Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

III. Les enjeux politiques et moraux du discours scolaire

Chapitre VII

Les Gaulois, un cas d’école

Texte intégral

1L’étude des Gaulois est dans les Petits Lavisse un cas d’école. Issu de la forge historienne et scolaire, leur portrait s’est épuré au point de pouvoir illustrer en toute pédagogie la nécessaire édification morale, militaire et politique de tout un chacun et de toute société. Sous la plume d’Ernest Lavisse, l’histoire de l’éducation des Gaulois se mue en une illustration narrative d’un choix manichéen entre inconstance et persévérance, entre désorganisation et discipline, entre désunion et nation. La défaite gauloise devient un mal nécessaire car c’est grâce à elle que la Gaule serait parvenue à la civilisation par l’éducation romaine. C’est Rome qui aurait permis aux Gaulois d’accéder aux merveilles de l’esprit, à une organisation sociale supérieure. Elle leur aurait offert de se révéler à eux-mêmes. La Gaule se met à l’école de Rome. La langue latine le révèle : autrefois comme dans l’École de Jules Ferry et d’Ernest Lavisse, l’élève (discipulus) fait son instruction et son éducation par la disciplina, à la fois règle de conduite et matière scolaire.

À l’école de Rome

  • 1 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 6.
  • 2 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 4.
  • 3 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884, p. 4-5.
  • 4 Le Gaulois, no 1, 5 juillet 1868, p. 1.
  • 5 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission d (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 A. Fouillée, Psychologie du peuple français [1898], Paris, F. Alcan, 1903, p. 147.
  • 8 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 4 ; et La deuxième anné (...)

2Ernest Lavisse dresse un portrait contrasté, à deux versants dissymétriques, du caractère des Gaulois. Le premier est un tableau assez élogieux car « ils étaient braves, intelligents et gais. Ils aimaient à bien parler et à entendre bien parler »1. « Ils avaient des sentiments généreux »2, affirment La première et La deuxième année d’histoire de France de 1876 à 1895. « Les Gaulois étaient très coquets » et aimaient les grands repas durant lesquels on « parlait beaucoup »3 selon les Récits et entretiens. Les Gaulois passent aussi, et surtout, pour avoir été courageux. C’est dans cet esprit-là qu’en 1868 Henry de Pène et Edmond Tarbé des Sablons choisissent le nom de leur nouveau journal car « nous nous appelons Le Gaulois, ce qui équivaut à un engagement d’être vaillant »4. Cette virilité guerrière justifie le choix du nom des cigarettes Gauloises en 1910. Tout cela est bien connu des contemporains. Déjà en 1828 Amédée Thierry affirmait que « les traits saillants de la famille gauloise [...] peuvent se résumer ainsi : une bravoure personnelle que rien n’égale chez les peuples anciens ; un esprit franc, impétueux, ouvert à toutes les impressions, éminemment intelligent »5. Mais il ajoutait aussitôt qu’à « côté de cela », ils étaient d’une « mobilité extrême, point de constance, une répugnance marquée aux idées de discipline et d’ordre [...], beaucoup d’ostentation, enfin une désunion perpétuelle, fruit de l’excessive vanité »6. Quant à Alfred Fouillée, il n’hésite pas à leur reconnaître la « curiosité universelle et l’universelle aptitude »7. Ernest Lavisse est à la fois plus généreux qu’Amédée Thierry et plus sévère qu’Alfred Fouillée. S’il relève les qualités des Gaulois – braves et courageux, intelligents et gais, beaux parleurs et généreux –, il estime malgré tout que celles-ci sont obérées par de lourds défauts. Dans La première année d’histoire de France (1876), il les voit « braves, hardis, violents et prompts à se quereller et à combattre »8. Les mots sont strictement les mêmes dans La deuxième année d’histoire de France (1883-1895). Déjà en 1885, dans ses Questions d’enseignement, Ernest Lavisse appelle l’instituteur à dresser un portrait peu élogieux des Gaulois :

  • 9 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 182.

Décrivez les huttes sans fenêtres et sans cheminées, la façon gloutonne de manger avec les mains, le vêtement sous lequel il n’y a pas de chemise. Dès que l’enfant saura que les vitres, les fourchettes et les chemises n’étaient pas inventées, il sentira qu’il entre dans un autre monde. Ajoutez l’oisiveté de la vie barbare, l’inhabileté au travail agricole et à l’industrie, l’humeur belliqueuse et les expéditions de guerre.9

3Puis Ernest Lavisse en vient au cœur du problème :

  • 10 Ibid.

Dites pourtant que ce vaillant n’était pas toujours un bon soldat, qu’il avait de l’ardeur, mais point le calme qu’il faut dans les batailles, et que, si l’ennemi lui résistait longtemps, le Gaulois se lassait et lâchait prise. Voilà des traits de mœurs qui peindront les ancêtres.10

  • 11 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 8.
  • 12 P. Larousse, article « Gauloiserie », dans Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Adm (...)
  • 13 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 5.

4La tendance à insister sur les aspects négatifs s’amplifie à partir des réécritures de la fin du xixe siècle. Et hormis la bravoure, aucune autre qualité morale ne leur est reconnue dans La deuxième année à partir de 1895 et dans les Leçons et L’année préparatoire, pas plus que dans le Cours élémentaire (1913-1922). Pas d’autres qualités morales dans le Cours moyen (1912-1922) qui, de plus, relate les « sacrifices humains » durant lesquels « la foule chantait et dansait pendant que les victimes hurlaient de douleur »11. Le caractère effusif des Gaulois les conduit à des excès qu’une bonne éducation doit canaliser. Ce sont là des sentiments incontrôlés, non maîtrisés, expression excessive de qualités pourtant indéniables. Les Gaulois aiment profiter de la vie – et de ses plaisirs –, ce qui les conduit à des mœurs parfois légères et dissolues, voire à la débauche. Ils aiment parler et débattre passionnément, mais les excès des mots les rendent parfois hâbleurs, vaniteux, fanfarons, railleurs, rudes et même grossiers lorsqu’ils se laissent aller aux « gauloiseries », qui glissent insensiblement de la simple plaisanterie « vive et franche »12 lorsqu’apparaît le mot en 1865, à des paroles grivoises, voire licencieuses, après la Grande Guerre. Ils sont aussi bagarreurs (ill. 36 et 60). En somme, les Gaulois « riaient, criaient et souvent finissaient par se battre »13.

Illustration 60. Au temps des Gaulois. Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages (Lavisse, 1913-1922).

Illustration 60. Au temps des Gaulois. Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages (Lavisse, 1913-1922).

60. « Au temps des Gaulois. Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 1. Collection particulière.

  • 14 G. de Maupassant, Mouche, nouvelle parue dans L’inutile beauté, Paris, V. Havard, 1890, p. 138-139

5Ces aspects (supposés) du caractère des Gaulois sont alors bien connus des contemporains, et la littérature, y compris dans des contextes non historiques, y a recours fréquemment. Ainsi en est-il en 1862 sous la plume de Victor Hugo dans Les Misérables, au chapitre ix intitulé La vieille âme de la Gaule, considérant que « la gaminerie est une nuance de l’esprit gaulois » ; aussi Guy de Maupassant en 1890 qui, pour décrire le caractère d’une jeune femme très attachante, « vive et écervelée », portée sur la boisson depuis toujours, qui « bavardait sans fin », écrit qu’il « y avait dans cet esprit […] de la gauloiserie, de l’impudeur, de l’impudence, de l’imprévu, du comique »14. Mais encore Arthur Rimbaud qui définit en 1873 son propre caractère :

  • 15 A. Rimbaud, « Mauvais sang », Une saison en enfer, avril-août 1873.

J’ai de mes ancêtres gaulois l’œil bleu blanc, la cervelle étroite, et la maladresse dans la lutte. [...] D’eux, j’ai : l’idolâtrie et l’amour du sacrilège ; – oh ! tous les vices, colère, luxure, – magnifique, la luxure ; – surtout mensonge et paresse.15

  • 16 Pour une mémoire moins littéraire, rappelons les paroles de Faut rigoler, chanson écrite par Boris (...)
  • 17 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, A. Michel (...)

6Avec ces descriptions nous avons affaire à des stéréotypes qui s’inscrivent dans une histoire longue16. Comme le fait remarquer Christian Amalvi, il y a une tradition de Bonaparte en 1803 qui estime que « les Français ne sont pas changés par 10 ans de Révolution ; ils sont ce qu’étaient les Gaulois, fiers et légers », à de Gaulle qui rend hommage en mai 1946 à Georges Clémenceau, ce « vieux Gaulois acharné à défendre le sol et le génie de notre race » et, le mois suivant, qui dénonce à Bayeux « notre vieille propension gauloise aux divisions et aux querelles »17. Car la conséquence la plus grave n’est pas tant que les Gaulois auraient été belliqueux mais surtout incapables de s’unir. Là est la condamnation capitale d’Ernest Lavisse.

  • 18 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 5.

