force désagrégative que la Troisième République ne peut et ne doit soutenir. Avec ses manuels, il la combat même.

  • 51 P. Durrieu et al., Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 71, no 71, 1910, p. 206.
  • 52 G. Dottin, La langue gauloise : grammaire, texte et glossaire, préface de C. Jullian, Paris, Klinc (...)
  • 53 N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, Paris, Hachette (...)
  • 54 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 41-42.
  • 55 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe xviiie-xixe siècle, Paris, Le Seuil, 2 (...)
  • 56 T. Mommsen, Agli Italiani, Berlin, E. Dentu, 1870. Voir le compte rendu qu’en fait d’A. Geffroy, « (...)
  • 57 N. Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française ? Réponse à M. Mommsen, Paris, E. (...)
  • 58 L’action régionaliste, janvier 1903, no 1, p. 37-38.
  • 59 Voir notamment, O. Schrader, Reallexikon der indogermanischen Altertumskunde. Gundzüge einer Kultu (...)
  • 60 J. Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, 2012.
  • 61 D. Schnapper, « La citoyenneté : perspectives historiques et théoriques. La conception de la natio (...)
  • 62 J. Michelet, Histoire de France, ouvr. cité, vol. 2, p. 67.
  • 63 Ibid., p. 73.
  • 64 Ibid., p. 125 et 158.

21Ernest Lavisse évite la question de la culture commune des Gaulois et, particulièrement, de la langue gauloise. Avec constance, de 1876 à 1922, elle n’est jamais abordée. Ernest Lavisse ne dit mot de la langue gauloise, mais il est des silences qui en disent long. Pourtant, ce n’est pas par manque de travaux scientifiques sur lesquels il aurait pu s’appuyer. En cette fin du xixe siècle, les recherches linguistiques ont fait d’immenses progrès. Sur proposition de Paul Bert, éphémère ministre de l’Instruction publique et des Cultes, le décret du 2 janvier 1882 porte la création d’une « chaire de langue et littérature celtiques » au Collège de France qui est aussitôt attribuée à Henri d’Arbois de Jubainville. En 1884, Alexandre Bertrand et le médiéviste Gaston Paris le parrainent à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Ses recherches sur la langue et la littérature celtiques sont alors célèbres, bien connues, largement diffusées, et pas seulement dans la Revue celtique qu’il dirige. Son approche est tout à fait similaire à celle d’Ernest Lavisse puisque, comme le rappelle Edmond Pottier, alors président de l’Académie, d’Arbois de Jubainville s’attachait à cerner la place de « l’élément gaulois dans la formation et le développement de la nationalité française »51. Joseph Loth lui succède au Collège de France en 1910 (et jusqu’en 1930). De nombreux articles scientifiques paraissent alors afin d’étudier la langue gauloise, et plus généralement celte, abordant de multiples facettes qui touchent tant au vocabulaire, aux structures grammaticales ou même à « l’accent gaulois »52. Plus qu’une méconnaissance de cette dimension de la civilisation gauloise, Ernest Lavisse a très probablement volontairement ignoré les aspects linguistiques. Pourtant des historiens de renom s’engagent ouvertement dans le débat, suivant Fustel de Coulanges qui considérait en 1863 que « les auteurs anciens assurent » que les Gaulois « ne parlaient pas tous la même langue »53 ou Camille Jullian qui, au contraire, estime en 1901 que les Gaulois « parlaient tous la même langue » et « portaient des noms formés de la même manière »54. Le ton est souvent vif et politique car c’est finalement l’identité de la nation qui est en jeu, non seulement à l’échelle nationale mais, plus encore, face à l’Allemagne. C’est que depuis le xviiie siècle les nations européennes se constituent en mobilisant tout un arsenal argumentatif qui contribue autant à prouver qu’à construire la nation55. On connaît bien la conception dominante de la nation en Allemagne. Elle a été théorisée notamment par J. G. von Herder, J. G. Fichte, W. von Humbolt, F. Schlegel, F. Ratzel qui développent une vision à la fois organique, ethnique, culturelle et holistique, accordant à la race, au sang, au sol, à la tradition, à la langue, des rôles déterminants, menés par la Providence, soumettant l’individu au joug de la volonté collective du peuple dont émane l’État. L’appartenance ne se choisit pas, encore moins se décrète-t-elle, elle est. Les frontières de la nation ne sont donc pas poreuses. Theodor Mommsen a fait de cette conception une arme redoutable pour justifier l’annexion de l’Alsace-Moselle en 187056. C’est elle, et Mommsen, que combat Fustel de Coulanges en octobre de la même année lorsqu’il affirme que « ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue » mais « une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie »57. C’est aussi contre elle que s’érige Renan dans sa célèbre conférence prononcée le 11 mars 1882 à la Sorbonne et intitulée « Qu’est-ce qu’une nation ? » Parmi les arguments mis en avant par Ernest Renan, on voit bien à quel point les Petits Lavisse contribuent non seulement à la prise de conscience de la nécessité du consentement présent, mais aussi à l’importance de l’héritage de l’histoire, à la constitution d’un corpus de souvenirs communs. C’est très précisément à cela que travaillent les Petits Lavisse. Le passé de la nation devient le ressort du consentement national présent. La race et la langue sont ainsi rejetées et ignorées au profit du volontarisme collectif, de la liberté et de l’émancipation des individus réactivant le choix présent de l’adhésion collective et individuelle à la nation-contrat, aux dépens d’une détermination historique, d’une inertie atavique. C’est ce qu’explique Gaston Paris : « Ce nom de Français, qui n’est pas un nom de race, mais un nom d’amour et de longue histoire commune. »58 Ce qui préoccupe aussi Ernest Lavisse est la nation et non la race ou la langue, dans un contexte miné par cette opposition des conceptions françaises et allemandes de la nation. L’absence dans les Petits Lavisse de toute diversité raciale et ethnique est significative de l’insistance allemande sur ces dimensions de la nation. De même, les Indo-européens sont totalement passés sous silence par Ernest Lavisse. Ils sont d’autant plus indésirables dans le roman national français des origines qu’à la fin du xixe siècle émerge en Allemagne l’interprétation racialiste qui voit dans les Allemands les plus purs descendants de ces Indo-Germanisch. Cette théorie est justement fondée sur des arguments linguistiques auxquels Otto Schrader à Breslau, Gustaf Kossima et Carl Schuchhardt à Berlin, ajoutent ce qui leur apparaît être des preuves archéologiques. Elles sont suffisamment convaincantes pour être retenues dans les travaux d’Antoine Meillet et de Joseph Déchelette en France, et plus tard de Gordon Childe en Angleterre59. Leur influence sur la politique nationale-socialiste de l’entre-deux-guerres est bien connue60. Il faut cependant rester prudent quant à l’antagonisme absolu de deux conceptions de la nation, l’une allemande fondée sur le sang et le sol, l’autre française qui met en avant le « plébiscite de tous les jours » (Renan), car il est évident que Lavisse, Fustel de Coulanges ou Renan n’ignorent pas l’importance des ancêtres, des traditions et du sol, de la même manière que Theodor Mommsen accorde à la culture un rôle conséquent61. On trouve aussi en Allemagne des partisans de la conception culturelle de la nation comme Moritz Lazarus et Albrecht Weber. Et Michelet n’affirmait-il, pas dans les années 1830, dans son Tableau de la France, que « la langue est le signe principal d’une nationalité »62 dénonçant, par exemple, « la Bretagne bretonnante, pays devenu tout étranger au nôtre », trop « peu français, tant il est gaulois »63 ? Pire, n’écrivait-il pas que « la langue française s’arrête en Lorraine », et que « l’Alsace est une Allemagne »64 ? Pour autant, dès 1870 le clivage passe par la langue et le silence des Petits Lavisse est une manière d’affirmer haut et fort que la nation y est étrangère. Les Gaulois lavissiens sont silencieux car, aux yeux de leur père, la question de la langue ne doit pas se poser. En revanche, Ernest Lavisse définit très clairement dans la Vue générale de l’histoire politique de l’Europe sa conception des rôles respectifs de la race et de la culture, de l’héritage biologique et de l’histoire, ou encore de l’identité que la tradition impose, face au choix des hommes de vivre ensemble :

  • 65 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 204-206.

Pour nous, Français, une nationalité est une œuvre de l’histoire, ratifiée par la volonté des hommes ; les éléments dont elle se compose peuvent être très différents par leurs origines : le point de départ importe peu ; le point d’arrivée, seul, est essentiel. La nationalité suisse est la plus accomplie de toutes : elle comprend trois familles de peuples, dont chacune parle sa langue. Comme le territoire suisse est, en outre, prélevé sur trois régions géographiques, déterminées par de hautes montagnes, la Suisse, qui a vécu la fatalité de nature sous les deux espèces ethnographiques et géographiques, est un phénomène unique et admirable. Mais elle est une confédération, et, depuis longtemps, un pays neutre. Sa constitution n’a pas été mise à la grande épreuve du fer et du feu. La France, avec des races diverses, celtique, germanique, romaine, basque, a composé l’être politique qui ressemble le plus à une personne morale. [...] Parmi les grandes nations, elle est, par excellence, la nation. Ailleurs, la nationalité se confond ou tend à se confondre avec la race, chose de nature, et, par conséquent, sans mérite.65

  • 66 C. Jullian, Le Rhin gaulois, Paris, Attinger frères, 1915, p. 51.
  • 67 P. Schöttler, « Le Rhin comme enjeu historiographique dans l’entre-deux-guerres. Vers une histoire (...)
  • 68 Voir E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, (...)
  • 69 « Les Bretons et les Alsaciens qui n’entendent pas tous la langue de son gouvernement n’ont pas ét (...)
  • 70 Le correspondant, 25 mars 1893, p. 1162.

