Version classiqueVersion mobile

La forge gauloise de la nation

 | 
Étienne Bourdon

III. Les enjeux politiques et moraux du discours scolaire

Chapitre VI

Vercingétorix, « le premier héros de notre histoire »

Texte intégral

  • 1 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, Paris, Ramsay, 1996, p. 217-225.
  • 2 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 7.
  • 3 La nouvelle rue Vercingétorix baptisée à Paris par l’arrêté préfectoral du 10 novembre 1873 donne (...)

1L’intérêt pour les Gaulois s’est développé avec le romantisme. Mais concernant Vercingétorix, c’est plutôt dans la seconde moitié du xixe siècle que l’on s’y intéresse véritablement. Ainsi, lorsqu’Ernest Lavisse écrit ses premiers manuels scolaires en 1876, Vercingétorix est déjà perçu comme un héros patriotique, inséré dans la geste nationale. En 1864, un an avant l’érection de la statue de Vercingétorix à Alise-Sainte-Reine, un concours littéraire est organisé par l’Académie française avec pour thème Vercingétorix et l’on trouve déjà les thématiques du combat pour la liberté, du martyre et de la défense de la France1. Vercingétorix apparaît déjà pour beaucoup comme le « premier héros de notre histoire »2. Après la guerre de 1870-1871 s’ajoute le thème de la « Revanche » en présentant Vercingétorix comme le héros résistant dont le succès se traduit notamment par des arrêtés préfectoraux qui rebaptisent des rues au nom du chef gaulois comme à Paris en 18733.

Le héros vaincu

  • 4 Il faut aussi ajouter le socle de pierre, de sept mètres de haut, dessiné par Viollet-le-Duc.

2C’est dans ce contexte d’intérêt patriotique pour Vercingétorix que paraissent les Petits Lavisse. Les choix iconographiques des manuels sont tout à fait significatifs de son intégration au roman national. Les images présentent trois figures du héros : Vercingétorix appelant à la résistance contre César, le chef gaulois au soir de la défaite d’Alésia, et enfin la reddition du héros Arvernes. Vercingétorix appelant à la résistance se rencontre dans les Récits et entretiens familiers avec une grande constance de 1884 à 1922 puisque ce manuel n’a guère connu de réécritures. Vercingétorix apparaît pointant du doigt les lignes romaines et commandant à ses « cavaliers de passer à travers l’armée des Romains pour appeler les Gaulois aux armes », comme le précise la légende (ill. 20). C’est ici la figure d’un chef de guerre déterminé, qui fait preuve d’autorité, assis sur un cheval fougueux qui donne du sabot. Il appelle non seulement à la bravoure, à la résistance, mais aussi à l’union. C’est une figure combattante et positive comme celle de la statue de Vercingétorix sculptée par Bartholdi et inaugurée en 1903, en présence d’Émile Combes, place de Jaude à Clermont-Ferrand. Pourtant, cette image ne se trouve que dans un seul manuel, le Cours élémentaire, et n’est pas représentative de l’iconographie de Vercingétorix dans les Petits Lavisse. En effet, sa représentation après la défaite d’Alésia, mais avant sa reddition, est bien plus fréquente. On la trouve dans les Récits et entretiens (1884-1922), dans La première année (1884-1922) et dans La deuxième année d’histoire de France (1883-1895) (ill. 18). Cette gravure est l’exacte reproduction de la sculpture de Vercingétorix réalisée par Aimé Millet, exposée au Salon au début de l’année 1865, puis érigée au mois d’août sur le mont Auxois où se trouve le site archéologique d’Alésia. Malgré les dimensions imposantes de la sculpture (6,6 mètres pour la seule statue)4, l’attitude du chef arverne exprime la tristesse de la défaite. Henri Martin le décrit ainsi :

  • 5 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », Le magasin pittoresque, 34e année, 1866, p. 214

Le héros est debout, la tête inclinée, le regard, pour ainsi dire, intérieur, appuyé sur cette épée qui n’a pu consommer la délivrance de la patrie. Sa longue chevelure, que n’agite plus le vent des combats, retombe à flots sur ses épaules. L’attitude est grave, recueillie, méditative ; l’aspect général est imposant et mélancolique5.

  • 6 F. Jahyer, Études sur les beaux-arts. Salon de 1865, Paris, E. Dentu, 1865, p. 228-229.

3Certains critiques, comme Félix Jahyer, y ont vu un héros « grand et majestueux », une « puissante création, pleine de noblesse et d’énergie », qui correspond à ce que « pouvait être, en effet, le premier fondateur de la nation gauloise »6. Mais ce choix a été critiqué dès 1865 notamment par Charles Lecomte de Nouy ou encore par l’homme de lettres Louis Gallet qui reproche au sculpteur, au-delà de la prouesse technique, son manque d’ambition artistique et de verve patriotique :

  • 7 Pour une analyse archéologique de l’iconographie de la statue, voir la deuxième partie, « Les guer (...)
  • 8 L. Gallet, Salon de 1865 : peinture, sculpture, Paris, Le Bailly, 1865, p. 36.

Le colossal Vercingétorix de M. Millet n’échappera, j’imagine, à l’examen de personne. Au point de vue de l’application industrielle, c’est un travail triomphant, faisant le plus grand honneur à MM. Mauduit et Béchet qui en ont exécuté le repoussage au marteau ; au point de vue de l’art, je le crois moins satisfaisant. L’ordonnance générale est d’un archéologue consciencieux7 ; mais la statue du grand guerrier manque d’élégance et de majesté ; je me figurais taillé d’autre sorte l’adversaire redoutable des légions de César.8

  • 9 Le courrier du dimanche, no 19, 7 mai 1865, p. 5.
  • 10 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.
  • 11 E. Des Essarts, « L’appel à la France », discours prononcé le 14 mars 1886 à Clermont-Ferrand, Rev (...)