7Le récit des événements de la défaite de Vercingétorix devient alors un catalogue des erreurs à ne pas commettre. En effet, le caractère des Gaulois trouve rapidement ses limites sur les champs de bataille. Certaines qualités gauloises deviennent ici des défauts. Leur grande franchise se traduit au combat par leur simplicité stratégique et l’absence d’armement élaboré puisqu’ils « combattaient hardiment, et ne tendaient jamais d’embûches. Ils dédaignaient les armures de fer, et s’offraient à l’ennemi leur poitrine nue »18. Le caractère passionné explique autant leur ardeur au combat que leur indiscipline et le rejet de toute hiérarchie. Car c’est bien cela que regrette Ernest Lavisse, l’inconstance des Gaulois et le terrible défaut de se décourager trop vite :

  • 19 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)

Mais si l’ennemi leur résistait longtemps, les Gaulois se lassaient vite. Quand ils étaient vaincus, ils se décourageaient, et leurs défaites devenaient de grands désastres.19

  • 20 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. En italique (...)

À la guerre, ils attaquaient l’ennemi avec impétuosité ; ils marchaient et combattaient sans discipline, et, quand ils étaient vaincus, ils se décourageaient facilement.20

  • 21 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 22 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884 (1re édition), p. 12.
  • 23 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 24 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 13.
  • 25 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 9.

8Au sujet de la prise de Rome en 390, Ernest Lavisse explique que si les Gaulois n’ont pas su rester maîtres de la ville, c’est en raison de la supériorité des « Romains, qui n’étaient pas moins braves que les Gaulois, et qui étaient plus patients et mieux commandés »21. Ainsi, aux yeux d’Ernest Lavisse, la hargne et la détermination spontanées des Gaulois sont suffisantes pour leur assurer de gagner des batailles, mais leur impatience et leur inconstance ne leur permettent pas de gagner les guerres. Cela est très clair dans les Récits et entretiens familiers lorsqu’Ernest Lavisse constate que les Gaulois infligent à Gergovie la première défaite que connut César, « lui qui n’avait jamais été vaincu »22, alors qu’ils ne parviennent pas à vaincre définitivement l’envahisseur. Les Romains représentent le modèle à suivre. Cette affirmation est martelée d’un manuel à l’autre et les mots utilisés sont quasiment toujours les mêmes. Ainsi dans La deuxième année d’histoire de France peut-on lire que l’armée romaine était commandée par César, « un homme de grand génie », et qu’elle était « très bien disciplinée » alors que « les Gaulois au contraire étaient divisés : c’est pour cela qu’ils furent vaincus »23. Dans La nouvelle première année, une série de saynètes est insérée à la fin du siècle pour faire réviser les élèves. Parmi elles, une vignette montre les Gaulois qui, précise la légende, « marchaient en désordre », et une autre image présente les Romains qui « marchaient en bon ordre » (ill. 61-62). Une question accompagne ces images qui amène les élèves à comparer les vignettes afin d’expliquer « pourquoi les Gaulois furent vaincus par les Romains »24. Les Récits et entretiens familiers sont aussi très engagés dans l’éducation militaire des jeunes élèves du cours élémentaire. Ernest Lavisse y affirme sans ambages que « malheureusement nos ancêtres n’étaient point fermes et patients, comme il faut l’être dans les batailles [...]. À cause de cela, tout en étant braves, ils n’étaient pas de bons soldats ; car le bon soldat reste calme et brave jusque dans la défaite »25.

Illustration 61. Gaulois en marche (Lavisse, 1894-1922).

Illustration 61. Gaulois en marche (Lavisse, 1894-1922).

61. « Gaulois en marche », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.

Illustration 62. Romains en marche (Lavisse, 1894-1922).

Illustration 62. Romains en marche (Lavisse, 1894-1922).

62. « Romains en marche », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.

  • 26 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 10.
  • 27 Ibid.

9À l’inverse, les Romains étaient de « bons soldats ; ils exécutaient les ordres sans murmures. Ils supportaient les fatigues sans se plaindre. Un Romain aimait sa patrie plus que lui-même. Il mourait avec joie »26. La défaite de Vercingétorix donne lieu à une leçon sur l’honneur militaire et patriotique : « Dans les guerres, on n’est jamais sûr de la victoire ; mais on peut toujours sauver l’honneur en faisant son devoir. Vercingétorix a sauvé l’honneur de la Gaule. »27 Le constat est le même quelques siècles plus tard, à l’époque de Charles Martel mais avant la bataille de Poitiers, lorsqu’Ernest Lavisse rapporte un dialogue entre un calife et son général qui lui explique que les Francs sont un peuple qui se décourage rapidement et devient faible :

  • 28 Ibid., p. 40.

« Qu’est-ce donc que ces Francs ? » Demanda un jour le khalife à un de ses généraux. Celui-ci répondit : « C’est un peuple très nombreux, très brave dans l’attaque, et qui perd courage quand il a été vaincu. » Et le général promit de battre les Francs.28

  • 29 V. Hugo, L’année terrible, Paris, Michel Lévy frères, 1872.
  • 30 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 233.
  • 31 Voir P. Milza, L’année terrible, Paris, Perrin, 2 vol., 2009.
  • 32 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 33 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 341-343 ; La deuxième a (...)
  • 34 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 35 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1920 (88e édition), p. 425.
  • 36 César, Guerre des Gaules, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles L (...)
  • 37 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, vol. 2, 1866, p. 263-264.

10Le thème est toujours le même, s’inscrit dans une longue histoire et acquiert une portée générale : un peuple insuffisamment combatif est un peuple fragile. Il s’agit en fait d’un double reproche de la part d’Ernest Lavisse. La division politique résonne en écho à l’incapacité de combattre unis. Non seulement les Gaulois n’ont pas su se discipliner suffisamment pour affronter l’ennemi, mais ils n’ont pas non plus été en mesure de s’unir politiquement afin d’élaborer des pratiques politiques apaisées. Ces deux conditions n’étant pas réunies, les Gaulois ne purent utiliser la guerre comme exutoire de la violence déversée sur le champ de bataille contre l’envahisseur. C’est une incapacité fatale à considérer la cause commune, la chose publique – la res publica –, l’ennemi commun. La faute est à la fois militaire, politique et morale. En cette période marquée par les tensions avec l’Allemagne, l’idée en devient insupportable. Elle résonne de façon assourdissante après « l’année terrible » écoulée entre juillet 1870 et juin 1871. Ernest Lavisse reprend même à son compte cette expression de Victor Hugo29 dans son Cours moyen en 1912 où il y voit « un des moments les plus tristes de toute notre histoire »30. L’humiliante défaite de Sedan, les difficultés de la jeune république qui peine à s’organiser tout en luttant contre la Prusse, l’amputation de l’Alsace et de la Moselle, et la Commune, disent à tous les difficultés des Français à s’unir et à vaincre31. À l’inverse, les Petits Lavisse rappellent que durant la guerre de 1870-1871, « les armées allemandes, bien plus nombreuses et bien mieux commandées que la nôtre, sont victorieuses »32. Ce constat historique au sujet des Gaulois, tranche avec « les devoirs de la France » qu’Ernest Lavisse énumère à la fin de ses manuels de Première et de Deuxième année à partir de 1882-188333. Parmi eux, il rappelle que « nos désastres nous enseignent que, pour être un soldat, il faut apprendre à l’être et accomplir avec exactitude le dévouement des devoirs imposés par la loi militaire »34. Ces « devoirs de la France » disparaissent après la Première Guerre mondiale pour laisser place à un bref alinéa où perdure malgré tout l’idée que les « quatre années de souffrance ont réveillé chez les Français leurs vertus traditionnelles », notamment, « la ténacité, l’utilité de la discipline et la nécessité de renoncer à tous les motifs qu’ils pouvaient avoir de se quereller »35. À l’instar des Romains, il faut de la discipline, de la détermination, de la patience et de l’endurance, du calme et de la bravoure, et aussi le sens du devoir. Cette éducation militaire commence dès le siège d’Alésia, c’est du moins ce qu’affirme César, soucieux de valoriser son œuvre : « […] les Gaulois se mirent alors, pour la première fois, à fortifier leur camp : le choc avait été si rude que ces hommes qui n’étaient pas habitués au travail pensaient devoir se soumettre à tout ce qu’on leur commandait. »36 L’idée est reprise par les historiens sans grande distance critique. Ainsi, Napoléon III constate que Vercingétorix, en renforçant son autorité, profite de l’occasion « pour assujettir ses troupes indisciplinées aux rudes travaux de la guerre, et parvient à les convaincre de la nécessité de retrancher leur camp à la manière des Romains »37. Ernest Lavisse partage cette idée, lui qui voit en Vercingétorix un chef militaire d’une incommensurable supériorité par rapport à ses soldats peu disciplinés et aguerris, et qui saisit les circonstances impérieuses de la guerre pour leur faire réaliser la nécessité et l’urgence de la rigueur, du travail et de la discipline. On voit bien de quelle manière le récit intéressé et peu neutre de César rencontre les aspirations morales et patriotiques du Second Empire et de la République. Là encore il y a continuité, même si ce sentiment se renforce après 1870-1871.

  • 38 F. Monnier, Vercingétorix et l’indépendance gauloise : religion et institutions celtiques, Paris, (...)
  • 39 P. M. Martin, Vercingétorix, Paris, Perrin, 2013, p. 60-63.