22Quelques années plus tard, en 1915, Camille Jullian le dénonce aussi et affirme en plein conflit mondial que « l’ancêtre lointain ne fait pas la patrie. La langue ne la fait pas davantage »66. En février 1917, il rejoint le Comité d’études créé par Aristide Briand, présidé par Ernest Lavisse et chargé de donner des indications scientifiquement fondées pour l’élaboration du tracé des frontières en cas de victoire de la France. À ses côtés, on trouve aussi d’autres éminents historiens – comme Alphonse Aulard, Charles Seignobos, Ernest Denis, Christian Pfister, Ernest Babelon – ainsi que des géographes parmi lesquels Paul Vidal de La Blache, Lucien Gallois et Emmanuel de Martonne, mais aussi des économistes et des linguistes67. Ils confirment : la langue ne fait pas la patrie. Bien au contraire, ce qui détermine la cohésion patriotique, ce sont les « souvenirs communs », la dimension présente du passé, quelle que soit la langue pratiquée. La construction de cette idée commune passe par l’éducation, et particulièrement par l’enseignement de l’histoire auquel sont dévolus les Petits Lavisse. C’est pour cela qu’en prétendant dire ce qu’est la nation, les Petits Lavisse contribuent à construire ce qu’Ernest Lavisse rêve que la nation soit. De plus, dans cette France du début de la Troisième République, on rencontre encore une grande diversité linguistique que l’industrialisation, le développement des transports, la scolarisation et la conscription n’ont pas encore fait disparaître. Il deviendrait délicat de subordonner la cohésion nationale à l’homogénéité linguistique, non encore réalisée. C’est ce que montre clairement l’enquête lancée par Victor Duruy en 1863 qui souligne que la population de près d’un quart (22,3 %) des communes ne parle pas français (8361 communes sur un total de 37 510), essentiellement localisées dans une large moitié sud de la France à laquelle il faut ajouter la Bretagne, l’Alsace et le Nord. Concernant les élèves âgés de sept à treize ans, 11 % d’entre eux ne parlent pas du tout français (448 328 élèves sur 4 018 427), et 37 % n’en maîtrisent pas l’écriture (1 490 269). En somme, près d’un élève sur deux (48,2 %) en situation de lire les Petits Lavisse semble n’avoir qu’une maîtrise nulle ou incomplète de la langue française68. Il faut évidemment rester prudent et ne pas oublier ce qui n’apparaît pas dans cette enquête et qui montrerait la complexité linguistique entre ville et campagne, entre catégories sociales, entre mots utilisés pour désigner les situations et les objets du quotidien face à la langue administrative et scolaire. Ces chiffres masquent les gradients qui font insensiblement glisser du patois au français, les usages mixtes, l’interpénétration des systèmes linguistiques. Il n’en reste pas moins évident que dans ce domaine l’unité nationale n’est pas encore achevée quelques années seulement avant les débuts de la Troisième République. De tout cela, Ernest Lavisse en est assurément conscient et n’hésite pas à rappeler en dehors du champ scolaire que les Bretons et les Alsaciens ne comprennent pas tous le français69. Lui-même est originaire de la Thiérache et il semblerait qu’il ait toujours conservé un accent picard affirmé. C’est ce que souligne Victor Fournel lorsqu’il rend compte du discours prononcé par Ernest Lavisse à l’Académie française, au sein même de la plus grande institution chargée de défendre la langue française, lors de son discours de réception en mars 1893. Cet historien de Paris et du théâtre classique, pourtant lui-même originaire de Lorraine, n’a pas manqué de rapporter dans Le correspondant que le nouvel académicien a lu son discours « avec un fort accent picard », précisant aussitôt, « mais d’une voix assurée et vibrante » et qu’il en a « obtenu le plus incontestable succès »70. La France linguistique n’est pas encore unifiée même parmi les élites et au sommet de l’Université.

23Les progrès de la diffusion du français viennent d’ailleurs en grande partie des enfants scolarisés comme on le voit en 1877 dans le Tour de la France, un an après la première édition du manuel scolaire d’Ernest Lavisse. Lorsque Julien et André s’arrêtent dans une auberge au sud de Valence, ils ne parviennent pas à se faire comprendre des adultes présents. Ce n’est que par le truchement des enfants de l’hôtelière, juste rentrés de l’école, qu’ils parviennent à communiquer :

L’hôtelière était une bonne vieille, qui paraissait si avenante qu’André, pour faire plaisir à Julien, se hasarda à l’interroger, mais elle ne comprenait que quelques phrases françaises, car elle parlait à l’ordinaire, comme beaucoup de vieilles gens du lieu, le patois du midi. [...] Les gens qui entraient parlaient tous patois entre eux ; les deux enfants, assis à l’écart et ne comprenant pas un mot à ce qui se disait, se sentaient bien isolés dans cette ferme étrangère. Le petit Julien [...] lui dit tout bas : — Pourquoi donc tous les gens de ce pays-ci ne parlent-ils pas français ? — C’est que tous n’ont pas pu aller à l’école. Mais dans un petit nombre d’années il n’en sera plus ainsi, et par toute la France on saura parler la langue de la patrie.

  • 71 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1884, p. 165-166.

En ce moment la porte d’en face s’ouvrit de nouveau : c’était les enfants de l’hôtelière qui revenaient de l’école. — André, s’écria Julien, ces enfants doivent savoir le français, puisqu’ils vont à l’école. Quel bonheur ! Nous pourrons causer ensemble.71

  • 72 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, préface de M. Ozouf, Paris, Aubier, 199 (...)
  • 73 C’est par cet argument que Combes suspend le traitement de certains prêtres bretons en 1903-1904.
  • 74 Circulaire du 14 août 1925.

24Au-delà du ton militant, le passage souligne le rôle assigné à l’École par la République. D’ailleurs, l’arrêté du 7 juin 1880 qui fixe le règlement scolaire affirme à l’article 14 que « le français sera seul en usage dans l’école ». Ce document devient un modèle de rédaction pour les règlements départementaux relatifs aux écoles primaires publiques. Jean-François Chanet a bien montré à quel point le processus de diffusion du français est complexe72. La République a été plus conciliante avec les langues romanes, proches du français, qu’avec le breton, le basque et surtout l’alsacien après 1918, langues régionales qui avaient par ailleurs l’insupportable inconvénient d’être utilisées dans l’enseignement du catéchisme et de sembler par là même entraver le combat laïque73. En 1925, Anatole de Monzie, alors ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, oppose aux demandes linguistiques des régionalistes un refus catégorique en arguant du fait que l’École « ne saurait abriter des parlers concurrents d’une langue française dont le culte jaloux n’aura jamais assez d’autels »74. Cependant, loin d’une véritable politique d’éradication des dialectes, il en a été pour la langue comme il en fut des questions religieuses : la Troisième République alterne les positions fermes et les compromis, entre conflits et accommodements. C’est l’ensemble de la société qui contribue à la francisation souvent portée par les souhaits des parents ou de la culture de la réussite. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer les Petits Lavisse car la diffusion du français est aussi étroitement liée à l’enseignement de l’histoire nationale et de sa géographie. Connaître son pays, c’est aussi connaître son passé puisque, comme l’intime aux élèves la couverture du Cours moyen à partir de 1912 : « Tu dois aimer la France, parce que la nature l’a faite belle, et parce que son histoire l’a faite grande. »

  • 75 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 12.

25C’est ainsi que dans aucun des Petits Lavisse la langue gauloise n’est mentionnée afin d’éviter l’exposition sous une lumière trop crue de l’inaboutissement de la nation. Ernest Lavisse simplifie le processus de construction de la langue française dont il fait remonter l’origine aux Romains puisque les Gaulois « apprirent la langue des Romains qu’on appelle le latin. Le latin est devenu plus tard, avec beaucoup de changements, la langue que nous parlons, la langue française »75. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’Ernest Lavisse se dispense de préciser qui réunit ce « nous », mais ressent le besoin d’indiquer que la langue « que nous parlons » est le français, ce qui n’allait pas de soi pour la moitié de la population, excluant les dialectes et autres patois pourtant encore si répandus. Non seulement il ne mentionne que la filiation génétique et évolutive du latin au français, mais il en ignore les autres apports. Nul processus de diffusion, d’emprunts, de résistances, de différenciations socio-spatiales. Le discours scolaire devient normatif et performatif dans l’affirmation d’une identité dont le processus n’est pourtant pas encore achevé.

« Vae victis ! », malheur aux vaincus

26L’histoire militaire des Gaulois pose aussi la question de la violence et de sa légitimation au nom de la nation. Car la France d’après 1870 connaît le malheur des vaincus. Ce sont pourtant ses glorieux ancêtres qui auraient asséné, pensait-on, en 390 avant notre ère un cinglant « vae victis » aux Romains qu’ils avaient assiégés. Ici émerge la difficulté d’être contre la guerre et d’avoir été belliqueux, de dénoncer maintenant la violence et l’agression, et de les avoir jadis imposées. Tel est aussi l’héritage gaulois à partir duquel il faut construire une identité des origines en cohérence avec le présent. Malgré le désir de revanche, l’amour de la guerre ne semblent plus justifiables à la fin du xixe siècle aux yeux d’Ernest Lavisse. En 1876, le ton est encore assez belliqueux :

  • 76 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition).

N’avons-nous pas le droit de tout espérer en France du patriotisme et du zèle des maîtres de la jeunesse ? Ils connaissent leurs obligations ; car ils savent qu’on répète tous les jours en Allemagne que l’instituteur allemand a vaincu à Sadowa et à Sedan, et cela dit plus clairement qu’un long discours les devoirs de l’instituteur français.76

  • 77 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 342-343.
  • 78 E. Lavisse, La première année d’histoire de France (ouvrage nouveau), 1884 (1re édition), p. 216.

27Déjà en 1882, La première année voit disparaître le mot patriotisme (la phrase devient « tout espérer en France du zèle des maîtres »), mais le dernier chapitre intitulé « Les devoirs de la France » martèle que « Nous avons été vaincus », et qu’en Allemagne, « avant d’aimer l’humanité, ils aiment leur patrie [...] ; ils haïssent la France et ne perdent pas une occasion de nous traiter d’ennemis héréditaires ». Après quoi, Ernest Lavisse conclut que « nos désastres nous apprennent qu’il ne faut pas aimer ceux qui nous envahissent, qu’il faut aimer avant tout et par-dessus tout la France notre patrie, l’humanité ensuite »77. Ces textes passent en 1887 dans La deuxième année d’histoire de France en raison du changement de programmes. Plus encore, la nouvelle version du Cours moyen qui paraît en 1884 appelle explicitement à la revanche car, affirme Ernest Lavisse, l’« histoire de France montre que dans notre pays les fils ont toujours vengé les désastres de leurs pères »78, que ce soit pendant la guerre de Cent Ans ou pendant la Révolution. Ernest Lavisse lance enfin un appel aux jeunes élèves de la Troisième République :

  • 79 Ibid., p. 216-217.

C’est à vous, enfants élevés aujourd’hui dans nos écoles, qu’il appartient de venger vos pères, vaincus à Sedan et Metz. C’est votre devoir, le grand devoir de votre vie. Vous devez y penser toujours, et quand vous aurez vingt ans et que vous serez sous les armes, être de bons soldats, obéissant bien à vos chefs, fermes et braves sur le champ de bataille.79

  • 80 O. Loubes, L’école et la patrie en France. Histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, (...)
  • 81 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition (...)
  • 82 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 117.

28On voit la charge éducative, militaire et morale du chapitre sur les Gaulois – qui a amené les élèves à comprendre qu’ils ont perdu contre César car ils n’étaient pas de bons soldats – et qui rencontre ici les préoccupations revanchardes. Mais tout cela s’estompe à partir de la décennie 1890. Le texte des Petits Lavisse se pacifie80. Ernest Lavisse accuse désormais les Gaulois d’avoir aimé la guerre « pour le plaisir de piller, de tuer et de conquérir »81. Il est de même reproché à Louis XIV d’avoir trop aimé la guerre, et de se repentir trop tard, sur son lit de mort, de ses « grandes fautes qui ont fait beaucoup de mal à la France et aussi à la royauté »82.

29L’équilibre est délicat à trouver entre la valorisation de la force, de la bravoure et de la hardiesse sans que l’on puisse y lire un éloge de la guerre. La difficulté provient évidemment du fait que les Gaulois ont procédé à des conquêtes d’agression et d’expansion, mais surtout en raison de la projection anachronique d’une échelle de valeurs morales sur une période qui lui était étrangère. Cela nécessite de recourir à quelques silences et autres subtiles réécritures. Car ce sont bien ces qualités militaires et morales qui ont permis de retentissantes victoires comme la prise de Rome. La « Bravoure des Gaulois » donne même l’occasion, en 1883, à un récit dans La deuxième année d’histoire de France, anecdotes à l’appui :

  • 83 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

Tous les peuples que les Gaulois ont combattus ont conservé le souvenir de leur bravoure ; ils se sont rappelé les paroles prononcées par eux, et qui montrent la hardiesse et la fierté de nos ancêtres. Ainsi, lorsque les Gaulois qui s’étaient établis au nord de l’Italie attaquèrent, en 390 av. J.-C., les peuples qui habitaient le centre de la péninsule, les ambassadeurs romains vinrent leur demander de quel droit ils le faisaient : « Nous portons notre droit, répondirent-ils, à la pointe de notre épée ; tout appartient aux braves ».83

  • 84 Journal des instituteurs, 11 juin 1905, p. 822-824, p. 822 pour les citations.