4De même, Gustave Vattier considère dans Le courrier du dimanche que « le Vercingétorix de M. Millet est complètement manqué ; on lui avait commandé un héros, il a livré un premier rôle de mélodrame. C’est devant le théâtre de l’Ambigu-Comique et non sur le plateau d’Alise qu’il faut ériger ce colosse vulgaire et prétentieux »9. Henri Martin lui-même regrette que la physionomie de Vercingétorix ne rende « pas suffisamment les douleurs, les combats, les orages de cette grande âme »10. Emmanuel Des Essarts est du même avis deux décennies plus tard11. Ernest Lavisse aurait pu opter pour un Vercingétorix à l’attitude plus combative. C’est le cas du Vercingétorix de Claudet (1865) ou du Vercingétorix équestre de Bartholdi, exposé au Salon en 1870 et pour lequel Napoléon III accepte qu’une souscription nationale soit lancée. Le héros gaulois y est représenté dans une attitude plus agressive et conquérante, à l’instar du choix contemporain qui a prévalu outre-Rhin pour la statue d’Arminius, sculptée par Ernst von Bandel, érigée dans la forêt de Teutobourg et inaugurée par l’empereur Guillaume Ier en 1875, un an avant la première édition du manuel d’Ernest Lavisse. Alors que le chef arverne s’appuie sur son épée, pointe au sol, plongé dans les tristes considérations de la défaite, le héros cherusque brandit en vainqueur son épée vers le ciel.

  • 12 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition (...)
  • 13 E. Des Essarts, « L’appel à la France », art. cité.
  • 14 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.
  • 15 E. Richenet-Bayard, Découverte d’Alésia en Auvergne, canton de Veyre-Monton, Clermont-Ferrand, Mon (...)
  • 16 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 310.
  • 17 E. Bosc et L. Bonnemère, Histoire nationale des Gaulois sous Vercingétorix, Paris, Firmin-Didot, 1 (...)
  • 18 M. Bonnefoy, Histoire du bon vieux temps, Paris, Fischbacher, 1894, p. 6.
  • 19 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, ouvr. cité, p. 224.
  • 20 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, A. Michel (...)

5Mais le choix d’Ernest Lavisse n’est pas celui-là. Il est de porter prioritairement l’accent sur la mise en scène d’un héros saisi au soir de sa défaite ultime, au moment où il prend conscience de la nécessité de faire le don de sa personne pour inviter Jules César à la clémence envers les soldats gaulois. C’est un sacrifice de soi pour les autres ainsi que le présente La deuxième année d’histoire de France (1883-1895) qui rapporte que « Vercingétorix, désespérant du salut de sa patrie, voulut au moins sauver la vie de ses compagnons d’armes en se sacrifiant lui-même »12. Le champ du politique rencontre ici le chant de la nation par la sémantique religieuse dans un transfert de sacralité. Parmi tant d’autres, Emmanuel Des Essarts déclare à Clermont-Ferrand en 1886, lors de l’érection d’une statue en l’honneur de Vercingétorix, que « tout peuple [...] doit établir par des consécrations solennelles la religion du patriotisme et le culte des héros », que c’est là un acte « de foi qui atteste la vitalité d’une nation », une « obligation sacrée de citoyen et de soldat »13. Vercingétorix défend sa patrie et fait le don de sa personne mais nous n’avons pas dans les Petits Lavisse une véritable assimilation du chef gaulois à Jésus. Pourtant, c’est l’interprétation qu’en fait Henri Martin qui voit dans la reddition un acte de « dévouement suprême », Vercingétorix étant « sur son calvaire, ou du moins dans sa nuit du jardin des Oliviers »14. Richenet-Bayard aurait même souhaité que l’on dispose « en face de la statue de Vercingétorix celle de Jésus de Nazareth, enseignant à tous l’amour du prochain »15. Camille Jullian fait la même lecture de la reddition qui devient pour lui « un acte de dévotion religieuse, de dévouement sacré », s’inscrivant dans une sorte de « rite mystérieux des expiations volontaires ». Plus encore, lorsqu’il se présenta à César, « il arrivait, paré comme une hostie »16. C’est aussi l’interprétation de Lionel Bonnemère qui considère que « Vercingétorix est pour nous le Christ national »17 ou encore de Marc Bonnefoy qui estime que le chef arverne a accompli « jusqu’au bout sa tâche de messie et de victime »18. Si Ernest Lavisse choisit ici de laisser la sacralité religieuse de côté, il n’en reste pas moins que c’est un rapprochement que l’on rencontre à l’occasion dans les milieux républicains19. Il n’apparaît évidemment pas dans les manuels confessionnels. Ce n’est qu’après la victoire de 1918 que Vercingétorix trouve sa place dans les manuels catholiques dans une double mise en relation, celle des guerriers gaulois avec les Poilus, et celle d’une sorte de saint Jean-Baptiste, mais politique et laïque, ouvrant la voie à Clovis. Cette thématique se retrouve dans ses manuels scolaires jusqu’au concile de Vatican II20.

  • 21 H. Jagot, « Le Vercingétorix d’Aimé Millet (1865), image équivoque du premier héros national franç (...)

6Dans les Petits Lavisse comme sur le mont Auxois, Vercingétorix apparaît à l’orée de son sacrifice laïque. La statue avait été commandée par Napoléon III et financée sur les crédits des ouvrages d’art et décorations d’édifices publics21. D’ailleurs, Vercingétorix aurait les traits du visage de l’empereur jeune et le socle porte l’inscription « Napoléon III, empereur des Français, à la mémoire de Vercingétorix ». Mais l’usage politique va plus loin car le sculpteur a aussi gravé une phrase que Vercingétorix aurait prononcée à Avaricum : « La Gaule unie, formant une seule nation, animée d’un même esprit, peut défier l’univers. » Elle est une réponse évidente aux reproches formulés à l’égard de la désunion gauloise ayant conduit à la défaite face à l’armée romaine. Cette citation est censée être rapportée par Jules César mais laisse poindre l’anachronisme. Même Napoléon III, dans son Histoire de Jules César, n’utilise pas précisément ces mots :

  • 22 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, vol. 2, 1866, p. 264.

Le jour suivant Vercingétorix chercha, dans une assemblée générale, à ranimer le courage de ses compatriotes [...]. Il leur dit que [...] par ses soins, les pays séparés de la cause commune allaient entrer dans son alliance, animer la Gaule d’une même pensée, et cimenter une union capable de résister au monde entier. [...] Cet intrépide défenseur de l’indépendance nationale montre son génie.22

7Napoléon III suit globalement le texte de César, mais ajoute une dimension patriotique et nationaliste que le texte originel ne comporte évidemment pas. Relisons César :

  • 23 César, Guerre des Gaules, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles L (...)