11En revanche, Ernest Lavisse ne critique pas directement les chefs militaires, leurs divisions politiques, ou le fait que les Rèmes et les Éduens, notamment, aient combattu aux côtés de César pendant la conquête. Il ne retient pas non plus une autre interprétation de la défaite qui est parfois avancée au début de la Troisième République, celle d’une opposition entre des notables gaulois tôt romanisés, et devenus pro-romains, et Vercingétorix. Cette lecture est notamment défendue par Francis Monnier dans une étude lue à l’Académie des sciences morales et politiques et publiée en 187438. Et surtout Ernest Lavisse passe sous silence les liens qui avaient précédemment uni Vercingétorix et César – puisque c’est auprès des Romains qu’il apprend les méthodes de combat – et dont font état Dion Cassius et Orose39. Certains historiens de l’époque, et non des moindres, l’écrivent clairement. Camille Jullian consacre même un chapitre à « Vercingétorix, l’ami de César ». Cependant, son interprétation est que César croyait pouvoir ainsi acheter les chefs gaulois qui, à leur tour, n’y auraient vu qu’un engagement stratégique et conjoncturel n’exigeant pas une grande fidélité :

  • 40 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 81-82.

César prit les devants ; il crut se le concilier en lui attribuant le titre d’« ami » ; peut-être même lui fit-il, comme à Dumnorix, la vague promesse d’une royauté sur son peuple. Les calculs de César devaient être déjoués. Il jugea les Gaulois plus naïfs et plus crédules qu’ils ne l’étaient. Il les traitait trop volontiers en enfants qu’un hochet fait rester tranquilles. [...] Aucun de ces chefs auxquels il donna le titre d’ami ne se crut tenu à une éternelle amitié. C’était pour eux une précaution contre les incertitudes du lendemain, un moyen de donner le change et de voir venir. Ni Dumnorix, ni Ambiorix, ni Comm l’Atrébate, ni Vercingétorix n’entendirent engager leur parole qu’autant que le chef romain demeurerait véritablement l’ami de la Gaule, l’ami et non le maître.40

  • 41 G. Bloch, Les origines. La Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans E. Lavisse (dir.), Histoir (...)
  • 42 E. Lavisse et P. Dupuy, Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale, 1890 (1re édi (...)

12Gustave Bloch ne l’ignore pas non plus dans l’Histoire de France. Il en vient à la même conclusion que Camille Jullian en affirmant que « César essaya de se l’attacher [Vercingétorix] et lui conféra le titre d’ami », et qu’ainsi il « conquit la Gaule avec l’aide des Gaulois »41. Pour le manuéliste Ernest Lavisse, ce serait mettre en lumière des traîtres à la « nation » gauloise. Il préfère s’en tenir à un manque de maturité politique du peuple gaulois que les lumières patriotiques d’un Vercingétorix n’ont pu sortir des ténèbres de la désunion. En revanche, dans ses manuels destinés aux élèves de l’enseignement secondaire, il reconnaît bien que « des peuples gaulois, pour faire la guerre à d’autres peuples gaulois, firent alliance soit avec les Romains soit avec les Germains »42. Ernest Lavisse accepte aussi qu’André Parmentier mette les élèves de quatrième dans la confidence :

  • 43 V. Duruy, E. Lavisse et A.-E.-É. Parmentier, Histoire romaine. Pour la classe de 4e, ouvr. cité, p (...)

La Gaule tomba ; elle mérita sa défaite. Jusqu’au dernier jour, les Gaulois fournirent eux-mêmes des chances de succès à leurs ennemis ; chaque État restait divisé en deux partis, dont l’un, le parti aristocratique, se faisait volontiers l’allié des Romains ; dont l’autre, le parti démocratique, cherchait trop souvent du secours auprès des Germains. L’un et l’autre faisaient passer l’intérêt du parti avant l’intérêt national.43

13Cependant l’amitié de Vercingétorix pour César n’est jamais mentionnée.

14Malgré la déception, malgré le traitement inhumain infligé au valeureux Vercingétorix – lâchement étranglé dans l’obscurité de sa prison romaine, écrit Ernest Lavisse –, la conquête de César représente finalement un événement positif pour l’histoire de France. C’est ainsi que le manuéliste présente la romanisation :

  • 44 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1906, p. 32.

Comme les Romains étaient très civilisés, ils apprirent aux Gaulois toutes sortes de choses que ceux-ci ne savaient pas. On fit alors des routes en Gaule, on y construisit des villes, où il y eut des monuments admirables. La Gaule eut des écoles célèbres. Les Gaulois devinrent semblables aux Romains. Ils parlèrent comme eux, s’habillèrent comme eux, et on les appelle Gallo-romains, c’est-à-dire des Romains de la Gaule.44

  • 45 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1895, p. 17.

15Les résistances à la romanisation ne sont presque jamais évoquées. Et quand elles le sont, dans les Récits et entretiens, ce n’est pas pour relativiser l’œuvre romaine mais comme prétexte à une anecdote moralisatrice sur les devoirs de la bonne épouse, comme on le voit avec l’histoire de Julius Sabinus et de sa femme Éponine. Après avoir tenté de se révolter en 69-70, Sabinus se serait caché plusieurs années pour échapper aux soldats romains. Plutôt que de contextualiser historiquement le récit et de développer les raisons de la révolte de ce chef gaulois lingon, Ernest Lavisse s’en tient à décrire Éponine qui manque de « mourir de douleur » en l’absence de son mari, qui le rejoint tous les soirs pour « lui tenir compagnie », qui vient supplier Vespasien d’épargner Sabinus, et qui, finalement, demande « à mourir avec son mari ». La morale de l’histoire est explicite : « Ainsi mourut Éponine, dont il faut garder le souvenir parce qu’elle a honoré les femmes gauloises, en se dévouant à son mari malheureux, et en se montrant si courageuse devant ce cruel empereur. »45 Totalement décalés par rapport au reste du manuel, le récit et ses illustrations disparaissent en 1895.

Illustration 63. Un Gaulois et son fils partant pour la chasse (Lavisse, 1913-1922).

Illustration 63. Un Gaulois et son fils partant pour la chasse (Lavisse, 1913-1922).

63. « Un Gaulois et son fils partant pour la chasse », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 2. Collection particulière.

Illustration 64. Une ville gauloise du temps des Romains (Lavisse, 1913-1922).

Illustration 64. Une ville gauloise du temps des Romains (Lavisse, 1913-1922).

64. « Une ville gauloise du temps des Romains », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 7. Collection particulière.

16Le Cours élémentaire va plus loin dans la glorification des bienfaits de la romanisation par le biais du commentaire de deux gravures insérées respectivement, à quelques pages d’écart, dans la description de la vie des Gaulois avant la conquête et dans celle d’une ville gallo-romaine (ill. 63-64). La première montre une famille, devant sa hutte, au moment où le père s’apprête à partir à la chasse avec son fils. La deuxième présente une ville gallo-romaine avec une fontaine, un amphithéâtre, un temple et des Gallo-Romains discutant, se promenant dans la ville, portant de l’eau dans une amphore, et au milieu deux enfants allant à l’école. Des choix graphiques explicites opposent les deux gravures. La première est de forme verticale, étroite, étriquée même, représentant une hutte sommaire au milieu d’une forêt sauvage et sombre, où le ciel n’apparaît presque pas, dont les habitants sont hirsutes, les lignes dominantes déséquilibrant la composition vers la gauche. En revanche, la « ville gauloise du temps des Romains » offre un panorama vaste, un paysage totalement anthropisé, équilibré, lumineux, au sol dallé, avec des personnages aux vêtements et aux attitudes soignés dans la sérénité d’activités quotidiennes, civiques ou scolaires, où l’on perçoit que l’urbain se décline dans les différentes acceptions de l’urbanité. Le commentaire de cette dernière gravure confirme et étaye cette impression :

  • 46 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 7-8.

Voici une place d’une ville. Vous y voyez de beaux monuments à colonnes. Une fontaine verse son eau nuit et jour. Cette ville est une ville gauloise. Vous devez être étonnés de voir une si belle ville en Gaule, car vous avez vu l’autre jour une maison gauloise bien misérable. Deux hommes s’arrêtent pour causer. Ils sont habillés d’une robe. Ces hommes sont des Gaulois. Ils ne ressemblent plus du tout à celui que vous avez vu auprès de sa maison, au moment où il allait partir pour la chasse. [...] Voilà bien des changements. [...] Les Romains savaient faire beaucoup de choses que les Gaulois ne savaient pas faire [...]. Ils apprirent à faire tout ce que faisaient les Romains. Alors, ils bâtirent de belles villes. Ils s’habillèrent comme les Romains.46

17La police utilisée insiste sur le fait que les Romains étaient « très civilisés » (en caractères gras). La nouvelle première année d’histoire de France reprend ce dispositif didactique et oppose un « village gaulois » qui « se composait de huttes misérables », et une « ville gauloise au temps des Romains » et l’intérieur d’une « riche maison gauloise au temps des Romains » (ill. 65-66).

Illustration 65. Village gaulois (Lavisse, 1894-1922).

Illustration 65. Village gaulois (Lavisse, 1894-1922).

65. « Village gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.

Illustration 66. Ville gauloise au temps des Romains et riche maison gauloise au temps des Gaulois (Lavisse, 1894-1922).

Illustration 66. Ville gauloise au temps des Romains et riche maison gauloise au temps des Gaulois (Lavisse, 1894-1922).

66. « Ville gauloise au temps des Romains » et « Riche maison gauloise au temps des Gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.