30Cette bravoure appartient de façon indélébile aux Gaulois sous la Troisième République. Elle fait partie des représentations communes. Une dictée extraite d’un ouvrage d’Ernest Lavisse est d’ailleurs proposée aux élèves dans le Journal des instituteurs en juin 1905. Elle insiste ensuite sur l’explication des mots bravoure, orgueil mais qui « signifie ici fierté » précise-t-on, et bien sûr ancêtres, « ceux dont on descend »84. Ces trois mots figurent dans l’interrogation suggérée aux instituteurs.

  • 85 Clusium, pour les Romains ; actuellement Chuisi, province de Sienne. Voir S. Bourdin, « Les Gauloi (...)
  • 86 Tite-Live, Histoire romaine, V, 33, 2.
  • 87 Ibid., V, 35.

31Il est vrai que les Grecs et les Romains ont longtemps gardé en mémoire la violence des Gaulois qui saccagèrent Delphes et son oracle ou qui attaquèrent Rome en 390 avant notre ère. Mais il est désormais étrange, au lendemain de la guerre de 1870-1871, alors que la France ne cesse de dénoncer le bellicisme prussien, de défendre les agressions gauloises. D’ailleurs, Ernest Lavisse voit dans ces Gaulois des populations déjà établies dans le Nord de l’Italie, donc devenues de fait italiques, et non pas des Gaulois de la Gaule dans ses limites césariennes. En cela, il confond deux vagues d’invasions. La première, au vie siècle, amène les Insubres, qui sont des populations celtes et non spécifiquement gauloises, à s’établir dans le Nord de la péninsule italique et à fonder Milan. La deuxième, au début du ive siècle, correspond à une migration des Sénons, Lingons et Boïens qui passent les Alpes, le Pô, puis envahissent l’Étrurie (Toscane) et assiègent Clevsin85. Les sources latines rapportent que ces Gaulois parviennent en Italie centrale dans le cadre de migrations liées à une surpopulation (Diodore), à un manque de terres (Florus) et de ressources (Appien) ainsi qu’à une irrépressible, et valorisante pour ces auteurs romains, attirance pour les produits de l’Italie et en particulier pour « le bouquet de [leur] vins »86, affirment Tite-Live et Plutarque. Les Étrusques demandent alors de l’aide à Rome qui dépêche trois députés. Ce sont eux qui interrogent les Gaulois sur leurs intentions et le fondement de leurs revendications territoriales. Cette deuxième vague est le fait de populations gauloises qui sont encore en cours de migration et ne sont pas encore installées puisqu’elles réclament, comme le rapporte Tite-Live, « la contrée qui est située entre le fleuve Utens et l’Aesis » (Esinon en Ombrie) après avoir remporté de « nombreuses victoires, en deçà et au-delà du Pô, sur les légions étrusques »87. De plus, Ernest Lavisse oublie la suite de l’épisode, pourtant bien plus importante que la démonstration de bravoure verbale gauloise : en réaction Rome envoie des soldats auxquels les Gaulois répondent par une expédition punitive qui mène justement au siège du Capitole et au sac de Rome en 390. Tite-Live décrit ainsi l’arrivée des Gaulois dans l’Urbs, le désarroi, la terreur et les massacres qui s’en suivent :

  • 88 Ibid., V, 42.

Sur la rive du Tibre, où l’aile gauche s’était enfuie tout entière après avoir jeté ses armes, il en fut fait un grand carnage ; et une foule de soldats qui ne savaient pas nager, ou à qui le poids de leur cuirasse et de leurs vêtements en ôtait la force, furent engloutis dans le fleuve. [...] Les citoyens désolés, pleurant les vivants aussi bien que les morts, remplirent presque toute la ville de cris lamentables. [...] Les sénateurs massacrés, on n’épargna plus rien de ce qui respirait ; on pilla les maisons, et, après les avoir dévastées, on les incendia. [...] Partout où les cris de l’ennemi, les lamentations des femmes et des enfants, le bruit de la flamme et le fracas des toits croulants, appelaient leur attention, effrayés de toutes ces scènes de deuil, ils tournaient de ce côté leur esprit, leur visage et leurs yeux, comme si la fortune les eût placés là pour assister au spectacle de la chute de leur patrie, en ne leur laissant rien que leur corps à défendre.88

  • 89 D. Briquel, La prise de Rome par les Gaulois : lecture mythique d’un événement historique, Paris, (...)
  • 90 E. Lavisse et P. Dupuy, Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale, 1890 (1re édi (...)
  • 91 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 233.

32Même si l’historiographie récente a remis en cause les descriptions antiques du sac de Rome89, on accordait foi à ce témoignage à la fin du xixe siècle. Seuls les manuels d’enseignement secondaire évoquent l’événement comme dans l’Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale coécrit par Ernest Lavisse et Paul Dupuy où les auteurs rapportent bien que « seuls les femmes et les vieillards étaient restés dans la ville » et que « tous furent massacrés et Rome fut incendiée »90. Mais Ernest Lavisse reste silencieux sur ces exactions dans ses manuels de l’enseignement primaire. Silence aussi au sujet de la demande de rançon que les sources antiques fixent à mille livres d’or. Il ne dit mot non plus du terrible « vae victis » (malheurs aux vaincus) que Brennos aurait prononcé (en gaulois) lors du pesage truqué de l’or. Par cette réécriture sélective de l’histoire, Ernest Lavisse évite les rapprochements qui auraient, alors, paru trop évidents. De nombreux éléments auraient alors brouillé l’image qu’Ernest Lavisse veut donner d’une France ferme mais irénique, en risquant des assimilations dangereuses entre l’invasion gauloise en Italie et l’agression prussienne de la France, les pertes territoriales des Étrusques et l’annexion de l’Alsace-Lorraine, la rançon de mille livres d’or et l’indemnité de guerre de cinq milliards de francs or, le malheur des Romains et « l’année terrible » de 1870-1871. D’ailleurs, dans la Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, Ernest Lavisse utilise en 1890 l’expression vae victis non pour illustrer la valeur guerrière des Gaulois mais pour dire les tensions géopolitiques européennes de la fin du xixe siècle. Sans nommer directement l’Allemagne, il rappelle qu’il « y a des pays où l’inhumain cri : Vae victis ! attend sa minute dans les poitrines »91. Le récit que propose Ernest Lavisse dans son manuel offre un triple avantage dans sa présentation didactique et morale de l’épisode. Non seulement il passe sous silence les premières invasions gauloises en Italie du Nord puisqu’il présente ces populations comme étant déjà établies ; il fait, par là même, de l’agression gauloise une histoire italo-italique. Mais il gratifie malgré tout les Gaulois de ce caractère intrépide, déterminé et sûr de lui dans l’adversité, sans pour autant qu’on puisse l’accuser d’envahir les territoires voisins et de procéder à des exactions impardonnables.

33Il faut pourtant à Ernest Lavisse illustrer le courage des Gaulois. C’est l’objet de la rencontre en 335 avant notre ère entre ceux qu’il présente comme des Gaulois et une ambassade d’Alexandre le Grand. Il transforme un défaut en qualité :

  • 92 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

Les Gaulois qui habitaient dans la vallée du Danube ayant envoyé un jour des ambassadeurs au roi de Macédoine, Alexandre le Grand, celui-ci crut qu’ils avaient peur de lui, et leur demanda : « Que craignez-vous ? — Nous ne craignons qu’une chose, répondirent-ils, c’est que le ciel ne tombe sur nos têtes ! — Les Gaulois sont fiers », reprit Alexandre.92

  • 93 Plus vraisemblablement, d’après Strabon, il s’agirait de « Celtes de l’Adriatique » (VII, 3, 8).
  • 94 A. B. Bosworth, A Historical Commentary on Arrian’s History of Alexander, Oxford, Clarendon Press, (...)

34Ernest Lavisse entend illustrer ici le courage des Gaulois. Mais la députation qui répond avec une telle désinvolture au grand Alexandre venait des régions danubiennes puisqu’il s’agit vraisemblablement de Gètes, donc de tribus de la Thraces du Nord, et non de Gaulois93. Plus encore, la relation de l’événement par Arrien est légèrement différente de ce que rapporte Ernest Lavisse. Arrien tient son récit de Ptolémée, l’un des généraux d’Alexandre, qui l’a accompagné lors de son expédition chez les Gètes et qui est auteur d’une histoire du roi de Macédoine94. Arrien qualifie cette ambassade de celte, et non de gauloise, et rapporte qu’Alexandre le Grand aurait perçu leur réplique plus comme l’expression de la vantardise que de la fierté :

  • 95 Arrien, Anabase, I, 1, 4.

Les Celtes sont de grande taille et ils ont une haute opinion d’eux-mêmes. Tous venaient, à ce qu’ils dirent, avec le désir d’obtenir l’amitié d’Alexandre. [...] Puis il demanda aux Celtes ce qu’ils redoutaient le plus, espérant bien que son grand nom avait pénétré dans le pays des Celtes, et plus loin encore, et qu’ils allaient lui dire que c’était lui qu’ils redoutaient le plus au monde. Mais la réponse des Celtes fut tout autre qu’il ne l’espérait. […] Ils lui dirent qu’ils ne redoutaient rien que de voir le ciel tomber sur eux. Ce dernier les déclara ses amis, en fit ses alliés, puis les congédia, en ajoutant seulement que les Celtes étaient des vantards.95

  • 96 C. Liskenne et Sauvan, Essai sur la tactique des Grecs, Paris, Anselin, t. I, 1835, p. 778.
  • 97 Arrien, Les guerres d’Alexandre, Paris, Vve J. Canuisat et P. Le Petit, 1646, p. 10.
  • 98 Arrien, Histoire d’Alexandre : l’anabase d’Alexandre le Grand et L’Inde, traduction de P. Savinel, (...)
  • 99 Strabon, Géographie de Strabon, nouvelle traduction d’A. Tardieu, Paris, Hachette, 1867, t. II, VI (...)

35En effet, le texte grec est « ἀλαζόνες Κελτοί » ; les traducteurs utilisent parfois le mot fierté pour rendre ἀλαζόνες, c’est le choix par exemple de Charles Liskenne en 183596. Mais ils le font, non dans le sens d’un amour-propre fondé, mais dans celui d’un sentiment excessif d’assurance, d’arrogance, de supériorité hautaine et illusoire qui le fait traduire parfois par « fanfarons »97, comme en 1646 sous la plume de Nicolas Perrot d’Ablancourt, ou par le mot « vantard »98 avec Amédée Tardieu en 1867. Strabon voit même dans la réponse de ces Celtes une « preuve de la simplicité barbare »99. Cet épisode est rapporté aussi dans les Leçons préparatoires d’histoire de France de 1876 à 1895. Mais Ernest Lavisse choisit de l’extraire du contexte historique de la rencontre avec Alexandre le Grand :

  • 100 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1876-1895, p. 5.

Les Gaulois avaient coutume de dire : « Tout appartient aux braves. » Ils n’avaient peur de personne. Quand on leur demandait ce qu’ils craignaient, ils répondaient : « Nous ne craignons qu’une chose : c’est que le ciel ne tombe sur nos têtes. »100

36Au passage, Ernest Lavisse n’utilise plus le passé simple – temps du récit historique par ses valeurs narratives et ponctuelles – mais l’imparfait, énonciateur d’une réalité permanente du passé et porteur d’une vérité générale. Ce sont désormais des Gaulois, donc de Gaule, et non plus des habitants des régions danubienne ou adriatique. Par l’épuration du récit, sa généralisation, l’anecdote ponctuelle devient une caractéristique intemporelle de l’identité gauloise sans avoir pour autant à porter le lourd fardeau de la violence exercée.