Le lendemain ayant convoqué le conseil, il apporta aux siens consolations et encouragements [...] : « [...] les peuples gaulois qui se tiennent encore à l’écart entreront, par ses soins, dans l’alliance, et il fera de toute la Gaule un faisceau de volontés communes auquel le monde entier même sera incapable de résister. [...] Ce discours ne déplut pas aux Gaulois [...]. Aussi, tandis que d’autres chefs voient les revers diminuer leur autorité, lui, au contraire, après un échec, grandissait de jour en jour. En même temps, ses assurances faisaient naître l’espoir que les autres cités entreraient dans l’alliance.23

  • 24 S. Rieckhoff, « Les Celtes : peuple oublié ou fiction ? », dans L’archéologie, instrument du polit (...)
  • 25 « Cuius consensui ne orbis quidem terrarum possit obsistere » (César, Guerre des Gaules, ouvr. cit (...)
  • 26 Voir S. Le Men, « La statuaire publique en image : une pédagogie civique par le manuel scolaire et (...)

8On le voit, de Jules César à la devise de la statue d’Alésia, il y a une évolution du propos. César valorise l’image de son adversaire pour grandir la sienne. Mais il dit bien que Vercingétorix fait naître, chez ses soldats, un espoir de ralliement des autres tribus gauloises et non que cette unité est déjà enclenchée. Napoléon III réécrit le passage dans un souffle militant de la cause gauloise. De la même manière que Napoléon Ier avait utilisé le modèle de la Rome antique, son neveu se sert des Gaulois pour en faire le symbole de sa jeune nation24. Il laisse entendre que le processus d’unification des tribus gauloises est déjà en marche. Vercingétorix devient, par « son génie », un « intrépide défenseur de l’indépendance nationale », l’empereur sacrifiant ainsi à un anachronisme patent. Ici, c’est le politique qui parle, et au présent. Plus encore, les considérations de Vercingétorix sur une possible unité (César), ou une unité en cours de réalisation (Napoléon III) deviennent une devise sur la statue d’Alésia, nécessairement affirmative, confédérante et absolue. La Gaule désormais unie forme une seule nation et devient en mesure de défier non seulement le monde (l’orbis terrarum de César)25 mais tout « l’univers », en cohérence avec le sentiment si répandu au xixe siècle d’une vocation universaliste de la France qui apparaîtrait déjà en filigrane. De tout cela, Ernest Lavisse ne parle pas. Il s’en garde, il ne cite pas la devise, ne mentionne pas Napoléon III et surtout se passe de l’idée par trop nationaliste d’une défiance des autres nations. Pourtant, il fait figurer cette statue dans plusieurs de ses manuels. Aux côtés d’autres manuels, il participe à la consécration de la statue d’Aimé Millet dans le répertoire iconographique de l’imaginaire historique, national et scolaire d’une défaite regrettable mais fondatrice26.

Le vaincu vainqueur

  • 27 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 6.
  • 28 La même gravure figure aussi dans G. Ducoudray, Cent récits d’histoire de France, Paris, Hachette, (...)
  • 29 Voir aussi la gravure d’E. L. Thiboust, « Vercingétorix se rendant à César » (Paris, musée Gustave (...)

9La troisième représentation iconographique de Vercingétorix que choisit Ernest Lavisse est celle de la reddition, au moment où le chef arverne se livre à César. Le lecteur la retrouve dans les Récits et entretiens familiers (1884-1922), dans les Leçons préparatoires (1876-1922) et dans l’Histoire de France, cours élémentaire (1913-1922). Ces différentes gravures montrent Vercingétorix à cheval face à César, devant lequel des armes semblent avoir été jetées (ill. 55). Le chef gaulois est fier et valeureux dans la défaite. Bien qu’à l’arrêt, son cheval trahit la fougue du cavalier : la crinière et la queue ondulant de nervosité – la tête collée au poitrail, les postérieurs fléchis, une jambe tendue à l’avant, un pied relevé – trahissent un animal prêt à bondir. On retrouve nettement dans la gravure du Cours élémentaire (1913) la structure du célèbre tableau de Lionel Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César (1899). En revanche, dans ce tableau, un Gaulois prisonnier est maintenu à genoux par des soldats romains. Celui-ci a disparu de la représentation retenue par Ernest Lavisse qui préfère laisser Vercingétorix seul face à César ; ne demeurent que la lance et le casque à cimier du prisonnier de Royer. Cela permet de rendre l’image conforme au texte du manuel qui précise que Vercingétorix « s’en alla vers le camp des Romains, tout seul »27. L’expression, rejetée en fin de phrase, dit la solitude du chef et magnifie son sacrifice. Ce type de scène est tout à fait représentatif de l’iconographie habituelle de la reddition comme on le voit dans les nombreuses gravures des manuels scolaires ou dans les livres comme L’histoire de France de François Guizot (1872)28 et l’Histoire de France populaire d’Henri Martin (1886), auxquels les dessinateurs des Petits Lavisse empruntent ouvertement (ill. 56-59)29.

Illustration 55. Vercingétorix jette ses armes devant César (Lavisse, 1913-1922).

Illustration 55. Vercingétorix jette ses armes devant César (Lavisse, 1913-1922).

55. « Vercingétorix jette ses armes devant César », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 6. Collection particulière.

Illustration 56. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1922).

Illustration 56. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1922).

56. « Vercingétorix se rend à César », dans E. Lavisse, Leçons préparatoires, Paris, A. Colin, 1883, p. 6. Collection particulière.

Illustration 57. Vercingétorix devant le tribunal de César (Martin, 1868-1885).

Illustration 57. Vercingétorix devant le tribunal de César (Martin, 1868-1885).

57. « Vercingétorix devant le tribunal de César », gravure d’E. Bure, dans H. Martin, Histoire de France populaire, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Furne, Jouvet et Cie, vol. 1, 1868-1885, p. 31. Collection particulière.

Illustration 58. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1892).

Illustration 58. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1892).

58. « Vercingétorix se rend à César », gravure d’É. Mas, dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 15. Collection particulière.

Illustration 59. Vercingétorix se livre en personne à César (Guizot, 1872).

Illustration 59. Vercingétorix se livre en personne à César (Guizot, 1872).