Illustration 67. Une ville de la Gaule romaine (Lavisse, 1912-1922).

Illustration 67. Une ville de la Gaule romaine (Lavisse, 1912-1922).

67. « Une ville de la Gaule romaine », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 11. Collection particulière.

18Le Cours moyen présente aussi à partir de 1912 une gravure d’une « ville de la Gaule romaine » que deux Gallo-Romains en toge observent du haut d’une terrasse la surplombant de façon improbable, où ils contemplent les très nombreux monuments tels que temples, arc de triomphe, maison carrée comme celle de Nîmes ou d’Arles, théâtre, rotonde, nombreuses sculptures, et au loin le pont du Gard (ill. 67). Même si la ville n’est pas nommée, il s’agit vraisemblablement d’un montage de différentes gravures concernant des villes de Narbonnaise. Elle donne une identité architecturale à cette période de l’histoire de France et à la romanisation entendue comme processus de civilisation. Dans le Cours élémentaire, Ernest Lavisse fait remarquer à ses jeunes lecteurs la différence explicite entre les enfants gaulois d’avant la conquête romaine, et les deux enfants gallo-romains. Ainsi, avant la conquête :

  • 47 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 2.

Le garçon suivra son père à la chasse. Il n’ira pas à l’école pour une bonne raison : c’est qu’il n’y avait pas d’écoles en Gaule. Personne n’y apprenait à lire ni écrire. Vous ne voudriez pas être des ignorants comme ces petits-là.47

19La dernière phrase est explicite par sa structure grammaticale puisqu’elle utilise le conditionnel présent comme souhait moral impératif. En revanche, à l’époque gallo-romaine l’école est la seule activité présentée et impliquant des enfants :

  • 48 Ibid., p. 7-8.

Des enfants vont à l’école. Ils sont sérieux comme de petits hommes et bien habillés. Ce sont des petits Gaulois [...]. Les enfants allèrent à l’école pour apprendre à lire et à écrire, pour apprendre l’arithmétique et d’autres choses encore.48

  • 49 Ibid., p. 8.
  • 50 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 13
  • 51 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 52 E. Lavisse, préface à Histoire générale, 1884.
  • 53 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1906, p. 31.
  • 54 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 10.
  • 55 Ibid., p. 2.
  • 56 Ibid., p. 168.

20Les Gaulois sont donc à l’école de Rome, du triple point de vue du processus de civilisation, d’éducation sociale et de scolarisation. Mais les Gaulois ne sont pas des élèves passifs et sans mérite. Il y a là un argument essentiel qui permet à Ernest Lavisse de leur redonner du prestige. Le discours didactique distribue clairement les rôles puisqu’il considère que « les Romains savaient faire beaucoup de choses que les Gaulois ne savaient pas faire », mais que « les Gaulois étaient très intelligents »49. Cette intelligence leur permet d’intégrer rapidement la culture romaine, de profiter de cette éducation. D’ailleurs, tout comme la christianisation, la romanisation apparaît à la fois immédiate, évidente, générale, et absolue. Il n’y a jamais, ou très exceptionnellement50, d’indicateurs de temps pour rendre compte du processus. Les Gaulois devinrent les dignes descendants des Romains et leurs meilleurs élèves, car comme ils « étaient très intelligents, ils devinrent le peuple le plus civilisé parmi ceux que Rome a vaincus »51. La représentation des Gallo-Romains – en toge, prenant des postures élégantes, discutant, se promenant, scrutant la ville, vivant dans des intérieurs riches et raffinés – met en évidence les mérites de la romanisation (ill. 68). La défaite devient ainsi non seulement acceptable, mais salvatrice et révélatrice de la plasticité et de la vélocité intellectuelles gauloises. En tant que digne héritière de l’héritage romain, la France devient une sorte de nouvelle Rome à vocation universelle comme aime à le rappeler Ernest Lavisse. Cette perception des choses permet aussi de faire un lien entre la conquête romaine et les guerres coloniales contemporaines de la Troisième République. Pour Ernest Lavisse, comme pour nombre de ses contemporains, la « colonisation du monde » représente une des « œuvres de la paix »52 car elle tire vers la « civilisation » des peuples qualifiés de barbares et sauvages. Il considère qu’avant la romanisation, les Gaulois étaient « encore barbares », que « leur industrie et leur art n’étaient pas plus avancés que ceux des peuples sauvages aujourd’hui »53, et que « nos pères, les Gaulois, vivaient à peu près comme les peuplades sauvages d’aujourd’hui »54, ce que confirmerait l’étude de leur habitat. Le Cours élémentaire interpelle ses jeunes lecteurs au sujet de l’apparence des Gaulois d’avant la conquête : « Si vous rencontriez un homme comme celui-là dans la rue, vous seriez bien étonnés, vous croiriez que c’est un sauvage. »55 Comme les populations indigènes des colonies, les Gaulois auraient eu des mœurs barbares, n’auraient guère su se battre, n’auraient eu ni organisation politique structurée ni école. En somme, hier comme aujourd’hui, Gaulois et indigènes nécessitent une intervention extérieure pour s’élever, dans les deux sens du verbe, à la civilisation. Puisque la conquête romaine se justifie a posteriori par les bienfaits apportés aux Gaulois en retour, ce discours permet de défendre la colonisation contemporaine et de délégitimer toute résistance, car elle est pour le manuéliste, finalement, le moyen d’exprimer « la bonté de la France »56 comme il l’affirme dans son Cours élémentaire.

Illustration 68. Costumes gallo-romains (Lavisse, 1895-1922).

Illustration 68. Costumes gallo-romains (Lavisse, 1895-1922).

68. « Costumes gallo-romains », dans E. Lavisse, La nouvelle deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1895, p. 32. Collection particulière.

  • 57 A. Thierry, Histoire des Gaulois, ouvr. cité, vol. 1, p. 21-22.

21Cette perception était largement répandue à l’époque. Déjà Napoléon Ier et Napoléon III avaient interprété l’arrivée de César en Gaule comme un geste de la Providence. Si en 1873 une rue est baptisée du nom de Vercingétorix à Paris, il ne faut pas oublier que César est honoré de la même manière en 1875. Jacques-Gabriel Bulliot et Jules Roidot comparent César à l’Hercule tyrien, légende rapportée par Diodore de Sicile et reprise par Amédée Thierry57, à la fois vainqueur et bienfaiteur :

  • 58 J.-G. Bulliot et J. Roidot, La cité gauloise, selon l’histoire et les traditions, Autun, Dejussieu (...)

Plus puissant que l’Hercule tyrien, que les colonies phéniciennes, à ne considérer que les faits en bloc et dans leur physionomie totale, il [César] fut l’initiateur de cette race prédestinée. Il vint la chercher au fond de ses forêts, au sein de sa barbarie ; il est l’ancêtre de notre civilisation. Quand il n’aurait que cette page dans sa vie, il serait encore le plus grand de tous les fondateurs d’empire, puisque la Gaule, appelée par lui à être romaine, est devenue la France, et qu’elle est entre les races latines l’héritière la plus authentique des traditions, des instincts, du génie, de la puissance de Rome.58

  • 59 H. d’Arbois de Jubainville, « Des attributions judiciaires de l’autorité publique chez les Celtes  (...)

22De même, Henri d’Arbois de Jubainville – pourtant si critique de l’oubli de la multiplicité des origines anthropologiques – voit dans la conquête romaine de la Gaule une « révolution bienfaisante » car « il ne pouvait y avoir de révolution plus favorable à la prospérité publique et à la félicité de chacun »59. Et puis par une sorte de translatio studii, Ernest Lavisse montre que les Romains eux-mêmes avaient appris des Grecs, lesquels avaient été en partie éduqués par l’Orient. Il y aurait ainsi une sorte de passage de témoin, de transmission du flambeau de la civilisation :

  • 60 E. Lavisse, Histoire générale, [1884]-1901, p. 33.

Les premiers peuples civilisés ont été les peuples de l’Orient. Ils ont appris à vivre en société, à bien cultiver la terre, à travailler les métaux. Ils ont inventé l’industrie, le commerce, les arts et les sciences. Parmi ces peuples orientaux, les plus importants sont les Égyptiens, qui ont bâti tant de beaux monuments, et les Juifs chez qui est né Jésus-Christ. L’Europe, qui était barbare pendant que l’Égypte était civilisée, commence à apparaître dans l’histoire avec les Grecs. Ceux-ci conquièrent l’Égypte et une grande partie de l’Asie. Déjà civilisés avant ces conquêtes, ils le deviennent plus encore. Puis le peuple grec s’épuise ; il est vaincu et soumis par les Romains. Ceux-ci étendent leur empire sur tous les pays qui avaient été soumis aux Grecs ; de plus ils conquièrent tout le Nord de l’Afrique, l’Espagne, la Gaule, une partie de la Bretagne (aujourd’hui Angleterre). Civilisés par les Grecs, ils ont civilisé à leur tour ces pays de l’Occident, demeurés barbares. Ainsi la civilisation, née en Orient, s’est peu à peu répandue sur l’Occident. Mais le peuple romain s’est épuisé à son tour. Son empire est attaqué par les barbares, les Germains, qui le détruisirent.60

  • 61 P. Valéry, « La crise de l’esprit », première lettre, Athenæus, avril-mai 1919.
  • 62 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.