  • 101 Lettre du 9 novembre 1882, C. Jullian, Lettres de jeunesse : Italie-Allemagne, 1880-1883, Bordeaux (...)
  • 102 T. Mommsen, Histoire romaine, traduction de C.-A. Alexandre, Paris, A. L. Herold, vol. 7, 1869, p. (...)

37La douloureuse question du « malheur des vaincus » se pose aussi face à la Prusse puis à l’Allemagne conquérantes. La description des Gaulois d’Ernest Lavisse se construit en repoussoir de l’interprétation allemande. Theodor Mommsen en est le plus illustre. Il est alors réputé pour sa rigueur et sa science qui impressionnent plus d’un historien français parti suivre ses cours à Berlin, à l’instar de Camille Jullian qui le tient pour « un maître incomparable »101. Les huit volumes de son Histoire romaine (1854-1886) et son Corpus inscriptionum latinarum (dès 1863) pèsent lourd dans l’obtention du prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1902. Au-delà du respect professionnel et intellectuel, on ne s’étonnera pas de rencontrer des divergences entre les historiens français et le prestigieux historien allemand. La première différence est d’apparence paradoxale. En effet, alors qu’Ernest Lavisse insiste pour démontrer que l’on ne rencontre pas en Gaule de niveau conséquent de développement à la veille de la conquête romaine, l’historien allemand a de prime abord une vision assez bienveillante à l’égard des Gaulois. Ainsi, il considère dans son Histoire romaine, traduite en français en 1869, que la Gaule était assez densément peuplée, que l’on y rencontrait maintes villes ceintes de remparts, et que les Celtes s’étaient répandus depuis l’Europe centrale dans « les riches vallées et sur les joyeuses collines de la France actuelle »102. De plus, Theodor Mommsen n’hésite pas à affirmer que les Gaulois constituaient bien une nation et qu’ils avaient connu un très fort développement dans le siècle et demi précédent l’arrivée de César. Il est en cela en contradiction totale avec Ernest Lavisse :

Dans l’ensemble, on ne peut que constater les progrès réels de la civilisation gauloise des régions transalpines, au moment où César y mit le pied, quand surtout on la compare avec la condition des Gaulois que l’histoire, un siècle et demi plus tôt, nous a montrés établis sur les rives du Pô. [...] Jadis, les Gaulois habitaient dans des bourgs ouverts : aujourd’hui ils s’entourent de bonnes murailles. En Lombardie, les fouilles de tumulus n’ont mis au jour que des produits bien inférieurs à ceux de la Gaule du Nord, notamment en ustensiles d’airain ou de verre. Le signe et la mesure exacte de la civilisation d’un pays, c’est peut-être le sens de la fortune nationale : or, autant il s’était peu manifesté durant la période des guerres gauloises dans la région lombarde, autant il se montre vivace durant la lutte contre César.

38Cette description pourrait surprendre en cette période de tensions franco-allemandes. Elle provient d’un historien allemand réputé pour sa francophobie et son franc soutien patriotique à la Prusse. Pourtant, à y regarder de plus près, l’argumentaire de Theodor Mommsen est plus pernicieux. Car, s’il reconnaît un certain développement à la Gaule au moment de la conquête romaine, pour lui, il manque aux Gaulois deux éléments essentiels et déterminants de toute société évoluée, à savoir le sens du politique et la capacité à fédérer la volonté du peuple. C’est ce qu’il explique pour démontrer une « absence de centralisation politique » :

Bien que le sentiment vivace de leur mutuelle dépendance se fût éveillé chez les races celtiques, elles ne surent pas saisir le point d’attache de la centralisation politique, comme il a été donné de le rencontrer, aux Italiques dans la cité romaine, aux Hellènes et aux Germains dans les monarchies macédonienne et franque.

39La critique porte aussi sur la valeur guerrière des Gaulois. Selon Theodor Mommsen, leur organisation insuffisante, leur volonté balbutiante, leur détermination aléatoire l’emportaient. Seuls quelques-uns étaient d’une valeur remarquable, tels le Trévire Indutiomar, l’Aulerque Camulogène ou l’Arverne Vercingétorix qui ont vaillamment combattu en 53 et 52 avant notre ère. Mais nulle part ils ne purent compter sur « le sentiment profond de la nationalité » qui manquait aux Gaulois, « absolument incapables d’ailleurs de garder le solide courage, qui ne connaît ni les témérités ni les faiblesses ». Il en aurait été de même des « lacunes de leur dotation morale » et de leur incapacité à développer une activité artistique ou à construire un État. Plus encore, en raison de ces tares, les Gaulois ne seraient jamais parvenus à atteindre un plus haut niveau de développement. Ainsi, au moment même où César entre en Gaule, les Gaulois étaient « au point culminant de leurs progrès ». Ils avaient donc atteint le sommet de leur développement potentiel et, à y regarder de plus près, Theodor Mommsen a même le sentiment qu’ils étaient sur le déclin : « Mais selon toute apparence, à l’heure où César mit le pied dans la Gaule, celle-ci avait atteint l’apogée de la culture qui était dans son lot : déjà même elle redescendait l’autre pente ». Pour Theodor Mommsen, les Gaulois étaient donc au sommet de leur mince capacité à se développer et à se parfaire. Déjà sur le déclin, ils ne parvenaient pas à s’élever au rang des grandes civilisations ni à conquérir « les privilèges réservés aux peuples chez qui l’idée morale pénètre les âmes et les remplit ». Pire, Vercingétorix dut lutter contre son peuple en raison de ce que Theodor Mommsen qualifie d’« opposition antinationale des égoïstes et des lâches, ordinaire apanage des civilisations en décadence ». Au moment où Vercingétorix se livra à César, la « nation gauloise » était, aux yeux de l’historien allemand, terriblement « inconséquente et lâche ». Pourtant, il ressent manifestement de l’intérêt pour Vercingétorix qui est qualifié de « brillant, brave et prudent tout ensemble ». Mais il lui reproche son manque de sens politique. Là où Hannibal a su faire preuve de grandeur dans ses défaites militaires – c’est-à-dire de courage et d’héroïsme politiques – Vercingétorix « ne fut qu’un preux ». On comprend dès lors l’embarras de Charles Alfred Alexandre, traducteur français de l’Histoire romaine de Theodor Mommsen. Dans une note de bas de page, il tempère en considérant que le nom de Vercingétorix signifie « chez nous [...] amour de la patrie » et conclut qu’ils « ont donc bien fait, ceux qui lui élevèrent une statue sur le plateau d’Alise ! » Ainsi, les Gaulois ne trouvent finalement pas grâce aux yeux de Theodor Mommsen. Mais ne nous trompons pas, et Ernest Lavisse n’en est pas dupe, il ne s’agit pas d’un simple discours historique ne portant que sur le passé. La résonnance est aussi contemporaine. C’est un discours au présent, comme le sont aussi les Petits Lavisse. En cette période de tensions avec l’Allemagne, le discours historique apparaît d’une terrible actualité à nombre de contemporains. Non que le passé doive se répéter, mais parce que le discours historique prétend alors identifier des invariants moraux, raciaux ou civilisationnels qui unissent, au-delà des siècles, des populations à leurs ancêtres :

Tels se sont montrés tous les Gaulois au siècle de César : ni puissante organisation militaire, ni discipline politique : ils ne purent y atteindre, ils ne les auraient pas supportées ! Dans tous les temps, dans tous les lieux, vous les voyez toujours les mêmes, faits de poésie et de sable mouvant, à la tête faible, au sentiment profond, avides de nouveautés et crédules, aimables et intelligents, mais dépourvus du génie politique : leurs destinées n’ont pas varié : telles elles furent autrefois, telles elles sont de nos jours.

40Il se garde bien de citer explicitement les Français de son époque mais il est évident qu’il pense à eux. En revanche, il prend moins de précautions à l’égard de ses contemporains irlandais incarnés par la figure de Paddy, diminutif de Patrick et appellation familière donnée aux Irlandais. C’est chez eux que Theodor Mommsen identifie le cœur de l’identité celte :

N’est-il pas vrai de dire que nous nous retrouvons tout entier sur la figure de Paddy, l’Irlandais ? Comme lui, le Gaulois avait en horreur le travail des champs : il aimait comme lui le cabaret et la rixe : comme lui, il était tout vantardise. [...] Comme Paddy, le Gaulois avait la parole redondante de métaphores et d’hyperboles, et se jouant en allusions et en bizarres tours. Combien de singulières coutumes nées de sa folle humeur ! [...] Il avait le don de poésie et d’éloquence : chanter, conter les exploits légendaires des vieux temps, le mettait en joie [...]. Il était crédule et gobe-mouches.

41Cet exemple n’est évidemment pas pris au hasard par l’historien allemand. Il lui permet aussi de montrer la soumission des Celtes aux Saxons, peuple rameau des Germains :

Dans l’irrésistible tourbillon de l’histoire, qui brise et dévore sans pitié les nations quand elles n’ont pas la dureté de l’acier et aussi sa souplesse, comment les Gaulois auraient-ils pu longtemps résister ? Par un juste décret de Dieu, les Celtes de la terre ferme, en face des Romains, ont subi le sort réservé jusque dans nos jours à leurs frères de l’île irlandaise, en contact avec les Saxons : noyés au sein d’une nation politiquement supérieure, c’est d’elle qu’ils reçurent le levain du progrès futur.

42Non seulement les Celtes ont été soumis par les Germains (ici les Saxons), mais ils leur doivent, comble de la soumission, le germe de la civilisation. Le schéma narratif et historique est le même que celui qui conduit Theodor Mommsen à voir dans les Romains les civilisateurs de la Gaule. C’est alors l’occasion d’identifier un principe géopolitique, une loi de l’histoire qui porte irrésistiblement les peuples dominants et les grandes nations à soumettre et coloniser les peuples faibles. Ainsi, anciennement éveillée et fertilisée par les Saxons, l’Angleterre contemporaine est devenue conquérante :

En vertu de la loi qui veut que tout peuple constitué politiquement absorbe un jour les peuples voisins restés à l’état de minorité sociale, et que toute nation civilisée s’assimile celles intellectuellement placées au-dessous d’elle, en vertu d’une loi universelle, et je dirai [sic] presque, physique, comme est celle de la gravité, les Italiens, le seul des peuples de l’Antiquité qui ait su allier le progrès politique et la civilisation morale, cette dernière encore, à l’extérieur, dans une mesure tout imparfaite, les Italiens étaient appelés à assujettir tous les États grecs orientaux, devenus mûrs pour la ruine, et à refouler par leurs colons et émigrants toutes les tribus incultes de l’Ouest, Libyens, Ibères, Celtes et Germains. De même et à pareil droit, l’Angleterre s’est asservie en Asie une civilisation sœur, politiquement impuissante : de même en Amérique, en Australie, elle a marqué, anobli d’immenses contrées à l’empreinte de sa nationalité : de même elle les marque et anoblit tous les jours.

43Cependant, aux yeux de Theodor Mommsen, la conquête n’est pas une fatalité. De la même manière que les Gaulois ont résisté à César, l’Allemagne s’est opposée à l’occupation napoléonienne : « Contre César, le parti des patriotes se tint debout comme les patriotes allemands contre Napoléon. » La différence fondamentale entre, d’un côté les Gaulois d’hier et d’aujourd’hui, et de l’autre les Germains anciens et contemporains, est que les grandes nations parviennent à résister aux velléités de conquête des puissances étrangères qui viennent se fracasser sur leur volonté et détermination. C’est pourquoi le siège d’Alésia sonna le glas politique des Gaulois alors que la bataille de Leipzig en octobre 1813 chasse les Français hors de Saxe, intégrée deux ans plus tard à la Prusse.