59. « Vercingétorix se livre en personne à César », gravure d’A. de Neuville, dans F. Guizot, L’histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789 racontée à mes petits-enfants, Paris, Hachette, vol. 1, 1872, p. 70. © Bibliothèque municipale de Grenoble, J.5772.

  • 30 César, Guerre des Gaules, ouvr. cité, VII, 89.

10La scène est populaire à la fin du xixe siècle et pourtant les sources historiques posent problème. César ne dit presque rien ni de Vercingétorix, ni même de sa reddition. Il s’était contenté de préciser qu’il avait ordonné « qu’on lui remette les armes, qu’on lui amène les chefs des cités », et que, « devant son camp », « c’est là qu’on lui amène les chefs ; on lui livre Vercingétorix, on jette les armes à ses pieds »30. Mais l’historiographie du xixe siècle a privilégié la narration des événements par Plutarque, qui écrit pourtant un siècle et demi après les événements, et qui relate des faits dont même César ne dit mot. C’est que le début des propos de Plutarque est tout à fait glorieux pour Vercingétorix, et déploie la reddition dans une vision théâtrale et dramatique :

  • 31 Plutarque, Vie de César, XXVII, 10.

Le chef suprême de la guerre, Vercingétorix, prit ses plus belles armes, para son cheval et franchit ainsi la porte de la ville. Il vint caracoler en cercle autour de César qui était assis, puis, sautant à part de sa monture, il jeta toutes ses armes.31

  • 32 Voir C. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Arles, Actes Sud-Errance, 2001, p. 447-454.

11Pourtant, la scène est totalement improbable32. On ne peut imaginer que Vercingétorix puisse sortir de l’oppidum dont l’armée romaine assure un siège hermétique ; plus encore on ne peut croire qu’il soit sorti seul, sans être aussitôt tué, qu’il parvienne à traverser les lignes romaines, qu’il sache précisément où se trouve César, que celui-ci soit justement en train de siéger sur son tribunal, qu’on laisse Vercingétorix caracoler en cercle autour de César, lequel reste assis et impassible. Le réalisme et toutes les autres sources antiques démentent cette interprétation. Ernest Lavisse l’a pourtant retenue, à l’instar de l’immense majorité des historiens de son époque comme Camille Jullian lui-même qui rapporte ainsi les événements :

  • 33 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 309-310.

Vercingétorix sortit le premier des portes de la ville, seul et à cheval. Aucun héraut ne précéda et n’annonça sa venue. Il descendit les sentiers de la montagne, et il apparut à l’improviste devant César. Il montait un cheval de bataille, harnaché comme pour une fête. Il portait ses plus belles armes ; les phalères d’or brillaient sur sa poitrine. II redressait sa haute taille, et il s’approchait avec la fière attitude d’un vainqueur qui va vers le triomphe. Les Romains qui entouraient César eurent un moment de stupeur et presque de crainte, quand ils virent chevaucher vers eux l’homme qui les avait si souvent forcés à trembler pour leur vie. L’air farouche, la stature superbe, le corps étincelant d’or, d’argent et d’émail, il dut paraître plus grand qu’un être humain, auguste comme un héros [...]. Il fit à cheval le tour du tribunal, traçant rapidement autour de César un cercle continu, ainsi qu’une victime qu’on promène et présente le long d’une enceinte sacrée. Puis il s’arrêta devant le proconsul, sauta à bas de son cheval, arracha ses armes et ses phalères, les jeta aux pieds du vainqueur : venu dans l’appareil du soldat, il se dépouillait d’un geste symbolique, pour se transformer en vaincu et se montrer en captif.33

  • 34 L. A. Constans estime dans sa traduction de la Guerre des Gaules que les interprétations de Plutar (...)
  • 35  Plutarque, Œuvres, ouvr. cité, p. 526. Une nouvelle édition paraît en 1873.
  • 36 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 6.
  • 37 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1919 (15e édition), p. 11.

12Camille Jullian reprend même à Dion Cassius l’idée que Vercingétorix arrive par surprise sans même avoir été annoncé. Mais déjà en 1905 certains contestent cette vision de la reddition comme Salomon Reinach ou, plus tard en 1926, Léopold Albert Constans34. Non seulement Vercingétorix a dû être livré à César fermement enchaîné et totalement désarmé, mais ce sont les armes de tous les combattants gaulois d’Alésia qui ont dû être jetées, non pas aux pieds de César, mais du haut des remparts de l’oppidum. C’est ce que César avait exigé lors de la reddition des Atuatuques en Gaule belgique en 57 avant Jésus-Christ. La suite de la narration de Plutarque est délibérément ignorée par le manuel scolaire. En effet, Plutarque rapportait que Vercingétorix « alla s’asseoir aux pieds du général romain, où il se tint dans le plus grand silence »35. Il fallait pour le manuéliste que le chef gaulois garde son prestige en passant sous silence, iconographiquement et textuellement, ce moment. L’enjeu est de ne pas le dire pour protéger l’image de Vercingétorix, et surtout de celui « qui a combattu pour défendre sa patrie »36, Ernest Lavisse considérant que « tous les enfants de la France doivent se souvenir de Vercingétorix et l’aimer »37. Contrairement à la tradition chrétienne qui insiste sur la narration et la représentation de l’arrestation, le supplice et la mort de Jésus, ici l’événement est tu. C’est que concernant Jésus, la passion est le moment crucial du don de soi pour le rachat des péchés des hommes ainsi que l’expression de la double nature du Christ dans une optique fidèle au dogme catholique. La mort de Jésus est donc un acte fondateur. Or, ce qui est essentiel dans la dimension morale de l’histoire de « nos ancêtres les Gaulois », ce n’est pas tant l’acte de la reddition, encore moins la défaite, mais l’enseignement que l’on doit tirer de la désunion, militaire et politique, et de la volonté patriotique de Vercingétorix d’unir les Gaulois, d’avoir pressenti la nation et résisté à l’envahisseur.

  • 38 Parures métalliques fréquemment de forme circulaire.
  • 39 Florus, Abrégé de l’histoire romaine, 1, VL, 26.
  • 40 Dion Cassius, Histoire romaine, XL, 41.
  • 41 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 6.
  • 42 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, t. III, 1920, p. 533.
  • 43 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 309-310.
  • 44 H. Martin, Histoire de France populaire, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Pari (...)
  • 45 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 6.