23C’est toute la civilisation que la Gaule-France a sauvée. Ernest Lavisse insiste ici sur la nécessité de ne pas « s’épuiser » afin de ne pas disparaître. Là encore, les Petits Lavisse produisent un discours historique qui a un sens civique et moral. Il replace l’histoire des Gaulo-Français dans une conception organique des civilisations qui naissent, se développent, transmettent leur substance vitale, et disparaissent. C’est en tout cas ce qui est arrivé aux Égyptiens, aux Hébreux, aux Grecs et aux Romains. Le danger semble d’actualité après la défaite de Sedan contre la Prusse d’autant que, comme le rappelle Ernest Lavisse, ce sont les Germains qui détruisirent l’Empire romain. C’est ce que doivent finalement comprendre les lecteurs des Petits Lavisse et que reprend Paul Valéry qui annonce avec gravité en 1919, au lendemain de la Grande Guerre, que « nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles »61. Désormais, la France détiendrait le flambeau de la civilisation et aurait vocation à œuvrer pour le reste du monde. Il y a ainsi une profonde résonnance entre Ernest Lavisse qui estime qu’il « n’y a pas de doute que nous avons charge de représenter la cause de l’humanité »62 et les acclamations que reçoit Clémenceau à la Chambre le 11 novembre 1918 lorsqu’il déclare que « la France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’humanité, sera toujours le soldat de l’idéal ».

Les Gaulois, l’alcoolisme et la Troisième République

  • 63 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 5.
  • 64 Ibid.

24Le cours d’histoire est aussi l’occasion d’une instruction morale et civique contre l’alcoolisme, thème où convergent les préoccupations médicales et éducatives de la Troisième République. Les Gaulois auraient été portés à la consommation excessive d’alcool, ce qui aurait avivé leur caractère querelleur. Les Récits et entretiens insistent sur cette relation entre alcool et violence. Le texte affirme que l’on « parlait beaucoup pendant les repas ; on buvait beaucoup aussi malheureusement, et quand on avait trop bu, on se querellait. Souvent même on se levait, on prenait ses armes, on se battait : le sang coulait »63. Une gravure accompagne le texte qui, de façon insistante, réaffirme que « souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient »64 (ill. 69).

Illustration 69. Souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient (Lavisse, 1884-1922).

Illustration 69. Souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient (Lavisse, 1884-1922).

69. « Souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 5. Collection particulière.

  • 65 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, F. Hoefer (éd.), Paris, A. Delaha (...)
  • 66 Diodore de Sicile lui-même rappelle plus haut que les Gaulois aiment « jusqu’à l’excès le vin que (...)

25Il est intéressant de constater que la légende de l’image est quasiment une paraphrase de Diodore de Sicile. Cependant, l’auteur antique n’évoque pas, ici, la consommation d’alcool qui aurait conduit leurs joutes oratoires à dériver en duel : « […] souvent, pendant le repas, leurs discours font naître des querelles, et, méprisant la vie, ils se provoquent à des combats singuliers […]. »65 De toute façon les Gaulois étaient connus par ailleurs pour leur forte consommation d’alcool66, ce qui permet à Ernest Lavisse la dénonciation de tels excès. Même à l’occasion des cérémonies religieuses, il croit savoir que les festivités dérapaient souvent en beuveries et bagarres :

  • 67 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 3.

Aussi le jour où l’on cueillait le gui était une grande fête. Les habitants y venaient en foule. La cérémonie finie, on s’asseyait par terre pour manger, boire et chanter ; souvent, on buvait trop et alors on se disputait et on se battait. Les Gaulois aimaient à se disputer et à se battre, comme font les peuples sauvages.67

  • 68 D. Nourrisson, Crus et cuites : histoire du buveur, Paris, Perrin, 2013, p. 23.
  • 69 A. Fouillée, Psychologie du peuple français, ouvr. cité, p. 145.
  • 70 B. Dargelos, « Genèse d’un problème social. Entre moralisation et médicalisation : la lutte antial (...)
  • 71 S. Ledermann, Alcool, alcoolisme, alcoolisation, 1. Données scientifiques de caractère physiologiq (...)
  • 72 H. Bernard, « Alcoolisme et antialcoolisme en France au xixe siècle », Histoire, économie et socié (...)
  • 73 D. Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, Paris, A. Michel, 1990, p. 160.
  • 74 D. Nourrisson, « Aux origines de l’antialcoolisme », Histoire, économie et société, no 7-4, 1988, (...)

26Au-delà du propos éducatif et scolaire, il faut évidemment dépasser les stéréotypes et la tendance avérée des auteurs antiques à se recopier sans toujours force discernement. Les Gaulois boivent de façon assez modérée et principalement de la bière – cervoise (épeautre), kourmi (orge) ou korma (froment, miel) – des laitages, de l’hydromel68. N’oublions pas Posidonios d’Apamé qui rappelle que, longtemps, seuls les Gaulois aisés boivent du vin – importé d’Italie et fort cher – ainsi que les guerriers, avant les batailles, pour célébrer leur victoire ou dans le cadre de libations religieuses. Avant la conquête romaine, les Gaulois ne cultivent la vigne que sur le littoral méditerranéen, et encore le vin qu’ils en tirent est-il de médiocre qualité. Mais tel n’est pas le savoir historique que retient le xixe siècle. On est alors intimement convaincu que les Gaulois boivent sans modération. Alfred Fouillée, dans sa Psychologie du peuple français, croit même pouvoir retrouver ce goût gaulois pour l’excès d’alcool dans les « Celtes de notre Bretagne » qui, « aujourd’hui encore, ne donnent guère l’exemple de la tempérance »69. Pour comprendre cela, il nous faut sortir de la classe et même de l’École, et replacer le discours scolaire dans le contexte de la lutte contre l’alcoolisme mené par la Troisième République70. Elle résulte de la prise de conscience de l’augmentation de la consommation d’alcool qui croît tout au long du siècle, doublant presque de la décennie 1850 à la première décennie du xxe siècle, en passant de 17,6 litres d’équivalent-alcool-pur par an et par adulte, à 32,5 litres71. Dans le département de la Seine inférieure, l’alcoolisme serait responsable de plus du quart des admissions des aliénés à l’hospice parisien de Bicêtre à la fin du xixe siècle, ce qui représente un doublement ou un triplement par rapport au début du siècle72. La consommation d’alcool concerne aussi les enfants car « du nourrisson au conscrit, on trinque »73, comme l’écrit avec ironie Didier Nourrisson. Le début des années 1870 montre que l’on prend toute la mesure du problème. Un mouvement antialcoolique d’importance se structure74. Diverses associations sont créées pour lutter contre ce fléau comme la Ligue contre l’alcoolisme en 1871 à l’Académie de médecine de Paris où l’on rencontre notamment Louis Pasteur, le baron Haussmann et le psychiatre Valentin Magnan. Leurs actions mènent à la loi du 23 janvier 1873 qui vise à « réprimer l’ivresse publique et à combattre les progrès de l’alcoolisme ». Ce texte de loi doit même être affiché à la porte de toutes les mairies ainsi que dans « la salle principale de tout cabaret, café et autres débits de boissons » comme que le prévoit l’article 12.

  • 75 Cité par J. Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Paris, Le Seuil, 2004, p. 87.
  • 76 Voir R. Tombs, La guerre contre Paris, 1871, Paris, Aubier, 1997. Sur la réception de la Commune p (...)

27Ce combat mené contre l’alcoolisme ne se fait pas seulement au nom de préoccupations hygiénistes. Il relève aussi de préoccupations liées à la moralité, à la lutte contre la violence – notamment familiale – et à la cohésion sociale et politique. L’argument de la lutte contre l’alcoolisme est même utilisé lors de l’évacuation des moines du monastère de la Grande Chartreuse par les forces de l’ordre le 28 avril 1903. Même si la raison véritable est la lutte contre les congrégations, Émile Combes s’interroge sur « l’étrangeté de l’existence d’une communauté que l’on croirait destinée à satisfaire les besoins de l’âme et qui s’emploie à fabriquer et à vendre de l’alcool »75. On est alors parfois intimement convaincu que les événements de la Commune sont en partie dus aux excès de boisson, et notamment à l’absinthe. Les aliénistes établissent fréquemment un rapprochement entre l’alcoolisme et des troubles mentaux héréditaires qui auraient expliqué violences et débordements76. C’est ce qu’évoque Valentin Magnan en 1874 :

  • 77 V. Magnan, De l’alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement, Paris, (...)

Si, depuis quelques années, les questions relatives à l’alcoolisme ont eu le privilège d’attirer l’attention générale, les derniers événements ont suffisamment démontré que ce n’est pas trop des efforts réunis de tous, médecins, philosophes, législateurs, pour conjurer le danger pressant qui menace à la fois la santé, la morale et la société.77

28Des médecins et des psychiatres soulignent en effet la relation causale entre l’alcoolisme, la dépravation morale et la révolte populaire. C’est ainsi que Jules Bergeron rappelle à l’Académie de médecine, lors de la séance du 5 décembre 1871, « le monstrueux accès d’alcoolisme aigu dont la population honnête a été, pendant deux mois, le témoin épouvanté ». L’année suivante, le docteur Irénée Célestin Baume est plus explicite encore :

  • 78 J.-B.-V. Laborde, Les hommes et les actes de l’insurrection de Paris devant la psychologie morbide(...)