44Il est évident qu’Ernest Lavisse ne pouvait partager cette lecture nationaliste et franchement prussienne des Gaulois. Plus encore, l’échafaudage argumentaire de Mommsen l’oblige à l’antithèse. Car de deux choses l’une : soit la Gaule était une nation et celle-ci fut faible, incapable de résister à Rome, ce qui laisse Theodor Mommsen entendre que les Gaulo-Français sont incapables d’unité et destinés à la soumission étrangère ; soit la Gaule n’était pas encore une nation, ce qui expliquerait qu’elle ait été emportée par César, ce qui permet à Ernest Lavisse de donner du temps à la maturation politique de la nation, et de faire voler en éclat tout fatalisme. La reconnaissance de la nation gauloise devient donc un enjeu important. Il n’est donc pas étonnant que le spectre de l’Allemagne plane sur la conception lavissienne de la nation et de la patrie qui se résument ici à la question de l’unité. Les critères qui fondent l’identité collective ne sont guère développés dans les Petits Lavisse. C’est plutôt une définition pratique, à l’occasion tautologique, que d’affirmer comme il le fait que nation et patrie désignent « une grande famille », donc unie, qui n’est pas sous domination étrangère, qui a ses lois et son gouvernement, où chacun aime son co-national et son pays pour lequel il est prêt à mourir. On aurait pu attendre plus d’un historien national de sa trempe. En refusant aux Gaulois d’avoir constitué une nation, Ernest Lavisse suit en partie les spécialistes français – archéologues, linguistes, historiens – les plus réputés de l’époque. Lisons ce qu’écrit Camille Jullian en 1901 au sujet de la race gauloise deux cents ans avant notre ère :

  • 103 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 41-42.

Le domaine qu’elle habitait ne constituait pas un État homogène ; quoiqu’il eût ses frontières naturelles, il n’avait pas donné naissance à un corps de nation. Les Celtes formaient une cinquantaine de peuples, les Belges une quinzaine. Ni les uns ni les autres n’ont eu pendant longtemps, à ce qu’il semble, des institutions politiques générales. Chaque peuplade vivait sur un territoire bien délimité, avec ses tribus, ses chefs, ses coutumes et ses étendards particuliers. Toutes se jalousaient ou se combattaient, avec la même ardeur que Sparte et Athènes, Crotone et Sybaris.103.

  • 104 Ibid., p. 45.
  • 105 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. Le texte es (...)
  • 106 Actuellement Jean-Louis Brunaux considère qu’il y avait plutôt un pays et des nations : « La Gaule (...)

45Et même au moment de la conquête, Camille Jullian considère que « la Gaule demeurait une juxtaposition de vastes cités » et que « le lien qui unit ces peuples aux Arvernes fut rarement celui de la sujétion inconditionnée. Ce fut une clientèle plus ou moins étroite, une alliance plus ou moins réelle ou déguisée »104. Seule concession, Camille Jullian reconnaît l’existence de diverses nations gauloises non unies, comme les Arvernes, les Éduens… Là Ernest Lavisse ne suit plus le célèbre historien. Il préfère s’en tenir à de « petits peuples »105. D’éventuelles petites nations auraient rapidement pu être apparentées aux petites patries et leur conférer le statut de nations légitimes, ce que certains historiens régionaux revendiquent. Ernest Lavisse refuse toute idée de nation gauloise, quelle qu’en soit l’échelle106. L’écart interprétatif entre Camille Jullian et Ernest Lavisse s’accroît encore dans la décennie suivante. En effet, on observe nettement que l’opinion de Camille Jullian a évolué lorsqu’il prononce sa leçon d’ouverture au collège de France le 4 décembre 1912. Le texte est repris dans la Revue bleue en janvier suivant et conclut à l’existence d’une véritable nation et d’une authentique patrie gauloises :

  • 107 C. Jullian, « L’ancienneté de l’idée de nation », Revue bleue, no 3, 18 janvier 1913, p. 68.

Que furent d’abord, en arrière de la conquête romaine, Gaulois et Gaule ? Je n’en doute plus : ce furent les noms d’un peuple, d’une nation constituée sur un sol déterminé, correspondant à peu près à celui de la France ; sous ces noms, vivaient des millions d’hommes [...] qui tous étaient régis par des institutions analogues, parlaient les dialectes d’une langue maîtresse, se réunissaient pour des prières en commun, chantaient ensemble des souvenirs de leur passé et les espérances de leur avenir, et associaient aux mots de Gaule et de Gaulois le plus vaste idéal de leur vie politique. Et ces mots, aimés et respectés des meilleurs, avaient la valeur morale d’un nom de patrie.107

46C’est là qu’apparaît le contexte européen de la création des identités nationales et particulièrement celle de l’Allemagne :

  • 108 Ibid.

Je sais bien ce que l’on a dit aux partisans de cette théorie. En créant dans le passé, au lieu d’une race celtique, une nation, une patrie gauloise, vous avez voulu faire œuvre de patriotisme français, montrer l’antiquité de notre peuple, l’ancienneté de la grande patrie, et opposer cette nation, cette patrie aux apologies du sang germanique. Votre thèse est le propre d’un beau désir : elle n’est pas la marque d’un travail d’histoire. Contre ce reproche, les défenseurs d’une nation gauloise protestent avec énergie. Ils ont raison de le faire. Ce n’est point au présent qu’ils ont songé, c’est au passé. S’ils ont prononcé ces mots de « nation gauloise », de « patrie gauloise », c’est parce que les Anciens les ont prononcés, parce que les Gaulois les ont compris, parce qu’ils ont animé un Vercingétorix et d’autres. Chez les érudits de cette école, la théorie de la nation gauloise n’est point née de leur amour pour la patrie française (si profond qu’il soit), mais de la lecture des documents, de la recherche de la vérité, de la justice pour le passé.108

  • 109 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1922, p. 15.
  • 110 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 51.

47Tout cela n’est pas retenu dans les Petits Lavisse. À peine trouve-t-on dans les Récits et entretiens familiers que Vercingétorix a « sauvé l’honneur de la Gaule »109. Ce qui domine ici la lecture d’Ernest Lavisse est son obsession unitaire et son refus du fatalisme de la défaite. Car, comme il le rappelle dans la Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, la nation est résultat d’un attachement collectif délibéré, au point de ne faire qu’un, puisqu’une « nation est une personne formée, consciente et responsable »110. Ce qui est important pour Ernest Lavisse, c’est de montrer que la division ne permet ni l’union ni la défense collective. C’est aussi pour cela qu’il ne dresse pas des Gaulois un portrait si flatteur, insistant sur leur incapacité à contrôler leurs émotions, à s’organiser socialement, politiquement et économiquement, à aménager leurs territoires, à délaisser une vie primitive et à abandonner le fond des bois. Les Gaulois ne doivent avoir été qu’un brouillon de ce que sont les Français.

48Nombreux sont les historiens français qui dénoncent la vision mommsenienne des Gaulois. Parmi eux, d’Arbois de Jubainville met en évidence que cette lecture du passé est fortement influencée par les tensions géopolitiques présentes dans le contexte d’affirmation des nations :

  • 111 H. d’Arbois de Jubainville, Les premiers habitants de l’Europe, d’après les écrivains de l’Antiqui (...)

La croyance à l’identité du Français et du Gaulois met en verve tous les historiens allemands que leur sujet amène à parler des Gaulois : le style le plus terne se colore, s’anime jusqu’au lyrisme quand il est question de guerre contre les Gaulois : alors, en dépit des expressions dont il se sert, l’auteur, à son insu, oublie son sujet ; par un anachronisme inconscient qu’une force irrésistible lui impose, il pense à la présente et déplorable rivalité de la France et de l’Allemagne et aux conséquences désastreuses qui peuvent en résulter pour la civilisation européenne […]. M. Mommsen est allemand, et on ne peut lui faire un crime de son patriotisme ; au contraire, c’est une vertu. Mais la rivalité actuelle [...] lui met un bandeau sur les yeux, et l’équation : Celtes et Français sont identiques, est une maxime qui lui brouille les idées.111

49Camille Jullian illustre aussi le refus catégorique de cette interprétation qui conduit à présenter la France comme une éternelle vaincue :

  • 112 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, t. VI, 1908-1920, p. 554, n. 8.

Enfin, songeons à la dégradation du sens moral qui résulte insensiblement de cette histoire fataliste. Croire, comme Mommsen et tant d’autres, que la Gaule était à tout jamais en décadence [...] et que la soumission à Rome était devenue la loi de son histoire, c’est nous imposer la résignation à l’endroit de tous les événements du passé, et, par contrecoup, du présent même ; c’est nous inviter à l’acceptation de toutes les défaites, et, par là même, à l’absolution, à l’admiration de tous les vainqueurs. Je ne saurais l’admettre.112

50Ernest Lavisse souscrit évidemment aux conclusions d’Henri d’Arbois de Jubainville et de Camille Jullian. Éminemment conscient de l’importance éducative et patriotique de l’histoire – particulièrement dans l’enseignement primaire qui touche le plus grand nombre d’élèves – Ernest Lavisse écrit ses manuels scolaires de façon à prémunir les jeunes élèves, qui seront les citoyens et les soldats de demain, contre ces interprétations germanistes et dissolvantes de la grandeur de la nation française.

Les origines, prendre la voix du passé pour dire le présent

  • 113 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).
  • 114 Voir notamment F. Crouzet et L. Febvre, Nous sommes des sang-mêlés. Manuel d’histoire de la civili (...)
  • 115 C. Péguy, Un poète l’a dit [1907], dans Œuvres en prose complètes, R. Burac (éd.), Paris, Gallimar (...)

51Lorsqu’Ernest Lavisse annonce qu’il a tâché de donner à son « livre le ton d’un récit clair et familier qui conduise l’élève depuis les origines jusqu’à nos jours »113, malgré la simplicité du projet et la sincérité de l’auteur, de nombreux écueils se dressent imperceptiblement. Car la question de l’origine, ou des origines, pose divers problèmes tant historiques, épistémologiques que philosophiques114. Au début du xxe siècle, quelques intellectuels – dont Lucien Febvre – dénoncent ces biais conceptuels. Charles Péguy, en conflit ouvert avec les historiens de son époque et particulièrement avec Ernest Lavisse, se moquait de la « philosophie et de la métaphysique du très honorable M. Lavisse »115. Ceux-là dénoncent sa démarche qui est celle d’un exposé historique qui ne repose que sur une rhétorique de l’évidence que l’on dévoile, non d’une démonstration que l’on déploie, et encore moins d’une heuristique de l’on élabore. Décrire l’origine d’un peuple est une quête fondamentalement rétrospective, où se mêlent passé et relation causale, où la diversité est souvent soumise à l’unique – fût-il protéiforme –, la complexité au simple. Elle suppose une solide définition du peuple dont on traque les origines, mais aussi un recul sur les finalités assignées à l’histoire.