13Ernest Lavisse va plus loin encore. Dans l’opposition des deux chefs, il travaille à une inversion des rôles entre Vercingétorix et César. En effet, en privilégiant le début de la relation de Plutarque, il ignore deux autres sources antiques – outre celle de César, trop sobre – qui décrivent Vercingétorix au moment de sa reddition, venant supplier César. Ainsi Florus rapporte, au début du iie siècle, que Vercingétorix, « le plus beau fleuron de notre victoire, vint en suppliant dans notre camp et mit aux pieds de César son cheval, ses phalères38 et ses armes : « prends-les, dit-il, tu as vaincu, toi, le plus valeureux des hommes »39. Dion Cassius, au début du iiie siècle, imagine que Vercingétorix « tomba à genoux et, les mains jointes, il supplia »40 César. Ici, rien de tout cela. En un pied de nez à cette tradition romaine, Ernest Lavisse procède à une réécriture des rôles et précise que « César croyait que Vercingétorix allait le prier de ne pas le faire mourir. Vercingétorix était trop fier pour prier César. Il le regarda bien en face et ne dit pas un mot »41. Camille Jullian estime même que « le silence qu’il sut garder fut une suprême victoire sur César »42, qu’il « dut paraître plus grand qu’un être humain, auguste comme un héros »43, faisant écho à Henri Martin qui concluait que « le vainqueur fut moins grand que le vaincu »44. Cela revient à draper Vercingétorix d’honneur et de fierté dans un mutisme dramaturgique. Ernest Lavisse et les historiens de son époque érigent le chef gaulois en héros. Dès lors, il y a confusion entre le vaincu et le vainqueur, d’autant que les gravures montrant Vercingétorix à cheval à quelques mètres de César – ce qui est improbable historiquement – présentent visuellement le chef gaulois plus haut que César assis sur son tribunal. Dans le Cours moyen, César manque même de tenue en glissant légèrement de son trône, la main gauche retenant la tête, alors que Vercingétorix est tout de dignité, de noblesse, de vitalité guerrière, de bouillonnement. Le vocabulaire employé renforce cette idée. Les Leçons préparatoires opposent ainsi Vercingétorix, « noble et brave », qui « se dévoua pour les siens », face à César qui « le fit enchaîner », « le fit retenir six années en prison, et au bout de ce temps, [...] eut la cruauté de faire périr le héros qui avait défendu la Gaule »45. On mesure d’autant plus les choix scolaires d’Ernest Lavisse que ce ne sont pas ceux qu’il accepte dans son Histoire de France rédigée par Gustave Bloch. Celui-ci ne privilégie pas Plutarque contre les autres sources mais se contente d’évoquer la diversité des récits de la reddition et surtout l’aridité de la source césarienne :

  • 46 G. Bloch, Les origines, ouvr. cité, p. 99-100.

César ne dit rien […]. Il nous apprend seulement qu’aux négociateurs envoyés pour traiter de la reddition, il répondit en exigeant la livraison des armes et des chefs. Il ne dit rien non plus de ce qui se passa entre lui et le glorieux vaincu. D’autres historiens nous ont raconté la scène avec des divergences notables. Plutarque nous montre Vercingétorix monté sur un cheval de bataille, revêtu d’un costume de parade, accourant au galop dans cet équipage devant le tribunal de César, puis lui remettant ses armes et s’asseyant muet à ses pieds. Suivant Dion Cassius, il serait présenté dans l’attitude du suppliant, comptant sur une ancienne amitié dont le souvenir lui aurait attiré des reproches du vainqueur. Suivant Florus, il aurait dit ces mots : « Tu as en ton pouvoir un vaillant, toi qui es le plus vaillant de tous ».46

  • 47 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, ouvr. cité, chap (...)

14On mesure ici encore tout l’écart qui existe entre l’histoire scolaire et l’histoire universitaire. Mais on voit aussi que les Petits Lavisse ne sont pas totalement représentatifs des usages républicains de Vercingétorix. On peut noter que trois manuels n’apportent aucune illustration du héros gaulois même si leur texte concorde tout à fait avec l’esprit des autres Petits Lavisse. Cela s’y prêtait effectivement peu dans l’Histoire générale (1884-1901), ouvrage destiné aux candidats au certificat d’études primaires ainsi qu’aux élèves de l’enseignement secondaire, car la première partie du programme traite les grandes civilisations de l’Antiquité jusqu’au ive siècle après Jésus-Christ et aucun grand personnage antique n’apparaît, tant parmi les Égyptiens, les Israélites, les Grecs que les Romains. En revanche, La deuxième année d’histoire de France publiée à partir de 1895 ainsi que le Cours moyen (1912) choisissent de ne pas représenter Vercingétorix et de s’en tenir à la figuration d’un simple « guerrier gaulois ». Il faut aussi se rappeler que Vercingétorix a été, durant toute la période de parution des manuels d’Ernest Lavisse, largement utilisé dans le cadre de parallèles historiques plus ou moins hasardeux47. Nous l’avons vu avec Camille Jullian et Henri Martin qui établissent un lien entre le chef arverne et Jésus, ce que se refuse à faire Ernest Lavisse. C’est aussi le cas avec Jeanne d’Arc : dans aucun chapitre des Petits Lavisse le rapprochement n’est établi entre le héros gaulois et l’héroïne nationale dans une volonté de glorification de la défense de la patrie. C’est pourtant un lieu commun de l’époque comme on le voit, par exemple, avec la sculpture d’Émile-François Chatrousse, Les martyrs de l’indépendance nationale exposée pour la première fois au salon de 1872. Elle est décrite ainsi par Ernest Duvergier de Hauranne dans la Revue des deux mondes :

  • 48 Revue des Deux Mondes, vol. 100, 1872, p. 86.