L’alcoolisme ! Ne l’a-t-on pas vu partout et comme dans une personnification armée, en ces temps de fatale mémoire, se traînant dans les rues de la cité, sur les remparts, près des casernes, dans les avenues et dans les jardins dévastés de la banlieue, trônant à sa façon dans les palais, souillant les églises, s’agitant et vociférant dans les réunions publiques, titubant sous la tunique sordide, le fusil sur l’épaule, le hoquet à la bouche et mêlé à des lambeaux de la Marseillaise ? L’alcool, on le sait, fut aux mains des meneurs un des principaux moyens, un instrument destiné à produire d’autres instruments d’autant plus dociles qu’ils sont rendus plus aveugles et inconscients.78

  • 79 P. Lidsky, Les écrivains contre la Commune [1970], Paris, La Découverte, 2010 ; voir G. Gâcon, « G (...)

29Les effets sociaux et moraux de l’alcoolisme sont aussi dénoncés dans la littérature79. Dans La débâcle (1892), Émile Zola voit dans la Commune l’expression parisienne des effets conjugués de l’alcoolisme, de l’oisiveté, de la paresse et de la folie :

  • 80 É. Zola, La débâcle, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1892, p. 580-581.

Paris, alcoolisé, où n’avait manqué ni l’eau-de-vie ni le vin, vivait grassement à cette heure, tombait à une ivrognerie continue. [...] La vie sociale n’avait pas repris, aucun travail, aucune affaire encore ; et il y avait là tout un peuple dans l’attente, ne faisant rien, finissant de se détraquer, au clair soleil du printemps naissant. [...] Maintenant, la population avait glissé d’un coup à une vie d’absolue paresse, dans l’isolement où elle demeurait du monde entier. Lui, comme les autres, flânait du matin au soir, respirait l’air vicié par tous les germes de folie qui, depuis des mois, montaient de la foule.80

  • 81 É. Zola, L’assommoir, Paris, G. Charpentier, 1877, p. i-ii.
  • 82 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 83 Sur la présentation de la Commune dans les manuels scolaires, voir Didier Nourrisson, « Histoire d (...)
  • 84 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 233.
  • 85 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 86 M. Caire, « Du Morbus Democraticus à l’idéalisme passionné. Quelques réactions des aliénistes fran (...)

30Déjà dans la préface de L’Assommoir (1877), il rappelait son objectif de « peindre la déchéance fatale d’une famille ouvrière, dans le milieu empesté de nos faubourgs », car, affirmait-il, « au bout de l’ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort. C’est de la morale en action, simplement »81. Les Petits Lavisse ne retiennent pas cette relation entre l’alcoolisme et la Commune. Le Cours élémentaire de 1913 évite même, de façon apparemment surprenante, de mentionner l’événement. En revanche, dans les autres manuels d’Ernest Lavisse, la Commune est qualifiée de « terrible insurrection » et de « grande honte »82, et Ernest Lavisse rappelle les monuments incendiés, l’assassinat de l’archevêque de Paris et des otages détenus en prison83. Dans le Cours moyen, où l’événement est le plus développé, le manuéliste rapporte que, parmi diverses autres causes, « il y avait à Paris, comme dans toutes les grandes villes, des hommes qui aimaient le désordre et la violence »84. En définitive, ce qu’Ernest Lavisse retient, c’est que si cette insurrection est « la plus criminelle » de toutes les insurrections que la France a connues, c’est parce qu’elle s’est « faite sous les yeux de l’ennemi vainqueur »85. Il n’insiste donc pas tant, ici, sur l’alcoolisme que sur le désastre et la honte de la désunion. Il n’a d’ailleurs pas tort car la relation entre la Commune et l’alcoolisme est historiquement peu fondée. Michel Caire a montré que le nombre d’alcooliques internés à l’hôpital Sainte-Anne de Paris ne progresse guère durant la Commune puisqu’il s’élève à 21,2 % de l’ensemble des personnes internées en mars-juin 1870, et à 22,6 % en mars-juin 1871, soit une progression négligeable de 1,4 point86.

31Dès le début des années 1870, on a la conviction que l’École doit participer au combat multiforme contre l’alcoolisme. De nombreux débats ont lieu à l’Académie de médecine comme celui du 14 février 1871 où M. Verneuil affirme le rôle de l’enseignement dans ce qu’il n’hésite pas à qualifier de « guerre sainte » :

  • 87 F. Dubois et J. Béclard (dir.), Bulletin de l’Académie nationale de médecine, Paris, Baillière et (...)

Oui, nous devons instruire et moraliser les générations présentes et futures, et leur inspirer l’horreur d’un vice qui conduit à la misère, à l’abjection, au crime même, et, en tout cas, à la mort prématurée. Oui, l’instituteur, le philosophe et le médecin doivent se croiser pour cette guerre sainte.87

32Les publications professionnelles à destination des instituteurs sont mobilisées. C’est le cas du Bulletin mensuel de la Société antialcoolique des instituteurs et des institutrices de France publié par l’Union française antialcoolique (UFA). Cette association a été fondée en mars 1902. Son président d’honneur n’est autre que le successeur de Ferdinand Buisson à la direction de l’Enseignement primaire, l’historien byzantiniste Charles Bayer. Celui-ci a contribué deux ans plus tôt au tome II de l’Histoire de France des origines à la Révolution d’Ernest Lavisse aux côtés d’Arthur Kleinclausz et de Christian Pfister. La vice-présidence de l’UFA est assurée par Adrien Seignette, inspecteur général honoraire de l’Enseignement primaire et directeur du Journal des instituteurs. Le bureau réunit deux directeurs d’école et trois instituteurs. Deux d’entre eux ont par ailleurs été lauréats du concours contre l’alcoolisme organisé par la Ligue de l’enseignement. Dès le premier numéro de leur revue, ils affirment très clairement leur ambition :

  • 88 Bulletin mensuel de la Société antialcoolique des instituteurs et des institutrices de France, no  (...)

L’avenir du pays repose sur l’instituteur et l’institutrice. Toute idée propre à rendre l’individu meilleur et plus heureux, le pays plus prospère, leur est confiée pour qu’ils la fassent pénétrer dans les cœurs et dans les esprits. Or, de tous les maux qui inquiètent, menacent la France en particulier, l’alcoolisme n’est-il pas le plus effrayant ? Sans doute il y a aussi la tuberculose qui, nous dit-on, fait 150 000 victimes par an dans notre pays ; mais c’est encore l’alcool qui est son gros pourvoyeur, puisque 60 % des tuberculeux sont des buveurs. […] Combattre l’alcoolisme, c’est combattre à la fois les maladies, les mauvaises mœurs, la misère, le crime, la dépopulation ; c’est travailler au bonheur de l’individu et de la famille ; c’est sauvegarder cette race française au corps si vigoureux et si sain, à l’esprit si délié et si ouvert, au cœur si chaud et si aimant.88

33La revue propose aussi des supports pédagogiques à partir d’expériences simples, d’exercices de calcul, de dictées ou de rédactions. Les manuels scolaires sont mobilisés dans cette guerre contre l’alcoolisme. La quatrième de couverture de l’édition de 1898 de La nouvelle première année d’histoire de France d’Ernest Lavisse porte une publicité d’Armand Colin pour un tableau mural illustré d’Émile Galtier-Boissière (ill. 70).

Illustration 70. La lutte contre l’alcoolisme, quatrième de couverture de La nouvelle première année d’histoire de France (Lavisse, 1898).

Illustration 70. La lutte contre l’alcoolisme, quatrième de couverture de La nouvelle première année d’histoire de France (Lavisse, 1898).

70. « La lutte contre l’alcoolisme », quatrième de couverture d’E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898. Collection particulière.

34Elle montre un ouvrier qui, au lieu de se rendre à l’usine comme le font ses collègues, se laisse entraîner dans un café servant de la liqueur. En grands caractères gras est inscrit « Perte de la Volonté ». Elle est extraite de l’opuscule destiné au maître du Livret d’anti-alcoolisme d’Émile Galtier-Boissière. Il y précise les effets de l’alcool :

  • 89 É. Galtier-Boissière, Livret d’anti-alcoolisme, 1. Opuscule du maître, Paris, A. Colin, 1896, p. 1 (...)

L’alcoolique n’a plus les idées nettes ; tout est vague et flottant dans son cerveau ; il ne peut plus enchaîner les idées les unes aux autres ; il ne trouve plus les mots pour les exprimer. Incapable de raisonner, il s’attache à une idée fixe, qu’il suit mécaniquement, y revenant sans cesse, répétant les mêmes mots. L’alcoolique perd la mémoire ; il ne se souvient plus des promesses qu’il a faites, ni des ordres qu’il a donnés ou reçus, ni des engagements qu’il a pris. Il oublie de faire un travail comme on lui demande ; de le livrer au jour ou à l’heure convenue. Si on lui donne un rendez-vous, il ne s’y trouve pas. [...] L’alcoolique perd la sensibilité. D’aimant il devient indifférent ; de dévoué il devient égoïste. [...] L’alcoolique perd la volonté. Quelque désir qu’il en ait, il ne peut pas résister à sa funeste passion. C’est plus fort que lui : il faut qu’il boive. [...] L’ivrogne n’a plus la notion du devoir social. Il néglige de soigner sa chevelure, sa barbe, ses mains. [...] Il est surtout irritable. Ces colères tournent vite à la fureur. C’est alors que, privé de raison, il se livre aux pires violences.89

  • 90 Ibid., p. 27.
  • 91 Ibid., p. 34.
  • 92 Ibid., p. 33.