52Le premier danger est celui d’opter pour la recherche d’une origine plutôt que de considérer une élaboration progressive, car l’origine renvoie à un instant ou à un moment initial et fondateur, là où l’élaboration est une dynamique, l’un est un point de départ, l’autre un processus. L’origine renvoie à l’éclosion alors que la genèse se construit sur l’analogie fluviale d’une source nourrie de multiples affluents qui la grossissent sans qu’elle ne perde son hydronyme. Mais il y a deux Lavisse, le manuéliste et l’historien. C’est bien dans le registre de l’élaboration progressive que se place, tardivement mais finalement, l’historien Ernest Lavisse qui considère après la Première Guerre mondiale que la nation française s’est faite d’apports multiples. Ici, c’est l’historien Lavisse qui parle. En revanche, le rédacteur des Petits Lavisse conserve l’idée d’un peuple originel, unique et absolu. Il s’agit d’un peuple et d’un territoire déterminés, toujours-déjà-là au moment où s’ouvre le récit de leur histoire, nécessairement commune. La conséquence de cette conception restrictive est qu’au plus loin que porte le regard, la France et les Français apparaissent soudainement et dissipent de leur épiphanie les brumes impénétrables de la fin des temps préhistoriques. Nulle phase de constitution, de fabrique ou d’élaboration, de processus, de formation. Par une illusion monophylétique, nul ancêtre à « nos ancêtres ». Le reste est affaire d’éducation romaine, d’apprentissage franc du politique, d’éveil spirituel du christianisme. Viendra ensuite la prise de conscience de l’unité, de la communauté de destin, de l’affirmation de la nation française, telles qu’elles apparaissent par la suite dans les Petits Lavisse.

  • 116 P. Larousse, article « Origine », Dictionnaire complet de la langue française, Paris, A. Boyer et (...)
  • 117 Voir notamment P. Ricœur, Temps et récit, Paris, Le Seuil, 3 vol., 1983-1985 ; et M. Serres, Récit (...)

53La question de l’origine pose aussi un problème linguistique, sémantique et logique. Il y a une véritable ambivalence du mot origine qui vient du latin origo, originis qui désigne une cause, un principe. Mais par un transfert linguistique il glisse vers les notions d’ascendance, d’extraction familiale ou sociale. Il recouvre ainsi le double sens de origine-commencement et de origine-cause. Par cette contamination le terme rapproche les questions de la filiation et de la causalité. Pourtant, l’antériorité ne fait pas nécessairement la relation causale. L’ambivalence apparaît déjà à la fin du xve siècle puisque le mot origine désigne la race ou l’ancêtre, concept double qualifiant autant le passé que le présent ainsi concaténés. La causalité ne s’établit pas tant du passé vers le présent dans une logique linéaire et chronologique, que du présent au passé, c’est-à-dire ce qui vient d’autrefois et qui explique le maintenant. Toutes ces acceptions se retrouvent dans la définition que donne du mot Pierre Larousse en 1882 dans son Dictionnaire complet de la langue française : « Origine (lat. origo, originis ; de oriri, surgir). Principe, commencement : l’origine du monde ; cause : l’origine d’une maladie ; étymologie : l’origine d’un mot. Se dit de l’extraction d’une personne, d’une nation : l’origine des Français »116. C’est cette origine polysémique que tentent d’exposer les Petits Lavisse sous la forme du récit. Mais là encore, si le récit est intimement et efficacement lié à l’identité, ici nationale, le schéma narratif porte, tapi dans l’ombre, une force de conviction où la succession des événements dit sans dire la causalité. La fluidité et l’évidence de son cheminement linéaire, souvent servi par l’art littéraire, universalise ce qui n’est qu’un point de vue et une focale, érige en vrai ce qui n’est qu’une recomposition, le résultat d’une fabrique117.

  • 118 M. Foucault, Dits et écrits, Paris, Gallimard, vol. 1, 2012, p. 1006.
  • 119 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1920 (88e édition), p. 30.

54Il y a bien une différence entre l’historien Ernest Lavisse et le manuéliste dont la finalité est fondamentalement morale, patriotique et éducative. C’est une histoire appliquée et soumise à l’objectif suprême de la fabrique de la nation. C’est donc une histoire utile, une histoire serve comme la dénonce plus tard Lucien Febvre. Car, comme le fait remarquer Michel Foucault, « ce qu’on trouve, au commencement historique des choses, ce n’est pas l’identité encore préservée de leur origine – c’est la discorde des autres choses, c’est le disparate »118. Ce disparate, Ernest Lavisse ne le voit pas, ne veut pas le voir – ou le dire aux élèves – alors même que la recherche contemporaine le met en évidence. Et s’il ne voit pas ce disparate c’est justement par crainte qu’il ne renvoie à une « discorde des autres choses » qui ne sont discordes et altérité qu’en négatif de l’unité simple et essentielle, mais illusoire, de la chose cherchée. En affirmant avec constance, de 1876 à 1922, qu’il « y a deux mille ans, notre pays s’appelait la Gaule »119, Ernest Lavisse n’enquête pas tant sur la Gaule, par une pensée qui se déporterait dans le passé, le déploierait mentalement en toute rigueur, sans contamination par le laborantin, ce qui fonderait la certitude de l’affirmation indicative (s’appelait). Non, la pensée d’Ernest Lavisse se projette depuis le présent (il y a deux mille ans), déploie son ombre en se déployant elle-même (notre pays), recherche dans sa représentation présente du passé (nos pères les Gaulois) les éléments qui lui permettent, maintenant, – et en écartant les autres – d’identifier l’ancienneté des composants de ce que sont, ou se pensent être, ses contemporains.

  • 120 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.
  • 121 E. Lavisse (dir.), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, (...)

55Il aurait fallu à Ernest Lavisse, avant même de traquer les origines de la France, donner une définition de son identité au-delà d’une connaissance intime et intuitive, se poser la question qui sommes-nous ?, traduction sociale et politique de qui suis-je ? Ernest Lavisse aurait dû se poser préalablement les questions soulevées par Ernest Renan au sujet de la nation, identifier les caractéristiques qui définissent le groupe, de ce qui l’unit, les limites de ce qu’il est et de ce qu’il a été, donc se poser la question de ce qu’il n’est pas (les autres), c’est-à-dire de ce qu’il n’est plus (les ancêtres), de ce qu’il n’a jamais été, de ce qu’il imagine qu’il ne sera jamais. Il aurait fallu inscrire la France, ou plutôt les France, dans un cadre conceptuel plus vaste afin de donner voix à tout ce qui n’était pas la France et qui l’a malgré tout abondée, enrichie et rendue autre qu’avant. Mais Ernest Lavisse n’est pas un théoricien et encore moins un philosophe. C’est un éducateur. Tout au plus en glanant dans ses nombreux écrits peut-on trouver des remarques qui nourrissent ici ou là une réflexion sur l’histoire de la France, notamment lorsqu’il constate que, « en vérité, nous sommes loin, très loin de Vercingétorix »120. En 1922, à l’aube du court xxe siècle et au soir de sa vie, en conclusion du dernier volume de son Histoire de France contemporaine, il tente une synthèse121. La France aurait été « privilégiée de la nature », riche « des bienfaits essentiels dont la nature a comblé la France » et d’où « résulte la belle unité » ; elle est un pays doté d’une « fonction […] médiatrice » en Europe dont elle constitue « la synthèse ethnographique » ; un pays fait de « différents peuples, préparés à la fusion par l’action des forces naturelles, […] arrivés à l’unité politique au temps capétien », dont la Révolution « unifia les peuples désunis » au profit de « l’unité nationale qui s’est révélée indestructible » ; un pays qui a « subi de terribles crises » et qui « a été tout près de mourir », mais une nation à vocation coloniale et universelle, « invitée à l’action “au large” dans le vaste monde ». Il s’agit bien là du portrait, plutôt flatteur, d’un « être » ayant traversé les siècles, plus que d’une réflexion historique et épistémologique sur l’identité, et qui conduirait au deuil d’une « vocation » téléologique et protéiforme de la Gaule-France.

  • 122 S. Rieckhoff, « Les Celtes : peuple oublié ou fiction ? », dans L’archéologie, instrument du polit (...)

56Et avant tout, il aurait fallu poser solidement le concept de peuple en soi et non partir d’une simple, illusoire et indiscutée France essentialisée. Or cela pose d’insolubles problèmes comme ceux que rencontrent l’archéologie, l’ethnologie, ou encore la sociologie, pour identifier les caractéristiques des communautés, des cultures et les aires dans lesquelles elles se déploient. Il aurait fallu s’interroger sur le sens de la question même des origines et particulièrement celle d’une patrie originelle. Cela aurait aussi nécessité de mettre en doute la prévalence de la filiation historique et biologique sur l’influence culturelle et les interactions entre peuples, ce que le débat franco-allemand contemporain sur la nation aurait pu permettre. Il aurait fallu discuter l’idée illusoire de la pureté de cette population originelle, ou encore évaluer par là même, aussi finement que possible, la porosité des frontières notamment géographiques et culturelles. Pour toutes ces raisons, les relations entre histoire, archéologie et nation apparaissent éminemment complexes et ont souvent été enfermées dans des déterminismes et des implicites patriotiques122. La démarche d’Ernest Lavisse repose aussi sur d’autres présupposés comme le déterminisme psychologique ou la permanence des caractéristiques de la psychologie collective. Ernest Lavisse ne les discute jamais car elles appartiennent au paradigme de la République incarnée dans la troisième du nom. Au lieu de cela, il interpelle sur la couverture de son Cours moyen : « Enfant, [...] dans ce livre tu apprendras l’histoire de France. Tu dois aimer la France parce que la nature l’a faite belle, et parce que son histoire l’a faite grande ».

  • 123 P. Ricœur, Temps et récit, ouvr. cité ; J. Bres, La narrativité, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994 ; (...)
  • 124 F. Nietzsche, « Maximes et pointes », dans Crépuscule des idoles, 1888, 24.
  • 125 T. Garcia, Nous, Paris, Grasset, 2016.

57Car la quête de l’origine n’est pas un positionnement dans le passé qui mettrait en lumière la filiation incontestable de jadis à maintenant, mais une projection présente, de maintenant à avant, du « soi maintenant » sur ce qu’il imagine du « soi avant » en vue de la construction et l’affirmation de son évidente identité présente. La recherche des origines est une mise en ascendance de l’identité collective123. C’est la quête rétrospective que dénonce Nietzsche en 1888 qui affirme qu’à « rechercher les origines, on se fait écrevisse. L’historien voit vers l’arrière ; pour finir, ses croyances sont aussi arriérées »124. Au-delà d’un style qui n’appartient qu’à lui, le philosophe met bien en évidence que l’affirmation péremptoire des origines est celle d’une croyance et non d’une connaissance, une soumission du passé au présent. Car enfin, il faut s’interroger sur la raison pour laquelle la recherche des origines apparaît alors si impérieuse. C’est l’utilité présente du discours, et non fondamentalement la connaissance du passé, qui donne sens au soi-même et à l’autre. « Nos ancêtres les Gaulois », « Il y a deux mille ans, notre pays s’appelait la Gaule », « Nos ancêtres, c’est nous dans le passé » : Nos, notre, nous, ne sont qu’un point de vue sur le monde, ici exclusif125. Et ce point de vue n’est historique que si l’on accepte que toute l’histoire n’est pas tout le passé, et même que l’histoire n’est pas le passé mais son récit par quelqu’un, à un moment donné, dans une intentionnalité propre.

  • 126 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission d (...)
  • 127 Hésiode, « L’âge d’or », dans Les travaux et les jours.
  • 128 Le mot hébreu Âdam est, au début de la Genèse, un nom commun collectif désignant l’homme ou l’huma (...)
  • 129 A.-I. Bouton-Touboulic, « Origines de l’homme, origines des hommes chez saint Augustin », Vita lat (...)
  • 130 E. Kant, Critique de la raison pure [1781 et 1787], traduction de Jules Barni, préface de Luc Ferr (...)