Vercingétorix porte la cuirasse gauloise, le casque rond surmonté de deux ailes, et le lourd glaive antique. Une peau de bête flotte sur ses épaules et sur ses bras nus, de longs cheveux encadrent sa tête. Jeanne porte la cotte de mailles et l’armure des chevaliers bardés de fer. Le héros et l’héroïne s’avancent côte à côte, la main dans la main [...]. Leur pied, jeté en avant, foule avec force un joug chargé de chaînes. Vercingétorix se tient droit, cambré, le jarret tendu, la main fièrement posée sur la poignée de son glaive, dans l’attitude consacrée de tous les guerriers d’académie. Jeanne lève les yeux au ciel et élève au-dessus de la tête de son compagnon un drapeau déployé.48

  • 49 J. Best, Les monuments de Paris sous la Troisième République : contestation et commémoration du pa (...)
  • 50 M. Bonnefoy, La France héroïque. Poèmes patriotiques, Paris, Fischbacher, 1879.
  • 51 C. Amalvi, Les héros des Français : controverses autour de la mémoire nationale, Paris, Larousse, (...)
  • 52 E. Sue, « La crosse abbatiale ou Bonaik l’Orfèvre et Septimine la Coliberte, 615-793 », dans Les m (...)

15Au salon de 1884, il y ajoute une allégorie de la République de 1792. Jeanne d’Arc est finalement détachée du groupe pour répondre à une commande du conseil municipal de Paris, et installée boulevard Saint-Marcel en octobre 189149. C’est aussi le choix de Marc Bonnefoy, officier républicain, ami de Paul Déroulède et boulangiste jusqu’en 1889, qui, dans La France héroïque. Poèmes patriotiques50, établit une galerie de portraits des défenseurs de la patrie où Vercingétorix croise notamment Sabinus, les Bourgeois de Calais, le Grand Ferré, Jeanne d’Arc, Jeanne Hachette et Bayard. Un parallèle est souvent établi aussi entre la résistance de Vercingétorix, celle d’Étienne Marcel face à la monarchie médiévale, ou des soldats de l’an II face à la Contre-Révolution51. D’autres auteurs voient en Vercingétorix l’initiateur de la République en raison de son instinct égalitaire. Eugène Sue célèbre dans Les mystères du peuple (1849) « la glorieuse république des Gaules, à qui le pays, sous la sage et patriotique inspiration des druides, avait dû tant de siècles de grandeur et de prospérité »52. Lyrisme littéraire et militantisme républicain aidant, il croit voir dans l’organisation politique de la Gaule une fédération démocratique :

  • 53 E. Sue, « La faucille d’or ou Hêna la vierge de l’ile de Sèn, an 57 avant Jésus-Christ », Les myst (...)

La république des Gaules a été la reine et l’envie du monde. Son sol fertile, cultivé comme nous savons le cultiver, produisait tout avec abondance ; les rivières étaient couvertes de bateaux marchands ; les mines d’or, d’argent, de cuivre, augmentaient chaque jour sa richesse ; de grandes villes s’élevaient de toutes parts. Les druides, répandant partout les lumières, prêchaient l’union aux provinces, et en donnaient l’exemple en convoquant, une fois par an, dans le pays chartrain, centre des Gaules, une assemblée solennelle, où se traitaient les intérêts généraux du pays. Chaque tribu, chaque canton, chaque cité, nomment leurs magistrats ; chaque province était une république, qui, selon la pensée des druides, venait se fondre dans la grande république des Gaules, et ne faire ainsi qu’un seul corps tout-puissant par son union.53

  • 54 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, ouvr. cité.
  • 55 G. Bloch, Les origines. La Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans Ernest Lavisse (dir.), His (...)
  • 56 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Eugène Belin, 1884, p. 136.
  • 57 F. Monnier, Vercingétorix et l’indépendance gauloise : religion et institutions celtiques, Paris, (...)
  • 58 A. Montheuil, Héros et martyrs de la liberté, Paris, Librairie d’éducation nationale, 1906, p. 48.

16Quelques décennies plus tard, Francis Monnier entrevoit chez Vercingétorix un désir d’unité nationale, de démocratie, et même de réformes, lointain ancêtre des Montagnards de 1793 et de Gambetta54. Même Gustave Bloch considère que Vercingétorix « appartenait par sa naissance au parti démocratique et national »55. Les parallèles sont souvent faits entre les envahisseurs de la Gaule et ceux de la France en 1870-1871, puisqu’Alésia a été « assiégée et cernée par les Romains, comme notre grand Paris l’a été de nos jours par les Prussiens »56, peut-on lire dans le Tour de la France par deux enfants. Le ton est identique sous la plume de Francis Monnier, Albert Réville57 ou Albert Montheuil qui rappelle que Vercingétorix, au siège d’Alésia, charge ses cavaliers « de parcourir toute la Gaule et d’amener à son secours, par un suprême effort, tous ceux qui peuvent porter les armes » : « [...] comme dira en 1870 le gouvernement de la Défense nationale à Gambetta, levez tout ce qui peut tenir une arme et revenez nous délivrer. »58 Emmanuel Des Essarts n’hésite pas non plus en 1886 à voir en Vercingétorix un héros très contemporain :

  • 59 E. Des Essarts, « L’Appel à la France », discours prononcé le 14 mars 1886 à Clermont-Ferrand, Rev (...)

Oui ! Toutes les fois que la France a bondi contre l’invasion, Vercingétorix n’a cessé de revivre dans ses combattants, heureux ou malheureux, qu’importe  !… Toujours, à Poitiers comme à Bouvines, à Rocroy comme à Denain, à Valmy comme à Montmirail, c’est la grande âme guerrière du général de l’Arvenie qui a mené nos pères aux actions triomphantes ou aux résistances suprêmes. Non ! Vercingétorix n’est pas loin de notre temps, perdu dans les brumes du passé, noyé dans les vagues perspectives de la légende. Guide lumineux, modèle rayonnant, il s’élève comme le contemporain de tous ceux qui veulent la France grande, superbe, éternelle !59

  • 60 G. Bloch, Les origines, ouvr. cité, p. 99.
  • 61 É. Delpeuch, « Au Jardies. Hommage à Gambetta », Le temps, 25 novembre 1918.
  • 62 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 183.
  • 63 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1883-1895, p. 7.
  • 64 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition (...)
  • 65 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.
  • 66 E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? » [1882], dans Discours et conférences, Paris, C. Lévy, 1887 (...)