35Le tableau se rapproche ainsi des Gaulois violents d’ivresse alcoolique. Plus loin, le manuel n’hésite pas à rappeler que « plus du tiers des fous sont des alcooliques »90, que « la moitié et même les trois quarts des criminels sont des buveurs d’alcool »91, et que « dans certains départements, notamment dans le Nord-Ouest, l’ouvrier laisse au cabaret la moitié de son salaire »92. Une gravure montre les effets physionomiques de l’alcool.

36Les différentes disciplines concourent à la formation de l’élève. Celui-ci apprend dans les cours d’histoire les excès alcooliques des Gaulois, et depuis 1882, dans le cadre de l’instruction morale, il étudie les méfaits psychologiques, familiaux et sociaux de l’alcool. On le voit bien dans le manuel d’instruction civique du cours préparatoire d’Ernest Lavisse, signé sous le pseudonyme Pierre Laloi. Les images (ill. 71-72) et les propos sont violents mais renvoient à l’urgence sanitaire et sociale :

  • 93 Terme définit dans le lexique du manuel par « être sans raison », par Pierre Larousse comme « anim (...)
  • 94 P. Laloi [E. Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, 1896, p (...)

Pour haïr l’ivrogne, regardez un ivrogne : son extérieur est ignoble ; il a perdu la raison, il est au-dessous de la brute93. L’ivrogne est un objet de mépris pour ses semblables ; il rend malheureux ceux qui habitent avec lui.94

  • 95 Instruction ministérielle des 18 juillet 1882 et 18 janvier 1887. Ibid. pour les citations suivant (...)

37Le programme du cours moyen enseigne par exemple le « danger de l’alcoolisme (affaiblissement de l’intelligence, de la volonté, ruines de la santé) » dans les « devoirs envers soi-même »95. Dans les « devoirs envers les autres », il montre aux élèves que « l’alcoolisme entraîne à violer peu à peu tous les devoirs envers les autres hommes (paresse, violence, etc.) ». Au cours supérieur l’élève apprend dans le chapitre relatif à la société que « l’alcoolisme diminue peu à peu ses sentiments, en détruisant le ressort de la volonté et de la responsabilité personnelle ». Les sciences enseignent les effets physiologiques sur l’organisme. Et jusqu’en 1882, même l’histoire sainte rappelait aux élèves la découverte par Noé des effets de l’alcool, son enivrement et le maudissement de son fils Cham.

Illustration 71. À gauche : devant le comptoir d’un marchand de vin se tient un homme en haillons. À droite : dans la mansarde, sa femme et ses enfants pleurent (Laloi [Lavisse], 1896).

Illustration 71. À gauche : devant le comptoir d’un marchand de vin se tient un homme en haillons. À droite : dans la mansarde, sa femme et ses enfants pleurent (Laloi [Lavisse], 1896).

71. « Devant le comptoir d’un marchand de vin se tient un homme en haillons » et « Dans la mansarde, sa femme et ses enfants pleurent », Pierre Laloi [Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, Paris, A. Colin, 1896, p. 47. Collection particulière.

Illustration 72. Effets terribles de l’alcoolisme (Laloi [Lavisse], 1896).

Illustration 72. Effets terribles de l’alcoolisme (Laloi [Lavisse], 1896).

72. « Effets terribles de l’alcoolisme », Pierre Laloi [Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, Paris, A. Colin, 1896, p. 76. Collection particulière.

  • 96 Pour s’en tenir à deux exemples, voir le Manuel général de l’instruction primaire, 31 août 1895, p (...)
  • 97 Didier Nourrisson relativise cependant l’impact de ces cours d’antialcoolisme en convoquant une ét (...)
  • 98 La ligue française, no 1, juillet 1914, p. 1
  • 99 Ibid., p. 2.
  • 100 Ibid., p. 3.
  • 101 Ibid., p. 2.

38L’antialcoolisme est intégré à la formation des instituteurs. Le 6 juin 1895, Odilon Lannelongue, alors professeur de pathologie chirurgicale à la faculté de médecine de Paris et membre de l’Académie des sciences de médecine, prononce un célèbre discours devant la chambre des députés pour souligner la progression du fléau. Le 16 juillet, la commission chargée de lutter contre l’alcoolisme adopte à l’unanimité le rapport de l’inspecteur général Jules Steeg visant à coordonner les différents enseignements de la lutte contre l’alcoolisme. Raymond Poincaré, alors ministre de l’Instruction publique, demande le 2 août aux recteurs d’académie d’approfondir la formation des maîtres à destination desquels un guide pratique est rédigé. La presse professionnelle des instituteurs relaie ces débats et montre la pleine prise de conscience du rôle que l’École doit jouer96. Thème scolaire transversal par excellence, l’alcoolisme devient un des combats de la Troisième République97. Ernest Lavisse ne manque pas de rappeler, à l’orée de la Première Guerre mondiale, que la France est affaiblie par les excès de l’alcool. C’est ce qu’il écrit avec le général Paul Pau dans le premier numéro de juillet 1914 de La ligue française dont il est cofondateur et président d’honneur : « Ce qui est plus grave que tout le reste, des maux rongent la vitalité de la France, d’année en année l’alcoolisme multiplie les crimes, la folie, la dégénérescence, et, d’autre part, des milliers d’enfants sont chaque année, dans notre pays, détruits avant la naissance »98. Il précise que l’un des objectifs de La ligue française est de prêter son aide « aux sociétés qui luttent contre la dépopulation, contre l’alcoolisme et ses effets meurtriers »99. Le député des Vosges, Henri Schmidt, écrit même dans le premier numéro un article intitulé « La France pays d’alcooliques »100. La crainte est celle du déclin et de l’affaiblissement de la France à un moment crucial où la patrie doit pouvoir compter sur ses forces vives. La revue rappelle que « l’alcoolisme fait en un an autant de victimes que la guerre la plus meurtrière »101, s’appuyant sur les bilans des guerres précédentes et n’imaginant évidemment pas, en juillet 1914, le drame humain qui se profilait à l’horizon.

Notes

1 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 6.

2 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 4.

3 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884, p. 4-5.

4 Le Gaulois, no 1, 5 juillet 1868, p. 1.

5 A. Thierry, Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine, Paris, A. Sautelet, vol. 1, 1828, p. IV-V.

6 Ibid.

7 A. Fouillée, Psychologie du peuple français [1898], Paris, F. Alcan, 1903, p. 147.

8 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1876 (1re édition), p. 4 ; et La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 4.

9 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 182.

10 Ibid.

11 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 8.

12 P. Larousse, article « Gauloiserie », dans Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, vol. 8, 1872.

13 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1904 (68e édition), p. 5.

14 G. de Maupassant, Mouche, nouvelle parue dans L’inutile beauté, Paris, V. Havard, 1890, p. 138-139.

15 A. Rimbaud, « Mauvais sang », Une saison en enfer, avril-août 1873.

16 Pour une mémoire moins littéraire, rappelons les paroles de Faut rigoler, chanson écrite par Boris Vian en 1958 et interprétée par Henri Salvador en 1960 : « Faut rigoler / Faut rigoler / Avant que le ciel nous tombe sur la gueule / Faut rigoler / Faut rigoler / Pour empêcher le ciel de tomber / Nos ancêtres les Gaulois / Cheveux blonds et têtes de bois / Longues moustaches et gros dadas / Ne connaissaient que ce refrain-là [...]. Nos ancêtres les Gaulois / Habitaient des huttes en bois / Et les druides trois par trois / Sous le gui chantaient à pleine voix [...]. Nos ancêtres les Gaulois / Eurent tort d’être grand-papas / C’est leur faute si on est là / Et si on fait le mambo des Gaulois [...]. »

17 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, A. Michel, 1988, p. 55.

18 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 5.

19 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 4.

20 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 6. En italique dans le texte.

21 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 6.

22 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884 (1re édition), p. 12.

23 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 6.

24 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 13.

25 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 9.

26 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 10.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 40.

29 V. Hugo, L’année terrible, Paris, Michel Lévy frères, 1872.

30 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 233.

31 Voir P. Milza, L’année terrible, Paris, Perrin, 2 vol., 2009.

32 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 335.

33 E. Lavisse, La première année d’histoire de France, 1883 (24e édition), p. 341-343 ; La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 341-343 ; La nouvelle deuxième année d’histoire de France, 1895 (51e édition), p. 402-404.

34 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 342.

35 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1920 (88e édition), p. 425.

36 César, Guerre des Gaules, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles Lettres, 1926, VII, 29-30.

37 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, vol. 2, 1866, p. 263-264.

38 F. Monnier, Vercingétorix et l’indépendance gauloise : religion et institutions celtiques, Paris, Didier, 1874.

39 P. M. Martin, Vercingétorix, Paris, Perrin, 2013, p. 60-63.

40 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 81-82.