58En définitive, Ernest Lavisse ne dit pas que rien ni personne n’existait avant la Gaule et les Gaulois. Mais il ne dit pas non plus ce qui existait ou a peut-être existé, ou semble avoir existé comme le lui montrent l’archéologie et l’anthropologie. Il n’opte pas non plus pour une posture créationniste qui consisterait à imaginer la Gaule créée de rien, ex nihilo, déposée ici par quelque puissance supérieure. Au moment où Ernest Lavisse s’intéresse aux Français et à leur origine, il commence le récit par la Gaule, il ne voit que la Gaule. Car, dans les Petits Lavisse, la Gaule est déjà là au seuil du récit, avant même que ne se mette en branle son épopée. Elle est, sans même le devenir, cet événement premier, fondateur, étant incréé, mais aussi processus causal qui s’enclenche lui-même et déploie la France, au début de son enfance, sans que jamais il ne soit question de sa naissance ou de son ascendance. Elle est un absolu, existe sans condition, de façon autonome, cause d’elle-même. La Gaule lavissienne n’est pas le résultat d’une volonté contrairement à ce que suggère Strabon, à qui « il semble qu’une Providence tutélaire » ait agi « pour faire un jour de la Gaule le lieu le plus florissant du monde »126, ou l’évêque Grégoire de Tours qui décrit plus tard la Gesta dei per Francos. La Gaule et les Gaulois ne sont pas une étape dans un processus comme le démontre alors Alexandre Bertrand scrutant « la Gaule avant les Gaulois ». Ils sont un donné, un point de départ sans antériorité dont la seule affirmation de l’existence suffit à poser l’évidence. Traiter de la pluralité des ancêtres de « nos ancêtres », ce serait découvrir l’hétérogène, le bigarré, l’incertain. Non, la Gaule apparaît déjà là, dans son unité, élément essentiel et définitoire de son être. La posture lavissienne se trouve donc à mi-chemin des grandes cosmogonies antiques et du regard biblique. Dans Les travaux et les jours, Hésiode chante la création des hommes – au pluriel, dans leur diversité – lorsqu’il relate le moment où « les hommes et les dieux furent nés ensemble » et que s’instaure « l’âge d’or pour les mortels doués de la parole »127. Ils sont créés, multiples, sans unité, mêlés aux dieux. En revanche, à la suite du in principio des juifs et des chrétiens, qui ouvre la Genèse, succède le commencement de l’homme, d’un homme-humanité128, dans son unicité, commencement causal absolument premier129. Il est créé, unique, par Dieu, à l’origine de la diversité des hommes. La Gaule et les Gaulois d’Ernest Lavisse sont dans un entre-deux, incréés et non causés mais présents, peuple originel sans généalogie mais déjà homogène, fort d’une unité spatiale et ethnique – la Gaule, « notre pays » où déjà bruisse la France –, à l’origine de l’immense majorité des Français. Pour le dire avec Emmanuel Kant, la Gaule et les Gaulois constituent bien ce « commencement absolument premier, non pas à la vérité sous le rapport du temps, mais sous celui de la causalité »130. Peut-être, et même vraisemblablement, l’historien Ernest Lavisse est-il conscient que des hommes pré-historiques ont précédé les Gaulois, mais le manuéliste Ernest Lavisse – déclinant des programmes scolaires qui établissent une relation indiscutée entre « les origines » et les Gaulois – déploie-t-il, en enclenchant la narration, une temporalité qui finit bien par se présenter, implicitement, comme un commencement absolument premier sous le rapport du temps.

59En somme, il y a confusion entre le commencement et l’origine, entre le moment où est apparu ou advenu ce que l’on sait être ou avoir été, et ce qui explique ce commencement. Le commencement est celui d’un objet constitué, et c’est déjà de la marche ; l’origine renvoie à la constitution de l’objet et à son point de départ. Émile Durkheim appelle pourtant à la distinction des deux notions en 1912 au sujet des Formes élémentaires de la vie religieuse :

  • 131 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Pari (...)

Certes, si, par origine, on entend un premier commencement absolu, la question n’a rien de scientifique et doit être résolument écartée. Il n’y a pas un instant radical où la religion ait commencé à exister et il ne s’agit pas de trouver un biais qui nous permette de nous y transporter par la pensée. Comme toute institution humaine, la religion ne commence nulle part. Aussi toutes les spéculations de ce genre sont-elles justement discréditées ; elles ne peuvent consister qu’en constructions subjectives et arbitraires qui ne comportent de contrôle d’aucune sorte. [...] On voit que nous donnons à ce mot d’origines, comme au mot de primitif, un sens tout relatif. Nous entendons par là non un commencement absolu, mais l’état social le plus simple qui soit actuellement connu, celui au-delà duquel il ne nous est pas présentement possible de remonter. Quand nous parlerons des origines, des débuts de l’histoire ou de la pensée religieuse, c’est dans ce sens que ces expressions devront être entendues.131 

60Mais Ernest Lavisse n’entend pas cette mise en garde. La forge lavissienne conduit à la fusion de l’origine et du commencement, et en définitive, nulle origine-explication de ce que sont les Gaulois. On le sait, il refuse de voir « l’état le plus simple qui soit actuellement connu, celui au-delà duquel il ne nous est pas présentement possible de remonter » comme l’y incitait Émile Durkheim et que lui montrent les préhistoriens. Et puis où commence et se finit l’origine ? La quête des origines est finalement toute temporaire et illusoire. Car tout commencement a son origine, qui a nécessairement son début et ses causes qui ont elles-mêmes leur propre origine, voire leurs propres origines. Parler de l’origine c’est parler d’un lointain, c’est une marche régressive à l’infini vers l’horizon qui se situe là où on le voit en raison du lieu où l’on se trouve. À l’origine il y a les Gaulois, qui, en se mettant en mouvement, en commençant leur marche, révèlent d’où l’on vient, mais non d’où ils viennent. Ils disent ce qu’il y a au cœur de ce nous national qui fait que nous sommes ce que nous sommes dans une relation ontologique. Toute l’éducation patriotique d’Ernest Lavisse est d’achever la construction de la nation et de casser un fatalisme qui lierait le sort des contemporains à celui des ancêtres, et que résumerait l’épitaphe prédictive et rétroprédictive d’un « nous étions ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes », c’est-à-dire désunis et condamnés au « malheur des vaincus ». Dire les origines est bien, ici, prendre la voix du passé pour dire le présent.

Notes

1 « Le vice et la vertu sont des produits comme le vitriol et le sucre » (H. Taine, Histoire de la littérature anglaise, Paris, Hachette, vol. 1, 1866, introduction).

2 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 7

3 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 5.

4 E. Lavisse, La première année d’histoire de France (ouvrage nouveau), 1884 (1re édition), p. 5.

5 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1922 (89e édition), p. 122.

6 Ibid.

7 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883, p. 32.

8 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1883 (25e édition refondue) et 1922 (89e édition), p. 122.

9 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition).

10 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition) (et La deuxième année, 1922).

11 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1922, p. 19.

12 E. Lavisse, La première année (nouvelle) d’histoire de France, s.d. (28e édition), p. 32.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 221.

15 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 3. Le texte ne subit que des modifications marginales en 1882 pour la 24e édition refondue.

16 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 51.

17 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. Le texte est de même teneur dans La nouvelle deuxième année d’histoire de France, 1895 (51e édition).

18 L’édition de l’Histoire de France. Cours moyen de 1956 (53e édition) montre la constance de cette affirmation : la Gaule « ne formait pas encore une nation. Les peuples qui l’habitaient avaient chacun un nom, ils se battaient souvent les uns contre les autres » (p. 6).

19 A. Lenoir, « Épître dédicatoire à Sa Majesté l’Impératrice et Reine », dans Mémoires de l’Académie celtique, Paris, Dentu, t. I, no 1, 1807. L’Académie celtique disparaît en 1812. Certains de ses membres créent en 1814 la Société royale des antiquaires de France en plaçant au cœur de ses préoccupations l’ensemble du Moyen Âge.

20 E. Renan, « Essai sur la poésie des races celtiques », Revue des Deux Mondes, vol. 25, 1854, p. 473-506 ; cet article est repris dans Essais de morale et de critique, Paris, Michel Lévy frères, 1859, p. 376-456.

21 C. de Gaulle, « Appel aux représentants actuels de la race celtique », Revue de Bretagne et de Vendée, 1864.

22 Voir notamment E. Renan, « Essai sur la poésie des races celtiques », art. cité, p. 475.

23 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », Revue de Paris, 7e année, vol. 5, septembre-octobre 1900, p. 384.

24 G. Paris, Revue critique d’histoire et de littérature, no 19, 10 mai 1873.

25  Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, no 3, 1876, séance du 21 avril 1876, p. 329-330.

26 J.-G. Bulliot et J. Roidot, La cité gauloise, selon l’histoire et les traditions, Autun, Dejussieu père et fils, 1878, p. 28-29.

27 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 383.

28 G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, A. Lemerre, 1881, p. 138-139.

29 Ibid., p. 139-140.

30 S. Reinach, « Esquisse d’une histoire de l’archéologie gauloise », Revue celtique, Paris, É. Bouillon, vol. 19, 1899, p. 111-112.

31 Ibid.

32 En 1866, la Société de linguistique de Paris interdit toute communication portant sur l’origine du langage afin de lutter contre ces théories.

33 T. Cailleux, Origine celtique de la civilisation de tous les peuples. Théorie nouvelle, Paris, Maisonneuve, 1878, p. vi-vii.

34 S. Sculfort de Beaurepas, Rénovation celtique. Le panceltisme universel et pacifique. Contre le pangermanisme envahisseur et l’impérialisme anglais, Paris, H. Champion, vo. 1, 1903, p. 478.

35 Ibid., p. 438.

36 C. Jullian, « Nord et Sud, Gaulois et Ligures », art. cité, p. 383.

37 Couronnée par l’Académie des inscriptions (1844) et l’Académie française (1851 et 1856).

38 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, vol. 8, 1872, p. 746.

39 H. Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Paris, Furne, vol. 1, 1855, p. 1.

40 J. Michelet, Histoire de France, Paris, A. Lemerre, vol. 1, 1885, p. 166.

41 H. Martin, Études d’archéologie celtique : notes de voyages dans les pays celtiques et scandinaves, Paris, Didier, 1872, p. iv.

42 L’hebdomadaire Le drapeau devient le journal officiel de la Ligue des patriotes jusqu’en 1901.

43 P. Déroulède, Chants du soldat, Paris, Calmann Lévy, 1885.

44 M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, Paris, F. Juven, 1902, p. 267.

45 La ligue française, no 1, juillet 1914, p. 2,

46 Ibid., p. 1.

47 L’action régionaliste, janvier 1903, no 1, p. 37-38.

48 Ibid., p. 36.

49 Le programme administratif repose sur « 1o Division de la France en régions homogènes ; 2o Création de centres régionaux ; 3o Gestion des affaires de la commune par la commune, de la région par la région, de la nation par l’État ; 4o création d’une juridiction arbitrale chargée de connaître des conflits entre l’individu, la commune, la région et l’État ».

50 M. Arkoun (dir.), Histoire de l’islam et des musulmans en France : du Moyen Âge à nos jours, préface de J. Le Goff, Paris, A. Michel, 2006, p. 41.

51 P. Durrieu et al., Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 71, no 71, 1910, p. 206.

52 G. Dottin, La langue gauloise : grammaire, texte et glossaire, préface de C. Jullian, Paris, Klincksieck, 1918 ; H. d’Arbois de Jubainville, Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 52, no 4, 1908, p. 272-274.

53 N. Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, Paris, Hachette, vol. 1, 1875, p. 3.

54 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 41-42.