17Pour nombre de contemporains, Vercingétorix fait figure de « glorieux vaincu »60 comme l’écrit Gustave Bloch, expression fréquemment attribuée aux héros de 1870 comme sur le monument aux morts de Paray-le-Monial auquel Pierre Curillon ajoute en 1920 un poilu de la Grande Guerre ramenant l’Alsace et la Lorraine « au glorieux vaincu de 1870 ». Ou encore comme le souligne Édouard Delpeuch le 25 novembre 1918, « le salut » que Clémenceau, « le Glorieux vainqueur de 1918, a envoyé, du haut de la tribune, au glorieux vaincu de 1870 », Gambetta, « n’est pas seulement un acte de justice historique et un joli geste, c’est pour demain une haute leçon de politique que les républicains sauront comprendre – une leçon d’union »61. C’est aussi le thème de la statue d’Antonin Mercié, Gloria Victis, érigée à Paris en 1874 et dont plusieurs villes font l’acquisition de copies notamment à Agen (1883), Bordeaux (1885) et Châlons-en-Champagne (1892). Ernest Lavisse reconnaît bien dans les Questions d’enseignement national (1885) que le chef arverne « est le héros de la résistance à l’ennemi »62. Mais, de Vercingétorix à Gambetta, il y a un pas qu’il refuse de franchir. Il reste à l’écart d’élans républicains que l’on constate communément chez ses contemporains, souvent amis, pour le moins fréquemment collègues. L’historien demeure systématiquement prudent face à d’éventuels rapprochements entre des périodes, des situations ou des héros historiques différents. Il note même que « Vercingétorix, désespérant du salut de sa patrie »63 dut se rendre à César, alors que « jamais Gambetta ne désespéra de la patrie »64. Car Ernest Lavisse est convaincu, comme il l’affirme en 1888 dans ses Essais sur l’Allemagne impériale, que, « en vérité, nous sommes loin, très loin de Vercingétorix »65, estimant que les réalités historiques, éloignées de dix-neuf siècles, n’autorisent guère à de tels parallèles. C’est aussi ce qu’avait affirmé Ernest Renan en 1882 dans sa célèbre conférence à la Sorbonne considérant que « toute conscience gauloise avait péri dès le iie siècle de notre ère, et ce n’est que par une vue d’érudition que, de nos jours, on a retrouvé rétrospectivement l’individualité du caractère gaulois »66. Fondamentalement, ce n’est pas tant que Vercingétorix ressemblerait à Jeanne d’Arc ou à Gambetta, mais surtout que l’enseignement de l’histoire doit permettre de comprendre que l’unité nationale est un enjeu vital et que chacun doit y travailler. Il s’agit d’une éducation morale, militaire et patriotique.

Notes

1 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, Paris, Ramsay, 1996, p. 217-225.

2 E. Lavisse, La nouvelle première année d’histoire de France, 1898 (52e édition), p. 7.

3 La nouvelle rue Vercingétorix baptisée à Paris par l’arrêté préfectoral du 10 novembre 1873 donne désormais sur la rue d’Alésia et celle de Gergovie, située non loin de la nouvelle rue Camulogène. Celle-ci, qui est devenue maintenant une impasse, joignait en 1873 la rue de Nice-la-Frontière (qui allait de la rue Brancion à la rue Castagnary) à la rue Chauvelot (G. Pessard, Nouveau dictionnaire historique de Paris, Paris, E. Rey, 1904).

4 Il faut aussi ajouter le socle de pierre, de sept mètres de haut, dessiné par Viollet-le-Duc.

5 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », Le magasin pittoresque, 34e année, 1866, p. 214.

6 F. Jahyer, Études sur les beaux-arts. Salon de 1865, Paris, E. Dentu, 1865, p. 228-229.

7 Pour une analyse archéologique de l’iconographie de la statue, voir la deuxième partie, « Les guerriers gaulois ».

8 L. Gallet, Salon de 1865 : peinture, sculpture, Paris, Le Bailly, 1865, p. 36.

9 Le courrier du dimanche, no 19, 7 mai 1865, p. 5.

10 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.

11 E. Des Essarts, « L’appel à la France », discours prononcé le 14 mars 1886 à Clermont-Ferrand, Revue d’Auvergne, t. III, 1886, p. 137.

12 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1883 (25e édition), p. 7.

13 E. Des Essarts, « L’appel à la France », art. cité.

14 H. Martin, « Vercingétorix. Lettre au rédacteur », art. cité, p. 214.

15 E. Richenet-Bayard, Découverte d’Alésia en Auvergne, canton de Veyre-Monton, Clermont-Ferrand, Mont-Louis, 1903. L’auteur avait soutenu en 1886 cette thèse d’une localisation auvergnate du site d’Alésia.

16 C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1901, p. 310.

17 E. Bosc et L. Bonnemère, Histoire nationale des Gaulois sous Vercingétorix, Paris, Firmin-Didot, 1882, p. 454.

18 M. Bonnefoy, Histoire du bon vieux temps, Paris, Fischbacher, 1894, p. 6.

19 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, ouvr. cité, p. 224.

20 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, A. Michel, 1988, chap. 1, « Vercingétorix ou les métamorphoses idéologiques et culturelles de nos origines nationales », p. 51-87.

21 H. Jagot, « Le Vercingétorix d’Aimé Millet (1865), image équivoque du premier héros national français », Histoire de l’art, no 57, 2005, p. 83.

22 Napoléon III (dir.), Histoire de Jules César, Paris, Plon, vol. 2, 1866, p. 264.

23 César, Guerre des Gaules, texte établi et traduit par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles Lettres, 1926, VII, 29-30.

24 S. Rieckhoff, « Les Celtes : peuple oublié ou fiction ? », dans L’archéologie, instrument du politique ? Archéologie, histoire des mentalités et construction européenne, Dijon / Glux-en-Glenne, CRDP de Bourgogne / Centre archéologique européen, 2006, p. 28.

25 « Cuius consensui ne orbis quidem terrarum possit obsistere » (César, Guerre des Gaules, ouvr. cité, VII, 29).

26 Voir S. Le Men, « La statuaire publique en image : une pédagogie civique par le manuel scolaire et par la carte postale », dans S. Le Men et A. Magnien (dir.), La statuaire publique au xixe siècle, Paris, Éditions du Patrimoine, 2005, p. 32-55.

27 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 6.

28 La même gravure figure aussi dans G. Ducoudray, Cent récits d’histoire de France, Paris, Hachette, 1902.

29 Voir aussi la gravure d’E. L. Thiboust, « Vercingétorix se rendant à César » (Paris, musée Gustave Moreau), d’après le tableau d’Émile Lévy, présenté au Salon de 1863.