41 G. Bloch, Les origines. La Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans E. Lavisse (dir.), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette, t. I, 2e partie, 1900, p. 92 et 72. Voir C. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Arles, Actes Sud-Errance, 2001, p. 386-390.

42 E. Lavisse et P. Dupuy, Histoire de France et notions sommaires d’histoire générale, 1890 (1re édition), p. 15.

43 V. Duruy, E. Lavisse et A.-E.-É. Parmentier, Histoire romaine. Pour la classe de 4e, ouvr. cité, p. 326-328.

44 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1906, p. 32.

45 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1884-1895, p. 17.

46 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 7-8.

47 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 2.

48 Ibid., p. 7-8.

49 Ibid., p. 8.

50 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 13

51 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 8.

52 E. Lavisse, préface à Histoire générale, 1884.

53 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1906, p. 31.

54 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 10.

55 Ibid., p. 2.

56 Ibid., p. 168.

57 A. Thierry, Histoire des Gaulois, ouvr. cité, vol. 1, p. 21-22.

58 J.-G. Bulliot et J. Roidot, La cité gauloise, selon l’histoire et les traditions, Autun, Dejussieu père et fils, 1878, p. 116.

59 H. d’Arbois de Jubainville, « Des attributions judiciaires de l’autorité publique chez les Celtes », Revue celtique, t. VII, 1886, p. 8 et 10.

60 E. Lavisse, Histoire générale, [1884]-1901, p. 33.

61 P. Valéry, « La crise de l’esprit », première lettre, Athenæus, avril-mai 1919.

62 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.

63 E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, 1911 (38e édition), p. 5.

64 Ibid.

65 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, F. Hoefer (éd.), Paris, A. Delahays, vol. 1, 1851, v, 28.

66 Diodore de Sicile lui-même rappelle plus haut que les Gaulois aiment « jusqu’à l’excès le vin que les marchands leur apportent sans mélange, ils en boivent si avidement que, devenus ivres, ils tombent dans un profond sommeil ou dans des transports furieux » (ibid.). De nombreux auteurs antiques évoquent le goût prononcé des Gaulois pour les boissons alcoolisées (notamment Caton, Cicéron, Justin, Pausanias, Polybe ou encore Ammien Marcellin).

67 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 3.

68 D. Nourrisson, Crus et cuites : histoire du buveur, Paris, Perrin, 2013, p. 23.

69 A. Fouillée, Psychologie du peuple français, ouvr. cité, p. 145.

70 B. Dargelos, « Genèse d’un problème social. Entre moralisation et médicalisation : la lutte antialcoolique en France (1850-1915) », Lien social et politiques, no 55, 2006, p. 67-75.

71 S. Ledermann, Alcool, alcoolisme, alcoolisation, 1. Données scientifiques de caractère physiologique, économique et social, Paris, Presses universitaires de France, 1956, p. 64-65.

72 H. Bernard, « Alcoolisme et antialcoolisme en France au xixe siècle », Histoire, économie et société, no 4, 1984, p. 609-628.

73 D. Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, Paris, A. Michel, 1990, p. 160.

74 D. Nourrisson, « Aux origines de l’antialcoolisme », Histoire, économie et société, no 7-4, 1988, p. 494.

75 Cité par J. Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Paris, Le Seuil, 2004, p. 87.

76 Voir R. Tombs, La guerre contre Paris, 1871, Paris, Aubier, 1997. Sur la réception de la Commune par les républicains voir L. Godineau, « Les républicains, la guerre et la Commune », dans C. Latta et G. Gâcon (dir.), Les républicains et la guerre de 1870-1871, Lyon, J. André, 2014, p. 23-32.

77 V. Magnan, De l’alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement, Paris, A. Delahaye, 1874, p. 1.

78 J.-B.-V. Laborde, Les hommes et les actes de l’insurrection de Paris devant la psychologie morbide, Paris, E. Donnaud, 1872, p. 7.

79 P. Lidsky, Les écrivains contre la Commune [1970], Paris, La Découverte, 2010 ; voir G. Gâcon, « Guerre et prose : Daudet, Maupassant et Zola », dans C. Latta et G. Gâcon (dir.), Les républicains et la guerre de 1870-1871, ouvr. cité, p. 215-225.

80 É. Zola, La débâcle, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1892, p. 580-581.

81 É. Zola, L’assommoir, Paris, G. Charpentier, 1877, p. i-ii.

82 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 339.

83 Sur la présentation de la Commune dans les manuels scolaires, voir Didier Nourrisson, « Histoire d’une invisible : la guerre de 1870-1871 dans les manuels scolaires », dans C. Latta et G. Gâcon (dir.), Les républicains et la guerre de 1870-1871, ouvr. cité, p. 203-214.

84 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 233.

85 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 339.

86 M. Caire, « Du Morbus Democraticus à l’idéalisme passionné. Quelques réactions des aliénistes français aux lendemains de la Commune de Paris », Annales médico-psychologiques, no 4, 1990, p. 379-386.

87 F. Dubois et J. Béclard (dir.), Bulletin de l’Académie nationale de médecine, Paris, Baillière et Masson, vol. 36, 1871, p. 115.

88 Bulletin mensuel de la Société antialcoolique des instituteurs et des institutrices de France, no 1, 1902, p. 1.

89 É. Galtier-Boissière, Livret d’anti-alcoolisme, 1. Opuscule du maître, Paris, A. Colin, 1896, p. 18-19.

90 Ibid., p. 27.

91 Ibid., p. 34.

92 Ibid., p. 33.

93 Terme définit dans le lexique du manuel par « être sans raison », par Pierre Larousse comme « animal privé de raison » et, de façon figurative, « personne grossière, sans esprit ni raison » (Dictionnaire complet de la langue française, Paris, A. Boyer et Cie, 1882).

94 P. Laloi [E. Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, 1896, p. 46.

95 Instruction ministérielle des 18 juillet 1882 et 18 janvier 1887. Ibid. pour les citations suivantes.

96 Pour s’en tenir à deux exemples, voir le Manuel général de l’instruction primaire, 31 août 1895, p. 274-276 ; ainsi que le Journal des instituteurs, 25 août 1895, p. 762-763.

97 Didier Nourrisson relativise cependant l’impact de ces cours d’antialcoolisme en convoquant une étude réalisée en 1910 auprès de trois cents conscrits et qui montre que seuls 45 % d’entre eux se souviennent d’avoir assisté à un cours de cette nature (Le buveur du xixe siècle, ouvr. cité, p. 254).

98 La ligue française, no 1, juillet 1914, p. 1

99 Ibid., p. 2.

100 Ibid., p. 3.

101 Ibid., p. 2.

Table des illustrations

Titre Illustration 60. Au temps des Gaulois. Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages (Lavisse, 1913-1922).
Légende 60. « Au temps des Gaulois. Enfants gaulois qui se battent comme de petits sauvages », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 1. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Illustration 61. Gaulois en marche (Lavisse, 1894-1922).
Légende 61. « Gaulois en marche », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Illustration 62. Romains en marche (Lavisse, 1894-1922).
Légende 62. « Romains en marche », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Illustration 63. Un Gaulois et son fils partant pour la chasse (Lavisse, 1913-1922).
Légende 63. « Un Gaulois et son fils partant pour la chasse », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 2. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 64. Une ville gauloise du temps des Romains (Lavisse, 1913-1922).
Légende 64. « Une ville gauloise du temps des Romains », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 7. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Illustration 65. Village gaulois (Lavisse, 1894-1922).
Légende 65. « Village gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Illustration 66. Ville gauloise au temps des Romains et riche maison gauloise au temps des Gaulois (Lavisse, 1894-1922).
Légende 66. « Ville gauloise au temps des Romains » et « Riche maison gauloise au temps des Gaulois », dans E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898, p. 18. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Illustration 67. Une ville de la Gaule romaine (Lavisse, 1912-1922).
Légende 67. « Une ville de la Gaule romaine », dans E. Lavisse, Cours moyen, Paris, A. Colin, 1919, p. 11. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Illustration 68. Costumes gallo-romains (Lavisse, 1895-1922).
Légende 68. « Costumes gallo-romains », dans E. Lavisse, La nouvelle deuxième année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1895, p. 32. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Titre Illustration 69. Souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient (Lavisse, 1884-1922).
Légende 69. « Souvent, après avoir beaucoup bu pendant le repas, les Gaulois se battaient », dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 5. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Illustration 70. La lutte contre l’alcoolisme, quatrième de couverture de La nouvelle première année d’histoire de France (Lavisse, 1898).
Légende 70. « La lutte contre l’alcoolisme », quatrième de couverture d’E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, Paris, A. Colin, 1898. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Illustration 71. À gauche : devant le comptoir d’un marchand de vin se tient un homme en haillons. À droite : dans la mansarde, sa femme et ses enfants pleurent (Laloi [Lavisse], 1896).
Légende 71. « Devant le comptoir d’un marchand de vin se tient un homme en haillons » et « Dans la mansarde, sa femme et ses enfants pleurent », Pierre Laloi [Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, Paris, A. Colin, 1896, p. 47. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Illustration 72. Effets terribles de l’alcoolisme (Laloi [Lavisse], 1896).
Légende 72. « Effets terribles de l’alcoolisme », Pierre Laloi [Lavisse], L’année préparatoire d’instruction morale et d’instruction civique, Paris, A. Colin, 1896, p. 76. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 542k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search