55 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe xviiie-xixe siècle, Paris, Le Seuil, 2001.

56 T. Mommsen, Agli Italiani, Berlin, E. Dentu, 1870. Voir le compte rendu qu’en fait d’A. Geffroy, « Un manifeste prussien », Revue des Deux Mondes, vol. 90, 1er novembre 1870, p. 120-137.

57 N. Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française ? Réponse à M. Mommsen, Paris, E. Dentu, 1870 ; lettre reprise dans N. D. Fustel de Coulanges, Questions historiques, revues et complétées, d’après les notes de l’auteur, par Camille Jullian, Paris, Hachette, 1893, p. 505-512 ; p. 509 pour la présente citation.

58 L’action régionaliste, janvier 1903, no 1, p. 37-38.

59 Voir notamment, O. Schrader, Reallexikon der indogermanischen Altertumskunde. Gundzüge einer Kultur-und Völkergeschichte Alteuropas, Strasbourg, K. J. Trübner, 1901 ; A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, Hachette, 1903 ; G. Childe, The Aryans : A Study of Indo-European Origins, Londres, P. Kegan, 1926. Pour une approche récente J.-P. Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident, Paris, Le Seuil, ‎ 2014.

60 J. Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, 2012.

61 D. Schnapper, « La citoyenneté : perspectives historiques et théoriques. La conception de la nation », Citoyenneté et société, no 281, mai-juin 1997, p. 11-19.

62 J. Michelet, Histoire de France, ouvr. cité, vol. 2, p. 67.

63 Ibid., p. 73.

64 Ibid., p. 125 et 158.

65 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 204-206.

66 C. Jullian, Le Rhin gaulois, Paris, Attinger frères, 1915, p. 51.

67 P. Schöttler, « Le Rhin comme enjeu historiographique dans l’entre-deux-guerres. Vers une histoire des mentalités frontalières », Genèses, no 14, 1994, p. 66.

68 Voir E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, particulièrement le chapitre 6, « Des langues à foison », p. 93-123 ; G. Antoine et R. Martin (dir.), Histoire de la langue française (1880-1914), Paris, CNRS Éditions, 1998.

69 « Les Bretons et les Alsaciens qui n’entendent pas tous la langue de son gouvernement n’ont pas été, dans les jours d’épreuves, les moins dévoués de ses enfants. Parmi les grandes nations, elle est, par excellence, la nation. Ailleurs, la nationalité se confond ou tend à se confondre avec la race, chose de nature, et, par conséquent, sans mérite » (E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 206).

70 Le correspondant, 25 mars 1893, p. 1162.

71 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1884, p. 165-166.

72 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, préface de M. Ozouf, Paris, Aubier, 1996, voir plus particulièrement le chapitre 6, p. 203-241.

73 C’est par cet argument que Combes suspend le traitement de certains prêtres bretons en 1903-1904.

74 Circulaire du 14 août 1925.

75 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 12.

76 E. Lavisse, préface à La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition).

77 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 342-343.

78 E. Lavisse, La première année d’histoire de France (ouvrage nouveau), 1884 (1re édition), p. 216.

79 Ibid., p. 216-217.

80 O. Loubes, L’école et la patrie en France. Histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, 2001.

81 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition), p. 31. Même remarque dans La première année destinée à l’enseignement secondaire spécial (1890, p. 11).

82 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 117.

83 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 5.

84 Journal des instituteurs, 11 juin 1905, p. 822-824, p. 822 pour les citations.

85 Clusium, pour les Romains ; actuellement Chuisi, province de Sienne. Voir S. Bourdin, « Les Gaulois à Chiusi. Réflexions sur les mouvements migratoires et sur l’activité diplomatique des Celtes en Italie », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, Rome / Paris, École française de Rome / de Boccard, 2007, p. 17-24.

86 Tite-Live, Histoire romaine, V, 33, 2.

87 Ibid., V, 35.

88 Ibid., V, 42.

89 D. Briquel, La prise de Rome par les Gaulois : lecture mythique d’un événement historique, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008.

90 E. Lavisse et P. Dupuy, Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale, 1890 (1re édition), p. 11.

91 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 233.

92 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 5.

93 Plus vraisemblablement, d’après Strabon, il s’agirait de « Celtes de l’Adriatique » (VII, 3, 8).

94 A. B. Bosworth, A Historical Commentary on Arrian’s History of Alexander, Oxford, Clarendon Press, vol. 1, 1980, p. 64-65.

95 Arrien, Anabase, I, 1, 4.

96 C. Liskenne et Sauvan, Essai sur la tactique des Grecs, Paris, Anselin, t. I, 1835, p. 778.

97 Arrien, Les guerres d’Alexandre, Paris, Vve J. Canuisat et P. Le Petit, 1646, p. 10.

98 Arrien, Histoire d’Alexandre : l’anabase d’Alexandre le Grand et L’Inde, traduction de P. Savinel, suivi de Flavius Arrien entre deux mondes par P. Vidal-Naquet, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984.

99 Strabon, Géographie de Strabon, nouvelle traduction d’A. Tardieu, Paris, Hachette, 1867, t. II, VII, 3, 8, p. 24.

100 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1876-1895, p. 5.

101 Lettre du 9 novembre 1882, C. Jullian, Lettres de jeunesse : Italie-Allemagne, 1880-1883, Bordeaux, Delmas, 1936, p. 269. Voir O. Motte, Camille Jullian : les années de formation, Rome, École française de Rome, 1990.

102 T. Mommsen, Histoire romaine, traduction de C.-A. Alexandre, Paris, A. L. Herold, vol. 7, 1869, p. 12 (et pour les citations suivantes de cet ouvrage : p. 12, 29, 25, 110, 111, 30, 29, 30, 99, 100, 83, 100, 99-100 n. 1, 111-112, 110-111, 111, 3-4, 24).

103 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 41-42.

104 Ibid., p. 45.

105 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. Le texte est de même teneur dans La nouvelle deuxième année d’histoire de France, 1895.

106 Actuellement Jean-Louis Brunaux considère qu’il y avait plutôt un pays et des nations : « La Gaule, au moins depuis le début de l’extension arverne, était une sorte de pyramide du clientélisme en construction. Tous les degrés inférieurs et moyens étaient en place. Partout, de grands peuples dominaient un ensemble de quelques unités de peuples clients. Il ne restait plus qu’à asseoir au-dessus de ces ensembles un peuple qui en fût le chef d’orchestre. C’est ce sommet, le plus délicat à installer, qui était l’objet de tous les affrontements depuis des décennies. [...] Comme cette Gaule ne bénéficiait pas d’une administration civile et militaire commune, il serait abusif de parler de nation gauloise, au sens où l’on entend aujourd’hui la nation française ou la nation allemande. Néanmoins, parce qu’ils partageaient une même histoire, une même culture et, un niveau supérieur, un espace politique commun, on doit reconnaître qu’ils étaient à la recherche et déjà sur la voie de cette nation qu’ils ne parvinrent pas à se donner. De là à imaginer que cette nation gauloise introuvable ait pu préfigurer en quelque manière la nation française, il y a un pas qu’il est impossible de franchir. La romanisation a joué la carte d’un retour en arrière en renforçant l’autonomie des anciens peuples-État devenus civitates dont les liens de dépendance avec Rome avaient volontairement été diversifiés. On signifiait ainsi l’autonomie et on aiguisait la concurrence entre des entités administratives auxquelles une couleur ethnique artificielle avait été donnée. Les invasions barbares qui suivirent ne firent qu’amplifier les différences ethniques plus ou moins réelles et un régionalisme persistant. Aussi fallut-il des siècles pour que se constitue réellement une nation » (J.-L. Brunaux, Nos ancêtres les Gaulois, Paris, Le Seuil, 2008, p. 78-79 ; voir aussi, du même auteur, Alésia, ouvr. cité, p. 168-180).

107 C. Jullian, « L’ancienneté de l’idée de nation », Revue bleue, no 3, 18 janvier 1913, p. 68.

108 Ibid.

109 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1922, p. 15.

110 E. Lavisse, Vue générale de l’histoire politique de l’Europe, 1890, p. 51.

111 H. d’Arbois de Jubainville, Les premiers habitants de l’Europe, d’après les écrivains de l’Antiquité et les travaux des linguistes, Paris, E. Thorin, 1889-1894, p. xviii-xx.

112 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, t. VI, 1908-1920, p. 554, n. 8.

113 E. Lavisse, préface à Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition).

114 Voir notamment F. Crouzet et L. Febvre, Nous sommes des sang-mêlés. Manuel d’histoire de la civilisation française, Paris, A. Michel, 2012 ; S. Marinopoulos et al., Que cherche-t-on dans nos origines ?, Paris, Belin, 2015, particulièrement le chapitre 2, un entretien avec Michel Wieviorka, p. 71-121 ; F. Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle, Paris, L’Herne, 2016.

115 C. Péguy, Un poète l’a dit [1907], dans Œuvres en prose complètes, R. Burac (éd.), Paris, Gallimard, vol. 2, 1988, p. 844.

116 P. Larousse, article « Origine », Dictionnaire complet de la langue française, Paris, A. Boyer et Cie, 1882.

117 Voir notamment P. Ricœur, Temps et récit, Paris, Le Seuil, 3 vol., 1983-1985 ; et M. Serres, Récits d’humanisme, Paris, Le Pommier, 2006.

118 M. Foucault, Dits et écrits, Paris, Gallimard, vol. 1, 2012, p. 1006.

119 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1920 (88e édition), p. 30.

120 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.

121 E. Lavisse (dir.), Histoire de France contemporaine depuis la Révolution jusqu’à la paix de 1919, vol. 9, 1922, p. 505-519. Les citations suivantes en sont extraites.

122 S. Rieckhoff, « Les Celtes : peuple oublié ou fiction ? », dans L’archéologie, instrument du politique ? Archéologie, histoire des mentalités et construction européenne, Dijon / Glux-en-Glenne, CRDP de Bourgogne / Centre archéologique européen, 2006, p. 25.

123 P. Ricœur, Temps et récit, ouvr. cité ; J. Bres, La narrativité, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994 ; M. Serres, Récits d’humanisme, ouvr. cité ; G. Dufour-Kowalska, Origine : l’essence de l’origine, l’origine selon l’« Éthique » de Spinoza, Paris, Beauchesne, 1973, particulièrement p. 40-47.

124 F. Nietzsche, « Maximes et pointes », dans Crépuscule des idoles, 1888, 24.

125 T. Garcia, Nous, Paris, Grasset, 2016.

126 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine, Paris, A. Sautelet, vol. 2, 1828, p. 10.

127 Hésiode, « L’âge d’or », dans Les travaux et les jours.

128 Le mot hébreu Âdam est, au début de la Genèse, un nom commun collectif désignant l’homme ou l’humanité et qui devient progressivement le nom propre du premier homme, Adam. Voir Gn 2 : 5-7 ; Gn 5 : 1-2.

129 A.-I. Bouton-Touboulic, « Origines de l’homme, origines des hommes chez saint Augustin », Vita latina, no 172, 2005, p. 41-52.

130 E. Kant, Critique de la raison pure [1781 et 1787], traduction de Jules Barni, préface de Luc Ferry, Paris, Flammarion, 1987, p. 391.

131 É. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, Presses universitaires de France, 1912, p. 10-11 et p. 11, n. 1.

Table des illustrations

Titre Illustration 73. La Gaule (Gauthier et Deschamps, 1916).
Légende 73. « La Gaule », dans Gauthier et Deschamps, Cours moyen d’histoire de France, Paris, Hachette, 1916, p. 2. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search