30 César, Guerre des Gaules, ouvr. cité, VII, 89.

31 Plutarque, Vie de César, XXVII, 10.

32 Voir C. Goudineau, Le dossier Vercingétorix, Arles, Actes Sud-Errance, 2001, p. 447-454.

33 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 309-310.

34 L. A. Constans estime dans sa traduction de la Guerre des Gaules que les interprétations de Plutarque, Florus et Dion Cassius présentent une belle scène mais qui « n’a aucune vraisemblance historique » (César, Guerre des Gaules, ouvr. cité, V-VIII, p. 278, n. 1).

35  Plutarque, Œuvres, ouvr. cité, p. 526. Une nouvelle édition paraît en 1873.

36 E. Lavisse, Histoire de France. Cours élémentaire, 1913 (1re édition), p. 6.

37 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1919 (15e édition), p. 11.

38 Parures métalliques fréquemment de forme circulaire.

39 Florus, Abrégé de l’histoire romaine, 1, VL, 26.

40 Dion Cassius, Histoire romaine, XL, 41.

41 E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1912 (1re édition), p. 6.

42 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, t. III, 1920, p. 533.

43 C. Jullian, Vercingétorix, ouvr. cité, p. 309-310.

44 H. Martin, Histoire de France populaire, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Furne et Jouvet, vol. 1, 1886, p. 30.

45 E. Lavisse, Leçons préparatoires, 1883 (29e édition), p. 6.

46 G. Bloch, Les origines, ouvr. cité, p. 99-100.

47 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, ouvr. cité, chap. 1, « Vercingétorix ou les métamorphoses idéologiques et culturelles de nos origines nationales », p. 51-87.

48 Revue des Deux Mondes, vol. 100, 1872, p. 86.

49 J. Best, Les monuments de Paris sous la Troisième République : contestation et commémoration du passé, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 128.

50 M. Bonnefoy, La France héroïque. Poèmes patriotiques, Paris, Fischbacher, 1879.

51 C. Amalvi, Les héros des Français : controverses autour de la mémoire nationale, Paris, Larousse, 2011, p. 58.

52 E. Sue, « La crosse abbatiale ou Bonaik l’Orfèvre et Septimine la Coliberte, 615-793 », dans Les mystères du peuple, ou Histoire d’une famille de prolétaires à travers les âges, Paris, A l’administration de Librairie, t. V, 1851, p. 81.

53 E. Sue, « La faucille d’or ou Hêna la vierge de l’ile de Sèn, an 57 avant Jésus-Christ », Les mystères du peuple, ou Histoire d’une famille de prolétaires à travers les âges, Paris, À l’administration de la librairie, vol. 1, 1849, p. 231. Sur ce sujet voir A.-M. Thiesse, « Un roman / manuel d’histoire plébéienne : Les mystères du peuple d’Eugène Sue  », dans H. Moniot (dir), Enseigner l’histoire : des manuels à la mémoire, Berne, P. Lang, 1984, p. 24-41.

54 A. Simon, Vercingétorix, héros républicain, ouvr. cité.

55 G. Bloch, Les origines. La Gaule indépendante et la Gaule romaine, dans Ernest Lavisse (dir.), Histoire de France illustrée depuis les origines jusqu’à la Révolution, Paris, Hachette, t. I, 2e partie, 1900, p. 92.

56 G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Eugène Belin, 1884, p. 136.

57 F. Monnier, Vercingétorix et l’indépendance gauloise : religion et institutions celtiques, Paris, Didier, 1874 ; A. Réville, « Vercingétorix et la Gaule au temps de la conquête romaine », Revue des Deux Mondes, vol. 22, 15 août 1877, p. 837-869, et vol. 23, 1er septembre 1877, p. 42-76 ; voir P. M. Duval, « Vercingétorix. L’histoire et la légende », dans Travaux sur la Gaule (1946-1986), Rome, École française de Rome, 1989, p. 166-167.

58 A. Montheuil, Héros et martyrs de la liberté, Paris, Librairie d’éducation nationale, 1906, p. 48.

59 E. Des Essarts, « L’Appel à la France », discours prononcé le 14 mars 1886 à Clermont-Ferrand, Revue d’Auvergne, t. III, 1886, p. 138.

60 G. Bloch, Les origines, ouvr. cité, p. 99.

61 É. Delpeuch, « Au Jardies. Hommage à Gambetta », Le temps, 25 novembre 1918.

62 E. Lavisse, Questions d’enseignement national, 1885, p. 183.

63 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France, 1883-1895, p. 7.

64 E. Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 1895 (49e édition), p. 408. Il est à noter que ces deux citations ne se trouvent pas dans le même manuel, les programmes scolaires ayant changé en 1894.

65 E. Lavisse, Essai sur l’Allemagne impériale, 1900 (3e édition), p. 281.

66 E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? » [1882], dans Discours et conférences, Paris, C. Lévy, 1887, p. 15.

Table des illustrations

Titre Illustration 55. Vercingétorix jette ses armes devant César (Lavisse, 1913-1922).
Légende 55. « Vercingétorix jette ses armes devant César », dans E. Lavisse, Cours élémentaire, Paris, A. Colin, 1914, p. 6. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Illustration 56. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1922).
Légende 56. « Vercingétorix se rend à César », dans E. Lavisse, Leçons préparatoires, Paris, A. Colin, 1883, p. 6. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Illustration 57. Vercingétorix devant le tribunal de César (Martin, 1868-1885).
Légende 57. « Vercingétorix devant le tribunal de César », gravure d’E. Bure, dans H. Martin, Histoire de France populaire, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Furne, Jouvet et Cie, vol. 1, 1868-1885, p. 31. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 58. Vercingétorix se rend à César (Lavisse, 1876-1892).
Légende 58. « Vercingétorix se rend à César », gravure d’É. Mas, dans E. Lavisse, Récits et entretiens familiers, Paris, A. Colin, 1903, p. 15. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Illustration 59. Vercingétorix se livre en personne à César (Guizot, 1872).
Légende 59. « Vercingétorix se livre en personne à César », gravure d’A. de Neuville, dans F. Guizot, L’histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789 racontée à mes petits-enfants, Paris, Hachette, vol. 1, 1872, p. 70. © Bibliothèque municipale de Grenoble, J.5772.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/7918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search